Ce billet poursuit la petite série sur les dettes totales de différents pays et il est la suite de l’analyse de la situation du Japon et des États-Unis. Nous parlons beaucoup des dettes publiques, mais il convient de garder également à l’esprit l’importance des dettes privées.

Toute l’étude est basée sur les chiffres de la Banque de France, qui s’arrêtent fin mars 2011.

Voici la composition et l’évolution de la dette totale de la Zone Euro pour les 3 grands secteurs que sont : les ménages, les entreprises non financières et l’administration. N’est pas traité ici le cas particulier des dettes des entreprises du secteur financier (banques…), nous y reviendrons à la fin de la série.

Dette Totale secteurs Zone Euro

Dette Totale secteurs Zone Euro

On observe clairement pour ces pays que :

  • la dette des ménages a notablement augmenté ;
  • les entreprises ont également augmenté leur endettement – la situation s’étant légèrement retournée avec la Crise ;
  • l’État s’est surendetté, de façon importante sur la période.

 

Dette Totale secteurs Zone Euro

Dette Totale secteurs Zone Euro

L’évolution trimestrielle montre bien le soutien de l’État à l’économie, en dépensant des sommes folles – jusqu’à 3 % du PIB en UN TRIMESTRE ! Le tout sans que celle-ci redémarre – signant l’échec de cette stratégie…


Nous pouvons enfin réaliser une synthèse des études, pour comparer les pays entre eux :

Dette Totale Synthèse

On observe ainsi le fol endettement public japonais puis italien, le fort endettement des ménages américains et le faible endettement allemand.

Il est assez frappant de constater, qu’au fond, mis à part le cas du Japon et peut-être de l’Allemagne, la situation d’endettement global des pays est assez proche, comme on le voit également sur ce graphique :

Dette Totale Synthèse

TOUS ont cédé à la facilité de la vie à crédit au cours des quinze dernières années.

TOUS vont devoir en payer le prix – douloureux, comme pour tout surendettement…

En conclusion, on peut également rajouter à l’étude l’endettement du secteur financier (banques…), pour avoir une vision encore plus large, comme avec ce graphique issu de données de 2008 :

Dette Totale Synthèse

La place de hub financier de Londres propulse ainsi l’Angleterre à la tête du palmarès…

A contrario, les pays émergents ont su, pour le moment, rester bien plus modérés dans leur utilisation de la dette… Preuve de sagesse ?

20 réponses à 0399 Dette totale : Synthèse

  1. Marcus Le 22 décembre 2011 à 05h52
    Afficher/Masquer

    Gros travail, comme d’hab, avec des graphiques qui permettent une compréhension claire !
    Maintenant : Qui va payer ???
    Bonne journée.
    Marc


  2. Fabrice Le 22 décembre 2011 à 08h02
    Afficher/Masquer

    Ce qui me fait hurler de rage c’est que l’accélération de l’endettement des pays en 2008 correspond, sauf erreur de ma part, aux plans de sauvetage du secteur financier, qui maintenant bénéficient toujours de largesse pour les aider à prêter à des états qu’ils ont contribuer à étrangler.

    Avec pour cerise sur le gâteau c’est je prête à des société banquaires en m’endettant qu’il va peut être falloir sauver en nationalisant donc reendettement, et j’évite d’imaginer le cycle infernal que je vois se profiler dans cette opération car sinon je vais liquider le stock d’aspirine et d’antidépresseur du département.

    Certes nous étions largement sur une mauvaise pente mais là en plus de souligner nos erreurs nous sommes pieds et poings liés par l’embriquement des prêts des banques centrales à des banques qui prêtent à leur tour aux états, escusez moi je vais pousser mon hurlement de rage ça va me soulager.


  3. bruno Le 22 décembre 2011 à 09h02
    Afficher/Masquer

    Les chiffres, les chiffres. Encore un billet qui nous change du discours des journalistes spécialisés et des hommes politiques, guidés par l’anecdote.
    En revanche, je ne comprends pas bien le sens d’ajouter les établissement financiers : les crédits qu’ils accordent sont octroyés aux autres acteurs (entreprises, ménages, états) : on compte donc deux fois les montants. Il faudrait n’ajouter que leur ‘passif net’, non ?


    • G. Le 22 décembre 2011 à 14h30
      Afficher/Masquer

      C’est vrai, on ne le dira jamais assez: merci monsieur Berruyer, merci d’être un des rares à montrer des chiffres, des comparaisons, des graphiques, en proposant des interprétations…
      La population est abreuvée à longueur de journée de discours truqués, non chiffrés, sans fondement et manipulateurs. Les grands médias ne véhiculent que des “opinions”, pas de réelles analyses ou on laisse les lecteurs comprendre d’eux même en tirer leur propres conclusions…
      Votre blog est d’utilité publique, il est aberrant qu’en démocratie des informations comme les vôtres ne soient pas publiquement présentées aux citoyens.


  4. Balthymou Le 22 décembre 2011 à 09h45
    Afficher/Masquer

    Les pays du tiers-monde se sont farcis pendant longtemps les plans du FMI pour des histoires de dettes. Ils connaissent le prix d’une dette hors de contrôle, et le danger que représente l’aide des institutions financières mondiales…


  5. marie Le 22 décembre 2011 à 11h34
    Afficher/Masquer

    bonjour Monsieur Berruyer, ….en attendant le père Noël, à qui j’ai commandé votre livre…. histoire de me mettre le moral à plat pour l’année 2012….. 😉 auriez vous l’amabilité de nous faire un petit billet(même si il est menteur ! ) optimiste, gentil,  en un mot quelque chose qui relève le moral  en cette période de trêve des confiseurs ? Joyeux Noël à vous.  


  6. Joanna Le 22 décembre 2011 à 11h42
    Afficher/Masquer

    Je verrais bien des dessins de Sempé pour illustrer tout ça
    “Rien n’est simple”, “Tout se complique”, “le petit Nicolas”, “Sauve qui peut” nous disait-il il y a bien longtemps maintenant
    quel talent prémonitoire en plus d’être bon dessinateur …

    On sait de moins en moins à quel saint se vouer.
    Synthèse … priez pour nous !


  7. Yves Le 23 décembre 2011 à 15h33
    Afficher/Masquer

    Bonjour et merci pour tout ce travail de “Datamining”. Concernant la dette publique japonaise, on dit qu’en la calculant selon les critères européens, elle serait réduite à environ 110% donc plus ou moins au niveau de l’Italie. Il y a pour le Japon des dettes croisées entre l’Etat et les Territoires qui pourraient donc être “annulées”. Qu’en pensez-vous ? Je me demande s’il est possible d’avoir certaines infos à ce sujet sur la site de la BoJ : http://www.boj.or.jp/en/


  8. Pascal Le 23 décembre 2011 à 22h06
    Afficher/Masquer

    Bonsoir,
    Je me méfie beaucoup des chiffres sur l’endettement des ménages. Comment traitez vous les titrisations des crédits immobiliers ? En particulier pour les états-unis.
    En vous remerciant pour cette étude.
     


  9. discotonio Le 27 décembre 2011 à 22h18
    Afficher/Masquer

    ça serait super intéressant d’avoir une série de graphiques qui montre l’érosion progressive de la productivité marginale de la dette (c’est à dire l’augmentation du PIB en nominal générée par 1 de dette supplémentaire)…


  10. DiscoTonio Le 28 décembre 2011 à 14h42
    Afficher/Masquer

    Ben en gros le PIB c’est la somme des revenus générés.
     
    La dette, c’est normalement, dans un système capitaliste bien géré, l’investissement (et je parle bien de toute la dette, de tous les secteurs, pas que la dette publique).
     
    Du coup, je maintiens, ça serait intéressant d’avoir un graphique qui rapporte l’augmentation du PIB à l’augmentation de la dette. Et je parlais bien de comparer les flux, pas le flux du PIB sur le stock de la dette…
     
    Sinon, Olivier, ça serait bien si avec tes graphiques, tu mettais les liens où trouver les données source 😉


  11. Gérard LIGNIER Le 24 février 2012 à 10h29
    Afficher/Masquer

     
    Bonjour Olivier,
     
    Une question et une demande…
     
     
    1) Question : Savez-vous, concernant l’endettement des ménages dans les diapos 5 et 7 ci-dessus, quel est leur part d’endettement volatile (biens de consommations,…) ainsi que leur part d’endettement « solide » (terre, pierre, forêts,…) ?
     
     
    2) Demande : Auriez-vous des chiffres concernant l’épargne (part en banque alias « volatile » et part en « dur » alias terre,… ?) de ces mêmes ménages à comparer à ces empilements de dettes ? Ceci permettrait, à mon sens, d’apprécier la solvabilité « intrinsèque » de chaque pays vis-à-vis des « marchés » avant que l’on ne vienne nous dire que nos banksters ont fait banqueroute et que notre pognon est, de fait, parti en fumée…
     
    Si oui, et si vous ne l’avez pas déjà fait (je n’ai pas pris le temps « d’éplucher » votre blog) pourriez-vous nous faire un article comparatif là-dessus ?
     
     
    Grand merci pour votre remarquable travail
     


  12. Deday Le 09 mai 2015 à 12h47
    Afficher/Masquer

    Bonjour M. Beruyer,

    Vos analyses de la crise sont intéressante, c’est clai ! Il y a cependant une chose que je ne comprend pas : pourquoi ne parlez vous pas, dans vos deux analyses principales pour comprendre la crise de la dette, des loient “imposées” aux états d’emprunter sur les marchés financiers à taux d’intérêt variable >= 3%, plutôt qu’auprès des banques nationales à 0% comme cela se faisait auparavant ? (Fameuse loi de 1973 en France) Après, peut être en parlez vous dans vos autezs analyses sur la crise économique, je n’ai pas encore tout lu ! Parce qu’il me semble que c’est l’élément clé, déclancheur et majoritairement responsable du surendettement actuel, en tout cas en France, pour les autres pays je ne sais pas. #ProsélitismeUPR L’UPR en parle et montre a quel point ce facteur est important pour comprendre la crise économique actuel ! Bien cordialement !


Charte de modérations des commentaires