Les Crises Les Crises
25.janvier.201625.1.2016 // Les Crises

COP-21 : Que vaut l’accord de Paris ? Par Sylvestre Huet

Merci 1
J'envoie

Un excellent billet de Sylvestre Huet, comme d’habitude

Et le 412e enfumage du gouvernement…

Mais bon, seuls les gros naïfs peuvent s’imaginer que les gouvernements actuels soient capables de prendre une décision courageuse de long terme pour le bien de l’Humanité – les structures de pouvoir ne sont plus adaptées à ceci…

Mais ça reviendra (après le Big Crunch), patience…

Source : Blog Libération, Sylvestre Huet, 14-12-2015

L’Accord de Paris permet aux gouvernements de louer le « succès » de la 21ème Conférence des Parties de la Convention Climat de l’ONU. Mais que vaut-il ?

Ce texte ( ici l’Accord de Paris en français) constitue certainement un progrès considérable au regard de l’impasse dans laquelle se trouvait le processus onusien depuis la COP-15 de Copenhague. Si les discussions s’étaient poursuivies, avec la réaffirmation des objectifs de la Convention, le plan d’action post-protocole de Kyoto restait en rade. L’Accord de Paris relance l’action, sur la base d’un consensus général. C’était le premier des objectifs de la COP-21, il est atteint.

Mais quelle est l’ampleur de cette action ? C’est là qu’il faut souligner le caractère schizophrène du texte. Un caractère accentué par la référence à un objectif climatique plus ambitieux, en apparence, que les 2°C de réchauffement planétaire à ne pas dépasser de Copenhague. Le chiffre de 1,5°C a fait irruption dans le texte, sous la forme suivante dans le préambule : «insistant avec une vive préoccupation sur l’urgence de combler l’écart significatif entre l’effet global des engagements d’atténuation pris par les Parties en termes d’émissions annuelles mondiales de gaz à effet de serre jusqu’à 2020 et les profils d’évolution des émissions globales compatibles avec la perspective de contenir l’élévation de la température moyenne de la planète nettement en dessous de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels et de poursuivre l’action menée pour limiter l’élévation des températures à 1,5°C.» Quel est le problème ? Celui de se demander comment et pourquoi, après avoir déposé au Secrétariat de la Convention des objectifs d’émissions volontaires qui, s’ils sont tous respectés ce qui est peu plausible, mettent la planète sur une trajectoire aux alentours des 3°C, ces mêmes pays se fixent illico un objectif encore plus difficile à atteindre.

UNE SCHIZOPHRÉNIE AVOUÉE

Lors de la discussion, des pays, souvent parmi les plus vulnérables aux changements climatiques, ont même avancé l’idée de ne pas dépasser 1,5°C. Soutenus, bruyamment, par nombre d’ONG environnementalistes. Cet objectif étant présenté comme une question « de vie ou de mort » par certains petits Etats insulaires. Problème : que dit la science sur ce point ? Les spécialistes es-simulations numériques du climat sont affirmatifs : cette barre sera nécessairement dépassée. Le potentiel de réchauffement des gaz à effet de serre déjà dans l’atmosphère se monte à 0,3°C par rapport à l’actuel. Les particules fines réfléchissantes, qui refroidissent le climat de 0,3°C, sont destinées à en disparaître au fur et à mesure que l’on mettra en oeuvre des technologies moins polluantes. (Il faut noter ce détail instructif : des scientifiques d’autres spécialités, comme des glaciologues, peuvent soutenir un tel objectif, on est donc en plein effet de savoir spécialisé).

Autrement dit, de manière imagée, si les 7,3 milliards d’êtres humains se faisaient hara kiri demain matin, et éteignaient la lumière en quittant la scène, la température moyenne planétaire grimperait tout de même d’environ 0,6°C. Or, la température d’octobre 2014 titille déjà le 1°C de plus qu’à la fin du 19ème siècle. Certes, elle va probablement redescendre d’un chouïa lorsque le Niño en cours dans le Pacifique tropical va se calmer, au printemps prochain. Mais pas pour longtemps. Conclusion : il est physiquement impossible de ne pas dépasser les 1,5°C. Car, comme je le soulignais sur France Inter jeudi dernier, chaque matin des centaines de millions de personnes vont prendre leur voiture pour aller travailler, ou un train alimenté par une électricité au charbon et au gaz, des hauts fourneaux vont fabriquer de l’acier… et cela ne va pas s’arrêter dans les vingt prochaines années.

Comment ce 1,5°C inatteignable est-il arrivé dans le texte ? A la suite de pressions exercées d’abord par les pays les plus vulnérables, qui en ont fait une ligne rouge… et donc l’acceptation de cette ligne rouge par la plupart des grands pays, d’où sa mention dans le discours inaugural de François Hollande. Pourquoi ? Parce que le refuser, même au nom de la simple prise en compte de la science du climat, aurait bloqué l’adoption de l’accord par les pays les plus vulnérables.

SCHIZOPHRÉNIE AVOUÉE EST À MOITIÉ PARDONNÉE

Quelles seront les conséquences de cet accroc au réalisme, de cette négation de réalités bien dures qui s’imposeront ? Les positives seraient de hâter le moment où les pays les plus pauvres et les plus vulnérables pourront s’appuyer sur le texte adopté à Paris pour dire aux responsables historiques du changement climatique et aux plus gros émetteurs par habitant qu’ils doivent compenser les dégâts subis. Une perspective liée à l’ensemble du texte de la partie « Pertes et préjudices« , articles 48 à 52. Une telle situation pourrait accélérer les transferts de technologies efficaces et moins émettrices de GES vers les pays du Sud, renforcer les mécanismes visant à limiter la déforestation tropicale, mais aussi les transferts liés à l’adaptation aux changements climatiques afin d’en limiter les dégâts. Mais c’est là une hypothèse optimiste, rien dans le texte ne comporte d’obligation à cet égard pour les pays riches. On ne peut écarter l’hypothèse inverse, qu’en l’absence d’une telle accélération, à redouter, l’écart qui ainsi grandit entre les promesses et les résultats pourrait bien se retourner contre tout le processus de coordination mondiale. Voire justifier de la violence entre Etats.

Cette schizophrénie se compense toutefois d’une qualité rare : elle est avouée. Dès le préambule, le texte précise bien qu’il existe un «écart significatif» (euphémisme de diplomates) entre les promesses agrégées des Etats en terme d’émissions de gaz à effet de serre et l’objectif climatique, non seulement celui de ne pas dépasser 1,5°C mais également celui des 2°C de plus que la période pré-industrielle. Dans la partie II du texte, sur les Contributions volontaires nationalement déterminées, le paragraphe 17 va plus loin et quantifie cet écart significatif en notant que les émissions qui découlent de ces promesses devraient atteindre 55 milliards de tonnes de gaz à effet de serre (en équivalent C02) en 2030 alors qu’il ne faudrait pas dépasser les 40 milliards de tonnes pour se donner une bonne chance de ne pas dépasser… les 2°C (pour mémoire, les émissions de 2014 sont de 36 milliards de tonnes pour le seul CO2 lié à l’énergie fossile et au ciment). Le texte de l’Accord de Paris ne doit donc pas être qualifié de mensonger. Il dit explicitement que le compte n’y est pas. Mais pourquoi ? Nombre d’ONG ont une réponse militante toute prête à cette question : c’est la faute des lobbies des énergies fossiles. Si cette réponse comporte une part de vérité, elle est insuffisante, et même dangereuse, car elle nourrit des illusions et masque les ressorts les plus profonds de la consommation d’énergie fossile.

LES FAUSSES PISTES DES BISOUNOURS DU CLIMAT

L’un des exemples les plus évidents de cette fausse piste est celle des transports maritimes et aériens, dont le texte ne parle pas, après exclusion d’un paragraphe les traitant. Cette décision est présentée comme le résultat d’une action des lobbies (constructeurs d’avions, compagnies aériennes, armateurs…) sur les négociateurs. Et regrettée puisque le total de leurs émissions (2% pour l’aérien notamment) ne peut que s’accroître au regard des décisions actuelles : il y a près de 20.000 avions en service, les constructeurs et compagnies tablent sur 37.000 en 2033, dont 31.000 à construire (source GIFAS). Mais ces lobbies ont-il besoin d’agir ? Nullement. Ce sont l’ensemble des gouvernements de la planète qui refusent toujours de taxer le kérosène, de faire payer le prix des externalités climatiques de ces deux moyens de transport, et qui investissent dans les infrastructures (aéroports, comme celui de Notre Dame des Landes, et ports pour le fret maritime). Pourquoi ? Pour obéir aux industriels et transporteurs ? Nenni. Parce que ces gouvernements sont tous persuadés qu’il faut suivre les conseils des économistes néolibéraux, augmenter les échanges, fonder les économies sur les « avantages comparatifs » des territoires mis en concurrence régionale ou mondiale, booster le tourisme de masse.

En Europe, les gouvernements français, allemand, espagnol sont à fond derrière Airbus, comme celui des Etats-Unis l’est derrière Boeing. Ils ne les suivent pas, ils les précèdent. La taxation du kérosène sur toutes les lignes intérieures de l’Union Européenne est techniquement, politiquement et économiquement possible, et indispensable au recul de cette activité au profit de liaisons ferroviaires alimentés par une électricité décarbonée. C’est par choix que les gouvernement la refusent. Et surveillent comme le lait sur le feu les commandes d’avions, qui fournissent, en France, du travail aux usines employant le plus grand nombre d’ouvriers et d’ingénieurs. Croire qu’il s’agit là d’un problème de faiblesse des gouvernements vis à vis des industriels relève de la fausse piste des bisounours du climat. Ceux qui n’ont toujours pas compris, ou font semblant de ne pas comprendre, que si les énergies fossiles ont un tel usage, massif, ce n’est pas d’abord parce qu’elles sont sources de profits pour des entreprises multinationales, mais d’abord en raison de leurs caractéristiques physico-chimiques (énergie concentrée, facilité d’usage) de leur abondance et de leur bas coût direct. Et que les différences essentielles entre les niveaux de vie des Européens et des Sénégalais, des Ethiopiens ou des Bengalis correspondent à des écarts de consommations énergétiques qui les expliquent. Un Français moyen consomme en moyenne 7000 kWh par an d’électricité, un habitant du Niger 30 kWh… d’un côté habitat, médecin, écoles et université, pompiers… de l’autre le dénuement. la satisfaction des besoins élémentaires des trois milliards d’êtres humains qui vivent le plus mal sur la planète ne pourra être obtenue sans qu’ils puissent accéder à plus d’énergie qu’aujourd’hui, et, au moins dans les trois décennies à venir, l’énergie fossile y contribuera fortement.

AFFRONTER LA CONTRADICTION ET LE RÉEL

Affronter cette contradiction pour engager des politiques climatiques sérieuses conçues à l’intérieur d’un projet plus vaste de progrès humain met en cause ce à croient la plupart des gouvernements de la planète. Ils croient au capitalisme, et même à sa dérégulation forcée (l’Union Européenne continue de vouloir déréguler et accentuer la concurrence sur les systèmes de production d’électricité et les réseaux ferroviaires, un non-sens devant la planification écologique nécessaire), ils croient à la nécessité d’une caste de riches et de super-riches (et souvent en font partie), ils méprisent souvent la démocratie même réduite à l’apparence… ils n’ont pas besoin de « céder » aux lobbies industriels, ils souhaitent ardemment que ces derniers existent. Et dans les pays les plus démocratiques, ils représentent la volonté des citoyens. Lorsque Emmanuel Macron explique qu’il veut plus de jeunes rêvant devenir milliardaires grâce à la net-économie (et pas d’avoir des idées géniales pour solutionner les problèmes économiques et sociaux et de les mettre en oeuvre dans des coopérations solidaires entre êtres humains), il exprime la pensée d’un Président de la République élu à la majorité des voix dans une élection « normale ».

Ce sont ces réalités qui expliquent la schizophrénie de l’Accord de Paris. Elles ne sont donc pas renversables par une manifestation réclamant de « sauver la planète ». Elles sont durables. Et c’est pourquoi, dans mon livre, Les dessous de la cacophonie climatique, écrit à la fin du printemps dernier, j’anticipais le résultat de la COP-21 ainsi : «Au moment où ce livre est écrit, les contribution de la plupart des pays demeurent inconnues, en particulier celle des géants chinois et indiens. Mais il est probable que, lorsque l’on fera les comptes à un mois de la COP-21, le compte n’y sera pas. Autrement dit que les trajectoires d’émissions déductibles de ces «contributions» ne seront pas en ligne avec l’objectif climatique des 2°C. Mais, peut-il en être autrement ? Même un «succès» de la COP-21, autrement dit la signature d’un accord quel qu’il soit, ne sera qu’une étape dans un processus long par lequel l’Humanité va affronter les conséquences de la transformation de la planète qu’elle a engagé. L’idée qu’elle serait en état de définir maintenant, de manière définitive et pour le siècle entier, la stratégie et les moyens d’une maîtrise de cette transformation, optimisant au plus juste l’exploitation des ressources naturelles au regard des besoins actuels et futurs, est un vœu très pieux et complètement vain.

De cette perspective peu enthousiasmante, certains tirent la conclusion que l’on ne peut rien attendre de cette Convention et des négociations qui l’accompagnent. Et de se tourner vers l’action locale, des consommateurs ou d’entreprises, ou les décisions symboliques comme la vente d’actions de sociétés pétrolières détenue par des collectivités territoriales ou des Universités américaine, voire vers l’action de chaque consommateur pour diminuer son usage des énergies fossiles. Ces actions ne sont pas inutiles et certaines sont même très importantes. Elles permettent d’avancer concrètement sur bien des sujets techniques ou économiques. Mais elles trouvent rapidement leurs limites sur le mode du conducteur de voiture qui voudrait bien prendre un train… qui n’existe pas. La coordination mondiale sera nécessaire pour aller plus loin que les premières mesures d’économie, les choix à double dividende, la mise en œuvre de technologies efficaces et donc rentables immédiatement. C’est pourquoi la poursuite du processus de la Convention, avec l’obligation pour les pays de déclarer chaque année leur « inventaire » d’émissions de gaz à effet de serre, de se retrouver pour des négociations où l’on parle d’objectifs climatiques, d’aides aux pays vulnérables, de coordination pour la promotions de technologies peu ou pas émettrice, de soutien aux politiques de reforestation ou de limitation des déforestations… doit être l’un des buts majeurs de la COP-21. C’est à cette aune que l’on pourra juger de son succès

Ci-dessous ma participation à l’émission Le débat du jour sur RFI, en direct de la COP-21, le vendredi 11 décembre.

#cop21 – Est-ce l’outil adapté pour lutter… par rfi

Source : Blog Libération, Sylvestre Huet, 14-12-2015


James Hansen : « C’est vraiment une imposture, c’est un faux »

« C’est vraiment une imposture, c’est un faux ». C’est en ces termes que James Hansen, l’un des scientifiques américains les plus connus – célèbre notamment pour avoir alerté le Congrès sur le dérèglement climatique dès 1988 – qualifie l’accord de Paris. L’ancien scientifique de la NASA, considéré comme le père de la prise de conscience mondiale sur le changement climatique ne semble du tout pas convaincu par le contenu de l’accord final de la conférence de Paris sur le climat. Pour lui, « il n’y a aucune action, juste des promesses. Tant que les énergies fossiles sont présentées comme les énergies les moins chères, on va continuer à en brûler ».
Les pourparlers entre les différentes délégations présentes à la COP21 n’ont pas pu déboucher sur un accord à la hauteur des attentes de certains défenseurs de la planète comme James Hansen. Les questions relatives notamment à l’objectif que devaient se fixer les États quant à la limite de hausse de température à 1,5 °C au lieu 2 °C ainsi que les sommes que devrait éventuellement verser les pays riches aux pays pauvres ont été les principaux points de discorde. Le climatologue aurait notamment espéré une taxe sur les émissions de gaz à effet de serre. Selon lui, les promesses faites par les pays riches notamment sont inutiles. Il estime que seule une taxation des émissions de gaz à effet de serre permettrait de réduire considérablement et de façon rapide le réchauffement de la planète et d’éviter ainsi les pires catastrophes que cela pourrait engendrer. Le scientifique et défenseur de la planète a même suggéré une tarification sur la base de laquelle les « pollueurs » de la planète devraient être taxés. Il propose une taxe de 15 $ par tonne de carbone émise et une augmentation de 10 $ par an de ce prix. Malheureusement, cette offre n’a pas eu beaucoup de preneurs, même parmi les plus écologiques de la conférence.

Un autre aspect de l’accord qui ne rassure pas du tout les défenseurs de la planète est qu’il ne soit pas juridiquement contraignant. En effet, « du point de vue du droit international, l’accord n’est pas à strictement parler contraignant dans la mesure où il ne prévoit pas de mécanisme coercitif ou de sanction pour les pays qui ne respecteraient pas leurs engagements » avance Matthieu Wemaëre, avocat aux barreaux de Paris et de Bruxelles, expert en droit du climat et négociateur pour le Maroc lors de la COP21, dans les colonnes du journal Le Monde. « Dans cet accord, il n’y a rien de contraignant : il n’y a pas de sanction, donc les États font ce qu’ils veulent », regrette Jean-François Julliard, le directeur général de Greenpeace France, interrogé par RTL. « Si demain matin, les États qui vont signer ces accords aujourd’hui ont envie de partir dans une tout autre direction, personne ne peut les empêcher ».

Même si ses prises de position ne sont pas toujours appréciées par les politiques, Hansen estime que le rôle du scientifique est aussi d’alerter sur les conséquences nuisibles de la science. En effet, il a été à plusieurs reprises arrêté dans des manifestations contre l’exploitation minière notamment dans son pays, mais cela ne semble pas décourager le scientifique et professeur auxiliaire à l’université de Columbia dans sa lutte. Dans une de ses publications, Hansen peint un avenir très sombre pour tous les habitants de la côte des États-Unis. Avec ses collègues, ils ont constaté une fusion plus vite que prévu de 16 énormes calottes glaciaires. Ce qui signifie que même un réchauffement limité à 2 °C serait un danger. Selon le scientifique, à moins qu’une solution définitive ne soit trouvée contre l’effet de serre, le niveau de la mer pourrait augmenter de plus cinq mètres mettant ainsi en danger plus de la moitié des villes du monde. La seule lueur d’espoir qu’a Hansen est que les émissions mondiales sont au point mort. Le climatologue croit beaucoup en la Chine et en la capacité de ce pays à faire avancer les choses dans le bon sens. En effet, il affirme que les dirigeants de ce pays sont souvent formés dans les domaines se référant au climat et à la nature et que ces derniers ne nient pas le changement climatique. En outre, ajoute Hansen, les Chinois sont énormément motivés dans la lutte contre le changement climatique, car ils sont directement menacés par la pollution de l’air qui est si mauvaise dans leurs villes qu’ils sont obligés de passer aux énergies propres.

Source (article en anglais ici)

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Spectre // 25.01.2016 à 01h25

Qui pouvait sérieusement croire que la COM21, subventionnée par les multinationales les plus polluantes et réunissant des États plus préoccupés de pacification sociale par la croissance que d’écologie, allait accoucher de la moindre solution ? Muselée par l’état d’urgence, la société civile n’eut pas même le droit de dénoncer comme il se devait cette mascarade. Mais qu’importe : tous les médias serviles ont vendu le script surfait d’une France volontariste et à l’avant-garde (Fabius, notre sauveur avec son petit marteau vert !). Rien ne nous fut épargné des péripéties haletantes et autres rebondissements jusqu’à la dernière minute : bon Dieu, ces sauvages des petites îles représentant 0,00001% du PIB mondial allaient-ils signer ? Le suspense était proprement insoutenable.

Les vrais problèmes auront soigneusement été évités : rien sur la sortie des énergies fossiles, toujours grassement subventionnées ; rien sur l’élevage industriel, qui représente pourtant 15% des émissions mondiales de GES ; rien sur la civilisation de l’automobile, rien sur le trafic aérien ; et surtout, rien sur le dogme absurde de la croissance infinie, qui fera crever l’humanité entière sur une montagne de marchandises inutiles et nuisibles.

Bref, l’oligarchie planétaire continue de mener tout le monde dans l’abîme avec son fantasme de “capitalisme vert” et son techno-optimisme béat (tout cela n’est pas très grave, on trouvera bien une solution technique miraculeuse aux problèmes techniques…). Comme dirait le type qui chute du 10è étage en arrivant au niveau du second : jusqu’ici, tout va bien !

Le slogan de cette classe criminelle : “Après nous, le déluge.”

19 réactions et commentaires

  • Eric // 25.01.2016 à 00h44

    La question de l’Ecologie Politique (mais on pourrait faire un raisonnement similaire avec la Santé par exemple) est intimement liée au dogme de l’économisme libéral. Sa subordination à l’absolu quantitatif la met face à des contradictions indépassables. En revanche, de la même manière qu’une révolution copernicienne philosophique des économistes libéraux du Quantitatif vers le Qualitatif ouvrirait un vaste champ des possible à nos sociétés, la subordination de l’Écologie Politique au postulat du qualitatif permettrait d’enfin envisager des solutions véritablement…. écologiques (comme par exemple la « TVA écologique » variable en fonction de la distance parcourue par les biens au cours de sa production et jusqu’à son lieu de vente).

    Écologie vs. Libéralisme, ou la question du paradigme économique
    =>http://puissantsetmiserables.fr/2015/12/09/ecologie-vs-liberalisme-ou-la-question-du-paradigme/

      +8

    Alerter
    • sissa // 25.01.2016 à 10h09

      Certes, mais il ne faut pas oublier que le dogme de l’économisme libéral n’existe et se maintient que parce qu’il sert un certain nombre d’intérêts, qui sont parfois(voir souvent) ceux des économistes eux-mêmes . C »est pourquoi il ne s’agit pas seulement d’une révolution intellectuelle mais d’un rapport de force politique.

        +2

      Alerter
    • reneegate // 25.01.2016 à 10h33

      c’est tellement vrai concernant la santé. Pour la TVA écologique il faut rajouter le niveau de pollution du moyen de transport (je pense aux voiliers). J’avais d’ailleurs proposé à Melenchon de créer un corridor d’échanges Europe/Amérique du sud avec une flotte de voiliers.

        +2

      Alerter
    • Charles // 25.01.2016 à 13h03

      Les désastres qui s’annoncent demandent en effet une révolution de civilisation, dont le socle ne peut être qu’une révolution sociale.
      C’est la thèse fort bien défendue ici par l’expert Daniel Tanuro: http://wp.me/p5oNrG-hpo

        +3

      Alerter
  • Louis Robert // 25.01.2016 à 01h11

    Que vaut…?

    +++

    « COP21 : L’accord de Paris Climat 2015 est-il « une fraude » ?
    Cest ce qu’affirme le climatologue James Hansen »

    http://www.developpez.com/actu/93916/COP21-L-accord-de-Paris-Climat-2015-est-il-une-fraude-Cest-ce-qu-affirme-le-climatologue-James-Hansen/

      +4

    Alerter
  • Spectre // 25.01.2016 à 01h25

    Qui pouvait sérieusement croire que la COM21, subventionnée par les multinationales les plus polluantes et réunissant des États plus préoccupés de pacification sociale par la croissance que d’écologie, allait accoucher de la moindre solution ? Muselée par l’état d’urgence, la société civile n’eut pas même le droit de dénoncer comme il se devait cette mascarade. Mais qu’importe : tous les médias serviles ont vendu le script surfait d’une France volontariste et à l’avant-garde (Fabius, notre sauveur avec son petit marteau vert !). Rien ne nous fut épargné des péripéties haletantes et autres rebondissements jusqu’à la dernière minute : bon Dieu, ces sauvages des petites îles représentant 0,00001% du PIB mondial allaient-ils signer ? Le suspense était proprement insoutenable.

    Les vrais problèmes auront soigneusement été évités : rien sur la sortie des énergies fossiles, toujours grassement subventionnées ; rien sur l’élevage industriel, qui représente pourtant 15% des émissions mondiales de GES ; rien sur la civilisation de l’automobile, rien sur le trafic aérien ; et surtout, rien sur le dogme absurde de la croissance infinie, qui fera crever l’humanité entière sur une montagne de marchandises inutiles et nuisibles.

    Bref, l’oligarchie planétaire continue de mener tout le monde dans l’abîme avec son fantasme de “capitalisme vert” et son techno-optimisme béat (tout cela n’est pas très grave, on trouvera bien une solution technique miraculeuse aux problèmes techniques…). Comme dirait le type qui chute du 10è étage en arrivant au niveau du second : jusqu’ici, tout va bien !

    Le slogan de cette classe criminelle : “Après nous, le déluge.”

      +61

    Alerter
  • Spiridon // 25.01.2016 à 01h48

    Politiquement, l’arnaque vient du fait que contrairement à tout ce qui a été plastronné cet « accord » n’est pas ‘contraignant’.
    Techniquement, même dans cet article critique, des allusions sont faites aux lignes ferroviaires alimentées par une électricité décarbonée (que signifie cette pudeur de langage?) comme à l’accès à l’électricité des pays en voie de développement. Sous-entendant mais sans vouloir rien en dire de l’unique solution possible: l’électricité nucléaire.
    Tout le monde s’entend pour porter aux nues l’éolien et le solaire: le populisme vert, les lobbys pétroliers (en effet toute éolienne, produisant 20% du temps, garantit 80% de gaz/charbon/pétrole. Ce 20% est le compromis avec lequel les grandes compagnies scellent leur avenir). M. Fabius tord le nez sur le nucléaire. Pensez-donc! Il faut fermer Fessenheim, et ça ne fait pas « in ». Pendant ce temps-là, une fois de plus, c’est en Russie et en Chine que l’on développe, construit et organise le nucléaire du futur.

      +12

    Alerter
  • LeCassandre // 25.01.2016 à 06h44

    « Comment ce 1,5°C inatteignable est-il arrivé dans le texte ? A la suite de pressions exercées d’abord par les pays les plus vulnérables, qui en ont fait une ligne rouge… »

    Hum non. De plus en plus de scientifique signale que la limite à ne pas dépasser est bien 1.5°C et non 2°C. Ils sont de plus en plus nombreux à dire que dès 1.5°C des changements radicaux auront lieux. Et oui l’objectif de 1.5°C est irréalisable car déjà virtuellement dépassé.
    On est dans la merde jusqu’au coup, oui.
    La solution ne peut être que politique et inclus le remise en cause d’un système archi productiviste( (capitaliste) ce que ne peut concevoir la minorité qui gouverne et une grande partie de la majorité qui les élisent.

      +13

    Alerter
  • odeurdesapin // 25.01.2016 à 07h55

    Il ne s’agit pas de savoir SI on va se prendre le mur climatique dans la figure, mais plutôt QUAND. La COP21, je n’en dirais rien, juste une déambulation ridicule et néfaste.
    Lorsque l’on regarde le passé, à aucun moment la Terre n’a connu une telle accélération de présence de CO2 dans l’atmosphère en si peu de temps. (Quelques décennies, 1 siècle tout au plus). La Terre n’a jamais connu cette configuration, nous sommes donc en terrain totalement inconnu quand à l’ampleur des phénomènes qui nous attendent. Ce site ou d’autres tel que « Arctic News » (ou bien « Le Climatoblogue » pour un équivalent en Français) corroborent ces faits.
    Ce qui est sur, c’est que les hydrates de méthane vont booster le dérèglement et bien avant 2100 … pour les Anglophones, la video N°1 sur « Arctic News » des 4 meilleurs spécialistes en la matière résume bien la situation.
    D’ailleurs, fait étrange …. , 3 spécialistes britanniques des glaces de l’Arctique qui tiraient la sonnette d’alarme, surement un peu fort et avec insistance sont décédés « accidentellement » en 2013/2014, par exemple d’une chute dans l’escalier (si, si ) le « survivant » Peter Wadhams (visible sur la video d’ArticNews) a également failli mourir « accidentellement », la même année, littéralement envoyé dans le fossé par un poids lourd, dont on n’a jamais retrouvé la trace.
    Il s’est exprimé à ce sujet dans The Telegraph
    http://www.telegraph.co.uk/news/earth/environment/globalwarming/11762680/Three-scientists-investigating-melting-Arctic-ice-may-have-been-assassinated-professor-claims.html
    et d’autres endroits.
    J’ai tendance à me dire que c’est surtout la vérité qui dérange à ce point. Pour que 3 (presque 4) des meilleurs spécialistes britanniques de l’Arctique décèdent « accidentellement » la même année … statistiquement c’est parlant non ?
    « Gouverner c’est anticiper », ne cherchez pas, en France, cela ne s’est pas produit depuis longtemps. Il vaut mieux ne compter que sur soi et gouverner sa propre vie, lorsque la situation va devenir intenable, les pantins politiques et leurs comparses seront dans leur bunker climatisé … qui sera climatisé le temps que l’électricité sera disponible.
    Mon propos a l’air apocalyptique, effectivement, ce sera le cas, c’est totalement évident si l’on s’informe sérieusement. La fonction exponentielle est sans pitié. Alors y a t il une solution ? Hhhhhuuummmm, si la solution consiste a vouloir maintenir un confort de vie, non, il n’existe pas de solution.
    Etre à l’aise avec l’inconfort est un début de solution, un début seulement.
    Comme dans toutes les situations de crise, c’est dans le vécu et la manière de vivre les épreuves, et dans ce qui est révélé en soi qui pourra nous enrichir, nous sauvé éventuellement. Le « vieux monde » autour de nous va morfler grave et c’est nécessaire, toute la difficulté sera dans notre capacité à lâcher prise (le fameux lâcher prise …), alors le « nouveau monde’ c’est quoi, il est ou ?

    Pour les survivants, le « nouveau monde » il est dans notre capacité à laisser le cœur dirigé notre vie et remettre le mental à sa place, celui du serviteur. Cela n’a rien à voir avec l’infantilisme, cela renvoie plutôt à la citation de Saint Paul « Grâce à Dieu, j’en ai fini avec le vieil Homme ».

    On a le choix, soit s’accrocher et mourir, corps et âme, soit résoudre dare-dare, le temps presse, le koan zen suivant que je restitue de mémoire « Au début, les montagnes sont des montagnes, puis les montagnes ne sont plus des montagnes, puis les montagnes sont à nouveau des montagnes ». Bonne chance.

    L’idée d’un koan n’est pas de trouver « la » bonne réponse, qui ne serait qu’un remake de notre manière robotique de fonctionner, mais de réaliser une sorte de saut quantique au delà du mental que nous chérissons tant, pour découvrir « Qui nous sommes vraiment ».

    Et pour découvrir que le paradis est « ici », même si dans sa forme matérielle, ce sera le chaos selon nos critères habituels.

    Il est urgentissime de se rencontrer soi-même pour ne pas mourir étranger à soi-même.

      +15

    Alerter
  • Astatruc // 25.01.2016 à 08h02

    La France est riche, elle a les moyens de dépenser 170 millions :
    « Le budget initial était de 170 millions d’euros dont 20% pris en charge par le mécénat. Mais ce n’est rien par rapport à ce que la COP21 rapportera à la France. Selon les organisateurs, la COP21 devrait rapporter 100 millions d’euros à l’Île-de-France et jusqu’au double à la France selon le député Pascal Terrasse. »

    Donc la France paye 170 millions d’euros et l’ïle de France en récupèrerait 100……
    Pour ce qui est « du double » de Terrasse, on voit pas trop où ils sont mais bon, ils devraient y être…….c’est sûr, on peut leur faire confiance, sont meilleurs que madame Irma.
    Ils essaient de nous faire croire que cela va créer des emplois et on se rend compte que pour eux, un emploi, m^me si c’est sur 4 ou 5 jours est considéré comme un véritable emploi…..
    Bref.
    De la soupe, de l’enfumage, pour un résultat nul et toujours aux profits du maître du monde, le marché à la main invisible.
    On aurait pu économiser 170 millions d’euros en donnat ce thème à des gamins en sixième, je pense que le résultat aurait été le même et sans doute, bcp plus réaliste.
    🙂

    http://www.rtl.fr/actu/economie/une-cop21-combien-ca-coute-7780687111

      +11

    Alerter
  • valles // 25.01.2016 à 09h13

    Les nouveaux écologistes parlent d’une transition électrique, mais pour tenir la cadence, ils oublient de dirent que seul l’uranium a la capacité à en produire suffisamment, cela nous laissera peut-être un peu de répit dans l’atmosphère, mais il va falloir s’asseoir sur le petit cadeau soigneusement enterré et à périodicité millénaire laissé aux futures générations.
    À choisir entre les 30°au mois de janvier en France et les bébés à trois jambes le capital à effectivement l’art du libre choix.

      +11

    Alerter
  • Dany // 25.01.2016 à 09h20

    Les pays riches vivent depuis des années dans l’illusion que seule la croissance peut nous sauver.
    On veut maintenir à tout prix un certain niveau de vie pour les élites et les riches car pour la majorité de la population, on voit bien que le niveau de vie est en diminution constante.
    On pousse quand même à la consommation effrénée. Il suffit de voir l’émergence des centres commerciaux à la périphérie des agglomérations, les publicités à tous les coins de rue, à la tv, les piles de folios publicitaires qui nous envahissent chaque semaine, pour mesurer le degré de sollicitations auxquelles les gens sont soumis en permanence.
    Les gens s’endettent pour acheter des choses qui ne sont pas toujours nécessaires mais qui les valorisent au regard des standards préconisés.
    A cet égard, les séries télévisés jouent certainement aussi un rôle non négligeable.
    Il n’y a aujourd’hui, aucune valorisation des comportements les plus responsables et peu énergivores. Au contraire, il y a presque une stigmatisation de ceux qui veulent se détacher de ces modes de vie dispendieux.
    Celui qui ne part pas en vacances vers des pays lointains, qui se contente d’une petite voiture, ou mieux qui n’a pas de voiture du tout, qui ne change pas de garde-robe chaque année, qui cultive son jardin et se contente d’une vie somme toute assez simple, est vu comme un doux dingue, un qui n’a pas réussi…C’est aberrant.
    Je crois que la plupart des gens sont fortement conditionnés par les modèles qui leur sont présentés et que si on veut avoir un changement dans les comportements, il serait temps de valoriser des modes de vie nettement plus responsables. Malheureusement, il n’y a pas de volonté réelle à ce que les choses changent et nous irons droit dans le mur.

      +23

    Alerter
  • Crapaud Rouge // 25.01.2016 à 13h27

    Huet se livre à une attaque en règle de l’UE et de son néolibéralisme. J’applaudis bien sûr, mais il a tellement raison qu’on voit bien que rien ne pourra être fait. Les +4 ou 5 représentent déjà une prédiction quasi certaine. Il faudrait un crash économique mondial et gigantesque pour qu’il en aille autrement. Mais « le système » n’a pas envie de se suicider…

      +7

    Alerter
  • xav17 // 25.01.2016 à 15h44

    En outre, ajoute Hansen, les Chinois sont énormément motivés dans la lutte contre le changement climatique, car ils sont directement menacés par la pollution de l’air qui est si mauvaise dans leurs villes qu’ils sont obligés de passer aux énergies propres.

    Serait il possible de ne pas confondre les gaz polluants qui ne sont pas des GES avec les gaz à effet de serre tel le CO2 qui n’est pas un gaz polluant ? Sinon il faut interdire de boire des sodas !

      +2

    Alerter
  • theuric // 25.01.2016 à 19h56

    J’oubliais encore, la propulsion électrique pose un tout petit problème, les batteries sont remplies de métaux lourds, sans compter qu’il faut bien la produire, l’électricité, au charbon, au pétrole, au gaz ou au nucléaire, c’est au choix.
    Comme vous le voyez, nous n’en sortons pas!

      +1

    Alerter
    • bruno // 25.01.2016 à 21h12

      et ce que l’on appelle aussi les terres rares pour tout ce qui concerne l’électronique et ses composants qui servent au fonctionnement de cette dite « voiture non polluante ».

        +1

      Alerter
    • Delphin // 25.01.2016 à 23h44

      theuric : « Comme vous le voyez, nous n’en sortons pas! »

      Faut-il que l’aliénation (perte de l’esprit critique) soit forte pour ne pas percevoir l’évidence.

      Nous avons trop d’énergie, (fossile, dont uranium qui est fossile contrairement à l’ambiguité entretenue), beaucoup trop.

      C’est cet excès démentiel d’énergie qui a conduit à un activisme rémunérateur pour le monde dominant qui y aliène et à une organisation sociale construite autour.

      Il s’extrait environ 3 milliards de tonnes de minerais par an sur la planète (« Quel futur pour les métaux », EDP sciences 2009). La croissance est d’abord une croissance de trous.

      Une automobile : 1 t de roches extraite, les trous qui vont avec, rivières dépotoirs, nappes d’eau souterraines souillées par les produits chimiques utilisés. Il faut 400 000 l d’eau pour faire une voiture. 1 tonne à déplacer à chaque utilisation de l’engin…

      Les énergies renouvelables, qui ne peuvent donc pas et pour cause – comme le disent fort justement leurs détracteurs – remplacer les fossiles sont une chance pour une nécessité d’organisation sociale « frugale » dont nous avons humainement tout à gagner

      Il n’est pas admissible, écologiquement parlant ( se fait au détriment de la partie pauvre de la planète), que nous disposions dans notre foyer d’un poste de télévision, un lave linge, un ordinateur.

      Les renouvelables nous conduisent à des maisons de quartier ou de village, centres de tous ces appareils, avec d’autres activités (réparation, rencontres…) nous libérant de l’infrastructure individuelle nécessaire en faisant économiser énormément énergétiquement, matériellement, financièrement au collectif, pour un service supérieur (gros lave linge, avec lagunage filtres plantés de roseaux par ex. et possibilité de réutilisation de l’eau de lavage presque en circuit fermé) et en recréant du lien social.

      Se rendre au lieu pour aller voir quelque chose et non pas subir le morne robinet à image chez soi.

      La nécessité de sobriété nous conduit à des maisons terre, paille, bois, chaux, chanvre en autoconstruction partielle (reprendre du pouvoir sur sa vie), à isolation forte, gage d’un meilleur confort thermique (disparition des parois froides).

      La quasi impossibilité climatique de pétrole et assimilé met un terme à l’automobile en ville, instrument d’atteinte à la liberté de celui qui habite, au profit de la marche, vélo, tricycle couché (trike) pour les plus vieux et transports en commun électriques non nucléaire.

      Faut-il une aliénation puissante pour ne pas percevoir que l’automobile de masse détruit la notion même de voyage (« d’ailleurs »), en conduisant à la disparition progressive de l’ailleurs recherché par l’homogénéisation des cultures et le saccage induit par les millions de motorisés (+infrastructures) se rendant au petit lieu sauvage, les conduisant à toujours chercher plus loin cet ailleurs qu’ils font disparaître.

      Quant à l’avion, il est symptomatique qu’on n’évoque à son sujet que le CO2 produit et pas les oxydes d’azote réchauffistes consécutifs à la haute température des réacteurs, ni les trainées de condensation. Il faudrait probablement multiplier par 4 l’impact CO2 d’après le scientiste Sciences et Vie (dixit le spécialiste mondial affilié constructeurs Robert Sausen).

      L’utopie se situe maintenant chez ceux qui veulent croire que nous pouvons faire l’économie de ce type de changement de société.

      Pour le changement, comme le monde dominant donne le là (les adultes sont des enfants imitateurs de « leaders » qui s’ignorent, il suffit qu’ils changent pour que le monde change (du beau, mais en bois et parcimonieux).

      Delphin

        +3

      Alerter
  • vinel // 25.01.2016 à 21h46

    La démarche qui seule permettra de limiter les dégâts actuellement programmés est notre comportement.
    La société de consommation doit être remise en cause par nous mêmes.
    Les habitudes de bourins,les pratiques dévoreuses d’énergie tels les circuits longs,les déchets sous diverses formes mais surtout notre manière à concevoir le bonheur pour nous mêmes et pour nos enfants.
    Ce dernier élément constitue la clef du succès que tous les publiciste,économistes et financiers nous font ingurgiter à longueur de médias et de vie.
    La partie de la population mondiale la plus défavorisée ou pauvre est en cours d’empoisonnement.
    Les pratiques et les rêves que leur donne le monde ultralibéral sont un processus d’empoisonnement.
    Ils sont l’ultime espoir d’un monde engageant un processus de vie écologique par ce qu’ils peuvent accéder à une vie meilleure sans les structures avilissantes du vieux monde.De nombreux états de l’Inde sont dans cette démarche.
    Apres les méfaits reconnus de l’agriculture type Monsanto ayant entrainé des centaines de milliers de suicides,ils disposent d’un recul bénéfique.
    OUI,en aidant les pauvres dont le nombre s’accroit,nous pourrons avoir l’espoir d’une autre vie écologique pour une humanité en train de se fourvoyer dramatiquement au profit d’une infime minorité!

      +1

    Alerter
  • lon // 26.01.2016 à 08h18

    Les gesticulations grotesques comme la COP de Paris sont là pour masquer le fait que les conséquences du réchauffement climatique sont déjà intégrées par les divers gouvernements , à commencer par celui des EU qui n’aime rien moins que de bonnes crises chroniques ,  » to keep us sharp  » ..

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications