De la belle propagande bien de chez nous…

Source : L’Express, Fredrik Wesslau, Andrew Wilson, 23/07/2016

ecfr-3

L’objectif de la Russie est de retrouver son statut de grande puissance. Pour ce faire, elle ne cesse d’user de stratégies économiques, militaires et diplomatiques qui font craindre le pire à ses voisins et à l’Union européenne. L’analyse de Fredrik Wesslau et Andrew Wilson du Conseil européen des relations internationales.

OB : “L’ECFR a été élu « Meilleur nouveau think tank dans le monde sur les cinq dernières années » par Foreign Policy dans ses éditions de janvier/février 2009 et 2010”. Parmi les 50 membres fondateurs : Daniel Cohn-Bendit, Joschka Fischer, Alain Minc, Christine Ockrent, Dominique Strauss-Kahn et George Soros…

D’après l’agence spatiale russe, la Russie colonisera la lune en 2030, les cosmonautes y construiront une base dotée d’une centrale solaire et d’un laboratoire scientifique au-dessus desquels orbitera un satellite. Le président Poutine sera peut-être parti depuis longtemps – ou peut-être sera-t-il toujours président. Il y aura cinq millions de Russes de moins qu’aujourd’hui et la croissance stagnera. Reste la question de la position du pays sur la scène internationale…

Dans un rapport publié par le Conseil européen des relations internationales, nous avons examiné la façon dont la Russie et ses voisins de l’Est de l’Union européenne pourraient se développer d’ici 2030.

Pour se légitimer, le Kremlin a recourt au conflit

Depuis qu’il est devenu président en 2000, le contrat social de Poutine avec les Russes repose sur des améliorations régulières de la qualité de vie. De 1999 à 2013, le salaire moyen est passé de 60 à 940 dollars. Mais ce bilan social pourrait se déliter.

Après un rebond les deux prochaines années, l’économie russe stagnera autour de 1% de croissance annuelle. Les sanctions occidentales influenceront cette impasse économique mais de plus gros problèmes impacteront l’économie russe, notamment le déclin démographique, la corruption, la faiblesse de l’État de droit et la mauvaise gestion. D’ici 2030, la Russie aura perdu cinq places et ne devrait plus être que la 15e économie mondiale.

OB : Bien sûr, on baisse tous, car ce sont les autres qui montent pour trouver leur juste place, type Chine ou Inde…

Pour renforcer sa légitimité, le Kremlin se repose sur le nationalisme, l’aventurisme dans ses affaires étrangères et la désignation d’ennemis extérieurs. Il y aura davantage de “petites guerres victorieuses” – dans les pays voisins, dans certains pays du Moyen-Orient, ou encore en Egypte- comme on l’a vu en Crimée et en Syrie. Leur but est de susciter de la légitimité, de détourner l’attention de l’économie et de renforcer le discours selon lequel la Russie est à nouveau une grande puissance.

Il y aurait tellement à dire dans cette fange. Mais enfin, notez le pilonnage “le gouvernement n’est pas légitime” (alors qu’une président à 12 % de popularité l’est, évidemment)

Une recherche de l’escalade si ce n’est de la guerre

De ses aventures militaires récentes (Syrie, Ukraine et Géorgie), Moscou a appris que la force militaire est un instrument de politique étrangère efficace pour atteindre des objectifs diplomatiques et politiques. La modernisation des forces armées se heurte aux restrictions des ressources, mais confère encore au Kremlin un instrument puissant.

Les forces armées russes continueront de cibler principalement l’OTAN et les pays limitrophes. Les régions les plus exposées sont les États baltes, les Balkans occidentaux et l’Asie centrale. La Russie ne cherchera pas de manière proactive à entrer en guerre avec l’Occident, mais voit un intérêt à s’engager avec empressement dans une escalade majeure, jusqu’à manifester sa volonté – réelle ou feinte – d’utiliser des armes nucléaires.

!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Ses voisins de l’Est et de l’Europe Centrale en ligne de mire

La Russie devrait encore tenter de dominer ses voisins immédiats, notamment l’Ukraine. Des voisins obéissants sont indispensables à la sécurité nationale de la Russie et à ses ambitions de grande puissance. Son but maximaliste est un cercle d’États amis et loyaux s’alignant sur les positions de Moscou. Le but minimaliste est un cercle d’États faibles et dysfonctionnels, gérés par des leaders corrompus, incapables de se réformer ou de rejoindre l’OTAN et l’UE, donc de facto inféodés à Moscou.

La Géorgie, l’Ukraine et la Moldavie devraient patauger entre semi-démocratie et réformes partielles. Le postcommunisme est bien plus difficile à réformer que le communisme, dans la mesure où les élites locales et les réseaux de corruption ont acquis les moyens de reproduire leur pouvoir.

Ah, c’est encore la faute du communisme, ok. Moi qui ai cru qu’il y avait des libéraux en Ukraine…

Des oligarques et des hommes politiques contrôlent les organes de presse et manipulent la politique. Des systèmes judiciaires pervertis protègent l’élite et minent l’État de droit.

Mais il parlent de quel pays là, ça m’en rappelle un autre ?

medias-fr

La Biélorussie, l’Azerbaïdjan et l’Arménie demeureront sur le déclin en essayant de trouver un équilibre entre l’UE et la Russie. La Biélorussie et l’Arménie resteront des satellites russes, mais l’amenuisement des ressources en Russie provoqueront une recrudescence de tensions et de menaces de la part de Minsk et même d’Erevan soucieux de s’aligner au contraire avec l’Occident. Les nationalismes biélorusse et arménien, plus nativistes, devraient croître.

L’Europe dispose de très peu d’options politiques

L‘influence que l’Europe peut avoir sur le comportement russe a ses limites. Notamment compte tenu du fait que l’assurance de la Russie est de plus en plus animée par le désir du Kremlin de se légitimer face au déclin économique.

Cela laisse très peu de bonnes options politiques à l’Europe. Les sanctions économiques sont brutales, ont un coût pour l’Europe et alimentent le story telling du Kremlin. Encourager la dissuasion des pays de l’Est pose un dilemme sécuritaire classique et fait également le jeu du Kremlin. Mais en dépit de leurs inconvénients, ces mesures sont nécessaires face à l’agressivité russe pour protéger les principes sous-jacents à l’ordre sécuritaire de l’Europe.

Et c’est vrai que la sécurité en Europe ne fait que croître grâce à l’UE…

Le dialogue est vital, mais doit être approprié. Il ne doit pas signifier une acceptation implicite des transgressions de la Russie en Ukraine ou être synonyme de “business as usual”. Si la tendance est aux conflits, alors l’ouverture des canaux de communication avec Moscou sera indispensable pour éviter des calculs fatals.

Source : L’Express, Fredrik Wesslau, Andrew Wilson, 23/07/2016

=============================================

Excusez-moi pour la masse de fluo, mais ce n’est pas ma faute…

Voici donc le type “d’élites” que produit notre système éducatif – pauvres de nous…

ecfr-2

ecfr-1

59 réponses à Faut-il craindre une guerre avec la Russie à l’horizon 2030 ? Par Fredrik Wesslau et Andrew Wilson

Commentaires recommandés

Christophe Foulon Le 26 juillet 2016 à 01h11

Difficile de croire que des humains doués d’intelligence peuvent écrire un tel ramassis de stupidités.

La Russie fait ce que tout pays souverain doit faire… sauvegarder ses intérêts.

La France ferait mieux d’en faire autant.

  1. natoistan Le 26 juillet 2016 à 01h02
    Afficher/Masquer

    Daniel Cohn-Bendit, Joschka Fischer, Alain Minc, Christine Ockrent, Dominique Strauss-Kahn et George Soros…

    Tout est dit..tiens manquerait pas BHL,Quatremer,Leparmentier,Cohen(Fr Inter),Kouchner,tous les journalistes russophobes du Monde,Libé,Figaro(Avril),Attalli…pour la prochaine promo?

    En fait c’est le CFR version Europé occupée.


    • V_Parlier Le 27 juillet 2016 à 21h05
      Afficher/Masquer

      J’ai eu le même sentiment, avec en plus l’impression que si on remplaçait Russie par OTAN ou UE (selon le contexte le plus adapté) partout dans le texte, l’article aurait plus de sens. Olivier ne ménage pas notre tranquillité du soir en nous relayant ces nouvelles horreurs 😉

      Et en plus je viens de trouver le même genre (peut-être ai-je manqué un épisode): c’est encore du concentré, ça pique les yeux, éviter tout contact avec la peau: http://sauvonsleurope.eu/la-guerre-de-linformation-russe-pour-une-reponse-globale/ . Alors que parfois j’avais presque des scrupules à propos de ce que je propageais sur la nuisance de l’UE (me trouvant sévère), me voici à présent regonflé à bloc.


  2. Christophe Foulon Le 26 juillet 2016 à 01h11
    Afficher/Masquer

    Difficile de croire que des humains doués d’intelligence peuvent écrire un tel ramassis de stupidités.

    La Russie fait ce que tout pays souverain doit faire… sauvegarder ses intérêts.

    La France ferait mieux d’en faire autant.


  3. kasper Le 26 juillet 2016 à 01h59
    Afficher/Masquer

    Ce qui est amusant, c’est qu’on en sait pas plus a la fin de l’article qu’au début : pratiquement rien n’est sourcé, rien n’est étayé par le moindre argument. On nous dit “voila comment ca va se passer” sans jamais avancer de raison. C’est le niveau Donald “fin de la civilisation” Tusk de la prospective.

    Comme disais mon prof d’histoire geo au lycée, un vrai monsieur qui n’aurait jamais laissé passer un tel torchon: “1/20, pour l’encre”.


  4. Spectre Le 26 juillet 2016 à 02h18
    Afficher/Masquer

    Pour renforcer sa légitimité, le Kremlin se repose sur le nationalisme, l’aventurisme dans ses affaires étrangères et la désignation d’ennemis extérieurs.

    Pour renforcer sa légitimité, l’Élysée se repose sur l’unité nationale, l’aventurisme dans ses affaires étrangères et la désignation d’ennemis intérieurs.

    Des oligarques et des hommes politiques contrôlent les organes de presse et manipulent la politique.

    C’est pas chez nous qu’on verrait ça ! http://www.monde-diplomatique.fr/cartes/ppa D’ailleurs, en France, il serait impensable d’avoir au gouvernement un ministre possédant une feuille de chou régionale (la seule à s’être ouvertement réjouie du remaniement dans lequel il est entré, quelle coïncidence ! !). Et un fameux oligarque n’a jamais prononcé la phrase suivante : « Quand les journalistes m’emmerdent, je prends une participation dans leur canard et ensuite ils me foutent la paix. »

    La lecture du CV de ces deux androïdes euro-atlantistes fait aussitôt penser à la phrase proverbiale, cruelle mais ô combien vraie, sur la différence entre tête bien faite et tête bien pleine…


  5. DUGUESCLIN Le 26 juillet 2016 à 04h29
    Afficher/Masquer

    Ces gens ont une telle haine envers leur propre monde qu’ils le prêtent à ceux qui sont leur antithèse et particulièrement à la Russie. Ils ne peuvent supporter ceux, qui par effet de contraste, les dévoilent à eux-mêmes. Ceci pourrait expliquer la véhémence dont il font preuve pour se rassurer et se blanchir de leurs propres turpitudes.
    Si c’est l’autre qui a tous mes défauts, alors moi je suis meilleur.
    Malheureusement ils sont capables d’aller jusqu’à détruire ceux, qui par le calme et le silence, les renvoient de façon insupportable à leur propre image.


  6. Vassili Arkhipov Le 26 juillet 2016 à 07h28
    Afficher/Masquer

    Un ramassis d’imprécations, d’approximations, et d’hypocrisie. Rien n’est argumenté, rien n’est sourcé et la situation décrite ressemble à s’y méprendre llutote aux USA ou à la France. Vous remplacez Russie par ces deux pays, le texte marche aussi.
    Plus sérieusement, je suis toujours ouvert aux opinions les plus divergentes, mais on pourrait attendre de soit disant “experts” un vrai travail argumentatif. On leur demande pas de regarder leur boule de cristal et de nous dire l’horoscope, on leur demande d’étayer un minimum. C’est ça qu’on apprend dans leurs grandes écoles ?


  7. Pic et Puce Le 26 juillet 2016 à 07h31
    Afficher/Masquer

    Les bras m’en tombent ! Du pur jus de rosbeef ! Leur cauchemar c’est une Eurasie forte et dynamique qui les laissent de côté ; enfin qui les remet à leur juste place car si domination américaine il y a, elle est juste dû à leur immense sens de la manipulation et de la tromperie… C’est vrai qu’avec la planche à billet ils peuvent se payer et corrompre les fausses élites européennes et autres. Les Russes se sont toujours contentés de raccompagner chez eux leurs envahisseurs français ou allemands… D’ailleurs ils ont été fort mesurés dans leurs revanches… Les Russes n’ont pas de troupes stationnées à la frontière du Mexique et du Canada… où ils n’ont installé aucun système de missiles pour faire croire que l’Iran les menaçait… C’est épuisant de subir cette propagande de mauvaise foi à longueur d’année !


  8. Macarel Le 26 juillet 2016 à 08h04
    Afficher/Masquer

    Si l’Occident veut se suicider, s’il est fatigué de “porter le fardeau de l’homme blanc”, il n’a qu’à attaquer la Russie ou la Chine. Tous ces fiers à bras, n’ont-ils pas compris qu’à l’ère atomique une guerre mondiale c’est la fin de l’humanité ?
    Tous des fêlés de la calebasse !


    • Subnihilo Le 26 juillet 2016 à 09h09
      Afficher/Masquer

      C’est bien là le problème, c’était mieux avant lorsque ces pays ne disposaient que de “hordes barbares” que l’on pouvait caricaturer à volonté dans un anti-asiatisme débridé.
      Malheureusement maintenant elles ont du répondant et il est difficile au demeurant de s’en prendre ouvertement à elles. Aussi est-il plus approprié et facile pour entretenir la peur du vulgum pecus européen occidental de distiller ce genre d’inepties


  9. Vademecum Le 26 juillet 2016 à 08h05
    Afficher/Masquer

    Existe-t-il une définition médicale de la tendance à reprocher aux autres ce que l’on fait soi-même ? Aveuglement ? Paranoïa ? Stupidité ? Ou finalement, n’est-ce pas,pour reprendre un terme qui a eu une forte résonance à une certaine époque,simplement une forme de collaboration ou d’opportunisme crasse masquant une ignorance profonde ou un aveuglement vis-à-vis de la réalité?


    • Rémi Le 26 juillet 2016 à 22h09
      Afficher/Masquer

      Oui ca s’appelle une projection en terme psychatriques.


    • PATAROT Le 28 juillet 2016 à 00h03
      Afficher/Masquer

      Cela s’appelle en psychologie : “les mécanismes de perversion” : projeter sur l’autre les aspects négatifs que l’on porte mais qu’on ne peut intégrer.


  10. Hellebora Le 26 juillet 2016 à 08h15
    Afficher/Masquer

    Dans l’affaire opposition (enterrée) Bernie-Killary : le responsable de la campagne de H. Clinton, Robby Mook, a accusé WikiLeaks d’avoir publié des documents « fournis par les Russes pour aider Donald Trump ». Comme arme pour la va-t-en guerre Killary, y a jamais eu mieux que l’usage de l’épouvantail russe. Accusations relayées par France Culture à 8h18 (revue de presse?) ce mardi… http://www.lemonde.fr/pixels/article/2016/07/25/le-parti-democrate-voit-la-main-de-la-russie-derriere-la-publication-d-e-mails-par-wikileaks_4974501_4408996.html


    • RGT Le 26 juillet 2016 à 09h51
      Afficher/Masquer

      Le plus marrant, c’est le dernier paragraphe du texte : “le Parti démocrate a présenté lundi, à l’ouverture de la convention, ses excuses à Bernie Sanders“.

      Par contre, il n’a jamais été évoqué la possibilité d’annuler la candidature de Killary et de nommer Bernie Sanders candidat officiel des “démocrates“…

      Tout à fait dans la lignée US : Pris la main dans le pot de confiture, les ploutocrates s’auto-amnistient en présentant des excuses hypocrites mais sans pour autant rétablir la balance.
      Ça ne coûte rien et les lobbies peuvent dormir en paix…

      Ne vous en faites pas, “nous avons les mêmes à la maison”…


      • Ari Le 26 juillet 2016 à 14h14
        Afficher/Masquer

        Incroyable que la tricherie soit acceptée comme cela et que les élections continuent comme si de rien n’était.

        Le plus éclairant est peut-être la réaction de Sanders qui redouble d’effort pour soutenir Clinton qui a été favorisée à ses dépens ! Si on avait le moindre doute, aujourd’hui Sanders se dévoile ainsi comme le leurre destiné à faire gonfler les voix de Clinton dès le début.


  11. charlie Bermude Le 26 juillet 2016 à 08h31
    Afficher/Masquer

    Suffit de substituer , les Etats Unis à la Russie et le président Us à Poutine , d’inverser toutes les affirmations en conséquence pour avoir une description du réel Atlantiste .
    Ce qui montre que les auteurs de l’article sont d’une parfaite mauvaise foi .


  12. Zahir Le 26 juillet 2016 à 09h31
    Afficher/Masquer

    En toute franchise hier, suite à une discussion sur le post-humanisme et le danger/avantages, on a vite digresser sur poutine et un de mes collègue le citant, disait qu’effectivement que si de tels pouvoirs serait en main du dictateur..je lui ai dit qu’il a été élu très largement et que hollande est à 13% à ce moment une avalanche s’est empressée de deverser tous les stréotypes produits par ces officines et puis largement relayée par tf1 &co, je me dis qu’au fond de moi les gens devant de telle missives, propagandes ils sont dépourvus d’instruments d’analyse, de faits, le prisme déformateur est puissant, idem sur l’Iran, ça sera le cas aussi sur la Chine ou l’Inde. La véritable question comment faire pour parrer à cette propagande de masse??????


    • alfred Le 27 juillet 2016 à 01h31
      Afficher/Masquer

      Faignant.
      Ce serait un peu plus sport de “tenir la ligne” / faire sa part. Vous êtes pas obligé de vous rendre malade mais instiller le doute ne coute pas grand chose. Vous ne verrez pas éclore les graines de doute que vous plantez dans.la tête d’un zombie n’mais parfois vous rencontrez des gens intéressants qui ne se.sont pas dessalés tout seul mais à travers des rencontres. il n ne s’agit pas forcément de sortir vainqueur mais de faire ce que l’on peut. Bravo zahir et courage.


  13. Lt Anderson Le 26 juillet 2016 à 09h42
    Afficher/Masquer

    “la Russie colonisera la lune en 2030, les cosmonautes y construiront une base dotée d’une centrale solaire et d’un laboratoire scientifique au-dessus desquels orbitera un satellite.”

    Et la source du lien précédent cette “affirmation” est juste une vidéo d’un tir de fusée Semyorka-Soyouz à partir du nouveau cosmodrome de Vostotchny. Et c’est ça leur preuve??
    Il sont au courant que s’il y avait conquête de la Lune elle se ferait en utilisant la famille des lanceurs Angara?
    Ils sont tellement aveuglés par leur “foi” qu’ils ne vérifient rien.
    Ils balancent des trucs estampillés “russes” et on devrait gober comme ça?


  14. Jb²o Le 26 juillet 2016 à 09h47
    Afficher/Masquer

    Mais WTF!!! Quel torchon! Tout y passe, tant est si bien, qu’ils auront bien raison sur un point d’ici 10 ans, et cela permettra de s’en vanter: “je suis un grand visionnaire”.

    Mais ce qui me dégoute le plus, c’est qu’en tant que français, dont l’état a mis la Lybie a feu et a sang (pour des raisons électorales? cupidité, on ne sait pas en fait), assassiné son dirigeant sans procès, participé à la guerre civile en Syrie au côté de milices qui décapitent les enfants, mis des milliers de personnes sur les routes de l’exil, déstabilisant tout le bassin méditerranéen et provoquant des drames humanitaires quotidiens, on ne peut que se taire, ou critiquer fermement notre pays avant d’oser émettre une humble critique aux autres.


    • Erich Mühsam Le 26 juillet 2016 à 16h42
      Afficher/Masquer

      – 35000 soldats français seront recrutes pour poursuivre l’aventure.
      – le 15 juillet il y’a eu 200 morts de civils syriens attribues aux frappes françaises.
      – N’oubliez les troupes françaises qui sont actuellement en Libye et qui fomentent contre le pouvoir en place (qu’on aura aidé à installer auparavant).


  15. Catalina Le 26 juillet 2016 à 09h50
    Afficher/Masquer

    jeter sa télé ? et ne plus jamais ouvrir un journal ?
    ce sera 80% du problème de résolus.
    😉


    • RGT Le 26 juillet 2016 à 10h18
      Afficher/Masquer

      C’est ce que je fais depuis près de 40 ans, et je m’en porte très bien…

      Par contre, avant Internet, c’était vraiment la galère pour trouver des infos pluralistes permettant de se forger une opinion personnelle (sans doute imparfaite, mais un peu moins “orientée”).

      Je me suis connecté à Internet en 96… Et là, ça a été le bonheur…


  16. Matakiterani Le 26 juillet 2016 à 10h11
    Afficher/Masquer

    Article infâme, si l’on est doué d’un minimum de bon sens on est écœuré dès l’introduction…

    Il faut saluer le sang froid de Poutine et du gouvernement Russe (pas obligé d’être pro ou anti ici, il suffit juste de constater), ça fait maintenant quelques années que les occidentaux s’acharnent à les provoquer.
    Inversons la situation et mettons les US à la place de la Russie (encerclés par des bases militaires Russes et Chinoises, insultés dans la presse à longueur de temps, …)
    Ai-je besoin de vous raconter la suite…?
    Le monde serait déjà atomisé!

    J’espère que les Russes vont tenir bon et pourquoi pas réussir à convaincre, ou du moins calmer, les ardeurs des arrogants occidentaux, l’avenir du monde en dépend!


  17. Sinclair Le 26 juillet 2016 à 10h45
    Afficher/Masquer

    Il me semble pourtant que la réalité est autre. C’est la Russie qui est victime d’un encerclement de l’OTAN et c’est l’Europe de l’ouest et les USA qui commettent des agression dans le monde: Libye, Irak, Centrafrique, etc. ET demain? L’Iran?


  18. georges glise Le 26 juillet 2016 à 11h39
    Afficher/Masquer

    il me semble évident que les faucons de washington et de l’otan veulent la guerre contre la russie, et netanahyu n”arrête pas de faire la guerre aux palestiniens et aux pacifistes israeliens. les .islamistes ont déjà déclaré la guerre à l’occident, et les faut qu’on de l’ue sont prêts à suivre les bellicistes de washington


  19. C. Leroidec Le 26 juillet 2016 à 11h41
    Afficher/Masquer

    À lire des propos aussi venimeux, on doute que les choses puissent durer jusqu’ en 2030. Il y a trop de haine déjà, trop de propagande de guerre, l’amoncellement de stupidité en Occident atteint la masse critique.
    De plus, envisager 2030, c’est rendre le conflit actuel dans l’idée et, surtout, dans l’émotion : c’est donc le mettre en place pour tout de suite, dès que les Maîtres l’auront décidé (genre de prophétie auto-réalisatrice).
    Conclusion : Dans l’intention, voire le souhait, la guerre est déjà là. Çà fait même un bail. Il suffira d’une étincelle pour lancer une mécanique style août 1914… Les européens se ressentent-ils encore des deux dernières guerres sur leur sol, ou bien s laisseront-ils entraîner de nouveau?


    • Chris Le 26 juillet 2016 à 12h46
      Afficher/Masquer

      Le problème justement est que cette perspective de conflit savamment entretenue n’est pas sensé se produire sur notre sol ! Rappelez-vous : L’UE c’est la paix.
      Dans quel but l’installation d’un bouclier anti-missiles, si ce n’est pour porter la guerre… ailleurs ? En fait, ce bouclier est offensif et commandé directement… par Washington !
      Et qui portera le plus gros fardeau, souffrira des plus grosses destructions ? Les idiots utiles, satellites de l’ex-bloc soviétiques ! Autant utiles pour délocaliser que pour prendre les coups !
      Que ces pays n’aient pas encore compris ça me dépasse. Ou finiront-ils par se réveiller du songe ou plutôt mirage européen ? Les Visegrad montrent quelques signes…


  20. Chris Le 26 juillet 2016 à 12h28
    Afficher/Masquer

    Ce torchon illustre parfaitement la guerre de l’information qui fait rage depuis des années.
    Les morts sont les consciences occidentales stérilisées au côté des vrais morts que l’on enterrent à la hâte sur les champs de nos guerres colonialistes.
    En écrivant cela, je ressens profondément l’espace de quelques secondes, la rage mêlé d’accablement qui doit saisir nos victimes promises.
    Dans ce contexte, pas étonnant que des jeunes, idéalistes, révoltés des injustices et malléables par nature, se lèvent pour le jihad, pour protester contre le massacre des peuples, leur droit à disposer d’eux-mêmes et vivre en paix, participant indistinctement aux massacres de masse que génère la géopolitique occidentale. A la fois victimes et bourreaux : c’est bien là toute la perversité du système et de leurs serviteurs.
    Une évidence : nous avons produit le terrorisme et continuons sur notre lancée, telle une locomotive aux manettes bloquées, alimentée par le fuel de nos délires impérialistes, dont ce texte est un exemple parfait.


  21. R=C Le 26 juillet 2016 à 12h54
    Afficher/Masquer

    Je trouve les commentaires un peu dures, envers ce texte très bien fichu et multi-usage.

    En effet, il suffit d’un coup de “search and replace” et hop le tour est joué.
    Par exemple Russie remplacée par France, UE, USA, otan…

    Un peu comme un scenar de blockbuster hollywoodien


  22. Pierre Bacara Le 26 juillet 2016 à 13h27
    Afficher/Masquer

    ECFR

    Wikipédia a une page [1] sur l’ECFR (European CFR), selon laquelle l’ECFR a été créée “avec le soutien de l’Open Society Foundations” (ex-Open Society Foundation) de George Soros, qu’on ne présente plus ; “de la Communitas Foundation et de la Fundación Para las Relaciones Internacionales y el Diálogo Exterior (FRIDE)“.

    Pour la petite histoire, l’adresse postale de l’Open Society Foundations est :

    Open Society Foundations
    224 West 57th Street
    New York, NY 10019
    United States

    Communitas Foundation : “la mission de la Communitas est de […] et de contribuer à l’intégration européenne et au partenariat transatlantique“.

    Fundación Para las Relaciones Internacionales y el Diálogo Exterior (FRIDE) : think tank espagnol (défunt en 2015), “basé à Madrid et à Bruxelles“. [3]

    Sources :
    [1] https://en.wikipedia.org/wiki/European_Council_on_Foreign_Relations#Funding
    [2] http://www.communitas-bg.org/en/
    [3] https://en.wikipedia.org/wiki/FRIDE


    • Pierre Bacara Le 26 juillet 2016 à 13h59
      Afficher/Masquer

      La FRIDE

      venezuelanalysis [1], un site orienté à gauche et bien informé, cite un rapport de la NED (“ONG” américaine financée indirectement par le Congrès américain) daté de 2010 et qui expliquait que “les agences internationales financent l’opposition vénézuélienne à hauteur de 40 à 50 millions de dollars annuels. Le rapport de la NED ajoute : “Un rapport de la FRIDE [indique que] ce financement exorbitant [sic] dépasse de loin les quelque 15 millions de dollars que l’on croyait jusqu’ici avoir été transférés à l’opposition vénézuélienne via l’USAID (United States Agency for International Development) [également financée par le COngrès, mais directement cette fois) et la NED. La FRIDE […] conclut que des donationss supplémentaires sont nécessaires pour soutenir l’opposition démocratique à Hugo Chavez au Venezuela. […] La majeure partie des 40-50 millions de dollars va aux partis politique d’opposition Primero Justicia, Un Nuevo Tiempo et COPEI (parti démocrate-chrétien conservateur, ainsi qu’à une dizaine d’ONG, d’associations d’étudiants et de structures médatiques”.

      Rappelons que la FRIDE finance l’ECFR.

      [1] http://venezuelanalysis.com/analysis/5441


  23. theuric Le 26 juillet 2016 à 13h31
    Afficher/Masquer

    Un psychanalyste retrouverait facilement un phénomène de projection dans ce texte.
    En fait, grâce à celui-ci nous pouvons comprendre l’immense culpabilité collective touchant le système qui nous gouverne en ce moment, d’où cette projection leur permettant de se dédouaner, à leurs yeux, de leurs égarements.
    En y réfléchissant, j’en ferais, comme diagnostique, le début d’un affolement, pas encore vraiment conscient mais plutôt le signe d’une sourde angoisse, un mal être partagé par ces gens appartenant à ce groupe de pression.
    Ils commencent à péter un câble, nous n’en sommes qu’au début, attendez-vous aux délires les plus grands, tant mieux, comme ça de moins en moins de gens croiront en eux.


  24. Louis Robert Le 26 juillet 2016 à 14h15
    Afficher/Masquer

    Un degré de projection psychologique consternant: le jeu consiste à accuser l'”adversaire” (l'”ennemi”…), et à lui reprocher, de faire ce que l’on fait soi-même de plus condamnable. Bref, c’est le monde à l’envers d’Orwell (lecture d’été primordiale, “1984”!).

    Paraphrase: “L’objectif est de (préserver) son statut d'(hyper) puissance. Pour ce faire, ne cesse d’user de stratégies économiques, militaires et diplomatiques qui font craindre le pire (à tous les pays, au premier plan la Russie et la Chine). Pour se légitimer, a recourt au conflit; plus gros problèmes la corruption, la faiblesse de l’État de droit et la mauvaise gestion. Pour renforcer sa légitimité, se repose sur le nationalisme, l’aventurisme dans ses affaires étrangères et la désignation d’ennemis extérieurs… davantage de “petites guerres victorieuses” – dans les pays voisins, dans certains pays du Moyen-Orient, ou encore en Egypte- comme on l’a vu en Syrie.”


    • Louis Robert Le 26 juillet 2016 à 15h05
      Afficher/Masquer

      (Suite)

      ” Leur but, détourner l’attention de l’économie et renforcer le discours selon lequel est une grande puissance… une recherche de l’escalade si ce n’est de la guerre. De ses aventures militaires a appris que la force militaire est un instrument de politique étrangère efficace pour atteindre des objectifs diplomatiques et politiques. Ses forces armées continueront de cibler principalement la Russie, la Chine et les pays limitrophes. Régions les plus exposées, Moyen-Orient et Afrique. Voit un intérêt à s’engager avec empressement dans une escalade majeure, jusqu’à utiliser des armes nucléaires. Ses voisins d’Amérique latine en ligne de mire. Des voisins obéissants sont indispensables à ses ambitions de grande puissance. But maximaliste, un cercle d’États amis et loyaux s’alignant sur ses positions. But minimaliste, un cercle d’États faibles et dysfonctionnels, gérés par des leaders corrompus, incapables de se réformer, donc qui lui sont de facto inféodés.


      • Louis Robert Le 26 juillet 2016 à 15h19
        Afficher/Masquer

        (Fin)

        “Des oligarques et des hommes politiques contrôlent les organes de presse et manipulent la politique. Des systèmes judiciaires pervertis protègent l’élite et minent l’État de droit. La Russie dispose de peu d’options politiques. L‘influence qu’elle peut avoir sur le comportement occidental a ses limites. Notamment compte tenu du fait que l’assurance de l’Occident est de plus en plus animée par son désir de se légitimer face au déclin économique. Des mesures sont nécessaires face à l’agressivité occidentale pour protéger les principes sous-jacents à l’ordre sécuritaire de la Russie et du monde entier. Le dialogue est vital, mais doit être approprié. Il ne doit pas signifier une acceptation implicite des transgressions de l’Occident aux frontières de la Russie ou être synonyme de “business as usual”.”

        Voilà où en est l’Empire d’Occident qui ne se voit qu’en autrui!


  25. Betty Le 26 juillet 2016 à 14h38
    Afficher/Masquer

    Une tentative (d’un niveau assez médiocre si l’on considère le cursus des deux protagonistes) de prospective en réponse à ceci?:
    “Le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier a provoqué un chahut en Europe en critiquant les sanctions contre la Russie – quelques jours avant que l’UE ai prévu de les étendre pour six mois.” Frederik wesslau – 23 juin 2016
    “http://www.ecfr.eu/article/commentary_european_sanctions_and_magical_thinking_7049


  26. Asian Le 26 juillet 2016 à 14h41
    Afficher/Masquer

    Ils s’acharnent tous sur Poutine et le traitent de tous les noms: dictateur, tsar, tueur de journalistes, corrompu. Ces imbéciles ne comprennent pas que c’est peut être le président le plus pacifiste, le plus intelligent et patient qu’ils n’aient jamais connus de leur vie. Qui va lui succéder en 2018? Voilà la vraie question qui doit les faire trembler. Dans les conditions géopolitiques actuelles à leur place je craindrais davantage une dictature militaire s’installer en Russie. Ils regretteront 100 fois Poutine….


  27. Erich Mühsam Le 26 juillet 2016 à 16h33
    Afficher/Masquer

    La question est amusante: faut-il craindre une guerre avec la Russie (à l’horizon 2030)?

    Oui, parce que la Russie n’a pas l’armée de la Libye. Se souvenir que sans l’aide de l’US Air Force & Navy, les sorties de l’armée de l’air et la RAF faisait bien rire face à supériorité technologique des équipements de la flamboyante armée libyenne.

    Oui, parce que tout le monde à une limite et on dirait qu’on cherche la leur.

    Je trouve néanmoins que c’est un peu poussif ce papelard, çà peine à faire frémir. Surtout que c’est loin 2030. Alors qu’un bon sujet sur le réchauffement climatique et les catastrophes écologiques, là y’aurai de la substance et même pas besoin d’inventer.


  28. Pierre Bacara Le 26 juillet 2016 à 16h45
    Afficher/Masquer

    Faut-il craindre une guerre avec la Russie ?

    Post d’opportunité : ironcially, come disent nos amis anglo-saxons, je déjeunais précisément ce midi avec un agriculteur, dans la torpeur et la pénombe rafaîchissante d’une vieille ferme de pierre taillée. C’était dans un village de vingt-cinq habitants perdu au milieu de la nouvelle campagne russe dont les champs multicolores s’étendent désormais jusqu’au-delà de l’horizon sous un ciel bleu immaculé digne des affiches de propagande soviétiques.

    Par pure curiosité et, je le confesse, avec un brin de perversité et de cynisme, j’ai évoqué avec lui les ci-devant analyses de l’ECFR autour d’un verre de cabernet primeur russe (eh oui).

    Sa première réaction a été l’incrédulité profonde, totale, absolue. La seconde a été plus hilare.

    Je cite : “pas de chance pour eux [les Occidentaux, donc], nous avons enfin fait la paix avec les Tchétchènes. Ces derniers ont eu tout l’argent qu’ils voulaient. Grozny a été reconstruite de pied en cap – c’est maintenant une ville dont les mille feux flamboient la nuit sous les étoiles. Bref, nous sommes devenus amis ! Si jamais les Occidentaux veulent la guerre, nul besoin pour nous de mobiliser des divisions blindées. Quelques bataillons de Tchétchènes, qui adorent faire la guerre pour s’amuser en égorgeant les prisonniers suffiront. Qui, en Occident, a envie de vivre cela ?

    Qui ?


    • Asian Le 26 juillet 2016 à 19h37
      Afficher/Masquer

      Les Tchétchènes sont avant tout des citoyens à part entière de la Fédération de Russie. Mais vous avez raison: ce sont aussi des combattants vaillants. Il vaut mieux ne pas se trouver sur leur chemin 🙂 et merci pour le partage!


    • Roman Garev Le 26 juillet 2016 à 22h34
      Afficher/Masquer

      Cet agriculteur éclairé, n’a-t-il pas évoqué aussi la cavalerie intrépide de Bouriates et le bataillon de mitrailleurs Yakoutes en attelages de rennes ? Car ces troupes-là sont non moins redoutables, surtout dans cette WW3 nucléaire…


      • Pierre Bacara Le 27 juillet 2016 à 13h39
        Afficher/Masquer

        Je n’ai jamais entendu parler de tout cela. De quoi s’agit-il ?


  29. anne jordan Le 26 juillet 2016 à 17h34
    Afficher/Masquer

    ouais !
    c’est toujours ” çui qui dit qui est ” …
    à ce propos , saluons l’humour des marseillais qui , en réponse aux menaces de Daesh , ont répondu avec ironie ; la meilleure :
    ” Daesh qui menace Marseille ?
    c’est comme un voleur de poules qui voudrait donner des leçons d’évasion fiscale à Balkany “


  30. tchoo Le 26 juillet 2016 à 21h51
    Afficher/Masquer

    Je trouve ces propos très très juste et pertinent,
    il faut juste remplacer russe par américains et Russie par USA
    et là
    tout s’éclaire


  31. vincent Le 26 juillet 2016 à 22h22
    Afficher/Masquer

    Affligeant ,on se croirait dans de la propagande d’intellectuel sous les nazis, avec radio paris et consort, je pense que le journalisme finalement a toujours été vecteur de propagande rien d’autre, c’est le vrai journalisme, ceux qui cherche les vérités ou à démonter les fausses thèses sont plutôt des penseur que des journalistes, le role du journaliste est de bourrer le crâne, autant sous la 3ème république qu’aujourd’hui, il fallait lire la presse de l’époque sur l’autriche Hongrie et l’allemagne. Un peu comme avec la Russie aujourd’hui, et dans 100 ans on nous dira que ce sont les russes qui ont déclenché la guerre mondiale.


  32. RI² Le 26 juillet 2016 à 23h31
    Afficher/Masquer

    Donc si je résume l’analyse des bonhommes, la Russie ré-émerge comme puissance et cherche à se consolider dans sa sphère d’influence historique de même qu’au moyen-orient, les anciens pays de l’est, Russie comprise, ne sont pas des havres de justice sociale et de respect des droits de l’homme et ce pour encore un moment, la croissance fout le camp comme pour tout le monde, les nombreux incidents avec l’armée de l’air et la marine russe sont dangereux pour tout le monde donc il faut dialoguer avant qu’on arrive à un point d’ébullition. ça mérite tant de fluo que ça?


    • vincent Le 27 juillet 2016 à 00h16
      Afficher/Masquer

      citez moi un seul pays qui soit un havre de droit de l’homme et de justice social, un seul, je go y vivre de ce pas.

      Sinon les russes traitent mieux leur prisonniers de droit commun que la france, alors question droit de l’homme, ils ont un brin d’avance dans le domaine carcérale, en faisant envoyer des condamné pour des infraction mineurs, conduite en état d’ivresse, vol etc.. Ils les envoient dans des colonies pénitentiaire, où les condamnée gardent leur vêtement, argent, peuvent voir leur famille souvent, les gardes ne sont pas armée, en revanche ils travaillent sans salaire avant de retrouver la liberté .Chez nous on entasse tous le monde.

      Ouais, les russes ont surement mieux avancer sur ces questions que nous. Mais vous avez raison, le russe n’est pas humain par nature c’est un monstre qui veut tout détruire. Au passage les situation évoluent à l’est, et il n’est pas interdit ni d’avoir de l’espoir, ni de favoriser le dialogue pour permettre des évolutions dans le bon sens.

      Il ne s’agit pas ici de défendre la russie corps et âme; ici nous disons que l’agression de l’otan envers la Russie et les mensonges qui sont transmit ici, sont intolérable. ,


  33. RI² Le 26 juillet 2016 à 23h57
    Afficher/Masquer

    Les “incidents” avec des engins militaires russes ne sont pas à prendre à la légère, et contrairement à ce que sputnik peut vous dire, tout n’est pas de notre faute. Notamment le repérage et raccompagnement d’un sous marin nucléaire lanceur d’engins (balistiques intercontinentaux à têtes nucléaires multiples) hors du golfe de Gascogne en janvier et interception de deux bombardiers stratégiques (porteurs potentiels de missiles de croisière nucléarisés) Tupolev en Mer du Nord le 17 février dernier, venus “chatouiller” nos défenses. Mais on en trouvera sûrement pour nous expliquer qu’il s’agit là de manœuvre amicales, pacifiques, raisonnées favorisant la désescalade et l’apaisement des tensions… Je tiens à préciser que j’ai peu d’estime pour les pirouettes de l’OTAN en Europe de l’est, mais que dans ce duel de débiles, je vois mal qui mérite le prix Nobel de la paix… Pour rappel, la très sérieuse “doomsday clock” indique 3 minutes avant minuit: http://thebulletin.org/timeline


    • vincent Le 27 juillet 2016 à 00h19
      Afficher/Masquer

      Le prix nobel de la paix est une fumesterie, en attendant les russes défendent leur intérêt; pour peu que l’on fasse preuve de bonne volonté, je crois bien les russes aptes à cesser ce genre d’attitude hostile, cela fait 20 ans que la russie se montre ouverte au dialogue, mais faudrait pas trop continuer à les prendre pour des c.. vous en voyez le résultat, 20 ans de foutage de gueule, bon moi si j’ai un conflit avec mon voisin, et que je fait preuve de bonne volonté, j’efface l’ardoise, je lui laisse le temps de retirer son arbre qui déborde dans mon jardin. 20 ans après il y a toujours l’arbre, mais cette fois ci il y aussi des pommier et il passe ses après midi à bronzer dans mon jardin en me faisant des sourire narquois. Vous réagissez comment vous?


      • RI² Le 28 juillet 2016 à 00h52
        Afficher/Masquer

        Il y’a une “narrative” russe, comme il y’a une “narrative” néoconservatrice états-unienne. On est pas obligé de tout avaler goulûment. Le gouvernement russe aiment bien rappeler qu’on leur avait promis (jamais acté) de ne pas étendre l’OTAN dans les anciens pays du pacte de Varsovie (“leur jardin” selon vous?), sauf que ces pays ont adhéré souverainement à l’OTAN et c’est leur bon droit (et le notre de les accepter ou pas). La réalité, c’est que les russes ont été si convaincants après 1991 en termes de bonne pratiques économiques (kleptocratie), de stabilité politique (Bourris Yeltstin qui tire sur le parlement, Tchétchénie 1&2), et de diplomatie respectueuse (chacun sa françafrique après tout) qu’ils ont eux même provoqué une partie non négligeable de la russophobie des pays de l’est. On ne fait pas d’oligarques sans casser son image à l’international…


  34. Vue de Varsovie Le 27 juillet 2016 à 12h26
    Afficher/Masquer

    Bonjour,

    Voici un petit résumé des craintes polonaises, exprimées actuellement aussi bien par la « rue » que certains blogs politiques :

    – les manœuvres russes « Zapad » de 2009 et 2013 aux frontières de la Pologne, impliquant une ou plusieurs simulations d’attaques nucléaires sur Varsovie. Et ce malgré qu’on était en plein « reset » et Varsovie tentait de nouer de bonnes relations avec la Russie. En 2012, la Russie était considérée par les autorités polonaises comme pilier de la sécurité en Europe.

    – l’idéologie eurasiste, prônée entre autres par A. Douguine, conseiller de Poutine. D’après certains blogueurs, cette idéologie est considérée comme danger vital pour la Pologne, car elle supposerait la disparition des états formant le « cordon sanitaire » entre Allemagne et Russie.

    – Le rodomontades de Jirinovski qui menace de transformer la Pologne en désert post-nucléaire, et qui ne font rire personne ici.

    Voilà pourquoi l’arrivée d’un millier de yankees est plutôt bien vue par la population.


  35. Lavau Le 27 juillet 2016 à 12h41
    Afficher/Masquer

    [Modéré] On accuse un bouc émissaire de toutes ses propres turpitudes.
    Un résultat peu diffusé, est qu’il y a bien plus de dégâts psychiques collatéraux chez les complices et comparses que sur la cible visée, si la victime était déjà avertie des intentions criminelles du gang.
    Sur le plan psychiatrique, Fredrik Wesslau et Andrew Wilson sont des gens qui ne s’en relèveront pas. Au fil des années leur paranoïa ne fera que durcir toujours davantage. [Modéré]


  36. politzer Le 27 juillet 2016 à 16h55
    Afficher/Masquer

    Bonjour

    De deux choses l’une: ou ces individus ne croient pas un mot de ce qu’ils disent, et dans ce cas ils ne font que leur travail de propagandistes fondé sur leur “réputation”, ils sont payés pour ça; ou ils y croient et alors les Russes.n ont pas à craindre des “spécialites” aussi déconnectés de la réalité.


  37. Lisbeth Levy Le 31 juillet 2016 à 21h02
    Afficher/Masquer

    Et bien ceux qui accusent de complotisme des auteurs, blogueurs, journeaux qui écrivent que Poutine ou la Russie ne veux pas dominer le monde, ni envahir l’Europe, devrait voir ce film sur les méthodes de parrain de la “démocratie” américaine racontée par d’anciens agents, hauts responsables de la Cia (OSS avant la guerre) afin de garder l’hégémonie, le contrôle des ressources mondiales a tous les niveaux, stopper les syndicats ou partis de gauche :
    http://operation-gladio.net/fr/cia-la-guerre-secr%C3%A8te-arte-2003
    Coups d’état, assassinats, ingérences dans les affaires intérieurs, massacres de masses, génocides !
    A côté la, Poutine parait un ange, rien malgré la propagande mais a force de l’accuser des ces propres turpitudes” par “projection” celui ci toujours a devoir se justifier le fait paraitre “coupable” a ceux qui ne voient pas plus loin que leur nez !


Charte de modérations des commentaires