Les Crises Les Crises
6.septembre.20136.9.2013 // Les Crises

[Actu] “François Hollande lâché par l’Europe au G20” + nos amis les gentils rebelles

Merci 0
J'envoie

Reprise d’un article du Figaro du 5/9, dont je ne partage pas le choix du titre.

Not’bon roé n’a pas été “lâché”, il a été ridicule et n’a convaincu personne, point. Je ne vois pas au nom de quoi l’Europe aurait “lâché” quelqu’un, c’est au moins un des avantages de la décision de groupe que de calmer les excités. L’Europe avait le choix entre suivre les délires criminels de Hollande OU suivre l’avis des anglais (qui font voter leur Parlement, eux), allemands, espagnols, italiens, belges, luxembourgeois, hollandais, autrichien, etc .- étrangement c’est la seconde option qui a été retenue. Comme M. Hollande est un fédéraliste européen qui pense que :

“Et le dernier choix que l’Europe aura à faire, c’est de savoir si elle se résigne ou si elle se mobilise pour la démocratie.” [François Hollande, discours de Lyon, 01/03/2012] {Je rappelle que nous avons mis à disposition l’intégrale de ses discours de campagne }

il est pourtant simple, quand on est démocrate, de demander un vote du conseil européen, et de suivre l’avis de la majorité. Point barre.

Incise : tout ceci illustre bien la foutaise du “fédéralisme européen démocratique”, mythe à jamais inaccessible, et raison de l’échec à venir, car il y manque et manquera toujours l’élément de base de la démocratie, à savoir que la minorité respecte la décision de la majorité. Ce que Hollande ne fait pas, ce que ne ferait pas l’Allemagne si on votait une inflation à 6 % ou des impôts massifs pour la Grèce, ni l’Irlande un taux unique d’imposition sur les entreprises, ou la France si on privatisait la Sécu, etc. Car nous sommes trop différents, car nous avons des cultures et histoires trop éloignées. Donc oui à une coopération européenne (évidemment indispensable), mais uniquement sur une base confédérale, et pas fédérale – sinon tout va exploser. Fin de l’incise.

 

François Hollande lâché par l’Europe au G20

La mission s’annonce difficile. Si ce n’est impossible. Au sommet du G20 de Saint-Pétersbourg, François Hollande ne s’est fixé qu’un seul objectif: rallier «la coalition la plus large possible» de pays en faveur d’une intervention punitive en Syrie, aux côtés des Américains. «Nous comptons sur le soutien des Européens et des pays arabes», assurait l’entourage du chef de l’État. Peine perdue. François Hollande avait à peine posé le pied sur le tarmac de l’aéroport de Saint-Pétersbourg qu’il était déjà lâché par ses plus proches alliés, les Européens.

Membre du G20, représentant les 28 États membres de l’UE, le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, flanqué du président de la Commission José Manuel Barroso a clairement rejeté l’usage de la force en Syrie. « Il n’y a pas de solution militaire au conflit en Syrie » a-t-il déclaré à Saint-Pétersbourg, « seule une solution politique peut arrêter les massacres, les violations de droits de l’homme et la destruction de la Syrie ».

Le président de l’UE a calqué sa position sur celle d’Angela Merkel, hostile aux frappes en Syrie, comme 70 % des Allemands, et favorable à une «solution politique dans le cadre de l’ONU».
Le camouflet est sévère pour le président français, venu en force au G20, accompagné de Laurent Fabius, Pierre Moscovici et Michel Sapin. Après avoir subi la poignée de main glaciale de Vladimir Poutine, François Hollande espérait un soutien, au moins moral de ses amis européens, à sa décision d’intervenir militairement en Syrie. Il n’en est rien. «À ce jour, la France est le seul pays de l’UE» à vouloir punir militairement la Syrie, a rappelé Herman Van Rompuy, soulignant l’isolement de la France.
[…]

Source : Le Figaro

Enfin, dans la série, “pour qui on se bat”, le buzz du New York Times de ce jour, montrant des rebelles assassinant tranquillement 7 soldats de l’armée régulière attachés, face contre terre (les images difficiles ont été masquées) :

Lien direct

Ceci étant, rien à dire, ils ne les ont pas gazés…

Mais on pourrait en profiter pour les bombarder aussi svp ? Avant de bombarder Le Caire, bien entendu…

Laissons le mot de la fin au brillant Haziza, officiant en temps que chien de garde avec une rare finesse :

P.S. ah, pas le mot de la fin : Alerte “qui tombe bien” sur le NouvelObs : QUATRE MEMBRES PRÉSUMÉS D’UNE CELLULE ISLAMISTE RADICALE INTERPELLÉS À PARIS.

Coup de filet de la DCRI dans le milieu islamiste radical

“Quatre hommes ont été arrêtés à Paris. Ils sont soupçonnés d’avoir braqué un fast-food dans le but de réunir des fonds pour mener le djihad en Syrie.”

==> Gros coup dur pour Assad – 85 € de moins, quoi… Je vous jure, ça ne s’invente pas. Bombardons aussi les Mac Do !!!!

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

66 réactions et commentaires

  • Ankou78 // 06.09.2013 à 16h45

    Je suis un anti militariste convaincu

    Je reste persuadé que la force seule ne résout pas les conflits

    L’utilisation d’armes de destruction massive n’est pas admissible.

    Maintenant, après avoir mis sur le papier ces bases, j’ai quand même le droit de me poser la question: est-ce qu’une solution politique, imaginée par les “Politiques” actuels, est possible ? à CT/MT/LT?

    Une autre: quels sont les intérêts desdits politiques dans cette affaire?

      +0

    Alerter
  • Lepage Gérard // 06.09.2013 à 16h46

    Excellent ! Sauf qu’apparemment le ‘buzz’ du NYT est censuré…

      +0

    Alerter
  • FLURY // 06.09.2013 à 17h03

    Je suis pour ma part extrêmement troublé et indécis. Nous ne pourrons plus jamais dire “on ne savait pas” car il sera inutile de vouloir se ranger derrière l’ONU ou l’argument fallacieux des preuves. L’économie mondiale serait menacée, très bien, au moins là, les allemands, mais est ce étonnant, avancent à visage découvert. Business as usual. des grosses berlines polluantes et des centrales à charbon encore plus polluantes. Il faudra s’en souvenir. A. Merkel veut des preuves de l’ONU (quel courage, elles sont là, ces preuves, mais continuons à faire de la surenchère de preuves), on veut une solution politique, parfait mais quelles sont les mesures et démarches prises par l’imbu Barroso et A.Merkel dont je continue à penser que sa vision politique a été forgée à hauteur du mur quand il existait encore. Mesures politiques et négociations, on vous attend, et les rebelles syriens aussi, depuis si longtemps! Pitoyable Europe, “pôvre” Allemagne, imprudente, maladroite mais respectable France.

      +0

    Alerter
  • Armand // 06.09.2013 à 17h53

    Olivier, je comprends fort bien que vous soyez contre cette perspective d’intervention, moi même je ne suis pas pour, je n’en n’attends que des catastrophes. Mais de grâce, cessez avec les « méchants rebelles ». Il y aussi une opposition démocratique, qui se bat comme elle peut et pas seulement les armes à la main, c’est elle qu’il aurait fallu soutenir et ceci dès le début. Quant au régime, c’est une dictature effroyable, une des pires que compte notre planète qui pourtant n’en manque pas.

    Bien sûr, opposer les uns et les autres en mettant des pseudo-équivalences n’arrange jamais rien : quand on prétend que les torts sont partagés c’est qu’on soutient l’oppresseur. Et en l’espèce, l’oppresseur c’est Assad et ses séides, les fractions extrémistes de l’opposition ne faisant ici que tirer les marrons du feu.

    Sincèrement, je vous suivrais mieux si vous militiez contre Assad *et* contre l’intervention occidentale, mais pour l’instant vous faites semblez faire passer ce régime monstrueux pour le royaume des bisounours. Et ça, il ne le faut pas.

      +0

    Alerter
    • Jacques Coeur // 06.09.2013 à 19h30

      “Quant au régime, c’est une dictature effroyable, une des pires que compte notre planète qui pourtant n’en manque pas.”

      Intéressant.
      Ce pourrait être un point débattu par l’ensemble des intervenants et qui pourrait nous aider à mieux appréhender ce conflit.
      Avez-vous un classement à nous proposer avec le détail des critères ?

        +0

      Alerter
      • dupontg // 07.09.2013 à 02h55

        ça fait plaisir de rencontrer des personnes qui ont une culture historique et connaissent l’histoire de l’empire ottoman et les clauses du traité de Sevres et Lausanne..
        ça change des reflexions de bisounours qui fleurissent ici et la et veulent imposer une paix et une democrassie à coup de grosses bombes pour “punir”….
        On n’a jamais fait la moindre guerre pour “punir”..c’est le pretexte qu’on sert aux simples d’esprits pour qu’ils aillent s’entretuer apres qu’ils aient ete endoctrinés par les feuilles de chou comme liberation ou le monde

          +0

        Alerter
        • Jacques Coeur // 07.09.2013 à 11h08

          Merci pour ces compliments.

          Parler de “bisounours” ne me plaît qu’à moitié, tant il est vrai que nous pêchons tous par manque de connaissance.
          Mais il est agréable d’évoluer sur des blogs tel que celui proposé par Olivier qui se veut avant tout un foisonnement d’idée et d’échanges de point de vue.

          Pour ce qui est des prétextes, comment ne pas être d’accord vous. Un exemple que je cite souvent, puisqu’il colle parfaitement à la situation d’aujourd’hui, se sont les évènements de juin 1944. La France dispose d’une armée mais pas de la logistique nécessaire pour la déplacer. Ainsi, les 1 000 soldats qui se trouvent en Syrie se trouvent complètement isolés des forces d’Afrique ou de métropole. Les britanniques vont alors suscités des troubles à Damas et diffuser, sur la planète entière, par une caisse de résonnance médiatique dont la France est dépourvue, l’idée que ce sont les français qui sont à l’origine de ce désordre. Avec un rapport de 1/10 et une voie atone, l’issue pour la France ne fait aucun doute.
          C’est ce qui fit dire à de Gaulle : “Aujourd’hui nous n’avons pas les moyens de résister à votre trahison, mais sachez que nous ne vous le pardonnerons jamais”.

          Nous sommes, encore aujourd’hui, victimes d’un matraquage médiatique qui nous impose une nouvelle victime expiatoire à une volonté funeste de règne sans partage.

            +0

          Alerter
        • Deres // 10.09.2013 à 14h23

          En Europe, la majorité des problèmes ethniques ont été résolus à la fin de la seconde guerre mondiale par des mouvements massifs de population sous la contrainte ou la peur, en particulier de toutes les minorités allemandes. Par contre, cette vision de l’histoire est complètement nié chez nous. Et nous nous complaisons à revendiquer de la démocratie dans des pays multi-ethniques sans cohésion interne forte, alors que cela a mené à des millions de morts en Europe. D’ailleurs, les pays où le réaménagement n’a pas eu lieu en Europe ont également eu des soubresauts avec quelques morts (Irlande du Nord, ex-Yougoslavie, …). Un démocratie dans un pays divisé entre des ethnies avec de lourds passifs va juste mener à l’oppression des minorités par la majorité. Demander la démocratie en Syrie, c’est équivalent à demander à terme l’élimination/expulsion/écrasement des chrétiens, des alaouites et des autres minorités soutenant le pouvoir actuel.

            +0

          Alerter
      • Armand // 07.09.2013 à 12h06

        « Avez-vous un classement à nous proposer avec le détail des critères ? »
        Oui.

          +0

        Alerter
  • ourelko // 06.09.2013 à 18h22

    On peut constater qu’avant le printemps arabe, les différents pays étaient dirigés par des dirigeants ” directifs” et que l’ordre régnait.
    Puis les extrémistes islamistes ont incité, en sous main, la population à se révolter et à réclamer la démocratie. Le bon peuple, normal, a suivi et on voit aujourd’hui le résultat.
    On peut donc se poser la question : ces populations sont-elles prêtes à “subir” la démocratie?
    J’en doute. Alors laissons les se rééquilibrer eux-mêmes. Mais aussi arrêtons de leur livrer des armes ce qui nous rend responsables de ces tueries.

      +0

    Alerter
    • titus Garfield // 06.09.2013 à 19h41

      allez dire ça à poutine qui vient de declarer qu’i livre et livrera toujours des armes à Bachar,les bisounours reveillez vous!!
      sinon ,c’est bien vrai que l’ordre regnait avec Kadhafi assad père ,fils etc…..les cimetières sont plein de gens tres calmes…..

        +0

      Alerter
      • Deres // 10.09.2013 à 14h30

        Kadhafi n’était pas vraiment un dictateur tranquille … Pendant sa carrière, il a attaqué tous les pays voisins sans exception (Tunisie, Egypte, Tchad, …). Il a même envoyé des SCUD sur l’Italie. Il a sponsorisé le terrorisme de façon active sur nos sol y compris des bombes dans les avions. A son nième changement de veste, les dirigeants occidentaux voulait bien le pardonner en apparence, mais il n’aurait pas dû se faire d’illusion car il n’était pas considéré comme fiable du tout. “Souviens toi du vase de Soissons”.

          +0

        Alerter
  • bergerpi // 06.09.2013 à 18h38

    Une bonne analyse sur la situation syrienne : http://www.youtube.com/watch?v=FmTNEqb8RmQ

      +0

    Alerter
  • Gabriel RABHI // 06.09.2013 à 19h48

    Voici le “protocole de Doha” que les faux rebelles Syriens seront priés d’appliquer une fois au pouvoir grâce à une attaque en règle des Etats Unis et autres alliés :

    1- réduction du nombre des soldats de l’armée syrienne à 50 000;

    2- la Syrie ne pourra faire valoir son droit à sa souveraineté sur le Golan que par les moyens politiques. Les deux parties signeront des accords de paix sous l’égide des Etats-Unis et du Qatar;

    3- la Syrie doit se débarrasser, sous la supervision des Etats-Unis, de toutes ses armes chimiques et bactériologiques et de la totalité de ses missiles. Cette opération doit se dérouler sur les terres de Jordanie;

    4- annulation de toute revendication de souveraineté sur Liwa Iskandaroun et désistement au profit de la Turquie de certains villages frontaliers habités par les Turkmènes dans les «mouhafadhas» d’Alep et d’Idlib;

    5- renvoi de tous les membres du Parti des travailleurs du Kurdistan, ceux recherchés par la Turquie lui seront livrés. Inscription de ce parti sur la liste des organisations terroristes;

    6- annulation de tous les accords et conventions signés avec la Russie et la Chine dans les domaines des forages du sous-sol et de l’armement;

    7- permettre le passage à travers le territoire syrien d’un gazoduc qatari à destination de la Turquie puis de l’Europe;

    8- permettre le passage à travers le territoire syrien des conduites d’eau en provenance du barrage Atatürk et à destination d’Israël;

    9- le Qatar et les Emirats arabes unis s’engagent à reconstruire ce qui a été détruit par la guerre en Syrie à la condition que leurs sociétés aient l’exclusivité de la reconstruction et de l’exploitation du pétrole et gaz syrien;

    10- gel des relations avec l’Iran, la Russie et la Chine;

    11- rompre les relations avec Hezbollah et les mouvements de résistance palestinienne;

    12- le régime syrien sera islamique et non salafiste;

    13- le présent accord entrera en application dès la prise du pouvoir;

    http://www.afrique-asie.fr/menu/actualite/4388-syrie-opposition-protocole-de-doha-fin-de-l-etat-syrien.html

    Voila le véritable objectif : et cela fait bientôt un an qu’il a été rendu public ! Il suffit de chercher un peu…

      +0

    Alerter
    • Jacques Coeur // 06.09.2013 à 20h01

      Et oui.

      Rappelons que les accords de Doha se sont faits sous l’égide du Qatar et des EUA afin de donner un semblant de cohérence à ce qui n’est qu’un rassemblement hétéroclite de diverses tendances soutenues par divers pays ou groupes souvent étrangers, et n’ayant guère de connexions avec l’opposition intérieure syrienne.

      Une sorte de sursaut ultime afin de renverser le sort des armes.

        +0

      Alerter
    • hema // 06.09.2013 à 23h20

      @Gabriel
      Et ils auraient trouvé des syriens représentatifs pour signer ce torchon ?
      Le cas echeant, ASSAD n’a pas besoins d’armes chimiques, il lui suffit de mettre ce document en lumière quand il reçoit le figaro ou autre.

        +0

      Alerter
  • Jared // 06.09.2013 à 22h41

    Une éventuelle intervention en Syrie n’aurait pas pour but d’aider les rebelles, au contraire de ce qui est sous-entendu ici. Elle ne servirait qu’à punir le régime d’Assad pour son utilisation d’armes chimiques.

    (après on en pense ce qu’on veut, mais ne mélangeons pas tout !)

      +0

    Alerter
    • grub // 07.09.2013 à 01h28

      Punir le régime ça veut dire l’affaiblir donc donner du répit à une résistance qui était en train de perdre la guerre. Donc ça revient au même.

        +0

      Alerter
  • Holi Stick // 06.09.2013 à 23h54

    Les médias allument un projecteur sur une information et les stupides papillons que nous sommes se précipitent sur la lumière. Mais on peut en allumer d’autres:
    10000 enfants meurent de faim CHAQUE JOUR dans le monde. Les hommes politiques pourraient facilement trouver une solution, mais personne ne le fait, personne n’en parle et laisser faire, on a le droit, c’est politiquement correct…
    Par notre inaction nous sommes collectivement responsables de la mort de 10000 ENFANTS PAR JOUR, mais personne ne nous dit rien, ne songe à nous punir ou à nous envahir.
    Quel monde étrange …

      +0

    Alerter
  • dupontg // 07.09.2013 à 02h48

    heureusement que les gaz soporifiques et hilarants sont interdits par la convention de Geneve…
    On ne fait pas des guerres pour dormir ou pour rigoler….

    Faut que ça saigne sinon on risque de ne plus vendre d’armes

      +0

    Alerter
  • FL // 07.09.2013 à 08h30

    Pour les vieux comme moi qui ont connu une autre politique de la France menée par Charles De Gaulle, il est intéressant d’imaginer ce qu’il aurait dit et fait dans de telles circonstance alors que le premier éléments qu’il prenait en compte était l’indépendance des nations…

    Il y a à la base de tout cela, la violence faites par la puissance US et ses alliés (poussières d’empire) à la notion même de nation lorsqu’elle ne convient pas à ces pays et leurs dirigeants pour toutes les raisons imaginables; positionnements stratégiques, ressources en matières premières, asservissement économique, conquête territoriale etc…

    La situations économique US est aussi une donnée essentielle pour comprendre les actions menées par ce pays. Le maintien de la primauté du Dollars US et de la rente qui en découle ne se joue pas qu’au G20…or il “semble” que les jours de cette primauté soient comptés.

    Je rejoins Jacques Cœur dans son analyse du personnage d’Assad et des circonstances dans les quelles il gouverne.
    Il nous est enjoint de qualifier Assad de NAZI et de ne surtout jamais parler des conditions faites à la Syrie par les diverses parties prenantes du conflit depuis 2 ans, sans même évoquer le plateau de Golan occupé.

      +0

    Alerter
  • dupontg // 07.09.2013 à 08h31

    http://www.paulcraigroberts.org/
    et
    Zbigniew Brzezinski
    http://www.youtube.com/watch?v=46gaabuobcA&feature=player_embedded

    meme des americains ayant occupé des fonctions superieures aux US sont effarés du comportement dobama..

      +0

    Alerter
  • Magyare // 07.09.2013 à 09h20

    Bonjour,
    Je pense que les solutions les plus simples sont parfois les meilleures.La Syrie compte à peine 21 millions d’habitants, nous pourrions si nous le voulions et puisqu’il est question de se mêler de ce conflit, envahir la Syrie et mettre au pas tout le monde, partisans et non-partisans.Mettre tout ce petit monde à l’ombre et travailler à un compromis vivable pour tous les syriens.Qu’est-ce qui nous empêche de réunir les armées opposées à cette boucherie qu’est-ce qui nous empêche d’arrêter tous ces gens et ainsi de les empêcher de nuire?mais sans attaque, sans agression, hein, juste leur lier les mains et les amener à trouver une solution, cela arrêterai les massacres et donnerait “une pause”, ce qui serait , pour les gens qui souffrent depuis si longtemps, une preuve de notre intérêt.Mais effectivement, une fois de plus, ce sont ces saloperies d’intérêts économiques qui prennent le pas sur les intérêts humains……

      +0

    Alerter
    • dupontg // 07.09.2013 à 10h28

      On voit bien en effet avec l’exemple de l’Irak voisine qui compte 30 millions d’habitants comme il est simple de calmer tout le monde et de transformer rapidement le pays avec un petit million de victimes en patrie des bisounours

        +0

      Alerter
  • Magyare // 07.09.2013 à 10h49

    @Dupontg

    J’ai bien conscience de ma naiveté, en revanche, vous acceptez donc le fait que nous sommes incapables de faire mieux que cette déplorable ingérence militaire et menteuse qui nous a fait croire aux frappes chirurgiclales sans vicitme?
    Il se trouve qu’un de mes proches était en Irak, il m’a dit n’avoir pratiquement tué que des femmes et des enfants..
    Pour ma part, je crois encore à l’intelligence qui est capable d’innover.Pourquoi le problème d’aujourd’hui devrait-il être géré comme celui d’hier?
    Sommes-nous si abrutis que nous ne puissions l’aborder de manière différente?

      +0

    Alerter
    • dupontg // 07.09.2013 à 11h47

      je ne suis pas du tout certain que la geostrategie politique se soucie le moins du monde des peuples..le partage de l’empire ottoman en 1920 a surtout pris en compte les ressources pour tracer des frontieres et ne s’est pas preoccupé des ethnies et religions…
      Meme aujourd’hui vu d’ici on parle de l’islam comme d’une religion homogene alors que la plupart des conflits sont justement à l’interieur de l’Islam..

        +0

      Alerter
  • Julian // 07.09.2013 à 11h37

    Olivier Berruyer,
    votre incise est remarquable.
    En si peu de mots faire la synthèse de “la foutaise du fédéralisme européen” !

    Oui nous, nations d’Europe, devrions nous remettre à coopérer sereinement : et pour cela , respecter nos singularités, nos histoires, nos cultures, et renvoyer dans les poubelles de l’Histoire le machin bureaucratique et anti-démocratique de Bruxelles et les Traités idéologiques.
    Inventer, promouvoir, cent coopérations du type Airbus !
    Cent Eramus !
    Travailler à la Confédération des nations libres d’Europe !

      +0

    Alerter
  • christophe // 07.09.2013 à 12h10

    Vous ne pouvez pas dénoncer d’un côté le pseudo fédéralisme en Europe, et de l’autre côté vous cacher derrière (la pseudo) collaboration multipolaire au niveau de l’ONU.

    Avec 190 pays, c’est juste une énième vue de l’esprit.

    Donc là aussi… je pense qu’il faut être “cohérent”.

    Alors comment sortir par le haut de cette affaire ?

    Comment sortir de cette pseudo dialectique : “faire la guerre pour sauver des vies”, “punir des dictateurs en soutenant des djihadistes”, “condamner les armes chimiques mais pas les mortiers” ?

    C’est simple, il faut revenir aux fondamentaux :

    -reconnaître les invariants historiques (le sunnite hait le chiite et inversement, ça dure depuis des centaines d’années, et cela durera encore longtemps)

    -reconnaître la volonté de puissance qui vient forcément en opposition (concurrence) avec une autre volonté de puissance, et pas du tout en “collaboration”.

    -reconnaître l’idée d’intérêts, et de tribus / groupes. A cette aune, la France devrait d’abord défendre ses propres intérêts, ensuite ceux de sa famille (Europe), ensuite ceux de son groupe (occident), etc.

    -reconnaître que les autres pays sont absolument légitimes (je ne parle pas de “droits”, ou alors de droits naturels) à agir rigoureusement de la même façon, et donc à être en opposition / concurrrence avec nos intérêts et à chercher à promouvoir les leurs à… nos dépends.

    -reconnaître qu’il n’y a pas de politique pour “défendre les droits de l’homme” ou “punir”, ou “empêcher des massacres”.
    Ca c’est bon pour les gogos, et autres bisounours.

    Il n’y a que des politiques pour défendre / promouvoir des intérêts, liés à des volontés de puissance, liés in fine à des ressources, au détriments d’autres groupes.

    Bref, reconnaître que les hommes sont des hommes. Ca dure depuis des millénaires. Et que fondamentalement rien n’a changé.

    Seuls les outils, et les oripeaux ont changé au cours de l’histoire.

    Voilà.. En comprenant cela, et surtout en l’acceptant, on ne sent pas du tout cyniques, mais au contraire calmes, et même rassurés.

    Ce qui est profondément angoissant ce sont les gens qui sont persuadés de pouvoir CHANGER la nature des hommes.

    Tous les illuminé qui veulent -sincèrement- faire la guerre pour faire le “bien”, pour lutter contre le “mal”, ou pour promouvoir le “bonheur” sur terre, ou le “paradis” dans l’au-delà.

    Voilà les vrais dangers pour l’humanité.

      +0

    Alerter
    • Julian // 07.09.2013 à 14h30

      Vous avez parfaitement raison.

      Toutes les idéologies de ce qu’on pourrait appeler ” l’optimisme” ( le droit-de-l’hommisme est une) sont mues par ce ressort : prétendre qu’on peut CHANGER la nature des hommes.

      Pour autant, accepter les réalités, voilà qui met très mal à l’aise l’égo des humains.

        +0

      Alerter
    • Vénus-Etoile du Berger // 07.09.2013 à 21h29

      @christophe
      Le président de la république française a pris la sage décision d’attendre le rapport de l’ONU avant d’intervenir.

      Vous exprimez « Alors comment sortir par le haut de cette affaire ? »

      Mais votre question est absurde.

      Nous ne nous en sortirons pas par le haut.

      Maintenant il s’agit de limiter la casse et limiter les conséquences de ce bourbier.

      L’Allemagne se réveille soudain, jusqu’à aujourd’hui elle pensait qu’à ses élections, quel égoïsme.

        +0

      Alerter
  • dupontg // 07.09.2013 à 12h16

    le printemps arabe est une fable qu”on a inventé pour occuper le temps d’antenne sur TF1 entre la pub et le match de foot

      +0

    Alerter
  • Jacques Coeur // 07.09.2013 à 12h39

    Pourquoi ne voit-on que des femmes et des enfants gazés et pas d’hommes ? N’y a-t-il pas eu une volonté délibérée de concentrer au point d’impact ces femmes et ces enfants ? Quel intérêt aurait le régime syrien a une telle mise en scène ? Quel intérêt pour l’armée régulière d’utiliser le gaz alors que partout son armée avance et que les rebelles se délitent ? Quel intérêt pour le régime en place d’utiliser du gaz alors que ce fut la ligne rouge à ne pas franchir fixée par BHO dès le début du conflit ?

    Lors de l’utilisation de gaz au mois de mai une énorme campagne médiatique dénonçait “les monstruosités de Bachar Al-Assad”. Malheureusement pour cette intoxication de masse, la commission d’enquête diligentée par l’ONU a conclu « Selon les témoignages que nous avons recueillis, les rebelles ont utilisé des armes chimiques, faisant usage de gaz sarin », « Nos enquêtes devront encore être approfondies, vérifiées et confirmées à travers de nouveaux témoignages, mais selon ce que nous avons pu établir jusqu’à présent, pour le moment ce sont les opposants au régime qui ont utilisé le gaz sarin »
    Dès lors, les médias se sont tus et ont évité de relayer l’information.

    Si vous voulez savoir ce qu’il se passe ce ne sont pas les sources qui manquent. Ainsi je peux citer Kissinger lors d’une interview au Daily Squib de 2011.
    “Les États-Unis appâtent la Chine et la Russie, et le dernier clou dans le cercueil sera l’Iran, qui est, bien sûr, la principale cible d’Israël.”
    […]
    “La guerre à venir sera si grave qu’une seule superpuissance pourra gagner, et ce sera nous autres. C’est pourquoi les européens ont une telle hâte de former un super état”
    […]
    “Contrôlez le pétrole et vous contrôlerez les nations, contrôlez la nourriture et vous contrôlez le peuple”
    […]
    “Nous avons dit aux militaires que nous aurions à prendre plus de sept pays du Moyen-Orient pour leurs ressources et ils ont presque terminé leur travail” (1)
    “Sur les cendres nous construiront une société nouvelle, il restera seulement une superpuissance, et seule, elle sera le gouvernement mondial qui gagne.”

    ——-

    (1) – Il cite ici la fameuse liste Rumsfeld remise à Bush fin septembre 2001 et qui listait (outre
    l’Afghanistan déjà envahi) l’Iraq, la Syrie, le Liban, la Libye, la Somalie, le Soudan et pour finir l’Iran.

    Général Wesley Clark
    I knew why, because I had been through the Pentagon right after 9/11. About ten days after 9/11, I went through the Pentagon and I saw Secretary Rumsfeld and Deputy Secretary Wolfowitz. I went downstairs just to say hello to some of the people on the Joint Staff who used to work for me, and one of the generals called me in. He said, “Sir, you’ve got to come in and talk to me a second.” I said, “Well, you’re too busy.” He said, “No, no.” He says, “We’ve made the decision we’re going to war with Iraq.” This was on or about the 20th of September. I said, “We’re going to war with Iraq? Why?” He said, “I don’t know.” He said, “I guess they don’t know what else to do.” So I said, “Well, did they find some information connecting Saddam to al-Qaeda?” He said, “No, no.” He says, “There’s nothing new that way. They just made the decision to go to war with Iraq.” He said, “I guess it’s like we don’t know what to do about terrorists, but we’ve got a good military and we can take down governments.” And he said, “I guess if the only tool you have is a hammer, every problem has to look like a nail.”

    So I came back to see him a few weeks later, and by that time we were bombing in Afghanistan. I said, “Are we still going to war with Iraq?” And he said, “Oh, it’s worse than that.” He reached over on his desk. He picked up a piece of paper. And he said, “I just got this down from upstairs” — meaning the Secretary of Defense’s office — “today.” And he said, “This is a memo that describes how we’re going to take out seven countries in five years, starting with Iraq, and then Syria, Lebanon, Libya, Somalia, Sudan and, finishing off, Iran.” I said, “Is it classified?” He said, “Yes, sir.” I said, “Well, don’t show it to me.” And I saw him a year or so ago, and I said, “You remember that?” He said, “Sir, I didn’t show you that memo! I didn’t show it to you!”

      +0

    Alerter
  • Alain34 // 07.09.2013 à 13h05

    “le président français, venu en force au G20, accompagné de Laurent Fabius, Pierre Moscovici et Michel Sapin”

    La ‘dream team”…

      +0

    Alerter
  • Magyare // 07.09.2013 à 13h50

    @Woiry
    Il ne faut pas intervenir en Syrie militairement, d’autre part, les dictateurs sont entretenus par nous!!!parce que nous avons tous les intérêts économiques à les laisser faire….moi, je parlais d’une intervention style le débarquement:immobiliser tout le monde et les juger devant le tribunal international
    @Christophe
    Dire que l’homme est l’homme est un peu simple, dans ce cas, comment expliquez vous qu’il existe des pays en paix?le droit de vote pour les femmes…..
    Je pense que tout est orchestré depuis longtemps, sans doute y a t-il un profit faramineux à faire…
    Au détriment des droit de l’homme…..

      +0

    Alerter
    • dupontg // 07.09.2013 à 14h33

      si votre reference du bien c’est le droit de vote de femmes,sachez que l’arabie saoudite leur accordera peut etre en 2015…Pour ce qui etait de la Libye il existait depuis 1964

        +0

      Alerter
  • Magyare // 07.09.2013 à 15h06

    @Dupontg
    Monsieur, vous jouez sur les mots!!bien-sûr que mon concept du bien ne s’étrique pas dans ce droit de vote! c’était juste pour noter qu’une évolution est possible…..
    Que si nous étions comme le dit Christophe, autant prisonniers de l’atavisme, on n’aurait pas bougé des cavernes……
    Mais bon, je pense qu’on a pas dépassé le pourtour de la caverne…..mais c’est un mieux, toujours est-il qu’il existe des pays comme le notre ou les religions se côtoient sans faire un mort à chaque carrefour

      +0

    Alerter
    • dupontg // 07.09.2013 à 16h12

      Sans doute ici…ce qui ne nous empeche pas de vouloir aller semer la guerre chez les autres pour pouvoir “rendre service” à ces fameux pays que sont le Quatar et l’arabie saoudite qui donneront le droit de vote à leurs femmes en 2015 .
      Et tout ça pour regler des comptes entre les sunnites et les chiites…
      Comme vous dites ..en France on a depassé le stade des guerres de religion

        +0

      Alerter
  • Macarel // 07.09.2013 à 15h27

    Hollande droit dans ses bottes, plus décidé que jamais à se lancer dans une “petite guerre” en Syrie,même si 3 français sur quatre ne sont pas d’accord.

    http://www.lefigaro.fr/politique/2013/09/07/01002-20130907ARTFIG00286-syrie-hollande-refuse-de-prendre-en-compteles-sondages.php

    “Décidé à entrer en guerre, si le Congrès donne son appui à Barack Obama, François Hollande a prévenu: la guerre sera courte, avec des frappes ciblées, sur ces cibles militaires.”

    En août 1914, les français partaient en guerre la fleur au fusil, en criant “A Berlin!”. Les allemands de même en lançant “Nacht Paris!”.
    Chaque partie état persuadée que l’affaire serait réglée en quelques semaines.

    Monsieur le président, presque un siècle plus tard, auriez-vous oublié que l’on sait lorsque l’on commence une guerre, mais jamais lorsqu’ elle se finira.

    Vous semblez croire que l’on gère une guerre aujourd’hui en terme de management, de planning, de plan qualité, de coûts et de délais. Mais même dans ce domaine, légions sont les projets qui finissent hors délais, et qui explosent les budgets initiaux.

    il est vrai, que quitte à voir notre dette exploser, autant que ce soit “pour punir des méchants”.

      +0

    Alerter
  • Vénus-Etoile du Berger // 07.09.2013 à 16h58

    en attendant Marseille est en « guerre ».

    Pour faire face au problème, pas 36 solutions:

    1-détruire les « ghettos»(les hauts bâtiments) en reconstruisant des espaces de vie
    2-former les jeunes qui n’ont aucune qualification à un métier porteur(éboueur, plombier, électricien, boulanger etc.)
    3-rétablir le service militaire
    4-envoyer l’armée pour rétablir le calme

      +0

    Alerter
  • olivier69 // 07.09.2013 à 20h38

    Une technique commerciale trop bien connue est de bousculer le client. Le temps étant un facteur important de toutes les réflexions….
    Le prix ?

      +0

    Alerter
  • koui // 07.09.2013 à 20h58

    Je ne comprends pas pourquoi on qualifie Assad de “l’une des pires dictature du Monde”. D’abord, il a été élu et ses adversaires ont refusé de participer à l’Élection. On peut le soupçonner d’avoir voulu tricher mais ce n’est pas prouvé. Ses hommes torturent les opposants mais parfois, ce sont les américains qui les lui livraient. Après un an de torture, ils ont libéré un canadien d’origine syrienne que les USA lui avaient livré. Dans cette région, tous les pouvoirs sont brutaux et la Syrie n’est pas pire que ses voisins. C’est un pays dont une partie est occupé par un voisin nucléaire, Israel. Un autre voisin a été démoli par les américains, l’Irak, aprés avoir envahi ses voisins iraniens et kowetiens. Celui du Nord a commis le génocide arménien, le massacre des grecs pontiques, l’occupation du nord de chypre et des massacres de chypriotes, d’innombrables crimes contre les kurdes. Le petit voisin libanais est trés agité par les troubles confessionels, au point que les syriens ont du y empecher la victoire des musulmans, combattre l’invasion israelienne, puis empecher la victoire des chretiens. Ce n’est pas facile de maintenir la liberté religieuse dans un tel environnement. Ils y sont arrivé jusqu’à cette guerre. Est ce que leurs ennemis vont faire mieux quand ils auront gagné? Je ne fais pas confiance aux saoudiens, aux turcs, aux israeliens, aux américains et à al-quaida pour améliorer la coexistence pacifique des religions en Syrie. Si Hollande était president de la Syrie, il commettrait forcément des crimes terribles malgré la meilleure volonté du monde. Attendez vous à de grands massacres quand Assad tombera. On parlera de représailles, de milices incontrôlables, de massacres pas si terribles que ça et inévitables : les justifications sont déjà prêtes.
    Surtout, on n’en parlera plus avant le prochain bombardement humanitaire.

      +0

    Alerter
  • toll // 07.09.2013 à 21h46

    Je fais erreur ou bien tous mes coms ont été effacés au gaz ?

      +0

    Alerter
  • milou // 07.09.2013 à 22h14
  • dupontg // 07.09.2013 à 22h24

    c’est excellent ça pour obama….
    des fois qu’il se retrouve inculpe de crimes de guerre..
    faudrait peut etre que Holland se prevoit aussi une zone de repli pour sa retraite
    http://www.france24.com/fr/20130905-kenya-cpi-assemblee-nationale-adoption-motion-retrait-uhuru-kenyatta

      +0

    Alerter
  • Kiergaard // 07.09.2013 à 23h14

    1° Je pense que la traduction du memorandum de 12 anciens des renseignements et de l’armée US adressé à Obama peut vous intéressez (lecteurs du blog + Mr Berruyer) :

    2° Pour ce qui est de la barbarie des rebelles ou du régime, autant se focaliser sur les USA :
    10 Chemical Weapons Attacks Washington Doesn’t Want You to Talk About : http://www.policymic.com/articles/62023/10-chemical-weapons-attacks-washington-doesn-t-want-you-to-talk-about

    Revenons au mémorandum : Article original : http://consortiumnews.com/2013/09/06/obama-warned-on-syrian-intel/

    Traduction : http://points-de-vue-alternatifs.over-blog.fr/traduction-exclusive-memorandum-d-anciens-du-renseignement-%C3%A0-obama-nous-avons-le-regret-de-vous-informer-que-certains-de-nos-anciens-coll%C3%A8

    C’est l’équivalent d’un contre-rapport d’intelligence en réponse à celui qui a été publié dernièrement par la Maison Blanche, les premières lignes :
    “Nous avons le regret de vous informer que certains de nos anciens collègues nous disent, catégoriquement, que contrairement aux affirmations de votre administration, l’intelligence la plus fiable montre que Bachar al-Assad n’était pas responsable de l’incident chimique qui a tué et blessé des civils syriens le 21 août, et que les services de renseignement britannique savent aussi cela. En écrivant ce bref rapport, nous choisissons de croire que vous n’avez pas été pleinement informé parce que vos conseillers ont décidé de vous donner l’opportunité pour ce qui est communément connu comme le “déni plausible

    […]”

      +0

    Alerter
  • dupontg // 08.09.2013 à 06h00

    interview du congresman Alan Grayson par RT.
    le celebre pourfendeur des banquiers ne semble pas marcher dans la combine d’obama..
    ça fait plaisir de constater qu’il reste encore des individus honnetes aux USA http://www.youtube.com/watch?v=i8U1vJ_cKio

      +0

    Alerter
  • wuwei // 08.09.2013 à 08h59

    Syrie: la lettre d’un ancien ambassadeur de France à François Hollande

    “Vos services devraient pouvoir sans peine démentir l’information diffusée par l’agence Associated Press selon laquelle des armes chimiques livrées par notre allié l’Arabie Saoudite (le Prince Bandar Bin Sultan, chef des services saoudiens de renseignement) au Front Al Nusra-Al Qaeda auraient été manipulées maladroitement par ces apprentis-sorciers.”

    la totalité ici : http://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/060913/syrie-la-lettre-dun-ancien-ambassadeur-de-france-francois-hollande

      +0

    Alerter
    • jacqueline // 08.09.2013 à 11h56

      Oh merci , cette lettre pleine d’impertinence me met de bonne humeur.

      On dirait du Jean Dutour.

      Notre Porcinet avec ses vannes de collégien n’a même pas ce talent.

      On croirait qu’il a trouvé dans les placards de l’ Elysée, le costume militaire du général. Le képi va bien depuis qu’il a pris la grosse tête, mais les manches de la veste et les jambes du pantalon sont beaucoup trop longues pour lui.

        +0

      Alerter
  • fanfan // 08.09.2013 à 11h01

    voici un point de vue sur la Syrie qui denonce toute l’absurdité de ce système qui distribue ensuite des Prix Nobel de la Paix à des « va-t-en » guerre et des assassins…
    voir :
    http://2ccr.unblog.fr/2013/09/01/syrie-la-catastrophe-qui-s%E2%80%99annonce/

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications