Les Crises Les Crises
28.juillet.202128.7.2021 // Les Crises

Irak-Syrie : Les récents bombardements américains sont manifestement inconstitutionnels

Merci 25
J'envoie

Il faudra bien plus que l’abrogation des AUMF (Authorization for Use of Military Force, autorisation pour l’usage de forces armées, NdT) pour empêcher le président de prendre des décisions unilatérales de faire la guerre.

Source : Responsible Statecraft, Bruce Fein
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Images: Sascha Burkard and Konstantin L via shutterstock.com

Le président Joe Biden a récemment ordonné des frappes aériennes anticonstitutionnelles en Irak et en Syrie contre deux milices prétendument parrainées par l’Iran qui auraient été impliquées dans des attaques de drones contre du personnel américain en Irak quelques semaines auparavant. Ces frappes aériennes faisaient suite au bombardement anticonstitutionnel de la Syrie par le président Biden en février, qui a fait au moins 22 morts.

Il s’agit là d’une histoire de pouvoir corrompu. Biden et le pouvoir absolu qui le corrompt absolument.

Le président syrien Bashar Assad et le Premier ministre irakien Mustafa al-Kadhimi se sont tous deux opposés aux frappes. Ce dernier les a condamnées comme une « violation flagrante et inacceptable de la souveraineté et de la sécurité nationale de l’Irak. »

Les frappes aériennes du président Biden constituent des actes de guerre agressive contre la Syrie et l’Irak selon le Statut de Rome de la Cour pénale internationale. L’article 8 bis définit le crime d’agression comme incluant « le bombardement par les forces armées d’un État contre le territoire d’un autre État ou l’utilisation de toute arme par un État contre le territoire d’un autre État. »

Lors d’une audience de la Commission des services armés de la Chambre des représentants en 2011, le député républicain Randy Forbes de Virginie a pressé Robert Gates, alors secrétaire à la Défense, sur le refus de l’administration Obama de qualifier les frappes de missiles contre le libyen Mouammar Kadhafi d’actes de « guerre ». Forbes a demandé à Gates s’il s’agirait d’un acte de guerre si un autre pays tirait un missile de croisière sur la ville de New York – comme les États-Unis l’ont fait contre Tripoli – et Gates a répondu « probablement. »

En vertu de la Declare War Clause [Clause de déclaration de guerre, NdT] – article I, section 8, clause 11 – telle qu’elle a été universellement comprise par les rédacteurs et les ratificateurs de la Constitution, seul le Congrès a le pouvoir d’autoriser l’utilisation offensive des forces armées. Le président conserve toutefois l’autorité de repousser les attaques soudaines d’ennemis qui ont déjà rompu la paix. Or, ni la Syrie ni l’Irak n’attaquaient les États-Unis ou le personnel des forces armées américaines lorsque le président Biden a lancé ses frappes aériennes. Le président a eu amplement le temps de demander au Congrès des déclarations de guerre équivalentes.

En tant que sénateur candidat à l’investiture démocrate pour l’élection présidentielle de 2007, Biden a adhéré sans réserve à cette signification inattaquable de la Declare War Clause. En effet, il s’est engagé à mener la charge pour mettre en accusation et destituer le président George W. Bush si l’Iran était attaqué sans déclaration du Congrès. L’échange suivant avec Chris Matthews de MSNBC en décembre 2007 en dit long :

MATTHEWS : Vous avez dit que si le président des États-Unis avait lancé une attaque contre l’Iran sans l’approbation du Congrès, cela aurait été une infraction passible de destitution.

BIDEN : Absolument.

MATTHEWS : Voulez-vous revoir ce commentaire que vous avez fait ? Quelle est votre position actuelle à ce sujet ?

BIDEN : Oui, je le veux. Je veux m’en tenir au commentaire que j’avais fait. La raison pour laquelle j’ai fait ce commentaire était un avertissement. Je ne dis pas ces choses à la légère, Chris. Vous me connaissez depuis longtemps. J’ai été président de la commission judiciaire pendant 17 ans, ou son membre le plus haut placé. J’enseigne la séparation des pouvoirs et le droit constitutionnel. C’est quelque chose que je connais.

J’ai donc réuni un groupe de constitutionnalistes pour rédiger un texte que je vais remettre à l’ensemble du Sénat des États-Unis, soulignant que le président n’a pas l’autorité constitutionnelle de faire entrer cette nation en guerre contre un pays de 70 millions d’habitants, à moins que nous soyons attaqués ou qu’il y ait des preuves que nous sommes sur le point de l’être.

Et s’il le fait, je proposerais de le mettre en accusation. La Chambre doit évidemment le faire, mais je prendrais la tête d’une démarche pour le mettre en accusation.

Ce n’est pas que le président Biden aime moins la Constitution en abandonnant son évangile de la Clause de déclaration de guerre, mais il convoite davantage le pouvoir exécutif illimité.

Le ministère de la Justice a été ostensiblement silencieux quant à l’autorité de Biden de bombarder la Syrie et l’Irak sans directive statutaire du Congrès. Ce silence témoigne d’un embarras face à l’indéfendabilité constitutionnelle des agressions du président Biden. Au lieu de cela, le porte-parole du Pentagone, John F. Kirby, a été dépêché pour expliquer les actes de guerre unilatéraux du président.

L’expérience enseigne le scepticisme à l’égard de tout récit de guerre du Pentagone. La résolution mal conçue d’août 1964 sur le golfe du Tonkin, qui a engendré le désastre de la guerre du Vietnam, est le fruit de mensonges de l’exécutif. Non seulement il n’y a pas eu de deuxième attaque à la torpille nord-vietnamienne sur le Mattox et le Turner Joy, mais la complicité américaine dans des attaques provocatrices antérieures sur le Nord-Vietnam (nom de code Plan d’opérations 34A) a été dissimulée.

L’abrogation des autorisations de recours à la force militaire de 2001 et 2002 ne contribuera en rien à limiter les pouvoirs de guerre présidentiels inconstitutionnels. Le président Biden affirmera le pouvoir inhérent de l’article II de déclencher la guerre à son gré, en tant que commandant en chef ou autre. C’était la réponse du président Richard Nixon à l’abrogation de la résolution du Golfe du Tonkin pour justifier la poursuite de la guerre du Vietnam.

Il n’existe que deux approches infaillibles pour mettre fin aux guerres présidentielles. Une résolution du Congrès les définissant comme des crimes et délits passibles de destitution, voir H. Res. 922 (115e Congrès) et H. Res. 411 (116e Congrès) ; ou une loi rendant criminelle toute dépense de fonds des États-Unis pour soutenir l’utilisation offensive des forces armées sans une déclaration de guerre préalable du Congrès.

Source : Responsible Statecraft, Bruce Fein, 29-06-2021
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

bob // 28.07.2021 à 08h07

j’imagine la Russie ou la Chine bombardant un pays sans aucune déclaration de guerre mais pour éliminer des « groupes » qui seraient dangereux selon leurs propres definitions.

10 réactions et commentaires

  • bob // 28.07.2021 à 08h07

    j’imagine la Russie ou la Chine bombardant un pays sans aucune déclaration de guerre mais pour éliminer des « groupes » qui seraient dangereux selon leurs propres definitions.

      +39

    Alerter
    • Ouvrier pcf // 28.07.2021 à 17h09

      La Russie intervient militairement selon les accords établis entre elle et la Syrie ou un état ayant signé un accord quand a la Chine moi pas vu aucun état bombardé par la Chine et vous ?

        +6

      Alerter
  • LibEgaFra // 28.07.2021 à 08h40

    « Les récents bombardements américains sont manifestement inconstitutionnels »

    Comme si le yankeeland avait jamais respecté quelque texte que ce soit s’il lui en prenait l’envie! Comme si l’un quelconque de ces criminels de guerre ou contre l’humanité avait le moindre compte à rendre devant la justice. Seul compte pour ce pays le droit du plus fort et le droit de mentir.

      +37

    Alerter
    • patoche // 28.07.2021 à 10h48

      La soumission politico-médiatique à cet empire donne le vertige en occident en France particulièrement.
      C’est tellement sidérant que sans la réinformation par le web je sais que pour ma part je validerais sans doute toutes ces saloperies comme j’ai validé les couveuses de Saddam.

        +17

      Alerter
  • RGT // 28.07.2021 à 10h46

    « Les récents bombardements américains sont manifestement inconstitutionnels ».

    Donc les dirigeants US, comme ceux de toutes les « Grandes Démocrassies du Monde Libre » vont changer la constitution sans consulter ni informer la population pour ne plus être dérangés par des tracasseries administratives sans importance.

    Nous sommes élus, donc nous exerçons notre « bon plaisir ».

    Si les « gueux » ne sont pas contents, ils pourront voter pour les « pourris d’en face » qui feront exactement la même chose à la prochaine élection.

      +9

    Alerter
  • Christian Gedeon // 28.07.2021 à 11h55

    C’est probablement inconstitutionnel. Juste comme ça en passant, ce qui se passe en Syrie et au PO en général n’est inconstitutionnel. Inhumain, degueulasse, criminel. De la part de tous les « acteurs » locaux » et internationaux. Alors inconstitutionnel c’est très probablement vrai. Mais on s’en fout un peu non?

      +1

    Alerter
    • LibEgaFra // 28.07.2021 à 13h35

      « De la part de tous les « acteurs » locaux » et internationaux. »

      Ben voyons, on met dans le même sac agresseurs et agressés. Certains savent heureusement faire la différence.

      « Mais on s’en fout un peu non? »

      Non. S’en foutre, c’est le propre des grands criminels et en particulier des yankees: génocide des Amérindiens, Hiroshima, Nagasaki, agent orange et bombardement des barrages au Vietnam, 500.000 enfants irakiens tués, etc.

        +9

      Alerter
  • Bouddha Vert // 28.07.2021 à 12h23

    Il faut croire que l’ensemble de la classe politique américaine est constamment dans une attitude de gardien de l’ordre du monde, écrasée par un rôle unique conféré par une volonté divine de le maintenir sous son égide.
    Cette toute puissance assumée dans toutes les contradictions qu’elle génère trouve certainement ses racines dans son histoire.
    Une nation sans histoire profonde.
    Une population atterrissant sur un vaste continent aux ressources immenses.
    Une émergence nationale concomitante avec l’avènement de machines ivres de ressources.
    Ajouter à cela des « penseurs » comme Max Weber qui accordent au protestantisme une vigueur, une capacité à bonifier le monde comme jamais auparavant.
    Mais encore une vieille Europe qui se déchire et s’épuise dans les 2 guerres du XXème siècle.

    Un cocktail magique pour que les dirigeants et les administrés de cet espace, tels de jeunes adolescents, ivres de leur vigueur et de la simplicité avec laquelle ils comprennent le monde se mettent à juger le reste des nations comme des modèles avortés, qui s’entêtent à perdurer dans l’erreur.

    C’est un peu de la psychologie de comptoir mais ce sont certainement des processus de ce type qui permettent d’entendre l’inanité de la fédération étasunienne face au viol de sa propre constitution.

    Parallèlement la montée en puissance de la Chine et la stratégie mortifère à avoir favorisé l’émergence d’un islam radical afin de déstabiliser Russie et Iran tout en favorisant un Israël intransigeant n’est pas à même de favoriser des actions de paix.
    Et le pétrole si abondant au MO.

      +8

    Alerter
  • Mickael Jackunin // 28.07.2021 à 13h43

    Un crime est il un crime s’il n’y a personne pour le juger ? Les USA n’ont pas ratifié le statut de Rome (qu’ils ont pourtant signé) , donc exit la CPI et les crimes de guerre qu’on pourrait éventuellement reprocher aux dirigeants. Entre ça et les menaces réitérées par plusieurs administrations aux juges de la CPI qui avaient eut l’outrecuidance de diligenter des enquêtes contre des responsables US, vous aurez compris que quoiqu’ils aient faits , les institutions US protégerons leurs gardes chiourmes.
    Ça vaut d’ailleurs aussi bien pour les mercenaires graciés par Trump après des rodéos en humvee dans Bagdad d’où ils arrosaient copieusement la population civile Irakienne à la M2 que pour ces flics de base qui en sont à leur troisième ou quatrième meurtre patent devant caméra aux USA…
    C’est dans ce genre de cas , qu’on se rend bien compte que voter ne sert plus à grand choses : Biden , Trump , la famille Bush , Obama … au final tous criminels de guerre et tous en liberté.

      +8

    Alerter
  • Paul // 28.07.2021 à 16h00

    mort dr rire , in con stitutionnel ….

    mais qu’on m’en cite UN seul qui le soit, que ce soit des US ou de la France

    ou il n’y a quelques jours, les missiles de l’etat .. vers la Syrie en grande partie stopés par les russes

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications