Les Crises Les Crises
1.août.20211.8.2021 // Les Crises

Burkina Faso : En 10 ans, le gouvernement américain a anéanti le pays

Merci 50
J'envoie

Si le gouvernement américain cherchait à anéantir le Burkina Faso, il ne pourrait guère faire mieux. Mais ce pays d’Afrique de l’Ouest, déjà très appauvri et enclavé, est tout bonnement emblématique de l’exercice qui n’est qu’absurdité auquel se livre la Françafrique à l’échelle du Sahel.

Source : AntiWar – Danny Sjursen
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Voici comment cela se passe : dans les années qui ont suivi les attentats du 11 septembre, il n’y avait dans cette région aucune menace militante islamiste à proprement parler. Néanmoins, en raison de sa peur hallucinatoire, de sa cartographie mentale racialisée et de ses réflexes néo-impériaux néo-conservateurs, l’administration Bush a imaginé puis provoqué non seulement une véritable rébellion djihadiste, mais aussi une implosion intercommunautaire dans tout le Sahel. Et parce que le Burkina Faso a longtemps été considéré comme l’un des pays les plus stables d’Afrique de l’Ouest – actuellement son conflit est le plus chaud de tous – cette nation torturée constitue un cas d’étude instructif en matière d’incompétence et d’indécence.

Le concept même du Commandement Afrique du Pentagone (AFRICOM) était plus bizarre que ce dont la plupart des gens se souviennent probablement. Au moment de sa création en 2007, l’armée américaine était plus qu’embourbée – croyez-moi – et n’arrivait pas à s‘extirper du sac de papier irakien que les Bush avaient mis sur leur propre tête. De plus, les talibans étaient de retour à la maison, en Afghanistan et prêts à entraîner Obama, le successeur du bon vieux George W dans un autre bourbier.

L’Afrique, en particulier l’Afrique de l’Ouest, n’avait pratiquement pas de militants islamistes à proprement parler. En fait, c’est le Burkina Faso qui en avait le moins. Fin 2013, un rapport du département d’État notait qu’« aucun incident terroriste n’a été enregistré au Burkina Faso, qui n’est pas une source de recrutement pour les organisations extrémistes violentes pas plus qu’un foyer d’extrémistes religieux radicaux.» Et pourtant, comme si le Pentagone ne perdait pas assez de guerres inutiles et sans espoir, il a ouvert une nouvelle franchise proconsulaire pour le continent.

En effet, selon la cartographie cérébrale de Bush, racialisée et colonialiste digne du 19ème siècle, il voulait que l’épée militaire américaine post-11 septembre soit « prête à frapper en un instant dans n’importe quel coin sombre du monde ». L’AFRICOM a alors été chargé d‘une charte paradoxale, celle de prévenir la guerre dans des endroits « aucun conflit violent n’a encore émergé, où les crises doivent être anticipées.»

De toute évidence, ces gens n’ont jamais entendu parler de l‘expression « la violence engendre la violence », ce qui est particulièrement étrange s’agissant de chrétiens évangéliques tellement zélés, puisque les origines de cet aphorisme remontent à Matthieu 26:52 – « ‘Rengaine ton glaive’, lui dit Jésus, car tous ceux qui prennent le glaive périront par le glaive’ ».

Quelques dizaines d’années plus tard, c’est le Sahel africain dans sa totalité qui est une véritable jungle, zone de combat libre, dans laquelle se mêlent carnage djihadiste, carnage d’État et carnage communautaire. Voici la version abrégée de comment et pourquoi tout cela s’est déroulé dans le cadre de la candidature burkinabée à la plus sanglante des sauvageries sahéliennes – en soulignant le rôle immense de l’accélérateur franco-américain qui a vraiment mis le feu aux poudres.

La flamme principale a été allumée en 2009, lorsque le Burkina Faso a rejoint le Partenariat transsaharien de lutte contre le terrorisme (TSCTP) – une caisse noire mixte réunissant l’État et le Pentagone, mais à dominante militaire, pour former, conseiller et équiper les forces de sécurité régionales locales afin de contrer un terrorisme infime, voire inexistant. Le problème majeur était d’ordre philosophique : l’Amérique imposait, et les élites politiques burkinabées appliquaient de leur plein gré, une formule de lutte contre le terrorisme qui ne tenait pas compte de la manne longtemps négligée des conflits de cette nation, et qui, en fait, l’enflammait.

En distribuant des dizaines de millions de dollars en billets verts à des politiciens burkinabés ayant une propension avérée à la corruption, ainsi que des armes et des formations aux forces de sécurité de l’État ayant un penchant historique pour les coups d’État et la répression civile avant tout, Washington a pratiquement garanti que la réponse du gouvernement à la menace (initialement inexistante) serait à la fois surmilitarisée et excessive. C’est comme si Washington avait donné un marteau aux élites dirigeantes burkinabées, en leur disant de garder un œil sur les clous des djihadistes, et que s’ils en trouvaient, nous leur enverrions d’autres marteaux – est-il vraiment surprenant alors, qu’ils se soient empressés de s’en prendre aux musulmans déjà détestés et souvent marginalisés dans leur pays.

Cela a alors provoqué un retour de flamme contre-productif dans tout le spectre de la « tempête parfaite » de volatilité et de griefs qui sous-tend et contredit l’illusion du Burkina Faso en tant qu’exemple de « stabilité » au Sahel et qui est si mal compris – au moins par les politiciens américains. Après le 11 septembre, ces derniers, les experts et le Pentagone ont essayé de replacer – et de faire rentrer – chaque conflit étranger dans le cadre de leur sympathique modèle État-démocratie versus terrorisme islamiste. Et, malgré les masses de recherches et d’experts universitaires qui démontrent le contraire, les décideurs américains ont en quelque sorte décidé que la meilleure façon de combattre la terreur était la terreur d’État – alors qu’il a été prouvé à maintes reprises que la force ne fait que jeter de l’huile sur le feu.

Prenons quelques statistiques – une sorte de bulletin de notes de l’aide à la sécurité. Depuis 2009, Washington a dépensé plus de 69 millions de dollars au profit des forces de sécurité du Burkina Faso et, en fait, le nombre de Burkinabés (plus de 13 000) formés par des soldats et des sous-traitants américains est plus élevé que celui de tout autre État sahélien. Alors, qu’est-ce que les contribuables américains ont obtenu pour leur argent ? Quel a été le résultat de ce lourd investissement, me demanderez-vous ?

En fait, moins que nada, à moins que vous ne comptabilisiez une flopée de dépouilles burkinabés, pour la plupart gens innocents. Les chiffres relatifs aux attaques signalées, aux décès et aux personnes déplacées ont l’année dernière atteint des sommets – et rien qu’entre 2018 et 2019, les décès liés au conflit ont été multipliés par plus de sept. De plus, ces 11 années de formation américaine – y compris des cours sur les « droits humains » – n’ont pas servi à grand-chose pour les forces de sécurité burkinabées, puisque celles-ci et les milices ethniques (récemment armées) soutenues par le gouvernement ont elles-mêmes tué la moitié des civils qui ont péri depuis le début du conflit.

En outre, il se trouve que l’officier militaire qui a brièvement pris le pouvoir lors d’un coup d’État en 2014 a luimême participé à deux séminaires de formation à la lutte contre le terrorisme financés par les États-Unis. Tout cela est parfaitement normal – puisque pas moins de huit officiers militaires africains formés par les Américains sont devenus des putschistes depuis que l’AFRICOM a commencé ses activités (un fiasco).

Plus délirant encore, les élites militaires et politiques burkinabées se vantent littéralement de toutes ces exécutions extrajudiciaires. Simon Compaoré, président du Mouvement du peuple pour le progrès, parti au pouvoir, et ancien ministre de l’intérieur, a déclaré lors d’une interview : « Nous ne le crions pas sur les toits, mais c’est ce que nous faisons. Si les djihadistes tuent cinq à dix soldats, le moral de l’armée va considérablement se dégrader. Nous devons nous assurer qu‘ils ne perdent pas complètement le moral. Si nous découvrons qu’il y a des espions, nous devons les neutraliser immédiatement.»

Ce qui soulève la question suivante : à quoi bon avoir dans nos textes les lois Leahy – qui interdisent de financer et d’aider les forces de sécurité étrangères accusées de manière crédible de violations flagrantes des droits humains – si les statuts sont ignorés dès qu’ils dérangent. En dépit des problèmes critiques de gouvernance et de corruption du Burkina Faso, ainsi que des rapports crédibles de violations sanglantes des droits humains par les forces de sécurité, Washington continue encore aujourd’hui d’envoyer des millions de dollars d’assistance sécuritaire à Ouagadougou. C’est un cas classique de ce qu’on appelle « jeter de l’argent par les fenêtres ».

Voilà, telle est la dure vérité que sur ma vie, je suis absolument incapable de visualiser depuis mon appartement américain climatisé : si le nombre de victimes du conflit reste sur la même voie, quelque 600 civils burkinabés supplémentaires seront massacrés d’ici Noël. Naturellement, le gouvernement américain n’a pas vraiment demandé à « Nous le Peuple » [We, the People sont les premiers mots du préambule de la Constitution des États-Unis d’Amérique,NdT] avant de contribuer à créer puis à catalyser le conflit, et peu d’Américains savent ou se soucient de savoir où se trouve le Burkina Faso sur une foutue carte. Mais devant le tribunal éthique de la complicité criminelle, l’ignorance et l’apathie ne sont pas une défense quand on aide et qu’on encourage le meurtre de masse. Cette obscénité est commise en notre nom – le sang burkinabé est sur nos mains.

Danny Sjursen est un officier de l’armée américaine en retraite, directeur du Eisenhower Media Network (EMN), chargé de recherche au Center for International Policy (CIP), collaborateur d’Antiwar.com et co-animateur du podcast « Fortress on a Hill ». Ses travaux sont parus dans le NY Times, le LA Times, The Nation, The Hill, Salon, The American Conservative et Mother Jones, entre autres publications. Il a effectué des missions de combat en Irak et en Afghanistan et a enseigné l’histoire à West Point. Il est l’auteur de trois livres, Ghostriders of Baghdad : Soldiers, Civilians, and the Myth of the Surge, Patriotic Dissent : America in the Age of Endless War, et plus récemment A True History of the United States. Vous pouvez le suivre sur Twitter @SkepticalVet.

Source : AntiWar – Danny Sjursen – 17-06-2021
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Commentaire recommandé

Koui // 01.08.2021 à 14h41

Pour une fois, Sjurssen fait fausse route, ou alors c’est juste que je connais mieux la situation. Le djihadisme n’est pas du a l’action dû gouvernement américain au Burkina ni à celle de l’armée burkinabè. C’est une conséquence de l’attaque de la Libye et des tensions interethniques au Mali. Les attaquants viennent de l’extérieur et sont presque tous étrangers. Il y a bien quelques problèmes avec les Touaregs a l’extrême nord du Burkina mais ce n’est pas nouveau. En 1994 déjà, Gorom-Gorom craignait une attaque touareg. Bloqué la bas par les inondations, j’avais acheté un canard local que je possède encore. L’islam local était très tolérant. Je me souviens encore d’une discussion avec un vieil Iman dans un village du bout du monde où nous avions fini embourbés en fuyant la ville.

9 réactions et commentaires

  • Christian Gedeon // 01.08.2021 à 09h07

    Merci Olivier. Un article sur l’Afrique! Bien sûr anti us et qui égratigne la France, mais quand même. L’analyse met bien en exergue la stupidité en général de la politique us en Afrique. Sur tous les plans. J’ai dit stupidité? Hum. Pas sûr. Peut être mettre un bordel généralisé… peut être sûrement. En ayant bien sûr un plan pour arranger tout ça. A part que le plan foire toujours ou presque. Pendant ce temps là, les ChinoiS font du Kissinger. Ils avancent à petits et moyens pas. Chaque jour. A leurs conditions. Partout en Afrique où presque. Ballot pour les petits génies du Sate department.!

      +6

    Alerter
    • JnnT // 01.08.2021 à 10h14

      « mettre un bordel généralisé », c’est tout à fait le but. Le désordre sanglant est condition de l’extraction de la plus-value dans le Tiers-monde. Qu’ils s’entretuent, on captera les bénéfices. On leur fournira les armes par des prêts à intérêts, et même les motifs ! Ça s’appelle « Indépendance et cetera® ».

        +17

      Alerter
      • Garibaldi2 // 04.08.2021 à 16h45

        En parlant de bordel généralisé, si vous pouviez éclairer ma lanterne sur ce que signifie (à la fin du 7ème paragraphe):  »une formule de lutte contre le terrorisme qui ne tenait pas compte de la manne longtemps négligée des conflits de cette nation, et qui, en fait, l’enflammait » ? La manne ???

        Merci!

          +0

        Alerter
  • Fernet Branca // 01.08.2021 à 09h17

    J’ai visité le Burkina Faso en février 2013 , il n’y avait pas de conflit entre musulmans, chrétiens et animistes. En tant que touristes français nous étions bien accueillis. Le pays semblait en bonne santé économique par rapport à son voisin le Niger.

      +6

    Alerter
  • Koui // 01.08.2021 à 14h41

    Pour une fois, Sjurssen fait fausse route, ou alors c’est juste que je connais mieux la situation. Le djihadisme n’est pas du a l’action dû gouvernement américain au Burkina ni à celle de l’armée burkinabè. C’est une conséquence de l’attaque de la Libye et des tensions interethniques au Mali. Les attaquants viennent de l’extérieur et sont presque tous étrangers. Il y a bien quelques problèmes avec les Touaregs a l’extrême nord du Burkina mais ce n’est pas nouveau. En 1994 déjà, Gorom-Gorom craignait une attaque touareg. Bloqué la bas par les inondations, j’avais acheté un canard local que je possède encore. L’islam local était très tolérant. Je me souviens encore d’une discussion avec un vieil Iman dans un village du bout du monde où nous avions fini embourbés en fuyant la ville.

      +25

    Alerter
  • Renaud // 01.08.2021 à 17h57

    Alors si les Américains en rajoute ! … L’Afrique n’a nullement besoin de nos « conseils » (français et américains, ou autres). Sur ce sujet décisif, Bernard Lugan est irremplaçable. Comme il se doit, ce dernier est en plein dans le sujet. Élucidant :

    FRANCE-AFRIQUE// Bernard Lugan est l’invité de Charles Gave – YouTube

    Lien ci dessous, qui aurait imaginé au 21ème siècle une scène de la 1ère révolution industrielle au 19àme siècle ? Ici, des terrassiers Africains en conflit avec leur patron chinois relevant d’un régime communiste ! Le sempiternel rapport increvable dominés-dominants où les dominés doivent, finalement, accepter les conditions du dominant pour survivre … Marx fait pitié ! D’ailleurs, il est complètement passé à côté de la question de la création de la monnaie. Certainement, les terrassiers africains doivent coûter moins cher que d’investir dans des pelles mécaniques …

    On est loin, très loin de l’époque de Thomas Sankara (1949-1987) qui fut président du Burkina-Faso. Celui-ci avait tout compris de l’essentiel des « rapports » politiques et économiques entre les hommes dont la création monétaire et son contrôle est le – vrai – État-Major. C’est pour ça qu’il a été assassiné. La vidéo qui suit est éloquente … Ce n’est plus les très méchants colonialistes exploiteurs occidentaux, mais des chinois …

    Ces Chinois qui exploitent l’Afrique. – YouTube

      +2

    Alerter
  • Mickael Jackunin // 02.08.2021 à 13h18

    Pays pauvre : une pièce pour nourrir mes enfants sivouplé !
    USA : J’peux rien pour toi mec , mais si tu as du terrorisme , on va te filer plein d’armes et du pognon.
    Pays pauvre : une pièce pour mourir mes terroristes sivouplé !

    L’enfer est pavé de « bonnes intentions ». Après, pour qui elles sont bonnes, le proverbe ne le dit pas …

      +4

    Alerter
  • vert-de-taire // 03.08.2021 à 08h52

    La paix c’est la ruine, alors on fait la guerre tant et plus, partout, tout le temps.
    C’est la logique du fric des actionnaires.

    Le reste est du bruit pour occuper les cerveaux.

      +6

    Alerter
  • Pierre // 09.08.2021 à 02h10

    Cet article oublie complètement de parler du fait que l’essentiel des tensions vient du fait que la population du pays a presque doublé depuis les attentats du 11 septembre 2001. Et une telle pression ne peux que mener à des conflits. Après, il ne reste qu’a trouver le motif et la bêtise des musulmans moyenâgeux a fait le reste…

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications