En introduction, cette interview de Chevènement du 5/9. Le ton du journaliste est, comment dire… très étonnant (recyclage en école de journalisme urgent – faut pas pleurer si la presse crève et le métier de journaliste s’épuise si on agit comme ça… Les gens ne sont pas si stupides qu’ils le pensent…) :

Relire le papier sur les Nouveaux Chiens de garde ici.

En réponse, une vidéo de l’ancien otage belge en Syrie qui vient d’être libéré , et ne partage pas du tout la vision du journaliste, étant convaincu de l’innocence d’Assad dans le gazage… (mais bon, il était en Syrie, donc il a évidemment des infos moins fiables qu’à St Germain des Prés) :

Ce qui n’a rien d’invraisemblable, voici une vidéo, qui a plusieurs mois, où des rebelles bombardent avec des armes chimiques :

Et la réaction de Carla del Ponte :

Bref… Voici enfin le billet du jour : une traduction pour ce blog du mémorandum qu’une douzaine d’anciens militaires et responsables du renseignement ont adressé à Obama. Malgré la “certitude élevée” dont fait preuve l’administration Obama au sujet de la responsabilité du gouvernement syrien dans les attaques chimiques du 21 août près de Damas, ils livrent des éléments qui les amènent à conclure à une toute autre histoire que l’histoire officielle.

Ils font partie du “Veteran Intelligence Professionals for Sanity” (qu’on pourrait traduire par “les Professionnels Vétérans du Renseignement pour le bon sens”). Ils avaient déjà communiqué via un memorandum adressé au président Bush après le discours de Colin Powell en 2003 devant les Nations-Unis pour que la voix des analystes du renseignement se fasse entendre au milieu des bruits des “tambours de la guerre” provoqué par des conseillers politiques. Ils craignaient que l’invasion de l’Irak ne conduise à un enlisement, ils se montraient sceptiques face au refus des USA de laisser les inspecteurs de l’ONU retourner en Irak, et s’inquiétaient des conséquences pour les soldats d’une invasion de l’Irak, tout en dénonçant la “fausse intelligence” utilisée par Colin Powell.

 

MEMORANDUM FOR: Le Président – Sept. 2013

FROM: Veteran Intelligence Professionals for Sanity (VIPS)

SUBJECT: La Syrie est-elle un piège ? (Is Syria a Trap?)

Priorité : IMMÉDIATE

Nous sommes au regret de vous informer que certains anciens collègues nous disent avec certitude que, contrairement aux déclarations de votre administration, les sources les plus fiables attestent que Bashar al-Assad n’est pas responsable de l’incident chimique du 21 août qui a tué et blessé des civils syriens, et les services secrets Britanniques le savent également. En écrivant ce bref rapport, nous préférons penser que vous n’avez pas été totalement informé car vos conseillers ont préféré vous ménager la possibilité future de nier – couramment désignée comme “le déni plausible”.

Nous avons déjà connu cette situation – avec le Président George W; Bush, à qui nous avions adressé notre premier memo VIPS juste après la déclaration de Colin Powell le 5 février 2003 dans son discours aux Nations Unies, dans lequel il avait colporté de faux renseignements pour justifier l’attaque contre l’Irak. Par la suite, aussi, nous avons préféré accorder au Président Bush le bénéfice du doute, pensant qu’il avait été trompé ou à tout le moins très mal conseillé.

La nature frauduleuse du discours de Powell était évidente. C’est pourquoi, l’après-midi même, nous avions fortement recommandé à votre prédécesseur “d’élargir la discussion au-delà […] du cercle des conseillers clairement partisans d’une guerre dont nous ne voyions pas de raisons valables, et dont les conséquences seraient, d’après nous, catastrophiques.” Nous donnons le même conseil aujourd’hui.

Nos sources confirment qu’un incident d’origine chimique a fait des victimes, morts et blessés, le 21 août, dans la banlieue de Damas. Nos sources insistent, cependant, sur le fait que cet incident n’était pas le résultat d’une attaque de la part de l’armée syrienne utilisant des armes chimiques de classe militaire provenant de son arsenal. C’est le fait le plus marquant, d’après un officier de la CIA qui travaille sur le dossier syrien. Elles nous expliquent que le directeur de la CIA John Brennan est en train de tromper les membres du Congrès, les médias, le public, et peut-être même vous, avec une supercherie du même type que celle qui a été utilisée avant la guerre en Irak.

Nous avons observé de près John Brennan pendant ces dernières années, et, malheureusement, nous n’avons aucun mal à croire ce que disent nos ex-collègues. Ce qui est encore plus malheureux, c’est que ce sentiment est encore plus prononcé chez ceux qui ont collaboré plus étroitement avec lui ; nous ne lui portons aucun crédit. Et c’est aussi le cas de son patron, James Clapper, directeur de la National Intelligence, qui a admis qu’il avait fait des déclarations sous serment “clairement erronées” au Congrès, niant que la NSA espionnait les Américains.

Synthèse des services secrets ou manoeuvre politique ?

Il nous paraît étrange que le Secrétaire d’état John Kerry ait – cette semaine dans un témoignage devant le Congrès – évoqué le nom de Clapper dans une tentative pour renforcer la crédibilité du document de 4 pages intitulé : “Évaluations du gouvernement”. D’autant plus que, pour une mystérieuse raison, c’est la Maison Blanche et non Clapper qui a publié cette “évaluation”.

La ficelle est grosse. Nous savons comment cela se passe. Bien que L'”Évaluation du gouvernement” soit vendue aux médias comme une “Synthèse des services de renseignement”, c’est un document politique, et non pas des services de renseignement. Non seulement, les rédacteurs ont évité de présenter les détails essentiels, mais ils ont même admis d’emblée que, bien qu’ils annoncent une fiabilité élevée, les faits ne sont pas encore confirmés.

Fraude déjà vue : cela rappelle le fameux compte rendu de Downing street du 23 juillet 2002 sur l’Irak. Le compte rendu de Richard Dearlove, alors patron des services de renseignements Britanniques, déclarant au premier ministre Tony Blair et à d’autres officiels de haut rang que le Président Bush avait décidé d’éliminer Saddam Hussein par une action militaire qui serait justifiée par la conjonction du terrorisme et des armes de destructions massives. Dearlove tenait ces propos du directeur de la CIA George Tenet qu’il avait rencontré au siège de la CIA le 20 juillet.

La discussion qui s’ensuivit se basa sur le caractère éphémère des preuves, forçant Dearlove à expliquer : “Les renseignements et les faits ont été corrigés en fonction des besoins politiques”. Nous craignons que c’est précisément ce qui se passe avec les renseignements sur la Syrie.

Les renseignements

Il y a un nombre croissant de preuves provenant de multiples sources au Moyen Orient, principalement affiliées à l’opposition Syrienne et à ses alliés, appuyant une forte présomption que l’incident chimique du 21 août était une provocation organisée par l’opposition Syrienne avec ses alliés Saoudiens et Turques. Le but allégué est d’avoir créé le type d’incident qui entraînerait les États-Unis dans la guerre.

Selon certains rapports, des bonbonnes contenant des agents chimiques ont été amenées dans la banlieue de Damas où elles ont été ouvertes. Des personnes dans la proximité immédiate ont été tuées, d’autres blessées.

Nous ne connaissons aucune preuve solide du fait qu’une roquette à charge chimique ait été tirée dans la zone. En fait, il n’existe à notre connaissance pas de preuve physique fiable permettant de penser qu’il s’agissait d’une frappe d’une unité Syrienne spécialisée dans les armes chimiques.

De plus, nous avons appris que, les 13 et 14 août 2013, les forces d’oppositions supportées par les occidentaux ont lancé les préparatifs d’une attaque surprise massive.

Les premières réunions entre les chefs militaires de l’opposition et les officiels du renseignement Qatari, Turcs et Américains ont eu lieu à la garnison turque de Antakya, dans la province de Hatay, qui sert maintenant de QG pour l’Armée libre de Syrie et ses appuis occidentaux.

Les chefs de l’opposition qui venaient d’Istanbul ont informé les chefs régionaux d’une escalade imminente dans les combats due à un tournant dans la guerre qui, à son tour, amènerait à un bombardement de la Syrie sous l’égide des États-Unis.

Lors des réunions de coordination à Antakya, avec les responsables du renseignement Turcs, Quatari et américains et les chefs de l’opposition Syrienne, on annonça aux Syriens que les bombardements allaient commencer dans quelques jours.

On demanda aux leaders de l’opposition de préparer leurs troupes à exploiter rapidement le bombardement américain, marcher sur Damas et déposer le gouvernement de Bashar al-Assad.

Les officiels du renseignement Qatari et Turc ont assuré les chefs régionaux qu’ils seraient massivement approvisionnés en armes pour l’offensive. Et ils l’ont été. Des livraisons d’armes à une échelle jusque là inégalée ont commencé à partir des arsenaux contrôlés par les services de renseignement Qatari et Turc sous surveillance étroite des officiers de renseignement américains.

Cui bono ? / À qui profite le crime ?

Il est clair que les différents groupes qui cherchent à renverser Bashar al Assad sont fortement motivés pour que les États-Unis s’impliquent davantage. Jusqu’à présent, il n’est pas aussi clair que le gouvernement Israélien de Netanyahu soit aussi motivé de voir Washington s’impliquer plus avant dans une nouvelle guerre dans la région.

Mais avec les importantes pressions venant d’Israël et des lobbies américains qui les soutiennent, l’objectif prioritaire d’Israël devient limpide. La journaliste Judi Rudoren, écrivant de Jérusalem dans un article important du New York Times de jeudi, cerne le but d’Israël avec une candeur inhabituelle. Son article intitulé : “Israël est pour une frappe limitée en Syrie” remarque que les Israéliens ont tranquillement fait remarquer que le meilleur résultat de la guerre civile Syrienne qui dure depuis deux ans et demi, était, au moins pour le moment : pas de résultat. Rudoren poursuit : pour Jérusalem, le statu quo, aussi horrible qu’il puisse paraître d’un point de vue humanitaire, est préférable aussi bien à la victoire du gouvernement d’Assad et de ses alliés Iraniens qu’à un renforcement des groupes rebelles qui sont de plus en plus dominés par les djihadistes sunnites.

“C’est une situation de barrage, dans laquelle vous avez intérêt à ce que les deux camps perdent, ou en tout cas à ce qu’aucun ne l’emporte – nous sommes pour un blocage” à déclaré Alon Pinkas, ancien consul général d’Israël à New York. “Laissons les deux camps se saigner et mourir d’hémorragie : c’est la perspective stratégique. Aussi longtemps que cela dure, il n’y a pas de menace réelle de la part de la Syrie.”

Nous pensons que c’est ainsi qu’Israël considère actuellement la situation en Syrie, et qu’une implication plus forte des États-Unis – quoique, initialement, par des frappes militaires “limitées” – assurerait qu’il n’y ait pas d’issue rapide au conflit en Syrie. Israël calcule que plus longtemps les sunnites et les chiites s’entre-égorgeront en Syrie et dans la région alentour, plus il sera en sécurité. Le principal allié de la Syrie est l’Iran, avec qui il est lié par un traité de défense mutuelle, et il joue aussi un rôle dans les calculs d’Israël. Les dirigeants iraniens ne sont probablement pas capables d’avoir un grand impact militaire en Syrie, et Israël peut le mettre en évidence pour embarrasser Téhéran.

Le rôle de l’Iran

L’Iran peut facilement être blâmé par association et accusé de toute sorte de provocations, réelles ou imaginaires. Certains ont vu la main d’Israël dans l’origine des accusations les plus graves contre Assad en matière d’armes chimiques et notre expérience nous suggère que c’est tout à fait possible.

Il est aussi possible qu’est une attaque sous un faux pavillon par l’une des parties intéressées aboutissant par exemple au naufrage ou à de graves dommages sur l’un des cinq destroyers qui patrouillent actuellement juste à l’ouest de la Syrie. On pourrait compter sur nos grands médias pour en tirer le meilleur parti et vous vous retrouveriez sous une pression encore accrue pour augmenter l’implication des États-Unis en Syrie – et peut-être au delà contre l’Iran.

L’Iran s’est joint à ceux qui reprochent aux rebelles syriens l’incident chimique du 21 août, et a rapidement mis en garde les États-Unis contre une implication plus importante. Selon la chaîne anglophone de la télévision iranienne, le ministre des affaires étrangères Mohamed Javid Zarif a déclaré: “La crise syrienne est un piège tendu par les groupes de pression sionistes aux États-Unis.”

En fait, il n’est peut-être pas si loin de la vérité. Mais nous pensons que vos conseillers devraient se méfier de cet argument. Ainsi, nous estimons qu’il est de notre responsabilité permanente de tenter de vous informer pour faire en sorte que vous et les autres responsables disposiez d’une vision complète de la situation.

Représailles inévitables

Nous espérons que vos conseillers vous ont prévenu que les représailles suite à une attaque contre les syriens n’est pas une question d’éventualité : la question est de savoir où et quand. Une riposte est inévitable. Par exemple, des frappes terroristes contre les ambassades et autres installations américaines risquent de faire passer l’incident de la “mission” à Benghazi du 11 septembre 2012 pour une broutille. L’un d’entre nous a abordé cette problématique essentielle il y a une semaine dans un article intitulé “Les conséquences possibles d’une attaque d’une attaque militaire des États-Unis contre la Syrie – Rappel de la destruction de la caserne des Marines à Beyrouth en 1983.

Pour l’équipe aux commandes, les Professionnels vétérans des services secrets pour le bon sens :

Thomas Drake, Senior Executive, NSA (former)
Philip Giraldi, CIA, Operations Officer (ret.)
Matthew Hoh, former Capt., USMC, Iraq & Foreign Service Officer, Afghanistan
Larry Johnson, CIA & State Department (ret.)
W. Patrick Lang, Senior Executive and Defense Intelligence Officer, DIA (ret.)
David MacMichael, National Intelligence Council (ret.)
Ray McGovern, former US Army infantry/intelligence officer & CIA analyst (ret.)
Elizabeth Murray, Deputy National Intelligence Officer for Middle East (ret.)
Todd Pierce, US Army Judge Advocate General (ret.)
Sam Provance, former Sgt., US Army, Iraq
Coleen Rowley, Division Council & Special Agent, FBI (ret.)
Ann Wright, Col., US Army (ret); Foreign Service Officer (ret.)

Source : Consortiumnews.com
Traduction : www.les-crises.fr

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

55 réponses à [Exclusif] Memorandum d’anciens du renseignement à Obama : ” La Syrie est-elle un piège ?”

  1. casper Le 10 septembre 2013 à 03h21
    Afficher/Masquer

    Le journaliste d’Europe 1 travaille pour le fournisseur des missiles, ceci explique cela.


  2. dupontg Le 10 septembre 2013 à 05h58
    Afficher/Masquer

    j’ai comme l’impression que la situation ne doit pas deplaire à Israel…
    Que ses ennemis s’entretuent est sans doute la meilleure situation possible,et au diable les victimes civiles..
    dans cette optique une petite frappe pour remettre sur le ring le perdant actuel aurait tout son sens..Juste le necessaire pour maintenir l’equilibre des forces…


  3. Laurent Le 10 septembre 2013 à 06h32
    Afficher/Masquer

    Quelle tête de con ce Sotto ! je lui aurait mis une paire de gifle déjà par principe pour ne pas respecter son invité ( et plus âgé que lui ). Ensuite il devrait directement dire qu’il veut que tout le monde pense comme ses maîtres, sinon il se fait déchirer.


  4. Laurent Le 10 septembre 2013 à 07h31
    Afficher/Masquer

    @ Woiry,

    Vous avez été informé qu’une “poire” du Quatar a éssayé de marchander un contrat d’armes en direct avec Putin, pour qu’il laisse tomber Al Assad, et Putin a dit NIET !
    Essayez de passer du temps sur les autres blogs, et celui ci, recoupez les informations, écoutez moins les médias, et gardez votre sens critique (critique, et pas “je me garde bien de donner un avis” on sait jamais, je pourrais avoir tord), et vous verrez que Olivier à raison, les USA le Quatar veulent évincer Al Assad, pour faire passer le gaz Syrien et masquer la situation perdue de l”économie. A part ça vous pouvez écrire ce que vous voulez.


    • Woiry Le 10 septembre 2013 à 09h55
      Afficher/Masquer

      @Laurent,
      Justement ni vous ni moi nous ne savons ce qui se cache réellement dans ce conflit et ce n’est certainement pas en surfant sur un blog que je vais en savoir plus à moins que vous ayez une tope dans les services secrets pour vous informer de ce qui se combine dans ce conflit.
      Sachez quand j’invite Olivier a la prudence c’est que le passé et l’histoire nous a montré, dans une guerre la première arme utilisée est la manipulation de l’information.
      Il ne s’agit pas de faire de la censure mais seulement d’apporter des faits et la sources sans autres commentaire à parti pris au risque de rentrer dans un conflit même avec des mots on devient acteur et complice d’une et on tue des gens.


      • Modérateur Le 10 septembre 2013 à 10h51
        Afficher/Masquer

        Woiry vos commentaires ne s’appuient sur rien à part vos certitudes alors que “Les crises” démontrent par des faits, des dates, des analyses, que d’une part, ce gazage ne répond en rien aux intérêts du régime en place, que cette guerre a été voulue et plannifiée par des forces étrangères et qu’au final la faute de Bachar Al-Assad est surtout de ne pas répondre servilement aux exigences du BAO.

        Dorénavant, si votre activité de troll devait perdurer, elle serait sanctionnée par la suppression pure et simple de vos interventions.


        • titus Garfield Le 10 septembre 2013 à 11h02
          Afficher/Masquer

          c’est marrant mossieu le modo les services secrets allemands ont une autre version des evenements……visiblement bachar est doublé par ses généraux……je pense que les-crises.fr commencent,à force d’anti-americanisme primaire à se fourvoyer joyeusement…
          ps je deteste autant les fondamentalistes sunnites qu’assad et ses copains du hezbollah et d’Iran


          • Jacques Coeur Le 10 septembre 2013 à 11h19
            Afficher/Masquer

            Oui, Fabius, Cameron et Netanyahu aussi, ont une autre version des événements. Et cette version est celle qui vous est servi ad nauseam par nos medias.

            Pouvez-vous nous donner votre source, svp ?

            Fondamentalistes sunnites + Assad + Hezbollah + Iran = musulmans.
            Tiens donc, les musulmans sont donc à l’origine de cette guerre. Vous êtes sûr que c’est ce qu’il transparaît avec tous les documents qui ont été mis à votre disposition ?


          • Laurent Le 10 septembre 2013 à 12h07
            Afficher/Masquer

            @ titus Garfield
            Faut être soit un gogo pour croire que les presses Allemandes et Suisses sont indépendantes, à moins d’être mal intentionné, et les 2 ne sont pas flatteurs.
            Vous ne savez donc pas que la Bundesbank s’est fait non seulement “meurtir” (comme une mouche..) par les US lors des subprimes, mais depuis, ne survie qu’avec les liquidités US. De plus les Suisses se sont fait vampirisés par les US , avec le secret bancaire, mais ça vous a aussi échappé? Bon, ne dites pas de sottises sur les blogs.
            Il y a trop d’enjeux pour jouer, et ça vous laisse seul.


          • Inox Le 10 septembre 2013 à 22h27
            Afficher/Masquer

            Aie… “à force d’anti-americanisme primaire à se fourvoyer joyeusement”.

            Un peu fort pour désigner l’esprit critique de ce blog. Cela rend votre message illisible. C’est comme si je vous disais d’arrêter de poster sur les blog, car votre pro-américanisme primaire tue votre sens critique et rend vos messages inintéressants.


          • prb Le 10 septembre 2013 à 22h49
            Afficher/Masquer

            C’est tout à fait faux, les services allemands ont dit que Bachar avait tioujours résisté aux demandes de ses généraux d’utiliser l’arme chimique. Ils n’ont pas dit que CETTE FOIS les généraux sont passé outre. Vous extrapolez totalement, de manière non rigoureuse. Et les preuves de ce que l’attaque provient des prétendus “rebelles” (en fait des bandits et des terroristes mercenaires infiltrés) continuent de s’accumuler. Je ne poste pas les sources, on les trouve partout sur internet.


          • prb Le 10 septembre 2013 à 22h55
            Afficher/Masquer

            Merci Olivier pour ce superbe travail, qu’aucun media “officiel” n’a pris la peine de faire…


          • Xavier Le 11 septembre 2013 à 04h40
            Afficher/Masquer

            @ titus Garfield

            Ce que vous dites, concernant les révélations des services secrets allemands, ne ferait que confirmer que le gouvernement syrien n’est pas responsable des attaques chimiques.


  5. François78 Le 10 septembre 2013 à 08h06
    Afficher/Masquer

    De plus en plus de journalistes transforment tous les entretiens en tribune à leur profit, pour arborer leur position, bien en ligne avec la propagande.

    Ceci en se permettant de hacher les explications de leur invité, qui a toutes les peines du monde à répondre à la moindre question.

    L’effet recherché est de rendre inintelligibles et de décrédibiliser les réponses de l’invité par des rafales ininterrompues de questions. Bien sûr ces questions sont assorties des affirmations péremptoires de la thèse que défend le journaliste. L’invité doit alors constamment rectifier et se justifier ce que le journaliste n’a bien sûr pas à faire.

    N’est ce pas Jean Michel A, digne successeur de Jean-Pierre E?


  6. François78 Le 10 septembre 2013 à 08h30
    Afficher/Masquer

    En proposant le contrôle international des armes chimiques en Syrie, on dirait que les Russes, maîtres des échecs, viennent d’offrir à Obama et Hollande le moyen de sortir du piège dans lequel ils se sont eux-mêmes enfermés.

    On dirait que le méchant Poutine et le fourbe Lavrov sont malgré tout assez bons (et surtout intelligents et excellents diplomates) pour leur permettre de sauver la face par ce “fait nouveau” sur lequel il peuvent se jeter.

    Si c’est vraiment le cas, j’en suis soulagé. Je n’ai qu’un regret, c’est que les salauds de cons incompétents qui nous on entraîné là puissent s’en sortir comme ils ne le méritent pas.

    PS : on pourrait se demander si ce scénario n’aurait pas pu être mis au point au G20, ce qui en passant, expliquerait un certain alignement récent (durcissement tout relatif) des positions Européennes, y compris de Merkel.


  7. FLURY Le 10 septembre 2013 à 09h16
    Afficher/Masquer

    Au delà des opinions quant à une intervention en Syrie, je partage l’avis ci-dessus sur V.Sotto qui m’avait déjà sérieusement “gonflé” lors de l’interview de FH. Avec JP Chevènement, il est tombé sur un vieux briscard, doté d’une culture politique exceptionnelle, peu impressionné par les agitations d’un petit journaliste, ce qui n’a qu’amplifier les défauts de VS: interruption intempestive, lieux communs, approximations et généralités, questions fiction sans intérêts, absence d’écoute..la liste est longue.


  8. FLURY Le 10 septembre 2013 à 09h30
    Afficher/Masquer

    Si la France et les US se sont trouvés seuls à ST Petersbourg, comment se fait-il que les autres pays n’aient pas bousculé l’agenda et pris les russes au pied de la lettre pour monter des négociations dans le mois à venir. Il ne suffit pas dire qu’on est contre une intervention! Scénario alternatif proposé, pas des molles déclarations d’intention. Bien sûr, s’il faut compter sur l’Allemagne pour ce type d’initiative, la terre peut tourner de nombreuses fois avant qu’elle bouge son “c…” du siège de sa Mercedes.


  9. Christophe Le 10 septembre 2013 à 09h37
    Afficher/Masquer

    @Lisztfr

    Amusant, votre point de vue, la semaine même où des documents déclassifiés US ont montré que les USA ont fourni les informations stratégiques à Saddam durant la guerre Iran-Irak pour gazer massivement l’Iran, et ce, en toute connaissance de cause.
    Cela n’exonère évidemment pas Assad s’il a gazé des populations civiles, mais c’est tout le problème : à ce jour, RIEN ne prouve que c’est lui qui l’a fait. Et même, cela aurait été contre-productif au moment où l’armée syrienne était en train de gagner contre les rebelles.


  10. PhildeFer Le 10 septembre 2013 à 09h43
    Afficher/Masquer

    Cette interview sur Europe1 que vous me donnez l’occasion de visionner me conforte totalement dans ma décision il y a plus de 10ans, de ne plus Jamais écouter les médias mainstream..
    Il est à gerber ce petit roquet de Sotto…


  11. RoketRik Le 10 septembre 2013 à 09h58
    Afficher/Masquer

    Attention quand même à Pierre Piccinin, sans vouloir donner raison au Monde (très virulent à son égard), il faut quand même avouer que son témoignage est à prendre avec des pincettes : http://www.lalibre.be/actu/international/syrie-pierre-piccinin-aurait-des-revelations-a-faire-sur-l-usage-d-armes-chimiques-522dde7035702bc05f0c2e10


  12. Macarel Le 10 septembre 2013 à 10h08
    Afficher/Masquer

    La vérité c’est que l’empire du dollar lutte pour sa survie. La valeur du dollar ne repose plus que sur le formidable complexe militaro-industriel de l’empire US, et les guerres qu’il lui permet encore de mener de par le monde pour mettre au pas les “déviants”, qui ne voudraient plus utiliser le dollar dans les échanges internationaux.
    Quant à la France “socialiste” elle a carrément échoué dans sa tentative de contrôler la puissance germanique par l’euro, au contraire l’euro a permis à l’Allemagne de devenir la Chine de l’Europe, la Chine bénéficie elle d’un yuan sous-évalué.
    Pour ne pas être attaqués par les agences de notation et les marchés sur sa dette “souveraine” la France en est réduite à jouer les supplétifs soumis de l’Empire US dans son aventurisme guerrier.


  13. stephp Le 10 septembre 2013 à 11h05
    Afficher/Masquer

    Le problème avec JP Chevenement, c’est que c’est un homme d’état, qui peut dire non, qui peut prendre ses responsabilités et même démissionner, ce qu’il a fait en 91.
    Aujourd’hui cela ne passe plus, il faut des petits caniches (Hollande, Obama,…) qui vont obéir bien docilement à leurs maîtres et dont la servilité sera éventuellement récompensée par un second mandat.
    Il est normal qu’il ait refusé d’être ministre du gouvernement actuel, il est plus intelligent que Hollande et Ayrault réunis.
    Maintenant il a aussi ses défauts et on peut être en désaccord sur de nombreux points avec lui, tout comme Chirac et De Villepin qui eux aussi se sont montrés à la hauteur de leur fonction au moment où les américains allaient attaquer l’Irak.


  14. ril Le 10 septembre 2013 à 11h19
    Afficher/Masquer
  15. André Le 10 septembre 2013 à 12h17
    Afficher/Masquer

    Au moins dans un cas, il y a une quasi certitude d’usage de chlorine par les djihadistes à Khan al Assal, près d’Alep, (l’auberge du miel en syrien). C’est là dessus que Carla Ponte a enquêté et s’est fait remonter les bretelles.
    Les enquêteurs de l’ONU étaient logés à 15km de l’endroit de l’attaque du 21 août, quel intéreêt aurait eu le gvt syrien a déclenché de tels tirs???
    En outre les vidéos mise en ligne une heure après (chapeau pour l’organisation) proviennent toutes d’une source unique :http://willyloman.wordpress.com/2013/08/30/when-chemicals-attack-videos-all-came-from-same-source-its-a-wag-the-dog-world-and-we-just-live-in-it/!
    faut-il enfin rappeler que le BND est à l’origine de l’invasion de l’Irak avec son correspondant irakien (une blue source dans le métier) curveball: Consultez sa fiche sur wikipedia, c’est éloquent.


  16. Marcus Le 10 septembre 2013 à 12h20
    Afficher/Masquer

    Très bon Olivier.

    A++


  17. Marcus Le 10 septembre 2013 à 12h31
    Afficher/Masquer

    Poutine et Fabius jouent au poker menteur :

    Suite à la proposition de Poutine de faire contrôler les armes chimiques syriennes, Fabius annonce la déposition dès ce jour d’une résolution à l’ONU en 4 points dont le 4ème est la comparution des responsables d’emploi des armes chimiques par le régime syrien devant le TPI (Tribunal Pénal International).

    Cette proposition ne sera pas votée car elle suppose en réalité pour Fabius de faire comparaître le régime syrien et donc liquider le régime Assad … grosse filouterie …

    Bon ap.


    • Marcus Le 10 septembre 2013 à 12h39
      Afficher/Masquer

      PS : pas votée en l’état … elle peut toujours être aménagée …


      • Marcus Le 10 septembre 2013 à 13h04
        Afficher/Masquer

        En réalité nous sommes en pleine bataille pour gagner l’opinion publique !


    • jacqueline Le 10 septembre 2013 à 13h50
      Afficher/Masquer

      Comme si la France était en mesure d ‘imposer quoi que ce soit, après avoir voulu court-circuiter l’ ONU.

      Fabius tel un roquet qui aboie à coté d’un Rottweiler et pense faire peur aux autres chiens.

      Bien sûr la pression exercée par les menaces de frappe a fait bouger la Russie, mais Poutine n’avait pas intérêt à abattre ses cartes avant.

      Si Kery n’avait pas gafé, Poutine aurait au moins attendu que le congrès US ait voté, espérant un désaveu cinglant d’ Obama ( mais aussi de hollande qu’ils ne calculent même pas ).

      Bachar va se retrouver avec des batteries de S300 “légales” à la place de ses armes chimiques. Poutine ne va pas laisser la Syrie sans défense.

      Poutine a remis Ban Ki Moon sur le cheval et je pense qu’il pourra demander à l’ ONU que les rebelles de pays qui n’ont rien à faire en Syrie, dégagent au plus vite.. Et que les pays qui les soutiendraient comme la France soient sanctionnés.

      Flamby aurait remonté les bretelles à Fabius, qui a parlé trop vite et à sa place, qu ‘attend-t-il pour le virer ?


    • stephp Le 10 septembre 2013 à 19h33
      Afficher/Masquer

      @Marcus:
      “Poutine et Fabius jouent au poker menteur :”‘
      Fabius joue à rien du tout c’est juste le roquet de service, Poutine a négocié directement avec Obama et il y a fort à parier que Hollande n’a été mis au courant de rien, et qu’il appris la proposition russe par la presse. C’est le cocu de l’histoire. Avec cette attitude de caniche, la France vient juste de griller ce qui lui restait de crédibilité. Bravo les gars !


  18. Mars Le 10 septembre 2013 à 12h34
    Afficher/Masquer

    Pierre Piccinin, ancien otage belge en Syrie, a quand même une dent contre l’Armée syrienne libre (ASL) qui l’a “arrêté puis livré à la brigade Abou Ammar, du nom de son chef. Ces gens sont des demi-dingues, plus brigands qu’islamistes, plus ou moins inféodés au mouvement Al-Farouk, l’un des principaux groupes de rebelles même s’il a un peu éclaté ces derniers temps”(Piccinin, interrogé par le quotidien le Soir)… Une source sûre…?


  19. caroline porteu Le 10 septembre 2013 à 14h32
    Afficher/Masquer

    Un extraordinaire point de vue : texte d’une densité exceptionnelle .. Qu’il me parait impératif de lire et de relire car chaque virgule, chaque mots sont importants ..

    Et cela nous change des points de vue préfabriqués par la pensée unique :

    Lettre à Jean-Luc Mélenchon, Dominique de Villepin, Jean-Pierre Chevènement et quelques autres

    Par Ahmed Cheniki (Le Soir d’Algérie, 10-09-13)
    bit.ly/17n5Ajg


  20. Draco Le 10 septembre 2013 à 15h27
    Afficher/Masquer

    Le gaz sarin est la ligne rouge à ne pas franchir, certes

    Le territoire Syrien est, quant à lui, la ligne rouge que devrait emprunter le gazoduc !

    Vraiment, toute cette histoire de gazés fait jaser


  21. olivier69 Le 10 septembre 2013 à 16h07
    Afficher/Masquer

    nos gentils amis et les méchants ennemis :
    http://www.youtube.com/watch?v=4omS1cLBBaw


  22. Dan Le 10 septembre 2013 à 16h35
    Afficher/Masquer

    La guerre en Syrie , et la crise hystérique sur l’utilisation du gaz ,ne peuvent pas nous faire croire que la maison blanche est émue par le gazage d’enfants à Damas . Les states ont organisé le bordel en Syrie comme ils ont eu l’habitude de le faire dans beaucoup de pays à travers le monde
    pour leur propre intérêts économiques et financiers . Aujourd’hui la guerre en Syrie est un super moyen pour cacher la grave crise économique et financière qui règne dans leurs pays au bord de la faillite ! A vrai dire ils feraient mieux de s’occuper de leurs 45 millions de chômeurs et de réindustrialiser leur pays en ruine. Il serait judicieux que le siège des institutions internationales ONU , FMI etc…. ne soient plus aux States , car ce pas une nation démocratique , nous pourrions la mettre dans le même sac que la Corée du Nord , logiquement ils devraient être inculper de crime contre l’humanité pour tous les massacres qu’ils ont faits depuis des décennies à travers le monde !


  23. Magyare Le 10 septembre 2013 à 17h38
    Afficher/Masquer

    Je pense en effet que Poutine a déjoué la stratégie mise en place par les agitateurs.Et, j’en suis bien contente.Et puisque nous en sommes là, et puisque les armes chimiques sont interdites par des traités depuis longtemps, pourquoi ne pas en profiter pour mettre sous l’égide de L’ONU, TOUTES ces armes illégales et les détruire?Un de mes proches était au Koweit, et alors même que toutes les alarmes à l’arme chimique sonnaient, il a eu l’ordre de sortir des bunkers, à la question:mais, toutes les alarmes sont au rouge? on ne peut pas sortir, il s’est entendu répondre:les alarmes déconnent, obéissez, il est à noter que même dans les bunkers, les officiers portaient des masques……
    Le résultat est que bcp de ses compagnons ont eu des enfants handicapés, que lui-même a une fille, une seule car comme il le dit: je ne veux pas jouer avec ça, j’ai eu si peur pendant neuf mois,j’ai eu de la chance….
    Ceci dit, je continue à penser que la guerre, chimique, bactériologique ou avec n’importe quelle arme va en premier à l’encontre des droits des enfants, quels adultes seront-ils après des choses aussi horribles?


  24. Magyare Le 10 septembre 2013 à 18h17
    Afficher/Masquer

    Ce qui est grave à mon sens est ce débat sur une “bonne” arme et une mauvaise” arme.Cela légitime la guerre et ses atrocités.A t-on perdu de vue que des innocents meurent chaque jour d’une manière ou d’une autre?Qu’est-ce que ça peut bien faire que ce soit conventionnel ou non?notre humanité ce cache derrière les détails, j’ai peur qu’elle ne cherche en fait qu’à se dédouaner…..


  25. wuwei Le 10 septembre 2013 à 18h51
    Afficher/Masquer

    A écouter attentivement cette émission et notamment : Alain Chouet , ancien chef du service de renseignement de sécurité de la DGSE .
    et Xavier Guilhou, spécialiste de la prévention des risques, de la gestion des crises et de l’aide à la décision stratégique .

    http://www.franceinter.fr/emission-3d-le-journal-le-droit-et-la-guerre-et-lifting-de-la-victoire


  26. Marcus Le 10 septembre 2013 à 19h45
    Afficher/Masquer

    Moscou annonce qu’elle ne votera pas la résolution Fabius.
    C’était cousu de fil blanc.

    L’intervention est Syrie est déjà dans les tuyaux.

    Ce qui se joue maintenant c’est la bataille de l’opinion publique qui aux USA comme en France est contre.

    Tout le reste c’est pour les petits enfants. LOL

    Amitiés.
    Marc


    • Marcus Le 10 septembre 2013 à 20h19
      Afficher/Masquer

      Les journalistes sont impayables. Je viens de mettre LCI. Ce matin il n’y avait plus d’intervention … et ce soir “alors, si Moscou vote contre il n’y a pas d’avancée ? et blablabla …” à mourir de rire.

      Soit les journalistes sont dans la propagande soit (et c’est ce que je préfère retenir) ils sont nuls de chez nuls … ils gobent tout … comme la bourse qui monte à fond la caisse … et les petits enfants.

      Dans les jours qui viennent on peut compter sur l’imagination des uns et des autres dirigeants de ce monde pour rivaliser de propositions bidons dont ils savent que la partie adversaire ne peut pas accepter. ça s’appelle de la propagande.

      Tout cela en réalité ne m’amuse pas.
      Quel triste monde …

      Bonne soirée à tous et merci Olivier pour la pertinence de tes documents.
      Je t’ai sous-estimé : mea culpa sincère.
      Marc


  27. noob Le 10 septembre 2013 à 20h31
    Afficher/Masquer

    Pou ceux que ça intéresse, il y a un documentaire sur la chaine LCP à propos des manipulations de l’administration Bush pour justifier l’intervention en Irak.


  28. Patrick Luder Le 10 septembre 2013 à 21h41
    Afficher/Masquer

    Mais oui bien sûr, la Syrie va bien gentiment remettre tout son stock d’armes chimique (et le matériel pour en refaire) à la Russie qui va bien sagement tout détruire … c’est tellement facile et simple, n’est-ce pas ?

    [Reste du message modéré – Veuillez rester courtois]


    • Marcus Le 10 septembre 2013 à 22h33
      Afficher/Masquer

      Patrick, si tu veux dire que la propagande est des deux côtés, 100% OK
      D’ailleurs pourquoi Poutine n’a pas fait sa proposition au G20 ?

      Mais en tant que français, si Hollande ou un autre dirigeant français qui a été élu par “nous” à 51%, s’embarque dans quelque chose de dangereux, je le dis.

      Bonne continuation.


    • Jacques Coeur Le 10 septembre 2013 à 22h54
      Afficher/Masquer

      Ce n’est pas tout à fait ça Luder. La proposition prévoit de placer le stock d’armes chimiques syrien sous contrôle international. Ce n’est pas les russes qui en prendront possession.
      D’autre part, je ne crois pas qu’il soit question de détruire ces stocks, ils seront sous contrôle, point.
      Dans les faits, je ne vois pas trop à quoi ça correspond. Je suppose que les mandataires internationaux ont les yeux sur les stocks, mais qu’ils ne doivent pas avoir les moyens nécessaires pour empêcher l’armée d’utiliser ces armes. Ils doivent servir de balise d’alerte.

      L’idée de les détruire doit venir de not’ bon ministre Fabius. Encore une idée de génie, comme si Bachar El-Assad allait accepter de ne plus disposer de ces armes alors que son voisin israélien dispose de la puissance atomique.


  29. Kiergaard Le 10 septembre 2013 à 23h42
    Afficher/Masquer

    Merci à la personne qui a corrigé la syntaxe et la ponctuation de ma traduction qui était parue sur mon site il y a 3 jours (le vilain ^^) : http://points-de-vue-alternatifs.over-blog.fr/traduction-exclusive-memorandum-d-anciens-du-renseignement-%C3%A0-obama-nous-avons-le-regret-de-vous-informer-que-certains-de-nos-anciens-coll%C3%A8

    Au moins maintenant ce texte circule bien, je l’ai même envoyé à nos amis députés.

    Haha si j’avais su que c’était ce texte la pour lequel vous aviez besoin de traduction Olivier je vous l’aurais envoyé bien avant.

    C’est bien de l’avoir relayé. Quel était l’autre texte sur la Syrie pour lequel vous aviez besoin d’une traduction ?

    Si c’est les derniers mails de la société de renseignement Stratfor datant de fin 2011 sur la Syrie qui sont dans la base de données Global Intelligence Files de Wikileaks, je les ai aussi…


  30. dupontg Le 10 septembre 2013 à 23h57
    Afficher/Masquer

    il n’y a aucune raison de detruire ces armes chimiques…
    Elles sont censées etre des armes de dissuasion pour equilibrer les bombes nucleaires d’israel.
    d’ailleurs assad n’a pas signé la convention de 1993
    Elles ne sont pas prevues pour etre utilisées dans des combats de guerre civile et le simple fait de surveiller le stock permettrait d’etre certain que le regime assad n’y a pas recours..

    A noter au passage que depuis 1993 les US et Russes n’ont toujours pas fini de detruire la moitié de leurs armes chimiques alors qu’ils detiennent 98% des stocks declarés….
    Encore la paille et la poutre..


  31. Léonard Le 11 septembre 2013 à 18h50
    Afficher/Masquer

    Quelques commentaires sur l’intervention (visiblement ratée) en Syrie :

    1 – Toute cette affaire a mis un point final à la pratique de la disneylandisation de la pensée, pratique selon laquelle “le monde se divise en deux catégories très distinctes : d’un côté les gentils, de l’autre les méchants” et qu’on a vue mise en oeuvre par des Laurent Fabius ou des BHL. Plus personne n’est dupe de cette affaire et plus personne ne veut lui donner de crédit. Cette stratégie qui vise à la diabolisation de l’autre (et in fine à sa destruction) est en échec. On en revient aux bonnes vieilles formules de Clausewitz et de Machiavel : les politiques ce sont avant tout des projets.

    2 – La démocratie a été plus forte que la guerre. On ne relèvera jamais assez comment la guerre a été évitée grâce à la capacité des citoyens de s’informer et à leur capacité de critiquer. Les sites d’informations alternatifs, les blogs et les forums ont joué un rôle important. La guerre via youtube a été un échec. Parallèlement, et à l’exception de la France, les parlements ont joué un rôle décisif et mis des limites au pouvoir exécutifs.

    3 – La France s’est montrée particulièrement en retard dans ce domaine. La presse officielle a été en dessous de tout en se montrant incapable d’épouser une ligne critique et le débat parlementaire a été une sombre escroquerie (interdiction aux représentants du peuple de poser des questions au gouvernement, alors que c’est leur fonction). C’est la partie inquiétante de la question.

    S’il y a une leçon à retenir de cette intervention, c’est que la France a un urgent besoin de revoir le fonctionnement de sa démocratie (qui a salement dysfonctionné); la grande question c’est celle de la représentation nationale. On ne peut plus garder une élection législative aussi mal faite, un parlement qui représente aussi peu le peuple et un modèle général qui fait du président un petit dictateur pour 5 ans.


  32. titus Garfield Le 16 septembre 2013 à 21h41
    Afficher/Masquer

    je lis “la guerre a été évitée”…….ah bon?????…..vous interprétez tres mal les discussions de Genève,…..et ses conséquences,”tres contraignantes” pour Assad selon Kerry,les russes bien sur feront tout (veto) pour edulcorer la resolution onusienne,mais il sera alors tres clair pour le monde,qu’ils ne cherchent qu’a gagner du temps ,et à tergiverser……les USA et la France agiront malgré tout….
    pour ajouter une etincelle ,vous avez aussi la Turquie qui vient d’abattre un hélico syrien ce soir…..
    mais bien sur ce n’est qu’une simple bisbille frontalière……

    [ Modérateur – Fin du message supprimé. Veuillez restez courtois. ]


    • olivier69 Le 16 septembre 2013 à 22h09
      Afficher/Masquer

      Bonsoir titus,
      vous avez raison. Les “va t’en guerre” n’ont que faire des élucubrations du peuple. Fermer la porte, ils repassent par la fenêtre….Vous semblez réjouit ? Je ne sais pas où vous avez vu que la guerre sera évitée ? Vous avez d’ailleurs assez décrié l’argumentation de Mr Berruyer ? Chaque négociation n’est qu’un gain de temps face aux névrosés du crime.


      • titus Garfield Le 16 septembre 2013 à 23h31
        Afficher/Masquer

        réjouit??…..non…..lucide!
        on n’est ni va-t-en guerre ni”nevrose du crime” lorsqu’on intervient militairement pour mettre hors d”etat de nuire un dictateur prêt à detruire son peuple pour se maintenir au pouvoir….

        [ Modérateur – Continuons d’esquiver la loi de Godwin, le débat n’en sera que plus intéressant.]


        • olivier69 Le 16 septembre 2013 à 23h57
          Afficher/Masquer

          Titus,
          lisez-vous les documents déclassifiés ? Seuls, les vainqueurs écrivent l’histoire. Tous les crimes sont pour moi de même nature. Bashar compris. La fabrique du consentement ?
          La sensibilité ne me gêne pas. Au contraire……
          Et la lucidité du crime n’est pas de mon ressort. Vous savez également qu’il n’y a pas besoin de traverser la Méditerranée pour voir des crimes. Je pense que vous vous trompez de priorités. Garantissez-vous à mes enfants, un avenir prospère ?
          ps : C’est simplement dans ma nature.


          • titus Garfield Le 17 septembre 2013 à 02h18
            Afficher/Masquer

            la prosperité des enfants français endormis dans leur confort ,je m’en fiche un peu…..la survie des enfants de par le monde,et particulièrement en Syrie ces temps çi,me touche un peu plus….


Charte de modérations des commentaires