Après avoir lu la piètre tambouille des dirigeants occidentaux à l’ONU, je vous propose aujourd’hui celle de la présidente Argentine, dans ses 2 discours, le premier au Conseil de Sécurité (dont elle vient de prendre la présidence mensuelle) à propos de la résolution 2178 (début de Patriot Act mondial), le second dans le discours annuel à l’Assemblée Générale.

C’est un peu long, mais il est bon de voir ce qu’il y a dans la tête des grands pays non occidentaux…

Résolution 2178 de l’ONU – Discours de la Présidente Fernández De Kirchner

Le discours de la Présidente Fernández De Kirchner :

Conseil de sécurité – Mercredi 24 septembre 2014, à 15 heures

Je suis venue assister à cette séance du Conseil avec certaines certitudes et certaines questions, et bien entendu pour voter pour la résolution 2178 (2014) que nous venons d’adopter et aussi pour condamner le terrorisme, résolument et explicitement. Mon pays, la République argentine, et les États-Unis, sont les seuls pays des Amériques qui ont fait l’objet d’attaques terroristes sauvages. L’on a fait sauter l’ambassade d’Israël à Buenos Aires en 1992 et le siège de l’Association mutuelle israélite argentine (AMIA) en 1994.

Depuis lors, je me pose beaucoup de questions parce que tout ce qui se passe actuellement – ce phénomène qui vient d’apparaître, l’État islamique d’Iraq et du Levant (EIIL), qui était inconnu l’année dernière–, c’est comme ce qui s’est passé en Argentine depuis 1994. À l’époque, aussi bien dans mon pays que dans le reste du monde, l’on disait que le Hezbollah était responsable de l’attentat contre le siège de l’AMIA. Aujourd’hui, le Hezbollah est un parti politique au Liban. Par la suite, en 2006, la justice de mon pays, suite à la création d’une entité spéciale au sein du ministère public sur l’initiative du Président Kirchner, a mené une enquête exhaustive sur l’attentat qui s’était produit en 1994–cette année, cela fait 20 ans que s’est produit cet attentat et les coupables n’ont toujours pas été jugés.

À la suite des enquêtes menées par le Procureur, le juge de première instance a décidé d’inculper huit citoyens iraniens vivant à Téhéran. Après cela, l’ancien Président Kirchner, et moi-même par la suite, de 2007 jusqu’en 2012, à chacune des sessions de l’Assemblée générale qui se sont tenues ici à l’ONU, avons demandé à la République islamique d’Iran de coopérer pour que nous puissions interroger ces accusés.

Nous avons même proposé des solutions de rechange, comme dans l’affaire de Lockerbie, par exemple que ces personnes soient jugées dans un pays tiers. Finalement, en 2012, le Ministre iranien des affaires étrangères nous a proposé une réunion bilatérale et c’est ainsi qu’en 2013 a été élaboré un mémorandum d’accord en vue de la coopération judiciaire entre les deux pays, dans le seul but de faire en sorte que ces citoyens iraniens puissent faire une déposition devant un juge. En effet, le système judiciaire argentin n’autorise pas les condamnations par contumace. Les accusés doivent être interrogés et jugés, ce qui contribue au respect de la Constitution et des droits fondamentaux. Suite à la signature de cet accord, aussi bien dans mon pays qu’au sein des organisations communautaires qui avaient toujours appuyé nos demandes de coopération à l’Iran, l’on nous a accusé de nous être mis d’accord avec les Iraniens. Cela m’a amené à me demander si au moment où l’on nous priait de demander à l’Iran de coopérer, c’était réellement dans le but d’obtenir cette coopération ou de provoquer un casus belli.

Dans ce pays également, les États-Unis, on a fait pression sur le Congrès américain, principalement les fonds dits vautours –on peut voir cela sur les sites Web du groupe de travail sur les fonds vautours, où on a affiché des photos où on peut me voir en compagnie d’Ahmadinejad. Jusqu’à l’année dernière, on qualifiait ce pays d’État islamique terroriste et on nous condamnait pour avoir conclu avec lui un mémorandum d’accord sur la coopération judiciaire.

Avec surprise, mais pas avec dégoût, parce que le dialogue ne peut jamais être une mauvaise chose, nous avons appris que le week-end dernier, le Chef du Département d’État américain a rencontré son homologue iranien dans un hôtel bien connu de cette ville pour discuter du problème de l’EIIL –l’on sait que ce groupe est sunnite et que l’Iran est gouverné par des chiites- pour voir quel degré de coopération ou de progrès ils pouvaient espérer en ce qui concerne le programme nucléaire. Par la suite, nous avons constaté qu’il y avait un discours beaucoup plus convivial, plus amical, de la part de ceux qui l’année dernière étaient accusés, tout comme nous, qui avions discuté avec eux, d’être des terroristes.

Je ne dis pas que c’est mal de dialoguer, je ne peux que m’en réjouir. Je crois que le dialogue entre les nations est toujours une bonne chose. La question que je me pose, c’est qu’après cet attentat en 1994, il y a eu l’attentat contre les tours jumelles, commis par Al-Qaida, conçu et planifié par Oussama ben Laden, qui lui non plus, n’est pas apparu subitement comme un champignon après la pluie. Oussama ben Laden a été entraîné, aux côtés des Talibans, pour combattre la Russie durant la guerre froide. Comme j’ai coutume de le dire, l’Afghanistan est un pays à part dont seul Alexandre le Grand est sorti vivant. Ensuite il y a eu le fameux «Printemps arabe», pendant lequel tout le monde était, semble-t-il, des combattants de la liberté, et dont de nouvelles démocraties allaient surgir, alors qu’il s’avère en fait que nombre de ces combattants de la liberté étaient des fondamentalistes qui recevaient alors un entraînement militaire et qui combattent aujourd’hui dans les rangs de l’EIIL ou embrigadent de jeunes recrues.

Sur une note personnelle, je voudrais dire au passage que, moi aussi, j’ai été menacée par l’EIIL. La justice de mon pays enquête actuellement contre les menaces qui ont été proférées contre ma personne par l’EIIL. Franchement, je ne crois pas que l’EIIL se préoccupe beaucoup de la Présidente de la République argentine. Je suis sincère quand je dis cela. Mais le fait est que l’EIIL m’a menacée et a déclaré qu’elle allait intenter à ma vie en raison de mon amitié avec le pape François et parce que je reconnais et défends l’existence de deux États, l’État de Palestine et l’État d’Israël, et l’idée qu’ils puissent vivre côte à côte pacifiquement.

J’ai noté quelques questions qui ne me sont venues à l’esprit parce qu’également, au milieu de tout cela, il y a eu le problème de Saddam Hussein et des armes chimiques en Iraq. On a fini par se débarrasser de Saddam Hussein, mais depuis, la situation en Irak n’a fait que se compliquer toujours davantage. En fait, c’est le monde qui devient de plus en plus complexe. Les choses sont plus compliquées aujourd’hui qu’elles ne l’étaient l’an passé, où il semblait que le problème le plus important était celui de la menace nucléaire posée par l’Iran. Aujourd’hui, on n’en parle plus et on est passé à l’EIIL, ce nouveau groupe terroriste dont on ne sait qui lui fournit du pétrole, qui lui vend des armes, qui l’entraîne mais qui, à l’évidence, a des ressources économiques, détient des armes et dispose d’outils de communication et de diffusion dignes de studios de cinéma. Cela m’amène à me demander ce qui est réellement en train de se passer et comment, en définitive, nous pouvons combattre efficacement le terrorisme. Évidemment, face à l’agression, il faut se défendre –personne ne le conteste- d’où la pertinence d’une riposte militaire. Mais il est clair que la façon dont, jusqu’ici, nous avons lutté contre le terrorisme n’est pas la bonne. En effet, à chaque fois, la situation se fait plus complexe; à chaque fois, les groupes sont plus nombreux; à chaque fois, ils sont plus violents; à chaque fois, ils sont plus puissants.

La logique veut que lorsqu’on suit une méthode donnée pour combattre un problème et que ce problème, au lieu de disparaître ou de reculer, s’accentue et gagne du terrain, il faut au moins revoir la méthode et les moyens utilisés, puisque quelque chose ne fonctionne pas. Je ne prétends pas détenir la vérité ou avoir la science infuse. Je ne prétends pas savoir avec une certitude absolue ce qu’il faut faire, mais ce que je sais c’est que, dans mon pays, un vieux proverbe dit que la seule chose qu’on ne peut pas faire face à des cannibales, c’est les manger.

Il me semble que le plus important est de bien comprendre que la logique du terrorisme consiste à déclencher une réaction parfaitement symétrique, du point de vue tant de la violence que des attaques, afin de pouvoir justifier le sang versé à l’infini, car les terroristes vont tuer deux personnes si on tue un des leurs, trois si on en tue deux, quatre si on en tue trois. C’est l’escalade sanguinaire, la loi du talion, et ce, d’autant plus, dans un contexte –celui du Moyen-Orient– où on continue à ne pas reconnaître l’État de Palestine, où il y a eu un usage disproportionné de la force contre la population civile palestinienne sans qu’aucune tête ne tombe du côté de ceux qui lançaient des roquettes. Au contraire, ce sont des enfants, des femmes, des personnes âgées, des innocents que nous avons vu mourir. Cela ne fait à chaque fois qu’un peu plus le lit de ces groupes.

C’est pourquoi, pour parler franchement, nonobstant la résolution 2178 (2014), à laquelle nous souscrivons, que nous approuvons, et que nous allons appliquer, il serait cynique et mensonger de ma part de dire au Conseil que ça y est, nous tenons la bonne méthode. Je crois que la situation au Moyen-Orient ne peut manquer de se compliquer.

L’année passée à Saint-Pétersbourg –en novembre, ce qui n’est pas si vieux, puisque cela fait moins d’an– nous, les membres du Groupe des Vingt, considérions que l’ennemi juré était le Gouvernement syrien et que ceux qui le combattaient étaient des combattants de la liberté. Or maintenant, on découvre que nombre de ces combattants de la liberté ont rejoint les rangs de l’EIIL. Mais qui soutenait les opposants? Qui leur fournissait des armes, des ressources, à ces combattants de la liberté? Je crois donc que nous devons nous poser toute une série de questions, à commencer par ceux qui sont beaucoup mieux informés que la Présidente de la République argentine que je suis.

Comme les membres le savent, mon pays ne fabrique pas d’armes, ne vend pas d’armes. Au contraire, nous avons besoin d’acheter du pétrole parce que nous n’avons pas assez de ressources énergétiques, même si nous avons découvert un important gisement de pétrole qui va faire de nous un grand producteur –et je ne sais pas si je dois me réjouir quand je dis cela, étant donné que tous les pays qui ont du gaz ou du pétrole ont également de grands problèmes. Quoi qu’il en soit, nous ne fabriquons pas d’armes, nous importons l’énergie et nous n’avons pas toutes les informations dont disposent les grandes puissances. Mais je pense que très souvent disposer des informations ne suffit pas, il faut également comprendre ce qui se passe au sein de chaque société, de chaque peuple et essayer de déterminer quels sont les moyens les plus appropriés pour contrecarrer véritablement le terrorisme. Il ne serait pas surprenant en effet de constater l’année prochaine, en 2015, que l’EIIL a disparu de la scène au profit d’un autre groupuscule au nom étrange et aux méthodes encore plus violentes et virulentes, et que, finalement, nous n’avons fait qu’aggraver le problème.

Pour terminer, je crois également qu’une autre question fondamentale dans cette lutte est le respect des droits de l’homme. Et j’en parle parce que l’Argentine a connu une dictature génocidaire sans égale et qu’elle a rendu la justice de façon inédite. Nous n’avons pas eu besoin d’un tribunal de Nuremberg ni de faire juger les dictateurs à La Haye. C’est l’Argentine elle-même, et son système judiciaire, qui a jugé et condamné les responsables, y compris ceux qui avaient fait tuer des ressortissants français, je pense notamment aux religieuses françaises, ou étaient à l’origine de la disparition de ressortissantes suédoises. Je pense donc que nos antécédents nous permettent de dire que la lutte contre le terrorisme doit se faire dans le respect des droits de l’homme, afin précisément de ne pas continuer à alimenter le monstre.

Le Président Obama (parle en anglais)

Je voudrais juste rappeler que cette séance doit être levée à 17 heures et que nous avons une longue liste d’orateurs, y compris les membres du Conseil. Il faudrait donc que nous fassions en sorte de respecter les limites de temps.

Source : ONU

P.S. La présidente Kirchner fait référence aux attentats qui ont eu lieu en Argentine, sous la présidence de Carlos Mennem :

– le 17 mars 1992 : un attentat à la bombe fait 29 victimes et plus de 280 blessés à l’ambassade d’Israël à Buenos Aires.
– le 18 juillet 1994 : attentat à la voiture piégée, devant un bâtiment rassemblant plusieurs associations juives, dont l’Association Mutuelle Israëlite Argentine (AMIA) à Buenos Aires. L’attentat a fait plus de 80 morts et de 200 blessés.


Assemblée générale 2014 – Discours de la Présidente Fernández De Kirchner

24 septembre 2014

Madame la Présidente, chère compatriote,
Mesdames et Messieurs les chefs des délégations des États membres des Nations unies,

Je voudrais prendre la parole ici à un moment très spécial non seulement pour le monde, mais également pour mon pays. Je voudrais commencer par une réflexion sur ce qu’a dit Monsieur le Secrétaire général Ban Ki-moon en ouvrant cette 69ème session de l’Assemblée générale. Il est revenu sur beaucoup de problèmes, de tragédies, de calamités qui frappent le monde aujourd’hui et il a dit, si je me souviens bien, que ces « turbulences » – car c’est ainsi qu’il les a définies – « qui secouent le monde aujourd’hui, mettent en danger le multilatéralisme ».

Sincèrement, je pense qu’une grande partie des problèmes qui frappent le monde aujourd’hui – problèmes économiques et financiers, problèmes en matière de terrorisme et de sécurité, en matière d’emploi de la force et d’intégrité territoriale, en matière de guerre ou de paix – bon nombre de ces problèmes sont dus précisément à l’absence d’un multilatéralisme efficace, concret et démocratique.

C’est la raison pour laquelle je voudrais commencer ici mon allocution en félicitant et en remerciant cette Assemblée générale de l’adoption de la résolution 68/304 du 9 septembre dernier, à une large majorité de 124 votes positifs, qui a finalement décidé d’engager cette Assemblée dans la voie de la rédaction d’une convention multilatérale donnant un cadre légal aux réglementations applicables à la restructuration des dettes souveraines de tous les pays. [applaudissements] Il s’agit d’une tâche que nous devons mener à bien. Cela fait depuis 2003 que je participe à cette assemblée, d’abord en tant que sénatrice, puis depuis 2007 en tant que présidente ; et nous avons depuis le début réclamé une refonte des différents organismes, du Conseil de sécurité comme du Fonds monétaire international. Nous nous basons sur notre expérience en république d’Argentine, mon pays. Dans ce contexte international, mondial, mon pays, la république d’Argentine, j’ose le dire, est un triple cas d’école [« leading case » en anglais dans le texte], en matière économique et financière, en matière de terrorisme et de sécurité, et aussi en matière d’emploi de la force et d’intégrité territoriale.

Sur le premier sujet, la crise économique, qui s’est répandue dans le monde à partir de l’année 2008, qui perdure encore aujourd’hui, et qui commence à menacer les économies des pays émergents, (alors qu’ils ont connu jusqu’ici une grande croissance économique) ; je veux dire que mon pays, a vécue cette m crise en 2001 lorsqu’il y a eu défaut [« default » en anglais dans le texte] de la dette souveraine, sans doute le plus grand défaut [« default » en anglais dans le texte] que l’on ait jamais connu. A l’époque, l’Argentine en était arrivée là avec le consentement des organismes multilatéraux… parce que lorsque l’on doit 160 % de son PIB, la faute n’est pas imputable uniquement au débiteur mais également aux créanciers.

Et depuis la dictature du 24 mars 1976 en passant par l’étape du néolibéralisme, pendant laquelle l’Argentine était présentée comme une élève modèle dans l’assemblée du Fonds monétaire international, elle a finalement accumulé une dette sans précédent qui l’a fait imploser en termes économiques mais également en termes politiques. Nous avons eu 5 présidents en une seule semaine. Ici, personne n’a accepté de prendre ses responsabilités pour ce qui était arrivé en Argentine. L’Argentine a dû se débrouiller comme elle le pouvait. Et en 2003, un président arrivé au pouvoir avec seulement 22 % des voix s’est présenté ici, devant cette assemblée, quelques mois seulement après sa prise de fonctions, et a déclaré qu’il était nécessaire de mettre en place un modèle de croissance et de développement pour le pays qui lui permette d’assumer ses dettes. Car il a dit, dans une métaphore plus qu’intéressante, que les morts ne payaient pas leurs dettes. Et que les pays doivent pouvoir vivre, se développer, et croître pour faire face à leurs obligations. Mais il a également dit que ce niveau de dette – je le répète : 160 % du PIB – n’était pas de la seule responsabilité du pays. Nous assumions en tant que pays l’adoption des politiques qui nous avaient été imposées, nous assumions notre responsabilité, mais nous demandions et nous prétendions aussi que les organismes multilatéraux comme le Fonds monétaire international et les créanciers qui avaient consenti des prêts à des taux usuraires (qui pouvaient atteindre jusqu’à 14% en dollars) assument également une part de responsabilité dans cet endettement.

Cet homme, ce président, qui est arrivé au pouvoir avec 22 % des voix, s’est retrouvé face à 25 % de chômage, 54% de pauvreté et 27% d’indigents, sans écoles, sans santé, sans sécurité. Cet homme, avec un modèle de développement et de croissance, est parvenu à créer non seulement des millions d’emplois, des millions de retraités et de pensionnés qui ont pu être couverts par les systèmes sociaux, mais de surcroît à générer une participation de 6 points du PIB destinés à l’éducation, et à destiner des sommes importantes à l’infrastructure du pays. Nous avons pu bâtir des routes, des centrales nucléaires et hydroélectriques ; des réseaux d’eau, de gaz et d’électricité, qui aujourd’hui s’étendent dans tout le pays, dans un processus d’inclusion sociale sans précédent pour réduire la pauvreté, pour réduire l’indigence à un pourcentage à un seul chiffre aujourd’hui, et le FMI lui-même reconnaît que la croissance économique de l’Argentine entre 2004 et 2011 a été la 3ème croissance la plus importante au niveau mondial. En termes de qualité de croissance, nous ne sommes dépassés que par la Bulgarie et la Chine. En Amérique latine, nous affichons la meilleure prévision de croissance et le meilleur niveau de pouvoir d’achat des travailleurs.

Tout cela, nous y sommes parvenus en supportant la dette qui avait été générée par d’autres. Il est bon de rappeler que nos gouvernements n’ont pas été ceux qui ont déclaré le défaut sur la dette. Ce ne sont pas non plus nos gouvernements qui ont été responsables de la dette, mais nous avons dû l’assumer. C’était notre devoir et depuis 2003 jusqu’à aujourd’hui, nous avons payé plus de 190 milliards de dollars, je répète le nombre, plus de 190 milliards de dollars. Parce que nous avons restructuré la dette avec 92,4 % des créanciers pour deux volets de dette. Il y a eu tout d’abord ce qui a été accompli en 2005 par le président Kirchner et ensuite ce que j’ai fait en 2010. La vérité c’est que nous sommes parvenus à ce que 92,4 % des créanciers de l’Argentine régularisent leur situation et de là, nous avons commencé à rembourser régulièrement cette dette. Nous avons également remboursé en totalité notre dette envers le Fonds monétaire international, qui se soutenait en permanence avec des bicyclettes financières, à travers ce que l’on appelle des standby [NDT : en anglais dans le texte]. Nous avons donc également totalement annulé cette dette que nous avions à l’égard du Fonds monétaire international.

Il y a quelques mois nous avons mené à bien une négociation concernant une dette que nous traînions depuis 1956 avec le club de Paris. Figurez-vous que la présidente qui vous parle avait 3 ans quand cette dette a été contractée, et le ministre de l’économie de mon pays, qui discutait de la restructuration avec le club de Paris, n’était même pas né en 1956. Mais malgré cela, nous sommes parvenus à un accord avec 19 ministres de l’économie de l’Union européenne pour enfin restructurer cette dette, et nous avons déjà remboursé la première tranche de 642 millions de dollars. Et ça ne s’arrête pas là. Nous sommes parvenus à régulariser la situation des jugements du CIADI de la Banque mondiale, des jugements qui avaient commencé non par des actes ou des actions commises au cours de nos gouvernements, mais par des actions de gouvernements antérieurs qui ont fini par amener des procès devant la Banque mondiale. Cela aussi, nous l’avons résolu. Nous sommes aussi arrivés à un arrangement avec Repsol, lorsque nous avons décidé de reprendre le contrôle de nos ressources énergétiques et que nous avons exproprié 51 % des actionnaires de cette entreprise pétrolière. Nous avons aussi restructuré cette dette et nous sommes parvenus à un accord.

Tout cela, nous l’avons fait, de plus, grâce à nos ressources propres, sans avoir accès au marché des capitaux. Car l’Argentine, étant donné le défaut de 2001, était interdite d’accès au marché des capitaux. Rendez-vous compte, un processus d’inclusion sociale sans précédent – et je dis sans précédent sciemment, alors que je sais que d’aucuns, dans mon pays, diront peut-être qu’au cours des années 50, il y avait des processus d’inclusion similaires. Vous savez quelle est la différence ? Que nous, ce processus d’inclusion, nous l’avons démarré en partant d’une banqueroute totale. Totale et absolue. Au beau milieu du défaut de paiement, nous avons réussi à surmonter le défaut [« default » en anglais dans le texte], nous sommes parvenus à travailler avec les Argentins et à obtenir des acquis sociaux pour eux, nous avons réussi à nous désendetter. Aujourd’hui, nous avons un taux de dettes parmi les plus faibles du monde.

Il y a l’autre cas d’école dont je voulais parler, à savoir l’apparition de ce que l’on appelle les fonds vautours. Il ne s’agit pas des dirigeants populistes sud-américains qui utilisent ce terme de fonds vautours, ni des dirigeants des pays d’Afrique, puisque les pays d’Afrique ont également été victimes de ces fonds vautours. Un des premiers dirigeants à utiliser cette expression l’a fait ici en 2002, et la version de son discours a été déposée et enregistrée aux greffes, c’est le Premier Ministre Gordon Brown, Premier Ministre britannique qui a mentionné ces fonds vautours en disant que moralement il était indigne que ces fonds minent les efforts des pays qui visent à réduire la pauvreté de la population, et qui visent à faire davantage en matière d’éducation et de santé. Aujourd’hui, l’Argentine, avec la complicité du système judiciaire de ce pays, est harcelée par ces fonds vautours.

De qui s’agit-il ? Il s’agit en fait de 1 % de ceux qui n’ont pas participé à la restructuration que nous avons négocié en 2005. Ils ne pouvaient pas participer, parce qu’ils avaient acheté des valeurs en 2008. Vous le savez, ce sont des fonds spécialisés, comme leur nom l’indique, dans l’achat de valeurs ou de titres de pays qui sont en défaut de paiement ou vont l’être sous peu. Leur objectif n’est pas de les réclamer au pays, mais de les poursuivre en justice, dans diverses juridictions, afin d’obtenir des gains exorbitants.

Je ne parlerai même pas de « gains » dans ce cas, parce que ce 1 % à la suite d’un procès ici, dans la juridiction de New York, a obtenu un taux de 1608 % sur 5 ans, en dollars. Dites-moi un peu si vous connaissez une compagnie, une entreprise, un investisseur qui parvient à avoir une rentabilité de plus de 1600 % en à peine 5 ans? C’est pour cela qu’on les appelle les fonds vautours. Aujourd’hui ces fonds empêchent ceux qui ont fait confiance à l’Argentine (les 92,4 % des créanciers), empêchent ces 92,4 % d’obtenir ces remboursements. C’est pourquoi je suis très heureuse que l’Assemblée générale ait pris le taureau par les cornes et j’espère que cette année et l’année prochaine, avant l’Assemblée générale de 2015, nous aurons pu construire – parce qu’il s’agit de cela, il s’agit d’un exercice multilatéral actif et constructif – j’espère que nous aurons été capable de mettre en place un cadre réglementaire pour les restructurations des dettes souveraines afin qu’aucun autre pays ne se retrouve dans la situation où se trouve l’Argentine aujourd’hui : un pays qui a des capacités de paiement et qui veut payer et qui va rembourser ses dettes malgré le harcèlement de ces fonds vautours.
[applaudissements]

Des fonds vautours qui menacent d’entreprendre des actions à l’encontre de l’économie de notre pays. Des fonds qui diffusent des rumeurs, des infamies et des calomnies sur les personnes, sur l’économie et sur la finance. Ils agissent comme des agents déstabilisateurs, c’est une sorte de terrorisme économique et financier.

Car ceux qui mettent des bombes sont peut-être des terroristes mais il y a aussi des terroristes économiques, ceux qui déstabilisent les pays et qui sont responsables de la pauvreté et de la faim, à partir du péché de la spéculation. Il faut le dire en toutes lettres. C’est pourquoi nous plaidons pour que cet accord multilatéral démarre rapidement, avec diligence. Pas pour l’Argentine, mais pour tous les pays du monde. Parce qu’en outre, nous pensons qu’un équilibre économique et financier qui attaque les inégalités économiques et sociales est nécessaire – entre les pays, et à l’intérieur des différentes sociétés – sera aussi un antidote puissant contre ceux qui recrutent des jeunes qui n’ont aucun espoir, des jeunes qui n’ont aucun avenir, des jeunes qui sont enrôlés dans des croisades insensées que nous déplorons tous. Nous ne pouvons pas nous limiter à une lecture superficielle des événements, nous devons aussi aller en profondeur et lutter contre les causes de ces problèmes.

J’ai dit que mon pays était un cas d’école à trois égards [« leading case » en anglais dans le texte]. Je parlais du terrorisme et de la sécurité. Mon pays est le seul pays, avec les États-Unis, qui a été victime d’attentats terroristes sur le continent américain. Deux attentats terroristes : un en 1992, lorsqu’on a attaqué l’ambassade d’Israël et en 1994, contre le siège de l’AMIA. Cela fait 20 ans qu’il y a eu cette attaque contre l’AMIA.

Et j’ose dire ici devant cette assemblée et en présence des familles de victimes qui nous ont accompagnées, que le gouvernement du président Kirchner est celui qui a le plus œuvré pour démasquer les véritables responsables. Pas seulement parce qu’il a ouvert l’ensemble des archives des renseignements de mon pays, pas seulement non plus parce qu’il a créé une unité spéciale d’enquête, mais aussi parce qu’en 2006 face à la justice de mon pays, il a accusé certains citoyens iraniens d’être impliqués dans l’attentat contre l’AMIA. Et il a été le seul président, avec moi, à oser proposer, à oser demander à la république islamique d’Iran de collaborer, de coopérer avec l’enquête.

Cette demande est intervenue de manière régulière, en 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, et finalement la république islamique d’Iran a donné suite à cette requête. Avant, la question ne pouvait même pas être mentionnée. Mais l’Iran a ensuite accepté une réunion bilatérale. Il y a eu un protocole d’accord entre l’Iran et l’Argentine en matière de coopération judiciaire. Pourquoi ? Afin de garantir que les citoyens iraniens qui étaient impliqués et qui vivaient à Téhéran, en République islamique d’Iran, puissent passer devant le juge.

Que s’est-il passé lorsque nous avons signé ce protocole d’accord ? Apparemment, on avait ouvert une boîte de Pandore, à l’intérieur et à l’étranger.

Les institutions d’origine juive qui étaient à nos côtés depuis toutes ces années, et qui nous avaient toujours accompagnés ici pour exiger cette coopération, se sont retournées soudain contre nous. Lorsque la coopération a été décidée, ces institutions nous ont accusées de complicité avec l’Iran. Même chose ici dans ce pays : lorsque les fonds vautours ont fait pression sur le Congrès américain, ils nous ont accusés d’être des partenaires de « l’État terroriste d’Iran » – à l’époque, certains ne disaient pas état islamique d’Iran comme aujourd’hui, mais « l’Etat terroriste d’Iran ».

Ces fonds vautour ont fait du lobbying même sur leur sites Web, en mettant ma photo aux côtés du Président Ahmadinejad, comme si nous étions partenaires.

Cette semaine nous avons appris qu’un hôtel emblématique de cette ville, le Waldorf Astoria, accueille la rencontre entre le chef du département d’Etat des Etats-Unis et de son homologue iranien. Nous n’y sommes pas opposés. Au contraire, nous sommes toujours favorables à tout dialogue, à toutes les discussions.

Mais ce que nous voudrions demander, c’est la chose suivante. Ceux qui accusaient l’Iran d’être un pays de terroristes l’année dernière – je ne parle pas d’il y a un siècle, je parle de l’année dernière – que disent-ils aujourd’hui ? Que disent ceux qui, l’année dernière, parlaient de « combattants de la liberté » luttant en Syrie contre le gouvernement d’Al Assad, alors que les mêmes font partie de l’EIIL maintenant ? Que disent-ils aujourd’hui ?

Cela rejoint l’autre problème que nous avons face à l’insécurité, face au terrorisme. Les grandes puissances échangent bien trop facilement les concepts d’ennemis et d’amis, de terroriste ou non-terroriste. Et le problème est que nous devons définir, une fois pour toutes, que nous ne pouvons continuer à utiliser la politique internationale ou les situations géopolitiques, pour obtenir des positions de pouvoir.

Et je parle en tant que militante contre le terrorisme international. Pour vous donner un exemple amusant, la justice argentine enquête en ce moment sur une menace qui m’a été adressée par l’EIIL, pour deux raisons. Tout d’abord, parce que je suis proche de sa Sainteté, le pape François. Et deuxièmement, parce que j’ai dit qu’il était nécessaire qu’Israël et la Palestine soient deux États qui cohabitent – et au passage, je réitère ma demande devant cette assemblée, de la reconnaissance définitive de la Palestine comme nouvel Etat membre de plein droit. [applaudissements]

J’en profite pour le répéter. Il faut commencer à dénouer les nœuds gordiens. Il n’y en a pas qu’un, mais plusieurs. Il faut commencer à dénouer les nœuds gordiens du Moyen-Orient.

La reconnaissance de l’Etat palestinien ; le droit d’Israël à vivre dans le cadre de ses frontières ; le droit pour la Palestine de ne pas voir la force utilisée de manière disproportionnée comme on l’a vu récemment dans ce qui a provoqué la mort de centaines d’enfants et de femmes, ce que nous condamnons comme nous condamnons ceux qui lancent des missiles contre Israël.

Fondamentalement, nous croyons que dans ce monde de vautours économiques et de faucons de guerre, nous avons besoin de davantage de colombes de la paix pour construire un monde plus sûr. Nous avons besoin de plus de respect du droit international. Il faut davantage d’égalité de traitement entre tous ceux qui sont assis ici.

J’ai entendu, ici, à cette tribune ce matin, parler de l’utilisation de la force pour attenter à l’intégrité territoriale d’un pays, ou pour ne pas respecter cette intégrité territoriale. Là encore, la République argentine est un cas d’école. Car cela fait plus de 100 ans que nous avons un litige de souveraineté avec le Royaume-Uni. Nous réclamons que le Royaume-Uni négocie avec l’Argentine sur la question de la souveraineté des îles Malouines, et nous réclamons que l’Assemblée générale demande au Royaume-Uni de le faire. Personne ne s’inquiète de ce cas, il n’y a pas de véto du Conseil de sécurité.

Parce que l’Argentine ne fait pas partie du Conseil de sécurité ou des nations qui décident de la marche du monde. Et tant que ce sera le cas, tant que le vote des cinq membres permanents assis au Conseil de sécurité pèsera plus lourd que le vote de la Côte-d’Ivoire, du Ghana, du Kenya, de l’Égypte, de l’Ouganda, de l’Argentine, du Bahreïn ou des Émirats arabes unis, on ne réglera rien. Il n’y aura que des discours ! Et nous nous réunirons tous les ans, ici, sans parvenir à la moindre solution. [applaudissements]

Nous devons lutter. Cette Assemblée doit reprendre les rênes du pouvoir qu’elle a délégué. Des pouvoirs qu’elle a délégués à un Conseil de telle sorte que, c’est un paradoxe, l’Assemblée doive demander la permission au Conseil en cas d’adhésion d’un nouveau membre. Nous devons rappeler que c’est cette Assemblée, l’Assemblée souveraine des Nations-Unies, où chacun de nous vaut un vote, qui représente la véritable démocratie mondiale.

Quand cette démocratie mondiale sera concrétisée, je ne dis pas qu’on réglera tous les problèmes, mais je crois que nous aurons un début de solution.

Moi, je ne suis ni pessimiste, ni optimiste, je veux être réaliste. En tout cas, entre pessimisme et optimisme, si je dois choisir, je choisis toujours l’optimisme, mais un optimisme réaliste parce que l’optimisme sans réalisme est soit de la naïveté, soit du cynisme et je ne veux être ni naïve, ni cynique face à vous tous.

Je voulais simplement vous dire ce qu’on pense dans mon pays. En Argentine, nous réclamons depuis très longtemps la réforme du Conseil de sécurité, et la réforme du Fonds monétaire international.

Figurez-vous qu’en 2003, il semblait quasi indispensable de réformer le FMI. Mais presque personne aujourd’hui ne réclame cette réforme, parce qu’il a perdu du poids dans toutes les décisions. De plus, le Fonds monétaire international lui-même, sa directrice et une ancienne directrice, Anne Kruger, demande une réglementation des restructurations des dettes souveraines. Parce que tant qu’il n’y aura pas un traité international adopté par cette Assemblée générale avec des dispositions applicables aux restructurations – tant que nous n’aurons pas ça – il y aura toujours un juge, quelque part sur la planète, comme ce Griesa, qui décidera que les accords ne valent rien et qu’il faut appliquer à un pauvre pays des taux usuraires pour le saigner à blanc.

C’est ce qui est en train de se passer. Parce qu’en définitive, il me semble que ce qu’on veut mettre à bas est la restructuration de la dette souveraine qui a coûté tant de travail au peuple argentin.

Avant de venir ici, je me suis rendue à Rome. Et j’y ai rencontré un compatriote qui occupe aujourd’hui une position très importante, une position non seulement religieuse, mais aussi morale et exemplaire. Je voudrais ici relayer le message de paix, de construction de la paix.

Si nous voulons vraiment lutter contre le terrorisme, nous devons œuvrer à la paix. On ne combat pas le terrorisme en faisant résonner les tambours de guerre ! Au contraire, c’est justement ce que veulent les terroristes, une réaction symétrique pour que la roue tourne et qu’il y ait toujours un crédit de sang à réclamer.

Réfléchissons en profondeur à ces questions. Si cette Assemblée, les Nations-unies redeviennent chef de file, si cette assemblée récupère son mandat, face à certains pays qui reconnaissent le droit international pour les autres mais ne se l’appliquent pas à eux-mêmes, je suis sure que nous aurons contribué de manière importante à la construction de la paix et à la lutte contre le terrorisme, dans laquelle personne ne sera absent de la lutte pour laisser à nos enfants un monde meilleur que celui que nous connaissons aujourd’hui.

Et enfin je voudrais rappeler que, l’année passée, les problèmes étaient différents. L’année dernière, nous parlions d’autres thématiques, d’autres dangers, en matière de sécurité.

Aujourd’hui, les choses ont changé. Les mauvais d’hier ne semblent plus aussi mauvais. Ceux qui hier devaient être envahis et rayés de la carte semblent désormais collaborer pour faire disparaître l’EIIL.

Hier, c’était Al Qaïda. Moi, je me demande : Al Qaïda, les talibans, comment sont-ils apparus ? D’où sortent-ils leurs armes ? D’où tirent-ils leurs ressources ? Mon pays ne produit pas d’armes. Qui leur vend des armes ?

Et puis il y a eu ce qui devait être le printemps arabe, qui a viré à l’automne, voire même à l’hiver et dont les combattants de la liberté sont devenus des gens qui méritaient ensuite d’être poursuivis, parfois même emprisonnés.

Aujourd’hui, c’est l’EIIL, cette nouvelle engeance, qui décapite des gens à la télévision lors de vraies mises en scène dont on se demande comment ? d’où ?… Parce que, pardonnez-moi, mais je suis devenue extrêmement méfiante après avoir vu tout ce qui s’est passé. Les séries de télévision qui nous divertissent tant sont de toutes petites fictions à côté des réalités que nous vivons dans le monde actuel.

C’est pour ça qu’il est bon de nous demander comment ces choses vont crescendo, comment il se fait que des problèmes surgissent de plus en plus rapidement, et sont de pires en pires.

Des choses qui font dire au Pape que nous sommes quasiment dans une Troisième guerre mondiale, une guerre qui n’est plus certes la guerre conventionnelle que nous avons connue au XXème siècle, mais des guerres focalisées dont les seules vraies victimes sont les populations civiles.

C’est pourquoi, dans quelques instants, dans ce Conseil de sécurité dont nous faisons temporairement partie, nous allons soulever quelques-uns de ces problèmes, quelques questions. Nous n’avons pas de certitude, nous ne détenons pas de vérité absolue mais nous avons beaucoup de questions et nous voulons les adresser à ceux qui disposent de bien plus d’informations que nous, de bien plus de données que nous, qui ont des réseaux de renseignement bien plus établis que ceux de mon pays.

C’est incroyable qu’avec tant de d’informations, tant de données, on en sache tant mais qu’on en comprenne si peu en réalité. Et il faut comprendre ce qui se passe pour pouvoir construire une solution définitive.

Je salue une fois de plus la volonté politique des 124 pays qui ont voté pour la résolution 68/304. Je sais, nous le savons tous, il y a eu des pressions pour qu’on n’atteigne pas ce chiffre ou pour qu’il n’y ait pas de vote, mais je crois que l’exercice de multilatéralisme pratique, réel et démocratique de cette résolution démontre que tout n’est pas perdu. Au contraire, il nous incombe – à chacun de nous et de nos pays – de trouver des solutions réelles, efficaces, aux problèmes du monde.

Je vous remercie et je vous souhaite à tous et à toutes une excellente fin de journée.

[applaudissements].

51 réponses à Discours de la Présidente argentine à l’ONU : “Il y a aussi des terroristes économiques”

Commentaires recommandés

vladimirK Le 10 octobre 2014 à 02h45

J’espère ne pas me fourvoyer en fondant des espoirs sur le BRICS, qui à terme devrait accueillir des pays comme l’Argentine, d’autres pays Américains, Africains, Asiatiques… on les a longtemps méprisé car ce n’étaient que des “colonisés”, mais les voir donner des leçons aux anciens colonisateurs ne pourra que me procurer une grande joie.

Tenez bon les BRICS

  1. odjo Le 10 octobre 2014 à 00h50
    Afficher/Masquer

    Voila le discours d’un vrai chef d’etat .Bravo a l’Argentime et honte a tous ces pays et la plupart de leurs representants qui favorisent une liste sans fin de conflits en leur fournissant, argent, soutient et armes .


    • akpoonne Le 10 octobre 2014 à 10h45
      Afficher/Masquer

      Odjo Dernier pays à être “aidé” par les USA, la Moldavie qu’ils veulent nous fourguer dans l’Europe.
      Que vont faire les USA, leur fournir des armes, c’est un pays du moyen age ils sont d’une pauvreté incroyable, on vient leur donner des armes et pas des outils pour travailler la terre.
      Tout ça pour faire face à une région la “Transnitrie” Russophone, coincée entre la Moldavie et l’Ukraine, des armes toujours + d’armes qu’ils vont payer bien sur, incroyables salauds que ces UShits


  2. jp Le 10 octobre 2014 à 01h00
    Afficher/Masquer

    je remarque l’expression “péché de la spéculation”, ça me semble tellement inhabituel, pas occidental. Les musulmans et les catholique d’un coté (contre l’usure), les juifs et les protestants de l’autre, ça change de la vision socialisme vs capitalisme.


    • sergeat Le 28 mai 2015 à 08h49
      Afficher/Masquer

      JP votre remarque peut s étendre à la politique de notre “monsieur repentance tout azimut” la haine du catholicisme romain (notre héritage) et le catholicisme orthodoxe(slaves) par rapport à son amour du judaïsme et du monde anglo-saxon (protestant),ce qui se traduit par un alignement néo-con en Europe au détriment des slaves(mène chose avec l ineffable fabius aux ordres ou manipulateur au moyen orient).Et dire que l ancien maire de Tulles se prétend socialiste et dernier rempart du grand capital.Les français sont vraiment pris pour des débiles.


      • Melissa Le 29 mai 2015 à 00h22
        Afficher/Masquer

        Et si c’était ça, le socialisme…?
        Une mouvance…!
        C’est mou, ça avance…, ça recule, aussi…
        C’est même capable d’opérer les volte-face les plus inattendus !
        Regardez, avant 1914,…Ferry, le temps béni…, des colonies…
        1940, Maréchal, sauvons le buffet !…
        1981, on se refait une santé…
        2012, mon ennemi, mon scooter…, mon Macron, mon patron…,ma piaule à Mougins…
        Conservateur…?!!…Jamais !

        link to lexpress.fr


  3. vladimirK Le 10 octobre 2014 à 02h45
    Afficher/Masquer

    J’espère ne pas me fourvoyer en fondant des espoirs sur le BRICS, qui à terme devrait accueillir des pays comme l’Argentine, d’autres pays Américains, Africains, Asiatiques… on les a longtemps méprisé car ce n’étaient que des “colonisés”, mais les voir donner des leçons aux anciens colonisateurs ne pourra que me procurer une grande joie.

    Tenez bon les BRICS


    • Yves.jm Le 11 octobre 2014 à 02h05
      Afficher/Masquer

      Les Brics sont en train de mettre en place (Chine, Inde et Russie en particulier) une monnaie commune pour faire pièce au $. Je verrais bien une France souveraine rejoindre ce groupement !


      • Melissa Le 29 mai 2015 à 00h53
        Afficher/Masquer

        Brux…,brics…Et une France souveraine ET indépendante, ça ne vous pose un problème ?

        Aux brics, ça n’en pose aucun !… Pourvu qu’elle soit souveraine…


    • Azol Le 28 mai 2015 à 22h24
      Afficher/Masquer

      Je suis sceptique quand à présenter les BRICS comme le saint Graal. Je ne connais ni les tenants ni les aboutissants de ce projet économique et n’ai guère connaissance du contenu. Je le vois cependant être fréquemment énoncé par l’animateur du site et les commentateurs.

      On prétend que les BRICS seraient une excellente chose, pour nous Français, pour les Européens et le reste du monde. Je n’en sais rien. Je sais cependant d’après ce que vous dites que cela ferait un contrebalancement à la puissance économique Étasunienne.

      D’abord, qu’est-ce qui vous fait croire que les BRICS voudront que nous les rejoignons ? Si jamais ils acceptent notre concours, ne serait-ce pas au prix de trop grandes contreparties ? Et si le groupe surmonte la puissance américaine, quel en sera les conséquences pour ses 300 millions d’habitants ? Et pour les Européens, dont les Etats sont fortement liés à elle ?

      Et les pays les plus pauvres, auront-ils un meilleur destin avec des pôles de puissance différents ? Après tout, que l’on soit Russe, Chinois, Européen ou Américain, plus l’accès aux matières premières est facile et bon marché, mieux c’est. Et pour cela, il ne faut pas que les autochtones aient la voix trop forte…


  4. casper Le 10 octobre 2014 à 03h01
    Afficher/Masquer

    Un discours de bon sens, merci de le poster ici.

    Obama qui lui coupe la parole au moment ou elle rappelle que la lutte contre le terrorisme doit se faire dans le respect des droits de l’Homme ^^ Ça s’invente pas.


  5. Archanonyme Le 10 octobre 2014 à 03h44
    Afficher/Masquer

    Je rends hommage à la sénatrice et présidente Fernández De Kirchner Amidala.

    “La dévaluation d’une monnaie n’est rien d’autre qu’une forme d’impôt sur ceux qui détiennent cette monnaies”. (My Name Is Nobody / cf Archanonyme)

    Cette dévaluation a permis un meilleures écoulement des matières premières (nourriture comprises) en provenance de l’argentine sur les marchés internationaux. L’argentine a augmenté ses exportations et engendré des revenus important. Ce qui lui a permis de restructurer et rembourser une partie sa dettes. Il y a 1 années je vous proposais de vous pencher sur le cas de l’argentine en vous fournissant un lien sur la crise argentine 1998 et 2002, et d’apprendre en quoi la dévaluation d’une monnaie peut permettre la relance économique pour un pays producteur. Je me permet encore une fois de vous transmettre ce cas d’école (dixit link to fr.wikipedia.org “Fin 2002, l’économie montrait une évolution clairement positive, les effets favorables de la dévaluation devenant réellement observables (principalement, la compétitivité des produits argentins sur le marché international)”)


    • Olivier M Le 10 octobre 2014 à 04h27
      Afficher/Masquer

      Vive la compétitivité dans la misère des peuples!
      Européens, réjouissez-vous! votre future misère via la compétitivité par la baisse de vos salaires permettra de nouveau aux multinationales de faire des bénéfices toujours croissants, cela au nom de la balance des paiements.
      Eurêka! dévaluons tout!


      • Archanonyme Le 10 octobre 2014 à 15h11
        Afficher/Masquer

        Je dis bien “pour un pays producteur” (utilise l’exportation), c’est pour cela que l’Allemagne pays importateur de matière première ce doit d’avoir un mark élevé.

        Pour les pays producteurs, celui qui exporte plus gagne plus donc la balance des salaires reste positif voir même augmentation, de plus une monnaie faible renforce l’économie local (achat des bien produit par le pays plutôt que sur le marché international). Je refuse de voir le monde en noir ou en blanc (c’est trop facile), je le regarde en niveau de gris.

        En place de votre commentaire, vous pourriez investir du temps pour comprendre le mécanisme économique que je décris (qui n’est pas compliqué en se donnant la peine)


        • Olivier M Le 13 octobre 2014 à 17h07
          Afficher/Masquer

          Merci pour vos encouragements. J’ai lu les Echos pendant 25 ans, j’y ai appris beaucoup.

          Exporter, c’est la solution! Je ne croirais que les économistes qui ne prônent pas la solution par l’exportation. Le type qui pense que tous les pays du monde doivent exporter plus qu’ils n’importent fait partie d’une secte, de celle qui espère trouver des consommateurs sur Mars.

          “celui qui exporte plus gagne plus donc la balance des salaires reste positif voir même augmentation”. Moi mon problème c’est que j’aimerai avoir 2 cerveaux et 70 vierges dans mon lit, est-il suffisant que je gagne plus pour satisfaire mes délires? Combien de salariés compétents, mais aussi parfois responsables, dois-je éliminer pour parvenir à mes fins?

          La SCIENCE économie, la nouvelle SECTE!

          PS: la “science” économique moderne nous a menés au fond du trou (mais non, il n’y a pas d’inflation!), mais poursuivons dans la mise en concurrence à l’extrême, exportons, exportons! Exportez-vous vers toujours plus de guerres. VIVE le libéralisme des inconscients, qui prétendent s’y connaître en économie! Psychologie et économie sont profondément liés, mais ils ne le savent pas, ces économistes de pacotille!

          Toutes mes condoléances


    • Crapaud Rouge Le 28 mai 2015 à 18h52
      Afficher/Masquer

      Bien sûr qu’il faut dévaluer, c’est une protection contre les importations excessives. Avec une monnaie trop forte, vous pouvez tout acheter à l’extérieur, mais vous ne pouvez plus rien produire à l’intérieur parce que ça ne se vend pas, y compris vos fruits et légumes ! Plus une monnaie est forte, plus elle pénalise les petits producteurs locaux : ils se font ratatiner par les gros parce que c’est moins cher pour eux d’importer que de produire localement les produits intermédiaires. Notons quand même que quand les pays européens jouaient la dévaluation monétaire les uns contre les autres, c’était pas brillant non plus.


  6. vérité2014 Le 10 octobre 2014 à 04h15
    Afficher/Masquer

    RT s’étend en Argentine en Espagnol

    RT launches nationwide broadcasting in Argentina.

    link to rt.com


  7. vérité2014 Le 10 octobre 2014 à 04h18
    Afficher/Masquer

    Adrian Salbuchi Un grand économiste Argentin explique pourquoi nous ferons faillite

    Déscriptif de se cas vécut l’Argentine et comparaison avec se qui nous en attend en occident..

    link to youtube.com


    • Kiwixar Le 10 octobre 2014 à 08h48
      Afficher/Masquer

      Tout dépend de la définition du “nous”.
      Les 99%? Les nations? les entreprises? les épargnants? les marchands d’armes? les 1%?
      Faire faillite, est-ce quand une nation ne peut rembourser à ses créanciers?
      Elle peut proposer un deal haircut comme a fait l’Argentine.
      Ou bien racheter sa dette à une (petite) fraction du prix comme a fait l’Equateur.
      Ou bien imprimer du papier “ceci vaut x trilliards” pour payer, quand la Banque Centrale n’est pas “indépendante” du Trésor.

      C’est en fait un avantage que l’Etat ne puisse plus emprunter ensuite : cela évite les déficits budgétaires et la corruption des chefs d’Etat (qui tournent en déficit, empruntent, et reçoivent une com)…


  8. Patrick Luder Le 10 octobre 2014 à 06h31
    Afficher/Masquer

    Il est trop rare que des dirigeants essaient de tirer des leçons des crises passées, sans laisser tomber dans l’oubli les zones d’ombres et d’incohérence. Il est trop rare que des dirigeants disent ce qu’il y a à dire, donnent des discours non négociés ou dirigés de l’arrière …


  9. ErJiEff Le 10 octobre 2014 à 08h54
    Afficher/Masquer

    Cette femme est vraiment très courageuse, à la hauteur de sa sincérité, et ce n’est pas peu dire.

    Ces deux discours expliquent mieux que tout la rumeur qui rampe ça et là, tentant de semer le doute sur sa santé mentale.
    Elle refuse l’Hégémonie US ; comme elle ne peut être cataloguée comme tyran implacable, elle est donc nécessairement plus ou moins folle.


    • Lyonnais Le 13 octobre 2014 à 11h24
      Afficher/Masquer

      En effet un journaliste du Monde a eu le culot, sur France-Inter, dans l’émission de Demorand, de déclarer “quelle disait n’importe quoi”…
      Je n’ai pas pu retrouver ce grand moment de journalisme, j’espère que quelqu’un aura plus de chance que moi !


      • Lyonnais Le 13 octobre 2014 à 11h58
        Afficher/Masquer

        Je l’ai retrouvé grâce au Front de Gauche :

        link to gauchemip.org

        Le lien avec France-Inter est en bas de page.
        Comment Le Monde a-t-il pu tomber si bas ?


        • Ardèchoix Le 28 mai 2015 à 12h26
          Afficher/Masquer

          Journalisme d’information genre “gâchis Parmentier “


  10. reneegate Le 10 octobre 2014 à 09h47
    Afficher/Masquer

    Stupéfiant le ton et le contenu de ce discours transpire la sincérité et souligne a quel point celui de nos politiques est tordu et vide de sens. Ce que Kirchner dit sur l’incapacité du conseil de sécurité de l’ONU à réguler “les noeuds gordiens” dans le monde, elle le transpose aussi au FMI en matière économique et financière.
    Le FMI en prend pour son grade, c’est sur que nous avons vu de quoi est capable Lagarde (perdre des millions en 1 seule signature) qui aurait très bien pu se trouver à la tête des fonds vautours, ou présider la chambre qui leur a donné un blanc saing.
    Il y a de l’espoir donc, puisque tous les politiques ne sont pas aussi nuls que les notres. Je proposais à Melenchon de traverser l’atlantique en voilier pour aller visiter les bolivariens, je vais plutôt proposer à Hollande de voguer vers l’Argentine et y prendre de la graine.


  11. pierre9459 Le 10 octobre 2014 à 09h48
    Afficher/Masquer

    Bonjour

    Encore un discours très courageux de cette femme.
    En lisant son analyse, on peut en effet comprendre pourquoi les faucons américains tentent par tous les moyens de déstabiliser à nouveau ce pays.
    Idem pour le Venezuela qui subit depuis le décès de Mr Chavez des attaques orchestrées depuis Washington.
    Maintenant, il y a les BRICS c’est vrai qui pointent le nez, mais même là, je reste circonspect pour une simple raison : Ces BRICS menaceraient tels que proposés ou entre aperçus l’hégémonie américaine sur le monde, l’empire s’en trouverait fortement menaçé ! Déstabiliser donc fortement quelques pays susceptibles d’intégrer les BRICS comme l’Argentine, le Venezuela et promouvoir et fomenter ce qui se passe à Hong Kong me semble vu d’ici le début de la réaction de cet empire.
    De par notre soumission à l’UE, nous serons fatalement partie prenante dans ce qui va se passer et comme l’UE est vassalisée aux States, je ne vous fais pas de dessin !!!


  12. MagPie Le 10 octobre 2014 à 12h11
    Afficher/Masquer

    Cristina Kirchner rompt, par la forme de son discours (pas mal de ses compatriotes lui reprochent le manque de solennité et de formalisme de son expression, d’ailleurs) avec le style convenu des discussions de l’ONU. C’est assez spectaculaire, mais malheureusement, et tout le monde le sait, cela ne peut pas aller bien plus loin. Ses déclarations sont intellectuellement correctes et moralement on ne peut qu’être d’accord (juste incroyable, cette histoire de fonds vautours), et cela va probablement mieux en le disant. Mais dans les faits, zéro chance d’impact. Hélas. C’est peut-être ce qui lui donne ce côté tragique…


    • reneegate Le 10 octobre 2014 à 12h49
      Afficher/Masquer

      c’est une des premières fois où des dirigeants de pays parlent vrai. Comment pouvez vous être aussi péremptoire sur l’inefficacité. Les résultats qu’elle a obtenu dans son pays attestent que cela fonctionne bien mieux. Chavez, mais aussi Morales et Correa parlent simplement, posent les problèmes et trouvent souvent des solutions.
      Je pense justement que cette nouvelle expression, sans détours sera mieux reçu par les peuples qui se sentirons à nouveau impliqués. Les russes l’ont bien compris. Poutine et Lavrov usent déjà de ce type de discours.


    • boduos Le 28 mai 2015 à 10h10
      Afficher/Masquer

      pour avoir participer à de beaucoup plus petites assemblées,les minorités et les humbles que l’on peut assimiler aux petits pays à l’ONU prennent comme une bouffée d’air frais lorsqu’une voix atypique et sans langue de bois se prononce.
      sans le vouloir et sans concertation,ils se découvrent un porte parole ,un chef de file .


  13. Olposoch Le 10 octobre 2014 à 13h09
    Afficher/Masquer

    J’ai vu passer que la retransmission en direct du discours de C. Kirchner avait été interrompue par la régie de l’ONU…
    On a des infos là-dessus ou bien cela n’a juste pas eu lieu?


  14. Incognitototo Le 10 octobre 2014 à 14h01
    Afficher/Masquer

    Magnifique !… Depuis le temps que je pense que les solutions pour tous ne pourront venir que des BRICS et des pays émergents, voilà qui me conforte encore dans mes analyses…

    Fernández De Kirchner, Présidente du Monde, tout de suite !!!


  15. isidore Le 10 octobre 2014 à 16h51
    Afficher/Masquer

    A ma maniére je suis fonciérement optimiste . Il existe aussi une ‘comptabilité’ en matiére de valeurs . Elle aussi compte des ‘intérets’ , et plus c’est long , plus la note est lourde , sauf que pour poursuivre la comparaison c’est plutot exponentiel que progressif .
    Bien sur qu’il existe des terroristes économiques , ce sont eux les vrais patrons , dans l’ombre et derriére , les terroristes médiatisés .
    Ce qui me rassure c’est l’Histoire . Elle a toujours fait table rase et radicalement , des vrais terroristes . A chaque pas nouveau de cette Histoire , apparemment , ils triomphent ce qui les enhardis , imbus d’impunité . Mais à chaque fois leur défaite et radicale .
    Que sont donc devenus les élites de l’Empire Maya ? L’une des civilisations les plus cruelles qui ait existé . Des paysans laborieux ? En étaient ils seulement capables ?


  16. kenny Le 10 octobre 2014 à 17h13
    Afficher/Masquer

    Je ne connais pas bien la situation de l’Argentine et de toutes facons tout ce qu’on peut generalement en lire, est assez biaise (j’ai vu une fois ce qu’ils en disaient dans The Economist, je me suis arrete au bout de quelques lignes).

    Mais son discours semble plein de bon sens.

    Effectivement elle tranche avec les discours habituels, ca fait du bien, des hommes politiques (en l’occurence ici,une femme) qui parlent “Normalement” et concretement.

    Toutes ces histoires de fonds vautour me rappellent d’une part la theorie du choc, d’autre part, le 1er livre a avoir vraiment ouvert ma consicence de citoyen “confessions of a economic Hitman” que je recommende a tous.


  17. Gedeon Le 10 octobre 2014 à 17h46
    Afficher/Masquer

    Andale Christina…cette grande dame souffre d’un déficit d’image auprès des intellectuels occidentaux autoproclamés…on ne lui pardonne ni son look,ni son glamour,ni d’avoir réchappé à son cancer…on ne lui pardonne surtout pas d’être une (belle) femme,supérieurement intelligente….beaucoup ont de la sympathie pour Dilma Roussef..peu pour Christina Kirchner…elle ne fait pas assez…exotique,en quelque sorte. Pourtant elle porte une parole et des actes forts dans un pays en prie à une véritable offensive…un petit juge des USA condamne l’Argentine…et essaye de la mettre à genoux…mais curieusement le sort des argentins ne passionne pas…trop européens? trop “blancs”? trop tango et pas assez samba? Les racismes ne sont pas à sens unique…l’indifférence dans laquelle l’Argentine livre un combat inégal en est la preuve…Si l’Argentine tombe,toute l’Amérique Latine suivra…pour le moment on a évité Silva au Brésil…jusqu’au résultat du deuxième tour…Neves lui,est le deus ex machina des ultralibéraux…mais j’ai confiance,le B de Brics ne tombera pas…il s’y ajoutera peut être même un A,si Dilma Roussef oublie son inexplicable rancoeur à l’égard à l’égard de Mme Kirchner…Viva la Senora Kirchner,vIVA!


  18. nebul_eu Le 10 octobre 2014 à 19h42
    Afficher/Masquer

    Et bien merci pour cette transcription, lorsque nous aurons ce type de discours
    au parlement européen et à la commission européenne, on pourra à nouveau parler de construction. Alors n’hésitez pas, chacun d’entre vous, à faire passer ce discours à votre élu favori. Une vocation peut naître ailleurs qu’en argentine.

    Même s’il y a toujours des écarts entre le discours et la réalité, un discours de paix reste préférable à un discours de haine.


  19. JC PETON Le 25 octobre 2014 à 12h28
    Afficher/Masquer

    Bravo à vous pour des informations et des analyses hétérodoxes, pertinentes et donc forcément impertinentes !


  20. JPS007 Le 28 mai 2015 à 07h46
    Afficher/Masquer

    Et pendant ce temps-là, à Riga, le président de la Commission Européenne Jean-Claude Juncker (alias Mr Luxleaks) fait son show: http://www.20min.ch/ro/news/monde/story/Le–Petit-Journal–se-moque-de-Juncker-28801998


    • Ardèchoix Le 28 mai 2015 à 12h41
      Afficher/Masquer

      Je signale après visionage de la vidéo , qu”il est déconseillé de tremper ses croissants dans un bol de cognac, le café est de loin préférable.


  21. Macarel Le 28 mai 2015 à 07h54
    Afficher/Masquer

    Le monde est aux mains “Corporate Power”, toutes nos “démocraties” sont sous la coupe du “Corporate Power”.
    Les peuples peuvent élire qui que ce soit, c’est en définitive le “Corporate Power” qui tient toujours le manche. Ici en France point besoin de s’appesantir, après Sarkozy, Hollande le “socialiste” mène la politique qui est voulue par le “Corporate Power”, ou les marchés si vous voulez, c’est un autre nom pour la même “chose”.
    C’est bien que certains dirigeants qui savent concrètement, et surtout leurs peuples, ce qu’il en coûte de tomber sous la coupe de ce “Gouvernement Mondial”, de parler vrai, et de dénoncer cet état de fait. Mais, évidemment il ne faut pas s’étonner que les officines de presse financées par ce “Corporate Power” se déchainent contre ceux qui osent défier ce “Nouvel Ordre Mondial”,
    (Novus Ordo Seculorum, comme inscrit sur les billets de 1 dollar)
    Il n’est point besoin de faire appel à une quelconque théorie du complot pour expliquer cet état de fait à l’échelle mondiale, c’est tout simplement que l’internationale des capitaliste existe, alors que l’internationale des damnés de la Terre, elle n’existe pas. Une minorité de gens qui concentrent entre leurs mains le pouvoir que leur procure l’argent, partagent la même culture de la libre entreprise capitaliste, et celle de faire le maximum de profit quoiqu’il en coûte pour les sociétés humaines et l’environnement, finissent par former une caste qui tire vraiment les ficelles des marionnettes que sont devenus nos représentants. Cette caste, ce sont bien les 1%. Ce sont tous ces gens qui se croisent, se fréquentent, dans tous les forums mondiaux type Davos, et dans des cénacles bien moins médiatisés, mais qui décident de la politique du monde, ou pour le moins l’influencent très fortement.


    • Macarel Le 28 mai 2015 à 08h02
      Afficher/Masquer

      Et en mai 2017, vous pouvez être sûr que ce sera un candidat sponsorisé par ce “Corporate Power” qui remportera l’élection, qu’il soit de droite ou de gauche.
      Même Marine Le Pen, si un jour, elle parvenait à la magistrature suprême devrait faire allégeance à ce Pouvoir, et ceci malgré toutes ses rodomontades devant les micros et et dans le petit écran.
      Si le “Corporate Power” ne voit pas d’autre solution pour défendre ses intérêts que l’accession au pouvoir d’un parti extrémiste de droite, il s’en accommodera. Le Chili de Pinochet, l’a bien montré.


      • boduos Le 28 mai 2015 à 10h14
        Afficher/Masquer

        donc continuons avec hollande sarkosy


    • Macarel Le 28 mai 2015 à 08h19
      Afficher/Masquer

      D’autant plus qu’il serait nettement plus “facile” d’imposer aux peuples des accords de libre-échange (appelés de ses voeux par le “Corporate Power”), comme le TTIP (Transatlantique Trade and Investment Partenership ou TAFTA), ou le TPP (Trans Pacific Partnership), avec des gens comme Pinochet au pouvoir.
      Avec une démocratie, même formelle, il faut ruser, manipuler les masses, c’est plus long, et “l’on” perd de l’argent.


      • Macarel Le 28 mai 2015 à 08h23
        Afficher/Masquer

        Accords de libre-échange, qui par le truchement des tribunaux arbitraux privés, réduiront vraiment les citoyens des différents Etats, au rang d’esclaves de ce “Corporate Power” mondialisé.


    • Renaud 2 Le 28 mai 2015 à 13h50
      Afficher/Masquer

      La “corporatocracy” comme l’appelait Michael Ruppert :).


  22. Ardèchoix Le 28 mai 2015 à 10h06
    Afficher/Masquer

    Cette Dame agit pour le bien de son peuple . Et dans ce monde sombre ou l’argent est roi, il est bon de savoir qu”il existe un ailleurs.
    Un lien qui résume ma forme de pensée .
    link to fr.m.wikipedia.org


    • Nerouiev Le 28 mai 2015 à 11h56
      Afficher/Masquer

      Situé dans la Grande Ourse …. en Russie donc !


  23. sergeat Le 28 mai 2015 à 10h27
    Afficher/Masquer

    Profit de 1600 pour cent en 5 ans,en réalité nous arrivons à une juridiction bancaire du système mondiale donc nord américain.La pax america détruit tout pays ayant des difficultés héritées ou non mieux qu une guerre.La nouvelle stratégie des USA est 60 pour cent domination par le roi dollar,30 pour cent propagande,10 pour cent guerre contre les pays peu défendu.
    Cette dame a une analyse humaine du monde,la vision du péché est belle d ou la dichotomie religieuse expliquée par JP .


  24. Nerouiev Le 28 mai 2015 à 12h02
    Afficher/Masquer

    C’est vraiment super de nous alimenter d’un tel discours où tout est dit si ce n’est directement du moins en filigrane. J’aime bien la référence au proverbe “on ne mange pas un cannibale”. Elle a fait plusieurs visites en Russie, c’est prometteur. Quand je vois cette trempe de présidente et que je vois notre Hollande, quelle misère pour nous !


    • burno Le 29 mai 2015 à 00h34
      Afficher/Masquer

      la comparaison est vraiment très cruelle !
      il s agit d une femme d exception !


  25. Christian Durante Le 28 mai 2015 à 12h12
    Afficher/Masquer

    Bravo d’avoir retranscrit ces deux discours de C. K.
    Il est rare aujourd’hui d’entendre un dirigeant parler normalement, concrètement et de se poser les bonnes questions. Revenir sur l’actualité de l’année précédente et constater les changements complets de politique internationale, d’essayer de s’en servir pour ne pas faire les mêmes erreurs, de vouloir le multilatéralisme, de critiquer le FMI, le blocage du Conseil de sécurité, les fonds vautours.
    Ne pas oublier que l’Argentine est un pays européen, que notre géopolitique ne s’en est jamais préoccupé alors que nous devrions travailler avec eux face à l’hégémonie mortelle du voisin Nord-américain.


  26. Roses de Left Le 28 mai 2015 à 18h52
    Afficher/Masquer

    Sur les propositions de restructuration des dettes 3 liens:
    1 du CADTM critic sur les propo de l’ONU
    2 de “euractiv” critic sur l’UE (protege le fonds vautours)
    3 de l’UE recente, apres le 5 mai sur le TTIP: tribunaux permanents, etendus a tous les
    accords commerciaux de l’UE, verifications des legislations parlementaires avant vote!
    EFFROI !!! Merkel-Hollande veulent plus d’integration europeenne: des groupes de
    parlements nationaux au sein d’un eurogroupe…..
    Merci de votre travail
    Bien a vous
    link to cadtm.org
    link to euractiv.fr
    link to trade.ec.europa.eu


  27. georges glise Le 01 juin 2015 à 20h17
    Afficher/Masquer

    à côté de la fermeté de mme kirchner face aux fonds vautours, face à ceux qui nourrissent le terrorisme tout en reprochant aux autres de pactiser avec lui, notre lamentable hollande avec sa soumission à la troika et sa politique résolument atlantiste, ya pas photo: je serais heureux aujourd’hui d’être un citoyen argentin, alors que je suis plutôt triste d’être français.


Charte de modérations des commentaires