Les Crises Les Crises
4.novembre.20134.11.2013 // Les Crises

[BancoCratie] De l’horrible danger de l’intégrité…

Merci 0
J'envoie

De l’horrible danger de l’intégrité

Nous Michar-Peberibi, par la grâce de Dieu mufti du Saint-Empire ottoman, lumière des lumières, élu entre les élus, à tous les fidèles qui ces présentes verront, sottise et bénédiction.

Comme ainsi soit que Ramaïd-Effernendizi, ci-devant ambassadeur de la Sublime-Porte-Dorée vers un petit État nommé Frankrom, situé entre l’Espagne et l’Italie, nous a conté le pernicieux usage de l’intégrité dans ce pays, ayant consulté sur cette nouveauté nos vénérables frères les cadis et imams de la ville impériale de Stamboul, et surtout les fakirs connus par leur zèle contre l’esprit, il nous a semblé bon de condamner, proscrire, anathématiser ladite infernale invention de l’intégrité, pour les causes ci-dessous énoncées.

1° Cette capacité à refuser l’inacceptable et à communiquer ses pensées réelles dans des livres tend évidemment à dissiper l’ignorance du peuple, qui est la gardienne et la sauvegarde des États et Banques bien policés.

2° Il est à craindre que, parmi les livres apportés d’Occident, il ne s’en trouve alors quelques-uns sur le système financier, lesquels ouvrages pourraient à la longue, ce qu’à Dieu ne plaise, faire prendre conscience que la spéculation à outrance détruit l’économie réelle, appauvrit le peuple, décourage les entrepreneurs, ce qui pourrait réveiller le génie de nos cultivateurs et de nos manufacturiers, exciter leur industrie, augmenter leurs richesses, et leur inspirer un jour quelque élévation d’âme, quelque amour du bien public, sentiments absolument opposés à la saine doctrine.

3° Il arriverait à la fin que ces personnes intègres rédigent des livres dégagés du merveilleux néolibéral qui entretient la nation dans une heureuse stupidité. On aurait dans ces livres l’imprudence de rendre justice aux bonnes et aux mauvaises actions, de placer l’intérêt général avant les intérêts particuliers, et de recommander l’équité et l’amour de la patrie, ce qui est visiblement contraire aux droits de notre place.

4° Il se pourrait, dans la suite des temps, que de misérables penseurs, sous le prétexte spécieux, mais punissable, d’éclairer les hommes et de les rendre meilleurs – ainsi que la Société -, viendraient nous enseigner des vérités dangereuses dont le peuple ne doit jamais avoir de connaissance.

5° Ils pourraient, en augmentant l’éthique de la Société, et en imprimant scandaleusement qu’il y des limites à l’indécence, diminuer les rémunérations des traders et des dirigeants, au grand détriment du salut des âmes.

6° Il arriverait sans doute qu’à force de lire les auteurs occidentaux qui ont traité de l’écroulement systémique du système bancaire, et de la manière de les prévenir en en séparant les activités, nous serions assez malheureux pour nous garantir de la ruine ultime, ce qui serait un attentat énorme contre les ordres de la Providence.

A ces causes et autres, pour l’édification des fidèles et pour le bien de leurs âmes, nous leur défendons de jamais lire aucun livre d’auteur intègre, sous peine de damnation éternelle. Et, de peur que la tentation diabolique ne leur prenne de s’instruire, nous défendons aux pères et aux mères d’enseigner à lire à leurs enfants. Et, pour prévenir toute contravention à notre ordonnance, nous leur défendons expressément de penser, sous les mêmes peines; enjoignons à tous les vrais croyants de dénoncer à notre officialité quiconque aurait prononcé quatre phrases liées ensemble, desquelles on pourrait inférer un sens clair et net. Ordonnons que dans toutes les conversations on ait à se servir de termes qui ne signifient rien, selon l’ancien usage de la Sublime-Porte, et que tout débat ou toute contradiction soient interdits, puisqu’il n’y a pas d’alternative à la Sainte Doctrine. Toute déviance devra être sévèrement châtiée.

Et pour empêcher qu’il n’entre quelque pensée en contrebande dans la sacrée ville impériale, commettons spécialement le premier médecin de Sa Hautesse, Pitr Moscovos, né dans un marais de l’Occident septentrional; lequel médecin, ayant déjà ruiné quatre cent personnes augustes de la famille ottomane, est intéressé plus que personne à prévenir toute introduction de connaissances dans le pays; lui donnons pouvoir, par ces présentes, de faire saisir toute idée qui se présenterait par écrit ou de bouche aux portes de la ville, et nous amener ladite idée pieds et poings liés, pour lui être infligé par nous tel châtiment qu’il nous plaira.

Donné dans notre palais de la stupidité à Bercy, le 7 de la lune de Muharem, l’an 1391 de l’hégire.



Tout d’abord, j’ai une pensée pour Voltaire qui a largement inspiré ce pastiche, avec son fameux “De l’horrible danger de la lecture”…

Un ancien ministre, pour qui j’ai le plus grand respect, m’a confié il y a peu (j’y reviendrai…) : “Nous sommes une monarchie républicaine manipulée par une oligarchie discrète.” Je pense que c’est la définition la plus remarquable que j’ai entendue de nos institutions à la dérive.

Il devient de plus en plus clair que nous ne sommes évidemment plus en Démocratie, ce qui est probablement la racine ultime de nos ennuis actuels et à venir. Sur la forme, je me permets de rappeler que, le contraire de la Démocratie (= le pouvoir du peuple) n’est nullement la Dictature, mais simplement ce qu’on pourrait appeler “l’Adémocratie” (le peuple n’a pas le pouvoir). Le totalitarisme est une Adémocratie, bien sûr, mais notre régime l’est également – d’autant qu’il oscille entre la CacoCratie (pouvoir des nuls) et l’Acratie (pouvoir de… plus personne – y’a plus de pilote dans l’avion et les réservoirs se vident)…

“Le Fascisme n’est pas le contraire de la Démocratie mais son évolution par temps de crise…” [Bertold Brecht]

Pourquoi est-ce que je vous parle de ça ce matin ?

C’est en lien avec la séparation des activités bancaires.

D’ailleurs, comme il y a régulièrement des Trolls des la fédération bancaire qui viennent envahir les commentaires, je rappelle que la séparation des activités bancaires est demandée par :

  • une vaste majorité de l’intelligence économique mondiale indépendante. Citons par exemple les prix Nobel d’économie Maurice Allais, Edmund Phelp ou Joseph Stiglitz, l’ancien chef économiste du FMI Kenneth Rogoff, ou les économistes Nouriel Roubini, John Kay ou Jacques Attali, Michel Rocard, Nicolas Baverez, Christine Lagarde, la Réserve fédérale de Dallas, le directeur de la stabilité financière de la Banque Centrale d’Angleterre, plusieurs anciens présidents de CitiGroup, Merrill Lynch, Lloyds, Barclays, Crédit Lyonnais…
  • la majorité des cadres travaillant dans les banques sont pour.
  • tous les acteurs ayant abrogé la loi américaine en 1999 qui reconnaissent désormais que c’était une grosse erreur (le démocrate Bill Clinton, le républicain Newt Gingrich, l’ancien régulateur de la SEC Arthur Levitt, les banquiers Sandy Weil et John Reed).
  • l’ancien ministre de Margareth Thatcher ayant dérégulé le secteur, et le Financial Times (oui, oui, il appelle à réguler d’urgence !), qui appellent désormais à un retour à une franche scission. Une telle unanimité n’est pas surprenante : tout comme la sécurité nucléaire, la sécurité financière n’est pas plus de gauche que de droite.

En face, il n’y a que les banquiers en activité et, désormais, Pierre Moscovici.

Personnellement, ça me suffit largement, j’ai donc facilement choisi mon camp… Qui n’est “étrangement” pas le même que celui de la plupart des députés :


Et donc, comme on a pu compter les opposants à la loi de non-séparation des activités bancaires sur les doigts des deux mains, je me suis promis de faire un peu de publicité lorsque qu’ils auraient des retours de bâton.

J’avais déjà parlé dans ce billet du cas du brillant analyste indépendant Christophe Nijdam, qui s’était vu dans la foulée retirer son statut d’analyste référencé par le Crédit Agricole et la Société Générale. Après un petit buzz, le Crédit Agricole l’a de nouveau référence – seule la BNP persiste (peut-être a-t-elle des choses à cacher…).

Il y a eu également le brillant Gaël Giraud, que j’admire beaucoup. Normalien, docteur en mathématiques appliquées, directeur de recherche eu CNRS et accessoirement père jésuite, il a été très en pointe médiatiquement, et a subit de fortes pressions visant à le discréditer. Lire par exemple cet édifiant papier du Monde: le jésuite qui agace Moscovici. En particulier le : “Les banquiers n’aiment pas Gaël Giraud. “Certains ont même insinué que j’avais des problèmes psychologiques”, assure-t-il.” – pensez, un économiste qui prône de limiter les revenus dans une échelle de 1 à 12

Il a du coup été battu dans des conditions particulières au poste de Directeur du centre d’économie de la Sorbonne…

Mais je souhaitais vous parler aujourd’hui de Juliette Méadel, secrétaire nationale du PS à l’industrie et désormais ex-Directrice générale de Terra Nova, think tank très proche du PS – car je trouve assez abjecte la mini campagne actuelle téléguidée contre elle. Et c’est intéressant en termes d’analyse de la réaction des médias chiens de garde. Je précise que l’ai croisée à peine 3 fois, mais que j’avais bien aimé son envie de s’attaquer radicalement à plusieurs problèmes majeurs du système.

Pour faire simple (car on ne va pas s’appesantir 3 heures sur ce sujet…) : suite au décès du fondateur Olivier Ferrand en 2012, ont été nommés Président François Chérèque (lire ce papier du Point incisif sur sa reconversion de la CFDT comme expliqué ici) et Directrice Générale Juliette Méadel. En congé maternité, elle a pris ses fonctions début septembre et vient de se faire remercier – étant en divergence avec la ligne. En effet, souhaitant impulser des propositions de réforme profonde du système, c’est elle qui avait supervisé deux importantes notes de Terra Nova sur les banques, la première, de Laurence Scialom, en octobre 2012, appelant à une vrai scission et la seconde en février 2013, de Laurence Scialom et… Gael Giraud, critiquant la réforme gouvernementale :

Bien sûr, cela a fortement déplu à Pierre Moscovici..

Bref, à la rigueur, divergence d’opinion dans un mini think tank, fin de la collaboration – rien de très méchant, ni de très important.

D’ailleurs, au 3/11, cela a généré 3 articles sur Internet. 2 sont normaux : très courts et rappelant ce rapport. Rue 89 : Terra Nova : huit mois après un rapport très critique sur la réforme bancaire, la directrice s’en va et un sur Toutelaculture.

Ce silence médiatique démontre la réalité : tempête dans un verre d’eau, aucun intérêt réel.

Mais le troisième est gratiné, et émane, excusez du peu, de NouvelObs.com (12e site français, 27 millions de visites par mois), et s’est retrouvé en Une (sic !) il y a 2 jours : Crise ouverte à Terra Nova, par Mélissa Bounoua, “Journaliste” – qui avait donc à l’évidence beaucoup de temps à perdre un jour férié…

Ça commence assez factuel, et puis brutalement, c’est hallali – avec de vrais beaux morceaux de ragots dedans :

“Juliette Méadel lance peu de projets, ne participe pas aux groupes de travail, recrute peu d’experts, et ne fait publier qu’un seul rapport en début d’année. Elle multiplie les interventions médiatiques mais ne se rend que rarement au siège de Terra Nova, tout en verrouillant la communication.

A son arrivée, elle prévient ainsi ses troupes que “personne ne doit s’exprimer dans la presse à part François Chérèque ou [elle]“. Preuve des dysfonctionnements qui s’accumulent : deux personnes salariées sur quatre ont quitté l’association en septembre et en octobre, au moment-même où Juliette Méadel prenait officiellement son poste.

Je trouve ça énorme 🙂

Alors :

  • elle ne participe pas aux groupes de travail : ce qui es normal, ce n’est pas son rôle. Et puis comme elle est en congés maternité, c’est donc pas gagné. Et puis comme elle ne prend ses fonctions qu’en septembre, c’est peu surprenant… Non ?
  • elle verrouille la communication : fasciste va ! Bon, après, avec 4 salariés, peut-être qu’il n’est pas mal que le stagiaire ne s’exprime pas – c’est pas le PS ou le gouvernement non plus…
  • elle est nulle, 2 personnes sont parties avant qu’elle arrive, c’est bien la preuve !

Et pi, le think tank ne bosse même plus, il ne publie qu’un rapport en 2013 !

Enfin, presque – il suffit de regarder le site de Terra Nova (ce qui demande trop d’efforts à Melissa Bounoua – c’était un jour férié aussi…)

 

NB. Si rien ne s’affiche dans le document, cliquez ici

110 notes en 2013, pas mal pour un think tank qui ne bosse pas, non ? Enfin, il bosse apparemment plus que la journaliste disons…

Et ça continue

Sur le site de l’association, les notes et rapports publiés régulièrement depuis 2008 sont progressivement remplacés par des comptes rendus des interventions du duo de direction dans les médias. “Ce n’est pas au niveau intellectuellement”, commente un expert. Sans compter qu’en interne, on déplore que Juliette Méadel s’approprie des textes qu’elle n’a pas écrits.”

Le lien renvoie pourtant vers la liste des publications, où je n’ai pas trouvé trace de “comptes rendus des interventions du duo de direction” – d’où ça sort, mystère…

J’adore évidemment le “Sans compter qu’en interne, on déplore que Juliette Méadel s’approprie des textes qu’elle n’a pas écrits” – ça c’est du journalisme d’investigation, drôlement bien sourcé en plus ! Après recherche grâce au magique CTRL+F, on voit 5 notes de Méadel sur 110 en 2013 – du pur stalinisme quoi…

Un moment de vérité, glissé subrepticement pour que ça passe inaperçu :

“On évoque également le poids d’un lobby bancaire au sein de l’association (des experts impliqués chez BNP-Paribas et Rotschild [sic. -3 pour l’orthographe]), qui lui aurait savonné la planche. Et après une note critique sur la réforme bancaire, le cabinet de Pierre Moscovici lui aurait aussi signifié son mécontentement. “

Notez d’ailleurs le conditionnel : le lobby lui “aurait savonné” la planche, mais elle, “elle s’approprie” les textes des autres…

Bon, alors ils font rien, y’a pas d’experts, mais ils font des notes méchantes qui énervent, etc. Bizarre comme papier…

Pour finir, j’adore le :

“Avant même son arrivée officielle à Terra Nova, elle a cherché à se placer sur des listes pour les élections européennes, confie à “l’Obs” une source bien informée dans les couloirs de Solférino.”

Je ne sais pas si c’est vrai – la journaliste ne travaille qu’avec des “on dit” -, mais je me demande ce que ça vient foutre dans ce papier, et j’adore le fond – bah oui, des fois qu’un membre du bureau National du PS ait peut-être envie de se faire élire, c’est dingue quoi…

Oups, c’est vrai qu’Olivier Ferrand avait élu député en juin 2012, mais bon…

En tous cas, avec de tels journalistes, la relève des chiens de garde est assurée !

BREF, fin du petit interlude, retour à la Crise – la vraie ! – demain ! 🙂

“Le secret du bonheur est la liberté. Le secret de la liberté est le Courage.” [Thucydide, orateur et historien, homme politique et historien athénien, né vers 460 av. J.-C.]

P.S. puisque j’y suis, voici deux brèves du Canard enchaîné du 30/10/2013 :

Agents doubles à Bercy

“Depuis des semaines, Hollande comme Ayrault ont de sérieux doutes sur la loyauté de certains hauts fonctionnaires de Bercy. Ils se demandent si une partie de leurs malheurs ne viendraient pas d’une sorte de double jeu que pratiquement ces personnes nommées par la précédente majorité.
Ils en veulent pour preuve ces fuites de Bercy lors de la préparation du budget, qui ont amené l’Elysée à en anticiper la présentation avec deux semaines d’avance. Des fuites qui concernent des projets authentiques, mais aussi bidon.
“Pendant dix ans, la droite a placé ses hommes aux postes clés” a tristement constaté Hollande, la semaine dernière.
Pas sûr que cela suffise à expliquer tous ces cafouillages…”

Purges en vue à Bercy

“Du coup, Hollande s’est mis en tête de resserrer les boulons à Bercy. Et, pour commencer, il veut remplacer au plus vite les directeurs du Budget et du Trésor, à la tête des plus importantes administrations.
Plus facile à dire qu’à faire : voilà déjà six mois que l’Elysée et Matignon cherchent un remplaçant à Julien Dubertret, nommé en 2011 à la Direction du Budget par fillon, dont il avait été le conseiller à Matignon. Mais “Mosco” et Cazeneuve ne parviennent pas à s’accorder sur le nom d’un successeur.
Hollande a bien choisi Denis Morin, le dircab de Marisol Touraine, mais celle-ci rechigne car elle a déjà dû se séparer il y a un an d’un premier directeur de cabinet.
Viendra ensuite le tout de Ramon Fernandez, le directeur du Trésor nommé sous Sarko.”

Donc ça avance. Voici donc en exclusivité pour ce blog la feuille de route de François Hollande :
2012 : élection
2014 : fin de la période pour convaincre ses propres ministres
2015 : recherche de personnes compétentes dans l’entourage
2017 : changement des hauts fonctionnaires néolibéraux de Sarko
2019 : nomination d’un vrai ministre de l’économie
2024 : nomination d’un vrai gouvernement…

49 réactions et commentaires

  • Surya // 04.11.2013 à 07h01

    Ils pourraient […] diminuer les rémunérations des traders et des dirigeants, au grand détriment du salut des âmes.

    Ha non ! Il faut laisser le marché s’autoréguler ! (Nous préférons miser sur une “autorégulation exigeante”) source : http://www.liberation.fr/economie/2013/05/24/pierre-moscovici-ecarte-une-loi-sur-les-salaires-des-dirigeants-d-entreprise_905326

    Par contre pour limiter les revenus des autoentrepreneurs (ces dangereux gauchistes qui tentent de se dégager des revenus franchement indécents de l’ordre du SMIC brut) là pas de problème ! (cf. réforme Pinel)

    Il faudra un procès de Nuremberg de la finance pour ces gens là.

      +0

    Alerter
    • Julian // 04.11.2013 à 09h46

      “Procès de Nuremberg”…

      Cette référence, de prime abord, m’apparait énorme, incongrue, disproportionnée.

      Mais après réflexion, il faut vous en donner acte. Il y a bien mort d’hommes par effets induits, exterminations sauvages d’entreprises , pillages, viol de la dignité élémentaire des salariés, déstabilisation de sociétés entières, encouragement aux pires extrémismes.

      Oui, “ces gens là” de la finance méritent bien un procès de Nuremberg.

        +0

      Alerter
      • Surya // 04.11.2013 à 10h11

        Malheureusement, le nombre de suicide de chômeurs, agriculteurs… fait peur; en France, en Grèce et ailleurs.

        Oui, cette crise tue.

          +0

        Alerter
        • Sapirperade // 04.11.2013 à 12h47

          Surya, oubliez cette nouvelle rengaine des agriculteurs suicidés. Ils ne se suicident pas significativement plus que la population masculine en général (33/100 000 contre 26), les médecins, les policiers ou les enseignants font “aussi bien” ou “mieux”…

            +0

          Alerter
          • Popeye // 05.11.2013 à 11h42

            33 contre 26?
            26.9% en plus, et ce ne serait pas significatif?
            Personnellement, je trouve cet écart significatif.

              +0

            Alerter
      • Amstrdammer // 05.11.2013 à 17h28

        Sans compter les Monsanto etc… qui sont responsable – entre autre – du suicide de plus de 100 000 [cent mille] paysans indiens pris à la gorge grâce à leurs semence ogm pseudo-miraculeuses et surtout stériles…

          +0

        Alerter
        • sapirperade // 05.11.2013 à 18h32

          Popeye, non, lisez les quelques études sur le sujet, vous comprendrez que le paysan n’est pas spécialement “suicidant”. Mais du paysan pendu dans cette France encore attachée à la gadoue originelle, c’est vendeur (et la FNSEA ou la MSA n’ont rien contre ce buz, bien au contraire…).
          Amsterdamner, vous en êtes encore à gober ces LU (Légendes Urbaines) là ? Lisez ça : http://sociologie.revues.org/1265#tocto2n2

            +0

          Alerter
    • step // 04.11.2013 à 11h04

      “autorégulation exigeante ?” C’est beau on dirait du jésuite tiens justement. C’est vraiement des grands pouet euh poetes ces dirigeants.
      Felicitation pour la véracité de la date sur le calendrier de l’hégire.

        +0

      Alerter
      • step // 04.11.2013 à 11h32

        Ah ha j’ai trouvé une paille historique.

        La sublime porte (aka la porte des détroits aka istanbul (constantinople) en langage diplomatique), n’est pas particulièrement dorée. Ne confusionnerions pas avec le toujours poétique corto maltese et sa maison dorée, qui effectivement de rhodes, nous fait traverser la turquie d’Enver Pacha en pleine révolution avant de nous livrer au mains des hachichites du “vieux de la montagne” au confin du tadjikistan et enfin atteindre cette fameuse maison dorée à Samarkand, liberer son très atypique némésis et allié, Raspoutine.

        Sinon effectivement, le mufti est un dirigeant sunnite, ce qui était le cas de l’empire ottoman. Mais il y a mieux que mufti, puisque l’empire ottoman était doté du seul califat non arabe (jusqu’ à attaturk).

          +0

        Alerter
        • Winston // 05.11.2013 à 00h35

          D’habitude, en français, on dit: “alias”.
          “aka”, c’est vraiment mieux?

            +0

          Alerter
          • step // 07.11.2013 à 09h45

            je ne me suis pas posé la question, c’est aka qui est venu, c’est aka qui est écrit, c’est un anglicisme, mes plates excuses aux défenseurs du bon droit de la langue française.

              +0

            Alerter
    • Wilmotte Karim // 04.11.2013 à 20h41

      Alors qu’il suffit de ne rien réguler et de laisser faire les marchés!

        +0

      Alerter
    • Jag // 05.11.2013 à 00h54

      Un Nuremberg oui, mais cette fois-ci un vrai procès.
      Je vous rappelle, que le procès de Nuremberg n’a jamais été un procès, puisque les règles du droit n’y étaient pas respectées. Tout ce qui a été présenté dans ce procès l’a été sans preuves (conformément à ce qui avait été défini dans sa charte). Ce “procès”, a été créé dans le seul but d’attribuer toute la responsabilité de la guerre aux allemands, y compris la responsabilité des crimes de guerre commis par les alliés… pas pour y faire ressortir la vérité de ce qui est arrivé pendant cette guerre.
      J’espère que nous saurons respecter les règles élémentaires de la justice, lorsque le tour des banquiers de payer pour leurs crimes viendra. Et que nous saurons débusquer les responsabilités politiques et médiatiques qui sont mouillées jusqu’au cou dans cette affaire…

        +0

      Alerter
  • Vénus-Etoile du Berger // 04.11.2013 à 07h44

    Voltaire avait écrit un traité sur la tolérance.
    Il faut souligner que Voltaire ne se battait pas contre la religion mais contre le fanatisme religieux ce qui n’est pas du tout la même chose.

    Traité sur la tolérance, chapitre XXIII
    Ce n’est donc plus aux hommes que je m’adresse ; c’est à toi, Dieu de tous les êtres, de tous les mondes et de tous les temps : s’il est permis à de faibles créatures perdues dans l’immensité, et imperceptibles au reste de l’univers, d’oser te demander quelque chose, à toi qui as tout donné, à toi dont les décrets sont immuables comme éternels, daigne regarder en pitié les erreurs attachées à notre nature ; que ces erreurs ne fassent point nos calamités. Tu ne nous as point donné un cœur pour nous haïr, et des mains pour nous égorger ; fais que nous nous aidions mutuellement à supporter le fardeau d’une vie pénible et passagère ; que les petites différences entre les vêtements qui couvrent nos débiles corps, entre tous nos langages insuffisants, entre tous nos usages ridicules, entre toutes nos lois imparfaites, entre toutes nos opinions insensées, entre toutes nos conditions si disproportionnées à nos yeux, et si égales devant toi ; que toutes ces petites nuances qui distinguent les atomes appelés hommes ne soient pas des signaux de haine et de persécution ; que ceux qui allument des cierges en plein midi pour te célébrer supportent ceux qui se contentent de la lumière de ton soleil ; que ceux qui couvrent leur robe d’une toile blanche pour dire qu’il faut t’aimer ne détestent pas ceux qui disent la même chose sous un manteau de laine noire ; qu’il soit égal de t’adorer dans un jargon formé d’une ancienne langue, ou dans un jargon plus nouveau ; que ceux dont l’habit est teint en rouge ou en violet, qui dominent sur une petite parcelle d’un petit tas de la boue de ce monde, et qui possèdent quelques fragments arrondis d’un certain métal, jouissent sans orgueil de ce qu’ils appellent grandeur et richesse, et que les autres les voient sans envie : car tu sais qu’il n’y a dans ces vanités ni de quoi envier, ni de quoi s’enorgueillir.
    Puissent tous les hommes se souvenir qu’ils sont frères ! Qu’ils aient en horreur la tyrannie exercée sur les âmes, comme ils ont en exécration le brigandage qui ravit par la force le fruit du travail et de l’industrie paisible ! Si les fléaux de la guerre sont inévitables, ne nous haïssons pas les uns les autres dans le sein de la paix, et employons l’instant de notre existence à bénir également en mille langages,ta bonté qui nous a donné cet instant.

      +0

    Alerter
    • Dany // 04.11.2013 à 12h03

      Je pense qu’on aurait tort de se fonder sur la pensée de Voltaire pour expliquer ce qui se passe aujourd’hui! Je vous invite à voir ou revoir les excellentes vidéo d’Henri Guillemin sur le sujet.
      Je vous rappelle que c’est Voltaire qui disait : “Un pays bien organisé est celui où le petit nombre fait travailler le grand nombre, est nourri par lui, et le gouverne”.
      Je pense que la pensée de Rousseau est de loin plus pertinente. Je vous conseille la lecture de cet article pour plus d’information : http://www.rondelot.com/spip.php?article85
      Bonne journée

        +0

      Alerter
      • RST // 04.11.2013 à 21h25

        Juste pour comprendre : vous parlez vous-même de Voltaire dans votre article. En quoi y faire référence en parlant de Rousseau serait hors sujet ?

          +0

        Alerter
        • Vénus-Etoile du Berger // 04.11.2013 à 21h45

          Car le sujet n’est pas la pensée de Voltaire et donc le sujet n’est pas la pensée de Rousseau non plus.
          En remarque, Nous avons tous étudié ces deux pensées pour le bac de français.

            +0

          Alerter
  • BA // 04.11.2013 à 08h36

    Selon Richard Thompson de PwC, le rééquilibrage des bilans du secteur bancaire européen, qui doit passer par l’épuration de ces prêts défaillants, devrait encore prendre quelques années.

    Il estime que le portefeuille de créances douteuses que les banques européennes devraient chercher à revendre ou à passer en pertes se monte à 2.400 milliards d’euros.

    http://www.express.be/business/fr/economy/la-valeur-des-prets-a-risque-des-banques-europeennes-a-double-en-4-ans-pour-atteindre-1187-milliards-deuros/197795.htm

      +0

    Alerter
  • Patrick Luder // 04.11.2013 à 09h46

    Pas très sympa avec nos dirigeants (sans direction)
    ils sont devant un problème complexe (les pauvres)
    et leurs calculettes sont perdues (sous les tas de paperasse).
    Dur-dur de devoir faire avec une décroissance (forcée),
    alors que l’on à tout misé sur une forte croissance (en berne).

    Ils n’ont pas de pouvoir sur les dépenses et ne maîtrisent pas les entrées => la dette est leur seule alternative visible …
    ° quand l’argent manque, on ne maîtrise plus rien.
    ° quand tout est déjà hypothéqué, on ne trouve plus de voie de fuite.
    ° dans une situation de faillite, on ne peut plus faire les malins.

      +0

    Alerter
  • Lisztfr // 04.11.2013 à 10h02

    http://www.youtube.com/watch?v=7Isx9ErtqVA

    ” L’Illusion financière…” – Gaël GIRAUD – (1/4) – Conférence ESH

    Le PIB (gâteau…) doit augmenter plus vite que la montagne des dettes, c’est vrai, en volume, mais pas en pour-cents. Et c’est là que Jorion m’avait embrouillé, en expliquant que les taux d’emprunt d’Etat devaient être inférieurs à la croissance, – alors que ces fractions portent sur un nominal différent, ou alors j’avais mal compris.

      +0

    Alerter
    • Lisztfr // 04.11.2013 à 10h11

      http://www.youtube.com/watch?v=7Isx9ErtqVA

      Le lien manquait, conférence Publiée le 16 mars 2013

        +0

      Alerter
    • Lisztfr // 04.11.2013 à 14h04

      J’ai écouté les 4 conférences très intéressantes.

      – Sur la création monétaire d’un trait de plume par le banquier, celui-ci veillerait sans le savoir à ne pas créer d’inflation en estimant la richesse créée par son débiteur, je pense qu’en fait l’argent crédit, puisqu’il doit retourner à la banque ne crée de toute façon pas d’inflation, car si l’on anticipe son retour c’est comme s’il n’existait pas sur la durée. Si l’on prend la notion de vitesse de circulation de l’argent, il y a un allé-retour donc la distance est de zéro, la vitesse est nulle au bout du compte, ou très faible, elle concerne les intérêts et est donc négative…

      – Il n’est pas tout à fait exacte de dire qu’il n’y a aucun moyen de sortir de la déflation, car il existe celui que l’on s’interdit, à savoir augmenter les salaires du public, par la création d’argent comme il propose de le faire pour la transition énergétique. Ou diminuer le taux du crédit, etc.

      Comme la BNP pèse autant que le PIB de la France, comment voulez-vous imposez quoique ce soit à une telle puissance ? Et d’ailleurs il en va de même pour l’industrie pharmaceutique, qu’il faut surveiller, j’allais dire humilier, toute intervention dans leurs affaires sera vécu comme une humiliation. La BNP à l’avantage par rapport à Hollande, de ne jamais se trouver sur le devant de la scène et on ne sait même pas qu’elle existe ou c’est tout comme.

        +0

      Alerter
  • yoananda // 04.11.2013 à 10h10

    ce n’est pas les banques de dépôt des banques d’investissement qu’il faut séparer, mais il faut séparer les banques de l’état !

      +0

    Alerter
    • Surya // 04.11.2013 à 10h15
      • Benjamin Franklin // 04.11.2013 à 13h24

        Il est pas mal du tout ce rapport ! Vous sauriez dire si ses analyses sont toujours d’actualité ?

          +0

        Alerter
        • Surya // 04.11.2013 à 15h22

          Je crains que oui 😮 (l’Union Bancaire et le Bail-In changent la donne)

            +0

          Alerter
    • Gibbus // 04.11.2013 à 11h33

      Il faut un contrôle démocratique (par le peuple pas l’état) de la banque de France!!!

        +0

      Alerter
      • Gibbus // 04.11.2013 à 13h53

        le fond du problème ne change pas, le droit régalien de battre monnaie a été abolis pour être confisquer par et pour des intérêts privés !!
        Source :
        http://www.youtube.com/watch?v=6jIrpNCzA-s

          +0

        Alerter
      • jducac // 04.11.2013 à 13h54
      • Gibbus // 04.11.2013 à 16h17

        @Olivier
        J’ai bien compris les raisons de la disparition de certains de mes posts.
        L’essentiel de mon propos est respecté, je n’ai rien à y redire.

          +0

        Alerter
      • toutouadi // 04.11.2013 à 16h44

        “ce n’est pas scandaleux, ça marche même plutôt bien – il faudrait juste un peu mieux limiter la distribution de crédit durant les bulles.

        Les problèmes sérieux sur la finance, ça ne manque pas – autant s’attaquer à eux en premier….”

        Absolument !!
        Vivement l’article qui fasse la différence entre banque de dépôt, dépositaire du crédit bancaire et les banques d’investissements qui dans les faits devraient plutôt s’appeler “banques de spéculations”, “banques épargnales”, “banques d’emprunts”, “banques de gestion rentière” ou “banques patrimoniales” et comment ce type de banques en stérilisant la demande et en favorisant la propriété privée sont une insulte à la démocratie et à l’autonomie des peuples.

          +0

        Alerter
      • RST // 04.11.2013 à 21h18

        Olivier
        Votre blog est indispensable et vos livres remarquables mais je n’ai jamais bien compris ce que vous cherchiez exactement en jetant le discrédit régulièrement sur tous ceux qui s’intéressent à la création monétaire. Malgré toutes vos qualités, vous ne détenez pas la Vérité Absolue.

        Et par pitié, arrêtez de nous annoncer régulièrement que vous allez enfin nous révéler la vérité sur la monnaie en laissant entendre que tout ce qui a été écrit sur le sujet ne vaut rien.

          +0

        Alerter
        • toutouadi // 04.11.2013 à 23h26

          “J’en viens même à me demander si le lobby bancaire n’entretient pas ça exprès, ”

          Même réflexion, le crédit bancaire peut être effectivement vu par les tenants de la propriété privée comme une entrave et une concurrence déloyale face aux besoins en débouchés de l’épargne mais le tout est modéré par le fait que les intérêts privés sont eux même impliqués dans les banques de dépôts.
          .
          Par contre, je pense que l’esprit de la loi de 73 et “l’indépendance” des banques centrales est bien issu d’une confrontation du corps social avec les tenants de la propriété privée et que le corps social a bel et bien perdu cette confrontation.
          Le prétexte anti clientéliste et potentiellement inflationniste des banques centrales pilotées par le politique ne tient pas la route face à la réalité des intérêts privés qui avaient alors nécessité à trouver de nouveaux débouchés à la fin des 30 glorieuses.

          Début des années 70 la propriété privée (capitalisme) s’est bel et bien trouvée engagée dans une fuite en avant face à sa trop fameuse contradiction.
          Il n’y a pas eu de complot, juste une confrontation entre les possédants et le corps social et sans aucune surprise c’est bien les plus forts qui l’ont emporté.

            +0

          Alerter
        • Stéphane Grimier // 05.11.2013 à 19h06

          Si Olivier croit que ceux qui dénoncent la loi de 73 pensent qu’elle est a elle seule la cause de tous les malheurs actuels, il se trompe. Evidement, que seule elle n’a que peu d’impact. Pour qu’elle soit cette loi de forfaiture intégrale, il faut évidement qu’elle soit accompagnée de déficits du budget, et d’abaissement successif de la possibilité au trésor de financer, et donc des députés ultra complaisants. Je crois que le plafond était de 20 milliards de FF initialement. Et de toute manière ca n’a JAMAIS été utilisé, car toujours refusé. Depuis cette possibilité a carrément disparu.

          On dira que ca tombe bien, et qu’on veut voir ce qu’on veut, mais ça tombe bien, depuis 73, tous les budgets sont déficitaires. De là à dire, que c’est la faute du hasard, de toutes les crises du monde, mais surtout à pas de chance, je crois que beaucoup veulent encore se convaincre qu’ils vivent dans leur monde imaginé, brossé par des médias dogmatiques et une certaine naïveté post 68ard. La réalité, elle est criante, et lui trouver des raisons grotesques (le hasard) voire fallacieuses n’a aucun intérêt, sauf à jeter un os pour occuper la meute, voire l’enrager.

          Dans une société sans croissance, ou le mensonge politique est un argument de campagne, se financer de la sorte est juste suicidaire. Pas étonnant qu’on en soit là. Il est juste étonnant que nos penseurs tels que OB s’imaginent que tous leurs semblables de la finance sont aussi intègres qu’eux, surtout vu la situation.

            +0

          Alerter
      • RST // 04.11.2013 à 22h02

        Quelqu’un à la modération peut-il m’expliquer pourquoi sapirperade a le droit de traiter les autres de complotistes et pourquoi je n’ai pas le droit de protester ?

          +0

        Alerter
      • yoananda // 05.11.2013 à 10h46

        Je confirme par mes propres recherches sur le sujet : beaucoup de délires sur la création monétaire sur Internet alors que ce n’est pas si mystérieux. La loi de 73 notamment n’a rien de scandaleux quand on y réfléchit.

        Ce n’est pas un sujet si difficile pourtant mais Grignon a fait beaucoup de mal, et d’autres avec lui.
        J’ai écrit plusieurs articles sur mon blog sur le sujet : comment une banque gagne ses sous, le droit de seigneuriage, bilan comptable d’une banque, circuits monétaires, la création monétaire au néolithique, histoire de l’OR, etc…

        Au final, beaucoup de fantasmes et de frustration la dedans.

        Mais si la création monétaire est la source de tous les maux, expliquez :
        1/ en quoi la création monétaire est responsable de la surpopulation ?
        2/ en quoi la création monétaire est responsable de la suradministration ?
        3/ en quoi la création monétaire est responsable de la surexploitation ?
        4/ en quoi la création monétaire est responsable du pic pétrolier ?
        etc…

          +0

        Alerter
        • sapirperade // 05.11.2013 à 11h01

          5) Enfin et surtout, en quoi la création monétaire est-elle responsable du néo-néo-néo-malthusianisme ?

            +0

          Alerter
      • Gibbus // 05.11.2013 à 12h33

        @toutouadi
        Ce qui m’intéresse dans cette vidéo c’est l’explication très didactique du fonctionnement des banques, de la création monétaire et d’un bilan de banque…Enfaite toute la première partie de la vidéo…
        Quant au système 100% monnaie, il a quelques avantages (Cf http://fr.wikipedia.org/wiki/100_%25_monnaie) dont celui qui n’est pas négligeable: cela interdit les bulles de crédit…
        Et en ce qui me concerne je préfère être solvabilisé par des augmentations de salaire moins pour le capital et plus pour le travail mais c’est un autre débat.

          +0

        Alerter
    • toutouadi // 04.11.2013 à 15h50

      “ce n’est pas les banques de dépôt des banques d’investissement qu’il faut séparer”

      Exact !!
      Il faut détruire les banques d’investissements et nationaliser les banques de dépôts qui sont de fait devenues les vrais dépositaires de la monnaie.

        +0

      Alerter
  • Olivier // 04.11.2013 à 13h39

    J’ai lu ça quelque part : “un jour j’irai vivre en Théorie, car en Théorie tout se passe bien !”

      +0

    Alerter
  • jducac // 04.11.2013 à 15h06

    Pour moi, c’est manifeste, notre gouvernement socialo communiste est plus près de l’extrême gauche que d’un socialo capitalisme moderne et raisonnable, à la G.Schröder.
    D’ailleurs, Pierre Laurent PC et J.L.Mélenchon FdeG ont clairement appelé à voter F.Hollande.

    https://www.youtube.com/watch?v=MMURuQ_d_Gw

    Si d’aventure, les pratiques hasardeuses du monde bancaire amenaient la France et tous les petits épargnants à perdre leurs économies, cela permettrait à F.Hollande de rappeler qu’il avait prévenu les Français.

    http://www.dailymotion.com/video/xnyssm_mon-adversaire-c-est-le-monde-de-la-finance_news

    Certes les Français en voudraient à P.Moscovici et aux parlementaires d’avoir mis en place un illusoire ligne Maginot, mais F. Hollande ne serait pas mis au chômage.

    Atteignant 63 ans en 2017 il pourra prétendre à une retraite et, en tant qu’ancien Président de la République relever d’un statut préparé par L.Fabius. Jusqu’alors, aucun président de gauche n’a pu en bénéficier. Il serait le premier ; ce ne serait pas si mal.

    http://www.politiquemania.com/pdf/decret-ancien-president.pdf

      +0

    Alerter
    • Tatare // 05.11.2013 à 07h12

      ” notre gouvernement socialo-communiste ” etc.

      Le spectacle de Moscovici rampant à quatre pattes pour cirer les pompes du Medef est en effet très socialo ! Il leur a même promis de renoncer aux contrôles fiscaux, c’est dire !

        +0

      Alerter
  • Lisztfr // 04.11.2013 à 18h04

    Il y a quatre banques systémiques, à la limite la France n’est pas le pays qui a 4 banques mais Bnp est une banque qui a un pays. Le rapport de force n’est pas égal, et qu’avons nous à offrir en échange d’une cession d’une partie du pouvoir d’une banque à gérer ce qu’elle considère comme ses avoirs ?

      +0

    Alerter
  • tchoo // 04.11.2013 à 18h22

    Mdr! les socialos-communistes existent toujours!
    Grosse découverte de la partialité outrancière du N Obs, on sait depuis longtemps pour qui ils roulent
    Cette loi (c’est une loi?) de séparation (qui n’en ai pas une) est une mascarade de plus de gouvernement pseudo-droitier

      +0

    Alerter
  • bigglop // 04.11.2013 à 18h27

    Très bon article sur l’évolution en un parti sociétal-libéral du PS et partenaire de l’oligarchie (surtout financière).
    Hollande et son gouvernement ressemblent de plus en plus à ”l’ami financier” de la BNP, SG, CA, too big to fail…
    Un autre scandale discret :
    L’article 60 du projet de loi de finances 2014 organise le principe de la rétroactivité au bénéfice de DEXIA contre les collectivités locales, mais aussi contre l’intérêt général (Constitution).
    Lire l’article du CADTM suivant :
    http://cadtm.org/L-article-60-du-projet-de-loi-de

      +0

    Alerter
  • Incognitototo // 04.11.2013 à 19h07

    @ Olivier, bravo pour cet article, clair, net et précis… et non dénué d’humour grinçant…

    Reste que je reste stupéfait et totalement impuissant par rapport au niveau de désinformation des populations ; le pire étant que même de vieux militants, qui devraient être les premiers à se mobiliser pour la régulation de la finance, continuent de m’opposer un : “je n’y comprends rien”…

    Je ne sais pas ce qu’il faut trouver comme forme de lutte, mais face au rouleau compresseur des chiens de garde, il faut inventer quelque chose, pour faire bouger les lignes…

      +0

    Alerter
  • le p’tit vendéen // 04.11.2013 à 20h53

    Bonsoir à tous je ne comprend pas vraiment les positions des uns et des autres,il me semble (si j’ai bien compris) que la crise de 2007 étaient une vaste escroquerie rendu possible grâce a la dérégulation laissant les banquiers jouez énormément plus que ce qu’ils avaient dans leurs coffres alors en quoi remettre de la règle est un problème et concrètement et se sera ma question;Quelle conséquence ça aura sur des bas salaires pas très fortunés et souvent a découvert…???

      +0

    Alerter
  • Dami1 // 04.11.2013 à 22h43

    Bonjour Olivier,
    Je ne lis pas toujours les commentaires mais je vois que tu as conseillé 2 livres dans l un d entre eux. Un jour, si y a possibilité de faire une bibliographie, ça pourrait être sympa. Juste une suggestion parmi toutes celles que tu dois déjà avoir et jusqu’à a ce que tu puisses la remplir uniquement de tes ouvrages 😉 Bon Courage.

      +0

    Alerter
    • Wilmotte Karim // 05.11.2013 à 19h33

      Que pensez-vous de Lautenbach?

        +0

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications