Le 1er débat Clinton / Trump a donc eu lieu hier. Je vous le propose :

Bien entendu, les médias avaient bien préparé le terrain (avec une grande précision comme on le voit) – on n’est jamais trop prudent :

debat-1

debat-2

La quasi-totalité des média a donc considéré hier matin que Clinton avait gagné haut la main :

clinton trump

(quand je pense qu’un type a fait des études pour en arriver à écrire de tels titres…)

clinton trump

clinton trump

clinton trump

clinton trump

clinton trump

Libé a été plus mesuré :

clinton trump

Je vous conseille quand même ce grand moment de délire du Monde – un grand moment de probité et de mesure journalistique (je me demande si du coup le salaire de la direction du Monde rentre dans les dépenses de campagne de Clinton ?) :

clinton trump

clinton trump

clinton trump

Vous avez noté d’ailleurs le niveau de délire de certaines personnes, qui en France hurlent presque “Vive Clinton !!!!” (je reste bine plus mesuré, on aura un mauvais président américain dans tous les cas… et en plus, en effet, je ne vote pas !)

Le niveau d’hystérisation du traitement de la plupart des sujets fait vraiment peine à voir… Aura-t-on un jour quelques médias mesurés, évitant de prendre parti outrageusement, expliquant la complexité des situations comme si nous n’étions pas neuneus ?

Hillary a du coup fait ses choux gras sur un sondage CNN :

clinton trump

Pourtant, les votes en ligne des sites d’information sont moins catégoriques – attention, ils ne sont pas représentatifs, bien entendu, car le lectorat peut-être orienté, mais ça devient intéressant quand le média n’est pas trop coloré et que les votants sont très nombreux… À prendre avec beaucoup de recul…

clinton trump

410 000 votants quand même…

clinton trump

435 000…

clinton trump

clinton trump

220 000…

clinton trump

clinton trump

clinton trump

Même Slate…

clinton trump

Sans surprise là…

clinton trump

clinton trump

clinton trump

clinton trump

clinton trump

clinton trump

clinton trump

Bref, à vous de vous faire votre propre opinion… 🙂

127 réponses à 1er débat Clinton / Trump

Commentaires recommandés

Spectre Le 28 septembre 2016 à 01h38

Le système politique US est en phase terminale. Quand le choix se résume à une multimillionaire corrompue menteuse sociopathe vs un milliardaire arnaqueur, troll narcissique incapable d’argumenter pour défendre les quelques idées en rupture avec l’establishment, c’est le signe que la fin est proche.

À noter aussi que dans cette grande démocratie, les autres candidats ne peuvent accéder au débat télévisé que s’ils ont obtenu au moins 15% d’intentions de vote dans 5 sondages nationaux : bonjour le verrouillage du système… Le seul jour où des dizaines de millions de citoyens regardent le même débat politique, ce serait quand même bête qu’ils aient accès à autre chose qu’aux deux clans rivaux du parti unique bicéphale !

Décidément, l’agonie d’un empire, ce n’est jamais beau à voir…

(Lien vers la transcription du débat en anglais, pour ceux que ça intéresse : http://www.politico.com/news/2016-presidential-debates)

  1. kesse Le 28 septembre 2016 à 01h13
    Afficher/Masquer

    Il faut d’urgence eduquer les gens a la realite des sondages.
    Les sondages dans la plupart des cas n’ont pas de vises scientifiques, mais juste de communication. Des lors, il s’agit d’ajuster les differentes variables pour obtenir les resultats que l’on souhaite sans etre trop loin de la realite pour ne pas perdre de credibilite. C’est ainsi que les choses fonctionnent, car c’est tout simplement faisable sans pour autant que personne ne puisse venir critiquer votre methodologie.
    Pour ce qui est des sondages en ligne, ils sont sur les sujets non-consensuels, une pure illusion (seuls les gens interesses votent), et sur les sujets d’interets general, ils sont biaises par les liens qui vous amenent au sondage.

    [Modéré]


    • J Le 28 septembre 2016 à 08h56
      Afficher/Masquer

      Les sondages sont faits par des entreprises privées, dont le but est de vendre des sondages et dont les sondages électoraux sont la principale vitrine. Ils ont tout intérêt à tomber juste.


      • PierreH Le 28 septembre 2016 à 09h58
        Afficher/Masquer

        Je partirai du meme constat que vous et arriverai à une conclusion fort différente: ils ont tout interet à proposer un “produit fini” qui satisfasse le client, ce qui ne veut absolument pas dire “qui reflète la réalité”, ce serait mal connaitre la psychologie des dirigeants actuels (je ne parle pas que des politiques).
        Une fois que le sondage est passé, à peu près personne ne regarde en arrière pour les critiquer, y compris à mon avis ceux qui les commandent, il n’y a qu’à voir comment ils arrivent à se tromper avec une régularité de métronome en politique pour s’en convaincre. Car interet ou pas, les résultats sont là, et pas toujours brillants…


      • casper Le 28 septembre 2016 à 10h01
        Afficher/Masquer

        Ouais… on pourrait dire aussi qu’ils ont tout interet a satisfaire leur client en trouvant ce qui l’arrange. Le tout est de rester credible, car pour les sondages destines a etre publies dans la presse, c’est précisément cette crédibilité qu’achete le client.


      • Téji Le 28 septembre 2016 à 12h13
        Afficher/Masquer

        Les clients des sondeurs ne sont pas le grand public…
        Les intérêts de ces clients peuvent même être de manipuler le public, ou tout au moins de favoriser les-dits intérêts…
        La justesse des prévisions peut n’avoir donc aucune corrélation avec l’intérêt du sondeur !


        • J Le 29 septembre 2016 à 09h08
          Afficher/Masquer

          Mais le client, si le résultat n’est pas rendu public et c’est le plus fréquent (même si forcément on n’en parle pas), a tout intérêt à ce que le résultat soit aussi fiable que possible. Sa principale façon de l’apprécier, c’est de voir ceux dont on peut juger la pertinence après-coup.

          Bien sûr, quand un écart fait basculer une majorité, ça devient énorme, mais il suffit d’un tout petit écart. A-t-on vu un sondage politique se tromper du simple au double ?


          • Eric Le 30 septembre 2016 à 08h52
            Afficher/Masquer

            En juin/juillet 2015, lors du référendum grec, les sondages annonçaient la victoire du OUI, avec des scores prévus de 51%, 53%… un peu au dessus de la majorité. Au final, on se retrouve avec une victoire du NON à 61% ! ! !
            C’est à dire que le OUI est au max à 39% ! ! !
            L'”erreur” a été énorme ! !
            Personnellement, je crains que les sondages soient “achetés”, c’est d’ailleurs ce que prétend Philippe De Villiers dans ses mémoires, puisqu’il a, à une époque, eu des expériences de campagnes politiques où effectivement des sondages étaient achetés. Le principe, je crois, c’est qu’un sondage favorable agit un peu comme une publicité : cela crédibilise un candidat ou une idée. Les instituts de sondage gagne donc de l’argent avec des clients fortunés qui veulent faire une promotion ( de quoi que ce soit ).


      • med Le 28 septembre 2016 à 18h23
        Afficher/Masquer

        Il ne faut pas confondre les sondages d’élections et les sondages d’opinions. Les seconds sont totalement bidon et ne servent qu’a manipuler l’opinion.
        En France les sondages de l’élection présidentielle ne seront à prendre au sérieux qu’a partir du mois de Février/Mars et qu’une fois tous les candidats officiellement déclarés.


      • kesse Le 28 septembre 2016 à 18h34
        Afficher/Masquer

        Pour moi, votre point de vue fait partie d’une utopie liberale. Non, le fait qu’il y est un marche et une concurrence n’assure pas la scientificite et ne mene pas vers un optimum moral. Dans cette circonstance, pour plusieurs raisons:

        Les acheteurs sont biaises (partis politiques, journaux, medias, syndicat de patrons ou autre) et veulent des produits qui soutiennent leur opinion.

        Il n’y a pas d’evaluation des biais en fonction des acheteurs et des organismes de sondage. Et si il y en avait un, il serait toujours possible de creer du bruit (sondage non repris ou marginaux) pour obtenir une moyenne convenable.

        Enfin, il est facile de “truquer” un sondage … je m’y connais assez bien en statistique. La methodologie que vous employez sera toujours inattaquable. Il suffira d’argumenter sur la necessite d’incorporer une expertise “scientifique qui donne toute sa valeur au sondage produits” par je-ne-sais-quel-instituts paye par je-ne-sais-quel-moyens.

        Enfin, ce que je vous dis est bien connu dans les milieux concernes, seuls ceux qui ne veulent pas voir ne voient pas, nul raison de legiferer dessus, car apres tout c’est bien utile pour communiquer, etc … Ce sont les argments qui sous-tendent un immobilisme vis a vis des sondages.


        • kesse Le 28 septembre 2016 à 18h40
          Afficher/Masquer

          Enfin, Si vous voulez tentez de faire des previsions sur les sondages … ce qui revient a dire, si vous voulez debruiter les chiffres fournit par un institut qui biaise les resultats en fonction de ses interets … La methode la plus simple est de s’interesser a l’evolution des chiffres fournis par les differents instituts. C’est en utilisant cette methode et quelques corrections initiales par rapport a la nature du sondage qu’il etait possible de predire le Brexit un mois a l’avance.


        • RGT Le 28 septembre 2016 à 20h00
          Afficher/Masquer

          Pour manipuler un sondage et lui faire dire ce que l’on veut il suffit simplement dans ce sondage d’ajouter ce que l’on nomme en statistiques un facteur de confusion bien planqué qui le biaisera pour lui faire dire ce que l’on souhaite.

          L’art des instituts de sondages est justement de chercher (et de trouver) le meilleur facteur de confusion qui permettra de présenter un résultat inattaquable bien que totalement manipulé.

          A un certain moment de ma carrière, je devais fournir des stats qui ne convenaient pas du tout à ma hiérarchie. Pourtant, elle exigeait des données objectives mais qui allaient dans le sens de la stratégie de la direction.

          Au bout d’un certain temps, j’ai demandé aux personnes qui “commandaient” ces statistiques quels étaient les résultats qu’ils souhaitaient en le prévenant que les résultats seraient totalement irréfutables, mais aussi totalement bidonnées.

          Ils ont été très contents.

          J’ai quitté l’entreprise peu de temps avant qu’elle ne sombre.

          Si les stats sont conformes aux désirs des demandeurs elles n’ont pas empêché la réalité de revenir brutalement se rappeler à leurs bons souvenirs.

          Et elle revient toujours, il n’y a pas d’échappatoire.
          Et plus c’est gros, plus ça fait mal.

          C’est aussi ça le capitalisme : On paye des types qui sur notre ordre nous aident à nous tirer une balle dans le pied.


      • Caton l'Ancien Le 29 septembre 2016 à 18h17
        Afficher/Masquer

        Ce que vous dites suppose que quelqu’un se demande à un moment ou à un autre si les sondages sont fiables ou pas. Ce qui n’est absolument pas fait.

        Lors de la dernière présidentielle, j’ai joué à un jeu : j’ai relevé sur 20 sondages les résultats annoncés et j’ai calculé l’intervalle de confiance à 95% d’après le nombre de personnes interrogées.
        Les résultats réels étaient dans l’intervalle de confiance de moins de la moitié des sondages (notamment, le score de Mélenchon était souvent très sous-évalué, celui de Marine Lepen un peu surévalué) et pourtant, ceux qui, au doigt mouillé, regardaient les sondages et les résultats trouvaient que les sondages étaient fiables (au sens où ils donnaient les “tendances”, mes calculs étant renvoyés à du pinaillage sans intérêt).

        Les sondeurs sont comme les anciens oracles : quelque soit la réalité, vous avez toujours une façon de les interpréter qui leur donne raison donc leur crédit ne sera jamais sérieusement mis en question.


    • Dumont Le 28 septembre 2016 à 08h57
      Afficher/Masquer

      … bonjour,
      pour moi, sondage rime avec formatage …


      • kesse Le 28 septembre 2016 à 19h03
        Afficher/Masquer

        Oui, vous avez raison … et cela sans qu’il y ait une volonte institutionnelle explicite derriere. Le marche du sondage genere le formatage.


        • Tikarol Le 28 septembre 2016 à 22h59
          Afficher/Masquer

          J’imagine qu’il y a au moins 2 types de sondage ; ceux destinés aux commanditaires et ceux destinés à la cible des commanditaires => ils peuvent bien sûr différer sensiblement …


    • Spipou Le 30 septembre 2016 à 00h33
      Afficher/Masquer

      Attention, ici il s’agit d’un sondage en ligne direct.

      La question étant très simple, je ne vois pas comment il a pu être biaisé, sinon peut-être par la tendance politique du journal sur lequel les gens ont voté.

      Mais j’ai peut-être mal compris ce que vous vouliez dire, au sujet des “liens qui vous amènent au sondage” ? Qu’est-ce que vous vouliez dire exactement ? Pensez-vous que les gens sont arrivés au sondage par des liens qui suggèrent d’autres questions de façon plus ou moins subliminale ? Je ne comprends pas très bien…


      • Caton l'Ancien Le 30 septembre 2016 à 19h33
        Afficher/Masquer

        Il y a tellement de façons de biaiser un sondage :
        * manipulation des sondés : par la formulation bien choisies des items, par une mise en contexte (ne faire de sondages sur la peine de mort qu’au lendemain de crimes médiatisés)
        * manipulation de l’échantillon : si je téléphone au hasard le lundi à 10h30, ceux qui travaillent ne sont pas chez eux.
        * manipulation dans l’interprétation : en lisant la notice d’un sondage sur “la dernière allocution présidentielle vous a t elle paru convaincante”, j’ai observé que plus de la moitié des sondés n’avaient pas entendu le discours présidentiel. Pour le journaliste relayant le sondage, ça ne mérite pas commentaire.
        * absurdité de la question : ça veut dire quoi “gagner un débat ?”, à quoi rime de demander aux gens “si l’élection avait lieu demain” quand l’élection n’a pas lieu demain.
        * etc…

        Même sans volonté de tricher, on peut encore faire ces critiques :

        http://www.homme-moderne.org/societe/socio/bourdieu/questions/opinionpub.html


        • Spipou Le 01 octobre 2016 à 03h33
          Afficher/Masquer

          Certes.

          Mais là, il ne s’agit pas de sondages réalisés par des instituts de sondage, mais de gens qui sont volontairement allés sur internet pour répondre à une question simple et sans équivoque. Quant à ceux qui travaillent à 10 h 30, ils ont eu toute latitude pour aller sur internet à 23 h 45 ou à 3 heures du matin. Comment peut-on manipuler ça, sauf à tricher sur les résultats ?

          Restent les gens qui n’ont pas internet, ça existe, en particulier chez les personnes âgées, mais à ce compte-là, on arrivera toujours à trouver un biais quelconque !

          Quant à la question “gagner un débat”, je vous accorde que c’est purement subjectif. Mais les gens qui ont répondu Trump ou Clinton n’ont fait qu’exprimer leur sentiment, et à moins qu’ils se soient tous amusés à mentir, ça donne de façon fiable – à mon humble avis – celui qui a été préféré par la majorité des téléspectateurs, au moins au cours de ce débat précis, c’est-à-dire à la date et à l’heure x. Bien sûr que ça peut changer jusqu’au jour de l’élection, mais la question ne visait qu’à prendre un instantané à cette date et à cette heure x (toujours à mon humble avis).


          • Caton l'Ancien Le 02 octobre 2016 à 04h39
            Afficher/Masquer

            Je vous accorde que cette consultation est probablement moins facilement falsifiable que d’autres type de consultation mais ça reste quelque chose de très artificiel. Notons que les résultats varient grandement, ce qui contredit qu’on a une mesure fiable d’un truc précis.

            Derrière la question “Qui a gagné le débat ?”, tout le monde a-t-il compris la même chose ? Si, dans un débat Philippot contre Douillet ou Royal, Philippot a plus de répartie alors je serais obligé de reconnaître qu’il a gagné même si je le vomis. D’autres soutiendraient inconditionnellement leur favori.

            Ces consultations ont le mérite de démontrer que l’unanimité journalistique n’est pas une unanimité populaire mais il me paraîtrait douteux d’en déduire plus.

            Enfin, les statisticiens considèrent souvent qu’un échantillon de personnes qui viennent spontanément n’est pas pas un échantillon fiable parce qu’il y a un gros biais d'(auto)-sélection.


  2. OhB Le 28 septembre 2016 à 01h30
    Afficher/Masquer

    Voici la version anglaise pour ceux qui préféreraient : https://m.youtube.com/watch?v=ZEHPrYUcoi0

    En tout cas je me suis arrêté au bout de 10 minutes, pas besoin de savoir qui a gagné, les deux sont aussi navrants l’un que l’autre.


    • GLEB Le 28 septembre 2016 à 12h17
      Afficher/Masquer

      100 % d’accord.
      La campagne présidentielle en France s’engage sur les mêmes bases … On a pas fini d’en manger de l’argument de comptoir. Disons plutôt de cours de récréation, car avec quelques grammes au comptoir, des idées et arguments originaux peuvent voir le jour 🙂


      • Cédric Le 28 septembre 2016 à 18h21
        Afficher/Masquer

        j’vous rassure, si les gens ne regardaient pas, ce genre de débat n’aurait plus lieu.


  3. Spectre Le 28 septembre 2016 à 01h38
    Afficher/Masquer

    Le système politique US est en phase terminale. Quand le choix se résume à une multimillionaire corrompue menteuse sociopathe vs un milliardaire arnaqueur, troll narcissique incapable d’argumenter pour défendre les quelques idées en rupture avec l’establishment, c’est le signe que la fin est proche.

    À noter aussi que dans cette grande démocratie, les autres candidats ne peuvent accéder au débat télévisé que s’ils ont obtenu au moins 15% d’intentions de vote dans 5 sondages nationaux : bonjour le verrouillage du système… Le seul jour où des dizaines de millions de citoyens regardent le même débat politique, ce serait quand même bête qu’ils aient accès à autre chose qu’aux deux clans rivaux du parti unique bicéphale !

    Décidément, l’agonie d’un empire, ce n’est jamais beau à voir…

    (Lien vers la transcription du débat en anglais, pour ceux que ça intéresse : http://www.politico.com/news/2016-presidential-debates)


    • vloiseau Le 28 septembre 2016 à 06h54
      Afficher/Masquer

      On copie ce système : des primaires, 500 signatures pour une présidentielle et tri pour l’accès au média selon des règles non écrites mais implicites – ne pas mettre en danger le système et l’entretenir en y mettant des bûches pour rallumer le feu (débats de l’été).


    • Sawickki Le 28 septembre 2016 à 07h59
      Afficher/Masquer

      La France a les mêmes maux. 2 parties. Cependant c’est un peu mieux scenarisé, on nous donne l’impression d’avoir d’autres choix.


    • Charles Le 28 septembre 2016 à 14h49
      Afficher/Masquer

      Phase terminale? Oui et non. Car cela n’a aucune importance qui occupe le fauteuil présidentiel, le vrai gouvernement, le vrai pouvoir est dans l’ombre, surtout pour ce qui concerne la politique étrangère. Voyez Obama et Kerry: ce qu’ils peuvent dire ou faire n’a aucune importance, notamment en Syrie à part déployer un écran de fumée. Et il en va de même en Europe: tous des laquets à la solde des faucons américains.

      A part ça le parti pris des “journalistes” les ridiculise: ils se sont convertis en propagandiste de la guerre qui vient.


    • Jean Marc Le 28 septembre 2016 à 19h23
      Afficher/Masquer

      Tout à fait d’accord sauf sur l’agonie d’un empire, il nous est donné, chose rare, de voir et pour certains de participer à la chute d’un empire qui n’a eu d’égal que l’empire romain depuis 2000 ans. 1000 bases militaires extérieures, une suprématie militaire depuis 100 ans, une pax americana voulue ou non voulue mais imposée de gré ou de force, un american way of life qui part en lambeaux, je pense plutôt que c’est une chance d’assister à cela en direct quoi que soit le prix à payer car nous payerons cette chute de l’empire américain.


  4. madake Le 28 septembre 2016 à 01h40
    Afficher/Masquer

    J’ai une sœur qui résidait en Algérie lors de la dernière élection présidentielle française de 2012, et lors du passage du candidat Sarkozy à la télé algérienne, elle a entendu dans un bar, la réflexion d’un algérois à un autre :
    -Tu te rends compte? Si il gagne, on va se le farcir pendant 5 ans, celui-là!!!

    Dit par un algérien qui n’était jamais allé en France… mais qui se sentait? concerné, impliqué dans le résultat de cette élection, comme si Sarkozy allait succéder à Bouteflika…

    On nous présente les derniers présidentiables, comme s’il arrivaient, oints d’une probité et d’un pureté virginales automatiquement renouvelée à chaque campagne…
    On oublie les vilaines et bruyantes casseroles et tous les médias jouent le jeu…
    On fera quand même l’effort de se remémorer ce qu’il advint des promesses des candidats, une fois passés aux affaires.
    Alors Clinton ou Trump? un président indispensable pour tous les humains?
    Sans blague???!


    • alfred Le 28 septembre 2016 à 07h56
      Afficher/Masquer

      Ces algériens etaient bien inspiré s de craindre Sarkozy (la prise d otage d in amenas n aurait pas eu lieu sans ses exploits lybiens par exemple). De meme nous pouvons craindre un nouvel afflux de refugies de guerre sous clinton bis (voire oire). Et ce meme si nous n y pouvons rien.


  5. Chris Le 28 septembre 2016 à 01h46
    Afficher/Masquer

    [Modéré] Les majorité des gens sont hyper fatigués des cinglés aux commandes et veulent du changement.
    A constamment tirer à boulets rouges, la presse mainstream lui a fait une fantastique publicité dont il a su tirer profit grâce à son immense talent de communicateur.
    S’il est élu, nous gagnerons juste un peu de répit dans la course à l’échalote Ouest/Est et peut-être même un ralentissement de la globalisation.
    Pour ces raisons, je le préfère à Hillary Clinton.


    • Wakizashi Le 28 septembre 2016 à 11h46
      Afficher/Masquer

      “Les majorité des gens sont hyper fatigués des cinglés aux commandes et veulent du changement.”

      Ils n’ont qu’à arrêter de voter. Les “cinglés aux commandes” sont aux commandes parce que nous les élisons. Les peuples ont les gouvernants qu’ils méritent.


  6. Spectre Le 28 septembre 2016 à 01h51
    Afficher/Masquer

    Quant aux sondages en ligne, quoi qu’ils indiquent, ils n’ont bien évidemment pas la moindre valeur. Trop facile de mobiliser via les réseaux sociaux pour influencer (quand Nuit debout était actif, il y avait régulièrement des campagnes pour bidonner les résultats sur les questions liberticides type “faut-il interdire les rassemblements ?” etc.), sans compter le biotope de base de chaque site. Posez la même question dans L’Humanité et Valeurs actuelles, vous ne risquez pas d’obtenir les mêmes tendances…


  7. Grégory Le 28 septembre 2016 à 02h09
    Afficher/Masquer

    Le sondage CNN est un sondage classique fait sur un échantillon de 520 électeurs.

    Les votes sur les sites correspondent à quelque dizaine de milliers de personnes. Ils ont en général des systèmes anti fraudes mais pas forcément très élaborés.

    Bref, les deux peuvent être truqués. J’ai quand même l’impression que celui de CNN est plus facile à manipuler (et au résultat bien trop extrème pour être honnête, surtout considérant qu’il ne s’adresse pas aux seuls lecteurs de CNN). Mais franchement vu les enjeux, je pense que les deux camps ont eu au minimum des idées…


    • madake Le 28 septembre 2016 à 09h55
      Afficher/Masquer

      Les statisticiens estiment qu’en France, il faut au moins un millier de réponses en tenant compte des catégories socio-econo-culturelles pour avoir un résultat pertinent.
      Les USA ont une population différente et 5 fois plus nombreuse.

      Dans l’époque où l’on est, ce n’est plus un résultat pertinent qui est recherché par CNN, c’est juste pouvoir publier, immédiatement, l’amorce d’une tendance, avant le prochain “sondage”.

      En fait tout cela ressemble d’avantage au “doigt mouillé”, d’ailleurs l’usage qui en est fait, aussi…


      • Grégory Le 28 septembre 2016 à 10h20
        Afficher/Masquer

        La quantité finale de la population sondée n’a pas de raison de devoir augmenter la taille de l’échantillon. La variété socio-culturelle, éventuellement, mais je ne jurerais pas que celle aux USA est plus complexe qu’en France.

        Mais oui, au final 520 est un petit échantillon.


        • olivier Le 28 septembre 2016 à 12h37
          Afficher/Masquer

          bien sur que si, la quantité est importante d’autant plus dans cette société principalement citadine. Ne pas oublier non plus que les villes américaines sont encore plus communautarisées que les villes françaises et qu’il est très facile de truquer un échantillonnage en faisant un ciblage géographique.


  8. juliette des esprits Le 28 septembre 2016 à 03h58
    Afficher/Masquer

    Entendu samedi une émission sur France Culture sur les élections américaines , tous les participants étaient des fans d Hillary! Pas une personne pour analyser les propositions de Donald et sa personne était bien sûr violemment critiquée…tout ceci en parfaite impartialité puisqu ils étaient tous contre!
    ! C est du vrai journalisme objectif ou je ne m y connais pas!!!


  9. Titus Le 28 septembre 2016 à 05h47
    Afficher/Masquer

    Une observation : pour un pays qui n’affiche que 4.9% de chômage (juin 2016), en baisse régulière depuis 2010, l’insistance forte des deux candidats sur l’impérieuse nécessité de rapatrier et de créer des emplois sur le sol américain parait suspecte… On se croirait en France.


    • Francois Dubreuil Le 28 septembre 2016 à 08h17
      Afficher/Masquer

      le chomage baisse aux EUA parce que la population active baisse, les femmes restent au foyer, les exclus décrochent de la recherche d’emploi …
      Et il y a 2 % de la population active en prison, ce qui réduit d’autant le chomage.
      Enfin, il y a beaucoup plus qu’en france des temps partiels (moyenne durée du travail 33h) et un salaire minimum ultra faible … donc oui ils ont envie de faire revenir des emplois industriels qui paient et pas juste la silicon valley qui captent la création de valeur des masses connectées et des travailleurs asiatiques.


      • Andrae Le 28 septembre 2016 à 14h19
        Afficher/Masquer

        Aux USA on est compté comme ‘en emploi’ si on travaille une ou deux heures p. semaine / si on gagne 20 dollars p. semaine / si on travaille 15h ou plus p. semaine sans rénumération (entreprise familiale, etc.)

        USA. Voici la ‘labor force participation rate’, derniers 10 ans. Actuellement 62%. Ce chiffre comprend également ceux qui sont SANS EMPLOI mais en cherchent un! (cette partie de la définition est donnée dans le lien.)

        http://www.tradingeconomics.com/united-states/labor-force-participation-rate

        Voici J. Williams qui est très bon et propose des chiffres plus réels, les sans emploi qui en voudrait un sont proche de 24%.

        http://www.shadowstats.com/alternate_data/unemployment-charts


    • Farah Le 28 septembre 2016 à 09h03
      Afficher/Masquer

      Depuis belle lurette aux USA comme ailleurs la plupart des fabricants des données statistiques ont largement dépassé les normes d’émissions polluantes mais qui va le dire ?


      • patrick Le 28 septembre 2016 à 09h35
        Afficher/Masquer

        je me dis quand même que Hollande devrait embaucher des statisticiens américains , ils ont l’air d’être plus malins que les nôtres pour sortir de bons chiffres 🙂


        • Farah Le 28 septembre 2016 à 10h43
          Afficher/Masquer

          C’est possible mais je ne serai pas étonné que des américains puissent penser le contraire. Car nul n’est prophète dans son pays surtout lorsqu’il s’agit d’enfumer la populace.


    • yann Le 28 septembre 2016 à 10h29
      Afficher/Masquer

      Le taux de chômage réel est extrêmement élevé aux USA. Il est en fait au même niveau que pendant la grande dépression, mais les autorités ont changé la définition du chômage pour camoufler la réalité. Ils ont cassé le thermomètre en quelque sorte. Un peu comme chez nous quand on parle uniquement de la catégorie A ou en Allemagne quand on ne parle pas de la précarisation de l’emploi.

      Sur le site de John Williams vous trouverez les chiffres tels qu’ils seraient si l’on avait gardé les anciennes mesures du taux de chômage, un beau 25% de la population active. Près de 100 millions d’américains sont inactifs. Le taux d’actif est au plus bas depuis 1975 avec seulement 63% des actifs en age de travailler qui ont effectivement un travail. Et ce n’est pas le résultat du retour des mères au foyer parce que ce phénomène touche surtout les hommes. Ce qui s’explique par la désindustrialisation accélérée.

      http://www.shadowstats.com/alternate_data/unemployment-charts


      • jubaka Le 28 septembre 2016 à 18h20
        Afficher/Masquer

        Le taux de chômage selon la norme BIT (calculé en France par l’INSEE) est le seul reconnu. Les chiffres de Pôle emploi ne sont que des stat nationales.
        Et le BIT considère comme non chômeur toute personne qui a travaillé, quelque soit le nombre d’heure dans une semaine.
        Donc les petits jobs qui foisonnent en Allemagne, en Angleterre ou chez les US font baisser la stat de chômeur mais cela ne fait pas baisser la pauvreté …


      • LS Le 29 septembre 2016 à 10h22
        Afficher/Masquer

        Je suis d’accord sauf sur “Ce qui s’explique par la désindustrialisation accélérée” …
        Si vous évaluez la production industriel en monnaie constante, vous n’y verrez que peu d’évolution. Les évolutions, majeures depuis 30 ans, de la structure du système production industriel se sont donc fait à taille à peu près constante. Par contre, hormis depuis 2009, les gains de productivité ont été tels que l’emploi industriel a considérablement baissé, lui.


        • yann Le 29 septembre 2016 à 13h46
          Afficher/Masquer

          Il faut bien voir qu’une grande partie de ce qui est consommé aux USA est importée. Le déficit commercial US est de 600 milliards de dollars par an environ, c’est autant d’emploi non créé localement. C’est bien une forme de désindustrialisation puisque ce pays ne pourvoit pas une production à la hauteur de sa consommation. Les USA souffrent aussi du libre-échange avec la zone euro qui favorise outrageusement les exportations germaniques. On l’ignore, mais la zone euro vient de devenir la zone avec le plus gros excédent commercial de la planète. Nous exportons notre déflation et notre déclin de la consommation intérieure.

          Quant à votre propos, c’est un point de vue. Les gains de productivité existent depuis longtemps, mais naguère ils ne produisaient pas de chômage parce qu’ils étaient compensés soit par la hausse des salaires et de la consommation, soit par la baisse du temps de travail.


  10. DUGUESCLIN Le 28 septembre 2016 à 06h12
    Afficher/Masquer

    Il faut noter face à ce débat navrant et inintéressant, voir banal, la réaction de la presse française.
    Les éloges de Clinton et la presque ridiculisation de Trump.
    Cet excès flagrant est une indication qui peut aider à comprendre de qui est la candidate Clinton.
    Cette même presse qui n’arrête pas de nous faire croire que l’armée syrienne qui soutient le “croissant rouge” a bombardé le convoi humanitaire qu’elle avait soutenu et que les russes sont responsables.


    • patrick Le 28 septembre 2016 à 09h56
      Afficher/Masquer

      du coup , ça rend Trump presque sympa et surtout bien moins inquiétant que Clinton que j’assimile directement avec tous les coups tordus que les USA sont en train de tenter en Syrie ou contre la Russie, et ça c’est dangereux pour nous.


      • Pierre Le 28 septembre 2016 à 10h43
        Afficher/Masquer

        Oui mais si Trump devait arriver au pouvoir, et en supposant qu’il désire mettre en oeuvre une politique extérieure non-agressive, on a l’impression qu’il lui faudrait se livrer à une purge “stalinienne” au sein du pentagone: rappelons par exemple l’épisode de Deir-ez-zor, et cette remarquable sortie d’Ashton Carter “Les États-Unis ne veulent pas s’interdire de dégainer les premiers l’arme nucléaire en cas de conflit”
        http://www.45enord.ca/2016/09/le-pentagone-ne-veut-pas-sinterdire-la-premiere-frappe-nucleaire/
        (relayé également sur RT)


      • K Le 29 septembre 2016 à 16h28
        Afficher/Masquer

        Oui, l’administration du pentagone fait un peu se qu’elle veut. On peut se rassurer en imaginant que Trump pourra y amener “ses” propres hauts fonctionnaires, comme il est de coutume aux EU, après chaque élection présidentielle.
        Par contre, il faut plus s’inquiéter de l’activisme des agences de renseignements (mal nommées car elles ne se contentent pas de renseigner), à commencer par la CIA, qui sont des Etats dans l’Etat et qui disponsent de moyens considérables pour mener leur propres initiatives, avec ou sans l’autorisation de la Maison Blanche et du Congrès.


  11. Laurent Le 28 septembre 2016 à 06h22
    Afficher/Masquer

    @Duguesclin:
    C’est probablement parce que les chiffres sont “habillés”; aux USA comme en France, les actifs qui ne cherchent plus de travail, ou sont sortis des statistiques pour défaut d’actualisation, ou n’ont pas accepté un emploi à 200Km de chez eux avec une baisse de salaire de 25%, ne sont plus comptés. Le chiffre de participation de la population active à l’emploi est très intéressant, et très inquiétant… Voir à ce sujet les nombreuses interventions de l’éconoclaste Olivier Delamarche sur BFMBusiness.


  12. jplchrm Le 28 septembre 2016 à 07h33
    Afficher/Masquer

    Entendu hier sur France Inter : commentaires 100% pro-Clinton et anti-Trump. Les deux candidats étant a priori aussi mauvais l’un que l’autre, il faut bien en conclure que, l’information-venant de “radio-Paris-ment”, Clinton est bien pire que Trump.


  13. Georges Clounaud Le 28 septembre 2016 à 07h38
    Afficher/Masquer

    Il y a déjà belle lurette que le journal “Le Monde” a cessé d’informer. Cette feuille de chou néoconservatrice n’a qu’une seule mission : convertir le bobo au mondialisme et à ses valeurs libérales-libertaires ainsi qu’à l’exceptionnalisme US. Mais la ficelle propagandiste est devenue tellement grosse qu’on a l’impression de revenir 50 ans en arrière avec “l’Humanité” à la grande époque de l’URSS. Après on va s’étonner que le sans-dent auquel la greffe de cerveau fonctionne mal aille rechercher l’information ailleurs…


    • Bruno Le 28 septembre 2016 à 08h45
      Afficher/Masquer

      Il est par ailleurs “rigolo” de constater qu’aucune expérience passée de désinformation ou de tentative d’influencer les électeurs-gueux par des mensonges ne leur sert de leçon.

      Cf. le bourrage de crane et les sondages truqués sur Maastricht, sur le Brexit, les ré-élections de Poutine…

      La manie de confondre ses rêves (d’atlantistes en l’occurence) et la réalité à de beaux jours devant elle.


  14. bluetonga Le 28 septembre 2016 à 08h23
    Afficher/Masquer

    Impossible de juger qui va gagner sur ces bases, on verra à l’autopsie. Une chose est sûre, aucun candidat ne s’est démarqué de l’autre dans le débat, et si Clinton a été égale à elle-même, égrenant ses poncifs et plaçant à l’occasion quelques beaux revers dans la mêlée, Trump n’a ni flanché ni marqué de point critique. Bref, on va voir. De toute façon, si Clinton l’emporte, il lui restera à combattre les germes ou dieu sait quoi d’autre. Les lecteurs avisés feraient mieux de s’intéresser de près à la biographie de son vice-président désigné.


  15. bluetonga Le 28 septembre 2016 à 08h24
    Afficher/Masquer

    Sinon on reste toujours pantois devant l’extrême indigence et soumission de la presse mainstream, plus particulièrement encore ici en France. J’ai vu passer ces derniers jours des informations explosives, sans aucune (?) réaction de leur part : Todenhöfer, un journaliste allemand, interviewe un chef d’Al Qaeda qui témoigne tranquillement de l’implication directe des USA à leur côté, les Syriens affirment avoir intercepté une conversation entre les militaires américains et l’état islamique avant la bavure de Deir Ezzor… Et pas une ridelle à la surface de notre marigot médiatique. EEG plat.


    • Perekop Le 28 septembre 2016 à 11h09
      Afficher/Masquer

      Oui, et c’est tout à fait terrifiant. Au point où ils en sont, on se demande vraiment ce qu’il faudrait pour que l’info ne soit pas immédiatement étouffée et poussée sous le tapis.
      Finalement, ce véritable crime médiatique est peut-être le plus répugnant de tous. Si on part du constat que les politiciens (actuels ?) sont par nature de minables menteurs, le fait que les médias leur aient ainsi emboîté le pas, trahissant totalement leur mission d’information, donne envie de leur réserver une place de choix au futur tribunal néo-Nuremberg qui jugera toute cette lie de l’humanité pour les crimes commis. Enfin, c’est ce qu’on aimerait bien croire…


    • Larousse Le 28 septembre 2016 à 16h52
      Afficher/Masquer

      Merci de l’info,
      confirmation de ma colère sur le “jeu occidental” en Syrie et l’urgence d’une Commission d’enquête indépendante ou “tous partis” (y compris le FN et le Front de gauche) sur l’attitude de l’actuelle équipe du président Hollande et le Quai d’Orsay, ainsi que sur les médias qui, systématiquement, mène une propagande “anti Bachar” mais en fait “anti Syrie légale”. Et certains font le “coup de Sarajevo” pour parler d’Alep… Aaah non !
      Merci !!
      Pour Trump je me risque : Trump gagnera par “l’effet ras-le-bol du système”… mais sur le fond… ce choix est plus que médiocre (… Hillary ne vaut pas mieux – c’est ce qui guidera la main de l’électeur américain moyen)


      • FredvB Le 30 septembre 2016 à 02h33
        Afficher/Masquer

        Cher Larousse, croyez-vous vraiment qu’un apparemment (car ancien copain des Clinton) anti-système puisse vaincre un système d’élection éventuellement truqué?


    • bluetonga Le 28 septembre 2016 à 19h05
      Afficher/Masquer

      En passant…

      Mon post initial comprenait d’autres exemples que la modération a jugé bon de supprimer. C’est son droit et elle choisit le type d’information qu’elle considère comme pertinente ou appropriée au sujet débattu. Néanmoins, je trouverai appréciable que l’encart [modéré] soit alors systématiquement ajouté, car sinon, ça s’apparente à de la censure pure et simple, et peut dans certains cas dénaturer l’intention de l’intervenant (ce qui n’était pas le cas ici, je le souligne).

      J’apprécie beaucoup les crises pour son espace de débats. Les commentaires, réflexions et références des intervenants sont à mes yeux aussi voire plus importants que les textes proposés.


    • Jean Le 28 septembre 2016 à 20h55
      Afficher/Masquer

      Ce serait intéressant d’ailleurs que Olivier nous fasse un dossier media “propagande” sur la Syrie. On frôle le délire en ce moment avec Alep.


  16. woiliwoilou Le 28 septembre 2016 à 08h29
    Afficher/Masquer

    Il est urgent de nationaliser nos médias ! certes ils répondront toujours à la pression du partie politique au pouvoir mais ils ne répondront plus à la pression de l’argent !

    et qui sait… peut etre qu’un jour on aura un VRAI politique qui saura donner la liberté de parole aux médias… mais il va falloir revoir leur éducation pour ça…


    • Farah Le 28 septembre 2016 à 09h23
      Afficher/Masquer

      En France la presse est subventionnée par le pouvoir public et d’après Benjamin Dorman (auteur du livre “ils ont acheté la presse”) chaque journaliste encartée touche quelque chose comme 7000 euros (par mois ou par an je ne rappelle plus) par conséquent “nationaliser les médias” reviendrait simplement à écrire un texte et ne couterait pas un rond aux contribuables alors pourquoi pas.


      • patrick Le 28 septembre 2016 à 09h59
        Afficher/Masquer

        il serait beaucoup plus simple et plus efficace de supprimer les subventions à la presse et de laisser faire la sélection naturelle.


        • Farah Le 28 septembre 2016 à 11h06
          Afficher/Masquer

          Tout à fait et dans l’absolu c’est pas de pitié pour les canards boiteux sauf pour la presse et quelques autres intermittents du monde de l’écriture et des arts.


    • madake Le 28 septembre 2016 à 10h18
      Afficher/Masquer

      Pourquoi, à votre avis, les grands groupes financiers, aux placements avisés, achètent-ils des affaires, dont tout le monde dit qu’elles sont déficitaires?
      Voilà une question intéressante et qui ouvre des perspectives.

      Voir

      https://blogs.mediapart.fr/donbishopsam/blog/300516/qui-detient-les-medias-prives-en-France

      et surtout

      http://www.monde-diplomatique.fr/cartes/ppa

      cherchez donc à qui appartient les journaux que vous lisez, et vous saurez qui tient la laisse du toutou.


      • patrick Le 28 septembre 2016 à 12h57
        Afficher/Masquer

        raison de plus pour ne pas subventionner la presse.
        il est ahurissant de faire payer aux contribuables les pertes de groupes appartenant à des grandes fortunes.
        ils veulent contrôler les journaux ? ils paient les pertes !


  17. Galien Le 28 septembre 2016 à 08h47
    Afficher/Masquer

    Une débauche de lieux communs commentés comme s’il s’agissait de paroles d’évangiles par les médias à la botte. Aurons-nous mieux en 2017?


  18. hzdl Le 28 septembre 2016 à 09h16
    Afficher/Masquer

    “By tomorrow, no one will remember what either of them said during the debate. But we will remember how they made us feel.

    Clinton won the debate last night. And while she was doing it, Trump won the election. He had one thing to accomplish – being less scary – and he did it.”

    Scott Adams
    http://blog.dilbert.com/post/151007796236/i-score-the-first-debate

    Pour les non-anglophones:
    Dès demain, personne ne se souviendra de ce qu’ont dit les deux candidats. Mais on se souviendra de comment on l’a ressentit.

    Clinton a gagné le débat hier soir. Et pendant qu’elle le faisait, Trump gagnait l’élection. Il avait une chose à accomplir – paraitre moins effrayant – et il l’a fait.


  19. Arnaud Le 28 septembre 2016 à 09h17
    Afficher/Masquer

    “Aura-t-on un jour quelques médias mesurés, évitant de prendre parti outrageusement, expliquant la complexité des situations comme si nous n’étions pas neuneus ?”… demandez-vous. Oui; nous en avons un. Et il se trouve que c’est l’organe de presse écrite français le plus lu dans le monde : Le Monde Diplomatique, qui depuis plusieurs mois, publie des articles d’analyse, mais surtout d’enquêtes en profondeur sur le terrain, aux Etats-Unis, pour tenter de comprendre comment ce pays en est arrivé à l’affrontement de ces deux-là… comme toujours, il n’y a pas d’anathème, pas de “jugement”, mais des éléments d’analyse, de réflexion, des mises en perspectives, des focus sur l’histoire récente, et jamais de parti pris “anti-Trump”. C’est son électorat et les raisons profondes de ce qui meut cet électorat que le Diplo tente d’aller “chercher”… mais ils analysent aussi les tenants et aboutissants du “cas” Hillary, qui interroge finalement tout autant que le “cas” Trump. Un long article de Serge Halimi y revient dans le numéro d’octobre paru ce matin même. Abonnez-vous au Diplo, de très loin le meilleur canard sur la place. Et, “Les-crises.fr”, référez-vous y plus souvent, c’est un conseil : ses articles offrent des angles, des pas de côtés souvent indispensables au contrepoint, à la révélation de l’inanité journalistique de la plupart de leurs confrères. A bon entendeur… moi je dis ça… je ne dis rien.


  20. Pytheas Le 28 septembre 2016 à 09h32
    Afficher/Masquer

    “A quoi ressemble un troll complotiste projeté en pleine lumière, devant des centaines de millions de télespectateurs? A Donald Trump pris en flagrant délit de mensonge et de mythomanie, dans son débat avec Clinton (1), par exemple à propos de la nationalité d’Obama, ou du climatoscepticisme. Le déni absolu. Non non, je n’ai jamais mis en cause la nationalité américaine du président. Non non, je n’ai jamais dit que le réchauffement climatique était une fable inventée par les Chinois.” .
    Ceci n’est qu’une petite part de ses discours de psychopathe, et son racisme affiché!!!! Votre obsession contre ce que vous appelez “le mainstream” en permanence, vous rend aveugle sur une analyse réelle des positions de ce personnage qui représente la phase décadente des USA. C’est indigent et sans valeur ajoutée.


    • patrick Le 28 septembre 2016 à 12h59
      Afficher/Masquer

      Oui mais ça , ça concerne la politique interne des USA , ça les regarde.
      Nous , ce qui nous inquiète c’est la politique étrangère des USA , et là y’a pas photo , Trump semble beaucoup moins nocif que Clinton.


    • Nico 13 Le 28 septembre 2016 à 15h12
      Afficher/Masquer

      Je suis d’accord.
      Trump est un psychopathe.
      Je n’apprécie pas du tout Hillary Clinton, mais je ne vois pas en quoi ça serait mieux de voir Trump président.

      Dans les deux cas, les tensions seraient encore plus exacerbées dans la société.
      De toute façon, comme l’a précisé Oliver Stone, les Américains devront choisir entre un fou et une va-t-en-guerre.
      Ça prouve bien que les USA sont sur le déclin et que la situation est loin d’être bonne contrairement à ce que nous raconte les médias.

      Après, il faut reconnaître également que dans cette campagne, quasi tous les médias veulent voir Clinton au pouvoir.
      Il n’y a pas un jour où un média tire à boulets rouges sur Trump.
      Comment peut-on parler de démocratie dans ce cas là ?

      Ceci dit, ce qui m’énerve le plus, c’est que pendant ce temps là, on ne parle pas des solutions qu’on pourrait envisager pour bâtir un autre projet de société.
      Ça ne sert à rien de continuer à attendre le retour de la croissance, car elle ne reviendra pas pendant un bon moment.
      Les pays industrialisés ont une société vieillissante et ça pèse sur la croissance.
      Faudra bien qu’on envisage autre chose un jour ou un autre.


      • Subotai Le 28 septembre 2016 à 18h43
        Afficher/Masquer

        “”…Trump est un psychopathe.
        Je n’apprécie pas du tout Hillary Clinton, mais je ne vois pas en quoi ça serait mieux de voir Trump président.””
        *************
        Très simple:
        Meilleur pour nous parce qu’il va faire péter l’intérieur des USA – c’est à dire eux mêmes, au lieu de faire péter l’extérieur des USA comme Clinton a prévenu – c’est à dire nous.


  21. Jean Le 28 septembre 2016 à 09h34
    Afficher/Masquer

    Sondage en ligne “locaux” (recopié d’un post sur le Figaro)

    Who won the first debate :

    Las Vegas Sun : Trump 82%, Clinton 18%.
    Fox 5 San Diego (centre droit) : Trump 61.09%, Clinton 34.13%
    New Jersey Sun (209 528 votes): Trump 57%, Clinton 38%
    Shelby Star (Cleveland, 27 738 votes) : Trump 86%, Clinton 14%
    Roanoke Times (Caroline du nord) : Trump 87%, Clinton 11.9%
    The Hollywood Gossip (gauche hollywoodienne) : Trump 71.8%, Clinton 28.2%
    Variety (média artistique principal de Los Angeles, gauche toute) : Trump 56%, Clinton 43%
    Atlanta Patch (27 792 votes) : Trump 84%, Clinton 15%


    • Andrae Le 28 septembre 2016 à 14h47
      Afficher/Masquer

      Pour ajouter à la liste ‘anecdotique’ Trump a ‘gagné’ (ou est en train de gagner) le sondage traditionnel des enfants (fait par Nickelodeon): 72% pro-Trump vs. Clinton.

      Je trouve cela quand même intéressant. Pour Obama-Romney ils ont choisi Obama à 65%. Pour Obama-McCain, Obama 51%. Bush-Kerry, ils se sont ‘trompés’ en choissisant Kerry.

      https://i.sli.mg/ZmZE6g.png


    • Sébastien Le 28 septembre 2016 à 14h59
      Afficher/Masquer

      Sondages d’autant plus représentatifs comme ceux présentés dans ce billet que l’argument de “trollage” en faveur de l’un ou de l’autre est valable dans les deux sens, donc il s’annule.
      On peut même ajouter que, en tant que lecteurs de presse mainstream (les autres s’en sont détournés), leur avis restent tout de même en profond décalage avec les médias qu’ils consultent.
      Tout ceci est extrêmement révélateur du malaise ambiant et conséquemment, de la vraie dynamique “Trumpienne” qui ne demandera, même en cas d’échec, qu’à rebondir sur d’autres candidats, peut -être bien plus “dangereux” encore pour l’Establishment.


  22. Catalina Le 28 septembre 2016 à 09h45
    Afficher/Masquer

    Bonjour Arnaud,

    Oui, le monde diplo reste un bon journal, cependant, il y a aussi des articles qui laissent songeur et comme m^me du parti pris l’air de ne pas y toucher, je le lis depuis plus de 20 ans. C’est en effet un journal qui change des merdias mais il faut aussi en prendre et en laisser.
    Quand au débat us…….hormis des promesses qui ne seront pas tenues et des attaques ad hominem, il est vide, complètement vide;


    • madake Le 28 septembre 2016 à 10h32
      Afficher/Masquer

      @Catalina
      N’est-ce pas une erreur sur la nature des choses?
      Un journal est censé vous fournir du factuel et des points de vue, mais pas, comme on semble le voit partout, faire votre opinion.
      Ca c’est à vous de la forger.
      Le monde diplo est un journal, que j’apprécie, et qui est, certes au dessus du panier.

      Mais a-t-il vocation à devenir une bible?
      Ca ne me semble souhaitable pour personne.


    • anne jordan Le 29 septembre 2016 à 16h45
      Afficher/Masquer

      le diplo ?
      je me suis désabonnée , après avoir constaté la pensée unique sur :
      l’Ukraine
      la Syrie
      me suis je trompée ?


  23. Dva Le 28 septembre 2016 à 10h08
    Afficher/Masquer

    Il semble qu’après le bombardement de l’armée d’Assad ‘par erreur’ …Il est démontré que le ou la présidente futur( e) des USA aura de plus en plus de mal à influencer le cours de l’histoire par rapport à la montée en puissance du complexe militaro industriel…Pas gai…


  24. fanfan Le 28 septembre 2016 à 10h45
    Afficher/Masquer

    CNBC – 1,237,271 Votes :
    TRUMP 67% – CLINTON 33%
    http://www.cnbc.com/2016/09/26/vote-who-won-the-first-presidential-debate.html


  25. fanfan Le 28 septembre 2016 à 10h49
    Afficher/Masquer

    themillenniumreport : “WHO Won The Great Debate? GOPs and DEMs Pretty Much Agree Who Lost!”.
    Here’s an Analysis You Won’t Read Anywhere Else!
    http://themillenniumreport.com/2016/09/who-won-the-great-debate-gops-and-dems-pretty-much-agree-who-lost/


    • Perekop Le 28 septembre 2016 à 11h26
      Afficher/Masquer

      Excellente analyse, merci beaucoup de nous l’avoir signalée. J’encourage tous ceux qui lisent l’anglais à la lire, ce n’est pas trop long et c’est très clair. En gros : Donald doit se relaxer et y aller sans rester sur la défensive et vouloir jouer les polis et Hilllary (+ toute une liste de surnoms savoureux) a peut-être réussi à enfoncer le Donald, mais c’est en se montrant dans toute son horreur de sorcière malfaisante.
      Une remarque aussi sur le lieu et l’auditoire, totalement acquis à ladite sorcière.


  26. FLANAGAN Le 28 septembre 2016 à 10h57
    Afficher/Masquer

    Voilà à quoi ressemblent les grands quotidiens d’information du grand pays démocratique qu’est la France : des torchons de propagande au profit du mondialisme américain (c’est aussi pour cette raison que notre grand Sarko voterait pour Hillary Clinton, qu’on se le dise)
    Pitoyable et dramatique à la fois


  27. Dahool Le 28 septembre 2016 à 11h03
    Afficher/Masquer

    Bonjour

    Finalement, c’est facile de connaître la vérité, il suffit d’aller à l’inverse des informations officielles.
    C’est pourquoi, en partie, je soutiens Trump, parce qu’on me dit de ne pas l’aimer et que je trouve ça louche.

    “Les citoyens des pays alliés des US ne votent pas dans cette élection”
    Alors pourquoi nous bourrer le mou à vouloir voter Clinton ?

    Comme lu sur un autre article, plutôt que de les pendre, envoyons les journalistes nettoyer les chiottes avec les politiques. Vu qu’ils seront nombreux, ils n’auront pas besoin d’outils.


  28. Nicolas D. Le 28 septembre 2016 à 11h08
    Afficher/Masquer

    Quel choix mais quel choix…. Je veux bien que Trump soit incontrôlable, incompétent, menteur, raciste et tout ce qu’on veut. Mais je ne vois pas un journal souligner le risque d’élire Clinton qui a le soutien de Kagan/Nuland, Wolfowitz et de tout le courant qui veut la guerre avec la Russie + la liberté totale de faire les régime change qui leur conviennent au Moyen-Orient et ailleurs. W. Bush était le diable en France. A présent, on soutient une candidate qui est sur une ligne similaire à l’international. Je ne comprend pas cette incohérence totale… (sauf que la France a viré vers la même politique depuis quelques années)


  29. Thomas75 Le 28 septembre 2016 à 12h00
    Afficher/Masquer

    Le mécanisme des élections présidentielles US est particulier. Le suffrage est indirect donc la répartition des votes au niveau national n’est pas si important. (cf. Al Gore avait obtenu plus de voix que double-u mais moins de grands électeurs).
    La tendance indique que Clinton menait en nombre de grands électeurs potentiels avant le débat et qu’elle mène encore après. http://www.realclearpolitics.com/epolls/2016/president/2016_elections_electoral_college_map.html (ok ce ne sont que ds sondages)

    Ensuite si on s’intèresse au débat d’idées, j’ai du mal à voir quelque chose de positif dans la popularité de Trump, même si il a eu le mérite d’énoncer quelques vérités sur la politique internationale US. Je n’ai pas envie de m’en réjouir sous prétexte que Clinton représente le pire de la ploutocratie.


  30. Michel Le 28 septembre 2016 à 12h13
    Afficher/Masquer

    Une fois n’est pas coutume : il y a un article intéressant dans le figaro qui dit que pour l’intérêt de la France, il est préférable que Trump l’emporte. Pourquoi? Pour que les USA perdent 4 ans à lutter les uns contre les autres et que le monde gagne 4 ans de respiration sur l’impérialisme américain.

    “Pourquoi les Français devraient voter Donald Trump” l’opposé de l’éditorial du “Monde”!

    http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2016/09/27/31002-20160927ARTFIG00211-pourquoi-les-francais-devraient-voter-donald-trump.php


  31. VAZY Francky Le 28 septembre 2016 à 12h22
    Afficher/Masquer

    Je ne vois pas l’intérêt de commenter ces élections américaines, puisque dans un cas comme dans l’autre, le patient mourra soit de la peste, soit du choléra…


    • Kaemo Le 28 septembre 2016 à 14h09
      Afficher/Masquer

      La question n’est pas de savoir comment le patient va décéder mais est ce que le mal dont il souffre va entrainer le Chaos pour le reste du monde.
      Des 2 candidats, il y en a un qui ressemble à une torche courant dans un champ de foin prette à embraser le Moyen Orient et l’Europe de l’Est (sans parler de ses probables conseillers). L’autre, même si très criticable, semble vouloir mettre un peu de côté la tendance Cow Boy des US.
      Donc, si, on est un peu conserné … même si on ne peut pas vraiment agir.


  32. philosoraptor Le 28 septembre 2016 à 12h28
    Afficher/Masquer

    Les médias aux ordres de l’état profond appliquent le stratagème 14 de “L’art d’avoir toujours raison”, de Schopenhauer :

    Stratagème XIV
    Clamer victoire malgré la défaite

    “Il est un piège effronté que vous pouvez poser contre votre adversaire : lorsque votre adversaire aura répondu à plusieurs questions, sans qu’aucune des réponses ne se soient montrées favorables quant à la conclusion que vous défendez, présentez quand même votre conclusion triomphalement comme si votre adversaire l’avait prouvée pour vous. Si votre adversaire est timide, ou stupide, et que vous vous montrez suffisamment audacieux et parlez suffisamment fort, cette astuce pourrait facilement réussir. Ce stratagème est apparenté au fallacia non causæ ut causæ.”


    • Xavier Le 28 septembre 2016 à 14h05
      Afficher/Masquer

      Il n’est possible aujourd’hui et dans l’espèce que si les médias reprennent vos arguments en boucle.

      On revient à plus trivial : la loi du mainstream qu’on devrait plutôt caractériser comme du “hi-stream” car c’est la multiplication des infos qui permet de noyer le vrai du faux.

      Le système peut sortir une info défavorable du moment qu’elle est noyée dans des tonnes d’infos parasites (people, sport, faits divers, etc.). Le reste c’est tweeter, facebook, etc. qui permettront à cette info d’être relayée par vos groupes de pression (ONG, partis, lobbies, etc.) de manière favorable.

      Conclusion : ne pas se laisser imposer un streaming trop important car sinon le combat est perdu d’avance, faire le tri entre infos essentielles : celles qui permettent de choisir notre voie pour le futur, et les autres, souvent nous mettant dans une posture de réaction.

      “Les geek sont réac” pourrait être un bon résumé…


  33. Fabrice Le 28 septembre 2016 à 12h32
    Afficher/Masquer

    Mais l’on pourrait dire au vu des précédentes élections que ces médias sont devenus les annonceurs de l’inverse de ce qui adviendra rejoignant en cela goldman sachs dont un économiste disait je crois “si l’on veut faire des gains faites l’inverse de ce que préconise G.S.”

    De plus on pourrait penser que les lecteurs de ces articles peu dupes s’échinent souvent à prendre le contrepied juste pour le plaisir de voir les journalistes et sondeur dépités comme on a pu le voir dans l’affaire du Brexit.

    Hélas dans ce cas les deux candidats sont tout aussi inquiétants l’un que l’autre ?


  34. Eric83 Le 28 septembre 2016 à 13h15
    Afficher/Masquer

    Il n’y a pas qu’aux US ou en France que les médias démolissent Trump, plus ou moins grossièrement.

    En suisse également mais de façon beaucoup plus insidieuse… où comment associer Trump – seulement lui et ses entités – à une banque malhonnête et au bord de la faillite.

    “Aux Etats-Unis, Deutsche Bank, qui a prêté au moins 2 milliards de dollars depuis 1998 à Donald Trump et ses entités, exerce des activités de marché, de financement de projets d’entreprises et de gestion de grosses fortunes…”.

    http://www.romandie.com/news/La-taille-de-Deutsche-Bank-au-centre-du-bras-de-fer-avec-les-EtatsUnis/740180.rom


  35. Xavier Le 28 septembre 2016 à 13h16
    Afficher/Masquer

    La multiplication des “sondages” montre bien que la véracité d’une information ne compte pas autant que la publicité qu’on en fait

    A partir de là, on revient à l’idée du rachat des médias par des puissants groupes financiers et à la nécessaire montée en puissance du niveau de streaming (“réseaux sociaux”) pour contrer la diversité de l’info disponible sur le net…

    Que des sites comme les-crises.fr existent ne leur pose quasiment aucun problème, l’idée est de noyer les individus dans des infos mineures, people, sport, ou majeures sur un mode mineur (tweet, facebook, etc.) etc. pour qu’ils n’aient plus le temps de discriminer, d’étudier, de réfléchir…

    Réagir ou réfléchir, telle est la question de l’Homme moderne ?


  36. DocteurGrodois Le 28 septembre 2016 à 13h20
    Afficher/Masquer

    J’ai vu le débat en direct.

    En gros Trump s’adressait à son électorat et Clinton s’adressait aux media.

    Les media US (et Français) sont globalement pro-Clinton, et certains même donateurs officiels. La ligne, c’est que Trump est un fou et un agent de Poutine, et que toute personne qui vote pour lui est raciste, sexiste, et un adorateur de Pepe The Frog qui est depuis hier officiellement reconnu comme un symbole nazi par l’ADL (l’équivalent de la CRIF) …

    Je prédis une déconfiture comparable au referendum de 2005 ou du Brexit.
    Car s’il y a bien une chose qui ne paye pas en démocratie, c’est d’insulter l’électorat. Et Clinton l’a fait a plusieurs reprises (cf. la polémique “basket of deplorables”, et son attaque contre le meme “Pepe The Frog” qui lui vaut la haine des jeunes).

    Sinon en tant que non-Américains, que préférez-vous? Un hypothétique mur entre les US et le Mexique, ou une guerre contre la Russie?


    • fanfan Le 28 septembre 2016 à 14h19
      Afficher/Masquer

      Rappel, le mur existe déjà sur 1 tiers de la frontière :
      “Le 26 octobre 2006, le président George W. Bush promulgue la loi du Secure Fence Act (en) destinée à renforcer la surveillance de la frontière avec le Mexique et à lutter contre l’immigration clandestine. Totalisant 1 200 kilomètres, soit un tiers de la frontière, une barrière États-Unis-Mexique de 4,50 mètres devait être construite. Il devrait être éclairé par des miradors et balayé de caméras high-tech afin de prévenir les migrations clandestines des Latinos vers les États-Unis. À l’époque, il aurait dû être achevé avant la fin 2008 et traverser notamment le désert de Chihuahua et le désert de Sonora.
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Fronti%C3%A8re_entre_les_%C3%89tats-Unis_et_le_Mexique

      Vidéo Ina Politique : https://www.youtube.com/watch?v=7QqTN2Y1FHc


      • DocteurGrodois Le 28 septembre 2016 à 15h43
        Afficher/Masquer

        Le “mur” existe par endroits, mais en fait il n’existe nulle part, et c’est impossible.

        La réalité des clandestins sud-Américains aux US s’évalue au(x) million(s) près, lesquels iront participer en grande partie à la construction du mur de Trump…

        Dans certaines villes, passer du Mexique aux US est aussi simple que de passer un tourniquet de métro en montrant vaguement votre passeport, ou juste en ayant l’air “blanc”.

        Ça n’est pas la question pour nous, qui est de savoir lequel des deux va nous mettre le plus dans la m.


  37. Charles Le 28 septembre 2016 à 15h03
    Afficher/Masquer

    En effet, tout est fait pour diaboliser la Russie, pour tenter de stopper la progression de l’armée syrienne à Alep et empêcher de chasser les terroristes de la ville. Pour venir au secours des terroristes, nous avons coup sur coup le MH17 (et ce ne sont plus les Nouveaux Russes qui sont accusés, mais directement les Russes…), deux hôpitaux bombardés à Alep, quand ce n’est pas l’utilisation d’armes chimiques (oui par les terroristes pour en accuser le gouvernement syrien).

    Matériel de propagande pour “journaliste” corrompu: ne dites pas El Assad, président élu, mais Bachar, ne dites pas gouvernement de la Syrie, mais régime de Bachar, etc.


  38. Gilles bernadou Le 28 septembre 2016 à 15h21
    Afficher/Masquer

    On a rarement atteint un tel niveau de désinformation.
    C’est que les banksters doivent vraiment être aux abois…la fin est donc très proche, c’est la que la “bête” devient la plus dangereuse…
    Attendons nous au pire, puisque Ashton Carter a annonce le 27 Septembre qu’il ne s’interdisait pas une première frappe nucléaire.
    Si ils voient que Trump l’emporte, ils n’hesiteront pas soit a le supprimer, soit a commettre l’irréparable que même Trump ne pourra plus stopper.
    Si il fallait mettre une probabilité aujourd’hui, celle de la paix n’a jamais été aussi faible
    Et mille fois hélas, nous avons un gouvernement et des médias qui militent pour la guerre; on regrette vraiment Chirac et Villepin!
    Pour le pays des droits de l’homme, il faut remonter a Vichy et a la collaboration pour connaitre pareille infamie.
    Jamais, au grand jamais, je n’aurais cru vivre ça un jour.


  39. theuric Le 28 septembre 2016 à 15h35
    Afficher/Masquer

    Considérant comme infondé le fait que la France soit vassalisée à l’empire par l’entremise de l’Union-Européenne, je n’ai aucunement la prétention de choisir entre deux des candidats se présentant aux élections de la présidence des États-Unis-d’Amérique.
    Du fait, de plus, que c’est un pays souverain, comme se devrait d’être le nôtre, je considèrerais comme déplacé de prendre part au débat électoral s’y déroulant.
    Vu également que la France n’est pas et ne sera jamais le cinquante-et-unième état de cette nation, je n’ai aucun droit de m’immiscer dans des affaire ne préoccupant essentiellement que les étasuniens.
    Au regard, tel qu’ici, de la dépendance manifeste du pouvoir politique à l’oligarchie économique, qui est le lot, comme il en est des nôtres, des élus fédéraux des E.U.A., le choix électoral s’en trouvant, de ce fait, restreint, l’utilité de ce débat en devient, en cette sorte, dérisoire.
    Conclusion: mon avis sur ce papier, comme pour bien d’autres de même type, en est que ce sujet ne se devrait même pas d’être abordé, sauf pour ne nous présenter les différentes candidatures, sans en oublier une seule.


    • bizmarco Le 28 septembre 2016 à 15h44
      Afficher/Masquer

      C’est oublier un peu vite l’impact des politiques US dans le monde entier tant au niveau économique qu’au niveau géopolitique et militaire.


  40. juliette des esprits Le 28 septembre 2016 à 15h57
    Afficher/Masquer

    Je conseille , pour ceux qui ne le connaissent pas encore , le site: observatoire du neoconservatisme , qui décortique avec beaucoup de subtilité la façon dont certains journalistes sont des imposteurs et manipulent l opinion. C est une méthode qui va au delà de la désinformation et encore plus dangereuse! Excellente analyse de la soupe servie par les neocons français…Et vous n avez pas intérêt a mettre leur parole en doute sous peine d être nazifie dans l instant. Ils dégainent immédiatement “la réductio ad hitlerum”…Ha les braves gens!


  41. HERBERT WEST Le 28 septembre 2016 à 16h40
    Afficher/Masquer

    Hillary est financée par les réseaux Soros, les Saoudiens, tous les grands lobbys multinationaux etc., ce qui n’est guère rassurant, sans compter ses propensions belliqueuses à l’égard de l’ours russe, tandis que Donald, quant bien même il n’aurait pas inventé le fil à couper l’eau tiède, finance jusqu’à preuve du contraire l’essentiel de sa campagne sur ses propres fonds. Il semble donc posséder une certaine indépendance. De plus, sa fortune provient de l’immobilier, qui est, paraît-il, une véritable mafia aux US : avoir réussi à tirer son épingle du jeu dans un tel milieu force le respect, même si ce n’est pas un gage d’honnêteté… De toute manière, Hillary fait partie de l’exécutif du plus puissant pays du monde depuis très longtemps, avec les résultats catastrophiques que l’on connaît. Donc autant voter pour l’épi de maïs ! Maintenant, que les amerloques fassent ce qu’ils veulent ! Je m’en lave les mains.


  42. Charles Le 28 septembre 2016 à 17h29
    Afficher/Masquer

    Un commentaire d’un membre de ma famille aux USA :
    Pour moi, le meilleur moyen de voir l’impact du débat sur les américains n’est pas de suivre les médias mais l’évolution du modèle statistique de FiveThirtyEight.
    http://projects.fivethirtyeight.com/2016-election-forecast/?ex_cid=rrpromo

    Ce modèle développé par des statisticiens de haute volée agrègent les sondages publies non seulement au niveau national, mais aussi par état (puisque c’est par état que les grands électeurs sont sélectionnes), en attribuant des coefficients dépendant par exemple de la qualité des sondeurs, des indicateurs économiques récents et de la date de publication des sondages (plus ils sont anciens moins ils comptent).
    Le modèle tourne en temps réel et incorpore les sondages du jour. Un autre avantage est que vous pouvez voir l’évolution des chances des 2 candidats depuis juin (déroulez la page vers le bas).


    • Charles Le 28 septembre 2016 à 17h30
      Afficher/Masquer

      Suite :
      Ce modèle a été très indicatif lors de la présidentielle précédente entre Obama et Romney :
      http://fivethirtyeight.blogs.nytimes.com/fivethirtyeights-2012-forecast/?_r=0
      Non seulement il a correctement prédit la réélection d’Obama (il avait 90% de chances de gagner 2 jours avant le vote alors que le sondage Rasmussen donnait Romney gagnant), mais il a aussi très bien retranscrit l’impact du premier débat entre Obama et Romney début Octobre 2012 (clairement gagne par Romney dans l’esprit des Américains).

      Pour l’instant Hillary a 56% de chances de gagner d’après le modèle. Si elle a gagné le débat auprès des masses américaines, sa probabilité de gagner devrait augmenter d’ici une semaine lorsque les sondages réalisés après le débat seront publies. Si au contraire le débat n’a pas eu d’impact, on ne devrait pas observer ce type d’évolution. Let’s see!


  43. Louis Le 28 septembre 2016 à 17h36
    Afficher/Masquer

    Pour l’instant j’ai vu la moitié de la vidéo et faut bien avouer que ça vole pas très haut. Clinton domine légèrement parce qu’elle essaie de jouer au donneur de leçon en sortant perpétuellement des “soyons un peu raisonnables”, mais dès qu’elle doit parler de son programme c’est creux comme pas possible. Trump arrive à se contenir mais niveau rhétorique c’est pas la folie non plus, “j’ai une très belle entreprise, j’ai une très belle entreprise, j’ai une très belle entreprise …”

    La suite plus tard …


  44. GG Le 28 septembre 2016 à 17h46
    Afficher/Masquer

    Par hasard je suis au Texas cette semaine et j’ai pu regarder le débat en direct. Au dela de l’hysérie mediatique prévisible il est évident que Trump a été mauvais durant ce débat. Il est venu les mains dans les poches et s’est fait démonter par Clinton qui était ultra préparée. Il a passé son temps à ce justifier pour sauver son égo et n’a pas assez attaqué Hillary.

    Rien sur les email de Hillary suite à son attaque sur la cybersécurité provenant de Russie
    Rien sur l’origine de la fortune des Clintons quand il s’est fait ouvrir au sujet de ses arriérés d’impots. Au moins Trump a un business pour justifier sa fortune.
    Hillary était très factuelle et Trump trop vague

    Bref Trump doit vraiment se mettre au travail.
    Il est hallucinant que le seul extrait qui tourne en boucle sur CNN après le débat est le passage sur l’ex miss monde venezuélienne avec qui Trump a été plus que malpoli et sexiste et qui vient de faire naturaliser américaine.


  45. Manant2 Le 28 septembre 2016 à 20h48
    Afficher/Masquer

    Il y a en France une nette affirmation des medias dans leur rôle de “chiens de garde”. Cette expression est de Paul Nizan et doit faire référence aux chiens qui gardent un troupeau d’ovins ou de bovins et l’obligent à rester dans le parcours tracé par le berger. Pas question de s’en écarter et gare aux brebis galeuses.


  46. Thibaut Le 29 septembre 2016 à 02h46
    Afficher/Masquer

    Je remerciant tout d’abord Mr Berruyer et tous ceux qui l’aident pour son site.

    Je conseille vivement la lecture plutôt savoureuse du billet de Scott Adams sur le débat Trump-Clinton.

    Scott Adams est le dessinateur et créateur de Dilbert, bien connu aux USA. Son billet est à la fois hilarant et cependant finement vu quant à la question de savoir “Qui a gagné?”

    Sa réponse paradoxale et judicieuse est que Clinton a remporté la joute, mais que de ce fait, Trump a remporté l’élection !”

    Si une bonne âme pouvait traduire ce texte en Français, je pense que cela ferait bien des heureux, quelle que soit leur préférence – s’il faut en avoir une.

    Voici le lien: http://blog.dilbert.com/post/151007796236/i-score-the-first-debate


  47. Yanka Le 29 septembre 2016 à 08h26
    Afficher/Masquer

    Les sondages en ligne des médias américains sont apparus quelques heures après le débat (un ami canadien m’en a fourni une volée ce matin-là), donc impossibles à falsifier, puisqu’il n’est possible de voter qu’une fois toutes les 24 h, à moins d’utiliser plusieurs postes et IP. Si cela reste possible, pourquoi le vote multiple et la manipulation seraient le fait des seuls pro-Trump ?

    Les sondages CNN pour Clinton et Breitbart / Drudge pour Trump sont à écarter, car ce sont des médias violemment partisans, qui ont pris positions. Le sondage Slate est intéressant dans la mesure où c’est un média de gauche, et que les internautes ont désigné Trump vainqueur. Pour ma part, j’ai regardé le débat en direct, et si j’ai trouvé le débat médiocre quant au fond (la forme étant parfaite, très professionnelle), j’ai estimé que Trump l’avait emporté, de peu, mais quand même. Un sentiment personnel, pas du tout un désir.

    [Modéré]


  48. krokus Le 29 septembre 2016 à 10h33
    Afficher/Masquer

    Manipulation,manipulation,est ce que j’ai une tête de manipulation? ne sont manipulés que ceux qui le veulent. la réalité est que ce duel est celui de Cruella d’Enfer contre le Joker…Hollywood gouverne.


  49. 123soleil Le 29 septembre 2016 à 11h02
    Afficher/Masquer

    Je ne résiste pas à commenter, ce qui m’arrive très rarement. Mais cela me fait trop penser à un épisode de south park qui parodiait les élections américaines de 2004, et qui reste on ne peut plus d’actualité aujourd’hui :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Poire_%C3%A0_lavement_et_sandwich_au_caca

    L’épisode suit les deux camps adverses, symbolisé par une poire à lavement contre un sandwich au caca. Chaque camp défendant sa mascotte. Et on est vraiment pas très loin de la réalité…


  50. Clèm Le 29 septembre 2016 à 13h13
    Afficher/Masquer

    Bonjour,

    Daniel Schneidermann a répondu ce post sur Arret sur Images :
    http://www.arretsurimages.net/chroniques/2016-09-29/Trump-Clinton-et-les-sondages-la-politique-du-moins-pire-id9122

    N’hésitez pas à me demander si vous souhaitez l’article pour les non abonnés.



Charte de modérations des commentaires