Les Crises Les Crises
24.avril.201824.4.2018 // Les Crises

Aloïs Brunner, un des criminels nazis les plus recherchés, serait mort en Syrie

Merci 5
J'envoie

Petit rappel historique….

Source : Le Figaro, Anne-Laure Frémont, 01-12-2016

Aloïs Brunner, photo non datée Crédits photo : Associated Press

Aloïs Brunner, photo non datée
Crédits photo : Associated Press

INTERVIEW – L’information de la mort de Brunner – qui aurait eu lieu il y a quatre ans – provient d’un ancien agent du renseignement allemand, explique Efraïm Zuroff, directeur du centre Wiesenthal de Jérusalem.

Aloïs Brunner, bras droit d’Adolf Eichman – l’architecte de la Solution finale – était l’un des criminels de guerre nazis les plus recherchés. Responsable direct de la déportation de plus de 128 000 Juifs en Europe vers les camps de la mort, il s’est volatilisé après la guerre pour trouver refuge en Syrie. En 2001, il a été condamné à Paris à la réclusion criminelle à perpétuité, pour avoir organisé la déportation depuis Drancy, le 31 juillet 1944, de 345 enfants juifs. Aujourd’hui, Efraïm Zuroff*, directeur du centre Wiesenthal à Jérusalem, indique que Brunner est probablement mort, il y a quatre ans en Syrie, à l’âge de 98 ans.

LE FIGARO – Vous venez d’annoncer dans la presse britannique la mort d’Aloïs Brunner. Or en avril 2014, son nom ne figurait déjà plus sur la liste des criminels nazis les plus recherchés. Saviez-vous depuis longtemps qu’il était mort ?

Efraïm Zuroff – Soyons clairs: nous ne sommes pas sûrs à 100% qu’Aloïs Brunner est bien mort. Mais je dirais que quelqu’un qui a été blessé par deux bombes postales (Brunner a perdu plusieurs doigts et un œil quand le Mossad lui a envoyé ces lettres, NDLR) et qui est né en 1912 est sans doute mort. L’information de son décès nous a en tout cas été livrée il y a quatre ans par un agent du renseignement allemand, aujourd’hui à la retraite, mais qui a travaillé pendant des années au Moyen-Orient, et qui connaît son sujet. Apparemment, Brunner serait mort de cause naturelle. On ne sait pas non plus avec certitude où il est enterré.

Pourquoi ne pas l’avoir dit plus tôt ?

Parce que nous ne sommes pas sûrs à 100%. Donc même s’il s’agit d’une source fiable, nous devons rester prudents. Quant à une enquête sur les lieux, vu la situation en Syrie, cela n’est pas possible pour le moment. Ce cas ressemble à celui d’Aribert Heim** qui serait mort en Egypte il y a des années.

Une fois en Syrie, Brunner aurait oeuvré pour le régime syrien d’Hafez el-Assad, en le conseillant notamment en matière de répression et torture. En sait-on davantage à ce sujet ?

Cela a été reporté de nombreuses fois, mais il n’existe aucune confirmation non plus.

Pourquoi les Syriens n’ont-ils jamais remis Brunner aux Allemands ?

Je pense que la Syrie n’avait aucun intérêt à le faire. Les gens comme Brunner massacraient des Juifs, ils étaient considérés comme des héros par certains en Syrie. De plus, le livrer à l’Allemagne aurait impliqué de reconnaître que le criminel nazi avait trouvé refuge dans ce pays. Or Damas n’a jamais admis que Brunner était en Syrie, même si tout le monde le savait.

Qu’aurait représenté par vous la capture de Brunner ?

Personne n’est aussi important pour nous que Brunner et Heim. Aloïs Brunner était le bras droit d’Eichmann, son aide la plus precieuse, un fanatique antisémite notoire. Lors d’une interview en 1985 au magazine allemand Bunte, quand on lui a demandé s’il avait des regrets, il a répondu: «oui j’en ai un, de ne pas avoir tué plus de Juifs». Et cela 40 ans après la fin de la guerre, alors qu’il avait eu le temps de penser aux atrocités qu’il avait commises. Aucun des criminels nazis comme lui n’ont exprimé le moindre regret. Brunner était convaincu par l’idéologie.

Et pour les familles des victimes ?

Des efforts considérables ont été faits, notamment par la famille Klarsfeld, pour le traîner devant la justice. Brunner n’est pas une personne dans les crimes étaient ignorés. C’est juste une honte qu’il s’en soit tiré, qu’il n’ait pas été jugé, et les familles de victimes souffrent. Il y a encore bien trop de cas comme celui-là dans le monde parce que ceux qui les perpètrent ne sont pas assurés de finir au bout d’une corde ou derrière des barreaux jusqu’à la fin de leur vie.


*Efraïm Zuroff est l’auteur de Chasseurs de nazis (Michel Lafon, 2008). Il a lancé la campagne internationale apparitionlesschance.oij visant à aider les gouvernements à faire juger les criminels de guerre nazis.

**Aribert Heim, médecin-chef du camp de concentration de Mauthausen en 1941, surnommé «le boucher» ou encore «Docteur la mort», pratiquait des expériences sadiques et a tué des centaines de personnes. Il serait mort en 1992 d’un cancer en Égypte, mais la justice allemande n’a affirmé qu’en 2012 qu’il n’y avait «aucun doute» que le cadavre retrouvé était bien le sien.

Source : Le Figaro, Anne-Laure Frémont, 01-12-2016

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Sandrine // 24.04.2018 à 07h21

Ah! les anciens criminels nazis… Je ne sais pas ce qu’on fera quand ils seront vraiment tous morts (ce qui ne saurait tarder, nature oblige). Qui pourra-t-on offrir au peuple comme objet consensuel d’indignation publique…
J’ai bien ri quand j’ai lu dans l’article le petit couplet sur les nazis-dont-les-dictatures-ne-peuvent-se-passer-car-ils-sont-de-trop-precieux-conseillers-en-matière-de-torture… Et moi qui croyait que c’était la CIA ou les services spéciaux de l’ancien colonisateur qui remplissaient ce genre de bons offices!

82 réactions et commentaires

  • Sandrine // 24.04.2018 à 07h21

    Ah! les anciens criminels nazis… Je ne sais pas ce qu’on fera quand ils seront vraiment tous morts (ce qui ne saurait tarder, nature oblige). Qui pourra-t-on offrir au peuple comme objet consensuel d’indignation publique…
    J’ai bien ri quand j’ai lu dans l’article le petit couplet sur les nazis-dont-les-dictatures-ne-peuvent-se-passer-car-ils-sont-de-trop-precieux-conseillers-en-matière-de-torture… Et moi qui croyait que c’était la CIA ou les services spéciaux de l’ancien colonisateur qui remplissaient ce genre de bons offices!

      +79

    Alerter
    • Haricophile // 24.04.2018 à 08h47

      J’ai cru comprendre qu’a la CIA tout le monde n’était pas un fan de ces méthodes et que la CIA n’était pas si monobloc du tout en général. Par contre Trump vient de faire nommer une de ces horreurs de la nature a sa tête.

      Durant le moyen âge, on a un terrible échantillon de l’horreur du degré de sadisme dans lesquels ces affreux démons, ces avorton marqué par le diable, ces pourceau dévorants, ces cerveaux mal finis, ces dégénérés putrides peuvent se vautrer. Ils n’ont pas besoin de Nazi gâteux et out-of-date pour exercer leur esprit malade.

        +10

      Alerter
      • Sandrine // 24.04.2018 à 11h20

        Vous devriez consulter le livre « Torture and Democracy » de Darius Rejali… je pense que vous relativiseriez vos conceptions sur les différences entre le Moyen-age et notre époque.

          +7

        Alerter
      • RGT // 24.04.2018 à 21h22

        Ne vous en faites pas, plus que partout ailleurs la torture et les horreurs faites à nos concitoyens ont abondamment profité du “progrès”.
        Je dirais même que cette “discipline” n’a jamais autant progressé que depuis la seconde moitié du XXème siècle.

        Le moyen-âge “âge de l’obscurantisme” était largement plus “évolué” que les temps qui ont suivi (même actuels) contrairement à “légende” assénée ad nauseam depuis la “renaissance”.

        Pensez-vous sincèrement que l’humanité ait sombré dans la “barbarie” pendant 10 siècles suite à la chute de Rome ?
        Je tiens à vous rappeler que c’est durant le moyen-âge que furent inventés les plus grandes avancées techniques dont nous bénéficions encore aujourd’hui (directement ou indirectement).
        Ne serait-ce que l’imprimerie, qui a permis de diffuser le savoir…
        Malheureusement (pour les rentiers) il n’y avait pas de brevets à cette époque… Donc on ignore, la seule “avancée importante” étant celle qui permet de gagner un max de fric en un minimum de temps.
        Renseignez-vous, le moyen-âge était une époque de grande liberté, d’échanges, d’égalité (même hommes-femmes).
        Et les “vilains seigneurs” avaient des OBLIGATIONS vis à vis de la population, ce qui ne fût plus le cas à partir de la “renaissance”.
        Lisez Rabelais, ça dépoussière les neurones.

          +7

        Alerter
        • Haricophile // 24.04.2018 à 23h34

          Le «moyen-âge» est une période beaucoup trop longue pour être une période. Toutefois dans ces périodes des lumières dont vous ne tarissez pas d’éloge nous avons eu aussi des choses comme https://fr.wikipedia.org/wiki/Inquisition que je vois comme une lumière rougeoyante qui ressemble plus a la lumière du proprio des sous-sols que du ciel. Et tout bien considéré, pour avoir vu pas mal des échantillons de leur instruments des époques noires, il s’agit d’un sadisme effrayant appuyé sur le fin du fin de la technicité de l’époque.

          Et c’est bien a ça que me font penser l’incroyable perversité développée dans la technicité de la machine a injection utilisée pour la peine de mort dans des états US autant que les tortures de Guentanamo mise au point par des psychologues totalement sociopathes.

          Il y a eu des belles choses et des périodes intéressantes au moyen-âge, mais par pitié n’ignorez pas ces horreurs. Pas plus qu’il ne faut oublier les abominations commises de nos jours en notre nom.

            +1

          Alerter
          • RGT // 25.04.2018 à 19h58

            L’inquisition, c’est à la renaissance qu’elle connaîtra son heure de gloire.
            Certes, elle a commencé à la fin du moyen-âge, mais avait une portée limitée.

            De plus, l’inquisition a surtout été un instrument de pouvoir politique (particulièrement en Espagne) mais aussi et surtout (on en parle jamais, bizarre) dans les contrées protestantes.

            C’était plutôt “Files-moi ton fric, fais ce que je te dis et fermes ta gueule sinon tu finiras comme hérétique sur le bûcher”.
            Les “sorcières” n’étaient que des “figurantes” pour faire peur à ceux qui ne voulaient pas se soumettre.

            Après la révolution française, la guillotine a remplacé le bûcher… mais la finalité était la même : Quelques “gueux” pour donner l’exemple et faire taire les contestataires.

              +4

            Alerter
          • RGT // 25.04.2018 à 20h03

            Je persiste et je signe, le “moyen-âge” était loin d’être si “sombre” que ça.

            L’utilisation des biens communs dans les villages était négociée par des compromis entre TOUS les utilisateurs et les assemblées de villages étaient largement plus démocratiques que notre “système si parfait”…

            En fait, la gestion locale (pour le reste les habitants s’en foutaient) s’approchait beaucoup des expériences anarchistes du XIXè et du début du XXè siècle.

            Sans parler des “duels judiciaires” dans lesquels les femmes se présentaient face à des hommes qui partaient avec des handicaps permettant d’équilibrer les forces en présence.
            Duel certes, mais qui avait rarement une issue fatale.

            À la renaissance, les femmes sont devenues la propriété des “mecs” et depuis ça n’a pas trop changé.

            Il suffit de voir les tracasseries administratives que subit mon épouse.
            Dans certains cas je suis obligé de donner mon accord pour des formalités pour lesquelles elle n’est pas consultée si j’en fais la demande…

            Égalité des sexes, il y a encore du boulot, particulièrement au plus haut de l’état avec des “décideurs” qui considèrent que leurs compagnes sont leurs bonniches.

              +3

            Alerter
            • Sandrine // 25.04.2018 à 21h25

              N’exagérons pas trop le féminisme du moyen-age… Je me souviens d’un passage d’un livre de G. Duby ou il expliquait qu’un homme au moyen-age n’était considéré comme un homme à part entière que lorsque qu’il avait « soumis une femme » f(c’était l’expression de l’epoque) c’est à dire une fois marié…

                +0

              Alerter
            • Gwen // 26.04.2018 à 00h09

              Il y avait de nombreuses traditions qui différaient à l’époque selon le lieu où vous étiez. Vous pouviez être une femme mariée en Provence et être totalement soumise corps et âme, selon la loi à votre mari, et en Normandie, pouvoir envoyant balader votre moitié si celui ci vous demandait une possession qui vous revenait.

              Sans parler des différentes lois selon les seigneuries et autres. C’était un sacré foutoir à l’époque où on pouvait trouver le meilleur comme le pire selon l’endroit où on était. ^^

                +3

              Alerter
    • Arnould // 24.04.2018 à 09h31

      Alois Brunner est la raison pour laquelle Sarkozy est, pour moi, passé aux oubliettes de l’histoire à peine élu. Si d’un côté tout enfant français devait parrainer un enfant juif disparu pendant la shoah, alors en mémoire des enfants déportés de Drancy le président de la France aurait dû demander en direct au président de la Syrie le 14 juillet 2008 sur les Champs Elysées ce qu’il était advenu de cette ordure de Alois Brunner.

      Et notre Sarkozy avait même une raison personnelle. Après la France, Brunner s’est occupé à vider Thessalonique de ses Juifs, la ville d’origine de son grand-père maternel qu’il a quittée adolescent dans les années 1930. Autrement dit Brunner a peut-être, et même certainement, envoyé à la mort des jeunes gens qui, enfants, étaient des amis personnels de son grand-père.

      Comme il n’a rien tenté pour savoir auprès de Bachar el Assad, j’ai essayé de minimiser ma colère, qui ressort encore aujourd’hui, en m’imaginant que notre président Sarkozy n’avait peut-être jamais entendu parler de Alois Brunner.

        +7

      Alerter
      • Sandrine // 24.04.2018 à 11h59

        L’histoire de Jesus et de la femme adultère, ça vous dit quelque chose ?

          +6

        Alerter
        • Arnould // 24.04.2018 à 16h37

          Rien de rien. Désolé.

            +0

          Alerter
          • Sandrine // 24.04.2018 à 18h48

            Pourtant il me semblait que c’était des gens de par chez vous…
            La plupart des adeptes de cette nouvelle religion idolâtre qu’est la religion de la Shoah ne font pas partie de la génération qui a connu la déportation.
            Les véritables survivants en font rarement partie et certains ont même parfois des positions surprenantes : c’est le cas par exemple d’Eva Kor, torturée à Auschwitz par Mengele qui a adopté le petit-fils de Hoss (le commandant d’Auschwitz) et qui a embrassé un ancien SS du camp, Groning lors de son procès en signe de pardon.
            https://www.youtube.com/watch?v=OPgpiwldKDU

              +7

            Alerter
            • P’tetbenkwui // 24.04.2018 à 21h00

              Sandrine

              Cette machine à remonter le temps ne fera pas revenir les disparus et ne compensera pas la douleur ressentie par les proches des victimes.
              Ressasser les ignominies engendrées par des individus frappés de folie n’a aucune chance d’aboutir favorablement.
              Combien d’années faudra-t-Il encore patienter pour que les victimes palestiniennes de la bande de Gaza embrassent leurs assassins à l’issue d’un autre procès historique ?

                +6

              Alerter
            • Le Minotaure // 24.04.2018 à 22h21

              Qu’appelez vous “la religion de la Shoah” ?

                +0

              Alerter
            • Arnould // 24.04.2018 à 23h07

              Je ne suis pas juif. Mon père est arménien, ma mère allemande, et je me demande ce que mon grand père a pu voir en Ukraine courant 1942 avant de disparaitre avec ses chevaux en janvier 43 (palefrenier dans la Wehrmacht). Son unité se trouvait sur la route du régiment blindé d’élite Kantemirovka du nom du village d’où est partie la contre offensive russe juste après la fin de la bataille de Stalingrad. Il n’y a eu pratiquement aucun survivant… Il n’empêche, Alois Brunner est un criminel. Même si les négationnistes avaient raison, il resterait un criminel. Il y avait autre chose à faire pour être utile à son pays que de déporter des enfants.

                +4

              Alerter
            • Haricophile // 24.04.2018 à 23h56

              Moi j’ai surtout du mal a comprendre le rapport entre la choucroute et l’allusion à la femme adultère dans le fil du discours.

              Pour «la religion de la Shoah» je suppose qu’il s’agit d’une manière de parler du «tabou» de la Shoah utilisé comme prétexte a toutes sortes d’exactions et utilisé comme arme contre tous ceux qui y trouverait a redire, «puisqu’on a été victime, nous ne pouvons pas être coupable, et si vous nous critiquez vous êtes des complices de la Shoah». La justice Française, comme celle de toute démocratie, ne prévoie effectivement pas dans son «design» que être victime apporte le droit a commettre des crimes, ni même de se venger, puisque c’est le fondement même de notre justice que de ne pas le faire. En plus il est vrai qu’il s’agit aujourd’hui des descendants et qu’il n’est pas non plus prévu, contrairement au droit d’auteur, des droits spéciaux héréditaires sur le cadavre intellectuel durant 70 ans après la mort de la victime.

                +8

              Alerter
            • Sandrine // 25.04.2018 à 07h53

              La religion de la Shoah c’est un culte que rendent certains aux lieux et aux événements de la Shoah. Les procès d’anciens nazis sont un élément de ce culte. C’est un culte idolâtre qui prend le peuple juif comme objet de la dévotion.
              https://www.franceculture.fr/emissions/repliques/y-t-il-une-religion-de-la-shoah-0

                +4

              Alerter
            • Sandrine // 25.04.2018 à 08h06

              Quand à l’allusion femme adultère c’ est à cause de la phrase: « que celui qui n’a jamais péché lance la première pierre »
              Or Israël, comme chacun sait, s’est rendu coupable de nombreux crimes vis à vis des Palestiniens.
              D’une manière plus générale : deporter des enfants en sachant qu’ils vont en mourrir c’est évidemment criminel ; mais j’ai du mal à voir en quoi lancer des bombes sur des villes où se trouvent des enfants ne serait pas, de la même façon, criminel. Parce que la mort de ces enfants n’est qu’un dommage collatéral alors que dans le premier cas les enfants sont spécialement visés? Un peu hypocrite non? Moi je suis pour traduire en justice Bush et consorts (et tous ceux qui déclenchent des guerres « préventives ») au coté du fantôme d’A. Brunner…

                +7

              Alerter
            • Arnould // 25.04.2018 à 19h19

              @Sandrine Je suis entièrement d’accord avec vous, c’est l’état US qui devrait être jugé pour tous ses crimes depuis le génocide des Indiens d’Amérique, les tapis de bombes un peu partout dans le monde, l’utilisation des bombes atomiques sur des civils sans démonstration préalable à l’armée japonaise et tous les coups tordus qu’on ne connait pas. Il n’en reste pas moins que Alois Brunner était un criminel.

                +3

              Alerter
  • Isidor Ducasse // 24.04.2018 à 07h30

    Voilà une information qui tombait à pic…. de plus, ce n’est même pas une information puisque rien n’est sûre…..enfin si ! en occident c’est une information puisqu’il n’y a pas aucune preuve, mais vraiment rien. Même le rôle joué par Brunner auprès de El-Assad et la glorification de cet officier par certains en Syrie. Certains du monde entier, cela s’appelle des antisémites.
    C’est article est une quintessence de ce qu’est devenu la presse.

      +34

    Alerter
    • Haricophile // 24.04.2018 à 08h58

      Pas la quintessence, puisqu’il y a des conditionnels. Ça n’en reste pas moins que ce n’est pas de l’information puisqu’il n’y a aucun élément apporté sinon des récits non argumentés, et dans le contexte de guerre, un roman comme ça pue la propagande de guerre ; Propagande à destination d’une communauté très précise et aux “décideurs” qui ont des électeurs et surtout des généreux donateurs de cette communauté très précise.

        +16

      Alerter
    • Arnould // 24.04.2018 à 09h35

      Il est certain que Alois Brunner a passé sa vie en Syrie. L’article du journal allemand n’est pas une légende.

        +2

      Alerter
      • Haricophile // 25.04.2018 à 00h11

        Nous voulons bien le croire. Pourquoi pas, mais ça serait mieux d’apporter des arguments plutôt que des affirmations, et quand je dis des affirmations, il n’y a que des conditionnels dans l’article.

        Des anciens nazi, il y en a eu partout, a commencer par ceux qu’on a gardé a la tête de nos industries « pour ne pas jeter le chaos et accélérer la reconstruction », ceux qu’on a pour diverses «raisons d’état» blanchi plus-blanc-que-blanc et accueilli aux USA etc.

        Ce qui est particulièrement curieux, c’est d’annoncer une mort probable mais hypothétique plusieurs années après que l’on en ai eut connaissance, justement à un moment où ça pourrait servir a des intérêts de propagande, de manière bien plus fine et subtile que la grossièrement-bidonnée-à-l’arrache affaire Skripal il faut le reconnaitre.

          +5

        Alerter
        • Clauzip12 // 02.05.2018 à 15h09

          de nombreux pays collaborant à la victoire finale contre les nazis en ont tiré bénéfice.
          les scientifiques d’abord mais aussi tous les services de renseignement,militaires de haut niveau…
          les USA ont fait une razzia sur les meilleurs scientistes et techniciens ingénieurs….
          quant à la france,40/100 de l’effectif de la légion étrangère était composée de nazis en’ voie de disparition officielle .
          quant à l’Allemagne,dispensée de dettes de guerre elle reçu une aide à la reconstruction en maintenant en fonction l’essentiel des cadres nazis des services publics et des sociétés privées.pourtant ces sociétés avaient placées à proximité des camps de ce concentration,utilisé les hommes et femmes de ces camps,dans des conditions criminelles.
          ces entreprises étaient pour les plus importantes,certaines ont fait parler d’elles récemment en raison de manipulatiotions mensongères.
          ces entreprises étaient dans les années 1930/40 constituées par des capitaux américains.

            +3

          Alerter
  • Fred // 24.04.2018 à 07h51

    et voilà… maintenant le “régime Syrien” est un collaborateur nazi. Pourquoi ne pas en parler il y a 4 ans? Et donc pourquoi en parler juste maintenant?
    bref, un bon gros bla bla qui ne repose que sur les dire d’un personnage qui s’y “connait vraiment”. c’est un article du monde?

      +17

    Alerter
    • Arnould // 24.04.2018 à 09h37

      Parce que c’est de notoriété publique depuis au moins lrs années 80.

        +2

      Alerter
      • Le turk // 24.04.2018 à 09h47

        la notoriété publique n’est pas une preuve !

          +12

        Alerter
        • Arnould // 24.04.2018 à 16h15

          Je ne pense pas que les différents articles des journaux qui ont interviewé Alois Brunner n’aient jamais été mis en doute. Il y a eu des rencontres, des photos authentifiées par le gouvernement allemand, des enregistrements. Après il est vrai que ce ne sont que des articles de journaux d’où ma prudence et l’expression “notoriété publique”. Et oui, je connais la différence entre preuve et témoignage, merci.

            +3

          Alerter
          • Le Minotaure // 24.04.2018 à 22h28

            L’article ne date pas de “maintenant” maos de fin 2016.

              +1

            Alerter
  • François Marquet // 24.04.2018 à 07h55

    Décidément Assad a bien gagné sur le terrain puis qu’il ne reste plus que ces méthodes pour l’atteindre.

      +25

    Alerter
  • Pierdec // 24.04.2018 à 08h23

    Pour remettre les pendules à l’heure, j’aimerais vous proposer de lire ou de relire le livre de Boualem Sansal “Le village de l’Allemand”. Pas politiquement correct, mais tellement vrai !
    (Boualem Sansal “grand prix du roman de l’Académie française” pour son livre “2084”)

      +1

    Alerter
  • Melson Moinfort // 24.04.2018 à 08h27

    A la question :” Pourquoi ne pas l’avoir dit plus tôt ? “, la réponse que fait Efraïm Zuroff (“Parce que nous n’en étions pas sûrs à 100%”) aurait pu appeler une nouvelle question “Si vous n’en êtes pas plus sûrs aujourd’hui, pourquoi publier l’information maintenant ? ”
    Mais cette question aurait sans doute mis Efraïm Zuroff dans l’embarras. Car, comme il est dit plus haut, c’est une information qui tombe à pic.

      +25

    Alerter
  • Toff de Aix // 24.04.2018 à 08h33

    Allez, j’ose : donc quand les Skripal sont victimes d’une tentative d’assassinat de la part d’une puissance étrangère chez un autre état, c’est anormal ?

    Ben oui, c’est inadmissible, les russes, ce comportement de voyou, droit international, toussa…

    Par contre là, les bombes postales, ainsi que les multiples assassinats imputables au Mossad ces cinquante dernières années (contre un dirigeant du Hamas encore la semaine dernière), aussi bien que l’enlèvement de eichmann, etc… Ça, c’est normal bien sûr ?

    Mais non, c’est pas pareil…

      +29

    Alerter
    • Sandrine // 24.04.2018 à 09h34

      Les anciens nazis, plus exactement les anciens SS, facilement identifiables (il faut dire qu’ils l’ont bien cherché) sont devenus les « boucs émissaires » au sens littéral de cette « apocalypse » de la modernité qu’a constitué la seconde guerre mondiale (« apocalypse » au sens de « dévoilement », de mise en évidence d’une essence profonde).
      Ils sont devenus des « proscrits », des « bannis « au sens qu’avait ce terme au moyen-âge; chacun a le droit de les tuer quand il veut et même les églises ne peuvent être des refuges pour eux. Toute société a ses proscrits, c’est un phénomène anthropologique très ancien (mais très difficile à accepter pour nous qui nous croyons universalistes et rationalistes)

        +12

      Alerter
      • Le Minotaure // 24.04.2018 à 22h32

        Je n’aime pas les méthodes du Mossad, y compris pour la traque d’anciens nazis, mais je vois pas au nom de quoi les Eglises constitueraient des refuges.

        Et une grande partie de ces soi disants proscrit ont effectué de belles fins de carrière en RDA, en RFA, aux Etats-Unis, en Amérique du Sud et ailleurs… je ne pense vraiment pas qu’ils soient les plus à plaindre parmis les acteurs survivants de la seconde guerre mondiale.

          +1

        Alerter
        • Sandrine // 25.04.2018 à 09h16

          L’allusion aux églises visait à expliciter la notion de « proscrit » au moyen-age. Le proscrit étant un « hors la loi » l’interdit du meurtre ne s’appliquait plus pour lui (tout le monde pouvait le tuer quand il voulait sans être coupable de meurtre).
          Mon propos n’était pas du tout de pleurer sur le sort des anciens nazis après guerre. Comme je l’ai écrit, « ils l’ont bien cherché ».
          Pour autant il ne faut pas se voiler la face et ne pas voir la haine et le désir de vengeance que ces nazis suscitent en nous du fait de leur orgueil et de leur cruauté démesurés.
          La tentation de les rejeter « hors de la communauté des hommes » est grande. Est-elle pour autant morale?

            +5

          Alerter
  • Charles Michael // 24.04.2018 à 09h06

    Pas d’accord,
    défendre Bachar Al Hassad, ce que je fait constament*, ne doit pas conduire à défendre les coupables pays-refuges des nazis.
    Argentine, Bolivie, Brésil leurs ont bien servi de refuge.
    L’Espagne un temps aussi.
    L’Allemagne comme l’Autriche ont été bien complaisante ou peu zélée et surtout sur leurs industriels.
    L’URSS comme les USA ont récupéré des savants-nazis.
    Mais les USA comme le Canada ont aussi accueilli des groupes entiers de Polonais et Baltes et Hongrois douteux et d’Ukrainiens avérés nazis.

    * Bachar Al Hassad est devenu Président de la Syrie un peu contre son plein grès à la mort de son frère
    et cette guerre lui a été imposée par les Humanistes-colonialistes.

      +17

    Alerter
    • Le turk // 24.04.2018 à 09h58

      La légion étrangère accueilli les ex Waffen SS qui passèrent par le Suisse en fuyant l’avancée Russe , ils se retrouvèrent en Indochine à lutter contre le communisme ce qui était dans leur ADN
      lire Elford George Robert – La garde du Diable Des SS en Indochine

        +7

      Alerter
      • Christian Gedeon // 24.04.2018 à 10h59

        Il ne faut pas confondre les Waffen SS et les SS liquidateurs et concentrationnaires. Leur histoire n’est pas la même. Jean Mabire a écrit des choses,partisanes,mais intéressantes et complètes à leur sujet.

          +7

        Alerter
        • R.C. // 24.04.2018 à 19h56

          C’est la même graine, la même essence, la même voyoucratie abjecte !

          Il n’y a pas d’un côté les effroyables SS gardes de camps de la mort qui puent la charogne et de l’autre côté les mâles conquérants de la Waffen-SS qui sentent la poudre et la graisse à panzerfaust !

          La Waffen-SS à commis d’ignobles crimes, tout comme les autres.

          S. Bandera en faisait partie : division Galizien (Галичина). Lui et ses sbires (Ukrainiens de l’ouest, en général) se sont livrés à des massacres odieux qui ne diffèrent de ceux des camps que par la méthodologie industrielle de ces derniers.

          À f… dans le même sac !

            +7

          Alerter
      • Sandrine // 24.04.2018 à 11h42

        Pas seulement ceux qui passaient par la Suisse… des campagnes de recrutement ont eu lieu directement dans les camps de prisonniers en France.
        Ceci dit, tous les waffen-SS n’étaient pas des criminels de guerre avérés… Et inversement il y eu beaucoup de criminels de guerre dans la Wehrmacht auquel on a pas demandé de comptes…

          +8

        Alerter
        • Le Minotaure // 24.04.2018 à 23h09

          Tous les SS n’ont peut être pas individuellement été des criminels de guerre mais la SS a été conçue pour être l’instrument de toutes les volontés d’Hitler. Donc elle a été au premier rang et la principale institution engagée dans les crimes de guerre et crimes contre l’Humanité nazis. La Wermarcht y a effectivement trempé également, surtout après Barbarossa, mais avec plus de réticences initiales au sein de l’Etat major. Evidemment, il était plus simple d’avoir une armée allemande “blanchie” après la seconde guerre mondiale pour reconstituer un corps de cadres.

            +2

          Alerter
          • Sandrine // 25.04.2018 à 09h42

            Les cadres de la wehrmacht étaient tout à fait au courant des ambitions d’Hitler et ils l’ont soutenu jusqu’à ce qu’ils perdent confiance en sa capacité à gagner la guerre.
            Ils l’on également soutenu sans équivoque lorsqu’il a décidé de decapiter la SA et de pousser sur le devant de la scène la SS en 34. Ils se sont juste opposés à la concurrence que leur faisait la création de la waffen-SS.
            La véritable différence entre les cadres de la wehrmacht et la SS est l’origine sociale (plus démocratique pour les SS). C’est aussi ça qui a facilité le mépris dont tous les Allemands après guerre ont accablé ceux d’entre eux qui avaient eu la « stupidité » (et l’orgueil) de s’engager dans la SS.
            En réalité, comme l’a bien montré O.Bartov, tous faisaient partie de « L’armée de Hitler ». Mais la plupart ont voulu le nier après-coup.

              +5

            Alerter
    • Sandrine // 24.04.2018 à 10h18

      La RFA a utilisé des anciens nazis pour monter ses services secrets (réseau Gehlen). Les USA ont utilisé des anciens nazis pour monter les réseaux Stay-behind… Tous, jusqu’à Israël même, ont utilisé les services d’anciens nazis, non pas qu’ils aient été spécialement compétents (quoique expérimentés) mais surtout parce que vu leur passé, ils acceptaient facilement de faire ce qu’on leur demandait – d’autant plus que leur convictions politiques pouvaient facilement s’accommoder de l’ideologie des pays où ils trouvaient ainsi à s’employer (réseaux Stay Behind notamment)

        +14

      Alerter
    • Mr K. // 24.04.2018 à 10h22

      Vous écrivez : “Mais les USA comme le Canada ont aussi accueilli des groupes entiers de Polonais et Baltes et Hongrois douteux et d’Ukrainiens avérés nazis.”

      Il y a eu des exfiltrations importantes d’anciens nazis allemands et des pays de l’est avec la bénédiction de l’OSS qui allait plus tard devenir la CIA.

      Peu importe les crimes de guerre commis s’ils présentaient un intérêt dans la lutte anti-communiste.

      Voir aussi mon commentaire plus bas.

        +3

      Alerter
  • Brigitte // 24.04.2018 à 09h07

    Décidément, ce qui a été tenté après la deuxième guerre mondiale pour ramener la paix dans le monde a dégénéré en dictature: l’union européenne, l’état hébreu…
    La faute aux anciens nazis? à la CIA? d’ailleurs cette organisation à but humanitaire n’a t-elle pas aussi servie de centre de recyclage ?

      +7

    Alerter
  • bobp // 24.04.2018 à 09h26

    Espérons que les crimes contre le Rwanda, le Yémen soient jugés de la même manière…

      +6

    Alerter
  • Mr K. // 24.04.2018 à 09h43

    D’après l’article suivant de Slate (2016) qui cite la chaîne de télévision Bayerischer Rundfunk (avant dernier paragraphe) :
    C’est Reinhard Ghelen ancien chef (1956 – 1968) du BND ( Service de renseignement extérieur du gouvernement federal allemand) qui a donné une nouvelle identité à Alois Brunner! C’est très certainement d’abord cela qui lui a permis d’échapper à une arrestation.

    http://www.slate.fr/story/116279/reinhard-gehlen-ancien-nazi-renseignement-allemagne

    Par ailleurs, que dire de cet article qui minimise beaucoup l’envergure de Reinhard Ghelen. L’article parle d’un ex-officier nazi sans dire qu’il était tout simplement général.

    Reinhard Ghelen après un passage aux USA est actif dès 1946 en Allemagne occupée. Il dirige l’organisation anticommuniste dite “Gehlen Organisation” de 1946 à 1956, utilisant notamment les réseaux de renseignements nazis établis pendant la guerre dans les pays de l’est occupés.

    L’utilisation de ce personnage par les USA a eu des conséquences très importantes, notamment dans le déclenchement de la guerre froide, et jusqu’à nos jours (cf nazis en Ukraine par exemple).

    https://en.wikipedia.org/wiki/Reinhard_Gehlen

      +9

    Alerter
    • Mr K. // 24.04.2018 à 12h15

      Complément : Livre paru en 1988 de l’historien Professeur d’université Christopher Simpson (American University’s School of Communication – Washington DC).

      “Blowback: America’s Recruitment of Nazis and Its Effects on the Cold War”, Kindle Edition 1988.

      Traduction : “Retour de flamme : le recrutement de Nazis par l’Amérique et ses effets sur la guerre froide”.

      Émission de radio de 1988 en anglais concernant ce livre, on y comprend en particulier des éléments prépondérants sur le pourquoi et comment du déclenchement de la guerre froide :

      https://www.youtube.com/watch?v=XiFgrXnSH4g

        +5

      Alerter
    • fox 23 // 24.04.2018 à 13h16

      Citons une bonne source, Mr K., “le général gris de Alain Guérin chez Julliard” qui révèle effectivement par le détail l’activité surtout anti-communiste de Gehlen après la guerre, sous le contrôle américain.

        +2

      Alerter
  • petitjean // 24.04.2018 à 10h28

    moi je veux bien qu’on nous parle du nazisme tous les jours
    moi je veux bien qu’on refasse le procès de Nuremberg tous les jours aussi
    mais j’aimerais aussi que l’on fasse enfin le procès du communisme et de tous ceux qui, hier et aujourd’hui, ont soutenu et se réclament encore de cette monstrueuse idéologie
    les 100 millions de morts du communisme attendent toujours que justice leur soit rendu
    j’ose espérer que l’instrumentation du nazisme, pour disqualifier les patriotes et autres souverainistes, bref les opposants au projet européiste-mondialiste, n’est plus à démontrer ………………….

      +5

    Alerter
    • fox 23 // 24.04.2018 à 13h21

      Zavez pas l’impression de pousser le bouchon un peu loin petitjean ? 100 millions de morts, mazette quel score ! De mémoire, le bilan global de la WW II est de 80 millions de morts ce qui est déjà apocalyptique.
      En fait votre version, c’est plus que plus ! Tout ce qui est excessif est insignifiant, je crois qu’il faudrait vous en souvenir, nous sommes entre gens réputés sérieux ici !

        +9

      Alerter
      • petitjean // 24.04.2018 à 18h16

        ignorance !
        lisez donc les ouvrages de Stéphane Courtois sur les crimes du communisme
        par exemple “le livre noir du communisme” écrit par Courtois et une équipe de chercheurs
        puisque vous l’ignorez je vous rappelle que, par exemple, juste cet exemple, le plus terrible, Mao est le plus grand criminel de l’histoire de l’humanité avec plus de 50 millions de chinois “disparus” lors de la terrible “révolution culturelle”
        creusez donc la question…………………………

          +2

        Alerter
        • Le Minotaure // 24.04.2018 à 22h59

          Même Courtois qui additionne tout et son contraire n’arrive pas à un total de 100 millions de morts, mais de 85 millions. Les principaux contributeurs du livre se sont d’ailleurs distanciés de ce comptage macabre.

          L’immense majorité des “victimes du communisme” comptabilisées par Courtois sont d’ailleurs mortes dans des famines (URSS 1921-1922, 1932-1933, 1946 Chine : 1958-1961 Corée du Nord : 1995). Si les gouvernements en place ont eu une énorme responsabilités dans ces famines, il ne s’agit dans aucune d’entre elles de massacres délibérés. Dans plusieurs cas (famine de 1921 et de 1946 en URSS) il s’agit d’abord de conséquences de la guerre et de blocus économiques. Courtois assigne sans problème L’ENSEMBLE des morts de la guerre civile russe au “communisme” , donc y compris les 200 000 juifs massacrés par les armées blanches, ennemies des communistes.

          Par ailleurs des communistes (trotskystes notamment mais pas seulement) ont été parmis les premiers, dans les années 1930, à dénoncer la répression stalinienne, dont ils ont fait partie des victimes. On inclue donc, dans ce procès fait au communisme à partir des additions délirantes de Courtois, des gens qui ont passé leur vie à combattre, au nom du communisme, les régimes stalinien et maoiste.

            +7

          Alerter
          • Le Minotaure // 24.04.2018 à 23h01

            Au passage la révolution culturelle c’est entre 500 000 et 3 millions de morts, le chiffre de 1 million étant souvent avancé. C’est déjà considérable. Inutile de le multiplier par cinquante.

              +7

            Alerter
  • occitan // 24.04.2018 à 10h36

    Un passage de ce texte m’intrigue : “Lors d’une interview en 1985 au magazine allemand Bunte, quand on lui a demandé…”. Où donc a été réalisé cet entretien ? De quelles protections bénéficiait-il ? Bizarre, bizarre.

      +2

    Alerter
    • Arnould // 24.04.2018 à 16h24

      Allez voir wikipedia. Dans les années 80, protégé par Hafez el Assad, Alois Brunner ne se cachait pas vraiment. Si on trouvait son numéro de téléphone, on pouvait l’appeler de l’étranger et il répondait…

        +1

      Alerter
  • mieuxa // 24.04.2018 à 11h21

    Cette information qui n’en est pas une n’aurait-elle pas pour seul but de discréditer un peu plus Bachar el assad ?

      +13

    Alerter
  • Alfred // 24.04.2018 à 11h53

    Cette “information” m’était connue. Je m’étonne de la trouver ici et maintenant.
    S’agit il d’éviter que que les Syriens loyalistes soient perçus comme les vainqueurs de la guerre d’un point de vue moral (tout le monde a des casseroles, tout le monde est sale.. etc)? C’était pas la peine d’aller chercher un cadavre nazi dans le placard (tellement nombreux sont ceux qui en ont) car il y en a de bien plus frais et bien plus nombreux.
    S’agit il de donner un éclairage sur les motivations supposées d’une des parties du conflit (Israel)? C’est alors un pauvre éclairage car des considérations géostratégiques sont manifestement plus importantes pour Israel que la “justice” ou la vengeance envers un ancien nazi. Heim est mort en Egypte sans que cela n’empêche une forme de paix avec les égyptiens. C’est la différence de nature entre le Golan et le Sinai qui fait que la Syrie est encore en guerre et pas l’Egypte (la question de l’eau notamment). Pas Heim pu Brunner. A la rigueur on peut parler de l’arc chiite. Mais Brunner n’a rien à voir la dedans.
    Alors quoi? La seule explication plausible qui me vient à l’esprit c’est que “Paris vaut bien une messe”… Cela donne une bien mauvaise image du niveau de débat dans le microcosme parisien et par extension dans notre pays. Il n’est plus question de lignes rouges à ne pas franchir (ce qui est très facile en mode passif quand on est à peu près honnête et sain d’esprit) mais de donner des gages (c’est un comportement actif et plus ambigu). L’ensemble donne une sensation d’étouffement.

      +13

    Alerter
  • P’tetbenkwui // 24.04.2018 à 12h21

    Quel est l’intérêt d’une telle chronique, qui plus est quand le conditionnel l’emporte sur toute la ligne ?
    Quel (s) réseau (x) est (sont) à la manoeuvre ?

      +7

    Alerter
  • sansn // 24.04.2018 à 12h53

    Je ne sais pas pourquoi Les Crises nous ressort Brunner en ce moment précis. Pour montrer que le blog n’est pas antisémite ? Quitte à le faire, autant rester fidèle à sa politique d’informations sourcées, sérieuses et vérifiées. On nous dit que Brunner regrette de ne pas avoir tué plus de juifs mais on ne nous donne pas la date exacte de l’article qui permettrait de le vérifier. Dommage…

      +7

    Alerter
  • fox 23 // 24.04.2018 à 13h10

    Comme par hasard, l’Allemand
    1- est mort en Syrie
    2- a conseillé les ci-devant sur la torture
    Hummm, moi je serais d’eux, je déclencherais une petite opération militaire sur place pour vérifier tous ces faits révélés par le Figaro qui, avant de haïr la Syrie de Bachar, haïssait les juifs durant la dernière, relire les éditoriaux de Vladimir d’Ormesson et certains articles de l’époque vaut son pesant de loukoums.

      +7

    Alerter
  • Denis // 24.04.2018 à 14h58

    Les nazis “historiques” meurent aussi!
    Mais le nazisme, dans quel forme est-il?

    Les pertes humaines (de seconde guerre mondiale)sont estimées de 50à 70 millions de morts,
    dont 40 à 50 millions de civils( placez la Shoah dans cette hécatombe).

    Qui s’inspire de ce système industriel de meurtre?
    À qui profite le crime et(ou) les crimes de masse?

    Je comprends bien que se poser la question, c’est déjà pas bien!
    Mais, c’est ainsi, je pose la question!

    Bonjour chez vous.

      +7

    Alerter
    • ledufakademy // 24.04.2018 à 22h11

      Eh bien , je vais ma permettre d’apporter ma réponse :
      Comme le Racisme avec SOS Racisme ou la LICRA il se portera, malheureusement, en pleine forme tant que certains feront en sorte qu’ils ne meurent jamais : et on remarquera, intelligemment, que ce sont quasi toujours les mêmes qui entretiennent cette flamme nauséabonde.
      Réponse simple , non ?

        +3

      Alerter
  • Jeffke BLK // 24.04.2018 à 21h10

    Il me semble qu’on retrouve dans un épisode de rendez vous avec X traitant de criminels nazi planqués dans différents pays l’histoire de ce A. Brunner en Syrie. Je ne me souviens pas du nom de l’épisode mais il doit se trouver sur le site “non officiel” de l’émission. C’était plutôt intéressant, et ils semblaient indiquer que le type avait fini sa vie au fond d’une prison, à l’isolement.

      +2

    Alerter
  • RGT // 24.04.2018 à 21h44

    Ce type était franchement nauséabond j’en conviens, mais au final on se rend compte qu’il a eu de dignes successeurs qui n’ont jamais fait autant de vagues.

    Et partout dans le monde.
    En fait ses “valeurs” sont passées dans les “traditions” actuelles des dirigeants “bien-aimés” de nombreux pays “exemplaires”.

    Quand recevrons-nous la publication du soulagement causé par la mort de “grands humanistes” responsables de la mort de millions d’innocents sur toute la planète ?

    L’histoire est toujours écrite par les vainqueurs. Mais les “dommages collatéraux” de ces derniers sont toujours largement moins graves que les crimes commis par les vaincus car le vainqueur est toujours dans le “Camp du Bien”.

    Les gouvernants français ont fait subir aux autres peuples ce que les gouvernants nazis ont fait subir aux français.
    Je pense que De Gaulle y avait bien pensé lorsqu’il a décidé la décolonisation.
    Hélas après il y a eu la Françafrique, mais c’est une autre histoire bien puante de lutte entre occidentaux.

      +4

    Alerter
  • ledufakademy // 24.04.2018 à 21h55

    Ce qui est bien avec le temps c’est que dans 20 ans on entendra plus parler de criminel Nazi !
    Faudra changer de disque. Inévitablement.
    Mitterrand disait cela : “Dans 100 ans peut-être ?” : malheureusement certains se plaisent à attiser la haine …
    Source :
    https://www.youtube.com/watch?v=5LRmHAkRL18
    ou
    https://www.youtube.com/watch?v=_8fa652Duc0

      +5

    Alerter
  • Nanker // 25.04.2018 à 00h03

    Bizarre ces nouveaux contributeurs au blog…

    On en a une qui parle de “religion de la Shoah” (sic) expression puante que l’on s’attendrait plutôt à trouver sur des blogs néo-nazis. Un autre contributeur prétend défendre “certains” SS plus respectables que d’autres… (re-sic).
    Si j’étais Olivier je me méfierais : on dirait que le blog subit une tentative d’infiltration de trolls qui voudraient passer “les-crises” pour un repaire de types d’extrême-droite nostalgiques des années 39-45. Peut-être que les modérateurs pourraient faire un peu le ménage dans les commentaires?

    Perso je suis comme Churchill : en 1945 il aurait fallu rassembler ce qui restait des SS (facile ils avaient tous un tatouage spécial sous l’aisselle correspondant à leur groupe sanguin) et… les pendre tous! C’est ce que le vieux lion voulait faire.

      +5

    Alerter
    • Fritz // 25.04.2018 à 00h51

      Et “l’industrie de l’Holocauste”, vous jugez que c’est une expression puante ?
      https://www.babelio.com/livres/Finkelstein-LIndustrie-de-lHolocauste–reflexions-sur-lexp/117087
      L’industrie de l’Holocauste : réflexions sur l’exploitation de la souffrance des Juifs, par Norman Finkelstein.

      Relisez les commentaires de @Sandrine, qui n’est pas nouvelle sur ce blog : aucun sous-entendu néo-nazi… Mais un étonnement légitime devant la prolongation démesurée de la vie de criminels nazis quasi-centenaires dont nous avons besoin pour certifier notre innocence a contrario.

      Quant à votre “vieux lion”, il a fait la preuve de son humanité en envoyant les soldats au massacre (Dardanelles, 1915), d’autres soldats étouffer la Russie soviétique (1918), des bombardiers brûler les civils des villes allemandes (1942-45), sans compter la famine organisée au Bengale (1942)… Certes, Churchill ne se réduit pas à cette face sombre…

        +9

      Alerter
      • Le Minotaure // 25.04.2018 à 03h21

        “Industrie de l’Holocauste”,ce n’est pas tout à fait le même terme que “religion de la Shoah”. Si il y a beaucoup à dire sur la récupération mémorielle de l’extermination des Juifs d’Europe par les Nazis et leurs alliés, je ne vois vraiment pas ce que faisait ce terme de “religion de la Shoah”, curieux par lui même, dans le contexte du commentaire initial d’Arnould.

          +0

        Alerter
        • Sandrine // 25.04.2018 à 11h36

          Le terme religion de la Shoah est pourtant repris par des juifs – pour critiquer ce phénomène (voir émission de Finkielkraut sur France Culture dont je mets le lien plus haut).
          Il s’agit d’un phénomène de religion séculière comme il en existe beaucoup (le nationalisme a donné souvent lieu à ce type de religions séculières)

            +5

          Alerter
    • Christian Gedeon // 25.04.2018 à 08h31

      Personne ne défend les SS ( ils étaient nazis de toute façon )..et effectivement l’expression religion de la Shoah est inacceptable comme concept. Mais exposer des points de vues ou des précisions ne fait de personne un supporter du nazisme,je crois. Pendre tout le monde? Solution tres définitive,si on inclut tous les criminels de masse du XX ieme siècle.

        +2

      Alerter
      • Sandrine // 25.04.2018 à 13h17

        Et en quoi s’il vous plaît, cette formulation est-elle tellement inacceptable ?

          +4

        Alerter
      • Haricophile // 25.04.2018 à 23h39

        Cette expression n’est pas de Sandrine comme elle le rappelle 2 fois. Et j’approuve son utilisation de ce terme qui me semble très pertinent une fois remis dans le contexte (qui me manquait), ainsi que le reste de ses propos, au passage.

          +2

        Alerter
    • sansn // 25.04.2018 à 08h38

      Si ce n’est pas un troll, un psychopathe qui regrette que les démocrates n’aient pas pendu des dizaines de milliers de gamins de 16 à 19 ans endoctrinés par le régime depuis la maternelle (c’est tout ce qui restait) et qui se prend pour quelqu’un de “respectable”, comme le gentil Churchill avec ses bombes au phosphore. Si Olivier lit ça, il va en avoir la nausée…

        +9

      Alerter
    • Alfred // 25.04.2018 à 10h29

      Bof. Il me semble que les commentateurs (plutôt que contributeurs) ont toujours été d’une grande variété, que ça continue et que c’est une excellente chose. Il est plutôt bon signe que certains avis nous déplaisent à tour de rôle. L’évolution que je remarque plutôt ces derniers temps c’est le choix éditorial des articles qui me laisse parfois pantois. A tel point que je me dis que le taulier est peut être parti en vacances et/ou que le fonctionnement du site est devenu plus collectif et que d’autres sensibilités s’expriment (avec visiblement d’autres “fixettes voire un agenda). Je ne sais rien du pourquoi mais j’ai assez souvent l’impression de trouver un cheveu dans la soupe comme ici. C’est pas bien grave.

        +9

      Alerter
    • Sandrine // 25.04.2018 à 10h48

      @nanker
      Ce qui pue sur ce site, ce sont les personnes incultes et confistes dans leur préjugés qui prétendent apprendre à vivre aux autres…
      D’ailleurs, a propos du »vieux lion », il me semble que Les Crises a publié quelques billets à son sujet montrant qu’il avait, et c’est un euphémisme, pas mal de sang sur les mains… D’ailleurs ne voulait-il pas utiliser ce qui restait de l’armée Allemande en 45 pour attaqire les Russes

        +6

      Alerter
  • Georges // 25.04.2018 à 12h47

    La pratique de la “bombe postale” par des Etats existe donc sans l’ombre d’un doute.

    Très certainement qu’actuellement, c’est autre chose de plus sophistiqué qui est utilisé par les Etats. Très certainement qu’une embrouille du genre de l’affaire Skripal doit avoir des dessous tordus.

      +2

    Alerter
    • Haricophile // 25.04.2018 à 23h52

      Avec le recul, je me dis qu’au delà du tordu, il y a certainement une utilisation intensive de la célèbre méthode La Rache, justifiée par l’urgence politique de trouver un prétexte. La méthode La Rache a aussi été utilisée avec succès par nos valeureux défenseurs du Monde Libre™ et de la Nation Française(¿) quand ils ont fait sauter le Rainbow Warrior si les années Mitterrand vous disent quelque chose…

      https://www.la-rache.com/faq.html

        +2

      Alerter
  • NemoPlusJuris // 25.04.2018 à 23h36

    Dans la lignée de cet article, à propos de criminels de guerre présumés réembauchés par les Bons, il faudrait traduire l’article de Haaretz sur Walter Rauff, agent des services secrets israéliens :

    https://www.haaretz.com/1.4813593

    Mais oui, Walter Rauff, vous connaissez… “Shoah” (le film), les camions à gaz… c’était lui.
    Il s’en est bien tiré celui-là.

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications