Source : Consortium News, Robert Parry, 19-01-2017

Reportage spécial : En ne parvenant pas à écrire la dure vérité au sujet des malversations de la classe dirigeante, le New York Times – au même titre que d’autres publications de médias dominants américains – a déstabilisé la démocratie américaine, rapporte Robert Parry

Par Robert Parry

Chaque fois que le New York Times ou d’autres grands médias d’information se présentent comme des parangons du journalisme professionnel – en agitant le doigt à propos de certaines “fausses informations” pro-Trump ou de quelques “théories du complot” d’Internet – je grince des dents devant cette auto illusion et cette hypocrisie.

Personne ne déteste plus que moi les fausses informations et les théories du complot sans preuves, mais la triste vérité c’est que la presse grand public, en ouvrant la porte à de tels fantasmes, a fini par perdre la confiance du peuple Américain et n’est plus guère aujourd’hui que le porte-parole des élites, inventant la version des fait qui l’arrange et diffusant ses propres mensonges.

Plutôt que d’agir comme un chien de garde contre ces supercheries, le Times et ses compagnons de route des courants principaux sont devenus à peine plus que les apologistes et les propagandistes des pouvoirs établis.

Quand l’Irak est “l’ennemi”, on nous raconte des mensonges délirants sur ses armes de destruction massive inexistantes qui sont un danger pour nous tous. Quand la Syrie entre dans le collimateur de Washington, on nous fournit un récit biaisé de ce qui se passe là-bas, chapeaux noirs pour le “régime” et chapeaux blancs pour les “rebelles”?

Quand le Département d’Etat soutient un coup d’Etat en Ukraine pour renverser un dirigeant élu, on nous régale de contes sur sa corruption et sur la “promotion démocratique” que ça produirait de le renverser. À l’heure actuelle, nous subissons une sténographie aveugle de toutes les accusations possibles que le gouvernement américain forme contre la Russie.

Pourtant, alors que cette crise du journalisme américain s’est aggravée ces dernières années, le schéma n’est pas entièrement nouveau. Il fait écho à la façon dont les médias grands public ont manqué bien des affaires les plus importantes de l’histoire moderne et ont plus souvent qu’à leur tour été un obstacle à la vérité.

Par la suite, quand les preuves sont finalement devenues si accablantes qu’il n’est plus possible de rester dans le déni, les médias traditionnels essaient de restaurer leur crédibilité en lambeaux en prenant le moindre petit bout de preuve pour prétexte et déclarer que, jusque là, on avait juste entendu des rumeurs mais que maintenant, c’est du solide, on peut prendre les rumeurs au sérieux – on a l’autorisation du Times.

Par exemple, il y a l’affaire du sabotage par Richard Nixon des négociations de paix du président Lyndon Johnson pendant la guerre du Vietnam en 1968, pour se donner un coup de pouce essentiel dans sa course présidentielle serrée contre le vice-président Hubert Humphrey. En “temps réel” – à la fois pendant que Nixon exécutait sa manœuvre et dans les années qui ont suivi – les journaux alternatifs et les journalistes indépendants ont signalé ce que Johnson appelait en privé la “trahison” de Nixon, mais le Times et d’autres ” journaux de référence” ont traité l’histoire avec guère plus de sérieux que s’il s’agissait d’une théorie du complot.

Au fur et à mesure que les années passaient et que la culpabilité de Nixon devenait de plus en plus évidente, l’histoire ne parvenait toujours pas à franchir le seuil d’attention du Grand Média.

Preuve définitive

Il y a plusieurs années, j’ai compilé un récit détaillé des événements de 1968 à partir des documents déclassifiés par la bibliothèque présidentielle de Johnson et j’ai publié le résultat chez Consortiumnews.com. J’ai pu exploiter les enregistrements récemment disponibles des appels téléphoniques de Johnson, mais aussi un fichier d’écoutes téléphoniques top secret – étiqueté “L’enveloppe X ” – que Johnson avait ordonné à son conseiller en sécurité nationale, Walt Rostow, de récupérer de la Maison Blanche avant l’installation de Nixon.

L’enveloppe “X” de Walt Rostow

J’ai également retracé comment, au sujet du dossier de la Maison Blanche manquant et de son détendeur, la paranoïa de Nixon l’avait conduit à rassembler une équipe de cambrioleurs, connue sous le nom de “plombiers”, dont les activités ont par la suite fait surface dans le scandale du Watergate.

En d’autres termes, en démêlant le mystère de la “trahison” de Nixon en 1968, on change les récits de la guerre du Vietnam et du Watergate, deux des questions essentielles de l’histoire américaine moderne. Les médias américains traditionnels ont bien soigneusement ignoré ces nouvelles révélations.

C’est seulement en novembre dernier, dans un récapitulatif des affaires de “La surprise d’Octobre” passées – dans le contexte de la déclaration au Congrès de la réouverture de l’enquête sur les emails d’Hillary Clinton par le Directeur du FBI, James Comey – que le Times a fourni le résumé suivant de l’affaire de 1968 :

“Le président Lyndon Baines Johnson avait annoncé une trêve des bombardements sur le Nord Vietnam, justifiée selon ses dires par le fait que les pourparlers de paix étaient ” entrés dans une phase nouvelle et bien plus prometteuse” et il avait invité le gouvernement du Sud Vietnam et le Viet Cong à prendre part aux négociations. Soulevant l’espoir que la guerre pourrait se terminer bientôt, l’annonce avait semblé renforcer la position dans les sondages du vice-président Hubert H. Humphrey, le candidat présidentiel démocrate désigné, mais Humphrey perdit malgré tout les élections face à l’ancien vice-président Richard M. Nixon, le Républicain.”

En d’autres termes, c’est la trêve du bombardement par Johnson et les pourparlers de paix que le Times considère comme étant la “surprise d’octobre” destinée à influencer l’élection en faveur de Humphrey. Alors que la preuve est maintenant établie qu’un accord de paix était vraiment à portée de main et que la “surprise d’octobre” c’était que Nixon avait saboté les négociations en persuadant le président sud-vietnamien Nguyen van Thieu de boycotter les discussions de Paris.

Le Times retourne complètement l’histoire en échouant à réexaminer l’affaire à la lumière de nouvelles preuves irréfutables qui étaient disponibles depuis des années, bien que circulant en dehors du courant dominant.

Cependant, au final, ce dédain pour l’histoire peut parfois être dissipé. Ce mois-ci, le Times a mis en évidence dans un éditorial et dans un article faisant suite, des notes cryptées de la campagne de 1968 de Nixon révélant les instructions de Nixon à son aide principal H.R. Haldeman.

Les notes de Haldeman – découvertes à la bibliothèque présidentielle de Nixon par l’historien John A. Farrell – révèlent que Nixon a dit à Haldeman ” Conservez Anna Chennault au travail sur SVN”, employant SVN pour Sud Vietnam et se référant à l’émissaire en chef de la campagne auprès du gouvernement sud-vietnamien, l’émigrée chinoise Anna Chennault du parti de droite.

La manoeuvre de Nixon était de faire passer le mot par Chennault au président sud-vietnamien Thieu, que s’il boycottait les discussions de paix de Johnson à Paris – ce qui ferait dérailler les négociations – Nixon assurerait à Thieu qu’il poursuivrait le soutien militaire américain à la guerre.

Semer la pagaille

Une autre note de Haldeman révélait l’intention de Nixon d’obtenir du chef de la minorité au Sénat, Everett Dirksen, Républicain de l’Illinois, d’admonester Johnson au sujet d’une trêve du bombardement planifié alors que Nixon cherchait ” n’importe quelle autre façon de mettre la pagaille ? RN [Richard Nixon] est capable de tout “.

Le président Lyndon Johnson accompagne le président élu Richard Nixon à son investiture le 20 janvier 1969.

Bien que le gribouillage de Haldeman soit parfois difficile à déchiffrer, l’inscription suivante fait référence à “SVN” et ajoute: “Dites-lui de tenir bon” – le même message que Anna Chennault a transmis plus tard aux hauts fonctionnaires sud-vietnamiens lors des derniers jours de la campagne de 1968.

Bien que la découverte de Farrell soit certainement en soi une information d’importance, sa plus grande signification est peut-être qu’elle a servi de point de basculement qui a finalement obligé le Times et les médias traditionnels à dépasser le stade de leur rejet de longue date de cette “théorie de la conspiration”.

The Times a donné à Farrell de l’espace sur sa page d’éditorial du 1er janvier pour expliquer sa découverte et l’a fait suivre d’articles à l’intérieur sur les billets de Haldeman. Cette histoire comprenait des commentaires favorables de la part de journalistes traditionnels, tels que l’ancien chef de bureau de Newsweek, Evan Thomas, notant que Farrell “a établi définitivement ce qui est l’objet de discussions depuis longtemps”.

Bien sûr, l’histoire du sabotage de la paix au Vietnam de Nixon a été plus que ” discuté depuis longtemps “. Une série de journalistes ont rassemblé les preuves, dont certaines au fur et à mesure que le complot se dévoilait et d’autres en fouillant les fichiers gouvernementaux jaunis quand ils devenaient disponibles ces deux dernières décennies.

Mais les grands journaux ont surtout balayé cette accumulation de preuves, apparemment parce qu’elles contestaient leur récit “autorisé” de cette époque. Aussi étranges et vicieux que certains des comportements paranoïaques de Nixon aient pu être, ils semblent avoir été trop durs à intégrer pour pouvoir suggérer qu’il mettait ses ambitions politiques en amont de la sécurité d’un demi million de soldats américains dans la zone de guerre du Vietnam en 1968.

Parce qu’informer de cette troublante vérité le peuple américain aurait profondément secoué sa confiance dans la classe dirigeante, compte tenu du décès de 58 000 soldats américains dans la guerre du Vietnam, plus le meurtre de plusieurs millions de Vietnamiens. (Près de la moitié des morts ont été tués après l’échec des négociations de paix de Johnson et la réponse de Nixon à son engagement envers Thieu en augmentant l’implication directe des États-Unis dans le combat pendant quatre années supplémentaires).

[Pour plus de détails, consultez le “Fichier X” de LBJ du Consortiumnews.com sur “La trahison” de Nixon et “Le Crime Odieux Derrière le Watergate“.]

Une Reprise

Mais la dissimulation par les médias traditionnels de la “trahison” de Nixon n’était pas un problème isolé en termes de distorsion de l’histoire américaine récente. Si le peuple américain avait réalisé jusqu’où certains hauts fonctionnaires américains pouvaient aller pour atteindre leurs ambitions politiques, ils auraient été plus disposés à croire d’autres accusations sérieuses d’actes répréhensibles de la part du gouvernement.

Le président Ronald Reagan prononçant son discours inaugural le 20 janvier 1981, alors que les images des 52 otages américains en Iran sont diffusées simultanément.

Reagan a repris la manoeuvre de Nixon de 1968 en 1980 en minant les négociations du président Jimmy Carter pour libérer les 52 otages américains alors détenus en Iran, un autre cas bien documenté de la ” Surprise d’Octobre” que les médias traditionnels désignent encore comme une ” théorie du complot “.

Avec plus de deux douzaines de témoins – y compris les responsables américains, iraniens, israéliens et autres – décrivant les aspects de cet accord républicain en coulisse, la réalité de ce “prologue” au futur scandale de l’Iran-Contra de Reagan, des armes contre des otages, devrait être largement accepté comme un élément véritable de l’histoire américaine moderne.

Mais une enquête sans conviction du congrès en 1991-93 a naïvement confié alors au président d’alors George H.W. Bush le soin crucial de rassembler des dossiers gouvernementaux internes des États-Unis pour confirmer les allégations – malgré le fait que Bush était le principal suspect de l’opération de 1980.

Il y a plusieurs années, j’ai découvert des documents dans la bibliothèque présidentielle de Bush à College Station, au Texas, montrant comment le personnel de Bush à la Maison-Blanche s’est organisé pour masquer des preuves indéniables et cacher un témoin-clé de l’enquête.

Une note d’un des avocats de Bush a révélé que la Maison Blanche avait reçu la confirmation d’une révélation majeure concernant la Surprise d’Octobre – un voyage secret par le président de campagne (et plus tard le directeur de la CIA) William Casey à Madrid – mais a caché cette information auprès des enquêteurs du Congrès. Les documents ont également montré que la Maison Blanche a empêché les tentatives d’interroger l’ancien officier de la CIA, Donald Gregg, un témoin-clé.

Un autre document expose crûment le but de la Maison Blanche : ” détruire/supprimer cette histoire ” pour protéger les chances de réélection de Bush en 1992.

Après que j’ai découvert la confirmation du voyage à Madrid il y a plusieurs années – et envoyé le document à l’ancien représentant Lee Hamilton, qui avait dirigé l’enquête du Congrès qui avait conclu qu’il n’y avait aucune preuve crédible étayant les accusations – il était stupéfait par la trahison apparente de sa confiance.

“Le 41e président de la Maison Blanche [Bush-41] ne nous a pas informés qu’il [Casey] a fait le voyage” à Madrid, m’a dit Hamilton dans une interview. Questionné si le fait de savoir que Casey s’était rendu à Madrid aurait peut-être changé la conclusion décevante de la Surprise d’Octobre, Hamilton a déclaré oui, car la question du voyage de Madrid était au centre de l’enquête.

Pourtant, à ce jour, à la fois l’aile droite et les publications des médias traditionnels citent les résultats non concluants de l’enquête comme leur argument central pour défendre Reagan et son héritage. Cependant, si la manoeuvre de Nixon en 1968 – compromettant la vie d’un demi million de soldats américains – avait été acceptée comme la véritable histoire plus tôt, la preuve que Reagan avait mis en danger 52 membres de l’ambassade américaine aurait semblé beaucoup plus facile à croire.

Au fur et à mesure que ces anciens masques de la vérité se fissurent lentement et commencent à s’effondrer, l’histoire sérieuse derrière eux a commencé à se manifester dans les médias traditionnels. Par exemple, le 3 janvier, lors d’une table ronde de la CNN sur l’ingérence dans les élections présidentielles aux États-Unis, l’historien populaire Doug Brinkley a ajouté : “Un point : en 1980, Ronald Reagan parlait de Jimmy Carter, et il y a eu la rencontre de la Surprise d’Octobre avec l’Iran qui gardait les otages. William Casey, les gens de l’administration Reagan étaient en interférence avec la politique étrangère en disant : “Conservez les otages jusqu’à l’issue de l’élection”. Donc, c’est déjà arrivé. Ce n’est pas seulement Nixon ou Donald Trump. ”

[Pour plus de détails sur l’affaire de 1980, reportez-vous à America’s Stolen Narrative or Trick or Treason par Robert Parry : The Second Surprise Mystery de 1980 ou Consortiumnews.com, “Second Thoughts on October Surprise“.]

Le scandale Cocaïne-Contra

Mais le déni d’une sérieuse malversation des pouvoirs dominants meurt difficilement. Par exemple, The New York Times, The Washington Post et d’autres organes de presse importants ont longtemps refusé d’accepter la preuve écrasante que les précieux rebelles Contra du Nicaragua de Reagan se sont engagés dans le trafic de cocaïne sous le regard bienveillant de la Maison-Blanche et de la CIA.

Le vice-président d’alors George H.W. Bush avec le directeur de la CIA William Casey à la Maison Blanche le 11 février 1981. (Crédit photo: Bibliothèque Reagan)

Mon confrère Brian Barger de l’Associated Press et moi-même avons rassemblé énormément de ces preuves en 1985 pour le premier reportage sur ce scandale qui a sapé les déclarations de Reagan selon lesquelles il menait une guerre implacable contre les drogues. À l’époque, le Times est également allé au combat pour défendre le pouvoir en place. S’étant basé sur les propres informations du ministère de la Justice de Reagan, le Times a défoncé nos reportages sur AP. Et une fois que le Times a été confondu par ses sources officielles, lui-même et d’autres presses traditionnelles déclenchaient des vendettas contre quiconque osait contredire la version admise.

Ainsi, lorsque le journaliste de San Jose Mercury News, Gary Webb, a relancé l’histoire de Cocaïne-Contra en 1996 – avec des preuves qu’une partie de cette cocaïne avait alimenté l’épidémie de crack – le Times et d’autres grands journaux ont férocement attaqué les articles de Webb et ont détruit sa carrière. Pas même un aveu institutionnel de la CIA en 1998 selon lequel elle avait été consciente de la diffusion de la drogue de contrebande des Contra tout en regardant ailleurs était suffisante pour ébranler la fausse information conventionnelle des médias traditionnels au sujet de l’innocence des Contra et de la CIA.

Après que l’inspecteur général de la CIA a abouti à ses conclusions accablantes en admettant la connaissance de la circulation des drogues, le Times a lancé une histoire en reconnaissant qu’il pourrait y avoir eu plus d’allégations que le journal l’avait cru auparavant, mais le même article a maintenu le dénigrement de Webb, qui a été évincé du journalisme et, presque sans le sou, s’est suicidé en 2004.

Malgré les aveux de la CIA, le Washington Post a malgré tout continué à nier la réalité du Cocaïne-Contra. Quand un film sur le supplice de Webb, “Kill the Messenger”, a été réalisé en 2014, le journaliste d’investigation de la rédaction du Post, Jeff Leen, a maintenu le déni de la réalité du journal avec une nouvelle attaque immonde envers Webb.

L’histoire de Leen a été validée par l’ancien directeur de la rédaction du Post, Leonard Downie Jr., qui a fait circuler la rabaissante publication de Leen sur Webb avec le commentaire associé: “J’étais au Washington Post au moment où il a enquêté sur les reportages de Gary Webb et Jeff Leen a parfaitement raison. Cependant, il est trop complaisant avec un film qui présente un mensonge comme un fait établi”.

[Pour en savoir plus sur la publication en riposte de Leen, consultez le “Wimper’s Slimy Assault on Gary Webb” de Consortiumnews.com. Pour en savoir plus sur l’histoire de Cocaïne-Contra, consultez la section “The Sordid Contra-Cocaine Saga“.]

Des mensonges en tant que vérité

Le fait que les “stars” des médias traditionnels mentent en désignant les faits comme mensongers – ou qu’ils ne peuvent distinguer les faits des mensonges – a contribué à une dégradation dangereuse de la capacité du public à discerner le vrai du faux.

Essentiellement, le problème est que les médias traditionnels ont cherché à protéger l’intégrité des pouvoirs établis en éconduisant les cas réels de criminalité institutionnelle et d’abus de pouvoir. Cependant, en supprimant ces faits, plutôt que de contester les actes répréhensibles du système, les médias traditionnels ont vu leur propre crédibilité s’effondrer.

On pourrait espérer que quelqu’un en position de pouvoir au sein des principaux organes d’information reconnaîtrait ce danger et déclencherait une réforme radicale, qui pourrait commencer par reconnaître certaines des réalités historiques longtemps enterrées, même si elles mettent les icônes du pouvoir établi, telles que Ronald Reagan et George HW Bush, dans un éclairage négatif.

Mais ce n’est clairement pas la direction vers laquelle les médias américains traditionnels se dirigent. Au lieu de cela, le Times, le Post et d’autres publications principales continuent de prendre à la lettre toutes les sources que le pouvoir dominant leur distribue, y compris des accusations douteuses et bizarres des renseignements américains concernant la Russie et le Président élu Donald Trump.

Plutôt que de se joindre à des demandes de preuves réelles pour soutenir ces déclarations, les médias traditionnels semblent vouloir simplement canaliser le mépris du pouvoir institutionnel pour la Russie et Trump. Donc, tout ce qui est dit – même le plus improbable – mérite les gros titres en première page.

Le résultat final, cependant, est de pousser de plus en plus d’Américains dans un état de confusion quant à ce qu’il faut croire. Bien que certains citoyens puissent chercher un journalisme indépendant et honnête pour combler ce qui leur manque, les autres seront certainement victimes de fausses nouvelles et de théories du complot.

Le journaliste d’enquête Robert Parry a décrédibilisé plusieurs des récits de l’Iran-Contra pour The Associated Press et Newsweek dans les années 1980.

Source : Consortium News, Robert Parry, 19-01-2017

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

10 réponses à Comment le New York Times joue avec l’Histoire, par Robert Parry

Commentaires recommandés

John V. Doe Le 28 août 2017 à 09h04

Un grand merci pour la traduction et la publication de ce puissant article sur les médias traditionnels américains (la presse MSM). Il confirme par la bande tout le mal que nous pensons des mêmes médias sur l’ancien continent.

  1. John V. Doe Le 28 août 2017 à 09h04
    Afficher/Masquer

    Un grand merci pour la traduction et la publication de ce puissant article sur les médias traditionnels américains (la presse MSM). Il confirme par la bande tout le mal que nous pensons des mêmes médias sur l’ancien continent.


  2. Mr K. Le 28 août 2017 à 13h38
    Afficher/Masquer

    Article de fond de la part de Robert Parry.

    En rappelant l’historique d’un certain nombre de coups fourrés au plus haut niveau de “la plus grande démocratie du monde” (et l’inde elle pue de la gueule?), coups fourrés largement étouffés avec la complicité des médias, on en arrive presque logiquement à l’affaire de la soi-disant manipulation de l’élection présidentielle américaine par les russes pour le compte de Trump. Affaire montée de toute pièce : aucune preuve n’a été fournie à ce jour.

    Robert Parry prend des précautions particulières quand il parle de la CIA. La CIA a fermé les yeux sur le trafic de cocaïne des “Contras”, laissé faire l’explosion du trafic de crack en Californie.

    Quand des avions de la CIA s’envolent des États-Unis pour livrer des armes aux Contras et reviennent aux États-Unis chargés de cocaïne, c’est fermer les yeux ou participer directement au trafic de drogue?


    • Haricophile Le 28 août 2017 à 15h03
      Afficher/Masquer

      (et l’inde elle pue de la gueule?) <– L'inde n'est pas "blanche", ça ne compte pas.


    • Dominique Le 28 août 2017 à 16h34
      Afficher/Masquer

      « et l’Inde elle pue de la gueule ? »

      L’Inde malgré son immense population ne peut être considérée comme La Plus Grande Démocratie Du Monde : son budget de l’attaque (qualifiée de défense) est ridicule par rapport à celui des USA. 😉


  3. Mr K. Le 28 août 2017 à 16h00
    Afficher/Masquer

    Sur les affaires dont parle Robert Parry, on aura un témoignage direct de l’avocat Daniel Sheehan dans une série de cours donnés à l’université de Californie Santa Cruz en 2012.

    Daniel P. Sheehan est un avocat diplômé de Harvard qui a consacré la moitié de son temps professionnel pour diriger des enquêtes et lancer des procédures judiciaires concernant des cas mettant en jeu les libertés civiles aux États-Unis. Il a participé ou été le principal moteur (Iran-Contra, par exemple) de nombreuses affaires d’intérêt public : Watergate, Pentagone Papers, affaire Karen Silkwood (assassinat d’une lanceuse d’alerte du secteur nucléaire),…

    Au delà d’un témoignage de première main sur des affaires clés concernant les USA, il en tire une vision d’ensemble qu’il replace dans une trajectoire historique pour les USA.

    Les cours 16, 17, 18 sont consacrés à l’affaire Iran-Contra : un voyage incroyable à travers les méandres marécageux, fétides, de la soi-disant lutte anti-communiste, en passant par les obstacles judiciaires, jusqu’au consensus politique final pour limiter le scandale. En anglais :-(.

    https://www.youtube.com/watch?v=DBs2qluEuPY&list=PLVza7sesLJh4Z7Yst1PUqBdwKcOfLPVyi&index=1


  4. Manuel Le 28 août 2017 à 20h06
    Afficher/Masquer

    Robert Parry tape très fort dans cet article. Il montre de manière très étayé que les médias dominants ont manipulé, très consciemment, les masses. Mais pour se protéger, ils attaquent toute parole contraire “complotiste”. C’est exactement ce qui se passe entre les-crises.fr et le Monde.

    Et c’est avec un goût amer de voir qu’on a été trahi et manipulé. Pourquoi s’étonner maintenant que les médias ne possèdent plus notre confiance ?

    Mais le pire, c’est que nous sommes devenus parano à n’en plus savoir comment juger une information qu’on accède à travers la presse. Et de finalement de refuser tous les complots non désirés par l’Etat, mais d’accepter ceux qui sont acceptables par l’Occident : la Russie a abattu le vol MH17, l’Iran développe des armes nucléaires (depuis le temps!!) ou que Trump est agent double russe, super pote avec Poutine…


  5. Koui Le 28 août 2017 à 20h59
    Afficher/Masquer

    Si on veut connaître l’histoire de France, il faut ouvrir les archives secrètes. Le secret ne sert qu’à protéger les coupables des poursuites et leurs complices de la presse du deshonneur. Les gens meurent sans connaître la vérité qu’on leur a cache et c’est le but du secret d’état. Vos petits enfants connaîtront peut être les crimes de Mitterand, mais il ne sauront pas de quoi il s’agit. A notre époque, cela ne pourrait pas se reproduire, c’est ce que l’ont dit a toutes les époques.


    • Koui Le 28 août 2017 à 21h03
      Afficher/Masquer

      “En vérité je vous le dis rien n’a changé sous le soleil. Et les œuvres de nos successeurs seront oubliées de ceux qui viendront après eux” c’est ce que disait l’ecclesiaste, il y a longtemps de ça.


    • Narm Le 28 août 2017 à 22h02
      Afficher/Masquer

      Boulin, et tant d’autres ….

      C’est bien une des rares choses à envier à ce pays, tôt ou tard de vrais journalistes creusent ( le peuvent et ont matière à le faire )
      vraiment dommage qu’on ne puisse avoir le même recule en France


  6. fanfan Le 28 août 2017 à 23h09
    Afficher/Masquer

    Juillet 2017 – Documentaire de Martin Smith sur les ravages de la guerre saoudo-américaine contre le Yémen (11 mn) : https://www.youtube.com/watch?v=5YNG1qhA2Vg

    12/07/2017 – Le patron des opérations humanitaires de l’ONU a accusé les belligérants au Yémen et leurs soutiens étrangers d’être responsables de l’épidémie de choléra. La maladie affecte 320 000 personnes dans ce pays manquant cruellement de nourriture. Plus de 7 millions de personnes sont menacées de famine, y compris 2,3 millions d’enfants mal nourris âgés < 5 ans.
    Stephen O'Brien avait lancé un appel pour récolter 250 millions de dollars pour faire face à la crise du choléra mais seuls 47 millions de dollars sont parvenus.
    https://www.tdg.ch/monde/Cholera-l-ONU-pointe-les-belligerants-du-doigt/story/10832416

    18/08/2017 – Briefing by Mr. Stephen O'Brien, Under-Secretary-General and Emergency Relief Coordinator (OCHA), on the situation in the Middle East (Yemen)
    http://webtv.un.org/watch/stephen-obrien-ocha-on-the-situation-in-the-middle-east-yemen-security-council-8027th-meeting/5544762785001/?term=&lan=french


Charte de modérations des commentaires