Les Crises Les Crises
9.septembre.20139.9.2013 // Les Crises

[Reprise] Pas de guerre pour Bernard-Henri Lévy !

Merci 1
J'envoie

Papier mordant de Diana Johnstone, universitaire et journaliste américaine – elle fût très active dans le mouvement contre la guerre du Viêt Nam dans les années 1970.

Le peuple américain ne veut pas d’un engagement des forces armées US dans la guerre civile en Syrie. Les Nations Unies n’appuieront pas un bombardement de la Syrie par les Etats-Unis. Le parlement britannique ne veut pas s’engager dans le bombardement de la Syrie. L’opinion publique mondiale est opposée à un bombardement de la Syrie par les Etats-Unis. Même l’OTAN ne veut pas participer à un bombardement de la Syrie. Alors qui veut que les Etats-Unis bombardent la Syrie ?

Les mêmes qui nous ont entraîné dans la guerre en Irak, pardi !

Le 27 août, le Foreign Policy Initiative (FPI), une réincarnation du Project for the New American Century (PNAC) qui a dicté à Bush II sa politique étrangère désastreuse, a transmis son ordre de route à Obama. Dans une lettre ouverte au président, le FPI a insisté pour « une riposte décisive à l’emploi récent et massif d’armes chimiques par le dictateur syrien Bashar al-Assad ».

Les « experts en politique étrangère » néocons ont laissé tomber le pathos destiné à provoquer un sentiment de culpabilité chez les Américains ordinaires parce qu’ils restent assis devant la télé à « ne rien faire ». Leur argument s’appuie plutôt sur une projection de puissance. Une fois la « ligne rouge » définie par Obama, il se doit de réagir pour « montrer au monde ».

« Sans réaction, les attaques croissantes par armes chimiques du régime d’Assad montrera au monde que les lignes rouges de l’Amérique ne sont que des menaces creuses ».

Le FPI a dit à Obama que les Etats-Unis devaient envisager « des frappes militaires directes contre les piliers du régime Assad, » et non simplement se débarrasser de la menace d’armes chimiques, « mais aussi miner ou détruire les capacités aériennes du régime Assad et autres moyens militaires traditionnels de commettre des atrocités contre des civils non-combattants. »

Dans le même temps, « les Etats-Unis devraient accélérer leurs efforts pour équiper, former et armer les éléments modérés de l’opposition armée syrienne, avec l’objectif de les renforcer suffisamment pour gagner aussi bien contre le régime Assad que contre la présence croissante de factions rebelles liées à Al-Qaeda et autres extrémistes dans le pays. » Les Etats-Unis devraient « aider à modeler et influencer les fondations d’une Syrie post-Assad ».

Bref, il est demandé un changement de régime en bonne et due forme, de se débarrasser à la fois du régime actuel et de sa principale opposition armée, et mettre au pouvoir de supposés « éléments modérés de l’opposition armée syrienne, » qui, de l’avis général, sont les plus faibles sur le terrain.

Ainsi, après avoir échoué à produire des résultats aussi agréables et modérés en Irak ou en Afghanistan, il faudrait recommencer encore et encore.

Les noms les plus familiers parmi les 78 signataires sont Elliott Abrams, Max Boot, Douglas J. Feith, Robert Kagan, Lawrence F. Kaplan, Joseph I. Lieberman, Martin Peretz, et Karl Rove. Aucune surprise.

La nouveauté dans la liste est la signature de Bernard-Henri Lévy.

Ce qui n’est pas non plus une surprise, si l’on y réfléchit. Après tout, Bernard-Herni Lévy est largement crédité d’avoir convaincu l’ancien président français Nicolas Sarkozy de mener l’assaut qui allait renverser Kaddafhi et plonger la Libye dans son chaos actuel. Après une telle prouesse, le Dandy Parisien se sent naturellement en droit de dire au Président des Etats-Unis ce qu’il doit faire.

Je me rappelle très bien des réactions de fausse indignation de Bernard-Henri Lévy qui lui servent de bouclier habituel devant des critiques qui disaient que, parmi les rebelles de Benghazi, se trouvaient des extrémistes liés à al-Qaeda.

Scandaleux ! Vociférait-il. Il avait été lui-même à Benghazi et avait vu de ses propres yeux que les gens sur place étaient tous des démocrates libéraux qui voulaient simplement goûter aux joies d’élections libres dans une harmonie multiculturelle. Pas bien longtemps après, Benghazi libérée envoyait des combattants islamistes pour déstabiliser le Mali, recrutait des islamistes pour combattre en Syrie et assassinait l’ambassadeur US.

Cette tournure des évènements n’a aucunement perturbé la star médiatique que les Français appellent « BHL ». Bien que largement discrédité et même détesté en France, son influence perdure.

En 2010, un auteur, Jacob Cohen, a publié un roman « Le Printemps des Sayanim ». Malgré les mises en garde habituelles, ce roman était un « roman à clés ». Le personnage principal, appelé MST, y est décrit ainsi par un diplomate israélien à Paris : « MST nous est d’une importance capitale. Il vaut plus qu’une centaine de sayanim. […] Il couvre pour nous une grande partie du terrain à gauche. Comme il « critique » Israël, sa parole est prise au sérieux. Ainsi nous pouvons placer nos intérêts dans de nombreux médias. […] En plus, cet homme a des réseaux incroyables, dans les milieux les plus influents en Europe, en Amérique. Il peut appeler Sarkozy quand il veut, ou le roi du Maroc, ou le président de la Commission européenne. […] »

Aucun lecteur français n’aurait de mal à reconnaître BHL même si, bien sûr, tout ceci n’est que de la fiction.

Mais la question mérite d’être posée : pourquoi le véritable BHL a-t-il montré autant d’empressement à renverser les gouvernements en Libye et en Syrie ? Même si les pays tombent en lambeaux ?

Peut-être que ce flamboyant dilettante pense que ces guerres sont bonnes pour Israël. Son dévouement à Israël est aussi flagrant que ses chemises blanches déboutonnées ou sa coiffure. Peut-être rêve-t-il que, si les pays environnants sont désespérément en ruines, « la seule démocratie du Moyen orient » serait le dernier arbre encore debout de la forêt.

Mais même les services de renseignement israéliens, principale source de l’analyse américaine sur les événements dans la région, doutent que les armes chimiques d’Assad représentent une menace pour Israël.

Giora Inbar, ancien chef d’une unité de liaison de l’armée israélienne dans le sud Liban, a été cité par Times of Israël, le 27 août, « il n’y a aucune raison qu’Assad attaque Israël ».

Inbar a dit que le service de renseignement militaire israélien avait fait de la collecte de renseignements en Syrie une priorité, qu’il était très bien informé, et qu’on lui faisait largement confiance. Les Etats-Unis étaient « au courant » des renseignements israéliens sur les agissements du régime syrien, « et se fiaient à eux ».

Pourtant, les officiels Israéliens évitent de monter l’incident en épingle comme l’a fait John Kerry, qui insistait sur le meurtre délibéré d’enfants.

Le New York Times, mardi, a cité un officiel israélien selon qui : « Il est très probable qu’il y a eu une sorte d’erreur de manipulation […] Je ne crois pas qu’ils voulaient tuer autant de gens, surtout autant d’enfants. Peut-être voulaient-ils frapper un endroit ou provoquer un certain effet et le résultat à dépassé leurs prévisions. »

Tout ceci n’est que spéculation. Mais l’hypothèse le plus plausible jusqu’à présent est qu’il s’agit d’un accident. Des sources rebelles elles-mêmes ont été citées, déclarant que l’incident s’est produit lorsqu’ils ont eux-mêmes fait une erreur de manipulation d’armes chimiques fournies par l’Arabie Saoudite. Dans ce cas, les victimes seraient un « dommage collatéral », chose fréquente dans une guerre. La guerre est une série de conséquences involontaires. La conséquence involontaire la plus flagrante d’éventuelles frappes aériennes US contre la Syrie, sera l’effondrement total de ce qui reste de sentiments pro-américains dans le monde, et un retour de bâton furieux contre Israël, qui est largement perçu comme ce qui influence la politique US au Moyen orient. Certains Israéliens en ont parfaitement conscience.

Le New York Times a cité l’ancien ambassadeur israélien aux Etats-Unis, Itamar Rabinovich, qui, en guise de mise en garde, a déclaré que ce serait « une erreur de trop jouer la carte des intérêts israéliens » en frappant la Syrie. « Il n’est pas bon pour Israël que l’Américain moyen se mette dans la tête que les soldats sont de nouveau envoyés à la guerre pour Israël. Ils doivent y être envoyés pour l’Amérique. »

Mais si ce n’est pas pour Israël, alors pourquoi envoyer des soldats, ou des missiles, du tout ?

Et la meilleure manière de prévenir un retour de bâton contre Israël et ses partisans serait d’interrompre tout le projet de recourir à la force militaire américaine contre la Syrie.

Mais quoi qu’il arrive, l’aventurier téméraire Bernard-Henri Lévy pourra se retirer dans son villa-palais à Marrakech, pour réfléchir à de nouvelles manigances.

Diana Johnstone
3 Septembre 2013


Je profite de ce papier pour dire un mot du Project for the New American Century (Projet pour le Nouveau Siècle Américain, PNAC).

Comme le précise Wikipedia, c’est un think tank néoconservateur américain ayant fonctionné de 1997 à 2006. Cet organisme qui se présente comme une organisation d’éducation à but non lucratif, a été fondé au début de l’année 1997 par William Kristol et Robert Kagan.

L’objectif affiché du PNAC était de promouvoir le leadership mondial des États-Unis. Le PNAC posait en principe fondamental la considération selon laquelle le « leadership américain est à la fois bon pour l’Amérique et bon pour le monde » et apportait son soutien pour une « politique reaganienne de puissance militaire et de clarté morale ». Cette organisation a exercé une forte influence sur les hauts fonctionnaires du gouvernement des États-Unis durant les mandats du président américain George W. Bush et a eu une incidence très importante sur le développement militaire et la politique des affaires étrangères, particulièrement en ce qui concerne la sécurité nationale et la guerre en Irak.

 

Le PNAC a rédigé en 2000 un document de 90 pages présentant sa doctrine : Rebuilding America’s Defenses (Reconstruire les défenses de l’Amérique) présente sa doctrine pour la stratégie militaire des États-Unis. Du fait de son importance, tant par sa taille que par son influence, ce rapport équivaut à un programme politique.

Il présente divers propositions, dont :

  • Maintenir une supériorité nucléaire ;
  • Augmenter la quantité de personnel militaire ;
  • Repositionner les bases américaines ;
  • Modernisation des équipements militaires de façon sélective ;
  • Développer et déployer des défenses anti-missiles ;
  • Assurer la supériorité des forces conventionnelles à long terme ;
  • Augmenter le budget de la défense à hauteur de 3,8 % du PIB.

Le PNAC ayant milité à l’époque pour des changements de régime en Irak, en Libye, en Syrie et en Iran, je vous propose une traduction en français de ce document majeur :

[gview file=”http://questionscritiques.free.fr/empire_americain/PNAC.pdf”]

Lien de téléchargement direct. La version originale est ici.

Les idées avancées par le PNAC dans le rapport Rebuilding America’s Defenses ont fait l’objet de critiques parfois extrêmement violentes : « This is the new Mein Kampf. Only Hitler did not have nuclear weapons. It’s the scariest document I’ve ever read in my life. » (Ceci est le nouveau Mein Kampf. La seule différence est que Hitler n’avait pas d’armes nucléaires. C’est le document le plus effrayant que j’ai jamais lu dans ma vie.) a ainsi déclaré la docteure Helen Caldicott. Cette comparaison sera souvent utilisée par les détracteurs du PNAC,car les deux textes présenteraient de grandes similitudes, telles que ses objectifs (la domination du monde par un seul pays), ses rédacteurs (un mouvement politique radical accédant au pouvoir) ainsi que ses conséquences (ignorées et/ou sous-évaluées bien que le groupe au pouvoir envisage une dictature militaire mondiale), et les armes de destruction massive actuelles rendraient les dangers potentiels encore plus grands.

Comme le souligne Diana Johnstone, les créateurs du PNAC ont créé depuis le Foreign Policy Initiative, qui a lancé un appel à intervenir en Syrie, signé par BHL

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

23 réactions et commentaires

  • ril // 09.09.2013 à 19h54

    Sur les gaz :

    Le photocopieur des Invalides, que j’évoquais plus haut, pense effectuer une percée dans l’argumentation en rappelant que les jihadistes présents en Syrie, et venus de Syrie, sont des habitués des opérations sales, faisant, par exemple, exploser des camions de chlore. La chose est largement connue, et il est également avéré, depuis dix ans, que jamais les réseaux jihadistes n’ont eu la capacité de se doter d’un arsenal non conventionnel. J’ajoute, mais pour le savoir il faudrait faire autre chose que se pâmer à la télévision et travailler un minimum, que les laboratoires d’Al Qaïda en Afghanistan n’étaient rien de plus que des abris de jardin. Croyez-moi, j’ai eu la chance, si je puis dire, de trier d’étranges bocaux découverts à Darounta, et on était loin des stocks de VX maniés avec prudence dans The Rock (1996, Michael Bay).

    http://aboudjaffar.blog.lemonde.fr/2013/09/08/vous-etes-charmante-mais-vous-voyez-deja-ce-que-ca-fait-un-million-larmina/#xtor=RSS-32280322

      +0

    Alerter
    • dupontg // 10.09.2013 à 05h22

      bonjour,
      je tiens à vous signaler qu’une cabane de jardin suffit pour extraire de la ricine…
      Pour ce qui est des derivés de pesticide c’est certainement plus difficile mais les precurseurs industriels doivent certainement etre accessibles
      de tout temps sous estimer l’adversaire a ete fatal..

        +0

      Alerter
  • Achille Tendon // 09.09.2013 à 20h09

    Ils commencent à nous les briser menus , ces grands penseurs au service d’on ne sait qui et qui prônent la guerre à tout va !

    A tout bien considérer, ils sont issus de la pensée unique des élites bancaires inter-nationales (?) qui n’ont, visiblement, pour but que la conservation de leurs propres intérêts dans le cadre d’une gouvernance mondiale !!!

      +0

    Alerter
    • Scorp_ion // 13.09.2013 à 18h05

      Il n’est pire tiran que les penseurs aigris. Leur isolement et le fait d’avoir été et de ne plus être les incite à agir par tous moyens pour montrer qu’ils sont encore vivants et ils n’hésitent nullement à faire démonstration de leur capacité de nuisance. Dur d’être Has been.

        +0

      Alerter
  • dupontg // 09.09.2013 à 20h50

    un petit film qui analyse la situation geopolitique et tente d’expliquer les raisons des agressions au MO…
    http://www.youtube.com/watch?v=rTiCxnCuAow

      +0

    Alerter
  • Casquette // 09.09.2013 à 21h00

    Les faiseurs d’opinion qui prônent la guerre tout en vivant sur 3 continents différents auront toujours l’esprit tranquille ,leur sécurité étant acquise…ça chauffe en Israël ?Allez zou je prends mon Falcon 2000 direction Paris! Paris brûle ?Cap sur New York !Et si les américains comme Diana Johnston en ont ras le bol de ma jolie frimousse retraite sur Marrakech !

      +0

    Alerter
  • Achille Tendon // 09.09.2013 à 21h27

    A la place de gloser pour ne rien dire, faites-nous le plaisir de visionner un avis d’un connaisseur et indépendant :

    http://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2013/09/08/michel-collon-sur-la-propagande-de-guerre/

    Juste pour éviter des aphonies inutiles !!!

      +0

    Alerter
  • olivier69 // 09.09.2013 à 21h45

    “Comme d’habitude, il s’agit de tout dégager mais de ne pas comprendre les éléments qui doivent conduire à une décision. Si on ne réfléchit plus dans la vie, on agit trop. De toute façon, c’est égal ce qu’on sent, on fait comme on le fait en fait.”,

      +1

    Alerter
  • Vénus-Etoile du Berger // 09.09.2013 à 21h49

    Bonsoir,

    J’ai besoin d’un éclaicissement car je ne comprends pas.

    Quelqu’un peut m’expliquer pourquoi des présidents lui demandent son avis à ce monsieur?

    J’ai voulu me documenter un peu sur ce monsieur afin de connaître sa spécialité, c’est la philosophie.

    Je viens de parcourir son site pas plus de deux minutes et cela fait peur, le mot guerre ou le mot war(=guerre) est écrit partout sur son site.

    Il a écrit également un livre “la guerre sans l’aimer” en 2011.

    Pourtant, son site est rempli de “guerre”…

    Je ne comprends pas. Pas grave.

    Bonne soirée,

    Bien cordialement.

      +0

    Alerter
    • olivier69 // 09.09.2013 à 22h07

      “l’art de la philosophie ne vaut que s’il est un art de la guerre”, ce Batracien Hautement Lumineux vaut un scorpion.

        +0

      Alerter
    • bhisoux // 10.09.2013 à 14h55

      “Quelqu’un peut m’expliquer pourquoi des présidents lui demandent son avis à ce monsieur?”

      Vous avez déjà identifié le couple [ ventriloque / chaussette qui parle ], ce qui est une bonne chose. Savoir qui est qui dans ce jeu, finalement, importe très peu, même si la réponse semble toutefois très évidente. Pour info, ce n’est pas la chaussette qui décide du moment où elle doit être remplacée …

      L’étape suivante est de commencer à se demander si le ventriloque n’est pas en soi une marionnette à fils, manipulée par un 3ème larron très discret qui sera le seul à tirer les marrons du feu au final. Vu la fréquence et la pertinence de vos interventions passées sur ce site chère Venus, je ne doute pas que vos recherches futures sur le net donneront un résultat rapide à cette question

        +1

      Alerter
  • koui // 09.09.2013 à 22h10

    Bombarder et tuer des gens pourquoi pas mais lorsque cela créé le chaos, les pogroms racistes, les massacres et la tyrannie des brigades islamistes comme en Libye, alors les bombardeurs deviennent coupables de tout cela en plus des morts du à leurs bombardements. Et Morsi, il a été élu? Faut il bombarder l’Egypte? Le roi d’arabie n’a pas été élu, est ce une raison pour détruire son pays? L’Algérie, le Maroc, la Jordanie et l’Iran ont des régimes trés imparfaits, bombardons les. Israel ne permet pas aux palestiniens de voter, bombardons. La Chine est une dictature, bombardons. Poutine a triché, bombons le. Les américains ont un simulacre d’élection, bombons les. Les étrangers sont tous mal gouverné, il faut les libérer, envoyons le napalm partout chez eux.

      +0

    Alerter
  • dupontg // 09.09.2013 à 22h13

    a voir et à revoir….
    les mensonges de BHL……
    https://www.youtube.com/watch?v=acEedYLMZLc

      +0

    Alerter
  • Jacques Coeur // 09.09.2013 à 22h28

    A ajouter dans les diverses propositions du PNAC :

    – continuer la recherche bactériologique afin de fabriquer une arme de frappe sélective en fonction des attributs génétiques

    – en 2000, dans le rapport “Reconstruire les Défenses de l’Amérique “, on peut y lire ” Le processus de transformation, même s’il apporte des changements révolutionnaires, est susceptible d’être long, en l’absence d’un événement catastrophique catalyseur comme un nouveau Pearl Harbor “. Et que se passe-t-il un an plus tard ?..

    Il peut être intéressant de lister les différents signataires de ces rapports :
    – Abramowitz Morton
    – Abrams Eliott
    – Albright Madeleine
    – Bernstein Robert L.
    – Blumenthal Daniel
    – Kagan Robert
    – Kouchner Bernard
    – Libby Lewis I.
    – Perle Richard
    – Pipes Daniel
    – Wolfowitz Paul
    – Zoellick Robert B.
    Pour une partie des plus connus. La liste est longue.

      +0

    Alerter
  • pyrrhogaster // 09.09.2013 à 23h06

    Mais pourquoi notre Bernard Kouchner national a-t-il donné sa signature à un document qui parle de “Reconstruire les Défenses de l’Amérique “?

    Est-ce par ce qu’il ne peut vivre quelques jours sans faire parler de lui ?

      +0

    Alerter
    • Jacques Coeur // 09.09.2013 à 23h30

      L’extrait de liste ci-dessus comporte des signataires de tous les rapports du PNAC.
      Bernard K. n’a pas signé celui de 2000, mais celui du 28 septembre 2004.

        +0

      Alerter
  • véronèse // 09.09.2013 à 23h28

    [Modération – Veuillez reformuler vos propos]

    Le système est bien huilé mais la carapace commence à se fendiller

    Un mensonge mille fois répété ne deviendra jamais la Vérité

      +0

    Alerter
  • dupontg // 10.09.2013 à 00h00

    On a fait quand meme de serieux progres dans nos sources dinformation..

    en Libye je me souviens tres bien c’etait……”d’un correspondant anonyme au telephone depuis Benghazi…
    au passage pour ceux qui ne le sauraient pas,Benghazi etait le repere des anciens fideles du roi Sidi Hassan al-Sanussi evincé par Kadhafi…

    En Syrie on a essayé de faire serieux avec l’OSDH situé à Londres et qui reçoit les coups de telephone et redistribue aux medias avec une petite touche officielle

      +0

    Alerter
  • yt75 // 10.09.2013 à 11h22

    Ne pas oublier que la crise Syrienne, c’est aussi des raisons économiques sous jacentes, internes mais aussi intér^ts extérieurs .

    Post de “gail the actuary” à ce sujet :
    http://ourfiniteworld.com/2013/09/09/oil-and-gas-limits-underly-syrias-conflict/

    Et sur les projet de pipelines, par exemple :
    http://www.naturalgaseurope.com/iran-iraq-and-syria-gas-pipeline

      +0

    Alerter
  • olivier69 // 10.09.2013 à 13h41

    L’étonnement pose problème ? Moi, aussi, je suis surpris que (même aux EU) l’on puisse parler de lui en ces termes. C’est un philosophe. Lui restera-t-il un endroit où aller en fin de compte ?
    Ou encore, où voudrait-il qu’on aille ? Peut-être est-ce là, la question ?

      +0

    Alerter
  • bhisoux // 10.09.2013 à 15h56

    “1) Je pense que BHL est bien trop influent, mais aussi qu’il l’est bien moins que beaucoup de gens semblent le croire. Ce n’est pas parce qu’il est sur toutes les photos qu’il a l’oreille de toute l’assistance…”

    Posez-vous les questions suivantes :
    – quel a été l’effort (par effort, je ne parle pas de travail au sens mécanique mais plus en terme de cheminement intellectuel et de facilité d’accès à l’information entre autres) nécessaire pour que vous arriviez un jour sur ce blog de M. Berruyer ? Quel en est le bénéfice pour vous ? Y resterez vous fidèle et attaché ?
    – en contrepartie, quel devrait être l’effort pour que vous n’entendiez plus jamais parler de M. Levy qui sévit depuis des décennies sur l’ensemble des médias (TV, presse, radio, conférences …) ? La aussi, quel est le ‘rapport qualité/prix’ de ces interventions pour votre propre intérêt ?

    Je me permets de faire un rapprochement avec cette pauvre fille, Nabila, dont j’ai entendu parler il y a quelques semaines. Je suis incapable de me souvenir de la première occurence de cette demoiselle à mon esprit (bien malgré moi, n’ayant plus la TV depuis plusieurs années, j’ai probablement appris son existence en salle café au boulot ou dans un périodique quelconque). Je doute fortement, comme dans le cas Loanna, qu’on en parle encore dans un an ou deux.

    M. Lévy a probablement été, in fine, le premier invité gagnant du Loft version Zéro, qu’on n’ose plus mettre dehors maintenant. J’aimerais tant avoir des proprios aussi sympas pour mon loyer !

    TV Réalité, quand tu nous tiens !

    Le jour où ce pauvre qualificatif de Réalité a été accolé au terme télévision, pour montrer qu’il y avait un + dans ces programmes, le péquin moyen a bien compris que la TV, en définitive, et d’après ses propres standards, n’était pas le reflet de la réalité. Donc un beau mensonge que je ne gobe plus.

    Si vous appréciez le mensonge ++, tout nouveau, tout beau qui vient de sortir, libre à vous. Un peu comme le Nouvel Ariel, il lave plus blanc mais il faut faire des noeuds 🙂

      +0

    Alerter
  • Jo // 10.09.2013 à 16h38

    Le tandem des courtisans de Mitterrand..: Kouchner un ego démesuré surnommé 2/3 mondain et 1/3 mondiste..recalé à sa candidature de Dirigeant du CICR à Genève ( au fait du vrai visage du chancre caractériel et paresseux de l’humanitaire ) et le philosophe de pacotille..brocardé à l étranger mais adulé par des éditeurs peu scrupuleux a st germain des près.
    La passion du philosophe à 2 balles consiste a se nourrir des relents de guerre, du sang des autres..plus c est charnier plus il s’embrase avec des harangues éculées de café du commerce. En revanche, le vieux dandy précieux ridicule se méfie sur le terrain. Pendant la guerre d ex Yougoslavie un reportage un brin chafouin s appesantit sur le fou de guerre et capture des images du gourou en plein prêche : voila le dandy mèche en bataille sur le théâtre de guerre coté force ONU. Retenant son souffle,planqué accroupi derrière un muret, le voila relatant les évènements. sanglants en cours ou il semble déjouer le tir des snipers. Qd la camera prend du champ, que voit on derrière le muret abritant le dandy !? un groupe de soldats de l ONU taillant le bout de gras paisiblement en fumant leur clope pendant que le baroudeur de vaudeville frôle un tour de rein a simuler les pires périls au-dessus de sa tète. Le ridicule ne tue pas mais discrédite a jamais les imposteurs en mal de gloire.

      +0

    Alerter
  • Dan // 10.09.2013 à 19h50

    La responsabilité de l’homme est engagée dans les violences constantes , dans les chocs de civilisation ,l’échec de l’humanité aboutira à l’ apocalyspe , donc certain grand penseur devrait réfléchir avant de prôner la guerre permanente !

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications