Source : centenaire.org

Cette sélection de cartes postales de propagande anti-allemande provient du fonds de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC).

Dès le mois d’août 1914 on assiste en France à un déferlement de propagande alimenté par des fausses nouvelles colportées par la presse et aussitôt mises en images par les illustrateurs. Toutes sortes d’atrocités prétendument commises par l’ennemi, forcement barbare, y sont montrées : crimes de guerre, exécutions de curés et de notables, atrocités contre les enfants ou les femmes.
Ce florilège présente essentiellement des cartes produites dans les premiers mois du conflit, les plus meurtriers et chaotiques, où faute de représentations de la guerre telle qu’elle avait lieu on était obligé de puiser dans l’imaginaire collectif ou dans le stock existant des représentations d’avant-guerre. Il en résulte une vision de la guerre largement fantasmatique, forcément perméable aux thèmes diffusés par la propagande.

 

Leur façon de faire la guerre. Carte illustrée. Georges Scott, d’après “L’Illustration”. Editeur ELD (L&D ?), Eugène Le Deley, Paris. Dessin daté du 28 août 1914. Ce dessin Georges Scott fit la couverture de “l’Illustration” du 29 août 1914. C’est le résultat d’un mois de bourrage de crânes sur les prétendues atrocités allemandes. Pouvait-on dès lors voir l’ennemi autrement qu’en brute assoiffée de sang, s’en prenant aux populations civiles, détruisant des villages, tuant femmes, enfants et curés?
© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

1914 : l’entrée. Carte illustrée. Anonyme. Pas de mention d’éditeur. 1914. Carte imprimée en Belgique. Une des nombreuses reprises du motif de Scott.
© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

Le gros de l’ennemi tel qu’il faut se le représenter. Carte Illustrée. Maurice Pepin. Editeur Gallia, Paris. 1914. Evolution de l’archétype : soldat laissant derrière lui une ville enflamme et des cadavres d’enfants, un couteau ensanglanté à la main et une bague à chaque doigt, fruits du pillage.
© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

Peints par eux-mêmes : sans commentaire. Carte Illustrée. Richard Graef (1879-1945). Editeur Gallais et Cie, Paris.1910. Carte postale française à partir d’un dessin de presse allemand détourné. Cette lithographie parut dans le journal satyrique allemand “Simplicissimus” le 7 mars 1910, publié à l’origine sans titre ni légende, il représente la répression d’un mouvement social en Prusse. Ce dessin “emprunté” est désormais doté d’une légende illustrant la cruauté de l’armée allemande envers sa propre population.
© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

Les allemands achèvent les blessés. Carte Illustrée. Anonyme. Pas de mention d’éditeur. 1914-1915. Carte faisant appel à l’imagerie des guerres du 19e siècle.
© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

Barbarie allemande – générosité française. Carte Mixte. M.Boulanger. Editeur Gloria. 1914-1915. En contrepoint de la barbarie de l’allemand qui achève les blessés, le français les soigne, fussent-ils allemands.
© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

…ils dépouillent les morts (les journaux). Carte Photographique. Anonyme. Pas de mention d’éditeur. 1914-1915. Le titre de la carte donne l’origine de l’information “(les journaux)”.
© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

Les traitres fusillent l’adversaire désarmé à la vue du drapeau blanc. Carte Illustrée. Big. Edition Patriotique I.Lapina, Imp.-Edit., Paris. 1915. L’ennemi est fourbe et cruel et se joue des règles de la guerre. Du point de vue graphique, on remarquera que les éléments constitutifs de la tranchée (parapet, pilastre et meurtrières) forment un visage.
© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

Et les lâches emploient les gaz asphyxiants et le pétrole enflammé contre nos soldats. Carte Illustrée. Big. Edition Patriotique I.Lapina, Imp. Edit., Paris. 1915. Réprobation face à l’utilisation d’armes nouvelles comme les gaz ou les lance-flammes, qui furent pourtant utilisées par l’ensemble des belligérants.
© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

Leur 1er crime. Carte Illustrée. Anonyme. Editeur A.L. Paris. 1914. L’envahisseur allemand s’en prend aux religieux.
© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

Guerre 1914 : Leurs crimes. Carte Illustrée. Clérice frères (François et Victor). Editions Niquet, Paris. 1914. La soldatesque entre dans une église et tue le curé qui sonne le tocsin.
© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

Atrocités allemandes : assassinat d’Alexis Samain / assassinat du curé de Moyenvic. Carte Illustrée.
© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

Dans un village du Nord : avant l’exécution. Carte Illustrée. Anonyme. Editeur AN, Armand Noyer, Paris. 1914. On fusille le curé, le maire (?) et une femme.
© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

Une jeune victime. Carte Illustrée. R.Bataille. Editeur Cl.Noé, Paris. 1914. La légende rend compte de façon circonstanciée de la fausse nouvelle : un enfant de sept ans met en joue des soldats allemands avec un fusil en bois, qui le fusillent aussitôt sous les yeux de sa mère.
© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

Un enfant de sept ans fusillé. Carte Illustrée. Louis Boucher. Pas de mention d’éditeur. 1914. Le fait état universellement connu, il n’est plus besoin de longues explications, la légende est minimaliste, le dessin reprend les éléments nécessaires : le fusil en bois et la mère coiffée en alsacienne.
© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

Nos Prussiens orientaux, “barbares allemands” en Russie. Carte Photographique. Carte postale allemande. 1914-1915. La propagande allemande essaye d’allumer un contre-feu à cette déferlante de fausses nouvelles, ici une carte photographique mettant en scène les occupants allemands sous un jour favorable. Cette carte ne se trouve pas à la BDIC, elle appartient aux collections de la Bibliothèque d’histoire contemporaine de la Bibliothèque du Land du Württemberg (BfZ/WLB).
© Bibliothèque d’histoire contemporaine de la Bibliothèque du Land du Württemberg

En pays envahi : ris ou je te fais fusiller. Carte Illustrée. Lorniard. Edition Berger-Levrault, Section d’information, Strasbourg. Une réponse française à la contre-propagande allemande avec le pendant exact de la carte précédente : les concepteurs de la carte pointent le fait qu’il s’agit de mises en scène photographiées.
© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

Ils viennent jusque dans vos bras égorger vos fils, vos compagnes. Carte Mixte. M.Boulanger. Editeur Gloria. 1914-1915. Vision apocalyptique de l’arrivée des allemands, accompagnée d’un couplet de la Marseillaise.
© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

 

Guerre 1914 (août) : où sont les français ? Que de fois a eu lieu cette odieuse scène ? Carte Photographique. Photo Blanch. Collection Jove. 1914. Au dos on lit à propos de cette collection de cartes qu’elles sont « Composées ou exécutées d’après nature, elles sont […] la reproduction scrupuleuse de la vérité ». La jeune paysanne agressée par un soldat, pose la question « où sont les français ? » qui sonne comme un appel au secours, ou comme un reproche.
© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

Une tête coupée. Carte Illustrée. Ph.Cary (?). Editeur A.F.Laclau, Toulouse. 1914-1915. Du grand guignol : une paysanne enterrée nue et décapitée à coups de sabre.
© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

1914 : fugitifs d’Anvers sur la frontière hollandaise. Carte Photographique. Anonyme. Editeur ELD, Eugène Le Deley, Paris. 1914. Carte postale bilingue français-anglais. La guerre occasionne l’exode des populations, d’après la légende, ici c’est le cas d’habitants d’Anvers cherchant asile aux Pays-Bas, à une vingtaine de km au nord de cette ville.
© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

Pauvres gens ! Les fugitifs de Belgique et du Nord de la France campés dans une forêt. Carte Photographique. Anonyme. Editeur CCCC, Charles Collas et Cie Cognac. 1914. La même image légendée différemment : qualifiés de « pauvres gens », les réfugiés sont ici des Belges et des Nordistes, la scène est donc censée se dérouler en France et non au nord de la Belgique, comme il apparait dans la carte précédente.
© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

 

Rapatriés français, Genève 1915. Carte Photographique. Jullien Frères. Carte postale semi-artisanale sur papier photographique Tensi. Fait partie d’un reportage sur l’arrivée à Genève de civils des départements français occupés. Ces « rapatriements » d’indigents et de volontaires (via la Belgique, l’Allemagne et la Suisse) sont mis en place par les autorités allemandes à partir de mars 1915 pour pallier aux difficultés de ravitaillement en zone occupée. Si au début les volontaires pour un rapatriement étaient rares, au point qu’il fallait en désigner de façon autoritaire, avec la dégradation des conditions du ravitaillement les demandes finirent par dépasser le nombre des places disponibles. Entre 1915 et 1918 il n’y eut pas moins de 400 000 personnes déplacées.
© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

.

 

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

59 réponses à Barbares, ogres et assassins … la propagande anti-allemande dans les cartes postales

Commentaires recommandés

bluerider Le 20 mai 2015 à 02h57

la liste est exactement la même que celle des atrocités reprochées à Kadhafi ou Assad, et par association ou sur un mode davantage empreint de crainte, à Poutine. Voilà. Je tenais à mettre les poin(gs) sur les i. et ceux qui vont me trouver trop insinuateur à mon tour, m’opposeront que dans leur cas “ce n’est absolument pas pareil”, que leurs atrocités sont, elles, prouvées etc… et je répondrai NON. A ce jour, NON. rappels ? Des ossements près du mur de la prison d’Abu Selim (massacre allégué de 1200 prisonniers disparus selon les familles de victimes) ? Raté. C’étaient des dromadaires et des mules… Massacre endigué à Benghazi ? Raté. Il n’y avait que 5 chars devant la ville, mais BHL était derrière, une fois encore. Gaz toxique en Syrie ? Raté. De nombreuses contre-enquêtes ont prouvé que ces gaz pouvaient aussi bien provenir des arsenaux de campagne rebelles qui ont les moyens de les fabriquer sur place ou en Turquie. Viagra pour les soldats de Kadhafi ? A part en rigoler, que faire d’autre ? Torture chez Kadhafi et Assad ? Non seulement il y a eu torture, mais ce sont les USA eux-mêmes qui ont sous traité ces tortures à ces pays là contre une virginité internationale, de 2002 à 2006, au plus fort moment des “extraordinary renditions” qui ont conduit à la torture sans preuves 13000 innocents vendus par des chefs de guerre afghans ou pakistanais aux troupes US et à la CIA… enfin, si réprimer dans un pays tel que la Libye ou la Syrie a un sens au vu du résultat actuel (rappelez-vous Hama en 82, 1000 baasistes égorgés pendant 15 jours par des frères musulmans), massacrer 120 000 libyens en 2 mois de pilonage des cotes libyennes est une forme de torture qui devrait imposer plus de discrétion à nos médias carte-postales, non ? des questions ?

  1. purefrancophone Le 20 mai 2015 à 01h22
    Afficher/Masquer

    Super de voir de vieilles cartes propagandistes .
    Merci


    • Bernard Le 20 mai 2015 à 13h13
      Afficher/Masquer

      Un livre définitif sur la question (et sa complexité historique)
      John Horne, 1914. Atrocités allemandes, Tallandier, 2006.
      Voici la difficulté: un mélange entre les atrocités réelles (5000 civils assassinés), les motivations complexes des soldats allemands (panique collective et illusoire des francs-tireurs) et contre propagande franco-anglo-belge qui a embrouillé la question.


      • Feuille de Mars Le 20 mai 2015 à 15h38
        Afficher/Masquer

        La peur des prussiens pour les francs-tireurs n’est pas si illusoire que cela.

        Non pas que cela justifie les crimes commis par les allemands contre les civils français et belges pendant les 2 dernières guerres mondiales, néanmoins, l’action des soldats français ayant abandonné l’uniforme après la première débâcle de 1870 pour continuer à combattre par petits groupes et en civil l’envahisseur prussien, n’est pas une légende. L’historiographie française ne retient de 1870 que l’humiliation de Sedan, la défaite éclaire et le carnage commis sur la Commune de Paris, quant à l’historiographie allemande, elle ne retient que la victoire allemande rapide qui était justifiée par les précédentes humiliations essuyées au cours du 1er empire (bataille de Iéna, Napoléon défilant dans les rues de Berlin sous les acclamations de la foule Berlinoise, admiration pour “l’ogre corse” par une grande partie de l’élite francophile allemande (Beethoven), destruction pure et simple du saint-empire, utilisation des soldats prussiens comme chaire à canon face aux russes pendant la campagne de Russie). Des 2 côtés du Rhin on a caché la vérité sur la guerre de 1870 par 2 propagandes : l’une française et appelant à la revanche, l’autre allemande et vantant le bon-droit du peuple allemand à prendre sa revanche sur cette France arrogante. La vérité c’est que, même si l’armée française a subit plus de défaites que l’armée allemande, les pertes aux combats sont égales et parfois supérieures dans le camp allemand que dans celui des français qui ont été touché surtout par la gestion sanitaire déplorable qui fit mourir de maladie bon nombre d’appelés.
        La vérité c’est que la IIIème république n’a jamais voulu saluer ceux qui ont résisté à l’envahisseur (en raison de leur inclination politique communarde et pro-empereur, car n’oublions pas que sur la fin de son règne, Napoléon III avait su prendre plusieurs mesures en faveur des classes laborieuses au point que certains journaux l’appelaient “l’empereur des ouvriers”) tout comme les prussiens ne voulaient pas reconnaître que bon nombre de leurs soldats étaient morts tués par des civils en arme et que le seul moyen de faire la guerre contre ce genre de personne fut de commettre des crimes contre des civils pas toujours pris les armes à la main.
        Regardez les images qui nous sont restées de la Commune : une foule de civils en arme, aidés de quelques soldats survivants de Sedan ou de Forbach près à défendre Paris contre les prussiens… Hé ! Bien dites vous que ces images ne sont pas spécifiques à Paris et qu’elles étaient de mises dans l’ensemble des campagnes dominées par les prussiens.
        L’histoire officielle est que l’armée prussienne a remporté une victoire rapide face à une armée impériale française mal dirigée et mal encadrée, mais que peu après, sa progression a été ralentie par des francs-tireurs français (et parfois étrangers, dont beaucoup d’italiens) ayant infligé des pertes assez lourdes…et ces civils en arme seront combattus violemment, non-seulement par les prussiens, mais également par le gouvernement de la nouvelle république (qui a dû bien remercier Guillaume 1er pour avoir fait choir le “tyran” anti-bourgeois).
        C’est à partir de cette époque que naîtra dans les écoles de guerre allemandes ce mot (tellement utilisé aujourd’hui) de “terroriste” pour définir ces français fanatiquement liés à leur empereur (lisez le livre de Jean Teullé sur des paysans de 1870 qui ont massacré et mangé un officier aristocrates car ils le soupçonnaient de ne pas être assez pro-empereur) et qui rappelaient aux prussiens le fanatisme des soldats français du 1er empire qui criaient à la fois “Vive l’empereur!” et “Vive la révolution!” et qui apportaient avec eux la guillotine et la terreur révolutionnaire qui a horrifié toute l’Europe qui allait devoir subir un impérialisme français bien plus dangereux encore que celui déjà à l’œuvre sous la monarchie.
        Et oui, les premiers terroristes de l’histoire, officiellement, ce furent les français qui luttaient contre l’occupation de leur patrie.
        Et les premiers anti-terroristes de l’histoire, ce furent les allemands confrontés aux populations civils rétives à l’occupation…et qui prouveront tout au long du XXème siècle leur grande mansuétude vis-à-vis des civils qu’ils occupaeint…ces faits seraient intéressants à rappeler à nos gouvernants actuels, ceux qui font arrêter des enfants de 8 ans pour “incitation au terrorisme”, les mêmes qui appellent à aligner la politique économique française sur celle de l’Allemagne…ironie, quand tu nous tiens !


        • Serge Le 20 mai 2015 à 17h36
          Afficher/Masquer

          J’ai lu la biographie d’Henri Poincaré ,j’ai pu mesurer à quel point l’occupation de sa ville ,Nancy ,et les exactions des troupes prussiennes ,l’avait marqué ,lui et sa famille,dont son cousin ,Raymond .
          Ce qui explique en partie l’ardeur de ce dernier pour récupérer l’Alsace et la Lorraine .
          Henri ,même s’il parlait couramment l’allemand,correspondait avec les grands mathématiciens d’outre-Rhin et fut même membre de l’académie prussienne ,ne s’en laissait pas compter face à Hilbert dans la volonté hégémonique allemande sur les sciences de ce dernier .
          Faut pas croire que le monde de la science est un monde angélique ,dépourvu d’implications politiques .
          Hilbert a quand même réussi à déposséder Poincaré de la primauté de la relativité restreinte …
          Je dis cela sans être anti-allemand ,étant donné que Bach,Leibnitz,Gauss et Riemann ,comptent parmi les plus grands génies de l’histoire humaine.


  2. bluetonga Le 20 mai 2015 à 02h02
    Afficher/Masquer

    Mince, je n’ai pas vu celle des bébés belges aux mains coupées. Je ne la retrouve pas d’ailleurs, mais j’ai retrouvé ceci :

    http://laconnaissanceouverteetsesennemis.blogspot.be/2009/09/andre-gide-et-la-rumeur-des-mains.html

    Par contre, il faut concéder à la vérité historique qu’en 1914, les Allemands ne se sont pas vraiment essuyé les pieds avant d’envahir la Belgique.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Atrocit%C3%A9s_allemandes_en_1914

    J’ai personnellement grandi à l’ombre d’un monument célébrant les victimes militaires mais également civiles de cette guerre, dont nombre d’otages fusillés pour faire tomber un fort avoisinant.


    • Serge Le 20 mai 2015 à 04h01
      Afficher/Masquer

      Bien sûr que les allemands ont commis les pires atrocités envers les civils en Belgique,après avoir violer d’ailleurs sa neutralité .93 intellectuels allemands ont cru bon de signer une pétition pour soutenir le contraire ,dont Max Planck qui regrettera mollement par la suite ces exactions .

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Manifeste_des_93


      • ISTINA Le 20 mai 2015 à 07h54
        Afficher/Masquer

        Mon Père, laissé pour mort, Peut-être car,éclat dans la tête. en Belgique.
        Repris ses esprits, dans un Hopital Allemand, soigné par des
        Schwesters {{ religieuses infirmières Allemandes.}}
        Surprise, lorsque un Allemand, posant le Havre-Sac de,
        mon père,
        lui annonçant qu’lls avaient trouvé le Sac avec papiers portant son nom, sur un champ de bataille, avaient fait suivre le sac à l’hôpital. ce qui permit à mon Père d’être photographié en compagnie d’officiers Russes, en Prusse Orientale,
        , en Uniforme de Fantaisie ( c’est ainsi qu’ils appelaient les uniformes de sorties
        avec d’immenses galons,Traversant le bras en diagonale, peut-être de Sergent-Major ?


        • ISTINA Le 20 mai 2015 à 08h16
          Afficher/Masquer

          P/S, Mon texte précédent, n’a pas vocation d’être antipropagandentiste,
          ce n’est qu’une anecdote, le comique se situe dans le fait que, que le Sac ait pu rejoindre
          mon père à l ‘Hopital en Allemagne. certainement le côté tatillon des Boches ?
          La conclusion, à cette époque, mon père n’aurait sans doute pas imaginé que quelque
          26 ans plus tard, ses 3 enfants; les ainés de 6 enfants seraient eux aussi en Guerre contre
          les Allemands, Deux prisonniers, s’évaderaient, que ses deux ainés Légion d’honneur, seraient
          Morts pour la France !
          Si vous trouvez mes propos bizarres, veuillez tenir compte que Cinq générations nous séparent.?
          Dans 7 ANS, si Dieu ou le grand créateur, me prêtent Vie , j’atteindrai les 100 ans !


          • step Le 20 mai 2015 à 10h33
            Afficher/Masquer

            Le plus dangereux dans une guerre ce ne sont pas les armes, mais ceux qui les tiennent. Le panel des comportements possibles, c’est une des différences entre les conflits dans le monde animal et chez les hommes. Certains vont envoyer les prisonniers se faire soigner en faisant suivre leurs affaires, d’autres vont les achever dans un fossé.

            Il y a probablement des invariants liés au modèle de société, dont raffolerait Todd, et surement des dynamiques liés aux adversaires en conflit. Si les allemands n’ont jamais été des zélotes du respect des conventions liées à la guerre, nous n’avons pas subi l’invasion de Russie, et pourtant c’était les mêmes allemands qui ont mené les deux attaques. On constate d’ailleurs à cette occasion que pire que la détestation (comme entre la France et l’Allemagne de l’époque) il y a le mépris (entre russe et allemands).

            Ce point est d’ailleurs vrai dans les relations humaines à plus petite échelle. Être en conflit avec quelqu’un, c’est le reconnaître à minima, le mépriser, c’est le nier. D’où mon inquiétude sur la tournure actuelle de bien des discours, qui manient avec inconscience le mépris (des grecs paresseux, des français qui aimerait se faire forcer la main… et des allemands brutaux et revanchards)…. A ce sujet, il y a des conflits sociaux en Allemagne qui semble montrer qu’après l’uppercut de la trahison social-libérale de shroeder, les syndicats essayent de se remettre en selle, sur le thème “puis que votre modèle est si bon, on souhaite avoir le bénéfices de nos sacrifices maintenant”.


    • Patrick Andre Le 21 mai 2015 à 08h13
      Afficher/Masquer

      http://www.cartexpo.fr/_Cartexpo%2062%20-%20presse%20expo.pdf

      → Les cartes postales veulent convaincre que l’ennemi mène une guerre sale : les français affirment que les allemands coupent les mains des enfants, crucifient les soldats, etc.


  3. Quentin Alexandre Le 20 mai 2015 à 02h44
    Afficher/Masquer

    C’est sûr que le bellicisme c’est horrible, par contre le pacifisme des saboteurs et des porteurs de valises anticolonialistes c’est très noble…


  4. bluerider Le 20 mai 2015 à 02h57
    Afficher/Masquer

    la liste est exactement la même que celle des atrocités reprochées à Kadhafi ou Assad, et par association ou sur un mode davantage empreint de crainte, à Poutine. Voilà. Je tenais à mettre les poin(gs) sur les i. et ceux qui vont me trouver trop insinuateur à mon tour, m’opposeront que dans leur cas “ce n’est absolument pas pareil”, que leurs atrocités sont, elles, prouvées etc… et je répondrai NON. A ce jour, NON. rappels ? Des ossements près du mur de la prison d’Abu Selim (massacre allégué de 1200 prisonniers disparus selon les familles de victimes) ? Raté. C’étaient des dromadaires et des mules… Massacre endigué à Benghazi ? Raté. Il n’y avait que 5 chars devant la ville, mais BHL était derrière, une fois encore. Gaz toxique en Syrie ? Raté. De nombreuses contre-enquêtes ont prouvé que ces gaz pouvaient aussi bien provenir des arsenaux de campagne rebelles qui ont les moyens de les fabriquer sur place ou en Turquie. Viagra pour les soldats de Kadhafi ? A part en rigoler, que faire d’autre ? Torture chez Kadhafi et Assad ? Non seulement il y a eu torture, mais ce sont les USA eux-mêmes qui ont sous traité ces tortures à ces pays là contre une virginité internationale, de 2002 à 2006, au plus fort moment des “extraordinary renditions” qui ont conduit à la torture sans preuves 13000 innocents vendus par des chefs de guerre afghans ou pakistanais aux troupes US et à la CIA… enfin, si réprimer dans un pays tel que la Libye ou la Syrie a un sens au vu du résultat actuel (rappelez-vous Hama en 82, 1000 baasistes égorgés pendant 15 jours par des frères musulmans), massacrer 120 000 libyens en 2 mois de pilonage des cotes libyennes est une forme de torture qui devrait imposer plus de discrétion à nos médias carte-postales, non ? des questions ?


    • Lysbethe Lévy Le 20 mai 2015 à 08h55
      Afficher/Masquer

      Oui cela m’a horrifié la façon dont nos élites on raconté un ramassis de bêtises et mensonges à propos de celui ci, pour nous faire admettre qu’il fallait bien l’éliminer et de façon abjecte, peu de gens ont vu que c’était bestial et indigne mais cela a marqué certains d’entre nous.

      Pour info Silvia Cattori a écrit un article sur la propagande canadienne sur le sujet :

      http://www.silviacattori.net/article3856.html France, Usa, Ue cette propagande accusant Khaddafi de tous les maux et crimes de la terre, juste pour amener l’opinion publique a accepter le bombardement de ce pays (le plus avancé de l’Afrique pourtant ) est un crime en soi…extraits

      ” Kadhafi serait un terrible maniaque sexuel.
      Pendant des décennies il aurait violé des femmes et eu des esclaves sexuelles.

      C’est bien connu que le délit sexuel soulève les passions, même chez les plus durs. Ceux qui sont emprisonnés pour des délits sexuels sont souvent mal accueillis par leurs camarades prisonniers. La population peut aussi parfois lyncher en public les délinquants sexuels.
      Les islamistes peuvent lapider à mort une femme pour adultère. On dit qu’on a dépensé 43 millions en enquête concernant le cas de Clinton-Lewinsky. Le sexe… quel carburant pour dénigrer !

      Un autre carburant est la maltraitance des enfants. Personne ne reste insensible devant Aurore l’enfant martyre ou les enfants-soldats (sauf pour Omar Khadr). Personne ne reste insensible devant les enfants maltraités de quelques manières que ce soit.

      Pour faire haïr Kadhafi, on a utilisé le viol.
      Pour faire haïr Assad, on utilise les enfants.
      Deux carburants à propagande efficace.

      Kadhafi aurait donc été un maniaque sexuel terrible.
      Pire que Clinton, pire que DSK !

      Cependant « en 42 ans » de règne jamais aucune femme ne s’est plainte de sévices sexuels. Jamais aucune mère, aucune sœur aucune voisine de ces femmes violées par Kadhafi ne s’est sauvée de la Libye et est venue témoigner de cette réalité (sic) qui nous est aujourd’hui “dévoilée” ! On nous dévoile une réalité virtuelle !

      Kadhafi est devenu soudainement, après sa disparition un des pires maniaques sexuels que le monde ait connus.
      Monsieur SAINT-Pierre nous l’affirme sans l’ombre d’un doute à 8 min 10 sec. du début : « Oui, il était aussi terrible que cela ! »

      La journaliste Annick Cogean a même écrit un livre sur la “sexualité dépravée” du guide qui parait il “violait ou sodomisait ” les femmes des autres présidents africains (sic !) cela peut paraitre incroyable mais cette journaliste a spécialement écrit un livre sur “Saphia” l’esclave sexuelle (elle n’existe pas bien sur) aurait souffert milles morts à cause de ce “monstre” priapique de Khaddafi”

      Bien sur c’était mensonges et diabolisations mais cela semble passer comme un gant MmeCogean c’est invité sur les plateaux télé et journaux pour “témoigner” !!


      • theuric Le 20 mai 2015 à 17h43
        Afficher/Masquer

        Pourriez-vous, je vous prie, employer le terme de groupe de pression?
        N’est-il pas surprenant qu’en même temps que vous remettez en cause la mainmise étasunienne sur l’opinion publique française, vous usiez et abusiez des termes mêmes utilisez par ceux-là même que vous blâmez, dans la langue de ceux dont vous récusez notre domination, soit l’état U.S.?
        Soyons cohérent, que diable, et nous ne nous en porterions pas plus mal.
        Si vous voulez faire œuvre de décolonisation, commencez pas la culture en en rejetant l’inutile.
        La langue anglaise n’ayant de sens qu’en tant que langage international dédié aux échanges internationaux: commerciaux, scientifique et politique.
        Pour le reste, elle n’a rien à faire dans les commentaire d’un blogue en langue française pour les français.
        Que cela se dise!


        • theuric Le 20 mai 2015 à 17h50
          Afficher/Masquer

          Pour la chanson, il en est de même, si je chante Mozart cela peut se faire en allemand, en latin ou en italien, si je chante du jazz d’un compositeur anglais ou étasunien, il est logique que cela se fasse dans leur langue.
          En revanche, je ne vois rien de plus vulgaire que des français reniant ce qu’ils sont en usant du langage de Bush fils.
          Ou alors, cela signant leur vide abyssal.
          Va-t-on savoir, Charles…


        • Alvise L. Le 21 mai 2015 à 14h40
          Afficher/Masquer

          Certes cher Theuric, je vous l’accorde, le terme de “think tank” est bel et bien un emprunt à ce pitoyable idiome anglophone qu’est “l’amerloque”. Cela dit, vous n’aurez sans doute pas manqué de noter que j’ai utilisé à dessein des guillemets qui s’évertuent à enserrer soigneusement ledit syntagme conceptuel d’inspiration “zétasuniennes” et ceci pour deux raisons conscientes : d’une part pour bien souligner qu’il s’agit d’un phénomène (celui de l’éclosion des “think tanks”) d’enkystement au sein même de notre vie institutionnelle politique nationale de pratiques d’influence et de corruption (même s’il reste probable qu’elles n’ont rien d’illégales en soi) qui nous sont peu familières parce qu’à la fois récentes et d’origine outre-atlantique; et d’autre part pour conserver son caractère nébuleux du fait d’une définition pour le moins problématique pour nos esprits indécrottablement franchouillards (et comme illustration de cette qualité sibylline dudit terme et de ce à quoi il se réfère je vous renvoie au site suivant:http://www.huyghe.fr/actu_446.htm).
          Enfin, comme dernière ligne de défense (moyen de défense subsidiaire donc), je me retrancherai derrière le fameux Larousse qui a choisi de l’intégrer au sein même de sa liste lexicale proprement française. Bon, j’ai conscience que ça n’est pas un argument absolument imparable puisque l’on peut légitimement discuter des choix dudit dictionnaire, mais tout de même…
          Par ailleurs, vous n’avez pas relevé mon fautif emprunt à cette autre langue étrangère des plus impérialistes (nommément le Latin), par mon grossier usage de l’expression “a priori”, et ce sans même prendre la précaution de l’entourer de guillemets… “Mea culpa!” donc, et même: “mea maxima culpa!” (oui, je sais je devrais en outre les écrire en italique, mais je ne sais comment le faire sur mon clavier…).
          Cordialement.


      • voronine Le 20 mai 2015 à 20h25
        Afficher/Masquer

        Dans la propagande de guerre , les crimes sexuels marchent toujours très bien ! On a pu le vérifier en BOSNIE ou on nous a raconté les sévices subis par les femmes bosniaques dans les BMC serbes…Et encore aujourd’hui avec les exactions islamiques ….


    • Andrea Le 20 mai 2015 à 19h03
      Afficher/Masquer

      En gros, amha: Saddam était peint comme sadique (torture, sang, caves glauques, supplices, etc.), Kadafi comme ‘violeur’ (ou avec une cour de femmes à son service contre payement contrainte etc.)

      Bien sur la vérité etc. jnsp.

      Poutine, est le pédophile mondial, le pire de tout.

      Evidemment la presse mainstream ne veut pas / ne peut pas lancer ce type d’accusation, mais ils laissent planer le truc, et en dessous, sur internet, c’est une grosse, très grosse affaire.

      voir un article de ce jour en France, 20 mai 2015, sur MediaPart.

      Et si c’est de la satire, c’est vraiment pas expliqué.

      http://blogs.mediapart.fr/blog/boris-lutte/200515/poutine-pedophile


  5. andy8 Le 20 mai 2015 à 03h24
    Afficher/Masquer

    Malheureusement les atrocités allemandes ont bien existé en 1914
    A Dinant en Belgique, 674 habitants dont des femmes et enfants tués, 400 déportés, la ville brulée
    Il a fallu plus de 70 ans pour que l’Allemagne reconnaisse ce crie


  6. Serge Le 20 mai 2015 à 04h11
    Afficher/Masquer

    Est-ce un billet pour décortiquer TOUTES les propagandes de guerre (parce faut quand même pas oublier que de l’autre côté ,il y avait la même!) ?
    Ou est-ce une énième petite crise de dénigrement auto-flagellatoire de notre pays ?

    PS.Mon grand-père paternel est mort au combat près d’Arras ,le 16 juin 1915 .


    • valles Le 20 mai 2015 à 07h43
      Afficher/Masquer

      Cela m’étonnerait que l’équipe de ce blog pratique le fench-bashing façon Coué, et si ce billet s’adresse à nous c’est peut-être pour le rendre plus efficace qu’une diatribe contre les autres.
      Les correspondances de Romain ROLAND et Stefan ZWEIG penant cette période relatent très bien cette propagande de guerre vue par deux intellectuels complètement dépassés par les événements.
      On sent très bien dans leurs textes la propagande sournoise envahir leurs esprits et c’est dans des proses de plus en plus vindicatives avec l’évolution du conflit que l’on comprend qu’avec la force émotionnelle d’une guerre même les intellectuels ne sont pas à l’abrit.
      La palme étant du cotê français avec cette histoire de soldats Allemands parcourant les villages pour récolter des mains d’enfants que l’on aurait retrouvés dans leurs besaces, quand même.


    • MinL Le 20 mai 2015 à 09h19
      Afficher/Masquer

      Je crois que c’est avant tout à mettre en perspective avec ce qu’on lit de nos jours dans les journaux, par exemple sur les méchants Russes alcoolisés qui ne respectent rien (ou les Syriens, Libyens, etc voir le post de bluerider ci-dessus). Époque différente, technique similaire… Le résultat dépendra de nous, si on se laisse entraîner là-dedans ou si on se réveille à temps !


    • ploi Le 20 mai 2015 à 23h56
      Afficher/Masquer

      Pour moi le message est plutôt :
      “Voici de la propagande de guerre. Normal il y avait la guerre. Mais donc si on tombe sur des messages similaires aujourd’hui, ça veut dire quoi ? Qu’on est en guerre ?”


  7. goy Le 20 mai 2015 à 06h04
    Afficher/Masquer

    100 ans et pas une ride…. La propagande a encore de beaux jours devant elle.


  8. DUGUESCLIN Le 20 mai 2015 à 07h17
    Afficher/Masquer

    La propagande marche dans les deux sens.
    Dans toutes les armées, il y a des salopards et des gens biens.
    Quand les hommes font la guerre, ils deviennent fous et les salopards deviennent difficilement contrôlables.


    • JeanDurant Le 20 mai 2015 à 17h21
      Afficher/Masquer

      Oui mais non.
      Ici on ne denonce que la propagande US, jamais la propagande russe.
      propagande russe ? Ai je dit un gros mot ?


  9. DC Le 20 mai 2015 à 07h57
    Afficher/Masquer

    Propagande et utilisation des crmes de guerre de l’allemagne durant la grande guerre oui certainement. Cela n’efface pas les crimes de l’occupant et le régime d’occupation terrible durant cette période. Il y a eu plus de déportés et internés dans le nord durant la grande guerre que durant la seconde. Des villes ont ete rasées et la population déportée en représailles a des actes de résistance (ex orchies). Les occupants ont mis en coupe réglée les villes et ont pillés méthodiquement les ressources. Les photos d’allemand réquisitionnant les matelas des lillois sont connues, les billets du maire de feignies (pres de maubeuge) qui sur ordre de la komandantur ordonne a chaque famille de rapporter 5 kg d’orties par semaine et de déclarer les arbres fruitiers et de ramener les récoltes chaque semaine durant la période ad hoc sont visibles au musée de Feignies.
    Il faut se souvenir que le règlement de discipline générale des troupes en campagnes datait de Blucher, le vainqueur de Waterloo…..
    Des habitants de Lille disaient que durant la première occupation (celle de la grande guerre) ils ont eu faim durant l’occupation nazie ils ont eu peur…


    • MD Le 20 mai 2015 à 09h28
      Afficher/Masquer

      Certes, aujourd’hui il faut cirer les pompes à nos « amis allemands » !
      Il faut regretter cette affreuse propagande en cartes postales…sur une fausse barbarie allemande en 1914 !?
      Mais c’est vrai qu’il n’y avait pas lieu d’avoir peur !?
      Pas lieu d’enrager !
      En 1914 plus d’un million de belges fuyaient devant les troupes du Kaiser allaient se réfugier en Hollande (neutre à l’époque)
      Mon père avait 9 ans : il passa avec ses parents 4 ans dans des baraques à Nunspeet (Friesland http://fr.wikipedia.org/wiki/Camp_d'internement_de_Nunspeet) …
      Dans bien des villes de Belgique et du Nord on crevait de misère : … mais Non ! Ils n’étaient pas des barbares…


  10. zahir Le 20 mai 2015 à 08h21
    Afficher/Masquer

    la propagande est devenue sophistiquée et subliminale, dans notre sub-conscient le russe, le chinois, l’algérien, le “régime” de bashar al-assad, c’est le MAL absolu, personne n’ose contredire et combien même on s’oppose notre voix est préchée dans le desert, les rocs, les pierres sont sourdes, individuellement tous convaincus qu’il faut changer ce monde, cette frénésie, ce goût du pouvoir, mais collectivement incapables, inaudibles, nous sommes vraiment dans un système Orwelien par excellence et bis repeteta, immuablement nous aurons la guerre


    • Ali Le 20 mai 2015 à 10h24
      Afficher/Masquer

      Bah, il y a du juste dans ce que vous dites mais regardez ce qui ce passe à notre échelle, dans la vie de tous les jours.
      Si deux personnes rentrent en conflit (héritage, obtention d’un poste en entreprise, l’un n’aime pas l’autre, etc…) elles vont avoir tendance à salir leur ennemie auprès des autres et dans son dos.

      Je rajoute que les nations ont plus de pouvoir de nuisance qu’un particulier, mais le schéma reste le même. Et si j’étais né en Russie ou en Chine j’aurai certainement été formaté pour voir l’Occident comme le mal absolue.

      Rien d’ Orwelien, juste bassement humain et intemporel.
      Aprés c’est vrai qu’il faut déjà en avoir conscience pour essayer de faire la part des choses.

      Je veux dire aussi que l’on reproche souvent aux Etats ce que l’on fait entre nous. Commençons déjà par nous remettre en question et changer notre comportement, rien ne nous empêche de commencer par changer le monde à notre échelle. Le reste aura déjà plus de chance de suivre.


  11. Kiwixar Le 20 mai 2015 à 09h29
    Afficher/Masquer

    Je souligne au passage que pour quasiment chacune de ces cartes de propagande provenant de l’imagination (illustration, dessin), on peut trouver une PHOTO (réelle) identique montrant les “exploits” des soldats américains en Afghanistan, en Irak ou au Vietnam.


  12. Phil Defair Le 20 mai 2015 à 09h42
    Afficher/Masquer

    J’ai du mal à entrevoir la raison pour laquelle est édifiée ici, et de cette manière, une liste de cartes propagandistes anti-allemandes. Ce n’est pas dans la diffusion des cartes, que je trouve à redire, mais dans la rédaction de certaines annotations d’illustration. A tel point que j’en éprouve le besoin de glisser que des cartes similaires étaient éditées par les allemands. Même si c’est, je pense, évident pour tout le monde.

    Est-ce pour illustrer le fait que toute propagande peut être remaniée en vue de son utilisation comme contre-propagande ?

    Quoiqu’il en soit, la propagande fait bon ménage avec le management de groupes, quels qu’ils soient, et dans quelque domaine que ce soit. A fortiori lorsqu’il s’agit de mener un peuple à la guerre.


  13. sergeat Le 20 mai 2015 à 10h19
    Afficher/Masquer

    La propagande est utilisée par tous les pays comme moyen émotionnel (par l ingénierie sociale ) pour imposer une vision manichéenne du monde à des fins de mobilisation juste ou injuste.Par contre à ma connaissance nous sommes le seul pays post-révolutionnaire qui impose par la propagande l humiliation de la France par une repentance infinie,dichotomique,….de notre histoire.Par exemple l ancien maire de Tulles arrive à culpabiliser toutes notre grande nation en ne retenant dans sa réécriture de notre histoire que les agissements d une minorité exploiteuse (le paysan d Auvergne,le filateur de Lyon,le marin de Marseille …n y étaient pour rien ).
    à mon avis la propagande (vision temporelle courte) devient dangereuse quand elle est reprise et institutionnalisée par des lobbys étatiques ou supranationaux (ue,onu,otan, ….)
    Enfin la propagande est plus pernicieuse quand l ingénierie social arrive à changer la signification des mots:populisme,socialisme(alors que le représentant socialiste au sommet de l état applique les théorie de Friedman),terrorisme….
    Dernier point la propagande va s amplifier grâce au patriot-act à la française acclamé par “NOS” députés.


  14. Paola44 Le 20 mai 2015 à 11h03
    Afficher/Masquer

    Avez-vous vu la une du magazine Society, fleuron de la presse mainstream?
    “Comment faire plier Poutine? Dans le secret des négociations entre la France et la bête russe.”
    La bête russe??? Je me suis arrêtée en pleine rue pour bien relire le titre, ne voulant pas y croire. Mais jusqu’où iront-ils, ces vendus à la “bête américaine”?


    • Max Berthy Le 20 mai 2015 à 12h03
      Afficher/Masquer

      Oui, cette couverture imbécile et sournoise s’étale en effet sur tous les kiosques à journaux au format 1,20m x 1,80 m, et en effet sa grossièreté primaire assumée m’a révolté… mais c’est rassurant : nous sommes donc au moins trois (car c’est mon épouse qui a attiré mon attention) chère Paola44 😉


    • theuric Le 20 mai 2015 à 17h59
      Afficher/Masquer

      Paola44, vous ferais-je remarquer que vous aussi êtes manipulées.
      Personnellement je ne connais pas la presse mainstream, pourriez-vous me traduire, je vous prie, ce dernier mot, que je comprenne enfin, ce que vous voulez nous dire, pourrais-je écrire…


      • Paola44 Le 21 mai 2015 à 10h00
        Afficher/Masquer

        Presse mainstream: Presse atlantiste subventionnée par l’état et donc par nos impôts. Toutes les infos vont dans le même sens, comme au temps de l’URSS. A la différence qu’en URSS, les lecteurs savaient qu’ils n’étaient pas en démocratie, donc lisaient entre les lignes. Nous, nous croyons être en démocratie et avalons toutes les sornettes sans ciller, persuadés que nous sommes que c’est nous les gentils. S’il y a d’autres mots qui vous dérangent, débrouillez-vous tout seul, merci.


        • Max Berthy Le 21 mai 2015 à 11h18
          Afficher/Masquer

          @ Theuric vous « jouez » l’imbécile et y réussissez assez bien.
          Quelle est l’intention de votre propos un peu obscur ?
          Une simple allergie à cet anglicisme peut-être ?… 🙂


          • Paola44 Le 21 mai 2015 à 16h12
            Afficher/Masquer

            Haha, désolée Theuric, quand j’ai écrit mon com sur la “bête russe”, je n’avais pas lu la discussion sur les anglicismes qui précédait, j’ai donc pris votre question au premier degré, en gros, je vous ai pris pour un troll, d’où ma sécheresse. BTW, – euh, je veux dire, d’ailleurs, vous traduiriez comment, vous, la presse “mainstream”?


            • Nicolas Le 21 mai 2015 à 16h21
              Afficher/Masquer

              Je propose “presse dominante”, qui dit mieux ?


      • Max Berthy Le 21 mai 2015 à 12h41
        Afficher/Masquer

        Il faut quand même le voir pour le croire et l’apprécier à sa juste valeur !:
        http://www.society-magazine.fr/magazines/society-6/


  15. stephp Le 20 mai 2015 à 11h10
    Afficher/Masquer

    La vérité est toujours une des premières victimes de la guerre. Rien de nouveau mais c’est quand même bon de le rappeler, surtout en ce moment. Merci Olivier !


  16. couci couça Le 20 mai 2015 à 11h53
    Afficher/Masquer

    Ouais,
    Il y a propagande , bourrage de crânes etc, etc …
    Et il y a les faits .
    Les invasions allemandes , les occupations, ont été accompagnées d’atrocités dans les trois guerres .
    Les Allemands ont accepté difficilement la défaite .

    Et à chaque fois , battues , en retraite ils ont pratiqué une politique de destruction et d’atrocités absolues .
    En 18 dans l’est , le nord de la France où tout était détruit .
    En 45 à l’est pareil : usines , voies ferrées , et populations exterminées . .
    A l’ouest ça n’a pas été triste non plus .
    Les guerres engendrent la barbarie .
    Ensuite “on” oublie un peu vite .
    Le traité de Versailles était soit disant trop dur .
    (par contre en 70 notre pays a largement casqué ).
    “L’épurationé a été un peu rapide , d’autant qu’en 45 retournement de la situation : ce sont les soviétiques qui deviennent nos ennemis …
    Enfin , bref …


    • Marc Le 20 mai 2015 à 13h18
      Afficher/Masquer

      l’allemagne n’a jamais payé entierement les reparations de versailles a la france, ce fait est trop souvent oublié !
      ces reparations etaient il est vrai tres elevées, mais les dommages de guerre dans le nord de la france etaient considerables
      l’occupation de la rhenanie avait d’ailleurs comme objectif de faire pression sur l’allemagne

      de plus fait tres peu connu, l’allemagne preparait deja le rearmement en 1923 (hitler etait un parfait inconnu a l’epoque): camouflage de prodution de guerre chez krupp, canons au gabarit des wagons SNCF en vue de la prochaine campagne de France etc
      toute cette production etait bien sur camouflée aux inspecteurs post-armistice


      • couci couça Le 21 mai 2015 à 07h26
        Afficher/Masquer

        Ouich ! Les “zones rouges” à l’ouest de la France , cf wiki , l’attestent encore aujourd’hui .


  17. Marc Le 20 mai 2015 à 13h07
    Afficher/Masquer

    il y a quand meme eu de nombreuses atrocites allemandes meme si la propagande a exagéré les faits. En fait les soldats ont souvent vu des franc-tireurs partout , phenomene assez repandu dans la guerre franco-prussienne
    Les coupables de crimes de guerre ont ete tres peu punis etant donné qu’apres l’armistice de 1918 l’allemagne refusait de livrer ses nationaux.
    je conseille un ouvrage historique tres fouillé a ce sujet, “les atrocites allemandes, John Horne, Alan Kramer” chezTallandier


  18. Bernard Le 20 mai 2015 à 13h09
    Afficher/Masquer

    Un livre définitif sur la question (et sa complexité historique)
    John Horne, 1914. Atrocités allemandes, Tallandier, 2006.
    Voici la difficulté: un mélange entre les atrocités réelles (5000 civils assassinés), les motivations complexes des soldats allemands (panique collective et illusoire des francs-tireurs) et contre propagande franco-anglo-belge qui a embrouillé la question.


  19. GaM Le 20 mai 2015 à 14h58
    Afficher/Masquer

    C’est tout de même émouvant cette propagande merdiatique encore balbutiante. C’est très mignon quand c’est encore petit et innocent!


  20. Astrolabe Le 20 mai 2015 à 15h40
    Afficher/Masquer

    La guerre est une horreur, c’est un fait. Mais la presse était et reste un propagateur de mensonges. J’ai eu beau lire Barbusse, Bernanos et Dorgelès, je n’ai pas retrouvé sur les allemands le dixième de ce que racontait “l’arrière” dans la presse. Même chose chez Jünger et Remarque sur les Français.
    Alors que penser ?


  21. DocteurGrosdois Le 20 mai 2015 à 17h15
    Afficher/Masquer

    Cette image de mangeurs de bébés, les Allemands se la sont forgée eux-mêmes.

    En 14-18 ils ont été les premiers à bombarder des villes, ils ont été les premiers a utiliser des sous-marins contre des navires civils, ils ont été les premiers a utiliser les gaz, ils ont commis des massacres de civils en masse..

    Au passage, le thème du barbare teuton était beaucoup plus dominant dans la propagande anglo-saxonne. C’était même un sujet de sermon dans les églises.

    En France il y avait relativement peu de propagande négative de ce type. On a pas eu besoin de faire peur aux Français pour les convaincre, car les allemands étaient déjà aux portes de la capitale.

    Et puis je ne suis vraiment pas convaincu que les gens prenaient toutes les images de propagande outrée pour argent comptant. De même que je nuis pas convaincu que tous en Europe gobent ce qu’on leur sert aujourd’hui.

    Je trouve le parallèle plutôt nul.


  22. TOFF DE AIX Le 20 mai 2015 à 17h24
    Afficher/Masquer

    a mettre en rapport avec le bourrage de crâne antirusse actuel, sur pratiquement tous les me(r)dias occidentaux : journaux, TV, radio,…y compris ceux du “service public”.


  23. Thierry G Le 20 mai 2015 à 23h13
    Afficher/Masquer

    La propagande de guerre sert à galvaniser la vertu martiale des soldats et de la population. En 1914, la stratégie offensive du plan XVII de l’État-major français consistait à avancer en Alsace-Lorraine sans considération de la supériorité du feu:
    – en première ligne des charges de cavalerie,
    – puis des charges d’infanterie, en pantalon rouge, à la baïonnette,
    – en appui des canons de campagne de 75.

    Le premier mois de la guerre est une véritable boucherie! Le plan Schlieffen initial prévoyait d’utiliser 80 % des forces pour envelopper l’armée française en passant par la Belgique et avancer sur Paris, le reste pour lui barrer route. Mais les allemands n’ont finalement pas pris au sérieux la vision française, trop évidente selon eux, ils ont donc rééquilibré leurs groupes d’armée à 60-40.

    Les français réussiront grâce à un « barrage humain » à faire replier les allemands lors de la bataille de la Marne. La propagande n’a pas été inutile sinon la guerre aurait été perdue en l’espace de deux mois! La mobilisation des troupes de réserve de la capitale et la réquisition de taxis par le général Galliéni, gouverneur militaire de Paris, serviront aussi de propagande de guerre. La plupart des généraux de 14 seront, quant à eux, mutés à Limoges à l’écart du front (d’où l’expression « être limogé »).


    • Nicolas Le 20 mai 2015 à 23h35
      Afficher/Masquer

      J’ai oublié de préciser, j’avais cherché ces infos parce que Chomsky dit des choses intéressantes à ce sujet dans “Media control” : il rappelle que Wilson a été élu sur le slogan “peace without victory” et explique comment la propagande a retourné la population américaine, fondamentalement pacifiste.
      ça se voit pas vu les résultats de la propagande, mais les citoyens américains sont toujours contre la guerre tant qu’on leur passe pas le cerveau à la moulinette, du genre 85% contre l’envoi des troupes (je ne sais plus c’était pour quelle guerre mais Chomsky avait cité ce chiffre, peut-être pour WWI).
      Dans le même genre, les Américains ne savent pas ce que signifie le mot socialiste, ils savent juste que c’est MAL, mais en fait ils sont assez d’accord avec la plupart des idées socialistes http://www.motherjones.com/politics/2015/05/senator-bernie-sanders-policy-platform-presidential-campaign


      • Max Berthy Le 21 mai 2015 à 11h33
        Afficher/Masquer

        Le socialisme a même été « très » pratiqué dans l’histoire des USA et combattu avec une violence extrême par les mêmes classes dirigeantes qu’aujourd’hui.
        Pour s’en rendre compte, je recommande aux habitués de ce blog la lecture très édifiante du livre de Howard Zinn :
        – Une histoire populaire des États-Unis de 1492 à nos jours –

        http://agone.org/memoiressociales/unehistoirepopulairedesetatsunis/index.html


  24. Denis Le 21 mai 2015 à 11h35
    Afficher/Masquer

    Propagande et démocratie!

    Etonnant, n’est ce pas.

    La démocratie est « le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple ».

    On ne rit pas,svp.

    C’est pas aujourd’hui qu’on se laisserait prendre.

    Oui, rien de nouveau sous le soleil.


  25. Denis Griesmar Le 21 mai 2015 à 13h38
    Afficher/Masquer

    Nombre d’atrocités furent réelles, comme le savent les familles originaires de l’Est de la France.
    Mais il suffit de prendre un fait objectivement mesurable : le bombardement de la cathédrale de Reims, qui n’était pas un objectif militaire classique ! Le nombre d’impacts, la durée de ces bombardements écartent toute objection du type “C’est la guerre !” Ce bombardement a donc été volontaire, et a donc résulté d’une volonté allemande de démoraliser les Français par la destruction de leur patrimoine le plus précieux. C’est bien l’Allemagne, qui, à l’époque moderne, inaugurait ce type de barbarie. Combien de touristes allemands d’aujourd’hui ont-ils contribué à la restauration de la cathédrale ?


  26. Homère d'Allore Le 22 mai 2015 à 13h55
    Afficher/Masquer

    Concernant l’enfant de sept ans fusillé, il a existé,même si, à priori, l’histoire du fusil en bois n’est pas avérée. Il s’appelait Raymond Poinsignon.

    http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/qui-cherche-quoi/fusille-sujet_5186_1.htm

    En revanche, le docteur Grosdoigt se trompe en affirmant que les Allemands ont utilisé en premier les gaz de combat. L’Ypérite, oui, mais les Français avaient commencé avant avec un gaz moins létal mais incapacitant dans les fameuses “grenades Bertrand”; l’Ypérite ne fut qu’une “escalade” parmi d’autres où il serait difficile de savoir “qui a commencé”.

    http://www.cdnbc.terre.defense.gouv.fr/spip.php?rubrique62


Charte de modérations des commentaires