Les Crises Les Crises
4.août.20204.8.2020 // Les Crises

Brésil : L’Armée envisage de possibles conflits armées en Amérique Latine

Merci 34
J'envoie

Source : les2rives

Les forces armées brésiliennes estiment que l’Amérique du Sud n’est plus une région exempte d’éventuels conflits militaires et se préparent à intervenir dans la « solution » de problèmes régionaux, ainsi que dans la défense des intérêts brésiliens dans la jungle amazonienne et sur la côte atlantique, selon la nouvelle politique de défense nationale.

Lire l’article complet sur les2rives

« Il est impossible de ne pas tenir compte des tensions et des crises dans notre environnement stratégique, avec de possibles scissions pour le Brésil, afin que le pays soit motivé pour contribuer à la solution d’éventuelles controverses ou pour défendre ses intérêts », indique la nouvelle version du Livre blanc de la défense, qui exprime un tournant dans la politique de sécurité extérieure du Brésil.

Selon le texte fourni par le journal O Estado de Sao Paulo, la mise à jour des directives de défense ne cite pas de pays adverses potentiels mais note qu’il y aura des « tensions et des crises » dans la région sud-américaine, où le Brésil possède la plus grande armée.

L’exception est le Venezuela, qui est désigné comme le point le plus critique de la région.

L’hypothèse d’un conflit avec le Venezuela a refait surface en 2019 lorsque le Brésil a participé avec la Colombie à une tentative de forcer la souveraineté du Venezuela, dans le cadre d’une action dites « humanitaire » parrainée par les États-Unis et d’autres pays contre le gouvernement du président Nicolas Maduro.

Le document suggère une plus grande présence de la marine sur la côte atlantique nord, dans l’État du Pará, dans le double but de surveiller la répartition de la production agricole dans le centre du pays et de contrôler les crimes environnementaux dans la région amazonienne, autour de la capitale Belém.

Le document maintient l’attention des militaires, héritée du gouvernement du président Luiz Inácio Lula da Silva (2003-2010), sur la zone que les militaires brésiliens appellent l’Amazonie bleue, la richesse stratégique des 8 000 kilomètres de côte atlantique, où se trouvent les méga champs pétroliers sous-marins.

Il met également en garde contre la préparation de réponses contre les « intérêts étrangers » dans la forêt amazonienne, la plus grande réserve d’eau et de biodiversité du monde, dont 60% appartient au Brésil.

Lire l’article complet sur les2rives

Source: Telam – Traduction: les2rives – Romain Migus

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

RGT // 04.08.2020 à 09h56

Parfait : Sous les ordres de BolzoPasRigolo l’armée brésilienne se prépare pour aller affronter ses voisins si le « grand frère américain » en émet le souhait.

De plus, si d’aventure les prochaines élections prenaient un tournant peu apprécié par le nouveau « guide suprême » elle pourrait intervenir dans les zones internes pour combattre les « ennemis intérieurs » qui souhaitent répudier le « divin Élu ».

Plus le temps passe et plus nous retournons dans l’Amérique latine des années 60/70 avec l’avènement des « démocratures » à la Pinochet, ou plutôt Castelo Branco dans le cas du Brésil, tant appréciées des « élites » de la « communauté internationale ».

Les occidentaux ne pourraient-ils pas une fois pour toutes foutre la paix aux populations du reste de la planète ?

8 réactions et commentaires

  • RGT // 04.08.2020 à 09h56

    Parfait : Sous les ordres de BolzoPasRigolo l’armée brésilienne se prépare pour aller affronter ses voisins si le « grand frère américain » en émet le souhait.

    De plus, si d’aventure les prochaines élections prenaient un tournant peu apprécié par le nouveau « guide suprême » elle pourrait intervenir dans les zones internes pour combattre les « ennemis intérieurs » qui souhaitent répudier le « divin Élu ».

    Plus le temps passe et plus nous retournons dans l’Amérique latine des années 60/70 avec l’avènement des « démocratures » à la Pinochet, ou plutôt Castelo Branco dans le cas du Brésil, tant appréciées des « élites » de la « communauté internationale ».

    Les occidentaux ne pourraient-ils pas une fois pour toutes foutre la paix aux populations du reste de la planète ?

      +25

    Alerter
    • anarkopsykotik // 04.08.2020 à 17h05

      >Les intérêts étrangers..sont ceux des firmes chinoises dont les activités nocives de dévastation de la forêt, mines d’or mais pas seulement
      les intérêts étrangers uniquement (ou même principalement) chinois ? En amérique du sud ? Sacré Hubert, toujours le mot pour rire.

      >se protéger des procédures d’arbitrage internationaux utilisées par la Chine
      Ha, mais qui a mis en place ces procédures d’arbitrage et les imposent sinon les USA et autres libéraux occidentaux ? Qui s’est chargé de mettre un gouvernement « ami » qui a méthodiquement détruit les avancées sociales, démocratique et environnementales des gouvernements précédents sinon ces même usa ? Qui met la souveraineté des états sous les intérêts des multinationales ?

      >Vos amis font la même chose au Venezuela et ne respectent ni les frontières avec le Brésil, ni les zones maritimes…
      mais de qui et de quoi diable parlez vous ?

      Je sais que la propagande anti chinoise est en plein pic, mais je n’imaginai pas un tel amour pour celle ci sur ce site.

        +0

      Alerter
  • Casimir Ioulianov // 04.08.2020 à 10h15

    Ils sont géniaux les mecs de la propagande, désigner un ennemi en pleine crise, rien de tel pour faire un peu peur et un peu oublier les conneries à Jair.
    En fait c’est le genre de conflit qu’on ne voudrait pas faire par excellence : aller faire les glands dans des jungles tropicales montagneuses en pleine épidémie et sans pognon ; ça ne peut passer que sur un malentendu… et il y a fort à parier que les gens à l’origine réelle de l’idée le sache pertinemment.

      +4

    Alerter
  • christian gedeon // 04.08.2020 à 10h18

    Bof l’Histoire reprend ses droits.Depuis Tintin,rien n’a vraiment changé.Faut il rappeler que sur le territoire géographique de l’Europe,il y a eu la guerre dite de Yougoslavie,qui a duré des années. Qu’il y a toujours la guerre en Ukraine et que la Turquie occupe toujours la moitié de Chypre se contrefoutant des résolutions (bien discrètes) internationales.Alors pourquoi s’étonner que la guerre puisse arriver en Amérique du Sud. On a déjà oublié les Farc,le Sentier lumineux,et autres guérillas? L’invasion du Panama? Celle de la Grenade? Celle de Saint Domingue? Les Malouines? Et surtout la vraie guerre incessante et qui fait chaque année des dizaines de milliers de morts entre cartels,entre les cartels et les « états »?La guerre en Amérique latine? Mais çà fait bien lontemps qu’elle est là…comme en Europe. Comme partout,en fait si on regarde bien une mappemonde politique.Money honey.

      +13

    Alerter
  • Dypso // 04.08.2020 à 10h56

    Bah super, je rappelle que la france est aussi situé a amérique du sud, et qu’il y a quelques temps, le Brésil avait envisagé une stratégie défensive en cas d’attaque française il me semble …
    Je sais pas a quel pays il pense vraiment, mais rien de réjouissant oui.

      +1

    Alerter
  • Brosse a Dante // 04.08.2020 à 12h57

    Bof.

    Toute le monde se sert de l’armé. C’est le but.

    La Suisse se prépare militairement contre un danger venant de France (2013)
    https://www.france24.com/fr/20130929-suisse-confederation-exercice-militaire-attaque-francaise-saonia-duplex-barbara

    Vu l’instabilité du Venezuela et de l’Amérique Latine en général, on est pas étonné. Surtout si on ajoute le raz de maré de fake-news a propos des incendies de forets avec les tentatives de destabilisations de l’aile progressiste qui ont instrumentalisé le sujet. Il n’y a qu’a voir le mignon petit silence autour du décret 3973 d’Evo Morales legalisant et encourageant les feux. On rappel qu’ils ont une frontière commune a ce sujet ?

    Encore un article partial.

      +4

    Alerter
  • serge // 04.08.2020 à 15h47

    Vu les « révolutions de couleur » en cours an Amérique du sud, ils sont déjà globalement en guerre, principalement pour des ressources dites sensibles. La différence étant que celles-là sont plutôt sur le modèle habituel des milices/escadrons de la mort/groupes extrémistes. Un pas de plus?

      +0

    Alerter
  • leprolo AUSSEUR Robert // 11.08.2020 à 11h21

    Il n’est plus surprenant de constater l’arrivée aux pouvoirs de mafieux , anti-Républicains ……Si comme en France , nous faisons le constat que + de 60 % de la population ne vote plus et laissent le champs libre à tous et toutes ces apprentis dictateurs ! Les abstentionistes n’ont plus le droit de se plaindre !!!!Si elles , ils ne votent plus = ELLES ET ILS DOIVENT SUBIR ET NE RIEN MOUFFETER !!!

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications