Les Crises Les Crises
9.avril.20219.4.2021 // Les Crises

Affaire Khashoggi : Joe Biden ferme les yeux sur la culpabilité du prince saoudien

Merci 134
J'envoie

Source : The New York Times – Nicholas Kristof
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Le prince héritier a tué mon ami Jamal Khashoggi, et nous ne faisons presque rien.

Le gouvernement des États-Unis a publiquement identifié le prince héritier Mohammed bin Salman d’Arabie saoudite comme le meurtrier d’un résident américain, puis le président Biden s’est évanoui.

Au lieu d’imposer des sanctions à M.B.S., Biden semble prêt à laisser le meurtrier en liberté. Le message envoyé aux autres dictateurs sanguinaires est donc rempli de faiblesse : S’il vous plaît, ne commettez pas de crime, mais sachez que nous continuerons à travailler avec vous quoiqu’il arrive. Le message adressé à l’Arabie Saoudite est quant à lui le suivant : Allez-y ! Faites d’M.B.S. votre prochain roi !

Tout ceci est une trahison de mon ami Jamal Khashoggi, de ses valeurs et des nôtres. Mais même à travers le prisme de la realpolitik, c’est une occasion manquée d’aider l’Arabie saoudite à comprendre que son propre intérêt réside dans la recherche d’un nouveau prince héritier qui ne soit pas irresponsable et ne tue pas et ne démembre pas les journalistes.

Qu’aurait dû faire Biden ?

Par souci de cohérence, il aurait dû imposer les mêmes sanctions à M.B.S. – notamment le gel des avoirs et l’interdiction de voyager – que celles que les États-Unis ont imposées en 2018 aux complices du meurtre de Khashoggi. Ces sanctions devraient également s’appliquer aux pantins et aux sociétés écrans que M.B.S. a utilisés pour accumuler des actifs dans le monde entier.

« Le message clé qui devrait être envoyé non seulement à M.B.S. et à d’autres membres de la Cour et du gouvernement saoudiens, mais aussi à d’autres assassins potentiels de journalistes dans le monde, est qu’il y a un lourd prix à payer pour de tels crimes et qu’il n’y a nulle part où se cacher », m’a dit Agnes Callamard, qui, en tant que fonctionnaire des Nations unies, a enquêté sur le meurtre de Jamal.

Les États-Unis auraient également dû suspendre les ventes d’armes à l’Arabie saoudite. La loi américaine interdit toute assistance militaire aux unités de sécurité impliquées dans des violations flagrantes des droits de l’Homme, et c’est le cas des forces de sécurité dirigées par M.B.S., qui est également ministre de la défense.

Biden aurait craint que les sanctions contre M.B.S. n’empoisonnent les relations avec l’Arabie saoudite. Oui, c’est une préoccupation légitime, et je suis d’accord pour dire qu’il est souvent nécessaire de s’engager même avec des dirigeants qui ont du sang sur les mains. Mais dans ce grand équilibre des valeurs et des intérêts, le risque majeur est que M.B.S., qui n’a que 35 ans, devienne roi à la mort de son père vieillissant et qu’il gouverne de manière irresponsable pendant de nombreuses années, créant le chaos dans le Golfe ainsi qu’une rupture dans les relations américano-saoudiennes qui durerait des décennies.

En d’autres termes, c’est précisément parce que l’Arabie saoudite est si importante que M. Biden devrait se montrer ferme et envoyer des signaux – maintenant, pendant que la perspective d’un changement est encore possible – et affirmer que ce royaume serait mieux avec un nouveau prince héritier qui ne démembre pas les journalistes.

M.B.S. est le sixième prince héritier que l’Arabie saoudite a eu au cours de la dernière décennie, et un seul d’entre eux (le roi Salman) est devenu roi. Deux sont morts, et deux ont été destitués. S’il devient évident que l’Arabie saoudite n’aura pas une relation viable avec l’Occident si M.B.S. devient roi, peut-être verrons-nous un septième prince héritier. Il ne s’agit pas pour les États-Unis de dicter leur conduite à l’Arabie saoudite, mais de rappeler la réalité.

« Le roi Salman et les conseillers indépendants qu’il peut encore avoir seraient bien avisés de considérer à quel point il serait insoutenable pour le royaume de conserver M.B.S. comme prince héritier », a déclaré Sarah Leah Whitson, directrice exécutive de Democracy for the Arab World Now. « M.B.S. a prouvé à maintes reprises qu’il était un boulet et un danger pour le royaume, honni et évité par la communauté internationale. »

Les responsables américains disent parfois que si nous ne vendons pas d’armes à l’Arabie saoudite, alors la France ou la Russie le feront. Mais ce que l’Arabie saoudite obtient de l’Amérique, ce n’est pas seulement des armes de haute technologie mais, bien plus important, une promesse implicite de défense contre l’Iran ou d’autres pays. La France et la Russie ne peuvent pas fournir cela.

Certains Saoudiens me disent que c’est une conclusion inévitable et que M.B.S. deviendra roi. Peut-être. Mais le fait que M.B.S. ait retenu des rivaux, comme le prince Ahmed bin Abdulaziz (qui est largement admiré dans la société saoudienne) et le prince Mohammed bin Nayef, suggère que cette affaire est loin d’être réglée pour lui.

« Rien ne dit qu’un prince héritier, devienne systématiquement roi », a fait remarquer le Dr Khalid Aljabri, qui se trouve actuellement aux États-Unis mais qui entretient des liens étroits avec de hauts responsables de la royauté saoudienne, et dont le père aurait été la cible d’un assassinat par M.B.S. « Appliquez simplement la loi. Sanctionnez MBS ! S’ils sanctionnent MBS, tout le pays s’arrêtera, et le roi Salman n’aura d’autre choix que d’écarter son fils, même s’il ne le veut pas. »

Peut-être suis-je partial parce que je connaissais Jamal. Certains peuvent penser que ce meurtre est loin d’être unique, et que d’autres dirigeants ont aussi assassiné avant. C’est vrai, mais M.B.S. empoisonne tout ce qu’il touche. Il a kidnappé le premier ministre du Liban. Il a supervisé une querelle avec le Qatar. Il a causé la pire catastrophe humanitaire du monde au Yémen.

Source : The New York Times – 26/02/2021
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Commentaire recommandé

RGT // 09.04.2021 à 08h48

Nicholas Kristof est un doux rêveur et croit sincèrement que les USA sont le siège de son utopie bisounoursesque.

Ce pays (les USA), sous son apparence « démocratique », est l’une des pires dictatures sanguinaires que cette planète n’ait jamais connu et son seul objectif est la domination totale de toute la planète pour que ses « élites » en retirent un maximum de profits.

Je ne vois pas pourquoi les dirigeants appliqueraient des sanctions à d’autres dirigeants de pays « amis » et vassaux qui au final sont loin d’être aussi sanguinaires que les élites US.

Par contre ils n’hésiteront pas à prendre des sanctions, voir même déclencher des conflits directs ou indirects par « libérateurs » interposés afin de semer le chaos dans les pays qu’ils ne peuvent pas contrôler.
Dans ce cas, l’objectif n’est pas du tout d’installer un régime « ami » si ça s’avère impossible mais simplement de faire sombrer ce pays dans la barbarie en finançant des milices qui forceront ce pays à entrer dans une guerre civile sans fin.

Exemples récents et encore d’actualité : L’Afghanistan (depuis plus de 40 ans), l’Irak, la Syrie, la Libye, le Yémen, etc, etc…

Sans compter les pays ravagés par leurs « alliés » qui eux aussi foutent le bordel chez leurs voisins avec la bénédiction de l’oncle Sam qui trouve là un moyen efficace de ravager les nations qui ne peuvent pas être contrôlées.

L’état d’Israël (je ne parle pas des juifs en général, je parle de cet état qui nous rappelle chaque jour les « heures les plus sombres de notre histoire ») étant bien sûr au sommet des « bienfaits » apportés par le « Camp du Bien » derrière les USA.

Et bien sûr, ce sont les populations locales qui dégustent alors qu’elle ne souhaitent qu’une chose : Qu’on leur foute la paix et qu’on les laisse vivre tranquillement.

12 réactions et commentaires

  • Fabrice // 09.04.2021 à 08h24

    Les USA ferment bien les yeux sur la destruction du Yémen alors pour un journaliste c’est un peu une « pecadille ».

    Circulez il y a rien à voir selon les USA ets ses supplétif, après il dira à un dirigeant qu’il est un tueur, la schyzophrene des dirigeants de ces pays est sélective.

      +12

    Alerter
  • RGT // 09.04.2021 à 08h48

    Nicholas Kristof est un doux rêveur et croit sincèrement que les USA sont le siège de son utopie bisounoursesque.

    Ce pays (les USA), sous son apparence « démocratique », est l’une des pires dictatures sanguinaires que cette planète n’ait jamais connu et son seul objectif est la domination totale de toute la planète pour que ses « élites » en retirent un maximum de profits.

    Je ne vois pas pourquoi les dirigeants appliqueraient des sanctions à d’autres dirigeants de pays « amis » et vassaux qui au final sont loin d’être aussi sanguinaires que les élites US.

    Par contre ils n’hésiteront pas à prendre des sanctions, voir même déclencher des conflits directs ou indirects par « libérateurs » interposés afin de semer le chaos dans les pays qu’ils ne peuvent pas contrôler.
    Dans ce cas, l’objectif n’est pas du tout d’installer un régime « ami » si ça s’avère impossible mais simplement de faire sombrer ce pays dans la barbarie en finançant des milices qui forceront ce pays à entrer dans une guerre civile sans fin.

    Exemples récents et encore d’actualité : L’Afghanistan (depuis plus de 40 ans), l’Irak, la Syrie, la Libye, le Yémen, etc, etc…

    Sans compter les pays ravagés par leurs « alliés » qui eux aussi foutent le bordel chez leurs voisins avec la bénédiction de l’oncle Sam qui trouve là un moyen efficace de ravager les nations qui ne peuvent pas être contrôlées.

    L’état d’Israël (je ne parle pas des juifs en général, je parle de cet état qui nous rappelle chaque jour les « heures les plus sombres de notre histoire ») étant bien sûr au sommet des « bienfaits » apportés par le « Camp du Bien » derrière les USA.

    Et bien sûr, ce sont les populations locales qui dégustent alors qu’elle ne souhaitent qu’une chose : Qu’on leur foute la paix et qu’on les laisse vivre tranquillement.

      +20

    Alerter
    • Jean-Do // 09.04.2021 à 09h24

      Ce ne sont pas les USA qui sont intrinsèquement mauvais -attendez un monde dominé par la Chine, vous allez pleurer l’Oncle Sam- mais l’abus de pouvoir que leur puissance militaire leur confère. Je me réfère au vieil adage « le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument ». Idem pour le capitalisme qui bien tenu en laisse comme en Chine est un à peu près bon serviteur mais réduit à quelques monopoles doublé d’un État qui leur transfère notre souveraineté devient un monstre fou et cannibale.

        +2

      Alerter
      • Fabrice // 09.04.2021 à 10h12

        Vous oubliez qui a donné les moyens à la Chine de devenir une telle puissance ? C’est les USA par l’intermédiaire de l’omc qui a permis la délocalisation de son industrie et surtout Européenne par pure idéologie économique alors oui les USA sont un gros problème déstabilisant de nos pays et de la planète, alors quand on voit que l’on pointe le nouveau grand ennemi que serait la Chine on met un peu trop vite de côté qui est la source du problème qu’il a lui même créé.

          +8

        Alerter
      • Dominique65 // 09.04.2021 à 10h49

        « attendez un monde dominé par la Chine, vous allez pleurer l’Oncle Sam »
        Peut-être, peut-être pas ; il semble que les chinois n’apprécient pas moins leur gouvernants que nous. Mais je préfère qu’on n’ai pas besoin d’attendre ce moment et qu’on dispose d’un monde un monde multipolaire dominé par des droits communs. Si les Étas-Unis n’avaient pas fait leur guerre illégales sans que l’ONU réagisse très fermement et qu’on avait eu un organe régulateur mondial digne de ce nom, on ne craindrait pas cette domination.

          +10

        Alerter
        • Saïd Herta // 09.04.2021 à 13h11

          L’ONU nous a peut être évité l’apocalypse pendant la guerre froide mais s’est révélée incapable d’éviter le moindre conflit, même local, depuis … faudrait penser à en changer parce qu’un truc qui fonctionne pas c’est soit un déchet, soit une œuvre d’art : dans tous les cas ce n’est d’aucune utilité pratique.

            +1

          Alerter
          • Dominique65 // 09.04.2021 à 14h16

            Tu confirmes donc mes propos lorsque je regrettais « un organe régulateur mondial digne de ce nom ».

              +0

            Alerter
      • LibEgaFra // 09.04.2021 à 13h39

        « Ce ne sont pas les USA qui sont intrinsèquement mauvais »

        Non? Alors c’est qui?
        Allez donc demander aux Amérindiens parqués dans des « réserves » ce qu’ils en pensent!

        « attendez un monde dominé par la Chine, vous allez pleurer l’Oncle Sam-  »

        Ah oui? Combien de guerres d’agression déclenchées par la Chine?

        Pleurer des assassins? JAMAIS!

          +9

        Alerter
        • gracques // 10.04.2021 à 07h39

          Et coyez vous que les hans ont occupes tout le territoire de l’actuelle chine de tout temps ?
          Vous êtes naif double d’un incroyable raciste ……

            +0

          Alerter
  • Le Belge // 09.04.2021 à 09h11

    Tout le monde sait que Joseph Biden est un hypocrite (pour être poli). Passons à autre chose. Je ne sais pas, moi : par exemple, comment nous libérer de la tutelle envahissante des US, comment rebâtir une Eurasie un peu trop amochée, comment faire pour dompter ce système financier devenu fou et, surtout, comment faire pour allier une politique de pleine emploi avec une transition énergétique (pour peu qu’elle existe) ? Non ?
    Bonne journée à toutes et tous.

      +13

    Alerter
  • Jean-Do // 09.04.2021 à 09h15

    Selon que vous serez un ami (pour l’instant) ou un ennemi des USA, la presse occidentale dans son ensemble vous jugera blanc ou noir (d’après La Fontaine). « C’est un salaud mais c’est notre salaud » (Kissinger et al.).

      +9

    Alerter
  • LibEgaFra // 09.04.2021 à 13h29

    Désolé, mais personne n’a rien compris à cette histoire. C’est un coup monté par Poutine de A à Z pour faire capoter l’alliance USA-Arabie. Biden nous l’a dit: le tueur c’est Poutine! Avons-nous une seule raison de ne pas le croire?

      +4

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications