Les Crises Les Crises
26.août.201926.8.2019 // Les Crises

Accord sur le nucléaire iranien : la Chine pourrait renforcer son soutien après le retrait de Trump. Par Nicolai Due-Gundersen

Merci 31
J'envoie

Source : Lobe Log, Nicolai Due-Gundersen, 19-07-2019

Xi Jinping et Hassan Rouhani

par Nicolai Due-Gundersen

Le retrait de Donald Trump de l’accord sur le nucléaire iranien de 2015 (Plan d’action global conjoint PAGC ou JCPOA depuis 2018) ne devrait pas être une surprise. L’abandon d’un cadre dont l’élaboration a pris des années correspond au modus operandi confus de Trump, celui qui consiste à mettre fin à l’activité américaine à l’étranger (puis à changer d’avis). Plusieurs mois plus tard, il a annoncé un retrait américain de la Syrie et a laissé entendre que le Moyen-Orient n’était pas le problème des USA. Utilisant Twitter comme canal diplomatique, Trump a demandé de façon rhétorique : « Les États-Unis veulent-ils être le gendarme du Moyen-Orient, gaspillant pour RIEN des vies précieuses et des milliards de dollars pour protéger d’autres gens qui, dans la grande majorité des cas, n’en éprouvent aucune reconnaissance ? Est-ce que nous voulons rester là-bas indéfiniment ? Il est temps que d’autres se battent enfin… »

[PAGC L’accord de Vienne sur le nucléaire iranien ou plan d’action conjoint (en anglais : Joint Comprehensive Plan of Action1 ou JCPoA traduit en français par l’International Atomic Energy Agency comme Plan d’action global commun (PAGC); est un accord signé à Vienne, en Autriche, le 14 juillet 2015, par les huit parties suivantes : les pays du P5+1 (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies – les États-Unis, la Russie, la Chine, la France et le Royaume-Uni – auxquels s’ajoute l’Allemagne), ainsi que l’Union européenne et l’Iran. Cet accord-cadre a pour but de contrôler le programme nucléaire iranien et de faire lever les sanctions économiques qui touchaient le pays NdT]

Trump, avec sa tendance à prendre à contre-pied les politiques américaines traditionnelles au Moyen-Orient, conduit certainement l’Iran à douter qu’il était sage d’accorder de prime abord sa confiance aux États-Unis au sujet d’un accord qui imposait des limites au programme nucléaire de l’Iran en échange de la promesse d’une reprise économique. Même les analystes américains conservateurs soutiennent que l’hostilité de Trump à l’égard de l’Iran veut dire que les alliés traditionnels des américains ne devraient plus avoir aucune confiance dans les engagements du président Trump. Pour l’Iran, rester fidèle au PAGC exige que les autres signataires de l’accord aillent plus loin dans leurs engagements. « Téhéran est convaincu que l’Europe pourrait faire plus pour stimuler le commerce, qui s’est effondré au cours de l’année écoulée », explique Patrick Wintour du journal The Guardian. Les membres de l’Union européenne ont établi un mécanisme de paiement entre l’Europe et l’Iran (l’Instrument à l’appui des échanges commerciaux ou INSTEX) pour contourner les sanctions américaines et permettre le commerce. Mais étant limité aux biens humanitaires, l’INSTEX n’est pas une réponse à ce dont l’Iran a vraiment besoin : être membre du marché mondial et vendre librement son pétrole.

Trump a justifié son retrait de l’accord de 2015 en soutenant que l’Iran l’utiliserait pour déstabiliser la région. « Le régime iranien est le principal commanditaire de la terreur », a insisté Trump dans le discours annonçant son retrait de l’accord. « Ça alimente les conflits au Moyen-Orient ». Trump a ajouté que les États-Unis se retiraient de l’accord afin de commencer à « travailler avec [ses] alliés pour trouver une solution réelle, globale et durable à la menace nucléaire ». En mettant de côté la terreur alimentée par l’invasion américaine de l’Irak, les ventes d’armes américaines pour la guerre au Yémen et la question de l’Institut Brookings quant à la responsabilité de la politique étrangère américaine dans l’instabilité au Moyen-Orient, Trump semble oublier que les États-Unis avaient déjà travaillé avec les alliés arabes pour faciliter un accord nucléaire avec l’Iran.

Ce qui est devenu le Plan d’action global conjoint (en anglais JCPOA) a débuté par une initiative du sultanat d’Oman. « Bien que le PAGC ait été officialisé en 2015, une grande partie du travail préparatoire a été effectuée au cours des années précédentes », explique Edwin Tran, analyste géopolitique ». [Oman] était en bons termes avec l’Iran dans les années qui ont suivi la guerre Iran-Irak (1980-1989) [et] en 2009, le sultan Qaboos a été le premier dirigeant étranger à rendre visite au président iranien Ahmadinejad après sa réélection. Les excellentes relations d’Oman avec l’Iran sont contrebalancées par les relations du sultanat avec les États-Unis, qui remontent à un traité d’amitié entre Mascate et Washington de 1883. Selon l’ancien ambassadeur des États-Unis à Oman, Richard Schmierer, Oman a pris l’initiative en 2009 et a discrètement « commencé à explorer la possibilité de faciliter un dialogue entre l’Iran et l’Occident [sur] la question nucléaire ». En 2012, le sénateur John Kerry a été approché par Oman dans une perspective de « relations amicales entre les États-Unis et l’Iran » et tout au long de 2013, des émissaires américains ont rencontré leurs homologues iraniens lors de réunions secrètes à Mascate. Le résultat ? Neuf mois après sa prise de fonction, Kerry, à l’époque secrétaire d’État d’Obama, a conclu un accord provisoire avec l’Iran.

Grâce aux initiatives d’Oman, un climat de confiance a été instauré entre l’Iran et les États-Unis. Maintenant que cette confiance est anéantie, l’Iran pourrait se tourner vers un signataire non-occidental du PAGC qui serait également proche d’Oman: la Chine. Alors que l’Iran a dépassé la limite d’enrichissement d’uranium fixée par l’accord de 2015, la Chine (comme la Russie) a condamné le retrait de Trump du PAGC et les menaces de sanctions subséquentes. « La pression maximale exercée par les États-Unis sur l’Iran est la cause profonde de la crise nucléaire iranienne », a expliqué Geng Shuang, porte-parole du ministère des Affaires étrangères de la Chine. « Les faits montrent que les brimades unilatérales sont déjà devenues une tumeur galopante [pour l’Iran et la communauté internationale] ». La Chine demeure le plus gros acheteur du pétrole iranien, recevant de pétrole brut iranien en dépit des sanctions américaines.

La Chine présente de nombreux intérêts par rapport aux signataires européens de l’accord, qui lui permettent de renforcer l’accord avec l’Iran. L’influence politique et économique de la Chine la rend beaucoup moins dépendante des États-Unis que l’UE en ce qui concerne le commerce et la sécurité. « Pékin dispose de nombreuses façons de contourner les sanctions américaines », souligne Mahsa Rouhi, chargé de recherche en politique nucléaire à l’Institut international d’études stratégiques. Ces méthodes comprennent l’achat de pétrole iranien par l’intermédiaire d’entreprises chinoises non liées à des réseaux financiers dominés par les États-Unis et l’érosion de « la domination du dollar américain » en développant le commerce dans le Golfe dans sa propre devise, le yuan. Une telle stratégie à long terme attaquerait le concept de pétrodollar pour petit à petit asseoir le « pétroyuan » chinois comme monnaie de plus en plus liée aux ventes d’hydrocarbures.

La Chine multiplie ses investissements non seulement dans le sultanat d’Oman, allié de l’Iran, mais aussi dans l’ensemble du Golfe. À long terme, les États du Golfe pourraient accueillir favorablement les flux de trésorerie de la Chine au moment où ils tentent de diversifier leur économie pétrolière. L’initiative chinoise de la ceinture et des routes (BRI) s’appuie sur le fait que la Chine est le principal partenaire commercial du Conseil de coopération du Golfe (CCG) [La nouvelle route de la soie, ou la Ceinture et la Route, est un ensemble de liaisons à la fois maritimes et ferroviaires entre la Chine et l’Europe, passant par le Kazakhstan, la Russie, la Biélorussie, la Pologne, l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni, NdT]. Fait significatif, les alliés traditionnels des États-Unis ne sont que trop heureux de commercer avec Pékin. « L’Arabie saoudite investit des milliards dans des raffineries et des installations pétrochimiques en Chine et joue un rôle plus important dans le corridor économique Chine-Pakistan, qui est l’une des composantes les plus importantes de la Nouvelle Route de la Soie », explique Sabahat Khan, analyste à l’Institut d’analyse militaire du Proche-Orient et du Golfe. « Les Émirats arabes unis sont le plus important partenaire commercial régional de la Chine ; Dubaï agit comme une porte d’entrée clé pour les produits chinois qui traversent [la région MENA] [MENA est l’acronyme de “Middle East and North Africa” régulièrement utilisé dans les écrits académiques et d’affaires. Il désigne une grande région, depuis le Maroc au nord-ouest de l’Afrique jusqu’à l’Iran au sud-ouest de l’Asie, qui comprend généralement tous les pays du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, NdT]. Selon les officiels, le commerce bilatéral Chine-Émirats Arabes Unis atteindra 70 milliards de dollars d’ici l’an prochain. »

L’influence politique de la Chine, le renforcement de ses relations avec le voisin neutre de l’Iran, la hausse de ses investissements dans le Golfe et sa capacité à fragiliser les pétrodollars pourraient se conjuguer pour la voir remplacer les États-Unis comme puissance protectrice dans le Golfe. Si cela se produisait, Oman pourrait encore servir de médiateur culturel et politique, mais Pékin pourrait devenir un garant fort de l’accord nucléaire, renforçant ses relations déjà prospères avec l’Iran pour faire bénéficier la République islamique des revenus financiers dont Téhéran a un besoin criant. En outre, la Chine et l’Iran ont un point commun : ce sont des acteurs non occidentaux qui, dans l’histoire, ont tous deux eu à faire face à la colère des États-Unis lorsque leurs gouvernements ont opté pour des systèmes non occidentaux – en témoigne, par exemple, la guerre commerciale actuelle entre Pékin et Washington. De plus, la Chine et les États-Unis ne partagent pas la même réputation au Moyen-Orient. La Chine ne porte pas le fardeau de l’ingérence passée des États-Unis, y compris lors du coup d’État de 1953 contre le premier ministre élu de l’Iran, Mohammad Mosaddegh.

Enfin, et ce n’est un secret pour personne, l’influence internationale de la Chine va croissante. Alors que Trump a désengagé les États-Unis de l’UNESCO et du Conseil des droits humains des Nations Unies tout en réduisant ses contributions budgétaires à l’ONU, peut-il se lamenter lorsque la Chine comble ce vide ? En 2018, la contribution financière de la Chine au budget de maintien de la paix de l’ONU a grimpé de 3% à 10,25%. La Chine a promis d’allouer un milliard de dollars supplémentaires à ce budget au cours des prochaines années et a formé ses troupes pour aider les opérations de maintien de la paix de l’ONU. « La Chine remplit en partie un vide créé par le retrait des États-Unis de[l’ONU] », conclut Patrick Wintour, du journal The Guardian. « En un sens, la Chine, en garantissant des ressources à l’ONU, a gagné le droit d’être entendue. »

Alors que Trump continue de menacer l’Iran alors même que les inspecteurs ont vérifié que Téhéran s’était déjà conformé à l’accord sur le nucléaire, il sera très intéressant d’entendre ce que la Chine a à dire au Golfe et au monde.

Nicolai Due-Gundersen est commentateur politique à l’Université de Kingston à Londres et auteur de The Privatization of Warfare (Cambridge: Intersentia). Il est l’ancien conseiller de l’Institut arabe d’études de sécurité en Jordanie.

Source : Lobe Log, Nicolai Due-Gundersen, 19-07-2019

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

medmed // 26.08.2019 à 09h54

Faudrait peut-être arrêté de croire que la BCE ou la FED n’agissent pas sur le cours de leur monnaie, avant de critiquer la Chine..

20 réactions et commentaires

  • Fritz // 26.08.2019 à 08h55

    Le 13 octobre 2013, quatre jours avant l’échéance du relèvement de la dette américaine, l’agence Chine Nouvelle publiait ce communiqué :
    « Alors que les politiciens américains échouent à trouver un accord valable […], c’est peut-être le bon moment pour une planète abasourdie de commencer à envisager la construction d’un monde désaméricanisé ».

    Nous y sommes. Trump rêvait certainement de détacher la Russie de l’Iran, puis la Russie de la Chine. Pour le troisième côté du triangle eurasiatique : détacher la Chine de l’Iran, ça n’est pas gagné.

      +10

    Alerter
  • Fritz // 26.08.2019 à 08h57

    Impossible d’écrire les mots “pétrodollar” et “pétroyuan” sans que le commentaire soit aussitôt modéré. J’écris donc séparément la fin de mon commentaire :

    Si l’Oncle Sam rameute ses protégés arabes du Golfe contre une menace iranienne imaginaire, c’est parce que pour lui la vraie menace est ailleurs : le remplacement à terme du pétrodollar par le pétroyuan.

      +13

    Alerter
    • christofer // 26.08.2019 à 09h45

      Il faudrait d’abord que le cours de la monnaie chinoise ne soit pas fixé par le gouvernement chinois pour commencer et que cette devise flotte comme toutes les autres c’est a dire soumise à l’arbitrage.. Ceci de facto entrenerait une montée du cours de cette devise d’au moins 20 % rendant tous les produits chinois plus chers de 20 %…Ce sera ca et rien d’autre. Les dettes des entreprises chinoises augmenteraient aussi de 20 % et il y en a pour actuellement pour 20.000 milliards en monnaie chinoise. La monnaie chinoise stagne a 8 % des échanges mondiaux très loin du $ us et de l’!euro parce qu’il n’existe pas de convertibilité réelle.

        +4

      Alerter
      • medmed // 26.08.2019 à 09h54

        Faudrait peut-être arrêté de croire que la BCE ou la FED n’agissent pas sur le cours de leur monnaie, avant de critiquer la Chine..

          +25

        Alerter
        • christofer // 26.08.2019 à 10h57

          Oui mais il ne s’agit pas d’une critique tout simplement de la description d’une situation qui empêche l’internationalisation réelle de la monnaie chinoise (au contraire du dollar us ou de l’euro). Sans gober les arguments de Trump depuis plus de 15 années la Chine manipule sa devise a la baisse. Accepter son internationalisation veut aussi dire perdre le contrôle du cours de sa devise (la banque centrale chinoise gardant son rôle d’intervention a la hausse ou a la baisse). On ne peut avoir l’un sans l’autre et ceci condamne la Chine a détenir des dollar us pour ses activités de commerce international.
          On ne peut avoir le beurre et l’argent du beurre…

            +4

          Alerter
          • Pol ux // 27.08.2019 à 02h52

            La Chine va garantir le petroyuan par une couverture or.
            Si ça c’est pas la solution rêvée par rapport au pillage planétaire de l’USD monnaie flottante !
            Merci la Chine.

              +4

            Alerter
            • christofer // 27.08.2019 à 10h07

              Cette solution n’est pas possible car la masse monétaire chinoise excède déjà l’ensemble des réserves mondiales d’or. Situation identique pour le dollar us (les usa possèdent déjà la plus grande réserve d’or au monde). De 2012 à 2019 la Chine a ajouté 10.000 milliards de yuans a sa masse monétaire sans aucun rapport avec son augmentation de pib. De nouveau la seule solution c’est que la devise chinoise flotte comme les autres monnaie, rouble, euro, us dollar, etc

                +0

              Alerter
  • christofer // 26.08.2019 à 09h30

    L’aide de la Chine n’est jamais gratuite parlez-en aux pays africains. La Chine a renoncé récemment à acheter du pétrole au Venezuela par peur des sanctions américaines (zerohedge) et la Chine achète de plus en plus de produits pétroliers…à l’Arabie Saoudite….pour la solidarité on va attendre.

      +5

    Alerter
    • Serge WASTERLAIN // 26.08.2019 à 19h31

      Parce que les aides des USA, de la France, de l’UK, du FMI… bref de ‘’la communauté internationales’’ elles sont gratuites ?

        +6

      Alerter
    • Pol ux // 27.08.2019 à 02h56

      L’aide des pays occidentaux n’est jamais gratuite. Parlez en aux pays africains.: l’Irak, la Libye, la Syrie, l’Égypte, le Congo, le Mali,…

        +2

      Alerter
  • RGT // 26.08.2019 à 09h57

    Le “remplacement” des USA par la Chine en tant que “gendarme” du monde pourrait sembler au premier abord un bienfait mais il est quand-même nécessaire de prendre du recul.

    Si retirer toute possibilité à l’oncle Sam d’aller imposer par la force et la coercition ses propres désirs est réellement bénéfique à l’humanité, il ne faut surtout pas se jeter dans les bras d’un “prétendant” qui au final aurait le même but mais en utilisant des moyens plus “doux” et moins brutaux.

    Contrairement aux USA qui n’ont qu’une vision à très court terme et ne sont pas à une volte-face près (l’accord avec l’Iran en est un bel exemple), les chinois ont une vision à très très long terme et avancent patiemment leurs pions sans que leurs adversaires puissent déterminer quel est leur objectif final réel avant la fin de la partie.

    Échec et mat.

    Et même si ça prend 2 siècles, ils s’en foutent car au fil des générations ils continueront patiemment à appliquer leur stratégie sans dévier de la ligne initiale.

    TOUS les PEUPLES de cette foutue planète devraient AU MOINS s’entendre en terme de respect de non-ingérence dans les affaires intérieures des autres peuples et de leur liberté (quand ils le peuvent) de décider de leur propre destin SANS s’attirer les foudres d’autres peuples (ou plutôt de leurs dirigeants) parfois situés de l’autre côté de la planète.

    Il est grand temps que l’ensemble des PEUPLES décident, hors de l’influence de leur dirigeants, de réglementer les relations internationales et qu’ils refusent obstinément qu’un état puisse avoir la moindre influence sur les décisions populaires.

    Vision anarchiste des relations internationales.

      +8

    Alerter
    • christofer // 26.08.2019 à 11h12

      Dans 200 ans il y aura d’autres problèmes et dire que les USA ont une vision a court terme me semble un peu rapide. Depuis la fin de la guerre de 14-18 rien n’a vraiment changé..les tweets de Trump ne doivent pas faire illusion. Pour l’Iran la-aussi le pays n’aura pas le choix de négocier, pas dans les termes de Trump, mais a la baisse, et le rapprochement entre la Russie et les pays du Golfe n’est pas un signal très positif pour ce pays.
      Quand je parle de la Russie et de l’Iran je n’oublie jamais que la Russie a signé les sanctions contre l’Iran en 2010 et que ces 2 pays sont en compétition, gaz et pétrole, sur les mêmes marchés. Retirer du marché 2.5 millions de barils par jour, en période de ralentissement de la demande évite l’écroulement du prix du baril…Cynique non, réaliste.

        +6

      Alerter
      • RGT // 26.08.2019 à 21h02

        La vision des USA est court-termiste car elle est toujours basée sur des perspectives de profits rapides (que ce soit par le pillage ou par “l’explosion” d’un concurrent économique (la SEULE chose qui les intéresse en fait en dehors de l’Amérique profonde qui ne pense qu’à évangéliser l’univers).
        Ensuite, si leur “coup d’éclat” entraîne des conséquences désastreuses, c’est bien sûr de la faute des “autres” car ils n’ont JAMAIS pensé aux conséquences néfastes de leurs actes.

        Concernant les relations Iran/Russie, ils sont certes “concurrents” sur le marché pétrolier mais ils sont tout à fait capables de trouver des arrangements qui ne soient préjudiciables à aucun d’eux.

        Le point le plus important dans les relations entre ces deux pays concerne surtout leur intérêt mutuel à préserver une frontière STABLE entre eux, dans le respect mutuel des affaires intérieures et une non-ingérence qui permet de garantir une paix durable.
        Ils ont suffisamment de problèmes avec la “communauté internationale” et ne veulent pas ajouter des querelles de voisinage qui pourraient ensuite être exploitées par des nations “bienveillantes”.
        C’est la principale raison pour laquelle il est inconcevable pour ces pays d’avoir des relations autres que de bon voisinage.

        Le rapprochement entre la Russie et les pétromonarchies a un double objectif : Séparer ces états des USA ET calmer les animosités afin que chacun reste chez lui sans emmerder ses voisins, particulièrement les chiites qui sont largement moins belliqueux que les wahhabites.

          +5

        Alerter
    • Richard // 27.08.2019 à 22h00

      L’ingérence dans la surpopulation Africaine incapable de subvenir à son autonomie alimentaire n’est elle pas un devoir ?
      Quand au but poursuivi le PC Chinois est communiste
      Il est donc Dans la poursuite du projet communiste mondial
      Tout simplement

        +0

      Alerter
  • Duracuir // 26.08.2019 à 11h44

    Attention, maître Xi, est-ce que vous pourriez renforcer votre soutien à l’Iran?
    -oui, je pourrais je faire.
    -il pourrait le faire! On applaudit bien fort.

    Cet article a un mois et demi et effectivement la Chine pourrait le faire. Avec des si, on met les pétroliers en bouteille. Par contre, l’Iran est bien déjà dans la panade financière. l’Alliance terrible sino-russe, c’est pas encore ça. Perfectible le truc.

      +4

    Alerter
  • NulH // 26.08.2019 à 12h04

    Le dernier article de Jacques Sapir en donne le cadre géopolitique. …

    Au passage, cadre que l’on voyait poindre dès les années 1995… dont par les travaux de l’IFRI, leur revue annuelle.

    Un regard plus détaillé des évolutions industrielles le montrait dès les années 1985… notamment dans la production dite “Hight tech”. .. les revues techniques de veille. .. dont micro électronique. ..

    Les anciens nous avaient briefés. ..

      +1

    Alerter
  • Dominique65 // 26.08.2019 à 13h54

    Trump : « Est-ce que nous voulons rester là-bas indéfiniment ? Il est temps que d’autres se battent enfin »
    Non, non et non ! Il est temps que les combats cessent. C’est ça que demande l’humanité dans son immense majorité.

      +5

    Alerter
  • Grd-mère Michelle // 26.08.2019 à 14h00

    …pétrole…pétrole…pétrole…
    …nucléaire…nucléaire…nucléaire…
    …sécurité…sécurité…sécurité…
    Hum… Quid des préoccupations environnementales, exprimées par des millions de gens de partout, dans tout ça?
    Les débuts du commerce furent liés au transport de “biens”(rares ou indisponibles sur place, mais la plupart du temps superflus, non indispensables à la subsistance).
    Comment avons-nous laissé le commerce, et les finances qu’il produit, guider la marche du monde vivant en harassant les populations et en les ensevelissant sous les montagnes de déchets générés par une surproduction insensée?
    Au cours des siècles, la notion de “prospérité” a carrément pris le pas sur celle de “santé” et de “convivialité”. L’avidité et l’ambition des dirigeants de tout poil ont mené les peuples ignorants, manipulés et opprimés, dans une longue série de malheurs et de catastrophes.
    Aujourd’hui, à l’ère des communications, nous savons! Et nous avons acquis le pouvoir de révoquer les dirigeant-e-s, en réalité nos représentant-e-s, que nous élisons et payons pour gouverner, gérer au mieux, nos pays/régions: nous leur confions le gouvernail mais c’est à nous de leur indiquer la direction afin de ne pas foncer dans un iceberg, ou, actuellement, dans le mur des désastres écologiques.
    Pour assumer notre responsabilité, nous avons besoin d’être correctement informé-e-s. Merci “LesCrises”, et tou-te-s les lanceurs/lanceuses d’alertes persécuté-e-s.
    Ps: excusez-moi, svp, de ne pas disserter sur les grands marchandages en cours.

      +2

    Alerter
  • Gilles // 27.08.2019 à 03h48

    Citation:
    Trump a justifié son retrait de l’accord de 2015 en soutenant que l’Iran l’utiliserait pour déstabiliser la région. « Le régime iranien est le principal commanditaire de la terreur », a insisté Trump dans le discours annonçant son retrait de l’accord. « Ça alimente les conflits au Moyen-Orient ».
    Comme d’habitude, il faut tourner la citation a l’envers: “les US sont le principal commanditaire de la terreur… Ca alimente les conflits Au moyen-orient”
    Vouloir son independance et ne pas se soumettre Au diktat anglo-americain suffit a devenir une menace existentielle le pour le systeme et vaut donc de subir les foudres du maitre et les ultimatum de la destruction totale en Cas de non soumission.
    IL est interessant de noter que cette guerre est non seulement exterieure, mais aussi interieure: les GJ doivent etre elimines si ils ne se soumettent pas…
    Plus le systeme vacille, plus il devient dangereux
    Parce que sa seule defense devient L’attaque tout azimut: perdu pour perdu, c’est le quitte ou double.
    IL va donc falloir se preparer a l’effondrement du systeme dans le sang.
    CA ne me rejouit pas, mais le nier devient de l’inconscience.

      +3

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications