Les Crises Les Crises
29.juin.201829.6.2018 // Les Crises

Au cœur de l’hystérie russe, quels sont les faits ? Par Jack F. Matlock Jr

Merci 16
J'envoie

Source : The Nation, Jack F. Matlock Jr., 01-06-2018

Le procureur spécial Robert Mueller quitte le Capitole après une réunion avec la Commission Judiciaire du Sénat à Washington le 21 juin 2017 (AP Photo / J. Scott Applewhite)

« Les dieux commencent par rendre fous ceux qu’ils veulent détruire »

Ce dicton – souvent attribué par erreur à Euripide – me vient la plupart du temps à l’esprit le matin quand je prends le New York Times et que je lis les derniers titres concernant le « Russiagate », qui sont souvent présentés sur deux ou trois colonnes en haut de la première page. C’est un rappel quasi quotidien de l’hystérie qui domine notre Congrès et une grande partie de nos médias.

Une illustration éclatante, parmi tant d’autres des derniers mois, est arrivé à ma porte le 17 février. Mon indignation a atteint son paroxysme lorsque j’ai découvert l’éditorial principal du Times : « Arrêtez de laisser les Russes s’en tirer comme ça, M. Trump. » J’ai dû me demander si les rédacteurs en chef du Times ont opéré la moindre vérification préalable avant de monter sur leurs grands chevaux dans ce long éditorial, qui critiquait « la Russie » (et non les Russes) pour son « ingérence » dans les élections et exigeait des sanctions accrues contre la Russie « pour protéger la démocratie américaine » ?

Je n’avais jamais réalisé à quel point notre système politique, certes dysfonctionnel, était si faible, sous-développé ou malade que de pauvres trolls du net pouvaient lui porter atteinte. Si c’est le cas, nous ferions mieux de regarder aussi beaucoup d’autres pays, pas seulement la Russie !

Le New York Times n’est, bien sûr, pas le seul à blâmer. Son attitude éditoriale a été reproduite ou exagérée par la plupart des autres médias aux États-Unis, numériques ou papier. À moins qu’une fusillade de masse soit en train de se produire, il peut être difficile de trouver un autre sujet de discussion sur CNN. De plus en plus, aussi bien au Congrès que dans nos médias, on accepte comme un fait acquis que « la Russie » est intervenue dans les élections de 2016.

Alors quels sont précisément les faits ?

  • Il est établi que quelques Russes ont payé des gens comme trolls sur internet et qu’ils ont acheté des publicités sur Facebook pendant et après la campagne présidentielle de 2016. La plupart d’entre elles ont été prises ailleurs, et elles ne représentaient qu’une infime partie de toutes les publicités achetées sur Facebook durant cette période. Cela s’est poursuivi après l’élection et comprenait l’organisation d’une manifestation contre le président élu Trump.
  • Il est établi que des courriels provenant de la mémoire de l’ordinateur du Comité national démocrate ont été transmis à Wikileaks. Les agences de renseignement américaines qui ont publié le rapport de janvier 2017 étaient convaincues que les Russes avaient piraté les courriels et les avaient fournis à Wikileaks, mais elles n’ont fourni aucune preuve à l’appui de leurs affirmations. Même si l’on admet que les Russes sont responsables, ces courriels étaient authentiques, comme l’atteste le rapport des services de renseignements américains. J’ai toujours pensé que la vérité était censée nous rendre libres, et non pas dégrader notre démocratie.
  • Il est vrai que le gouvernement russe a mis en place un service de télévision sophistiqué (RT) qui diffuse des divertissements, des informations, et – en effet – de la propagande à destination des audiences étrangères, y compris celle des États-Unis. Son audience est incomparablement plus réduite que celle de Fox News. Fondamentalement, sa mission est de présenter la Russie sous un jour plus favorable que dans les médias occidentaux. Il n’y a pas eu d’analyse de ses éventuels effets sur le vote aux États-Unis. Le rapport des services de renseignement américains de janvier 2017 déclare d’emblée : « Nous n’avons pas évalué l’impact des activités russes sur le résultat des élections de 2016 ». Néanmoins, ce rapport a été cité à maintes reprises par des hommes politiques et les médias comme l’ayant eu.
  • Il est vrai aussi que de nombreux responsables russes (mais pas tous, et de loin) ont exprimé une préférence pour la candidature de Trump. Après tout, la secrétaire d’État Hillary Clinton avait comparé le président Poutine à Hitler et avait demandé que l’armée américaine intervienne plus activement à l’étranger, alors que Trump avait dit qu’il serait préférable de coopérer avec la Russie plutôt que de la traiter comme une ennemie. Le jugement d’analystes professionnels ne devrait pas être nécessaire pour comprendre pourquoi de nombreux Russes trouvaient les déclarations de Trump plus cordiales que celles de Clinton. Sur le plan personnel, la plupart de mes amis et contacts russes avaient des doutes sur Trump, mais tous trouvaient désagréable le ton russophobe de Clinton, ainsi que plusieurs déclarations faites par Obama à partir de 2014. Ils ont considéré le commentaire public d’Obama selon lequel « la Russie ne produit rien » comme une insulte gratuite (ce qui était le cas), et se sont inquiété du désir exprimé par Clinton d’apporter un soutien militaire accru aux « modérés » en Syrie. Mais le Russe moyen, et sans doute n’importe quel fonctionnaire de l’administration Poutine, avaient compris que les commentaires de Trump étaient favorables à l’amélioration des relations, ce qu’ils préféraient incontestablement.
  • Il n’y a aucune preuve que les dirigeants russes pensaient que Trump l’emporterait ou qu’ils pourraient avoir une influence directe sur le résultat. Il s’agit d’une allégation qui n’a pas été corroborée. Le rapport de janvier 2017 de la communauté du renseignement indique qu’en fait les dirigeants russes, comme la plupart des autres, pensaient que Clinton serait élue.
  • Il n’y a aucune preuve que les activités russes aient pu avoir un impact tangible sur le résultat de l’élection. Personne ne semble avoir fait une étude, même superficielle, de l’effet des actions russes sur le vote. En revanche, le rapport de la communauté du renseignement indique explicitement que « les types de systèmes que nous avons vus ciblés ou compromis par des acteurs russes ne sont pas impliqués dans le décompte des voix ». De plus, l’ancien directeur du FBI James Comey et le directeur de la NSA Mike Rogers ont témoigné qu’il n’y a aucune preuve que les activités russes ont eu un effet sur le décompte des voix.
  • Rien ne prouve non plus qu’il y ait eu une coordination directe entre la campagne Trump (à peine un effort bien organisé) et les responsables russes. Jusqu’à présent, les accusations du procureur spécial portent sur le fait d’avoir menti au FBI ou concernent des infractions non liées à la campagne, comme le blanchiment d’argent ou le fait de ne pas s’être enregistré en tant qu’agent étranger.

Quel est donc le fait le plus important en rapport avec le résultat des élections américaines ?

Le fait le plus important, masqué dans l’hystérie du Russiagate, est que les Américains ont élu Trump selon les termes établis dans la Constitution. Les Américains ont créé le collège électoral, qui permet à un candidat ayant une minorité de votes populaires de devenir président. Les Américains sont ceux qui ont manipulé les circonscriptions électorales pour les truquer en faveur d’un parti politique donné. La Cour suprême a rendu la décision tristement célèbre, dite Citizens United, qui permet aux entreprises de financer les candidats à des postes politiques. (Hé oui, l’argent parle et exerce sa liberté d’expression ; les entreprises sont le peuple !) Les Américains ont créé un Sénat qui est tout sauf démocratique, puisqu’il donne une représentation disproportionnée à des États dont la population est relativement réduite. Ce sont les sénateurs américains qui ont établi des procédures non démocratiques qui permettent à des minorités, même parfois à de simples sénateurs, de bloquer la législation ou la confirmation des nominations.

Cela ne veut pas dire que la présidence de Trump est bonne pour le pays, simplement parce que les Américains l’ont élu. A mon avis, les élections présidentielles et législatives de 2016 représentent un danger imminent pour la République. Elles ont créé des catastrophes potentielles qui mettront sérieusement à l’épreuve les contrôles et les équilibres prévus dans notre Constitution. Cela est particulièrement vrai dans la mesure où les deux chambres du Congrès sont contrôlées par le Parti républicain, qui représente lui-même moins d’électeurs que le parti d’opposition.

Personnellement, je n’ai pas voté pour Trump, mais je trouve ridicule, pathétique et honteux les accusations selon lesquelles les actions russes auraient interféré dans l’élection et – du coup – détérioré la qualité de notre démocratie.

« Ridicule » parce qu’il n’y a aucune raison logique de penser que ce qu’ont fait les Russes a pu avoir une influence sur la manière dont les gens ont voté. Dans le passé, lorsque les dirigeants soviétiques ont tenté d’influencer les élections américaines, cela s’est retourné contre eux – comme ça se passe avec l’ingérence étrangère généralement partout. En 1984, Yuri Andropov, le dirigeant soviétique de l’époque, a donné pour deuxième tâche la plus importante au KGB d’empêcher la réélection de Ronald Reagan. Tout ce que les Soviétiques ont réussi – en dépeignant Reagan comme un belliciste alors qu’Andropov refusait de négocier sur les armes nucléaires – c’est aider Reagan à remporter 49 États sur 50.

« Pathétique » parce qu’il est clair que le Parti démocrate a perdu l’élection. D’accord, il a remporté le vote populaire, mais les présidents ne sont pas élus par le suffrage populaire. Blâmer quelqu’un d’autre pour ses propres erreurs est un cas pathétique d’aveuglement.

« Honteux » parce que c’est fuir ses responsabilités. Cela empêche les démocrates et ceux parmi les républicains qui veulent à Washington un gouvernement responsable et se basant sur les faits de se concentrer sur les moyens pratiques de réduire la menace que la présidence Trump fait peser sur nos valeurs politiques et même sur notre existence future. Après tout, Trump ne serait pas président si le Parti républicain ne l’avait pas investi. Il est également fort peu probable qu’il aurait gagné le Collège électoral si les démocrates avaient investi quelqu’un d’autre – presque n’importe qui – que la candidate qu’ils ont choisie, ou si cette candidate avait mené une campagne plus professionnelle. Je ne prétends pas que rien de tout cela était juste ou rationnel, mais qui est naïf au point de prétendre que la politique américaine est juste ou rationnelle ?

Au lieu d’affronter les faits et de faire face à la réalité actuelle, les promoteurs du Russiagate, tant au sein du gouvernement que dans les médias, détournent notre attention des véritables menaces.

Je devrais ajouter « dangereux » à ces trois adjectifs. « Dangereux » parce que faire un ennemi de la Russie, l’autre superpuissance nucléaire – oui, il y en a encore deux – est aussi proche de la folie politique que tout ce à quoi je peux penser. A plus longue vue, nier le réchauffement climatique est aussi en haut de mon classement, mais seules les armes nucléaires représentent, par leur existence même et les quantités qui sont stockées en Russie et aux États-Unis, une menace immédiate pour l’humanité – pas seulement pour les États-Unis et la Russie et pas seulement pour la « civilisation ». La triste réalité, souvent oubliée, c’est que, depuis la création des armes nucléaires, l’humanité a la capacité de se détruire et de rejoindre d’autres espèces disparues.

Lors de leur première rencontre, le président Ronald Reagan et le secrétaire général Mikhaïl Gorbatchev ont convenu « qu’une guerre nucléaire ne peut être gagnée et ne doit jamais être menée ». Tous deux croyaient en cette vérité simple et évidente, et leur conviction leur a permis de mettre les deux pays sur une voie qui a mis fin à la guerre froide. Nous devrions réfléchir sérieusement pour déterminer comment et pourquoi cette vérité simple et évidente a été ignorée dernièrement par les gouvernements des deux pays.

Nous devons renoncer à notre folie russophobe actuelle et encourager les présidents Trump et Poutine à rétablir la coopération dans les domaines de la sécurité nucléaire, de la non-prolifération, du contrôle des matières nucléaires et de la réduction des armes nucléaires. C’est dans l’intérêt vital des États-Unis et de la Russie. C’est la question centrale sur laquelle des gouvernements sains d’esprit et les populations saines d’esprit devraient concentrer leur attention.

Jack F. Matlock Jr, ambassadeur en Union soviétique de 1987 à 1991, est l’auteur de Reagan and Gorbatchev : How the Cold War Ended [Reagan et Gorbatchev: Comment la Guerre Froide a pris fin, NdT] et Superpower Illusions : How Myths and False Ideologies Led America Astray – And How to Return to Reality [Les illusions de superpuissance: comment les mythes et les fausses idéologies ont égaré l’Amérique et comment revenir à la réalité, NdT].

Source : The Nation, Jack F. Matlock Jr., 01-06-2018

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

RGT // 29.06.2018 à 08h20

J’ai des amis américains pur jus qui vivent aux USA et qui ont une opinion assez différente sur les causes de l’élection de Trump.

Quand les citoyens ont eu la confirmation, suite aux fuites massives de mails, que la clique “démocrate” était corrompue jusqu’à la moelle, ils ont commencé à écouter le discours de Trump qui, surfant sur la vague, a clairement annoncé qu’il était suffisamment riche pour se payer le luxe de ne pas être corruptible.
Et quand il a donné quelques exemples dans lesquels il avait “invité” des représentants de TOUS les partis à certains événements et que ces derniers n’avaient PAS pu refuser ça a été le déclic.

Même s’ils n’aiment pas particulièrement le Donald, les citoyens ont voté pour lui parce qu’ils étaient écœurés par la corruption de leur pays qui fait passer les pires états faillis de la planète pour des parangons de vertu.

Et le coup de grâce a bel et bien été l’éviction de Bernie Sanders au profit de ce système nauséabond.

A moins d’un grand ménage et de procès retentissants (peu d’espoir), il faudra beaucoup de temps au parti “démocrate” pour remonter dans l’estime des américains.

La raison de l’élection de cet homme n’est peut être pas plus compliquée que ça.

27 réactions et commentaires

  • Kiwixar // 29.06.2018 à 05h57

    Une épidémie de PDS (Poutine Derangement Syndrome, ou Syndrome d’Aliénation Poutine), dont est gravement atteinte Theresa May. Le mal a traversé l’Atlantique et même la Manche, vu le nombre d’éditocrates qui ont l’écume aux lèvres dès qu’il s’agit de la Russie et du « maître du Kremlin ». Un mal vraiment étrange. Une petite cellule matelassée pour les malheureux qui en sont atteints?

    Ça me fait penser au commissaire ravagé par les tics dans les films de la Panthère Rose avec Peter Sellers.

     43

    Alerter
  • kasper // 29.06.2018 à 06h09

    du pur bon sens. meme ici au Japon, l’idee d’une “ingerence russe” est une evidence aux yeux de l’homme de la rue. si les journeaux l’ont dit, c’est que ca doit etre vrai. Et les journalistes japonais ne font que repeter ce qu’on lit dans le times ou le washington post…

    moi qui aimais bien rigoler en regardant les late shows new yorkais (john oliver, trevor noah…), maintenant peux a peine supporter leurs blagues racistes anti russes, servies quasi quotidiennement.

    meme quand il est abject, je suis admiratif du travail bien fait: on a la vraiment affaire a un effort d’ingenierie sociale qui se revelle efficace a l’echelle de la planete.

     25

    Alerter
    • Fritz // 29.06.2018 à 07h15

      Au Japon ? Paraît que certains y attribuent la destruction d’Hiroshima et Nagasaki aux Soviétiques… Si c’est vrai, le terrain était prêt pour la très mauvaise blague du “Russiagate”.

      Revenons aux propos sérieux. Ce texte de M. Matlock fait du bien, il faut le lire et le relire à chaque fois qu’un plumitif bave de rage sur “l’ingérence russe”. Matlock dissipe aussi les mensonges tissés autour de la fin de l’URSS : il rappelle constamment que la Guerre froide (selon l’acception américaine) avait pris fin AVANT l’éclatement de l’URSS, en 1987, avec le Traité de Washington signé par Reagan et Gorbatchev. Cette fin a été obtenue grâce à la négociation entre les deux Grands.

      Depuis 1992, le discours néocon clame et répète que l’URSS a été “vaincue” par la grande Amérique du valeureux Ronald Reagan, épuisée par la course aux armements suite au lancement de l’IDS (“guerre des étoiles”). Cette fable n’a pas cessé d’alimenter l’arrogance occidentale, et elle s’est même imposée en France.

      Jack Matlock : à lire sans modération. Un sage au pays des fous.

       35

      Alerter
      • christiangedeon // 29.06.2018 à 17h22

        L’URSS était un système Potemkine. Elle n’ a pas été vaincue,elle s’est écroulée sur elle même,victime d’elle même et de son système absurde.Je maudis une fois de plus la “révolution bolchevik ” sans laquelle la Russie serait probablement aujourd’hui dans le trio de tête des puissances économiques,sans aucun doute. On dit que Vladimir Poutine est le nouveau Tsar. Alors Vive le Tsar!

         3

        Alerter
        • Bouddha Vert // 01.07.2018 à 00h01

          Il est vrai que le système capitaliste nous promet des lendemains qui chantent!
          Alors, vive le plus puissant!

           1

          Alerter
  • Fritz // 29.06.2018 à 07h32

    Extrait d’un entretien de Jack Matlock avec Russia Today, en avril 2014 : « beaucoup de gens pensent que l’Union soviétique a éclaté parce qu’elle a perdu la guerre froide. C’est tout mélanger. Nous avons négocié la fin de la guerre froide en des termes qui étaient avantageux pour l’Occident comme pour l’Union soviétique. Et la guerre froide a pris fin avant que l’Union soviétique n’éclate. L’Union soviétique a éclaté à cause de la pression interne et non à cause de l’Occident ».

    https://www.rt.com/shows/sophieco/us-russia-embarging-chill-273/

     9

    Alerter
    • Charles // 30.06.2018 à 00h30

      Certaines analyses ne parlent pas de “pression interne”:

      https://www.wanttoknow.info/911/Collateral-Damage-911-black_eagle_fund_trust.pdf

       0

      Alerter
    • moshedayan // 30.06.2018 à 12h35

      Matlock en appelle au retour à l’ancien dialogue privilégié américano-russe. Certes, ce ne serait pas négatif, mais quand il parle de “pression interne” comme cause de l’effondrement de l’URSS, il simplifie aussi pour conduire à penser “le communisme est mauvais de toute façon”. L’effondrement de l’URSS, beau sujet de thèse mais truffé de mines, les causes sont multiples : certes sclérose du système, nomenklatura, etc… divergences démographiques des républiques d’Asie centrale face aux républiques slaves à l’Ouest… Néanmoins, pour avoir vécu pendant cet effondrement, la cause essentielle de l’épuisement fut la course aux armements, qui entraînait une asphyxie des investissements, alors qu’à partir de 1985 le prix du pétrole chutait. Sans ces deux facteurs, le cap à franchir aurait été fort différent. Ce qui m’amène à penser que la Russie, fort de cette expérience devrait entrer dans une neutralité active auprès des BRIC’s, sans aucune concession face aux Etats-Unis et sans renouer à un quelconque “dialogue privilégié” (ni avec les Etats-Unis, ni avec la Chine et encore moins avec l’UE -l’Ukraine oblige ! parole d’Occidental ne vaut rien)

       3

      Alerter
  • Michel Bergès // 29.06.2018 à 07h44

    Merci à ce lecteur du frelâté “New York Times” de nous informer. Il serait souhaitable d’arrêter cette fausse information américaine permanente qui n’a aucune portée hors des USA. Donald Trump a été élu, contre une candidate factice, nullité ambulante, produite de la corruption du milieu financier et politique officiel considéré. Point final. Pr. MB

     10

    Alerter
  • Barbe // 29.06.2018 à 07h55

    “A mon avis, les élections présidentielles et législatives de 2016 représentent un danger imminent pour la République”.
    La meilleure nouvelle c est que les usa sont en passe de devenir une république, avec service public, sécurité sociale, et méfiance à l endroit du grand autre : l empire, l expansion, la guerre.
    Yes !

     0

    Alerter
  • Weilan // 29.06.2018 à 08h04

    Parallèlement à cet excellent article de J.F.Matlock Jr. je propose le point de vue éclairé de Dimitri Orlov :

    http://www.dedefensa.org/article/les-marqueurs-de-leffondrement-de-lempire

     12

    Alerter
  • RGT // 29.06.2018 à 08h20

    J’ai des amis américains pur jus qui vivent aux USA et qui ont une opinion assez différente sur les causes de l’élection de Trump.

    Quand les citoyens ont eu la confirmation, suite aux fuites massives de mails, que la clique “démocrate” était corrompue jusqu’à la moelle, ils ont commencé à écouter le discours de Trump qui, surfant sur la vague, a clairement annoncé qu’il était suffisamment riche pour se payer le luxe de ne pas être corruptible.
    Et quand il a donné quelques exemples dans lesquels il avait “invité” des représentants de TOUS les partis à certains événements et que ces derniers n’avaient PAS pu refuser ça a été le déclic.

    Même s’ils n’aiment pas particulièrement le Donald, les citoyens ont voté pour lui parce qu’ils étaient écœurés par la corruption de leur pays qui fait passer les pires états faillis de la planète pour des parangons de vertu.

    Et le coup de grâce a bel et bien été l’éviction de Bernie Sanders au profit de ce système nauséabond.

    A moins d’un grand ménage et de procès retentissants (peu d’espoir), il faudra beaucoup de temps au parti “démocrate” pour remonter dans l’estime des américains.

    La raison de l’élection de cet homme n’est peut être pas plus compliquée que ça.

     132

    Alerter
    • olivier // 29.06.2018 à 22h29

      Sans oublier son/ses malaises filmés… dans un pays ou la loi du plus fort est reine (western armé ou financier). Beaucoup ont dû se dire ou va t’on aller avec une présidente portée à bout de bras et balancée dans une voiture comme un sac de patates…

      https://www.youtube.com/watch?v=TnbDZXoA78k

       5

      Alerter
  • calal // 29.06.2018 à 08h44

    L’utilisation de la “poutinophobia” a des raisons cartesiennes suivant l’emetteur des craintes
    – les anglosaxons “ocenia” veulent eviter l’union continentale europe-russie-chine
    – les democrates americains veulent une excuse pour la defaite d’hillary clinton
    – les dirigeants europeens qui reprennent ces propos sont des mercenaires d’un des deux camps precedents

    Apres faut etre realiste, machiavel et sun tzu sont tres vieux et celebres parce qu’efficaces: chaque nation assez puissante, riche et pas stupide finance une “cinquieme colonne”,un “soft power” pour influencer ses partenaires,allies,ennemis et les russes ne font pas exception.

     12

    Alerter
  • Duracuir // 29.06.2018 à 09h04

    Le seul pays étranger au monde qui peut dicter sa politique aux USA et mêmedans un sens contraire aux intérêts de celui ci, et aussi commettre des ingérences hallucinantes dans son système politico-médiatique, ce n’est pas la Russie, c’est Israel. Et là, il y a une infinité de preuves.

     23

    Alerter
  • Patrick // 29.06.2018 à 09h21

    J’ai beaucoup de mal à expliquer à mes amis que j’ai toujours préféré Trump à Clinton , simplement parce qu’au départ Trump a dit que l’Amérique devait arrêter de se mêler des affaires des autres et discuter avec la Russie , alors que Clinton était prête à nucléariser l’ensemble de la planète.
    Et tout le reste de ce qu’annonçait Trump ou de ce qui se racontait sur lui , en tant que Français , je n’en avais rien à cirer.

     46

    Alerter
    • scc // 29.06.2018 à 18h27

      Beaucoup (moi compris) ont cette opinion.
      Avec le recul, force est de constater que toutes les promesses qui nous paraissaient favorables n’ont pas été tenues et qu’au contraire les situations se sont aggravées (ingérences partout) mais toutes les promesses nocives l’ont été (retrait de l’accord climat, de l’accord sur le nucléaire iranien, taxes importation…). Je ne parle pas des affaires internes aux USA, cela ne nous concerne pas.
      La question est: aurait-ce été fondamentalement différent avec Clinton. L’état profond ne change pas, lui.

       1

      Alerter
  • Mr K. // 29.06.2018 à 12h04

    Important :
    Ne pas oublier que dès 2015 le Comité national démocrate et l’équipe de campagne d’Hillary Clinton avaient arrêté une stratégie qui est largement responsable de l’émergence de Trump.

    Un mél rendu public par Wikileaks envoyé par M. Podesta, directeur de campagne d’Hillary Clinton, au Comité national démocrate décrit cette stratégie.

    Dans la bataille pour la présidentielle, s’arranger pour faire émerger médiatiquement parmi les candidats à la primaire républicaine ceux qu’Hillary Clinton battra le plus facilement lors du scrutin final et marginaliser les plus sérieux.

    Ainsi parmi trois des candidats à la primaire républicaine jugés peu crédibles se trouvait Donald Trump.

    La collusion démontrée entre les Démocrates et les grands médias américains a fait le reste. D’autant que pour ces derniers un personnage comme Trump leur a permis avec des records d’audience de faire un maximum d’argent.

    Trump est donc largement la créature des Démocrates qui leur a échappé…

    https://wikileaks.org/podesta-emails/fileid/1120/251

     18

    Alerter
    • Mr K. // 29.06.2018 à 12h40

      Oubli : Le “russiagate” a été largement promu par les Démocrates pour faire écran de fumée à la publication par Wikileaks, en pleine campagne présidentielle, des “Podesta emails” en juin 2016 (si mes souvenirs sont bons) qui prouvaient leurs magouilles.

      Dans le déroulé de l’affaire :
      Julien Assange a annoncé à l’avance qu’il allait publier des documents internes aux Démocrates.

      Entre-temps il y a eu l’annonce par le Comité national démocrate du soi-disant hackage de leurs serveurs par les russes (Guccifer 2.0), détecté opportunément par une société privée employée par eux.

       10

      Alerter
    • Alfred // 29.06.2018 à 19h59

      Les neocons yankees ont voulu copier les neocons français (pour une fois?) et ça n’a pas fonctionné. Il faut croire que l’Américain moyen est loin bête que le français moyen. Ça m’arrache les doigts de l’écrire mais la preuve est là.

       5

      Alerter
  • tchoo // 29.06.2018 à 23h02

    Trump à été investi par son parti
    C’est la première parie nécessaire pour être élu.
    Pourquoi l’a t’il été?
    L’effondrement étant inéluctable mieux vaut pour certains qu’un pantin en soit le responsable apparent

     1

    Alerter
  • Pierre D // 30.06.2018 à 05h50

    Rendre Poutine sympathique. Bravo! il fallait le faire… et ce n’était pas gagné.

    y sont forts tout de même ces Zamerlocs… surtout après le G8 -1…-1.
    https://www.courrierinternational.com/article/vu-de-russie-au-g7-trump-pousse-leurope-se-tourner-vers-poutine

     0

    Alerter
  • Louis de Constance // 30.06.2018 à 09h53

    Basically, I feel skeptical about people reading The NYT every morning . Is it possible to be so stupid and ideologically dump ? Obviously yes ! Donald Trump is supposed to be the worst POTUS ever. Nevertheless, the facts , when you focus on them disapprove the propaganda. I won’t be diving in details and for the moment the results of President Trump’s policies are far from the multiple chaos /apocalypse announcements . By the way: what about unemployment in Europe ( except in Germany) ?

     3

    Alerter
    • Fritz // 30.06.2018 à 10h48

      Intéressant… Mais pourquoi écrivez-vous en patois ?

       8

      Alerter
  • Roman_Garev // 30.06.2018 à 15h42

    Serais-je seul à être désorienté par le titre ?
    “L’hystérie russe” ne signifierait-elle pas “l’hystérie des Russes” (ou “de la Russie”) ?
    Ou bien c’est la novlangue qui veut cette inversion du sens ?

     2

    Alerter
    • Mr K. // 30.06.2018 à 17h22

      Le titre devrait plutôt être l’hystérie antirusse, effectivement.

       5

      Alerter
  • Spartel // 01.07.2018 à 19h08

    Les USA et leurs médias roulent les mécaniques. Toute guerre avec la Russie sera nucléaire. L’essentiel est que le théâtre des opérations soit en Europe, espérant qu’aucun missile ne traversera l’ Atlantique ou le Pôle Nord.
    Peut-être devraient -ils lire les documents officiels de la crise des missiles de Cuba ? Et essayer de comprendre pourquoi la génération en responsabilité politique dès les années 50 chercha à obtenir des accords de désarmement et de contrôle des armes nucléaires. Nous vivons une époque caractérisée par l’infantilisme et l’immaturité. Très inquiétant.

     1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications