Les Crises Les Crises
25.août.201825.8.2018 // Les Crises

Affaire Eu Disinfo Lab, par Isabelle Attard

Merci 121
J'envoie

Source : Twitter, Isabelle Attard, 12-08-2018

Avec l’affaire EU Disinfo Lab, le secrétaire d’État et les anti-complotistes complotistes (à moins que ce ne soit l’inverse) ont tout fait pour minimiser la gravité du fichage politique des twittos ayant réagit au scandale

Certes la comparaison avec le nazisme peut paraitre exagérée mais les fichiers Hollerith de 1933 marquent le début du croisement de données utilisées à des fins politiques.

Néanmoins, il me semble que nous devons réfléchir aux utilisations futures des fichiers actuellement constitués même s’ils peuvent sembler anodins aujourd’hui.

Les deux exemples français ci-dessous prouvent qu’ils ne restent que rarement dans 1 tiroir et qu’ils sont le + svt utilisés pour répertorier les opposants politiques, vrais ou supposés. Le premier recense les anarchistes français et fut réalisé par A. Bertillon en1893 & 1894.

Rappelons le contexte : Suite aux répressions sanglantes des manifestations ouvrières (Chicago 1886 ; Fourmies 1891) des anarchistes décident d’actions ciblées contre les pouvoirs étatiques et capitalistes, la « propagande par le fait».

En France A. Bertillon, chef du service photographique de la préf de police de Paris, créé un fichier de 417 hommes & femmes considérés comme anarchistes. Les critères pour être dans ce fichier étaient assez flous : abonné à une revue libertaire ou simple sympathisant.

Ce fichier des anarchistes ( ) est consultable aujourd’hui car le Metropolitan Museum of Art de New York a ouvert l’an dernier ses archives sous forme de fichiers téléchargeables et réutilisables.

En réaction aux attentats anarchistes, le parlement votent les 3 tristement célèbres le 28 juillet 1894. La 3ème permet d’interdire la diffusion de journaux anarchistes comme “Le Père peinard” d’Emile Pouget et “Le Révolté” d’Élisée Reclus .

La 2ème permet d’inculper tout membre ou sympathisant. Elle encourage également la délation. Elle est votée le 18 décembre 1893. Il en découle début 1894 l’arrestation de nombreux anarchistes sur la base du fichier Bertillon comme Paul Reclus, Sébastien Faure ou Félix Fénéon.

Les antimilitaristes et le « carnet B » Bien avant le début de la 1ère guerre mondiale le gvmt français s’inquiétait d’une possible démobilisation nourrit par les antimilitaristes. Une liste d’environ 1800 suspects à arrêter immédiatement en cas de mobilisation est alors établie.

Ce fichier, répondant au nom de code de “Carnet B” regroupait les antimilitaristes les + virulents, des chefs syndicaux ou encore des membres de la SFIO qu’il était prévu d’emprisonner dès le déclenchement des hostilités.

Créé dès 1886 par le général Boulanger pour ficher les potentiels espions, Georges Clemenceau réoriente le carnet à partir de 1907 pour surveiller surtout les anarchistes et antimilitaristes.

En 1909, le ministère de l’Intérieur décide d’ajouter au Carnet B tous les Français susceptibles d’entreprendre des actions antimilitaristes pouvant troubler l’ordre public ou gêner la mobilisation

Jean-Pierre Deschodt décrit les différentes catégories de personnes inscrites dans le carnet B, je cite :

les anarchistes & syndicalistes : les amis de Sébastien Faure, des individus violents et exaltés pouvant occuper les fonctions de secrétaire de la Bourse du travail. Propagandiste excité faisant des provocations contre les militaires, favorables à l’insoumission & aux grèves

les communistes : Organisateurs de manifestations communistes, meneurs de grèves, apôtres de la guerre civile, secrétaires du rayon communiste, présidents d’un syndicat municipal communiste, apologie de faits qualifiés de crime et membres du comité central ;

les autonomistes : francophobie, autonomisme breton, agitateur autonomiste manifestant des sentiments germanophiles. Roger Salengro (futur ministre du Front populaire) & Victor Pengam secrétaire général de la bourse du travail de Brest font partie du carnet B .

Voici comment Pengam est dépeint : « propagandiste anarchiste et antimilitariste des plus militants. L’un des chefs du mouvement révolutionnaire (secrétaire général de l’Union régionale des syndicats et de la Bourse du travail de Brest).

[…] Secrétaire général du nouveau syndicat anarchiste des ouvriers du port. Ouvrier à l’arsenal. Serait susceptible de faire du sabotage en cas de mobilisation. (…) Mesure à prendre en cas de mobilisation : à arrêter»

L’existence de ce fichier, sensé resté secret, fuita dans la presse en 1912. Les militants & sympathisants anarchistes et syndicalistes purent imaginer quel serait leur sort : camp d’internement (env. 70 en France pdt 1ère guerre) ou exécution…

Finalement ce carnet ne fut pas utilisé en 1914 pour arrêter les antimilitaristes. La et la se ralliant au patriotisme de l’Union sacrée.

Mais il est intéressant de noter que ce carnet B ne disparut pas avec la 1ère guerre mondiale. Il fut conservé au siège de la Sureté nationale à Paris puis saisi en 1940, par l’Abwehr, le service de renseignement de l’état-major allemand…

Rien ne se perd en somme, et c’est bien ça le problème… « Celui qui ne connaît pas l’histoire est condamné à la revivre » Karl Marx

Source : Twitter, Isabelle Attard, 12-08-2018

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

DUGUESCLIN // 25.08.2018 à 07h10

Ah ben merde alors!
Voilà que je suis soupçonné de cracher sur la mémoire des millions de victime du 20 ème siècle, simplement parce que j’ose dénoncer ceux qui par leurs manœuvres, leur cupidité, leurs mensonges et leurs tricheries dans le but de dominer le monde, de le soumettre, de l’exploiter, ou d’imposer leur idéologie, en sont les principaux responsables.
Çà alors! Il y a les gentils marcheurs et moi je suis un méchant cracheur qui dénonce le fichage?
Pourtant je ne suis pas antimilitariste, ni anarchiste. S’il fallait prendre les armes pour défendre ma patrie, ma famille, mes amis, je le ferais. Mais prendre les armes pour défendre des intérêts contraires aux miens, pour sauver les maîtres du monde ou pour faire triompher une idéologie, je ne le ferais pas.

56 réactions et commentaires

  • DUGUESCLIN // 25.08.2018 à 07h10

    Ah ben merde alors!
    Voilà que je suis soupçonné de cracher sur la mémoire des millions de victime du 20 ème siècle, simplement parce que j’ose dénoncer ceux qui par leurs manœuvres, leur cupidité, leurs mensonges et leurs tricheries dans le but de dominer le monde, de le soumettre, de l’exploiter, ou d’imposer leur idéologie, en sont les principaux responsables.
    Çà alors! Il y a les gentils marcheurs et moi je suis un méchant cracheur qui dénonce le fichage?
    Pourtant je ne suis pas antimilitariste, ni anarchiste. S’il fallait prendre les armes pour défendre ma patrie, ma famille, mes amis, je le ferais. Mais prendre les armes pour défendre des intérêts contraires aux miens, pour sauver les maîtres du monde ou pour faire triompher une idéologie, je ne le ferais pas.

     126

    Alerter
    • Touriste // 25.08.2018 à 22h48

      Bonjour,
      J’ajouterais que le petit Mounir a séché ses cours d’Histoire : car il n’y avait pas que des étoiles jaunes… Il devrait être particulièrement sensible à ce scandale, au contraire de sa navrante intervention.

       11

      Alerter
    • openmind // 26.08.2018 à 12h47

      La congruence mes amis….souvenez vous, vous y viendrez tous vous qui osez critiquer les dérives du “pouvoir” dont la légitimité est de moins en moins évidente d’où leur peur bleue de la contestation…

      Congruence: terme mathématique qui désigne par exemple les nombres ayant le même reste après division par un certain diviseur…

      Ce terme fut repris par Gilles Kepel sur France 2 pour désigner un lien entre les terroristes islamistes et les contestataires radicaux que sont les soraliens.

       2

      Alerter
  • Paul Atreide // 25.08.2018 à 07h30

    Exaspérant

    je pense que pour le bien être de l’humanité, il faut supprimer twitter

     39

    Alerter
    • Julien // 25.08.2018 à 09h37

      Comme disait Coluche : « Quand on pense… Qu’il suffirait que les gens ne les achètent plus pour que ça se vende pas » !

      Il y a quand même une chose qu’il ne faudrait pas oublier : libre à nous de ne pas utiliser les services fournis par ces multinationales états-uniennes, que nous savons dangereuses, et qui affichent clairement qu’elles se réservent le droit de faire ce qu’elles veulent avec nos données.

      Nous pourrions en effet contester un fichage illégal mais à partir du moment où vous avez donné votre accord, il faut assumer les conséquences. Personne n’a mis un pistolet sur la tempe de Kevin pour qu’il remplisse son profil – y compris la section « religion ». Il l’a fait de son plein gré.

      Ces réseaux sociaux n’existent que parce que beaucoup le veulent bien. Des alternatives existent, à nous de les faire vivre.

       31

      Alerter
      • Roger // 25.08.2018 à 10h23

        J’ai expliqué cela à une de mes petites filles bien consciente du problème, mais qui m’a répondu: “c’est trop tard notre génération est déjà totalement fichée, et c’est aussi de votre faute, ni les grand parents ni les parents ne nous ont prévenus.Alors qu’est-ce qu’on fait à part se passer d’outils tellement pratiques?
        J’ai bien essayé de balbutier sur des engagements politiques pour que des lois nous protègent…Là, elle avait l’air franchement et ironiquement sceptique!
        Pour faire écho au billet sur P, Conesa, dans son imaginaire, le changement par l’action politique n’a pas beaucoup de place. https://www.les-crises.fr/la-fabrique-de-lennemi-par-le-cinema-americain-avec-pierre-conesa/

         12

        Alerter
        • Marie // 25.08.2018 à 12h36

          Ce qui revient à dire que cette jeune et brillante génération l’est (fichée)
          à “l’insu de son plein gré”
          et/ou que bien évidemment c’est l’entière faute de celles (générations) précédentes! Ou comment encore une fois se déresponsabiliser ou se victimiser sur le dos du passé.
          Mais je reconnais que de téter toute cette nouvelle technologie dés la naissance demande bien du courage et de volonté pour s’en libérer,
          ce qui suppose qu’il y a toujours le choix.
          D’un autre côté quand je vois la génération des papy-boomers tout aussi rivés sur leurs écrans et se mettant pareillement en (ob)scène sur les réseaux, ce n’est plus là une question de génération…

           6

          Alerter
          • tepavac // 26.08.2018 à 05h18

            Marie, vous parlez d’une chose qui s’est développée en une vingtaine d’années, sous l’apparence ludique de communication pour les ados, puis comme un marché sécurisé pour les commerçants et enfin comme la vitrine de l’élite mondiale.
            le tout évidement, parsemé du même cortège de contingence que dans la vie courante.
            https://www.commentcamarche.net/news/5849596-les-40-ans-d-internet-en-10-dates-cles

            Aussi, désolé de vous l’apprendre, mais nul ici n’a été chargé d’une quelconque mission de protection et de surveillance des allés et venues du facteur qui transporte nos échanges. Cela relève de la compétence légale de la plus haute Autorité défini par les lois.

            Seulement voilà, nous apprenons qu’un site diffuse, des fichiers nominatifs avec des informations placées sous la protection de nos lois, de notre constitution et garantie par la convention Européenne ;
            https://www.echr.coe.int/Documents/Convention_FRA.pdf

            Or il apparait aussi, que ce site est patronné et subventionné par les instances de l’UE !!!!

            Donc résumons, l’UE destiné à mieux protéger nos Droits et Libertés finance une officine de communication qui colle des rouelles de couleurs aux personnes.
            Voilà nous en débattons, c’est tout et chacun apporte ce qu’il peut, comme il peut…. merci Cdlt

             10

            Alerter
            • Marie // 26.08.2018 à 18h06

              Tepavac
              ??…il y a comme un malentendu (le facteur ou mon libellè?)
              Ma phrase de départ était ironique concernant ce que j’interprète (au risque de me répéter)comme un dèfaussement un peu trop facile de la e-génération qui renvoie la responsabilité aux précédentes(en partie vrai).
              D’accord avec la première phrase de votre leçon et le constat concernant la dite officine de communication (où ai-je bien pu faire allusion à une “mission de surveillance et de protection..”). Sans être désolée le moins du monde,vous ne m’en apprenez pas plus que ce que je n’ai pas voulu dire ou mal exprimé.

               0

              Alerter
        • Fabrice // 25.08.2018 à 13h16

          Effectivement très bonne conscience des faits au moins elle saura être lucide, et hélas elle a raison ce sont nos lâchetés qu’elle subira.

          Elle aura d’autres combats à mener mais pour ce que nous n’avons pas fait, revenir en arrière sera quelque peu illusoire, car quand un fichage est accepté, il est aisé de dire vos parents ont accepté qu’avez vous à cacher par rapport à eux.

          Personnellement je ne suis pas fier de ce que l’on laisse aux nouvelles générations mais j’ai vu des jeunes qui s’adaptent et font de plus en plus confiance en leur propre moyen et peu à nos institutions comme nous qui sommes encore trop souvent dupes.

          A défaut de n’avoir pas combattu pour eux apprenont leur avec l’aide des crises.fr et d’autres à déjouer les embûches qui parsèment leur parcours.

           13

          Alerter
        • Incognitototo // 25.08.2018 à 14h23

          Oui, c’est un vrai problème cette jeune génération (sans faire de généralisation abusive) qui ne voit de “mal” nulle part…

          Pour avoir souvent discuté avec eux de leur engouement pour les réseaux sociaux et aussi les Cloud (la plupart s’en servent également), leurs justifications sont d’une ingénuité confondante : “j’ai rien à cacher” et “qu’est-ce que tu veux qu’ils en fassent contre moi” sont ceux qui reviennent le plus souvent .

          J’ai beau leur rappeler l’histoire et les possibles conséquences, mais tout également leur droit à ce que personne n’accède, ni n’utilise leur sphère intime, ça n’a absolument aucune prise sur eux.

          Pour avoir essayé une foultitude d’arguments, je dois dire que je n’ai plus la moindre idée de ce qui pourrait changer leur état d’esprit.
          C’est vraiment un échec, de plus, de nos générations que de n’avoir pas su transmettre une conscience politique fondée sur l’histoire…

           5

          Alerter
          • astelan // 25.08.2018 à 14h51

            “Ce n’est qu’au début du crépuscule que la chouette de Minerve prend son envol”

             4

            Alerter
        • Touriste // 25.08.2018 à 22h26

          Bonjour,
          S’il y a eu effectivement démission des parents face aux dérives liberticides gouvernementales et face aux rézossossios (autrement dit : Faceb00k et Twitt3r) il y a eu aussi aveuglement de la dernière génération. “Si c’est gratuit, c’est toi le produit” cet adage contemporain est pourtant bien connu des “millenials”. La commodité d’outils, permettant d’assouvir de nouveaux besoins artificiellement créés, n’excuse rien.

           3

          Alerter
        • Kita // 26.08.2018 à 10h09

          Nous les grands-parents comment aurions nous prévenir nos enfants d’un fait qui n’existait pas encore ? Cela dit, je me suis immédiatement méfiée des réseaux dits « sociaux « et je continue, il y a d’autres moyens de partager ou de contester des points de vue.

           3

          Alerter
      • Quentin // 25.08.2018 à 12h40

        @Julien : Oui et non.

        Oui on donne consciemment des données aux multinationales quand on publie des photos, statuts, messages, “j’aime” etc. Dans ce cas, qu’on ne vienne pas se plaindre effectivement.

        Non parce que quand l’information sur la manière dont certaines données sont collectées ne figure que dans un document que peu de monde ne lit du fait de sa lourdeur et de sa longueur, on ne peut pas ensuite dire “vous avez été informé que votre portable envoie en permanence des données de géolocalisation, ou que notre appli a accès à votre micro, caméra et à votre répertoire et nous donne les info qui nous intéressent pour mieux vous connaître (i.e ficher)”.

        Un tel procédé est déloyal. Sans parler du conditionnement social qui pousse la grande majorité des gens, dont moi je le reconnais, à utiliser les services de ces multinationales. Là est tout leur génie, se servir de la pression sociale et de l’instinct grégaire qui poussent les gens à s’inscrire sur les sites où sont présents leurs amis et dont on parle à longueur d’articles et d’émissions tv (“vous pouvez réagir sur twitter avec le hashtag…”, “suivez nous sur Facebook…”)

        Quand on a 50-60 ans, qu’on exerce une profession qui ne nécessite pas une connexion permanente à internet et que son cercle social n’utilise que le portable pour se contacter, on a plus de recul donc c’est plutôt facile de s’en passer/s’en défaire.

        Quand on en a 25-30, que notre cercle social communique en grande partie via Facebook, qu’on a appris à faire des recherches sur Google depuis qu’on se sert d’un ordinateur, que notre première adresse mail était “@hotmail.fr” et notre seconde “@gmail.com, c’est une autre histoire de se déconditionner de tout ça.

        Bref, nous ne sommes pas aussi libres qu’on veut bien le penser

         10

        Alerter
        • Julien // 25.08.2018 à 15h57

          @Quentin

          Tout à fait, mais c’est aussi par flemme et manque de connaissances (en sécurité ou techniques dans l’informatique par exemple) qu’on se laisse faire… Et puis parce qu’on se dit “qu’on n’a rien à cacher”… Mais l’info est bien là, comme vous dites : “peu de monde ne lit du fait de sa lourdeur et de sa longueur”… Ça désolé, mais ce n’est pas une excuse…

          Car maintenant n’importe quel pékin moyen (y compris celui qui n’est pas juriste et qui n’a pas lu les petits caractères) sait pertinemment que ce qu’il dit ou écrit, de surcroît sur les réseaux sociaux, est stocké / analysé. Avec tous les scandales médiatisés, je doute que cela ait échappé à beaucoup de monde !

          S’agissant de la géolocalisation, l’accès au micro et à la caméra sur les smartphone ou autre ; là on tombe pour moi dans l’illégal donc dans le “contestable”, ce n’est plus pareil. Dans ce cas personne n’a donné son consentement on est bien d’accord.

           4

          Alerter
          • Quentin // 26.08.2018 à 15h15

            Après, je le constate dans mon entourage, très peu de gens s’intéresse à ces sujets.

            La plupart disent qu’ils n’ont rien à cacher, ou qu’au pire ils ne voient pas ce que les GAFAM peuvent en faire à part vendre leurs données à des annonceurs.

            Et si on aborde un début d’explication sur la surveillance généralisée, ça rentre dans une oreille et sort pas une autre (quand il n’y a pas d’accusation de complotisme).

            Je suis sûr que si on fait un sondage, 0,1% de ceux qui ont téléchargé iTunes ou qui se sont inscrits sur Facebook a lu en entier les conditions générales.

            Là sont pour moi les symptômes du conditionnement, et le fait que ce n’est pas parce qu’on donne une information qu’elle est captée par son destinataire

             4

            Alerter
  • un citoyen // 25.08.2018 à 07h42

    Je ne suis pas d’accord avec M. Majhoubi, cette mémoire est universelle et délivre un message fort (et douloureux) pour les générations futures.
    Elle ne peut pas être appropriée par une partie pour en dénigrer d’autres.

    Oui on peut “oser” comparer, surtout si on a repéré des signes précurseurs communs et si on ne souhaite pas une répétition des conséquences probables, même si son intensité peut paraître plus faible, si la comparaison peut être exagérée ou si ces conséquences peuvent être incertaines (les mêmes causes n’engendrant pas forcément les mêmes effets).

    Non, ce n’est pas “cracher” dessus car au contraire elle est rappelée, elle est un avertissement à tou(te)s.

     28

    Alerter
    • Oncle Octave // 27.08.2018 à 14h01

      La réponse de M. Majhoubi est une variante du “Y a pire ailleurs, alors t’as rien à dire !”. Le détour géographique est remplacé par un détour dans le temps, mais c’est la même esquive grossière.

       3

      Alerter
      • riton // 28.08.2018 à 10h45

        Franchement, vous vous attendiez à quoi, de la part d’un des guignols du gouvernement ?

         1

        Alerter
  • Pierre D // 25.08.2018 à 08h31

    Ce qui est contestable, c’est que l’expression d’une opinion sur l’anarchisme ou sur Benalla, soit placé sur le même plan que le fait d’être né.

    Si une opinion est rendue publique par des attentats ou par des tweets, il faut accepter qu’elle soit classée et répertoriée.

    Le choix de ceux qui n’ont fait que naître est plus limité.

    Ce mélange des genres est à la limite de l’humainement supportable.

     2

    Alerter
    • Alfred // 25.08.2018 à 09h16

      Vous faites référence à l’Holocauste des juifs pendant la deuxième guerre mondiale. Et sur ce point vous avez raison (la naissance n’est pas à mettre au même niveau qu’une opinion comme prétexte pour tuer). Mais est ce à dire qu’on peu tuer pour une opinion ?. Les prisonniers politiques ont aussi fini dans les camps en Allemagne.
      Enfin le grand homme d’État fait aussi référence aux fichages du totalitarisme soviétique qui ne sont que “d’opinion” mais d’assez sinistres conséquences parfois. Pas grave?
      Il me semble pour finir que vous ne prenez pas la mesure de la chose. Vous n’êtes pas encore concerné. Pas encore. Un jour un autre pouvoir viendra et fera la même chose exactement mais vous serez dans les fichiers et vous crirez au loup. Vous y rejoindrez ceux qui peuplent déjà les fichiers indélébiles (c’est le point essentiel). Tous murs, tous faux, tous implacables à disposition du premier dictateur software ou moi venu.
      Ces fichiers sont sans intérêt et dangereux et le sous secrétaire ne fait que défendre (lourdement) sa sinécure.

       26

      Alerter
      • Pierre D // 25.08.2018 à 09h56

        Où ai-je dit qu’on pouvait tuer pour une opinion?

        Par contre on a le droit de mourir pour des idées.

        Je ne fais pas seulement référence aux juifs, mais aussi aux slaves, aux arméniens, aux noirs aux USA et à tous ceux qui sont morts d’être nés.

        Ce procédé qui consiste à tout ramener à l’extermination des juifs est la marque des opinions totalitaires à la recherche de la victimisation comme argument, faute de mieux. C’est minable.

         11

        Alerter
        • Chris // 25.08.2018 à 12h19

          A force de cataloguer selon l’opinion des individus, on en vient au constat de Hayo Meyer, un survivant de l’holocauste : «Un antisémite était autrefois un homme qui détestait les Juifs. Aujourd’hui, un antisémite est un homme que les Juifs détestent.» Adaptable à toutes les communautés ciblées…

           12

          Alerter
        • Alfred // 25.08.2018 à 20h28

          “Ce procédé qui consiste à tout ramener à l’extermination des juifs est la marque des opinions totalitaires à la recherche de la victimisation comme argument, faute de mieux. C’est minable.” Ce n’est pas minable c’est une erreur. Et j’ai cru que vous la commettiez justement. Comme quoi.

           3

          Alerter
    • Bruno Kord // 25.08.2018 à 09h57

      Cher Pierre D,
      Le simple fait que vous écriviez un commentaire prouve que vous lisez le blog Les Crises. Cela suffit, aux yeux de certains, pour vous classer comme conspirationniste pro-souverainiste pro-poutine et pro-Assad. Donc, vous êtes potentiellement un ennemi de la démocratie . Je ne doute pas que l’Etat, malgré votre pseudo, saura vous reconnaître et prendra soin de conserver la trace de votre activité anti-démocratique dans un petit fichier. Qu’il saura utiliser, le cas échéant, pour défendre la démocratie.
      Mes propos vous semblent un tantinet exagérés ? Je vous renvoie à la fameuse citation du pasteur Martin Niemöler
      « Quand les nazis sont venus chercher les communistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas communiste.
      Quand ils ont enfermé les sociaux-démocrates, je n’ai rien dit, je n’étais pas social-démocrate.
      Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas syndicaliste.
      Quand ils sont venus me chercher, il ne restait plus personne pour protester. »
      Cordialement

       12

      Alerter
      • Pierre D // 25.08.2018 à 11h37

        Cher Bruno Kord,

        Merci pour votre sollicitude, mais je n’attends pas après vous pour exercer mon libre arbitre, mon esprit critique et assumer mes opinions

        Je vous ferai toute fois remarquer que votre fichage par la Sécurité Sociale, le Trésor Public, la Banque de France, le Ministère de l’Intérieur, ou les Registres Diocésains, met votre existence beaucoup plus en péril que l’opinion que vous aurez émise un jour à propos de l’Affaire Benalla… ne serait-ce que par la consonance de votre patronyme.

        Personnellement je ne me prive pas de faire savoir mon opinion sur le sujet et plus généralement sur la Macronie même si souvent Les Crises me censurent (et oui, ça commence là) et j’espère bien qu’elle sera dûment enregistrée dans des fichiers, parce si j’ouvre ma gueule c’est d’abord pour être entendu.

        Affectueusement

         6

        Alerter
      • Pierre D // 25.08.2018 à 15h27

        Bruno Kord,

        Précisons à propos de votre “citation” du pasteur Martin Niemöller.

        Le pasteur n’a pas pu dire “quand les nazis sont venus chercher les communistes”, parce qu’à ce moment il faisait partie des Freikorpfs. Il n’aurait pu dire que: “quand nous sommes venus chercher les communistes”.

        Il a bien dit “quand ils sont venu chercher les socialistes nous n’avons rien fait parce que nous n’étions pas socialistes”… effectivement, à ce moment il était national-socialiste.

        Tout ceci pour dire qu’il faut se méfier des formules à l’emporte pièce, qui semblent tout dire et ne signifie pas grand chose.

        Ici le pasteur nous explique qu’il est le dernier d’une chaîne de persécutions et nous invite à agir pour notre propre salut, plutôt que par empathie.

         4

        Alerter
        • Fritz // 25.08.2018 à 16h21

          Niemöller avait appartenu aux corps francs (Freikorps) en 1920, bien avant l’arrivée des Nazis au pouvoir. Certes il a voté pour le NSDAP à partir de 1924, et il a salué le nouveau chancelier Hitler en 1933. Cela ne me choque pas outre mesure, car le protestantisme allemand avait très mal vécu la défaite de 1918, et les électeurs protestants ont reporté leurs suffrages sur les partis nationalistes (DNVP) ou extrémistes (NSDAP). La carte électorale des législatives de 1932 est éloquente.

          Cela dit, Niemöller a pris très vite ses distances avec le régime nazi, il a été arrêté en 1937 puis il a passé sept ans en camp de concentration.

          Quant à votre formule, « le pasteur […] nous invite à agir pour notre propre salut », elle est à l’opposé de la conviction luthérienne du salut par la foi. Pour Niemöller, seul Jésus-Christ sauve, le croyant ne fait pas son salut mais il le reçoit, gratuitement, s’il désespère de lui-même.

           5

          Alerter
          • Pierre D // 25.08.2018 à 17h38

            C’est le paradoxe de ce pasteur, “qu’ils sont venus chercher” justement parce ce qu’il s’était préoccupé des Juifs “quand ils sont venus les chercher”. Sa vie est en contradiction avec son poème.

            Ce n’est pas “ma formule”, c’est le sens de son poème et c’est bien dans ce sens qu’il est abondamment cité, y compris ici.

            Quand je parle de “salut ce n’est pas dans le sens religieux (le salut des âmes) mais dans le sens vital (sauver sa peau).

            Il n’empêche qu’il n’a jamais abandonné son anti-communisme.

             1

            Alerter
          • Pierre D // 25.08.2018 à 18h41

            Fritz,

            1919 c’est l’anéantissement de la révolte Spartakiste, 1920 c’est la date de la création du NSPAD et 1921 c’est la date de la dissolution des Freikorps.
            Niemöller, n’a fait que suivre le cursus nazi et a participé aux massacres anti-communistes et aux démantèlement du régime de Weimar avec toutes les manifestations des SA qui l’accompagnèrent… sans piper.

            Le pasteur était aussi à l’opposé des considérations anti-juives de Luther.

             1

            Alerter
    • RGT // 25.08.2018 à 14h39

      Ce n’est que le prélude à la “chasse aux sorcières”… Je vous rappelle ce cher Martin Niemöller :

      « Quand les nazis sont venus chercher les socialistes,
      je n’ai rien dit,
      je n’étais pas socialiste.

      Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,
      je n’ai rien dit,
      je n’étais pas syndicaliste.

      Quand ils sont venus chercher les juifs
      je n’ai rien dit,
      je n’étais pas juif.

      Quand ils sont venus me chercher,
      il ne restait plus personne
      pour protester. »

      —————————-

      Nous pourrions remettre ce texte au goût du jour :

      « Quand les “démocrates” sont venus chercher les “pro-russes”,
      je n’ai rien dit,
      je n’étais pas “pro-russe”.
      … »

      Les tortionnaires et les cibles changent mais l’objectif est toujours le même :
      Asservir la population pour qu’une “élite” auto-proclamée s’assure un pouvoir sans partage.
      On commence par une frange infime de la population, dont tout le monde se fout, puis on étend doucement la “sélection” à d’autres catégories plus importantes de la population.
      Actuellement, nous sommes à la phase “djihadistes” et “pro-russes”,

      Ensuite ce sera les “anarchistes”, “l’ultra-gauche”, “la peste brune”, les syndicalistes,
      les juifs bouddhistes, les bretons, etc, etc…

      En attendant qu’une nouvelle “élite” ne vienne la chasser pour reprendre à son avantage les bienfaits du “pouvoir légal” validé par les lois qu’elle aura elle-même dictées.
      Et tout recommencera avec d’autres boucs-émissaires.

      Tout pouvoir autocratique a besoin d’ennemis (extérieurs ET surtout intérieurs) pour asseoir son pouvoir.

       7

      Alerter
  • Rond // 25.08.2018 à 08h35

    D’accord avec les commentaires !
    Bravo au triste Mounir pour son sens de la répartie bien crasse.
    C’est un humoriste, n’est-ce pas ? Je ne connaissais pas.
    Qui sème le vent récolte la tempête !
    Tenons bon et ne lâchons rien !

     9

    Alerter
  • Guadet // 25.08.2018 à 09h10

    L’histoire se répète. Je savais déjà, et il faut le rappeler, que les attentats anarchistes de l’époque étaient aussi terribles et meurtriers que les attentats islamistes d’aujourd’hui. je vois maintenant comment les restrictions de liberté viennent après. J’ai toujours su que la France n’a jamais été un pays où l’on soit tout à fait libre de ses opinions. Mais je me demande si le contrôle des populations, l’auto-censure des médias et la loi anti-fake-news ne sont pas pires que la censure de l’époque.

     10

    Alerter
  • F.V.M. // 25.08.2018 à 09h40

    Bonjour
    Il parait de plus en plus incontestable que le fichage informatique remplace toutes formes de “marquage physique”, avec
    l’avantage théorique de survivre “at lib” à nos corps périssables…Quoi qu’en pense Mr M. Mahjoubi (armé de bonnes intentions ??? je veux bien les lui accorder sans trop y croire…
    Cordialement.
    F.V.M.

     0

    Alerter
  • DUGUESCLIN // 25.08.2018 à 09h54

    Honte sur ce Monsieur qui utilise de façon abjecte la shoah et les millions de victime de la dictature communiste, pour inverser la charge.
    Ceux qui dénoncent le fichage, qui existe bel et bien, sont aussi ceux qui dénoncent ce que les dictatures ont fait, ce sont aussi ceux qui ne veulent pas que ça recommence, alors n’essayez pas de noyer vos turpitudes avec des déclarations hypocrites, abandonnez vos fichages dignes des pires dictatures que vous faites semblant de dénoncer.
    Honte à vous, Monsieur, de votre utilisation pernicieuse des victimes pour cacher vos pratiques, votre fichage n’est pas justifiable, ni excusable et ne parviendra à occulter que vous êtes en train d’installer et de justifier votre propre totalitarisme, tout comme ceux qui ont fait tant de victimes. Alors allez-y, fichez moi, tatouez moi, la comparaison, contrairement à vos prétentions hypocrites, a un sens.
    Niez-vous le fichage qui apparaît de plus en plus clairement?

     15

    Alerter
  • Passant // 25.08.2018 à 09h58

    “les attentats anarchistes de l’époque étaient aussi terribles et meurtriers que les attentats islamistes d’aujourd’hui”, nettement moins meurtriers quand même.

     8

    Alerter
    • Guadet // 25.08.2018 à 11h25

      Et alors ? Même si vous prouvez qu’il y a plus de morts aujourd’hui, je ne vois pas ce que cela apporte. Il ne s’agit pas de savoir qui détient le record. Les attentats anarchistes étaient plutôt moins meurtriers mais ils étaient plus nombreux.

       1

      Alerter
    • RGT // 25.08.2018 à 14h57

      Les attentats anarchistes ne visaient pas la population civile mais uniquement les oligarques et leurs bras armés.
      Pour rendre la monnaie de leur pièce a ceux qui massacraient en toute impunité les “gueux” qui ne voulaient plus se laisser exploiter.
      Et ces attentats anarchistes étaient totalement approuvés par la population qui avait bien compris que les anarchistes s’en prenaient à leurs véritables oppresseurs.

      C’est bien la cause de la répression sanglante à l’encontre des anarchistes. S’ils avaient commis des attentats dont seuls les “gueux” auraient été victimes les gouvernants n’en auraient rien eu à foutre et se seraient simplement contentés de décréter “l’état d’urgence” pour pouvoir terrifier la population et la rassembler derrière ses dirigeants “effarés” par la cruauté des agresseurs.

      Imaginez un seul instant que les djihadistes aient l’idée saugrenue de s’en prendre aux élites…
      La réaction en serait pas du tout la même… et immédiate !!!

      Je peux vous garantir qu’ils iraient les chercher, pour reprendre les paroles de Poutine, “jusque dans les chiottes”.

      Mais comme, par le plus grand des hasards, les djihadistes ne s’en prennent qu’aux gueux désarmés où aux cerbères du pouvoir en première ligne, nos élites s’en foutent car elles restent bien à l’abri de la pluie.

       11

      Alerter
      • Alfred // 26.08.2018 à 15h05

        C’est tout à fait vrai. Les jihadistes sont tellement “cons” qu’ils ne sont pas foutus de connaître les adresses des quelques boîtes privées où les rejetons de l’oligarchie font leurs études. À la place il font des trucs au hasard en visant n’importe qui sans rapport avec ceux qui les “oppressent”. Soit ils sont tous bêtes soit ils sont en laisse.

         0

        Alerter
  • DUGUESCLIN // 25.08.2018 à 10h50

    Pardonnez-moi ce bouillonnement interne qui me fait revenir à la charge.
    Mais j’aimerais que ce Monsieur, soucieux du respect des victimes, me disent s’il éprouve le même soucis pour les dizaine de millions de victimes des bombardements de la coalition (celle de ceux qui l’ont porté au pouvoir), en Irak, en Lybie, en Serbie, et tous les autres.
    Dénonce-t-il ces bombardements en demandant fermement qu’on y mette fin, ou crache-t-il sur les victimes en acceptant de s’en faire le complice?

     24

    Alerter
  • olivier // 25.08.2018 à 12h14

    Un petit mot sur l’affaire des fiches “opération de fichage politique et religieux dans l’armée française de 1900 à 1904. » ?

    Après le triomphe du Bloc des gauches aux élections de 1902. “réalisée par des loges maçonniques du Grand Orient de France à l’initiative du général Louis André, ministre de la Guerre en instaurant un système de hiérarchie parallèle” et qui permis l’avancement d’officier incompétent et qui nous à couté des dizaines de milliers de morts au debut de la grande guerre ?

    « VLM » pour « Va à la messe »
    « VLM AL » pour « Va à la messe avec un livre »
    « A ses enfants dans une jésuitière »
    « cléricafard »
    « cléricanaille »
    « calotin pur-sang »

    la fameuse hémiplégie politique… toujours victime mais jamais coupable de rien.

     10

    Alerter
    • Fritz // 25.08.2018 à 16h33

      Sur l’affaire des fiches, vous connaissez sans doute le livre de François Vindé. On le trouve à la BPI du centre Pompidou. Et rappelez-vous la mort tragique du député Syveton, un mois après qu’il eut giflé le général André à la Chambre des députés… Suicide ? C’est probable. Crime ? Ce n’est pas exclu.

       4

      Alerter
      • olivier // 25.08.2018 à 20h16

        Non je n’ai pas ce plaisir, mais je l’ajoute à la liste, merci.
        Et en effet, il y eu pas mal de « suicide » ou d’accident, à la suite de cette affaire. Certains se sont noyés dans des flaques il n’y a pas si longtemps, sans parler des défenestrés de l’affaire taiwan, ou même la curieuse affaire eponyme du centre… Benala reste bien gentil par comparaison, mais on ignore pas mal de chose : voir les armes non déclarées qui circulent (on trouve semble-t il des elements dans les macronleaks indiquant que c’est chose courante). Ce sujet, s’il concernais un citoyen lambda, serait à lui seul source d’interminables embarras.

        Par ailleur, Mounir ici en question a eu le « plaisir » de faire campagne avec un fiché S. Face aux faits il accuse RT de fausse informations. Etonant.

         5

        Alerter
  • Vincent P. // 25.08.2018 à 14h42

    Je souhaite au 21ème Siècle de connaître de grandes purges, d’immenses révoltes, une lame de fond qui fasse Justice.
    Car nous avons les fiches de tous ceux qui nous ont assidument trahis.
    Là, je souhaite à Mounir qui aime tant la victimisation, de faire partie des martyrs du totalitarisme en marche que nous lyncherons en place publique.
    Je m’engage à lui faire connaître ce que “se faire cracher dessus” signifie.
    A moins qu’il vienne casqué ?
    Nuisible vipère lâche et aliénée, (auto-modéré) !

     9

    Alerter
  • R.C. // 25.08.2018 à 14h46

    Secrétaire d’Etat chargé du numérique, qu’il est, le mec. Auparavant, quand il était “socialisse”, il était président du Conseil national du numérique. Il devrait donc bien connaître et bien comprendre, le mec, ce grave problème, ce scandale qui a été soulevé par Olivier.
    Que nenni.
    On te pille tes données perso. On les divulgue urbi et orbi. Tu couines ? T’es un facho ! De la graine de révisionniste de la pire espèce…
    Ah ben merde, comme dit Dugesclin !

     15

    Alerter
    • step // 27.08.2018 à 18h49

      socialisse, belle trouvaille. L’être sans aspérité et bien pensant qui glisse de ministère en secrétariat d’états sous tous les gouvernements “centristes”. Effectivement une créature courante de nos écoles d’administration.

       1

      Alerter
  • fox 23 // 25.08.2018 à 21h41

    Rigolo, les communistes n’existèrent qu’après le congrès de Tours… largement après la 1ère guerre mondiale. Elle explique ça comment la dame ?

     2

    Alerter
  • Yanka // 25.08.2018 à 22h26

    Comparer, ce n’est pas assimiler. Vous pouvez comparer sans problème deux objets de valeur différente, tel un caillou et un diadème d’or. Ça ne fait pas du caillou un bloc d’or. Vous pouvez comparer deux objets semblables sans non plus les assimiler ; ainsi un kilo de pommes et un kilo de poires. Vous pouvez comparer la disparition d’un chat et l’Holocauste et dire que la disparition de son chat en 2018 est plus douloureuse pour un enfant que l’idée de l’Holocauste. Ça peut paraître choquant, mais ça ne revient pas à minorer l’Holocauste, ni à faire de la disparition d’un chat l’équivalent d’un génocide. Il faut être un imbécile endurci ou un faussaire calamiteux pour donner à croire qu’en affichant sur Twitter leur numéro de matricule les fichés de l’affaire DisinfoLab se prennent pour des Juifs à Treblinka. La comparaison est permise cependant (ce sont au départ deux fichages), pas l’assimilation… du moins pas tant que les fichés (dont je fais partie) ne seront pas envoyés en Silésie…

     7

    Alerter
  • BenyAmin // 26.08.2018 à 00h46

    Merci à tous pour ces débats et apports/échanges d’avis et d’informations, voilà quatre années que je suis un lecteur assidu de ce site, et c’est bien le seul que je connaisse où le débat est si élevé.

    Du fond du Coeur merci à vous et à tous ceux qui font vivre ce blog de près ou de loin.

    OA

    *

     7

    Alerter
  • Zitoun // 26.08.2018 à 11h34

    Bonjour à tous,

    L’ensemble de cette discussion est claire est à toute sa raison d’être au vu de l’importance médiatique donné à ce scandale.

    Rappelons quelque chose : la création des fichiers de ce type, n’est pas uniquement liée aux réseaux sociaux (si on ne parle pas de la possibilité de le diffuser grâce à ce réseaux social)

    Je souhaiterai tout de même rappeler quelque chose :
    Quand vous vous abonnez à un parti politique, à une ONG, à un service de consommateur ou un SAV, vous figurez également dans un fichier (que vous acceptez, et vous vous savez enregistrés dans ce fichier en question : fichier adhérent, base de donnés clients….

    La question est donc seulement la diffusion de ce fichier par DisinfoLab. Ce Qui est contraire à la loi.
    Pour autant, il est important de savoir que les entreprises, les ONG,( et notamment des ONG visant à défendre des droits citoyens) utilisent eux aussi des outils d’ecoute des réseaux sociaux pour connaître les tendances et suivre leur actualité.

    Ce petit rappelle me semble important. Je laisse la CNIL se charger de dénoncer la gravité de la publication d’un tel fichier. Surtout au vu de là mise en application récente de la RGPD.

    Bonne journée,
    Zitoun

     1

    Alerter
  • Casimir Ioulianov // 27.08.2018 à 14h46

    Heu molo … on parle d’un seul fichier qui a été malencontreusement publié.
    Combien d’autres fichiers du même style dans les DRH et les préfectures qui n’ont aucune existence légale ? Combien de fichiers de “profilage” sur les réseaux “sociaux” , disponibles avec une simple carte de crédit ?

    Alors on va me dire “oui mais loi de 1978 , CNIL toussa …”. Sauf que la CNIL n’a aucun pouvoir de contrôle ni d’enquête , la pauvre CNIL elle recommande , elle participe civilement mais elle a moins de budget annuel que la Hadopi alors… et le jour où il faudra faire retirer les champs problématiques des DB de google et consorts, ces derniers vont nous dire “ça se fait pas chez nous, allez vous faire foutre ; les datas sont hébergées à la Barbade.” … Inutile de citer les réponses de tous les services gouvernementaux vu que ces derniers ne pourront “rien confirmer ni infirmer” en étant couvert par le “secret défense” local.

    Bref ; on est presque tous fichés. On le sait. Faudrait pas non plus nous prendre que pour des couillons. Le plus désolant là dedans c’est le nombres de fiches fausses écrites par des softs foireux ou des baltringues.

     1

    Alerter
    • step // 27.08.2018 à 18h54

      “Le plus désolant là dedans c’est le nombres de fiches fausses écrites par des softs foireux ou des baltringues” Non, le plus désolant arrivera le jour où elles serviront. ça me fait penser aux cas des homonymes bloqués aux entrées US car un djihadiste avait le mauvais gout d’avoir un nom identique. Car effectivement, il est probable que les états/megacorpo aient des infos variables sur un peu tout le monde, et que le tout mixé à la sauce big data ressemble assez furieusement à de la m…

       1

      Alerter
    • Veloute // 28.08.2018 à 21h22

      “Bref ; on est presque tous fichés. On le sait. Faudrait pas non plus nous prendre que pour des couillons. Le plus désolant là dedans c’est le nombres de fiches fausses écrites par des softs foireux ou des baltringues.”

      ah, si on est presque tous fichés, alors… Relax ! Et luttons contre les fiches fausses et les baltringues… Oh, wait ! N’est-ce pas l’objet de cette série des Crises.fr sur Desinfolab point uh-euh, de l’article en entête a fortiori ?

      Nous sommes d’accord, alors ?

       0

      Alerter
  • Julien // 29.08.2018 à 10h31

    Ah la corde sensible, cet événement vieux de 70 ans qu’on utilise à outrance quotidiennement dans les médias, (oui quotidiennement) pour faire avaler des couleuvres, faire taire des gens trop curieux, faire taire des détracteurs, accuser certains d’antisémitisme etc … Ces gens sont névrosés car ils n’ont toujours pas tourné la page. Le problème c’est que les Français, non concernés par ce fait, commence à en avoir vraiment ras le bol. Personnellement, le prochain qui me parle de ça pour justifier ses idées, son idéologie, va me connaitre.

     0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications