Petit billet – j’en ai prévu plusieurs, mais je suis rattrapé par l’actualité, qui mérite une sacrée dose d’indignation…

Sic Transit Gloria… (locution latine signifiant « Ainsi passe la gloire du monde »)

 

“Nous sommes heureux de combattre ainsi pour la paix définitive du monde, pour la libération de tous les peuples, sans en excepter l’Allemagne elle-même, pour les droits des nations, grandes et petites, et pour le droit de tous les hommes à choisir les conditions de leur existence et de leur obédience. La démocratie doit être en sûreté dans le monde. La paix du monde doit être établie sur les fondements éprouvés de la liberté politique. Nous ne poursuivons aucun but égoïste. Nous ne désirons ni conquêtes ni domination. […] Et nous lutterons pour les choses qui ont toujours été les plus chères à nos coeurs : pour la démocratie, pour assurer à ceux qui sont soumis à une autorité le droit d’avoir voix dans la conduite de leur propre gouvernement, pour les droits et libertés des petites nations, pour la domination universelle du droit par une association des peuples libres qui apporte paix et sécurité à toutes les nations et rende enfin au monde la liberté.”

[Woodrow Wilson, 28e président américain, 2 avril 1917 – Prix Nobel de la Paix 1919]

 

Un référendum violerait le droit international, selon Obama

“Le référendum proposé sur l’avenir de la Crimée violerait la Constitution ukrainienne et le droit international”, prévient le président des Etats-Unis. “Toute discussion sur l’avenir de l’Ukraine doit inclure le gouvernement légitime” du pays, affirme Barack Obama lors d’une brève intervention à la Maison Blanche.

[Barack Obama, 44e président américain, 6 mars 2014 – Prix Nobel de la Paix 2009]

 

« Que le Québec soit libre c’est, en effet, ce dont il s’agit. Cela aboutira forcément, à mon avis, à l’avènement du Québec au rang d’un État souverain, maître de son existence nationale, comme le sont par le monde tant et tant d’autres peuples, tant et tant d’autres États, qui ne sont pas pourtant si valables, ni même si peuplés, que ne le serait celui-là. »

[Charles de Gaulle, Conférence de presse du 27 novembre 1967]

 

“La Russie, dans un contexte que l’on sait difficile, a pris le risque d’une escalade dangereuse. Le rôle de la France avec l’Europe, dans ces circonstances, c’est d’exercer toute la pression nécessaire, y compris le recours éventuel à des sanctions, pour imposer la voie du dialogue et rechercher une issue politique à la crise sur des principes simples : la garantie de l’intégrité territoriale et de la souveraineté de l’Ukraine, le respect aussi de la diversité de la population de ce pays et enfin l’organisation d’élections libres sous contrôle international.”

[François Hollande, discours au CRIF, 4 mars 2014]

 

Laurent Fabius appelle à être “très, très vigilants” après la demande de rattachement à Moscou formulée par la Crimée, en marge d’une conférence sur la Libye à Rome.

Laurent Fabius souligne qu'”un rattachement direct à la Russie voudrait dire changer de système et que l’intégrité territoriale ne serait plus respectée”. “Si vous admettez le principe qu’une région, dans n’importe quel pays, en contradiction avec les règles constitutionnelles de ce pays, peut se rattacher à un autre pays, cela veut dire qu’il n’y a plus de paix internationale ni de frontières assurées”, ajoute-t-il.

[Laurent Fabius, 6 mars 2014]

Alors après, il ne faut pas s’étonner :

  • popularité de Poutine : 68 %
  • popularité de Hollande : 17 %

 

Les infos du jour

Suite de notre série “Les sous-doués dirigent le monde occidental” :

 

L’UE juge “illégale” la décision du parlement de Crimée (sic !)

L’Union européenne juge “illégale” la décision du parlement local de Crimée de demander le rattachement de la péninsule ukrainienne à la Russie, affirme le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy.

“Cette décision par le parlement de Crimée est contraire à la constitution ukrainienne et en conséquence illégale”, déclare Herman Van Rompuy à l’issue d’un sommet extraordinaire consacré à la crise en Ukraine.

 

John Kerry : “La Crimée est l’Ukraine

“La Crimée est l’Ukraine”, lance le secrétaire d’Etat américain John Kerry tout en plaidant en faveur de la poursuite du dialogue avec la Russie pour “un retour à la normale en Ukraine”.

“La Crimée est une partie de l’Ukraine, la Crimée est l’Ukraine”, martèle-t-il, lors d’une conférence de presse en marge d’une conférence internationale sur la Libye.

 

Pas de référendum en Crimée sans l’accord de Kiev, met en garde Washington

L’organisation d’un référendum en Crimée sur le rattachement de la péninsule à la Russie sans consultations avec Kiev constituerait une violation du droit international, met en garde Washington jeudi.

“Les États-Unis estiment que toute décision sur la Crimée doit être prise par le gouvernement à Kiev”, indique un haut responsable américain. “Vous ne pouvez pas vous retrouver dans une situation dans laquelle le gouvernement légitime d’un pays est exclu du processus du décision concernant certaines parties de ce pays”.

 

Kiev entame la procédure de dissolution du Parlement de Crimée

Le Parlement ukrainien va engager une procédure de dissolution du Parlement de la Crimée qui a fixé au 16 mars un référendum sur le rattachement de la péninsule à la Russie, annonce le président ukrainien par intérim.

“La Rada (parlement) va initier la dissolution du Parlement de la Crimée”, déclare Olexandre Tourtchinov dans une adresse à la nation. La tenue du référendum est “une farce, un crime contre l’Ukraine commis par les militaires russes”, a-t-il ajouté.

L’UE va signer l’accord d’association avec l’Ukraine avant les élections

L’Union européenne va signer l’accord d’association avec Kiev avant les élections du 25 mai en Ukraine, précise le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy.

La constitution ukrainienne

Rappelons d’abord que l’Ukraine venant d’être victime d’un coup d’État, son gouvernement (comprenant d’ailleurs nombre de corrompus et de néo-nazis) n’est pas plus légitime que Moscou.

Et comme beaucoup semblent sensibles à la Constitution de l’Ukraine, petit rappel de Natalia Vitrenko, économiste et fondatrice du Parti socialiste progressiste d’Ukraine (PSPU) :

  1. Ils ont changé l’ordre constitutionnel d’un État de façon anticonstitutionnelle. Ceci viole le principe européen d’Etat de droit. En violation de la section XIII de la Constitution ukrainienne (qui stipule en détail la procédure d’un changement de Constitution) et sans aucune participation de la Cour constitutionnelle, l’ordre constitutionnel a été changé par une simple résolution adoptée au Parlement ukrainien (Rada suprême).
  2. Outrepassant son mandat et en violation de l’Article 19 de la Constitution, le Parlement a nommé des superviseurs en charge du ministère de l’Intérieur, des services de sécurité et du bureau du Procureur général. Ces superviseurs ont été désignés pour permettre à l’Euromaidan d’imposer anticonstitutionnellement sa politique aux institutions de l’appareil d’Etat afin de satisfaire les intérêts occidentaux.
  3. Le président ukrainien Ianoukovitch (dont les politiques ont été vigoureusement combattues par notre parti depuis son entrée en fonction) a été dépouillé de son autorité constitutionnelle en violation totale de la Constitution. La Constitution ukrainienne n’accorde pas au Parlement (Rada suprême) le droit de supprimer l’autorité d’un Président sous prétexte qu’il a quitté son poste. La Constitution institue une procédure de destitution. Une fois de plus, guidé non pas par la loi mais par la gestion révolutionnaire, et au mépris du principe européen de présomption d’innocence, Ianoukovitch a été écarté et des élections présidentielles planifiées, en violation de la Constitution ukrainienne.
  4. Le Parlement, qui protège les guérilleros et les terroristes de l’Euromaidan, a amnistié et élevé au statut de héros tous les participants, tout en commençant à leur attribuer des postes élevés dans le gouvernement. Ceci implique que ceux qui ont pris les armes, qui ont tué des citoyens innocents et des membres des forces de l’ordre qui ne sont coupables de rien ; qui ont pris d’assaut et détruit des bâtiments administratifs et des dépôts d’armes, ceux qui ont organisé des procès sommaires, se sont livrés au chantage et ont organisé des enlèvements, n’auront pas à rendre compte de leurs actes. Ainsi sont jetés les fondements d’un Etat néo-nazi et d’une machine étatique répressive.

Ceci étant, oui, l’ancien Président était un sale type corrompu. Mais je souligne qu’il y en des bien pires avec qui on est très amis, en Afrique notamment… Et puis c’est pas nouveau pour l’Ukrainien, ce qu’on a heureusement toujours dénoncé avec force :

Le Kosovo

Petit rappel sur le Kosovo :

RÉSOLUTION 1244 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4011e séance, le 10 juin 1999

Le Conseil de sécurité, […] Réaffirme l’attachement de tous les États Membres à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de la [Serbie]

largement respecté…

Le 2 novembre 2005, l’ancien président finlandais Martti Ahtisaari est mandaté par l’ONU afin de superviser les négociations entre le gouvernement serbe et le gouvernement kosovar sur le statut final du Kosovo. Le 26 mars 2007, Ahtisaari soumet ses propositions sur le statut final du Kosovo au Conseil de sécurité des Nations unies. Il prévoit d’accorder au Kosovo le statut d’État indépendant, possédant ses propres symboles, sa constitution et son armée, sous le contrôle de la communauté internationale. Les États-Unis étaient favorables à l’indépendance de la province, alors que la Russie et la Serbie affirment que cette indépendance serait contraire au principe de l’unité territoriale de la Serbie défendu par la résolution 1244.

Le 17 février 2008, le parlement de la province, réuni en session extraordinaire, vote le texte présenté par le premier ministre Hashim Thaçi proclamant l’indépendance du Kosovo : « Nous proclamons l’indépendance du Kosovo, État indépendant et démocratique […] À partir de maintenant, le Kosovo a changé de position politique, nous sommes désormais un État indépendant, libre et souverain. »

Dans les jours suivants, un certain nombre de pays dont les États-Unis, la France, l’Allemagne ou le Royaume-Uni reconnaissent l’indépendance du Kosovo malgré les protestations de la Serbie. Le Conseil de sécurité de l’ONU est divisé sur la question, la Russie et la Chine ayant déclaré la déclaration d’indépendance du Kosovo illégale.

Saisie en 2008 par la Serbie,

“Si le tribunal soutenait la sécession, aucune frontière dans le monde et dans la région ne serait sûre”, avait affirmé jeudi matin à La Haye le ministre des affaires étrangères serbe, Vuk Jeremic

(ça ne vous rappelle pas un ministre français ?)

la Cour de Justice Internationale s’est prononcée sur la légalité de cette déclaration d’indépendance en 2010 :

Les déclarations d’indépendance ont été nombreuses au XVIIIe siècle, au XIXe siècle et au début du XXe siècle, suscitant souvent une vive opposition de la part des Etats à l’égard desquels elles étaient faites. Certaines d’entre elles ont conduit à la création de nouveaux Etats, d’autres non. Dans son ensemble, toutefois, la pratique des Etats ne semble pas indiquer que la déclaration de l’indépendance ait jamais été considérée comme une transgression du droit international. Au contraire, il ressort clairement de la pratique étatique au cours de cette période que le droit international n’interdisait nullement les déclarations d’indépendance. Au cours de la seconde moitié du XXe siècle, le droit international, en matière d’autodétermination, a évolué pour donner naissance à un droit à l’indépendance au bénéfice des peuples des territoires non autonomes et de ceux qui étaient soumis à la subjugation, à la domination ou à l’exploitation étrangères. Un très grand nombre de nouveaux Etats sont nés par suite de l’exercice de ce droit. Il est toutefois également arrivé que des déclarations d’indépendance soient faites en dehors de ce contexte. La pratique des Etats dans ces derniers cas ne révèle pas l’apparition, en droit international, d’une nouvelle règle interdisant que de telles déclarations soient faites. […]

La question de savoir si, en dehors du contexte des territoires non autonomes ou de celui des peuples soumis à la subjugation, à la domination ou à l’exploitation étrangères, le droit international relatif à l’autodétermination autorise une partie de la population d’un Etat existant à se séparer de cet Etat a cependant suscité des réponses radicalement différentes parmi les participants à la présente procédure qui se sont prononcés à ce sujet. […]

Le caractère exceptionnel des résolutions susmentionnées semble confirmer qu’aucune interdiction générale des déclarations unilatérales d’indépendance ne saurait être déduite de la pratique du Conseil de sécurité. […]

Pour les raisons déjà indiquées, la Cour estime que le droit international général ne comporte aucune interdiction applicable des déclarations d’indépendance. En conséquence, elle conclut que la déclaration d’indépendance du 17 février 2008 n’a pas violé le droit international général.

À ce sujet, je rappelle aussi que :

Et ailleurs…

Quelques suggestions pour nos dirigeants totalement épris de Démocratie. D’abord, l’Arabie Saoudite :

Hollande a encore blagué quand on lui a offert un sabre :

Mais c’est avec ce genre de sabre qu’ils exécutent les homosexuels (pire que Poutine et Sotchi, non ?) (Lire ici, ici ou ici)

Sinon, je connais aussi un pays, assez grand, qui n’est vraiment pas du tout démocratique :

On le sanctionne quand ?

Comme cet état voyou ?

Il est vrai, enfin, que cette question et cet amour de la Démocratie sont d’actualité dans l’Union Européenne :

« Tant que je serai président du gouvernement espagnol, aucun territoire espagnol n’accédera à l’indépendance », a ainsi déclaré le premier ministre espagnol M. Rajoy dans une interview accordée à la chaîne de télévision privée Antena 3. « Il n’y aura ni indépendance de la Catalogne, ni consultation (…) tant que je serai président du gouvernement espagnol », a-t-il souligné, avertissant, sans fournir de précisions, qu’il appliquerait la loi si un référendum non autorisé par Madrid était organisé par la région.

Le chef du gouvernement régional de Catalogne, le nationaliste Artur Mas avait en effet annoncé le 12 décembre qu’en accord avec les composantes de la majorité au Parlement régional, dont la gauche indépendantiste de l’Esquerra Republicana de Catalunya (ERC – « gauche républicaine de Catalogne », en français), un référendum sur l’indépendance aurait lieu le 9 novembre 2014. La question posée aux électeurs serait double : « Voulez-vous que la Catalogne soit un Etat ? Oui ou non ? » Et si la réponse est « oui » : « Voulez-vous que cet Etat soit indépendant ? » [Le Monde, 21/01/2014]

 

“Nous sommes devenus un des moins bien dirigé, un des plus entièrement contrôlé et dominé des Gouvernements du monde, non plus un gouvernement de libre opinion, non plus un gouvernement par conviction et vote de la majorité, mais un gouvernement par l’opinion et la coercition d’un petit groupe d’hommes dominants.”

[Woodrow Wilson (1856-1924), 28e président américain, The New Freedom (1913), Section IX: “Benevolence, Or Justice?”, p. 201]

 


 

(billet édité)

 

Ce billet fait partie d'une série sur la situation en Ukraine. Il vise à donner des regards différents de ceux diffusés en masse par les grands médias, afin d'élargir votre champ de réflexion. [Lire plus]. Notre souhait est de sortir des présentations binaires "gentils / méchants", afin de coller de plus près à une réalité complexe. Nous rappelons enfin que par principe, nous ne "soutenons" aucun gouvernement nulle part sur la planète (et donc pas le gouvernement russe non plus). Nous sommes au contraire vigilants, tout gouvernement devant, pour nous, justifier en permanence qu'il ne franchit aucune ligne jaune. Mais nous sommes évidemment également attachés à lutter contre le deux poids 2 mesures, et à présenter tous les faits.

58 réponses à [Ukraine] Sic Transit Gloria…

  1. casper Le 07 mars 2014 à 05h26
    Afficher/Masquer

    Judicieux rappel de citations contradictoire, merci.

    Attention cependant a ne pas s’illusionner sur l’humanisme de Wilson en 1917, soutenir le droit des peuples a disposer d’eux même a l’époque étant surtout un bon moyen de disloquer les empires des vieilles puissances coloniales pour récupérer les morceaux (comme on a pu le voir par la suite).

    De plus, un droit n’étant rien sinon les conditions matérielles et pratiques de son exercice, on peut s’interroger sur l’existence même du droit d’un peuple a disposer de lui même, en dehors de son unité, sa capacité a résister a l’oppression et la vigilance de ses membres. Mais soulignons aussi que dans cette vision immanente, le droit d’un peuple a disposer des autres existe encore moins…


  2. Valérie Le 07 mars 2014 à 08h26
    Afficher/Masquer

    Je croyais que la destitution de Ianoukovitch ne pouvait pas être qualifiée de “coup d’Etat” : c’est bien le Parlement régulièrement élu qui l’a destitué. Par ailleurs, l’actuel gouvernement est provisoire et des élections ont été immédiatement annoncées le 25 mai. On ne peut pas vraiment parler d’illégitimité.

    Quant à la Crimée, rien à dire. Oui ils ont le droit de s’auto-déterminer ou de rejoindre la Russie si ça leur chante (mais j’ai peur que cette région soit un énorme melting-pot !). Les gesticulations d’Obama et des occidentaux à ce sujet sont un peu pathétiques. Mais attention, le déficit de démocratie et la non-volonté de respecter le peuple est aussi du côté russe. Et ne pas se fier aux qques interviewés dans la rue que l’on voit à la télé pour se forger une opinion définitive…

    Enfin attention à vouloir confondre Etat et nation. Certes il semble avoir plusieurs “nations” (une “europhile” et une “russophile”) en Ukraine, mais peut-être qu’il y a aussi un profond sentiment ukrainien qui les relie et qui fera qu’une organisation sous forme de fédération pourrait convenir. Je sais bien que c’est assez difficile à imaginer pour un français qui vit dans un état-nation, mais en tant que belge je ne vois pas pourquoi il faudrait absolument séparer en “état souverain” des populations un peu différentes, mais que bcp d’histoire relie quand même. Encore une fois c’est aux Ukrainiens de décider, il faut du temps pour ça, et ne pas vouloir imposer notre point de vue.


    • Valérie Le 07 mars 2014 à 10h44
      Afficher/Masquer

      C’est bien ce que je dis 🙂
      Et les “ingérences” pour se tirer la couverture sont autant du côté russe qu’européen (occidental). Il leur faudra du temps et de la maturité aux Ukrainiens pour arriver à une solution satisfaisante, Rome ne s’est pas faite en un jour…
      Bonne journée à toi !


      • poleta33 Le 07 mars 2014 à 14h16
        Afficher/Masquer

        @valerie : enfin un avis censé sur la question… je ne comprends pas trop comment on peut porter aux nues poutine juste par haine de l’UE et des USA… ce sont pourtant bien les trois mêmes types de gouvernements imperialistes…


        • perceval78 Le 07 mars 2014 à 16h51
          Afficher/Masquer

          @poleta33 :tu as raison sur poutine , mais la question est simple , preferes tu un monde bipolaire avec 2 mechants : les chinois et les ricains qui finiront par se taper sur la gueule .
          ou preferes tu un monde multipolaire meilleur garant de la stabilité du monde .

          Les russes ne te menace pas si tu refuses de boire de la vodka .
          Avec le traité transatlantique , les Americains pourront te trainer devant les tribunaux si tu refuses de manger des OGM.


    • perceval78 Le 07 mars 2014 à 10h46
      Afficher/Masquer

      Ollivier tu es a la geopolitique ce que Montebourg es a l’economie ( tu essayes a tout prix de preserver le passé . Il faut bien evidemment libérer les energies ( sur le mode Madelin) et couper l’ukraine .

      1) Je propose un decoupage en 7 entités qui s’appelleront respectivement : U K R A I N E
      2) le coding sur 8 bits etant plus facile en informatique en rajoutera une 8ieme entité qui s’appelera la force obscure
      3) le decoupage se fera en direct a la télé lors d’un decoupathon
      4) on pourra faire des paris sur ce decoupathon car il n’y a pas de petit profit
      5) chaque entité fera l’objet d’un placement en bourse suivant des modalités a définir
      6) Goldman Sachs sera chargé d’organiser le découpage


    • Jean Dif Le 10 mars 2014 à 17h12
      Afficher/Masquer

      La destitution du président par le parlement n’étant pas prévu par la constitution ukrainienne est totalement illégale et Ianoukovitch est juridiquement encore constitutionnellement le président légitime de ce pays tant qu’un autre président ne sera pas élu. Un président élu au suffrage universel a normalement autant de droit, sinon plus que des parlementaires et ceux-ci n’ont pas celui de le renverser sans respecter les procédures prévues par la constitution. Cela est vrai pour l’Ukraine comme pour la France. Estimeriez-vous normal que le président de la France soit destitué par un simple vote du parlement alors que la constitution ne le prévoit pas? Non, sans doute. Cela est vrai aussi pour l’Ukraine. Par ailleurs, des élections sont bien prévues en Ukraine, mais on s’empresse d’arrimer ce pays à l’Europe avant qu’elles n’aient eu lieu, c’est-à-dire sous l’autorité d’un gouvernement qui ne tient sa légitimité que de l’émeute et d’une violation de la constitution de ce pays.

      Nul ne peut interdire certes à l’Ukraine de choisir l’Europe plutôt que la Russie et cette dernière ne conteste d’ailleurs pas cela, même si elle eût préféré un autre choix. Mais le droit à l’autodétermination vaut pour tous les peuples, même pour le peuple russe, n’en déplaise aux dirigeants européens et nord-américains. Il est facile de les mettre en face de leurs contradictions concernant l’intangibilité des frontières: qui a prêté la main au démantèlement de la Yougoslavie et à la séparation du Kosovo de la Serbie. Si on avait appliqué les formules opposées aujourd’hui aux Russes au vingtième siècle, aucun état colonial n’aurait pu accéder à l’indépendance. En particulier, les droits de la France sur l’Algérie étaient bien plus importants que ceux de l’Ukraine sur la Crimée. Je rappelle que cette région n’a jamais appartenu à l’Ukraine avant de lui être arbitrairement rattachée par Khrouchtchev, d’origine ukrainienne, dans le cadre de l’URSS, et avec la volonté de renforcer ainsi les liens de l’Ukraine et de la Russie. La Crimée, ancien khanat tatar, issu du démembrement de la Horde d’or mongole, était sous la protection de la Turquie. Elle a était conquise et rattachée à la Russie en 1783, alors que l’Ukraine n’existait pas en tant qu’Etat indépendant. L’année suivante, le port de Sébastopol fut crée par Potemkine pour abriter la flotte russe de la Mer Noire. C’est la Russie, puis l’URSS, qui ont fait de la Crimée ce qu’elle est aujourd’hui, nullement l’Ukraine et la population russe, largement majoritaire, y a toujours manifesté son attachement à la Russie et en particulier lorsque l’armée russe a défait les Géorgiens en 2008 lors de la crise ossète.

      Au 17ème siècle, une partie de l’Ukraine, l’ouest, était sous domination polonaise. L’est était déjà sous domination russe. A plusieurs reprises, les cosaques demandèrent à la Russie de les aider à se débarrasser du joug polonais. La Russie hésita avant de s’engager clairement. En 1654, la Grande rada des Cosaques Zaporogues décida d’unir une Ukraine autonome à la Russie. La Pologne refusa de reconnaître ce choix. La guerre entre la Pologne et la Russie, qui était déjà en cours, se poursuivit avec l’entrée en scène de la Suède dans le conflit. En 1659, la paix de Kardis fut signée entre la Suède et la Russie. Entre temps, une partie des Cosaques avait renoncé au rattachement à la Russie. L’ouest de l’Ukraine, pro-polonais, se détacha de l’est, pro-russe. En 1667, le traité d’Androussovo mit fin à la guerre entre la Pologne et la Russie. Ce traité laissait à la Pologne l’ouest de l’Ukraine, à l’exception de Kiev, ancienne capitale de la première Russie, celle de la principauté de Kiev qui fuit ruinée par les Mongols. L’est de l’Ukraine et Kiev revinrent à la Russie. En 1681, par le traité de Bactchisaray, l’ouest de l’Ukraine fut enlevé à la Pologne et fut placée sous le contrôle de l’empire ottoman, rival traditionnel de l’empire russe. En 1734, l’Ukraine fut annexée par la Russie. Ce bref rappel historique montre que ce n’est pas d’aujourd’hui que l’ouest et l’est de l’Ukraine s’opposent, que l’unification de l’Ukraine a suivi un chemin pavé d’embûches et que c’est sous la houlette russe qu’elle a été unifiée. Cela devrait au moins inciter les Européens à la prudence quant à l’avenir de cet Etat. L’histoire de l’Ukraine entre cette période et la nôtre n’est d’ailleurs pas moins mouvementée avec des révoltes, une indépendance sous influence allemande en 1917, une révolution anarchiste ensuite, et quelques soutiens aux envahisseurs nazis pendant la seconde guerre mondiale.


  3. pantocrator Le 07 mars 2014 à 09h00
    Afficher/Masquer

    je vous conseille de relire le livret du ” Prince Igor ” de Borodine …


  4. Fabrice Le 07 mars 2014 à 09h14
    Afficher/Masquer

    Il est clair que la Russie peut largement se targuer de précédents ou les Etats-Unis et l’Europe ont dépassé la loi internationale voir carrément ignoré (Irak, Kosovo) après je pense que cela ne veut pas dire que cela soit tolérable du fait des précédents.

    Ce qui m’embête c’est qu’on retrouve un jeu qui finira mal, mais il est vrai que presque 70 ans sans guerre majeur c’était déjà surprenant… “Le problème” c’est que désormais on doit compter sur la menace nucléaire.

    En tout cas le réveil est douloureux et je pense que l’Europe qui se berçait d’illusion va réenclencher un cycle de réarmement, tient si après l’économie illégale on sortait le budget militaire du PIB …


  5. Olposoch Le 07 mars 2014 à 10h11
    Afficher/Masquer

    On accuse souvent les décideurs/élites de ne voir que l’échéance de la prochaine élection, ou le profit à court terme….

    Mais on se rend compte que
    1/ les tensions actuelles correspondent aux anticipations et stratégies établies et annoncées…
    2/ Ces élites ont parfaitement intégré la raréfaction des ressources et des possibilités d’expansion au niveau de la planète.

    Donc il semble que
    1/ Devant l’impasse de la “finitude” / l’épuisement des ressources , dans un monde en perte de croissance, l’accumulation des richesses passe par la captation intégrale des profits, augmentée du hold-up de la part jusque là partagée/crée/redistribuée par les 99%.
    2/ préparer l’avenir obligerait à intégrer la sauvegarde de la planète, la redistribution d’une part plus importante des richesses, la prise en compte de l’interêt du plus grand nombre, toutes ces notions sont synonymes de perte de pouvoir et de profit pour ces oligarchies…
    3/ La solution géo-stratégique a donc été choisie, le futur à la “Mad Max” a l’avantage de ne pas remettre en question le système, encore (et de plus en plus) très profitable pour ces oligarchies, la tension militaire est une promesse de business, ils n’enverront pas leurs enfants se battre, et en injectant la dose utile de nationalisme ils emporteront suffisamment de soutien populaire cultivé par les médias, qu’ils possèdent par ailleurs.
    4/ Nous observons l’avancement d’une nouvelle “guerre froide”, multipolaire, avec une donnée supplémentaire simplement résumée en: “survie de l’éspèce”.


    • Olivier M Le 07 mars 2014 à 11h30
      Afficher/Masquer

      “1/ les tensions actuelles correspondent aux anticipations et stratégies établies et annoncées…”

      a) Croyez-vous vraiment que la stratégie EU/USA de remplacement du pouvoir pro-russe en Syrie afin d’avoir les mains libres et construire le gazoduc Qatar-Turquie fonctionne?
      La Syrie est devenue le terrain d’un combat entre l’Iran et les USA/UE/Qatar pour savoir qui construira son gazoduc vers la Turquie
      De plus les relations entre l’Arabie Saoudite et le Qatar se tendent au plus haut point en ce moment, à travers les conflits entre le Bahreïn et le Qatar. Cf les toutes dernières actus.

      b) L’Arabie Saoudite a fait renverser le gouvernement des Frères Musulmans en Égypte; l’exploitation des gisements de gaz dans les eaux territoriales Israéliennes est devenue très risquée.

      c) La Russie ne voulant plus dépendre économiquement de ses ventes d’hydrocarbure à l’UE, elle a passé des accords pour approvisionner la Chine. Elle pourra certainement bientôt faire chanter l’UE.

      Je crois donc plutôt que c’est un échec total. L’avenir de l’approvisionnement énergétique de l’UE est plus que compromis. C’est d’ailleurs peut-être pour cela qu’on négocie à la va-vite, et dans l’ombre, l’accord de libre échange transatlantique, le gaz de schiste américain étant devenu la seule source sûre de gaz à moyen terme pour l’UE.

      Préparons-nous plutôt à des hivers froids dans les chaumières.


      • Olposoch Le 07 mars 2014 à 11h55
        Afficher/Masquer

        d) “Croyez-vous vraiment que la stratégie…”
        Non je ne suis pas croyant.
        e) avant de réagir sur un commentaire, il faudrait le comprendre (en toute modestie…)
        Si j’ai pris la précaution d’écrire:
        ““1/ les tensions actuelles correspondent aux anticipations et stratégies établies et annoncées…”, je me suis abstenu de toute estimation comme quoi ces stratégies étaient couronnées ou non de succès… mais si cela me paraissait évident, la, comment dire, “spontanéïté” d’internet réserve toujours des surprises…


    • captain flemme Le 07 mars 2014 à 14h01
      Afficher/Masquer

      ++ olposoch 🙂

      Si je résume notre problème, “énergie moyenne = énergie totale / population” en oubliant en 1ere approximation que l’on s’est/se gave en occident plus que la moyenne, il y a aussi un aspect de l’équation sur lequel des gens “influents” pourraient jouer c’est l’élément population. Certains y pensent (cf Georgia Stones).

      Apres les moyens … la guerre mais c’est un peu old school et pas assez efficace pour descendre de 7 Milliards a 500 Millions.
      Alors quoi ? la malbouffe mais ça va trop doucement, la bombe mais c’est dangereux, la fin des vieux (plus de retraites), la misère sociale et le suicide, un petit virus , … Je dirais que si c’est possible et qu’ils peuvent y échapper, va va les démanger de plus en plus …


  6. Ivan Le 07 mars 2014 à 10h18
    Afficher/Masquer

    La parfaite illustration du deux poids deux mesures, une fois de plus. Où “Selon que vous serez puissant ou misérable, Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir”.
    Très juste de rappeler les guerres d’ex-Yougoslavie où l’OTAN est intervenu précisément pour acter les prises d’indépendance des ex-républiques yougoslaves… Et je ne parle pas des ex républiques baltes.
    Le fait le plus sidérant réside dans l’amnésie systématique de nos contemporains et leur capacité à avaler encore et encore la même propagande médiatique…


  7. Macarel Le 07 mars 2014 à 10h37
    Afficher/Masquer

    Obama ferme la base de Guantanamo, il la restitue aux autorités cubaine, ensuite il va donner des leçons à Poutine sur la Crimée.
    Il pourrait aussi, lui qui est prix nobel de la paix, dissoudre l’OTAN. Puisque la raison d’être de l’OTAN, c’était l’existence du pacte de Varsovie, pacte qui a été dissout à la fin de l’URSS.
    Mais, cela obligerait les atlantistes européens, à penser sérieusement à mettre en place une défense européenne autonome, impensable pour les américains, qui ne veulent que d’une Europe vassale.
    Sinon, c’est fait ce que je te dis, mais ne fais pas ce que je fais.
    Quant aux euro-atlantistes qui “gouvernent” l’UE, qu’ils balayent chez eux avant de donner des leçons aux autres. Eux qui ont horreur des référendums, tant ils savent qu’ils sont impopulaires chez les peuples soumis au joug de leur politique économique ordo et néo-libérale.
    Qu’ils arrêtent séance tenante, les discussions sur le Grand Marché Transatlantique, après on pourra peut-être les écouter.
    Sinon, à force de deux poids, deux mesures, il ne faut pas s’étonner que la parole de l’occident soit de plus en plus démonétisée.


  8. step Le 07 mars 2014 à 10h38
    Afficher/Masquer

    ““Si vous admettez le principe qu’une région”… rien qu’avec le début de la phrase il est mal barré le fabius. On a si peu d’argent qu’on ne paye plus pour préparer les fiches du ministres des affaires étrangères en france. Par ce que se planter en 8 mots, c’est plutôt performant !


  9. yt75 Le 07 mars 2014 à 10h44
    Afficher/Masquer

    Un article de Nafeez Ahmed dans le Guardian à ce sujet, reprenant aussi la conversation de Nuland :
    http://www.theguardian.com/environment/earth-insight/2014/mar/06/ukraine-crisis-great-power-oil-gas-rivals-pipelines

    Et une coquille en début de l’article : “location latine” au lieu de locution


  10. yt75 Le 07 mars 2014 à 10h47
    Afficher/Masquer

    Ce qui caractérise le -plus- notre époque cela reste cela :

    http://iiscn.files.wordpress.com/2013/05/jlliquidsworld.jpg

    Et si on devait résumer la géopolitique, l’emblème du US CENTRAL command est un bon début :
    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/35/Seal_of_United_States_Central_Command.png/768px-Seal_of_United_States_Central_Command.png

    Surtout sans avoir oublié cela :
    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/c5/US_Oil_Production_and_Imports_1920_to_2005.png

    (c’est à dire le pic de production des US en 1970, raison principale du premier choc, beaucoup plus que l'”embargo Arabe”). Résumé en fin de post : http://iiscn.wordpress.com/2011/05/06/bataille-et-lenergie/


  11. perceval78 Le 07 mars 2014 à 10h50
    Afficher/Masquer

    Bon ben il faut partir du principe qu’on est désinformé , ce constat étant fait , il ne nous reste plus qu’a s’adapter et utiliser un vieux principe du droit , ecouter les 2 parties , ou trouve t’on les infos coté russe ?:

    http://french.ruvr.ru/
    http://french.ruvr.ru/radio_broadcast/alf_programs/
    http://fr.ria.ru/
    http://www.rt.com


  12. grub Le 07 mars 2014 à 10h52
    Afficher/Masquer

    Discours de Hollande au CRIF.
    Sérieux, il y va tous les combien ? Il n’y a plus de cantine à l’Elysée ?


    • perceval78 Le 07 mars 2014 à 11h24
      Afficher/Masquer

      @grub : moi ce que j’ai trouvé particulierement adapté c’est la declaration sur la russie lors du diner. il y a un melange des genres pour le moins étonnant .


    • ploi Le 07 mars 2014 à 15h26
      Afficher/Masquer

      Y a peut-être plus non plus de cantine à l’Assemblée, au Sénat, au PS, à l’UMP… : http://www.canalplus.fr/c-divertissement/c-le-petit-journal/pid6381-les-extraits.html?vid=1031649

      Sacrée crise alors…

      C’est quand que DiaCrisis paye son resto? Ça a l’air de permettre de réunir du beau monde. 😉


  13. FL Le 07 mars 2014 à 11h12
    Afficher/Masquer

    Libérté et démocratie sont leur mots d’ordre!

    Ecouter les médias “d’information” me sidèrent toujours plus, je ne plaisante pas.
    Ce matin il était question de chocs sur France Inter, de choc dans le sens de grands sacrifices que nous allons devoir faire, nous les auditeurs de France-Inter et plus généralement les français dont le journaliste parlait.

    Choc donc, comme l’entends Naomi Klein dans son ouvrage majeur; “La Stratégie du Choc” (LEMEAC / ACTES SUD – 2007).

    Là, il va vraiment falloir se retrousser les manches, parce que de sidérations en sidérations on fini au fond du trou sans plus rien pouvoir faire d’autre que de tenter de survivre dans un océan de misère, dominé par quelques rares élites auto-qualifiés, sûr de leur supériorité en toutes choses et pour cette raison décidant pour tous, de l’Ordre du Monde.


    • Macarel Le 07 mars 2014 à 17h21
      Afficher/Masquer

      Action :choc de compétitivité, choc de simplification, choc de …
      Réaction : choc type “coup de pied au cul” qu’ils vont recevoir lors des prochains scrutins électoraux !


  14. Macarel Le 07 mars 2014 à 11h45
    Afficher/Masquer

    Le projet européen a été gravement dévoyé, sur le plan économique L’UE ressemble de plus en plus à un camp de redressement dominé par l’Allemagne qui veille jalousement sur sa monnaie l’euro (le mark en fait). Un camp qui n’a plus d’autre ambition que de s’étendre toujours plus, jusqu’à heurter d’autres intérêts antagonistes.
    Sur le plan géostratégique justement, ce sont les USA qui dominent, et entraînent l’Europe dans une confrontation avec la Russie, qui met gravement en péril la paix sur notre continent. En grande partie pour sauver leur dollar, et leur hégémonie menacée sur le reste du monde. (Leur american way of life en fait, de plus en plus inégalitaire et qui menace la survie de l’écosystème terrestre)
    La trahison (volontaire ou non) des élites qui nous ont vendus la prospérité économique et la paix, est de plus en plus évidente. Si les peuples ne se réveillent pas, nous allons au devant de graves ennuis (euphémisme).
    Tous ces gens ont été rendus fous par l’argent, et leur volonté de puissance, et ils sont de plus en plus dangereux, car ils ne semblent pas conscients de leur folie.
    Si le projet européen ne nous apporte ni bonheur économique et social, ni la paix, alors que faisons nous encore dans cette galère ???


    • Casquette Le 07 mars 2014 à 13h13
      Afficher/Masquer

      Comme on dit les masques tombent , petit à petit , d’abord il y a eu la crise démocratique de 2005/2008 qui a intérrogé beaucoup de citoyens et d’observateurs (en fait pas tant que ça) sur l’orientation que prenait l’UE.
      2-3 ans plus tard c’est la crise des dettes souveraines et les mesures austéritaires qui les ont accompagnées qui a démontré , cette fois ci de manière plus flagrante , que l’UE n’avait pas pour vocation de développer l’économie des pays membres , et encore moins de défendre le modèle d’Etat-providence ,pourtant vitrine du projet européen…
      Et maintenant c’est sur le terrain de la géopolitique que la crise s’installe…voilà , donc attendons la suite , de toute façon on peut pas faire autre chose !


      • Jourdon Le 11 mars 2014 à 10h46
        Afficher/Masquer

        bjr,

        je suis d’accord avec vous, c’est maintenant le “volant géopolitique” qui semble être le prochain tournant de la longue crise de gestation visant à créer l’Europe… car l’Europe depuis les mythes grecs nous l’avons bien “inventée”: mais pas encore “créée” – cad politiquement et socialement

        j’irai même plus loin: ce qui commence s’annonce comme la plus grave crise politique qu’ait pu connaître – selon moi – la construction européenne depuis les années 50′; même le “I want my money back” de Madame THATCHER aurait été moins grave, car désormais il va falloir “tout-remettre-en-perspective”… depuis le Moyen Orient en revenant vers la Turquie, la Grèce, etc.

        par contre je ne suis pas d’accord avec vous quand vous dîtes que “l’Etat-Providence” serait la vitrine de la Construction Européenne

        il me semble qu’il faut commencer par un Droit, une Constitution, si on veut fonder un Peuple Européen…
        par conséquent les droits un par un il faudra se les recréer au fur et à mesure
        en revanche ce qui se passe chez nos Voisins en Ukraine nous oblige à respecter la perspective qui désormais s’impose à nous…


    • Jean Dif Le 10 mars 2014 à 17h46
      Afficher/Masquer

      Je suis d’accord avec vous. Le projet européen a été dévoyé non seulement au plan économique mais également au plan politique. Cette Europe expansionniste dont on ne sait pas où elle va s’arrêter géographiquement nous amènera tôt ou tard inévitablement dans un conflit. C’est fatal car c’est toujours ce qui se produit lorsque l’on cherche à s’étendre en refusant de reconnaître les droits de ses voisins. C’est d’autant plus grave que cette Europe expansionniste est incapable de résoudre les problèmes qui se posent à son stade actuel. Se lancer dans une sorte de course boulimique ne fera qu’accroître les difficultés.

      Par ailleurs, l’Europe affiche des principes démocratiques qu’elle n’applique pas. Les peuples européens sont dépouillés progressivement de leurs droits démocratiques au profit d’instances sans légitimité démocratique. Même le budget nous échappe; or, il ne faut pas oublier que c’est une crise des finances qui a déclenché la Révolution française et que le vote du budget est au coeur de notre démocratie. La liberté du cause toujours vaut sans doute mieux que le ferme-la mais ne suffit certainement pas à qualifier un régime de démocratique. A quoi sert le droit de vote s’il permet d’élire des gens sans pouvoir? Il est vrai que l’Europe semble s’asseoir sur le suffrage des citoyens. Elle nous l’a montré en nous imposant un traité de Lisbonne copie conforme du projet de constitution que nous avions rejeté en 2005 par référendum, comme elle s’apprête à refuser de reconnaître le choix de la population de la Crimée. Bref, pour les dirigeants de l’Europe, le vote des citoyens n’est à prendre en considération que s’il est conforme à leurs souhaits! C’est ce qu’ils appellent leurs valeurs en y adjoignant abusivement l’étiquette démocratique.

      Un mot sur la propagande qui déferle dans nos médias comme si nous étions déjà en guerre. Le parlement de Crimée, régulièrement élu, serait illégitime et ses décisions seraient illégales, mais le pouvoir de Kiev, issu de l’émeute et d’un coup d’Etat anticonstitutionnel serait légitime! Les manifestations pro-européennes seraient massives et celles des pro-Russie ne rassembleraient à l’est que quelques centaines de manifestants; or, les vidéos diffusées sur You Tube montrent, non pas quelques centaines, mais des milliers de manifestants pro-russes; certes, il ne faut pas prendre les images à la lettre, mais des organes de presse occidentaux, accessibles sur Internet en ont vu aussi plusieurs dizaines de milliers. Une cause qui se sert du mensonge et de l’hypocrisie à ce point ne peut pas être bonne.

      Cette Europe là, ceux qui ne s’y reconnaissent plus doivent la combattre avec vigueur. Les peuples européens méritent mieux qu’elle.


  15. bigglop Le 07 mars 2014 à 12h18
    Afficher/Masquer

    Merci Olivier pour tout ce travail de référencement où l’on se rend compte que les mots Démocratie, Liberté, Egalité, Fraternité, Droits de l’homme, etc ne sont plus que des concepts creux, vidés de leur substance, de leur sens

    Personne n’a parlé du Vénézuela, qui vit des moments très difficiles avec une très grave crise économique, de sa monnaie. Avec en plus, ”bizarrement” des manifestations étudiantes, une déstabilisation de Maduro par la droite très radicale.
    Pendant une manifestation plusieurs personnes ont été tuées avec la même arme.
    L’opposition de droite agresse physiquement les chavistes, des barrages sur les routes.
    Henrique Capriles, candidat à la présidentielle contre Maduro s’est désolidarisé des manifestations et autres actions.
    Pour info, Jacques Sapir a rédigé un rapport sur la situation économique pour le gouvernement vénézuelien
    http://russeurope.hypotheses.org/2001


  16. perceval78 Le 07 mars 2014 à 12h30
    Afficher/Masquer

    Voici 2 cartes linguistiques censées montrer la même chose :

    1) mediapart : http://static.mediapart.fr/files/media_27413/Ukraine-map-lng2.gif
    2) J.Sapir : http://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/981/files/2014/03/Bh0OXb9CEAAj2va.jpg

    Qui a tort , qui a raison , qui désinforme ????


    • step Le 07 mars 2014 à 12h57
      Afficher/Masquer

      dans les grandes masses se sont les mêmes cartes, mais la continuation de la zone “ukrainienne” vers l’est jusqu’à la zone “russophone” avec des petits ronds façon médiapart est à mon avis plus tendancieuse que celle de sapir. En effet la première laisserait à penser que dans cette zone, l’ukrainien domine un peu de russe, ce qui n’est pas forcément le cas. Sapir segmente et indique cette zone mixte comme une zone “hésitante” et d’ailleurs fait passer sa “découpe” sensiblement au milieu.

      Les cartes ont toujours tendannce à découper des frontières nettes là ou il y a des discontinuités floues.


      • step Le 07 mars 2014 à 13h04
        Afficher/Masquer

        dans les détails, je dirais que la carte de médiapart est moins précise, et que la carte de sapir est sourcée. Donc à moins d’une évolution possible entre 2009 et 2012, je dirais que sapir est plus précis.


    • perceval78 Le 07 mars 2014 à 13h30
      Afficher/Masquer

      J’ai trouvé la source de la carte de Mediapart , apparemment l’auteur travaille à titre purement individuel sur ce sujet , je lui ai envoyé un mail , peut être répondra t’il :

      http://www.axl.cefan.ulaval.ca/europe/ukraine-1demo.htm
      http://www.axl.cefan.ulaval.ca/monde/historique_du_site.htm


  17. Casquette Le 07 mars 2014 à 12h42
    Afficher/Masquer

    Je vois pas pourquoi les dirigeants de l’UE râlent , la partition des pays en régions autonomes fait partie de leurs plans non !?
    Bon ici la Crimée pousse la logique un peu plus loin…et se rapproche plutôt du coté russe qu’occidental…mais c’est peut être ça le souci finalement.


  18. Theoltd Le 07 mars 2014 à 13h45
    Afficher/Masquer

    Ce qui me rassure, si l’on peut dire, dans toute cette histoire, c est que les citoyens qui cherchent a s’informer, ne gobent plus comme ils ont pu le faire pendant l’épisode du Kosovo, le matraquage des médias. Et internet donne cette liberté la. Connaissant bien la Russie, je peux témoigner que la propagande chez nous est bien plus aboutie, travaillée, qu’en Russie, ou elle est peut être plus bête, mais nettement moins “professionnelle” et partant, moins efficace. Mais justement, ce coté professionnel ne passe plus ici, ou les successions de guerres qui n’ont rien donné que du malheur et de la désolation, ont bien prouvé que c’était notre système qui était a bout, et ce faisant, que ce sont nous généralement les agresseurs et nous les méchants. A lire les forums, a part les trolls de service, on ne voit plus guère personne défendre la cause américaine, et leur impérialisme blessé donc outrancier. Et pour cause, puisque c’est indéfendable. Et puis, on comprend bien que si Snowden a trouvé asile en Russie, cela signifie quelque part que la Russie est le dernier rempart contre un monde unipolaire, ou l’on ne pourra nulle part se réfugier.
    C’est pas en France, le pauvre, qu’il aurait trouvé un refuge sur!
    Et qu’on le veuille ou non, on nous avons besoin d’antagonismes pour trouver un peu d’oxygène, pour éviter une dictature définitive, qui s’avance meme pas masquée, pour nous englober tous. C’est pourquoi on voit fleurir ici et la des soutiens a Poutine, enfin, c est comme ça que je le vois.
    Mais bon, l’affaire est loin d’être terminée. Je crains des troubles graves en Crimée, des exactions commises par les memes, qu’on mettra sur le dos de Poutine. Des que le mot épuration ethnique sera lancé, alors la on sera dans le dur. Mais Hilary qui ne fait rire personne, n’a t elle pas dévoilé une carte américaine? J’espere me tromper.


    • Macarel Le 07 mars 2014 à 17h12
      Afficher/Masquer

      Ce qui est “marrant” c’est le discours que nos journalistes mainstream tiennent : dans le style trop de gens en Russie sont victimes de la propagande poutinienne, s’il s’informaient sur internet ils auraient d’autres sons de cloches.
      Inversement, lorsque chez nous l’on critique leur version des faits, sur internet en particulier, ils commencent à décrire internet comme le lieu de prédilection de théoriciens du complot, paranoïaques, qui voient le mal partout.
      Ces gens sont des opportunistes, qui ne reculent devant aucune contradiction du moment qu’ils préservent leurs intérêts ou les intérêts, de ceux qui les financent.


  19. Louis Le 07 mars 2014 à 13h50
    Afficher/Masquer

    L’avis d’Hubert Védrine sur France culture ce vendredi 07/03 est pleine de bon sens :

    http://www.franceculture.fr/emission-le-monde-selon-hubert-vedrine-0

    Concernant Woodrow Wilson je rappelle le point 6 (sur 14) de son discours du 08 janvier 1918 devant le Congrès US.

    « L’évacuation de tout le territoire russe et règlement de toutes questions concernant la Russie de sorte à assurer la meilleure et plus libre coopération des autres nations du monde en vue de donner à la Russie toute latitude sans entrave ni obstacle, de décider, en pleine indépendance, de son propre développement politique et de son organisation nationale; pour lui assurer un sincère et bienveillant accueil dans la Société des Nations libres, avec des institutions de son propre choix, et même plus qu’un accueil, l’aide de toute sorte dont elle pourra avoir besoin et qu’elle pourra souhaiter. Le traitement qui sera accordé à la Russie par ses nations sœurs dans les mois à venir sera la pierre de touche de leur bonne volonté, de leur compréhension des besoins de la Russie, abstraction faite de leurs propres intérêts, enfin, de leur sympathie intelligente et généreuse. »

    A l’époque la Russie servait les intérêts US puisque la Révolution de 1917 a été financée , en partie, par des banquiers Anglo-saxons.


    • Louis Le 07 mars 2014 à 14h38
      Afficher/Masquer

      l’avis est plein de bon sens (et non pas pleine de bon sens).

      Désolé…


  20. cording Le 07 mars 2014 à 14h17
    Afficher/Masquer

    Ce sont les mêmes gens ou presque qui ont encouragé la partition de la Serbie en favorisant par la guerre l’indépendance du Kosovo en 1999 qui s’opposent à l’autonomie de la Crimée au sein d’une Ukraine qui serait enfin démocratisée de son plein gré mais pas après la subversion américaine. Je pense que Poutine mesure, en bon joueur d’échec, parfaitement ses forces et celles de ses adversaires qui procèdent plus par incantation, voeux pieux, et bons sentiments. L’économie et la géopolitique joue en sa faveur: ses adversaires n’ont pas les moyens ni la volonté de leur politique. Le gouvernement ukrainien d’extrême-droite et néonazi n’aura pas les moyens économiques ni politiques de s’émanciper de la Russie. Jacques Sapir a bien montré dans ses carnets que le degré de dépendance économique et financière de l’Ukraine s’est accru depuis l’indépendance en 1991 malgré la “Révolution Orange” de 2004 .
    En fait la perspective d’une reconstitution partielle de l’URSS sous l’égide de la Russie sous le nom d’Union eurasiatique est insupportable à tous les occidentalistes. Ce serait insupportable pour les US et leurs laquais européens.


  21. cording Le 07 mars 2014 à 14h22
    Afficher/Masquer

    En 1999 ils ont bafoué toutes les règles de droit international qu’ils invoquent à propos de la Crimée et l’Ukraine. Incohérence et partialité! C’était déjà la subversion atlantiste!


  22. perceval78 Le 07 mars 2014 à 14h32
    Afficher/Masquer
    • gil Le 07 mars 2014 à 15h36
      Afficher/Masquer

      Du gaz mais je ne me souvient plus du nom de la reserve. Le gaz est en mer.


    • Jean Dif Le 10 mars 2014 à 18h10
      Afficher/Masquer

      Non, mais les Etats-Unis commencent à avoir des excédents d’hydrocarbures grâce au gaz de schiste. Peut-être envisagent-ils d’en vendre à l’Europe. Un embargo sur le gaz russe faciliterait l’opération même si, sur les plan technique et économique, un tel changement serait aujourd’hui difficile et sans doute coûteux. Mais, à plus long terme, c’est une affaire à suivre: les Etats-Unis seront peut-être dans l’avenir des exportateurs de gaz concurrents de la Russie.


  23. cording Le 07 mars 2014 à 14h56
    Afficher/Masquer

    Le conflit autour de l’Ukraine regroupe les mêmes sensibilités politiques qui s’opposent de nouveau, la même idéologie occidentaliste droit de l’hommiste sous l’égide US et de son relai européen: l’UE et l’Otan contre le droit des états et des nations, les réalités économiques et géopolitiques. La situation du Kosovo et de ses habitants ne s’est guère amélioré depuis 1999 et dans les pays issus de l’ex-Yougoslavie. La subversion américaine a-t-elle amélioré la situation du peuple géorgien, arménien, ukrainien et kirghize? Dans tous les cas la réponse est non!


    • Deres Le 07 mars 2014 à 16h00
      Afficher/Masquer

      Au contraire, ce que notre hôte veut montrer c’est que l’utilisation de ces fameux droits (constitutionnels, de l’homme et droit internationaux) est en grande partie un mensonge. Suivant les cas (Kosovo ou Ukraine) ont les utilisent comme justification à chaque fois de façon différente pour des résultats tout à fait opposés. En fait, ce ne sont souvent que des excuses montés après coup pour justifier ce qui nous arrange …


  24. Nanker Le 07 mars 2014 à 17h08
    Afficher/Masquer

    “Ceci étant, oui, l’ancien Président était un sale type corrompu. Mais je souligne qu’il y en des bien pires avec qui on est très amis, en Afrique notamment…”

    Même pas besoin d’aller chercher plus loin :

    au moment où l’Ukraine se soulevait spontanément (sic) pour faire triompher la démocratie (re-sic) il y a un petit pays qui lui aussi tentait de secouer le joug qui l’opprimait et d’aller vers l’indépendance et la liberté : c’est l’ile de Bahreïn!

    Manque de pot : Bahreïn n’est pas opprimé par Poutine mais par l’Arabie Saoudite, amie des USA! Alors ils n’auront jamais droit à la soliicitude de Fafa et de Barroso et ils continueront à se faire écraser la gueule jusqu’à ce qu’ils comprennent que non, toutes les révoltes ne se valent pas.

    D’un autre côté les Bahreïnis se consoleront (un peu) en se disant que BHL ne viendra jamais chez eux soigner son aura médiatique en marchant sur les cadavres de leurs compatriotes..


  25. dan Le 07 mars 2014 à 19h18
    Afficher/Masquer

    Ce n’est pas un coup d’Etat , juste une révolution…ensuite ce qu’il en découlera c’est une autre chose. Les peuples sont souverains quelque soient les constitutionnels…Par ailleurs, il y a de plus en plus des chefs d’Etat qui arrivent par la voie démocratique et que peu à peu par divers moyens ne garantissent plus l’état de droit.


  26. Jean Le 07 mars 2014 à 19h28
    Afficher/Masquer

    2 POIDS 2 MESURES entre l’Europe qui pousse doucement mais surement vers des “euro-régions” dans tous les pays européens dont la France (11 euro-régions) pour ressembler aux “länder” ( États fédérés de la République fédérale d’Allemagne ).

    Et de l’autre côté pour l’Ukraine où il ne faudrait surtout pas diviser le pays…


  27. step Le 07 mars 2014 à 19h29
    Afficher/Masquer
  28. Mr K Le 07 mars 2014 à 19h31
    Afficher/Masquer

    La grossière ingérence américaine dans les affaires Ukrainiennes ne fait plus de doute :

    1) Vidéo de la Conférence à Washington le 13 décembre 2013 de l’assistante au secrétariat d’état américain (chargée de l’Ukraine notamment) Victoria Nuland :

    http://www.youtube.com/watch?v=861DJLR4Cek&t=7m43s

    Elle y fait (7mn45) un bilan des 5 milliards de dollars dépensés pour la “démocratie en Ukraine”. Elle remercie les généreux contributeurs dont visiblement les groupes pétroliers “Chevron” et “Exxon mobil” dont on voit nettement les panneaux à l’image.

    Une “révolution” financée en partie par des multinationales : un idéal de diplomatie?

    2) Conversation -authentifiée- entre l’assistante au secrétariat d’état américain (chargée de l’Ukraine notamment) Victoria Nuland et l’ambassadeur américain en Ukraine Geoffrey Pyatt, prouvant, sans aucun doute, la forte ingérence des USA dans la “révolution Ukrainienne”.

    http://www.dailymotion.com/video/x1bi2ch_ukraine-la-manipulation-americaine-audio-victoria-nuland-geoffrey-r-pyatt-ambassadeur-us-en-ukraine_news (Sous-titres Français).

    Avec le fameux “Fuck the UE” …, un sommet de diplomatie.

    3) Conversation téléphonique entre la “ministre” des affaires étrangères européenne Catherine Ashton et le ministre des affaires étrangères Estonien Urmas Paet de retour de Kiev. Cet enregistrement a été authentifié par Mr Paet lui-même.

    Extrait traduit de l’anglais :

    Mr Paet : “Tous les éléments montrent que les personnes qui ont été tuées par des snipers des deux côtés, policiers et gens dans les rues, l’ont été par les mêmes snipers tuant des personnes des deux côtés. Quelques photos ont montré que c’est la même signature, le même type de balles et il est vraiment inquiétant que maintenant la nouvelle coalition ne veuille pas examiner ce qui est exactement arrivé. Ainsi il y a maintenant la compréhension de plus en plus forte que derrière les tireurs isolés, ce n’était pas Yanukovych, mais c’était quelqu’un de la nouvelle coalition.”

    http://www.zerohedge.com/news/2014-03-05/behind-kiev-snipers-it-was-somebody-new-coaltion-stunning-new-leak-reveals-truth

    Autres éléments importants rapportés par Mr Paet dans cette conversation :

    » • Il n’y a pas de confiance des gens dans le nouveau gouvernement (2:35) ;

    » • tous les membres dans le gouvernement ont un passé sale (2:50) ;

    » • le niveau de confiance (envers le nouveau gouvernement) est très bas (3:20) ;

    » • énorme pression exercée sur les membres du parlement(3:40) ;

    » • des journalistes qui étaient avec moi ont vu pendant la journée un membre du parlement se faire agresser devant le parlement.(4:00) ;

    » • les gens ne quitteront pas la rue avant que des réformes réelles débutent, un simple changement de gouvernement n’est pas suffisant.(4:20)

    http://www.dedefensa.org/article-notes_sur_un_coup_de_fil_sans_cons_quence_06_03_2014.html

    Cordialement.


  29. koui Le 07 mars 2014 à 20h23
    Afficher/Masquer

    Tout cela pose un problème de principe :
    êtes vous pour le droit à l’autodétermination (1) ou pour l’intangibilité des frontieres (2)?
    Les russes viennent de passer de 1 à 2.
    Les occidentaux de 2 à 1.
    Ils n’ont pas de principes.
    Moi, je suis pour 1. Le Kosovo, le tibet et la tchétchénie ont droit à l’autodétermination comme la crimée, l’ossétie, l’abkhazie, l’ecosse, la catalogne, le kurdistan,.
    Mieux vaut se separer dans la paix et s’unir dans la paix. L’exemple tchecoslovaque doit nous inspirer.


  30. samuel Le 07 mars 2014 à 21h17
    Afficher/Masquer

    On pourrait rappeler que le G2 n’invalide pas la peine de mort; que l’égalité homme/femme est loin d’être une valeur mondial (déjà travailler et être mère n’est pas toujours socialement possible à l’Est du Rhin).
    Mais l’important c’est qu’un crayon (Friedman) ou qu’un smartphone (Madelin) voir qu’une brosse à dent (…) soit assemblé dans différent pays, car cela justifie la mondialisation.
    Le pouvoir des peuples, la finalité des gens (peut-être que le prochain facebook sera une application, qui vous donnera du lien social avec des personnes ayant les mêmes doigts de pied que vous et peut-être que cela semblera ridicule au jour de votre mort), l’espoir de ne pas subir (c’est le cas des migrants et c’est aussi le cas de ceux restent, même si personne ne les nomme prolétaire), tout cela c’est du passé.


    • samuel Le 07 mars 2014 à 22h40
      Afficher/Masquer

      Si vous souffrez de mes commentaires (et de leurs fautes), ce n’est pas un problème, vous pouvez les modérer en une minute, je peux difficilement être autre et je ne suis pas forcement jouable.


      • samuel Le 07 mars 2014 à 23h19
        Afficher/Masquer

        L’un des grands problèmes de la modernité c’est de ce croire affranchie des autres contraintes (à mon idée c’est l’inverse la civilisation est née des contraintes: des hivers, des sécheresse…) tout cela comme si il n’y avait pas besoin des sumériens, ni des lois, ni de la cité, ni d’agriculture… (sauf qu’on est juste le produit d’un contexte….. dans un climat tropical avec une nature abondante en nourriture, en pharmacopée et en ad-équité corporel, on n’a pas besoin de civilisation).
        L’agriculture représente la contrainte pour une représentation moderne (des boues de stations d’épuration à la capacité à nourrir l’homme) et peu de personnes comprennent ces contraintes (au niveau du sol, de son climat et de son écosystème), au final c’est comme ce représenter l’économie en tant que chasseur cueilleur, alors qu’on n’est un citadin.


  31. Jacques Le 07 mars 2014 à 21h40
    Afficher/Masquer

    Très bonne revue, bien de rappeler ces déclarations plus ou moins anciennes, ça met en valeur le principe: deux poids deux mesures. La déclaration de l’OTAN est particulièrement savoureuse.
    Au-delà des gesticulations des sous-doués des deux bords de l’Atlantique, ce qui ressort très fort de ces évènements en Ukraine, c’est à quel point l’UE est un instrument de Washington, étranger aux intérêts des peuples d’Europe; on sait depuis plusieurs années à quel point cette chose est anti-démocratique et nuisible à l’économie, mais il n’était pas encore aussi flagrant qu’elle est aussi un danger pour la paix. L’urgence, c’est d’en sortir, de défaire ces deux organisations jumelles, l’OTAN et l’UE.


  32. Tapia Le 08 mars 2014 à 16h08
    Afficher/Masquer

    “Le référendum du 8 février 1976, confirme par un taux de 99,4 % (82,3 % des inscrits) le choix de la population de Mayotte de rester au sein de la République française. Par résolution n°31/4 du 21 octobre 1976, l’Assemblée générale des Nations unies, considérant ce référendum comme nul et non avenu, condamne la présence française à Mayotte23, cependant que la France argue que cette résolution ne constitue qu’un avis dépourvu de force juridique. L’assemblée générale de l’ONU s’appuie sur la déclaration du 14 décembre 1960, « sur l’octroi de l’indépendance aux pays et peuples colonisés », point numéro 6 sur la préservation de l’intégrité territoriale, malgré le point numéro 2 sur le droit à l’autodétermination. Dans sa résolution du 6 décembre 1994, l’Assemblée générale de l’ONU a rappelé et confirmé l’appartenance de Mayotte à l’État comorien. Depuis 1995, la question de Mayotte n’est plus venue à l’ordre du jour de l’Assemblée générale de l’ONU”. (Article Mayotte: Wikipédia).

    En 2009 Mayotte devient département/région Française contre l’avis du reste de l’archipel des Comores. Cela peu se justifier mais ils ne faut donc pas feindre d’être choqué que cela puisse se passer ailleurs.

    L’Ukraine semble avoir du mal à fonctionner seule et le choix se fait entre deux partenaires plus forts qu’elle qui ne feront pas une alliance pour assister l’Ukraine mais pour en tirer profit.
    L’UE est intéressée à dépecer les secteurs intéressants de l’économie Ukrainienne comme elle a fait dans de nombreux pays de l’Est. Je ne crois pas que la Russie aie des visées plus altruistes comme elle a aussi pu le montrer dans ses relations avec ses satellites passés et présents.


Charte de modérations des commentaires