Les Crises Les Crises
6.juillet.20166.7.2016 // Les Crises

Prague 1968, Ukraine 2014. La contre-révolution pour politique, par Brice Couturier

Merci 11
J'envoie

Parce qu’apparemment trop de propagande ne tue pas la propagande…

Source : France Culture, Brice Couturier, 02.06.2016

Poutine prétend offrir une alternative globale à la “décadence de la Gayrope”. Mais ce bonapartiste n’est pas un Napoléon. Formidable article de Timothy Snyder dans la New York Review of Books.

Un quart de siècle s’est écoulé depuis les révolutions de 1989, qui ont disloqué l’empire soviétique en démontant l’imposture idéologique qui lui servait de légitimation. Et voilà que la Russie de Poutine présente son modèle alternatif à l’Etat de droit et à la démocratie représentative. Il est fondé sur trois éléments : des élections truquées, une oligarchie institutionnelle, l’omniprésence de la propagande national-populiste. Il ne vise qu’un objectif clair : la dislocation d’une Europe jugée décadente et brocardée comme sous le sobriquet « gayrope ». C’est qu’écrit l’historien américain Timothy Snyder, spécialiste de l’Europe de l’est dans la New York Review of Books.

Et c’est dans cette perspective qu’il faut comprendre, selon lui, l’invasion de l’Ukraine du sud et de l’est par « les petits hommes verts » venus de Russie, et l’annexion de la Crimée, au mépris du droit international.

Car la révolution ukrainienne de l’hiver 2013/2014 a été lancée au nom des valeurs européennes. Sur place, on parlait « d’EuroMaiden ». Les manifestants qui bravaient le froid, puis les fusillades, misaient sur l’ouverture de négociations commerciales avec l’Union européenne pour pousser leur pays à se réformer, à adopter les normes démocratiques exigées par l’UE. Viktor Yanoukovitch, le président archi-corrompu désirait, au contraire, arrimer son pays à l’axe eurasiatique que Moscou tente d’opposer à l’Europe.

L’annexion de la Crimée et de l’est ukrainien, telle est la punition administrée aux Ukrainiens révoltés. Et Timothy Snyder la compare à l’invasion de la Tchécoslovaquie à l’époque du Printemps de Prague, par l’Armée rouge en 1968. Dans les deux cas, il s’agit de réprimer un peuple indocile, afin de maintenir le statu quo.

Mais le motif invoqué par Poutine pour ces annexions de fait, « la Novorossiya » ne laisse pas d’inquiéter, écrit-il. Le président russe fonde la nationalité sur la communauté de langue. C’est parce que le russe est effectivement parlé dans ces régions, qu’elles devraient revenir à la Russie. « Principe dévastateur », écrit Tim Snyder. Car c’est sur la base de telles revendications qu’a éclaté la 2° Guerre mondiale. L’annexion de l’Autriche ( l’Anschluss), puis des Sudètes tchèques par le régime national-socialiste s’est faite au nom de la langue et de la culture allemande.

Or, c’est ignorer que certaines grandes villes de l’est ukrainien, comme Dnipro, ex-Dnipropetrovsk, un million d’habitants, l’ancienne « ville des fusées » de l’URSS, est russophone à 100 % et cependant très hostile à l’agression russe. Dans d’autres villes de l’est ukrainien, comme Donetsk, on a vu des Ukrainiens russophones terrorisés par des Tchétchènes agissant pour le compte de Moscou, mais qui ne parlent pas un mot de russe…

Paradoxalement, les dirigeants russes nomment « fasciste » tout ce qui vient d’Europe ou se réclame des idéaux européens. La question de fond, selon Timothy Snyder ? Comment l’opinion publique russe absorbe les théories complotistes que des médias aux ordres déversent quotidiennement sur elle. Comment l’appareil de propagande de Poutine peut-il soutenir simultanément qu’il n’y a jamais eu d’invasion de l’Ukraine mais que les annexions réalisées au détriment de ce pays par la Russie sont une bonne chose ? Comment concilier le jugement de valeur selon lequel les Ukrainiens sont tous des fascistes et qu’ils constituent un peuple-frère ?

Dès qu’une velléité d’opposition se manifeste, ses leaders sont harcelés, battus, par des milices qui se comportent en police parallèle. C’est ce qui vient d’arriver à la fameuse romancière Lioudmila Oulitskaïa. D’autres sont aussitôt arrêtés sous des prétextes insensés – souvent accusés d’être financés par Hilary Clinton… D’ailleurs, Poutine soutient Donald Trump, dans lequel il voit l’homme le mieux capable de détruire la puissance américaine.

Poutine, conclut Tim Snyder, “fait du bonapartisme, mais il n’est pas Napoléon“. Devant les conséquences économiques de sa gestion désastreuse des revenus pétroliers, il détourne les frustrations légitimes du peuple russe sur des ennemis imaginaires. Mais à la différence des dirigeants soviétiques d’autrefois, il ne propose aucune réelle alternative à celle des démocraties occidentales. Tchécoslovaquie 68, Ukraine 2014, on ne convainc pas les peuples par des interventions contre-révolutionnaires. Au contraire, on se les aliène.

La conséquence la plus visible de l’agression commise contre l’Ukraine par la Russie aura été de renforcer le sentiment national ukrainien.

Source : France Culture, Brice Couturier, 02.06.2016

 

L’article de Timothy Snyder “The wars of Vladimir Poutine

couturier-2

 

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

kasper // 06.07.2016 à 00h22

“Il est fondé sur trois éléments : des élections truquées, une oligarchie institutionnelle, l’omniprésence de la propagande national-populiste.”

Il decrit l’UE, la ? Ah non, c’est vrai, chez nous on truque pas encore les scrutins, on s’assoit dessus quand les gens votent mal.

47 réactions et commentaires

  • kasper // 06.07.2016 à 00h22

    “Il est fondé sur trois éléments : des élections truquées, une oligarchie institutionnelle, l’omniprésence de la propagande national-populiste.”

    Il decrit l’UE, la ? Ah non, c’est vrai, chez nous on truque pas encore les scrutins, on s’assoit dessus quand les gens votent mal.

      +114

    Alerter
    • Spiridon // 06.07.2016 à 02h13

      Si, on les truque aussi, déjà: publication de faux sondages le jour du scrutin Brexit, et aux récentes élections présidentielles en Autriche où le candidat écologiste Van Der Bellen n’aurait pas été élu sans l’ajout des votes par correspondance, dont les ratios étaient manifestement déséquilibrés au profit dudit candidat, puisque sans ces bulletins c’est l’autre candidat Norbert Hofer qui aurait été élu avec 51.9% des voix.

        +56

      Alerter
      • Puka Runa // 06.07.2016 à 13h28

        Et nous pourrions ajouter l’instrumentalisation médiatique de l’assassinat de la parlementaire du Labour. Après le Projet Peur (Project Fear), la culpabilisation des opposants au système…

          +18

        Alerter
  • Heirani // 06.07.2016 à 01h01

    Le terme Гейропа n’est pas si confidentiel que cela, mais de là à en faire une raison fondamentale de la géopolitique russe…
    https://goo.gl/wRQbwQ
    Гейропа (Gayrope en Français) = 277 000 résultats

      +9

    Alerter
    • Kaemo // 06.07.2016 à 11h03

      Une recherche sur Yandex donne plus d’un million de résultats :
      https://www.yandex.com/search/?text=%D0%93%D0%B5%D0%B9%D1%80%D0%BE%D0%BF%D0%B0&lr=10499&rnd=15210

      Cela dit, tous ne sont pas négatifs envers l’Europe.
      Traduction : “On nous effraie avec la Gayrope mais Poutine nous a déjà tous niqué.”
      https://yandex.com/images/search?p=1&text=%D0%93%D0%B5%D0%B9%D1%80%D0%BE%D0%BF%D0%B0&noreask=1&img_url=http%3A%2F%2Frisovach.ru%2Fupload%2F2014%2F04%2Fmem%2Fputin_48710840_orig_.jpg&pos=44&rpt=simage&lr=10499

      *****

      Petit bonus. Une définition de Gayrope en anglais :
      http://www.urbandictionary.com/author.php?author=Lazovets

      ” ‘Europe’ as it called by the russians who support Putin’s policy. It is commonly widespreaded in Russia today as their propaganda constantly reminds them that western world wants to destroy their powerfull and flourishing nation spreading their filthy culture all over eastern Europe.
      We didnt invade Ukraine, we defended them from Gayrope influence! ”

      tandis que la défintion wikipédia russe reste plus sobre :
      “Europe comme lieu de vie des homosexuels”
      https://ru.wiktionary.org/wiki/%D0%B3%D0%B5%D0%B9%D1%80%D0%BE%D0%BF%D0%B0

        +3

      Alerter
    • Kaemo // 06.07.2016 à 11h20

      A ce que je vois sur le web russe en 10min, la mot “Gayrope” aurait pu être utilisé par “la manif pour tous” pour qualifier la politique européenne qui vise à autoriser le mariage pour tous dans tous les pays…Ce mot n’a de lien intrinsèque avec la politique de Poutine…

      Qui plus est, l’utilisation de ce mot est loin de faire l’unanimité.

        +5

      Alerter
      • Joseph // 06.07.2016 à 22h39

        J’ai vécu de nombreuses années en Russie, je n’ai jamais entendu ce mot (je ne dis pas qu’il n’existe pas, mais il est loin d’être aussi répandu qu’on veut nous le dire ici). Cet article est un ramassis ignobles de mensonges et de diffamation de la plus basse espèce, de ceux que l’on utilise pour justifier une bonne guerre. L’auteur est non seulement un minable, mais aussi un criminel ; l’obscurantisme journalistique n’a visiblement aucune limite.
        Quelle journée pourrie, où l’on peut lire un tel article et voir des députés tous plus pourris les uns que les autres jouer au jeu du “je suis contre la loi travail mais je vais tout faire pour qu’elle passe”.
        Mes concitoyens marchent-ils vraiment dans ces âneries ? J’aimerais croire que non, mais lorsque l’on entend certain parler, on ne peut que s’inquiéter. Par mon métier, j’ai parcouru l’Amérique latine, la Chine et la Russie, et les commentaires de mes compatriotes sur ces pays qu’ils ne connaissent en rien laissent livides.

          +25

        Alerter
    • Prométhée Enchaîné // 06.07.2016 à 11h51

      Et pour avoir renouvelé le test sur Google.fr, c’est pareil (129 000 résultats pour Gayropa) :
      https://www.google.fr/#q=gayropa

      On ne peut quand même pas nier que Poutine a une vision particulière de la société (comme nos dirigeants en ont une) :
      https://www.youtube.com/watch?v=LNIVt6kVEdQ

      Cela étant dit, cet article n’en est pas moins ridicule. Toujours cette légèreté de traitement, cette largesse d’interprétation, cette absence de sources et de références précises.

      Comme quoi de part et d’autre, la propagande s’appuie sur des éléments de vérité que l’on exagère. Les médias grand public sont désespérants…

        +5

      Alerter
  • Lamrani // 06.07.2016 à 01h17

    L’article est trop subjectif quant à sa présentation des faits. Il avait endossé toute la responsabilité à la Russie. Il n’avait pas signalé l’élargissement de l’EU vers les pays de l’Est. Il n’avait pas non plus indiqué l’incorporation de certains pays frontaliers avec la Russie dans l’Organisation de l’Atlantique Nord. Enfin il s’est indigné contre ‘l’invasion’ russe en Ukraine et en Crimée sans évoquer des interventions plus sanglantes et plus meurtrières.
    Ce qu’on s’autorise à soi même, on doit normalement le permettre au prochain. Mais semble-t-il tel n’est pas l’avis de l’auteur

      +17

    Alerter
  • antoniob // 06.07.2016 à 01h46

    encore un cas de mensonge pur, agit-prop sous couvert d’information, avec l’absence complète de déontologie qui va avec.
    Les grosses inversions rhétoriques habituelles de la machinerie atlantiste sont reprises.
    Notamment en Ukraine, la Russie n’agresse personne, c’est la coalition euro-atlantiste qui est à l’oeuvre dans le Donbass. Donetsk est pilloné par les fantoches kíéviens des Etats-Unis et de l’UE combinés, pour avoir voulu procéder à son autonomie. La GB n’est pas bombardée pour avoir voté une sortie de l’UE.
    La date clef qui est passée sous silence systématiquement est le coup du 22.02.14, qui violait l’accord de sortir de crise de la veille, lequel fut pourtant placardé sur les premières pages de tous les quotidiens. Preuve aussi que cet accord était pour la façade. Or c’était l’Allemagne, la France et la Pologne qui le parrainaient.
    La bataille de Debaltsevo et la guerre de l’hiver 2014-2015 fut passée sous silence, rien, aucun écho, jusqu’à ce que l’avantage fut pris par les novorussiens. Là tout à trac, Merkel fonçait à Minsk en prenant Hollande en bagage comme faire-valoir. Si l’issue de la bataille avait été aux kiéviens, elle n’aurait pas existé, puisque la presse n’en avait pas parlé. Et du coup les 5000 morts tant clamés uniquement après la déroute kiévienne.
    Tuer en silence sous la bannière “démocratie”.
    Et que faisait la presse française? suivre les consignes

      +64

    Alerter
    • Le modéré // 06.07.2016 à 17h26

      Des informations émanant du citoyen moyen -qui lui meme les a reprises- ne me déconcertent pas. Mais ce qui est scandalisant ce sont les propos d’intellectuels sensés apporter la vérité ne font que mentir. Méritent-ils d’étre admis et de surcoit libres de déverser leur cochonneries à travers les différents médias?
      L’opinion quelle qu’elle soit est la bienvenue. Mais charrier l’intoxication et la désinformation ne rentre pas dans l’éthique de l’expression

        +6

      Alerter
  • Caliban // 06.07.2016 à 02h31

    Cela fait des années que cet éditocrate sévit sur cette chaîne publique aux heures de grande écoute. Heures de grande écoute également polluées par Caroline Fourest : http://www.franceculture.fr/emissions/le-monde-selon-caroline-fourest

    Manque plus que BHL et Barbier pour une dream team financée par nos impôts.

      +48

    Alerter
  • babelouest // 06.07.2016 à 03h30

    Comment de telles horreurs peuvent-elles être assénées sur une chaîne publique ?

    Ah mais oui, c’est vrai : le proconsul de l’Élysée suit à la lettre les injonctions de l’Empire, et la propagandastaffel suit.

      +52

    Alerter
  • gilles bernadou // 06.07.2016 à 04h10

    la seule conclusion qu’on peut en tirer est que ce Brice Couturier est un grand leche botte, ou en d’autres temps appele collabo.
    ces individus ne rendent pas service a notre collectivite.
    raison de plus de ne plus aller les ecouter, ni eux, ni les medias qui les diffusent.
    personnellement, cela fait une eternite que je ne vais plus sur les chaines publiques, les tf1 et autre bfmwc
    et franchement, cela fait du bien…aujourd’hui, il y a suffisamment de medias alternatifs honnetes pour suivre les evenements et les affaires du monde pour se faire sa propre opinion grace a internet.

      +35

    Alerter
  • Loxosceles // 06.07.2016 à 07h02

    “Poutine, conclut Tim Snyder, “fait du bonapartisme, mais il n’est pas Napoléon“.”

    Je n’ai pas très bien compris… Est-ce à dire qu’il ne finira pas à l’île d’Elbe ?

    Un grand morceau de propagande hyper-grossière et hyper-grotesque qu’un Staline n’aurait pas renié… comme quoi Snyder fait de l’agitprop sans être du KGB.

      +32

    Alerter
  • Ovuef2r // 06.07.2016 à 07h32

    Cette chronique de Brice Couturier est vraiment au diapason de ce qu’est devenue France Culture au fil du temps : un repaire (et aussi un repère) des idées atlantistes en vogue dans notre pays. Le pendant audio du journal Le Monde. Je le n’écoute plus que pour voir à quel point d’aveuglement ils en sont, et aussi car il reste d’autres rares émissions et internants qui parlent du réel et nous apprennent encore des choses.
    Ce début d’été par exemple la tranche 11h midi a vu Regis Debray remplacer Culture Monde émission spécialisée dans la dénonciation de tous les ennemis de l’Occident : Poutine, Bachar, Dilma Rousseff, Castro, l’Iran, Chine un peu aussi…; et la bénédiction de nos alliés, Ukraine et petromonarchies en tête.
    C’est aussi une radio qui a de longues heures pour dénoncer les complotistes de tout poil…
    Triste époque.
    Reste désormais sputnik’radio en streaming quand on a une bonne connections 4G…
    Et aussi la bonne nouvelle que le sieur Brice Couturier ne sera plus là en septembre..

      +21

    Alerter
    • Micmac // 06.07.2016 à 14h54

      Ça dépend de la tranche horaire…

      Je trouve le journal de 12h30 (animé par Antoine Mercier) et la séquence d’interview qui le suit jusqu’à 13h30 plutôt équilibré. Les invités sont d’opinions variés et les journalistes font des vraies interviews dans lesquels ils laissent leurs invités s’exprimer. Mais si il est vrai que l’invité de l’interview qui suit le journal a souvent les arts comme sujet, c’est loin d’être toujours le cas. La politique y a sa place, et j’y ai entendu des invités défendre des positions anti-libérales et anti-atlantistes (modérées), et, chose rare, pouvoir s’exprimer.

      Bien sûr, ça n’ira pas jusqu’à remettre en cause l’ordre médiatique établi, mais ça tient beaucoup mieux la route dans l’ensemble. Et puis, je pense qu’on est arrivé à un point ou cette remise en cause par des journalistes honnêtes est quasiment impossible (pour le moment…).

      La tranche horaire du matin est effectivement inécoutable. J’y ai renoncé depuis longtemps.

        +3

      Alerter
    • anne jordan // 09.07.2016 à 15h31

      précisément , il FAUT ECOUTER R.Debray !
      voilà un autre son de cloche !
      l’ancien ami des guerilleros parle admirablement de la souveraineté , des frontières , de l’identité culturelle ( et chrétienne ! ) et retrace l’imposture européiste !
      bonne écoute , et bel été à tous !

        +0

      Alerter
  • FL // 06.07.2016 à 07h43

    Brice Couturier:
    “J’étouffe en France… ”
    “J’essaie d’ouvrir des fenêtres sur une pièce qui sent le renfermé –la France…”

    A lire en ouvrant les fenêtres…
    http://jssnews.com/2012/03/20/brice-couturier-journaliste-sur-france-culture-dans-toute-leurope-de-louest-condamner-israel-est-devenu-la-norme/

      +4

    Alerter
    • Kaemo // 06.07.2016 à 10h37

      Pourtant, à la lecture de l’interview citée par FL, Brice Couturier m’a paru être un monsieur sensé : sa position sur Israël est plutôt originale et argumentée… soit tout l’inverse de l’article ci dessus. Ceci me laisse perplexe.

        +0

      Alerter
      • Caliban // 06.07.2016 à 11h41

        Pour comprendre ce genre d’éditocrate, ces spécialistes de la pensée “prête à l’emploi”, je crois qu’il faut essayer de voir l’éditocratie dans son ensemble :
        • le cursus de chacun pour entrer dans le club (https://fr.wikipedia.org/wiki/Brice_Couturier)
        • et la situation actuelle “d’embouteillage” tant les éditocrates fleurissent

        Pour exister, un éditocrate doit :
        • soit disposer de ses réseaux (typiquement BHL ou les directeurs de publication comme Barbier ou Joffrin)
        • soit imposer une “patte” pour se démarquer

        M. Couturier est dans la seconde catégorie. Sa patte est la culture du paradoxe, culture souvent “hors-sol” :
        • où le rapport à la réalité n’est pas la priorité
        • et qui consiste à soutenir la doxa en prétendant la déconstruire

          +9

        Alerter
  • FVM // 06.07.2016 à 08h11

    Pourquoi tant de temps perdu à lire et à commenter le médiocre Couturier, là, on radote et ce n’est pas bon…

      +11

    Alerter
    • Bozi Lamouche // 06.07.2016 à 08h57

      Ah Ça Oui on radote…un bel os à ronger …merci .

        +1

      Alerter
  • Georges Clounaud // 06.07.2016 à 08h25

    “Comment l’opinion publique russe absorbe les théories complotistes que des médias aux ordres déversent quotidiennement sur elle ?”
    Et bien simplement en relatant des faits (bien évidemment peu mis en valeur en Otanie) et en pointant du doigt les contradictions du camp du bien de la liberté et des droits de l’homme. Ce n’est pas très compliqué : un focus sur les néo-nazis kiéviens, un autre sur les liens entre Daesh et la Turquie ou la mollesse de la réaction occidentale face à cette menace mortifère avant l’intervention russe…La tâche n’est pas trop ardue…

      +21

    Alerter
  • Ardéchoix // 06.07.2016 à 09h25

    Monsieur Brice Couturier les événements à la maison des syndicats d’Odessa : c’est un barbecue qui a mal tourné ?
    Pour ce monsieur un peu de lecture :
    Six années qui ont changé le monde 1985-1991
    Hélène Carrère d’Encausse
    Attention ouvrer les fenêtres monsieur, votre monde sent la rancoeur .

      +21

    Alerter
  • Lt Anderson // 06.07.2016 à 09h51

    A M. O. Berruyer,

    Je ne vois plus aucun intérêt à diffuser ici ce genre d’article. Rajouter de l’excrément sur le tas d’excrément ne dissipera pas les relents nauséabonds de ces deux dernières années.
    En ce qui me concerne je finis presque par m’y habituer, comme ces gens qui vivent à côté d’une décharge ou d’un site d’équarrissage sans plus y faire attention.
    Mais en tant que “vieux” j’admets que l’on puisse être sidéré par ce niveau de propagande alors que me reviennent en mémoire les beaux serments et belles promesses éthiques des journalistes des années 80.

      +12

    Alerter
    • Caton l’Ancien // 06.07.2016 à 10h11

      Je repense à un commentaire de Lordon dans _Les nouveaux chiens de garde_ .

      Je reproduis approximativement :
      “On se demande ce qu’il faudrait qu’ils disent pour qu’un jour quelqu’un leur explique «Nan madame ou monsieur, après avoir dit un truc pareil, vous comprenez qu’on ne peut plus vous solliciter ». ”

      En plus, le job est super mal fait : si on me payait pour dire du mal de Poutine, je ferais au moins un effort pour que ce soit pas à ce point débile. Apparemment, Brice Couturier, non.

        +11

      Alerter
    • anne jordan // 09.07.2016 à 15h37

      SI !
      moi , j’y vois l’intérêt de savoir à quelle sauce les événements internationaux sont présentés à mes compatriotes !
      et je réagis ..
      ajoutez à cette meute @si qui m’envoie , hier , ceci :
      http://www.arretsurimages.net/emissions/2016-07-08/Les-medias-russes-veulent-fracturer-l-opinion-francaise-id8926
      un peu flippant , non?
      Il nous faut être réactifs !
      au fait pourquoi le sinistre Couturier s’en va t il ???

        +1

      Alerter
  • Ardéchoix // 06.07.2016 à 09h55

    Une autre façon de faire du journalisme.
    http://m.youtube.com/watch?v=uRawWLYX8K0

      +2

    Alerter
  • F C // 06.07.2016 à 10h00

    Pourquoi tant de haine ?comment peut on mentir à ce point et parler de propagande ?
    Et dans quel intérêt ? Voilà ce qu’il faut essayer d’analyser
    Nous nous réjouirons du départ de ce menteur dès matins de F.Culture , encore que je ne suis pas sur qu’on ne lui donne pas encore souvent la parole
    Au demeurant je n’ai rien contre l’expression de tel ou tel qui ne me plaisent pas à condition de laisser s’exprimer la partie inverse or tous ceux qui ont exprimé ou révèle des faits qui contredise là doxa de nos médias ont et manifestement sensure,accusés de “poutinolatie ”
    Souvenons nous comment avaien été traités par Caroline Fourest les événements d’Odessa qui furent en faire un acte destiné à terroriser les partisans d’un fédéralisait on de l’Ukraine

      +6

    Alerter
  • canfrarus // 06.07.2016 à 10h08

    Ils sont incohérents, ces Ukrainiens:

    – ils n’aiment pas Staline et veulent faire partie de l’UE, mais ne veulent pas restituer les territoires annexés à la Pologne, à la Hongrie et à la République Tchèque qui est le moyen le plus rapide.
    – ils n’aiment pas Lénine, mais se battent pour garder les régions russes de l’est que celui-ci leur a attaché à la création de l’URSS.
    – ils n’aiment pas la Russie, mais lui achètent du charbon, plutôt qu’à la Pologne amie;
    – ils traitent la Russie d’agresseur, mais font du commerce et même lui quémandent une ristourne pour le gaz ;

    La liste est très très longue. Les Russes comparent souvent l’Ukraine à un voisin de palier alcoolique qui sonne à la porte pour vous taper cent balles parce qu’il n’a pas de quoi s’acheter à manger afin de vous chier sur le paillasson.

      +24

    Alerter
    • Romain // 06.07.2016 à 14h17

      Le plus comique (façon de parler) c’est cette hargne à débaptiser toutes les villes rappellant le passé commun russo ukrainien: Dnipropetrovsk, Zaporojie, Nikolaïev, Kherson et Odessa furent fondées par la grande Catherine…Ce qui n’empêche pas Couturier de prétendre que ces changements sont une démarche spontanée des “Ukrainiens russophones” face à l’impérialisme russe et pas du tout un ukase des fous aux manettes à Kiev.

        +8

      Alerter
    • Piotr // 06.07.2016 à 16h31

      D’accord avec vous, c’est quand même bizarre de voir cette Union européenne soutenir par tous les moyens cette Ukraine -pur produit du stalinisme dans ses frontières et dans son fonctionnement même actuellement -on remplace plan qunquennal par plan de privatisation pour l’oligarchie “post-soviétique” et occidentale et le tour est joué… Enfin, votre B.Couturier raconte n’importe quoi sur le “Printemps de Prague” -simplification outrancière de “Guerre froide”, des historiens tchéco-slovaques travaillent sur ce sujet en ce moment grâce aux archives ouvertes et leurs premiers enseignements deviennent si nuancés, contradictoires et loin des clichés de l’Ouest, qu’on n’ose les publier (à côté des “perles” qu’ils ont trouvées sur les “grandes manoeuvres de “Free Europe” à l’époque)”. A l’Ouest, il faut désigner un “ennemi”, voilà le mal européen occidental (sans considération du bien pour les peuples – à jouer à ce jeu-là tôt ou tard ça finira très mal)

        +9

      Alerter
  • Bayard Jean // 06.07.2016 à 11h01

    @ Brice Couturier,

    Votre article me semble très orienté, aussi je me permets de vous rappeler que :

    1 – Le 25 février 2010, Viktor Ianoukovytch (pro-russe) est investi Président de l’Ukraine, par les urnes.

    2 – Le soulèvement de la place Maïdan a été fomenté par la CIA et l’opposition au gouvernement, ce qui (quelles que soit les causes) s’appelle un coup d’Etat destiné à renverser celui qui a été élu légitimement.

    3 – Des écoutes interceptées entre le Premier ministre estonien Urma Paet et la commissaire européenne Catherine Ashton indiquent que les snipers auraient été embauchés par les chefs de l’opposition et auraient tiré à la fois sur les manifestants et la police. (cf. Wikipedia) Parmi les chefs de l’opposition on trouve en tête Petro Porochenko (pro-américain), futur président.

    à suivre …

      +20

    Alerter
  • Bayard Jean // 06.07.2016 à 11h02

    @ Brice Couturier (suite)

    “En fait, il est aujourd’hui avéré que nombre des manifestants tués le furent par des projectiles tirés dans leur dos. Le rôle des agents provocateurs très probablement liés à Pravy Sekhtor ne fait plus aujourd’hui aucun doute” (cf. L’Ukraine au tournant, par Jacques Sapir le 3 décembre 2015).

    4 – “Début mars 2014, la république autonome de Crimée est de facto détachée de Kiev. Le 18 mars, à la suite d’un référendum sur le statut de la péninsule de Crimée qui s’est tenu le 16 mars, la Russie et la République de Crimée signent un traité entérinant le rattachement de la république à la Fédération de Russie.”

    5 – Le 25 mai 2014, Petro Porochenko (ancien chef de campagne de Viktor Ianoukovytch) est élu Président d’Ukraine. Sa fortune en quelques mois a augmenté d’environ 20% à près d’un milliard, soit approximativement 180 millions de dollars. Est-ce le prix des services rendus à l’Ouest ?

    Cordialement

      +16

    Alerter
  • Au sud de nulle part // 06.07.2016 à 11h41

    Bah, s’énerver contre un billet de Couturier c’est comme s’énerver contre un sketch des Monty Python. Ça n’a pas de sens car dans les deux cas nous avons à faire à des clowns universellement reconnus comme tels.

      +12

    Alerter
  • Erich Mühsam // 06.07.2016 à 11h43

    Notons que si l’on connaît snyder, c’est pour ses ecrits sur l’Ukraine.
    Les conclusions de ses écrits étant compatibles avec les lignes éditoriales des médias de masse, il est bon client et on a donc droit à la messe de l’expert Snyder. Et puis comme il est dit plus haut il a une voix douce et mélodieuse et suffisament de vocabulaire pour habiller le plan qui reste Fuck the EU.
    On avait toujours Vidal-naquet pour nous expliquer l’histoire et pas Lacroix-Riz.

      +7

    Alerter
  • Bernard // 06.07.2016 à 14h50

    Brice couturier …..
    l’ancien rédacteur en chef du magasine LUI a trop abusé de psychotropes
    Ces idées claires c’est du delirium un ramassis de clichets Poutinophobes

      +4

    Alerter
  • John // 06.07.2016 à 23h03

    Brejnev 3 août 1968 à Bratislava :
    « Chaque parti communiste est libre d’appliquer les principes du marxisme-léninisme et du socialisme dans son pays, mais il n’est pas libre de s’écarter de ces principes s’il entend rester un parti communiste. […] L’affaiblissement d’un maillon quelconque du système socialiste mondial affecte directement tous les pays socialistes, et ils ne sauraient y rester indifférents. »

    Juncker 29 janvier 2015 :
    « Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens. »

      +2

    Alerter
  • christian gedeon // 07.07.2016 à 04h00

    Hilarant Couturier…Radio Paris Bobo a encore frappé. Dommage il y a aussi de super choses sur France Q comme disent les BMR. mais Couturier est depuis un bon moment un comique qui s’ignore

      +2

    Alerter
  • Bernard SARTON // 07.07.2016 à 16h07

    Couturier est un agent propagandiste du capitalisme anglo-saxon . Il ne comprend rien à l’histoire des peuples et il cite Poutine en “mauvais Napoléon” ce dictateur français du 19ème siècle qui mis la France à genoux et tua proportionnellement plus de gens qu’Hitler . Poutine voit clair et analyse les rapports de force avec justesse et je dirai même à la lumière du marxisme , sa formation de base . Couturier , en bon agent anglo-saxon , n’est là que pour discréditer la Russie et ses dirigeants . Eltsine a dévalué la Russie après la chute inévitable de Gorbatchev roulé das la farine par Reagan et les comploteurs intérieurs . Alors Poutine apparaît comme l’élément fédérateur des russes nostalgiques du système communiste qui n’a pu aboutir par négligence des apparatchiks et aussi par le manque d’initiatives des masses russes . L’histoire rend toujours justice aux bons dirigeants d’un pays .

      +2

    Alerter
  • Catalina // 07.07.2016 à 19h21
  • Kaiel // 08.07.2016 à 16h53

    ça marche: j’ai eu une discussion rapide l’autre jour chez des amis (un couple et un ami en couple avec une journaliste du monde absente). Quand on a parlé de Poutine elle m’a parlé des massacres en Crimée depuis l’annexion, j’ai été un peu surpris n’ayant vu nulle part trace de ces massacres (ne lisant plus la presse) écoutant d’une oreille France inter en voiture.
    J’ai évoqué les poblèmes liés l’attitude de l’Europe, les nazis au pouvoir, les 50 brûlés vifs dans l’immeuble, les discours insensés de Obama devant les Nations unies et celui beaucoup plus intéressant de Poutine en gros ce que ma mémoire m’a permis en quelques minutes.
    Aucune accroche comme si c’est moi qui inventait les faits.
    Et pourtant ce sont plutôt des gens avec un bon niveau d’étude (ingénieur informaticien, enseignant ..) en train de s’installer en autoconstruction paille dans un lotissement écoparticipatif, pas trop naïfs à priori.

      +1

    Alerter
    • Olivier Berruyer // 08.07.2016 à 18h54

      Heu, c’est justement le profil le plus naïf possible, je vous assure que la vie a appris aux ouvriers à être méfiants…

        +1

      Alerter
  • Kaiel // 08.07.2016 à 21h22

    Peut-être, mais ces gens sont très conscients de l’urgence climatique, de l’arnaque financière global, l’ingénieur m’a très bien expliqué que le deep learning était une clef pour la surveillance généralisée (reconnaissance faciale très très performante). ils travaillent notamment à populariser l’agroécologie et la permaculture dans des lycées agricoles. J’ai travaillé dans pas mal de milieu avec des ouvriers et même méfiants je n’ai pas constaté souvent qu’ils évoquaient le monde d’après. Comme l’écolonomie, la fin de la hiérarchie au travail, l’arrêt des ventes d’armes et du nucléaire ou encore un juste partage des richesses.
    Je penche plutôt pour un phénomène relevant de “l’hypnose collective” (ou inconscient collectif de Jung) qui est très prégnant.

    Je peux relever quelques sujets intéressants auxquels de nombreuses personnes sont fermées :

    Les nouveaux paradigmes en sciences et médecines autour de la conscience et de l’information :
    http://www.quantiquemedia.com/videos.php
    corinne sombrun : https://www.youtube.com/watch?v=Ym0kIECFi0U
    Olivier Chambon : https://www.youtube.com/watch?v=YlXZRPu1te8

    le dossier ovni : http://www.nexus.fr/dossier/exologie
    les crop circle https://www.google.fr/search?q=crop+circle+2015&client=firefox-b-ab&biw=1365&bih=670&tbm=isch&tbo=u&source=univ&sa=X&ved=0ahUKEwjnmt2nyuTNAhVBlhQKHcntD-cQsAQIIw

    etc…

    enfin merci pour tout ce travail

      +1

    Alerter
  • christobald88 // 08.07.2016 à 23h27

    L’auteur de cet article est soit un imbécile soit de mauvaise foi au mieux un ignorant.

    Le fond de l’affaire c’est que le peuple frère, alias la tribu russe d’Ukraine, ne s’est jamais tirée du marasme de la perestroika, et que le coupable traditionnel est désigné depuis 20 ans: Moscou. Moscou la totalitaire, Moscou la méchante, Moscou l’asiatique. Si les gouvernants ukraniens avaient été responsables au lieu de se partager le gâteau et d’aller flirter de manière éhontée avec les ennemis de la Russie – comme le fit Yvan Mazepa avec le roi de Suède il y a 300 ans -, ni la Révolution de Maïdan ni la guerre qui s’en est suivie n’auraient eu lieu. La Russie, contrairement à ce qu’affirme ce journaliste idiot, a été OBLIGEE D’INTERVENIR pour défendre la partie de la population RUSSE d’Ukraine favorable au Kremlin et ses intérêts géostratégiques (la base de Sébastopol dont le bail était matière à chantage depuis des années et que les ukropi auraient donné aux américains sans vergogne). Beaucoup d’ukrainiens considèrent d’ailleurs que Moscou a été beaucoup trop modéré avec les “Ukropi”. C’est une guerre civile dans l’espace russe au sens civilisationnel du terme, et je défie ce journaliste de me prouver le contraire! Et, dans ce conflit ubuesque que j’ai vu naître au fil des années, la faute principale en incombe aux “Ukropi” aveuglés par leur vanité et leur prétentions grotesques. J’éprouve beaucoup de sympathie pour ces trublions, mais ils feront ch… les “maskali” jusqu’à la moelle, et c’est difficile de ne pas donner raison à ces derniers.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications