Comme on le sait, l’Europe sociale avance (presque) à grands pas :

Depuis 35 ans donc (en fait 60 ans, mais bon, ok, commençons avec les 1ères élections de 1979), les choses ont bien progressé, vu qu’on est passé de ça :


à ça :

Et donc, on a eu une convergence évidente au niveau du salaire minimal :

(j’ai rajouté quelques pays hors UE pour comparer…)

Bien entendu, des salaires qui vont de 1 à 5 dans une même zone monétaire, c’est du jamais vu, hein, cela relève de la psychiatrie lourde (simple, imaginez ce qui va se passer si vous mettez le SMIC à 300 € en Alsace… C’est sûr que le chômage va bien y baisser, mais ailleurs, ça ne va pas être rose…)

 

Mais comme il fallait aller encore plus loin dans l’Europe sociale, l’UE s’étend encore à l’Est avec le “partenariat oriental” (j’imagine que l’étape suivante c’est la partenariat grand-oriental avec l’Afghanistan, puis, enfin, le Japon):

Et nous avons donc signé un accord de libre échange avec l’Ukraine appliqué depuis le 01/01/2016…

Et donc, l’Europe sociale des salaires avance encore plus !

Donc nous voilà dans une zone de libre-échange avec des salaires de 1 à 30, (contre 1 à 8 avant l’arrivée de l’Ukraine) pas de souci. Cela semble certes totalement délirant de prime abord, mais grâce à l’UE, on en aura ainsi la preuve par l’exemple – ça manquait…

On déplorera au passage, par esprit de solidarité, la concurrence salariale déloyale que l’Ukraine réalise au détriment du Bangladesh… (mais soyons honnêtes, le salaire minimal ukrainien devrait monter vers 50 € en 2016…)

 

Voici la situation des salaires médians :

(hélas Eurostat n’a pas refait d’étude depuis 2010, sujet annexe pour eux, les salaires, j’imagine… Les chiffres Chine, Turquie et Ukraine sont bien de 2015 eux)

L’Europe sociale est donc en marche – mais prévoir un délai, hein…

P.S. Comme on a étudié la semaine passée les débats des élus qui ont voté ça, n’hésitez pas à les contacter pour leur demander des explications…

59 réponses à “L’Europe sociale” des salaires…

Commentaires recommandés

bluetonga Le 01 février 2016 à 07h13

L’union européenne? Ce n’est que la répétition générale de la mondialisation. Nivellement par le bas, une élite “apatride”, aveugle et avide, technocratique et non élue qui sape dans tout ce qui ressemble à des acquis sociaux, une religion néolibérale reposant sur le dogme de la croissance infinie, des frontières poreuses à souhait qui brassent les plebs de toutes les nations et les jette les uns contre les autres dans une lutte désespérée pour la survie.

Et dans la grande marmite européenne, une onde populaire qui commence à frémir avant de se mettre à bouillir… Lorsque les salaires minimums s’écrouleront parmi les nantis, ce sera la fin de la partie. Quand on n’a plus rien, on n’a plus rien à perdre.

  1. DUGUESCLIN Le 01 février 2016 à 07h06
    Afficher/Masquer

    Sommes-nous diriger par des inconscients, où agissent-ils sciemment? Si oui quel est le but?
    Avoir une main d’oeuvre à un coût dérisoire défiant toutes concurrences? Est-ce une grande solde de printemps généralisée sur les salaires? “Salaires à prix cassés profitez d’une remise de 50 % selon l’origine de nos produits”. Ils sont garantis 60 heures par semaine. En cas d’insatisfaction le produit peut-être échangé.
    A cela s’ajoute une immigration massive de gens qui ne parle pas notre langue et pour la plupart sans diplômes auxquels il faudra bien fournir du travail. Mais il y a déjà pléthore de chômeurs. Pour vivre il faudra bien une économie parallèle, des gangs organisés, par exemple, pour piller et voler ceux qui ont conservé un peu de revenus. Où encore accepter des salaires à 48 € comme en Ukraine avec le racket et toute la délinquance, les trafics de toute sorte comme moyen de survie. Mais aussi le trafic d’armes venus de nulle part pour armer les pilleurs et ceux qui veulent se défendre.
    La guerre civile aussi, tant qu’on y est, qui pourrait donner du travail à tout le monde, Il ne faut pas désespérer il y aura bien des solutions, L’UE c’est l’avenir, le bonheur pour tous.


    • Krystyna Hawrot Le 01 février 2016 à 22h08
      Afficher/Masquer

      De nombreux Ukrainiens travaillent déjà en France comme travailleurs détachés dans des boites polonaises. En novembre 2013 ils avaient participé à une grève de travailleurs détachés sur la ligne LGV Bordeaux Toulouse. De là on sait qu’ils gagnaient 300 Euros;

      Pourquoi ne le feraient-il pas alors qu’ils sont 500 000 en Pologne et que plus de 2 millions de Polonais travaillent en détachés?
      Avec l’accord d’association on va passer de 300 à 150 Euros pour le travailleur détaché ukrainien , ça fera après tout 3 fois plus que le SMIC ukrainien.
      J’habite actuellement dans une petite ville du Val d’Oise près de Roissy ou la petite bourgeoisie d’origine diverses a acheté massivement des villas soldées après la chute du Concorde en 2000. Dans de nombreuses villas les caves sont louées à des sans papiers indiens, pakistanais, sri lankais et aussi ukrainien/nes. Apparemment vues les conversations des Ukrainiens le matin dans le RER c’est le batiment détaché pour les hommes et ménage pour les femmes.
      Vive la France…


  2. Gibbs Le 01 février 2016 à 07h10
    Afficher/Masquer

    Il aurait été intéressant aussi de voir les salaires Net, car pour certains pays Brut=Net.
    Sinon article très instructif.


    • Yves Le 01 février 2016 à 07h54
      Afficher/Masquer

      Ce qui aurait aussi intéressant c’est d’avoir l’évolution par rapport à 1973 y compris en incluant les pays qui n’étaient pas dans l’UE à cette époque.


      • Olivier Berruyer Le 01 février 2016 à 09h21
        Afficher/Masquer

        eh bien constituez donc le fichier, et envoyez le moi, merci


        • Bonardi Le 01 février 2016 à 17h58
          Afficher/Masquer

          Il serait intéressant de voir aussi le niveau des loyers, ou plus largement, le prix moyen de l’immobilier au m2 et quelques prix de produits de consommation courante pour estimer, disons à la louche, le pouvoir d’achat des habitants des pays à très bas salaire.
          Ceci pour relativiser l’effet spectaculaire de votre argumentaire. Quant à l’Europe sociale, je ne sais pas ou vous avez trouvé ce slogan. Vu l’état de l’union, on dirait un oxymore. Quelqu’un en Europe y a cru un instant? Votre texte semble destiné à éloigner vos lecteurs de l’idée meme d’une possibilité d’un quelconque gouvernement de gauche. Je veux dire de GAUCHE, pas de la deuxième droite qu’est le parti solférinien depuis F. Mitterrand. Mais votre travail est néanmoins utile à la compréhension du holdup planétaire permanent de la finance internationale


          • Abd Salam Le 03 février 2016 à 00h41
            Afficher/Masquer

            @ Bornardi,

            Je peux vous dire que pour tout ce qui est produit au Maroc -voir en Afrique au sens large-, le smic marocain qui est plus proche de 190 euros que de 240… on peut vivre très bien.

            A noter, qu’au Maroc un patron n’a pas à fournir les protections pour les ouvriers, et n’a quasiment aucune normes de sécurités à respecter.

            Mais tout ce qui est électo-ménager coûte tout simplement exactement précisément le même prix qu’en France TVA comprise ! allez comprendre ! (par ex. : un ordi portable qui coûte 499 euros en France coutera donc 499 € TTC au Maroc.

            Mais le pire étant le médical : la consultation de base coûte 15 euro (à déduire d’un salaire de base de 190 €) ; il faut bien sûr le cas échéant ajouter le coût des médoc ou des soins !
            (si on peut se passer d’un ordi portable… question soins…)

            Sont bien gentils les libéraux d’imaginer une élasticité des prix… mais la réalité semble sourde à leurs plans. On voit pas trop les prix s’adapter aux salaires !


        • Yves Le 02 février 2016 à 07h45
          Afficher/Masquer

          Olivier, perso je n’ai aucun accès aux salaires grecs, irlandais, … de 1973. J’ai fait une recherche internet et je n’ai rien trouvé, mais simple citoyen, je n’ai pas les moyens des économistes de profession. Ma remarque était surtout liée à la phrase “Et donc, on a eu une convergence évidente au niveau du salaire minimal” qui sans ces données me semble un peu en l’air.


    • Chesnel Le 01 février 2016 à 08h05
      Afficher/Masquer

      Question.:
      Si on entend parfois que le salaire minimum allemand est de 500 € et que dans le diagramme ci dessus ça ne correspond pas c est parce que le salaire minimum à baisser depuis 2010 ou c est une légende urbaine ?


      • LBSSO Le 01 février 2016 à 11h12
        Afficher/Masquer

        Vous avez raison,il y a plusieurs biais:
        -“Le salaire minimum national s’applique généralement à l’ensemble des salariés du pays OU, DU MOINS, A UN LARGE MAJORITE d’entre eux. Il est défini d’après un taux horaire, hebdomadaire ou mensuel fixé par la loi, souvent après consultation des partenaires sociaux, ou par voie d’accord intersectoriel national”
        -” Les données pour l’Allemagne (…) se rapportent aux entreprises de 10 salariés ou plus,ce qui tend à surestimer le salaire brut médian et donc à sous-estimer le ratio entre le salaire minimum et le salaire brut médian.”
        -remarque: en France,il y a actuellement plus de deux millions de stagiaires qui touchent un minimum (et souvent un maximum) de 436,05 euros par mois, et seulement si le stage dure plus de deux mois.Ce n’est pas pris en compte.
        http://ec.europa.eu/eurostat/statistics-explained/index.php/Minimum_wage_statistics/fr
        http://ec.europa.eu/eurostat/documents/2995521/6654436/3-26022015-AP-FR.pdf/2bdc4d6e-ccb3-4181-9589-60f89c5be6bb


    • Eric83 Le 01 février 2016 à 09h03
      Afficher/Masquer

      Je me demande pourquoi le Luxembourg n’est pas cité dans les tableaux. Est-ce parce que cela aurait fait désordre ?

      Ci-joint un tableau du PIB en standard de pouvoir d’achat (SPA) qui donne une appréciation des décalages de “qualité du niveau de vie” au sein de l’UE.

      Le peuple bulgare est le plus défavorisé et le peuple luxembourgeois est le plus favorisé et très nettement au dessus des autres. ( Niveau de vie au Luxembourg ( 266 ) quasiment 2 fois plus élevé qu’en Irlande ( 134 ), second, et 6 fois plus élevé qu’en Bulgarie ( 47)).

      Il est bon de rappeler également que le Luxembourg détient en alternance avec le Qatar, le PIB le plus élevé au monde.( > 100 000 dollars/an/habitant ).

      http://europa.eu/about-eu/facts-figures/living/index_fr.htm


      • Olivier Berruyer Le 01 février 2016 à 09h22
        Afficher/Masquer

        “Je me demande pourquoi le Luxembourg n’est pas cité dans les tableaux. Est-ce parce que cela aurait fait désordre ?”

        euh, c’est un pays ça ? (ok, je sors…)

        Parce que non significatif


        • Eric83 Le 01 février 2016 à 10h56
          Afficher/Masquer

          Je faisais simplement remarquer que le Luxembourg est absent de la liste des pays cités et faisant partie de l”UE et que compte tenu de son revenu par habitant et du PIB en SPA, il serait sûrement arriver en tête – et de loin – du classement des salaires “minimum” et “médians”.

          Ceci faisait sens puisque les tableaux que vous nous proposez comparent des salaires et ce quelque soit le nombre d’habitants des pays cités.


    • Olivier Berruyer Le 01 février 2016 à 09h20
      Afficher/Masquer

      aucun intérêt pour comparer une compétitivité cout…


    • Charles Le 01 février 2016 à 22h38
      Afficher/Masquer

      Il serait en plus intéressant de disposer des données sur l’écart croissant de salaires et/ou revenus à l’intérieur de chaque pays, et sur l’ensemble de l’UE, fruit aussi du “modèle social européen” ! J’aimerais bien les diffuser, surtout si Olivier en fait un des graphiques dont il a le secret …

      En attendant, j’ai trouvé des données sur les Etats-Unis, qui pourraient aussi servir à un beau graphique…C’est ici: http://wp.me/p5oNrG-ek0


  3. bluetonga Le 01 février 2016 à 07h13
    Afficher/Masquer

    L’union européenne? Ce n’est que la répétition générale de la mondialisation. Nivellement par le bas, une élite “apatride”, aveugle et avide, technocratique et non élue qui sape dans tout ce qui ressemble à des acquis sociaux, une religion néolibérale reposant sur le dogme de la croissance infinie, des frontières poreuses à souhait qui brassent les plebs de toutes les nations et les jette les uns contre les autres dans une lutte désespérée pour la survie.

    Et dans la grande marmite européenne, une onde populaire qui commence à frémir avant de se mettre à bouillir… Lorsque les salaires minimums s’écrouleront parmi les nantis, ce sera la fin de la partie. Quand on n’a plus rien, on n’a plus rien à perdre.


    • fed Le 01 février 2016 à 07h38
      Afficher/Masquer

      Rien a perdre?si organiser une guerre civile en Europe pour obliger les peuples a baisser le pantalon le plus bas possible.Il n’est pas certains de voir le peuples se retourner contre ces exploiteurs.Regardez les agriculteurs du lait et il ne changent pas leur mode production ni de distribution il vont a la ruine sans pour autant se retourner contre ceux qui les exploitent ;il préfèrent votez FN ou regardez le monde ouvrier comme des assistés..Le système capitaliste a rajouter une strate supplémentaire :La domestication du peuple par les média dominant.


      • Chevrier Michèle Le 01 février 2016 à 08h09
        Afficher/Masquer

        Votre analyse est juste, une partie du peuple se révolte ceux qui ont les yeux grand ouvert, à quand le réveil des autres? il leur reste 1 an.


      • Tassin Le 01 février 2016 à 10h26
        Afficher/Masquer

        Pour fréquenter le milieu agricole tendance FNSEA dans mon boulot, c’est tout à fait exact.
        Ils se désolent de la concurrence étrangère avec des importations de lait à 250€/tonne (en dessous de leurs coûts de production) et leur discours global c’est “il faut s’adapter, produire moins cher, on va installer des robots de traite et d’alimentation, grossir les élevages et on va y arriver”. Chômage de masse en vue dans l’agriculture dans les prochaines années avec la robotisation à tout crin. Et ce sont les mêmes qui crachent ensuite contre les “assistés”, les feignasses de chômeurs etc.
        Aucune remise en question.


        • 1Direct Le 01 février 2016 à 15h05
          Afficher/Masquer

          C’est “logique” ….
          “voir la paille dans l’œil du voisin et ne pas voir la poutre dans le sien”
          Cela ce vérifie tous les jours dans tous les sujets.

          Comment comprendre que les agriculteurs acceptent d’être représenté par M. Xavier Beulin.
          Cet homme, patron de la FNSEA depuis 2010 et PDG de Sofiprotéol pèse 7 milliards et serait le véritable Ministre de l’agriculture depuis un “bail”.
          voici un article qui en dit long sur la personne:
          http://www.liberation.fr/futurs/2015/09/03/xavier-beulin-le-cereale-killer-de-la-fnsea_1374527
          C’est ce même Monsieur qui a inauguré sa nouvelle usine avec … M. JUPÈ candidat potentiel aux prochaines élections. Ben oui quoi … faut être prévoyant

          Mais les agriculteurs continuent à se faire traire (ou se faire tondre c’est suivant) par ce monsieur jusqu’à … l’abattoir.
          Ils (les agriculteurs) ne se rendent pas compte qu’ils se font avoir et que la FNSEA, depuis toujours, ne les a jamais défendu, sauf quand elle est intéressée.

          Je donne cet exemple car il me semble assez caricatural et s’applique à bien d’autres secteurs (Le MEDEF? Qui a dit CGPME?)


          • gilles Le 01 février 2016 à 16h35
            Afficher/Masquer

            Les conflits d’intérêts : Pensez-vous qu’ils existent dans le monde agricole ?

            Enquête très intéressante : http://www.reporterre.net/La-grande-enquete-sur-le-maitre
            Où on apprend que Xavier Beulin, le président de la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles) est aussi, entre autres, président du groupe AVRIL-SOFIPROTEOL une pieuvre à la tête d’un empire agro-financiaro-industriel, champion des fermes usines (n’allez surtout pas croire qu’il n’existe que la « ferme des milles vaches »).
            Les agriculteurs, cotisants de la FNSEA sont-ils au courant ?

            A lire le livre D’Isabelle Saporta : Le Livre noir de l’agriculture, Fayard.
            A regarder une vidéo de « ONPC » : http://www.dailymotion.com/video/xhdzv0_isabelle-saporta-on-est-pas-couche-5-mars-2011-2_news


            • 1Direct Le 01 février 2016 à 17h03
              Afficher/Masquer

              Ben oui !
              C’est ce que je disais plus haut.
              Les agriculteurs vont à l’abattoir en … désenchantant.
              Mais ils ne bougent pas car pour eux la PAC est leur gagne pain.
              Et les politiques leurs font peurs en affirmant que si on sort de l’euro ils n’auront plus de subventions.
              Ce qui est totalement faut car la sortie de l’U.E. permet de dégager (beaucoup plus que) le budget pour se substituer à la PAC de Bruxelles.
              Mais cela ils ne l’entendent pas, ne le comprennent pas.

              Vivant à la campagne, j’ai plein d’agriculteurs autour de moi.
              Pour avoir discuter avec eux, qu’ils soient éleveurs de bovins, d’ovins ou autres, je peux vous dire qu’ils tremblent de peur à l’évocation de perdre la PAC.
              Certains la voit se réduire et commencent à se poser des questions mais la majorité ne se rendent pas compte que celle ci va disparaitre tel les quotas laitiers qu’ils pensaient acquis pour l’éternité.
              Ils finiront peut-être par se réveiller mais, à mon avis, beaucoup trop tard. Comme pour les quotas


          • Véro Le 04 février 2016 à 00h53
            Afficher/Masquer

            vous dites :
            “Comment comprendre que les agriculteurs acceptent d’être représenté par M. Xavier Beulin.”

            On ne leur demande rien aux agriculteurs. la réalité de ce syndicat, c’est une organisation hiérarchique bien réglée, et les désignations de présidents surtout à la base de l’organisation sont loin d’être démocratiques (beaucoup de cooptation en fait avec votes à main levée).

            Ce n’est pas propre à la FNSEA. C’est le cas des grandes coopératives, c’est aussi le cas des banques mutualistes (même si les votes semblent plus démocratiques), et en règle générale de tout ce qui est mutualiste (y compris hors agriculture).

            Pour répondre à la personne qui se demande si les agriculteurs savent qui est Xavier Beulin : oui ils savent, beaucoup se sont étonnés (façon de parler) de sa nomination à la tête du syndicat. Xavier Beulin est aussi président du directoire du Port de La Rochelle (en tant que représentant de Sofiprotéol). Et hop nouveau passage à la caisse…

            Oui les agriculteurs ont peur de l’arrêt de la PAC, c’est normal. Mais s’ils ont peur, c’est justement parce qu’ils savent que la possibilité existe, puisque chaque année les subventions sont diminuées.

            Mais ils ne peuvent rien faire, sauf manifester. Seulement même ça, ce n’est pas très positif, car bien sûr, pour que le monde agricole ne soit pas trop uni, on s’ingénie à mettre l’accent sur une partie seulement du monde agricole. En ce moment il n’y en a que pour les éleveurs. Alors même que chiffres à l’appui on sait très bien que la crise touche tout le monde.


    • gracques Le 01 février 2016 à 07h51
      Afficher/Masquer

      Lorsque les salaires s’ecroulerons dans (les pays) nantis, ce sera…..
      bon appararemnt ils ne se sont pas encore assez écroulés en Grèce, Espagne et Portugual autant dire que le changement c’est pas pour maintenant en France !


  4. Chevrier Michèle Le 01 février 2016 à 07h32
    Afficher/Masquer

    L’union Européenne a du souci à se faire, les Etats sortent la tête de l’eau, un jour ils vont couler et c’est tant mieux, l’Europe ne sert qu’à faire de nouveaux riches et rendre encore plus riche ceux qui le sont déjà, pour ma part je souhaite qu’elle s’écroule sinon le peuple sera appauvri, les pensions retraite s’en ressente, la sécurité sociale nous rembourse à la baisse.
    L’opposition rassemble, elle est notre planche de salut.


  5. patrickluder Le 01 février 2016 à 07h43
    Afficher/Masquer

    Comparer les salaires en € est encore trop réducteur. Pour une vision complète il faut comparer le niveau de vie avec son pouvoir d’achat interne et externe (taux de change).


    • Olivier Berruyer Le 01 février 2016 à 09h17
      Afficher/Masquer

      J’ai expliqué pourquoi ce n’est pas fait dans l’article.


      • jacquocrqant Le 01 février 2016 à 15h00
        Afficher/Masquer

        Pas vu d’explication relativisant ses salaires bruts par rapport au coûts de la vie de chaque état ou alors myopie avancée.


        • LBSSO Le 01 février 2016 à 16h38
          Afficher/Masquer

          Bonjour jacquocrqan (et à tous ceux qui “reprochent” à 0livier de ne pas parler en termes de coût de la vie ,de parité pouvoir d’achat, etc….)
          Comme il va être occupé ce soir (pour cause d’AfterWork 😉 ), je m’y colle.

          Il précise dans son premier billet du 29/01 sur le sujet intitulé “L’Ukraine, de plus en plus européenne”:

          “Vous me direz aussi que j’aurais pu faire un graphe en parité de pouvoir d’achat (PPA), mais ce qui m’intéresse ici n’est pas l’analyse du niveau de vie dans ces pays, mais bel et bien l’analyse de l’intensité concurrentielle pour nos emplois – et l’employeur qui délocalise ne s’intéresse en rien aux coûts en PPA, son analyse se base sur ces chiffres…”
          http://www.les-crises.fr/lukraine-de-plus-en-plus-europeenne/


        • LBSSO Le 01 février 2016 à 17h53
          Afficher/Masquer

          Important,j’ai oublié. Ce n’est pas un simple débat statistique entre salaire en parité pouvoir d’achat (PPA) et salaire en absolu.

          Pourquoi ? Quel est l’enjeu ? Il est politique:

          -un proeuropéen expliquera que les salaires en PPA ne varient que de 1 à 4 dans l’UE et donc que la construction européenne est une réussite.
          Eurostat:”L’écart se réduit de 1 à 4 lorsque les salaires minimums sont exprimés en SPA (Standart de Pouvoir d’Achat)” http://ec.europa.eu/eurostat/documents/2995521/6654436/3-26022015-AP-FR.pdf/2bdc4d6e-ccb3-4181-9589-60f89c5be6bb

          -un eurosceptique ou anti-UE soulignera au contraire que les distorsions vont de 1 à 30,comme le fait Olivier et qu’ainsi l’UE n’a pas tenu ses promesses de convergence et donc n’est pas viable surtout dans le cadre d’une monnaie unique.

          Sur le sujet des délocalisation c’est OB qui a raison.


  6. LBSSO Le 01 février 2016 à 07h59
    Afficher/Masquer

    Vous remarquerez que dans les études d’Eurostat est toujours indiqué,pour comparaison, une donnée hors UE : le chiffre américain et lui seul .

    Ici dans le tableau:http://ec.europa.eu/eurostat/tgm/table.do?tab=table&init=1&language=fr&pcode=tps00155&plugin=1
    ou mieux, dans le texte ET les tableaux : c’est vrai qu’il s’agit d’un communiqué de presse ici.
    http://ec.europa.eu/eurostat/documents/2995521/6654436/3-26022015-AP-FR.pdf/2bdc4d6e-ccb3-4181-9589-60f89c5be6bb

    Il ne s’agit pas du tout d’antiaméricanisme.C’est la modeste remarque d’un citoyen qui ,il y a bien longtemps, avait cru voter pour “une Europe puissance souveraine et indépendante”.


  7. Charles Michael Le 01 février 2016 à 08h09
    Afficher/Masquer

    J’ai un systéme d’appréciation des dits “développements” économiques plutot primitf, mais débarassé des fioritures de communication:

    – prendre en considération seulement les richesses matérielles produites, économie réelle donc et son évolution en PIB par habitants
    – suivre les salaires minimum (pas médian) et leur évolution

    C’est brutale mais marche très bien pour le Japon, USA comme Bangladesh, Ukraine… et France.

    Et le tableau présenté dans l’article, illustre bien la validité de ces critères.


  8. Paul Bismuth Le 01 février 2016 à 08h39
    Afficher/Masquer

    En tout cas le salaire minimum a été divisé par 5 depuis le coup d’État qui a fait basculer l’Ukraine sous la domination Otan/FMI !

    Rajoutez une appréciation de plus de 60% du franc suisse par rapport à l’€uro depuis son introduction.

    On est dans l’axe…


  9. Guillaume Le 01 février 2016 à 09h28
    Afficher/Masquer

    Le seul barrage à la révolte, c’est qu’une majorité dans chaque pays est préservé d’une concurrence directe

    La carte d’identité est déterminante pour beaucoup de fonctions combinée à un genre de serment de loyauté (fait lors de l’entretien d’embauche généralement et renouvelé par son obéissance )

    Le système va casser à un moment car des disparités 1 à 30, cela semble impossible mais il manque des alternatives.


  10. luci2 Le 01 février 2016 à 09h42
    Afficher/Masquer

    Effectivement les méfaits ravageurs se poursuivent à la vitesse non plus LGV ,mais “supersonique”…Prenant ,sans doute,conscience du “frémissement” Réel,de la marmite,les 99,99% et leurs outils habituels,archi connus, semblent s’étriper-civilement- et pressentent le Glas de Leur Heure.
    Et,nous (les 0,01 %) seront sauvés et pourront rétablir les normes du Bien Commun pour Tous.


  11. Kiwixar Le 01 février 2016 à 09h43
    Afficher/Masquer

    C’est peut-être comme dans le film catastrophe “2012”, la super-classe a une voie de sortie avec un ticket d’entrée à 1 milliard d’euro, la plèbe sera sacrifiée, et donc il faut engranger rapidement un maximum sans craindre les conséquences ni les possibles troubles sociaux, le jet est près, le plein est fait, la piste d’atterrissage privée sur l’île isolée est ready. Et c’est là que les journalistes et autres kollabos vont s’apercevoir qu’ils font partie de la plèbe, mince… 🙂


  12. Sainthip Le 01 février 2016 à 10h11
    Afficher/Masquer

    On pourrait ajouter la Suisse. Ça ferait un éventail de 1 à 100


  13. LS Le 01 février 2016 à 10h16
    Afficher/Masquer

    Je suis effectivement d’accord pour ne pas prendre en compte la différence de niveau de vie quand on fait la comparaison mais la différence de compétitivité est presque aussi grande que la différence de coût salariale unitaire (le yuan est sous évalué).

    Pour info, depuis 2013, dans l’automobile et j’ai oui-dire que c’était pareil dans le ferroviaire, l’aérospatiale ou le nucléaire, pour les budgets projets, un ingénieur travaillant à la défense coûte moins cher qu’un ingé chinois à Shanghai et avec une meilleur productivité en plus. Si on fait 2000 km plus à l’ouest que Shanghai, on divise par deux le coût et on retrouve, par exemple, le coût d’un ingé au brésil. Bizarrement, les entreprises ont du mal à embaucher dans la pampa chinoise, donc les études se font encore à Shanghai.
    Ici je parle d’ingénieur, mais ce croisement descend (très) doucement l’échelle salariale.


    • LS Le 01 février 2016 à 10h23
      Afficher/Masquer

      Dans mon commentaire ci-dessus, il faut lire dans le premier paragraphe “…mais la différence de PRODUCTIVITE…” et non “…mais la différence de compétitivité…” sinon ce n’est pas compréhensible.


    • Olivier Berruyer Le 01 février 2016 à 10h27
      Afficher/Masquer

      certes, mais pour du travail non qualifié, quand vous créez l’usine, c’est quand même bien moins vrai…


  14. patrick Le 01 février 2016 à 10h33
    Afficher/Masquer

    ce tableau montre bien que l’UE n’a aucun intérêt à intégrer la Turquie , pays dans lequel les salaires sont honteusement trop élevés , mais a au contraire tout intérêt à intégrer l’Ukraine qui a un niveau de salaire tout à fait correct 🙂

    oui, bon , désolé … 🙂


    • Kiwixar Le 01 février 2016 à 10h48
      Afficher/Masquer

      Au niveau “marchés”, il y a peu d’intérêt d’intégrer l’Ukraine (48 millions de démunis), par contre la Turquie c’est un marché intéressant (79 millions d’habitants, 18e rang mondial en PIB). Depuis 1995, il y a un accord EU-Turquie d’union douanière mais qui ne couvre pas les produits agricoles, les services ou les marchés publics.


  15. Olympi Le 01 février 2016 à 12h31
    Afficher/Masquer

    Je me répond,
    On peut faire la comparaison inverse, en France quelle disparité de salaire suivant le département ou la région :
    Salaire médian, plus élevé – plus faible
    de 3000€ (ile de france) à 1751€ pour les régions
    de 2500€ (Paris) à 1860€ pour les départements

    Soit un ratio toujours inférieur à 2.

    Sources :
    http://www.journaldunet.com/business/salaire/classement/departements/salaires?page=2
    http://www.journaldunet.com/business/salaire/classement/regions/salaires


    • Tassin Le 01 février 2016 à 14h06
      Afficher/Masquer

      La comparaison ne vaut pas car les différences tiennent principalement au type d’emplois présents sur ces territoires qu’à la différence de salaire pour un même type de boulot. Les smicards à Paris sont au même smic que ceux de Vierzon. Mais il y a plus de professions supérieures à Paris, ce qui augmente la moyenne.


      • Guillaume Le 01 février 2016 à 14h38
        Afficher/Masquer

        Oui sauf qu’un jardinier au Sénat est bien mieux payé qu’un agriculteur et pour un niveau de compétence et de difficulté plus bas. C’est pas pour rien qu’il y a encore un exode vers les villes. Si on comparait les compétences réelles, plutôt que les fonctions, on constaterait une relative uniformité. Pour les pays, c’est pareil, internet uniformise le savoir disponible. On peut étudier la mécanique quantique au fond d’une grotte en Ukraine. Les compétences acquises suivent. Ce que n’ont pas les ukrainiens, c’est la motivation, car pour le moment, leur société ne leur a proposé que des boulots nécessitant de la polyvalence. En cas d’effondrement de nos sociétés, c’est eux qui s’en sortiront, pas les parisiens. Leur système est plus robuste.


      • Olympi Le 02 février 2016 à 21h25
        Afficher/Masquer

        Justement, malgré les distorsions dû au différence de qualification entre un parisien et un vendéen, il reste que la ratio est tout de même inférieur à 2. Alors qu’un ouvrier roumain peut valoir en qualification un ouvrier français, il sera 7 fois moins cher.

        Sinon, désolé, j’ai inversé régions et département.

        Je continue les comparaisons du salaire médian avec les États Unis et le Canada
        US : 36k $ contre 70k $ (annuel) ratio de 2
        Canada : 1300$ contre 770$ (par semaine) ratio inférieur à 2

        Je commençais à penser qu’en fait ce genre de ratio délirant était seulement possible dans les pays en voie de développement, sauf que :
        la Chine : 102k contre 42k (salaire moyen en yuan)

        https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_U.S._states_by_income
        http://www.statcan.gc.ca/tables-tableaux/sum-som/l01/cst01/labr79-eng.htm
        http://www.statista.com/statistics/278350/average-annual-salary-of-an-employee-in-china-by-region/


  16. Wilmotte Karim Le 01 février 2016 à 12h32
    Afficher/Masquer

    Qu’est-ce qui a créé les systèmes sociaux des nos pays?
    Les luttes sociales.

    Tant qu’il n’y aura pas de lutte sociale européenne, il est peu probable qu’il y ait une Europe sociale.

    Or, face aux multinationales, il est devenu évident que la lutte sociale strictement nationale sera insuffisante. Totalement. Il faut créer des alliances fortes (en Europe, dans une partie de l’Europe, dans ce que vous voulez).

    La Nation peut être une place forte utile (comme zone de repli)… sous réserve de ne pas s’y enfermer, ce qui donnerait l’avantage stratégique au capital… jusqu’à ce que la place forte tombe (toutes les places fortes tombent!).


  17. theuric Le 01 février 2016 à 15h25
    Afficher/Masquer

    Ces graphiques sont importants et poussent à la réflexion.
    Ce qui est intéressant de noter c’est que, d’une certaine façon, l’Union-Européenne est le modèle miniature de ce qu’il se passe dans le monde, une sorte d’image fractale.
    Là, l’observation est simple, avec de telles disparités salariales, ceux des pays aux plus faibles revenus vendent là où ils sont les plus forts.
    Or, si vous fermez les usines dans ces derniers pays, vous faites monter le chômage et baisser les salaires (sans compter la particularité de l’U.E. et de ses travailleurs détachés).
    Donc, comme bien moins de marchandise se vendent dans les nations au émoluments réduits et que les pays aux paies les plus fortes les voient se réduire également, ces marchandises trouvent de moins en moins preneur.
    Nous pouvons donc observer que les béances frontalières génèrent de la désindustrialisation, autrement appelé déflation, ce que nous vivons actuellement en Union-Européenne et dans le monde.


  18. Jacques F. Le 01 février 2016 à 16h43
    Afficher/Masquer

    [quote]
    hélas Eurostat n’a pas refait d’étude depuis 2010, sujet annexe pour eux, les salaires, j’imagine…
    [/quote]

    C’est le principe du thermomètre qu’on casse pour faire baisser la fièvre.


  19. Daniel Maniscalco Le 01 février 2016 à 22h15
    Afficher/Masquer

    Dans la vidéo, il me semble manquer la voix des élus et hommes politiques de droite, pour savoir s’ils disaient la même chose que les membres du parti socialiste.

    La vidéo démontre qu’il est difficile de relier en cohérence, la pensée, la parole et l’action.

    L’Europe sociale oubliée ou sciemment écartée, du fait que certains grands acteurs économiques multinationaux ne veulent pas que les salariés, travailleurs de toute nature augmentent leurs revenus ?

    Les citoyens français et européens peuvent donc se faire une opinion éclairée par les faits statistiques émanant d’Eurostat ?

    Les citoyens vont-ils enfin demander, pardon exiger, une Europe sociale ou vont-ils devoir créer eux-mêmes les institutions euopéennes pour servir leurs intérêts légitimes ?


  20. Macarel Le 01 février 2016 à 23h15
    Afficher/Masquer

    Notre bon Monsieur Hollande fait tout ce dont la droite a toujours rêvé et que souvent elle n’avait pas osé faire. Maintenant il reprend l’idée de rendre les allocations chômage dégressive pour inciter ces fainéants de chômeurs chercher du boulot pour de bon.
    Vous verrez que bientôt il fera comme la “bonne Mrs Thatcher” qui finit par vouloir taxer les pauvres pour qu’ils se bougent le cul. Mal lui en prit, ce fut le début de sa fin.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Poll_tax

    Mon ami le Medef, mon amie la finance. Euhhhh, moi Président je vous ai bien entubés !!!


  21. Macarel Le 01 février 2016 à 23h23
    Afficher/Masquer

    L’Europe sociale du foutage de gueule puissance dix !!!

    L’Europe, c’est le terrain de jeu des financiers, des spéculateurs, et de ces héros des temps modernes que sont les entrepreneurs : Macron, Valls, Hollande se prosternent devant eux tous les jours que le dieu Marché fait. Las, le chômage ne baisse pas pour autant. Entrepreneurs qui n’auront jamais de cesse de vouloir faire baisser les “charges” et les salaires, lorsque la loi d’airain dans ce terrain de jeu est la “concurrence libre et non faussée”. Concurrence mal nommée, car dans cette Europe c’est le dumping fiscal et social qui tire le monde salarié vers le bas et des hordes de salariés vers le chômage, dans une spirale sans fin. Dans cette Europe la concurrence est déloyale. Et les politiciens méritent plus que jamais d’être appelés des bonimenteurs.


    • patrick Le 02 février 2016 à 08h40
      Afficher/Masquer

      je suis chef d’entreprise ( petite boite , 12 personnes max en France quand on a fait le plein du carnet de commandes , et des associés en Angleterre ). et bien tout ça ne m’arrange pas du tout .
      … même en étant cynique et en ne considérant que mon carnet de commande et mes coûts, si mes clients ( industriels ) n’ont eux-mêmes pas de commande ou si ils délocalisent , je n’ai moi-même plus de commandes , donc je ne gagne plus ma vie et je ne parle même pas d’embaucher.
      si mes clients délocalisent, Il faudra que j’aille implanter ma boite auprès d’eux , mais je n’en ai aucune envie ( ouvrir une filiale pourquoi pas on l’a déjà fait , mais délocaliser non ! ).

      Dumping fiscal et social ? même pas , chaque pays est libre de s’organiser comme il veut et au contraire dans certains pays ça offre de nombreux avantages pour les citoyens. J’ai discuté il y a peu avec un chauffeur routier de l’est , en roulant à l’ouest il gagne 1700 € par mois alors que le salaire moyen dans son pays est de 700 € , lui il est heureux.


  22. RémyB Le 02 février 2016 à 08h32
    Afficher/Masquer

    une petite question:
    qu’en est-il du niveau des rémunérations des élus européens
    lituaniens, polonais, croates etc …?


  23. Yann Le 02 février 2016 à 10h38
    Afficher/Masquer

    Bonjour,

    C’est vrai que les différences de salaires sont énormes. Néanmoins, un chiffre donné à un instant t doit être relativisé sur une période pour voir l’évolution.
    Ci-joint un graphique réalisé à la hâte avec Google Data avec des données de la Banque mondiale, sur le PIB en PPA depuis 1990 (pas de données plus anciennes sur cet indicateur). Il y a un bien un rattrapage même si ce serai plus flagrant avec une base 100. On voit également que le rattrapage semble plus modéré depuis la crise de 2009.
    Résultats (approximatifs) : x 2,2 pour la France, x 2,4 pour l’Allemagne, x 2,5 pour le Portugal, x 3,1 pour la Bulgarie, x 3,2 pour la Russie, x 4 pour la Pologne, x 14,7 pour la Chine…
    Je ne suis pas spécialement pro-européen mais delà à dire qu’il n’y a pas eu une certaine convergence des richesses me semble très subjectif… Bien entendu, pour être en adéquation avec le sujet, il faudrait des données sur le revenu mais le PIB/PPA me semble une bonne base.
    https://www.google.fr/publicdata/explore?ds=d5bncppjof8f9_&met_y=ny_gdp_mktp_cd&idim=country:ITA:FRA:ESP&hl=fr&dl=fr#!ctype=l&strail=false&bcs=d&nselm=h&met_y=ny_gdp_pcap_pp_cd&scale_y=lin&ind_y=false&rdim=region&idim=country:ITA:FRA:ESP:ROM:BEL:BGR:CYP:HRV:DNK:DEU:AUT:EST:FIN:GRC:HUN:IRL:LVA:LTU:NLD:POL:PRT:GBR:SVN:SVK:SWE:CZE:RUS:UKR:CHN&ifdim=region&hl=fr&dl=fr&ind=false


  24. Manuman Le 02 février 2016 à 13h24
    Afficher/Masquer

    Euh… ya pas le Luxembourg en ZE? çà doit être encore mieux les comparaisons si on en tient compte de celui-là, non?


  25. Francois Le 02 février 2016 à 15h12
    Afficher/Masquer

    – Je confirme pour le salaire minimum légale en Lituanie est de 300 euros (caissières, serveuses…)

    – En mars 2015, j’ai été embauché chez Barclays Bank à Vilnius (à plein temps) pour 700 euros par mois, un très bon salaire. Sous la pression (Helpdesk téléphonique pour la France + l’Inde, Singapour…etc, en langue anglaise), je n’ai pas tenue…

    – Bravo pour votre travail.


  26. Dubois Simon Le 02 février 2016 à 15h42
    Afficher/Masquer

    Bonjour à tous,
    Il y a une chose qui m’échappe: c’est sur le salaire minimum allemand. Il serait plus haut qu’en France! Je pensais justement que c’est à cause de la baisse du salaire allemand qu’ils ont pu croître via leur excédent aux dépens de ses voisins (dont la France). J’ai lu sur Internet aussi que cette politique de salaire minimum était excessivement détourné par les employeurs allemands qui rendend en fait ce SMIC allemand bien plus théorique que réel.
    Les avis des journaux sont partagés, les echos, le monde, figaro ont des élans germanophiles douteux puis je tombe sur cet article qui parle d’un article allemand où je cite “Tout simplement exploité. Le conte de fée du salaire minimum” semble mettre des nuances.
    http://www.courrierinternational.com/article/travail-les-rates-du-salaire-minimum-allemand

    Je sais pas trop quoi en penser pour le moment. Avez vous plus d’informations?
    Car si c’est bien vrai et appliqué ça remet en cause le caractère de cavalier économique solitaire.


Charte de modérations des commentaires