L’UE en grande forme, tout ça, tout ça…

Source : Express, AFP, 21-01-2016

Copenhague – Sous le feu roulant des critiques, le Danemark, inflexible, boucle jeudi l’examen parlementaire de sa réforme du droit d’asile ouvrant la voie à une spectaculaire mesure de confiscation et d’autres tout aussi contraires, selon ses opposants, aux conventions internationales.

Craignant un effet domino, le Haut-commissariat des Nations unies aux réfugiés (HCR) a dénoncé en début d’année une réforme “susceptible d’alimenter la peur et la xénophobie” dans l’ensemble des pays d’accueil des migrants.

Pour le HCR, Copenhague bafoue la Convention européenne des droits de l’Homme (CEDH), la Convention sur les droits de l’enfant et les recommandations de l’ONU sur les réfugiés.

Jusqu’à maintenant, le déluge de condamnations qui s’est abattu sur le Danemark n’a guère semblé ébranler le gouvernement de droite et son allié, le Parti populaire danois, formation populiste qui dicte la politique d’immigration du pays scandinave depuis plus d’une décennie.

La politique migratoire danoise se décide au Danemark, pas à Bruxelles“, martèle la ministre de l’Intégration et de l’Immigration Inger Støjberg, forte de l’accord passé avec les sociaux-démocrates (opposition) qui assure au texte une majorité lors d’un vote fixé au 26 janvier.

Après une première session il y a 10 jours, le Parlement siège de nouveau jeudi pour des questions au gouvernement, un exercice réglé comme du papier à musique qui ne devrait pas permettre de faire bouger les lignes.

La confiscation des effets de valeur des migrants à leur arrivée, volet emblématique de la réforme, a concentré l’essentiel des critiques. Mais d’autres articles sur les conditions de séjour et le regroupement familial font également polémique.

Copenhague veut par exemple porter de un an actuellement à trois ans le délai avant lequel le regroupement familial est ouvert à certains demandeurs d’asile ne jouissant pas du statut de réfugié.

D’après la Cour européenne des droits de l’Homme, le traitement des dossiers de regroupement familial doit être prompt, flexible et efficace“, résume pour l’AFP le directeur de l’Institut danois pour les droits de l’Homme, Jonas Christoffersen.

La directrice adjointe de l’Europe à Amnesty International, Gauri van Gulik, y voit une “discrimination” aux dépens d’une catégorie de migrants particulièrement fragiles, ayant fui des zones de guerre.

– ‘Changer les règles du jeu’ –

Plutôt que de céder, le Premier ministre Lars Løkke Rasmussen a évoqué la modification des conventions européennes ou internationales. Si, disait-il en décembre, l’afflux de migrants se poursuit, il faudra “changer les règles du jeu“.

Dans un courrier du 15 janvier, le commissaire aux droits de l’Homme du Conseil de l’Europe, Nils Muiznieks, a adressé un avertissement sans frais au Danemark.

La réforme du regroupement familial “soulève des questions de compatibilité avec l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’Homme” mais aussi la Convention des Nations unies relative aux droits de l’enfant, écrit-il.

C’est son opinion personnelle“, balaye Michael Aastrup Jensen, un haut responsable du parti gouvernemental Venstre, interrogé par l’AFP.

Le chef de la diplomatie danoise, Kristian Jensen, devait se rendre jeudi à Genève devant l’ONU pour s’expliquer sur la politique des droits de l’Homme de son pays.

Etat membre de l’UE comptant parmi ceux ayant reçu en 2015 le plus grand nombre de migrants par habitant, le Danemark estime ne plus être en mesure de financer leur séjour, ni de les intégrer. La presse nationale se fait l’écho de crispations croissantes entre la population et les migrants, à Copenhague comme en province.

Sur fond de plaintes de jeunes femmes rapportant des comportements inopportuns, une discothèque de Sønderborg, près de la frontière allemande, refuse désormais strictement l’entrée aux personnes ne parlant ni anglais, ni danois ni allemand.

Et d’après l’organisation professionnelle des cafés et restaurants danois, d’autres établissements devraient lui emboîter le pas.

A Randers, commune de 60.000 habitants (est), le conseil municipal a rendu obligatoire au menu des cantines la viande de porc, interdite dans l’islam mais très répandue dans la gastronomie locale et dont le Danemark est un producteur de rang mondial.

Source : Express, AFP, 21-01-2016
========================================================

L’Autriche plafonne le nombre des réfugiés, l’UE prise de vitesse

Vienne – L’Autriche veut fortement limiter le nombre des réfugiés sur son sol, incarnant la détermination accrue des gouvernements européens à décourager les candidats à l’asile, toujours nombreux aux portes de l’UE.

Source : l’Express, 20/01/2016

L’annonce par la coalition centriste au pouvoir à Vienne d’un plafond annuel pour le nombre des demandeurs d’asile, à partir de 2016, fait craindre à la Commission européenne un effet domino dans les autres pays.

La Commission, qui tente de promouvoir une réponse coordonnée à la crise migratoire, semble prise de vitesse par la volonté des Etats d’agir seuls, avant la fin de l’hiver et une nouvelle accélération du flux migratoire.

Pays hors UE, la Macédoine a aussi pris la décision de fermer provisoirement mercredi sa frontière avec la Grèce, y bloquant plusieurs centaines de migrants.

L’Autriche souhaite également, dans les prochains jours, ne plus laisser entrer les migrants cherchant à gagner la Scandinavie, et les refouler à sa frontière, comme le fait déjà l’Allemagne depuis que la Suède et le Danemark ont restreint, début janvier, les entrées sur leur territoire.

Croatie et Serbie ont annoncé mercredi qu’elles feraient de même et ne laisseraient désormais passer que ceux demandant l’asile en Allemagne ou en Autriche, laissant présager de situations chaotiques parmi les migrants sur la route de l’exode.

En Allemagne, on nous a dit qu’il y avait une nouvelle loi, qu’on ne pouvait pas rester ici et, le lendemain, on nous a renvoyés en Autriche“, a témoigné auprès de l’AFP Hawre, un Iranien rencontré dans un camp d’accueil près de Salzbourg (ouest) et qui souhaite se rendre aux Pays-Bas.

L’Allemagne, quant à elle, affirme encore tabler sur “une solution européenne commune“, selon le porte-parole de la chancelière Steffen Seibert.

A ce titre, Berlin a annoncé mercredi le démantèlement d’un réseau de passeurs de migrants en Méditerranée, grâce à une opération commune germano-turque et des perquisitions dans les deux pays. Cinq suspects ont été arrêtés en Allemagne, trente en Turquie, accusés d’avoir fait traverser la Méditerranée à 1.700 personnes.

Mais la défiance de l’opinion vis-à-vis de la politique d’ouverture aux migrants d’Angela Merkel a été alimentée par les violences du Nouvel An à Cologne, et la pression en faveur de mesures plus draconiennes est forte.

Les conservateurs bavarois ont profité de la décision de Vienne pour faire de nouveau entendre leur revendication d’un “plafond” de 200.000 migrants par an en Allemagne, où 1,1 million de demandes d’asile ont été enregistrées en 2015.

Le président allemand Joachim Gauck a estimé au forum de Davos que limiter l’afflux des demandeurs d’asile pouvait être “moralement et politiquement requis” en Europe, pour ne pas “laisser le champ libre aux populistes“.

Le gouvernement autrichien a annoncé vouloir limiter à 37.500 le nombre de ceux qui seront accueillis en Autriche en 2016, plus de deux fois moins que les 90.000 de l’année dernière.

– “Pression” sur l’UE –

Ces quatre prochaines années, Vienne souhaite au total limiter à 1,5% de la population autrichienne (8,5 millions d’habitants) le nombre des demandeurs d’asile supplémentaires dans ce pays, soit 127.500 personnes de 2016 à 2019.

Il s’agit aussi par cet objectif chiffré d'”exercer une pression” sur l’UE afin d’obtenir une accélération dans la mise en oeuvre de mesures pour stopper les migrants, selon les dirigeants autrichiens.

Nous avons besoin d’une forte réduction (du nombre des arrivées de migrants dans l’UE, ndlr) dans les six à huit prochaines semaines“, avant la fin de l’hiver, a également lancé le Premier ministre néerlandais Mark Rutte, dont le pays assure la présidence tournante de l’UE, aux eurodéputés réunis à Strasbourg.

Plus d’un million de migrants ont rallié le continent européen en 2015. Selon des estimations de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), 31.000 arrivées ont été enregistrées en Grèce depuis le début de l’année, soit 21 fois plus qu’en janvier 2015.

L’exécutif européen pourrait proposer en mars un nouvel outil de gestion du flux sous la forme d’une refonte du système dit de Dublin, bafoué depuis de nombreux mois.

Au lieu de faire traiter la demande d’asile par l’Etat membre où le migrant est entré dans l’UE, comme le prescrit la règle européenne, chaque Etat se verrait attribuer un quota permanent de réfugiés en fonction de sa taille, de son PIB, etc.

L’idée de la Commission est d’arriver à un système de “relocalisation” permanent, alors que le système défini en septembre ne porte que sur un nombre limité de 160.000 réfugiés.

Les températures sont désormais très basses tout au long de la route de l’exode et une fillette d’environ cinq ans ainsi qu’une femme sont mortes de froid mercredi en tentant d’atteindre l’île grecque de Lesbos au départ des côtes turques.

Source : l’Express, 20/01/2016

========================================================

Berlin critique les quotas de migrants voulus par l’Autriche

Le ministre allemand de l’Intérieur a déploré jeudi la décision unilatérale de l’Autriche d’instaurer des quotas de demandeurs d’asile et un renforcement des contrôles à ses frontières.

C’est pour ça que j’aime les Allemands…

Le ministre allemand de l’Intérieur a déploré jeudi la décision unilatérale de l’Autriche d’instaurer des quotas de demandeurs d’asile et un renforcement des contrôles à ses frontières.

“La décision de l’Autriche ne concerne que l’Autriche. Nous nous concentrons sur une solution européenne”, a déclaré Thomas de Maizière.

“Nous misons sur les solutions européennes communes qui ont été approuvées mutuellement et nous souhaitons éviter aussi longtemps que possible les solutions nationales, en particulier celles qui ont des conséquences pour les autres”, a ajouté le ministre allemand.

L’Autriche souhaite limiter le nombre de demandeurs d’asile à 1,5% de la population, une mesure étalée sur les quatre prochaines années. Environ 90.000 personnes, soit un peu plus de 1% des 8,5 millions d’habitants du pays, ont déposé des demandes d’asile l’an passé.

Cette initiative va à l’encontre des efforts déployés par l’Allemagne pour dégager une solution européenne avec le soutien de la Turquie.

Source 21/01/2016

========================================================

UE : si Schengen s’effondre, l’euro sera menacé, dit Juncker

Si l’espace européen Schengen de libre circulation venait à disparaître, c’est la monnaie unique, l’euro, qui serait rapidement menacé, a déclaré mercredi à Strasbourg le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

OB : On voit bien, ici, le coeur du projet UE : le pouvoir financier (qui permet de lutter contre la Démocratie) qui est donc autrement plus important que la libre circulation des personnes…

Revenant, devant les députés européens, sur l’incapacité des Etats à mettre rapidement en ÷uvre les mesures qui devraient permettre de contrôler les frontières extérieures face aux flux de migrants, il a souligné le “coût” d’une fermeture des frontières intérieures déjà appliquée par certains pays.

“Nous avons, pour ce qui est de Schengen, un comportement qui se caractérise par sa légèreté. Nous fermons l’une après l’autre les frontières en Europe. Lorsque nous les aurons toutes fermées, nous verrons que le coût du non Schengen est considérable”, a-t-il affirmé.

L’ancien Premier ministre luxembourgeois a évoqué les 1,7 millions de travailleurs frontaliers et les “57 millions de mouvements de transport routier transfrontalier” (par an) qui bénéficient de l’espace Schengen.

“Rien que sur le pont entre le Danemark et la Suède, le fait de la réintroduction des contrôles aux frontières comporte un coût de 300 millions (d’euros). Les pénalités, sous forme de délais d’attente aux frontières pour les camions, se chiffrent à 3 milliards”, a-t-il souligné.

“Si les frontières sont fermées, si le marché intérieur commence à souffrir de conséquences, non maîtrisées parce que non maîtrisables, de la réintroduction des frontières, il est évident que viendra le jour où on se posera la question de savoir si vraiment il nous faut une monnaie unique si on n’a plus de marché intérieur et si on n’a plus de libre circulation des travailleurs”, a conclu Jean-Claude Juncker.

Le Premier ministre néerlandais, Mark Rutte, dont le pays prend la présidence tournante de l’UE, a confirmé que la mise en ÷uvre des décisions du Conseil européen de décembre était sa priorité : création d’un corps de garde-frontières européen, de centres d’enregistrements des migrants aux frontières, relocalisation des demandeurs d’asile et concrétisation des accords conclus avec la Turquie pour aider ce pays à accueillir les réfugiés sur son sol.

“Nous sommes tous dans le même bateau. Les chiffres actuels ne sont pas viables. Le temps presse. Nous avons besoin d’une réduction rapide du nombre de réfugiés dans les six à huit semaines qui viennent”, a-t-il dit.

Source : Zaman, 21/01/2016

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

67 réponses à Migrants : Danemark, Autriche, Croatie…, la voie d’eau dans le navire UE s’élargit

Commentaires recommandés

Alain Le 23 janvier 2016 à 06h17

Et aucune explication sur le lien entre Schengen et l’euro !

Si le coût du non-Schengen serait aussi élevé, comment cela se fait-il que les états hors Schengen (la Grande Bretagne au premier chef si sensible aux coûts) ne se précipitent pas pour adhérer ?

Et les frontaliers, ils n’avaient pas de travail avant Schengen ?

Et le temps de transport entre le Danemark et la Suède n’était pas encore plus important avant le pont ?

Et les portiques installés par Ségolène pour les Thalys (et peut-être les TGV) n’induisent-ils pas des délais aussi importants pour les déplacements des personnes ? (un collectif à calculé que ceux qui prennent le TGV journellement pour travailler à Paris perdraient de 40 min à 1H par jour sans que cela n’inquiète personne)

Je sais que tout est bon pour faire farine au moulin mais les eurolâtres poussent le bouchon un peu loin dans le n’importe quoi et l’absence de logique analytique

  1. Alain Le 23 janvier 2016 à 06h17
    Afficher/Masquer

    Et aucune explication sur le lien entre Schengen et l’euro !

    Si le coût du non-Schengen serait aussi élevé, comment cela se fait-il que les états hors Schengen (la Grande Bretagne au premier chef si sensible aux coûts) ne se précipitent pas pour adhérer ?

    Et les frontaliers, ils n’avaient pas de travail avant Schengen ?

    Et le temps de transport entre le Danemark et la Suède n’était pas encore plus important avant le pont ?

    Et les portiques installés par Ségolène pour les Thalys (et peut-être les TGV) n’induisent-ils pas des délais aussi importants pour les déplacements des personnes ? (un collectif à calculé que ceux qui prennent le TGV journellement pour travailler à Paris perdraient de 40 min à 1H par jour sans que cela n’inquiète personne)

    Je sais que tout est bon pour faire farine au moulin mais les eurolâtres poussent le bouchon un peu loin dans le n’importe quoi et l’absence de logique analytique


    • Balthazar Le 24 janvier 2016 à 19h36
      Afficher/Masquer

      Mais vite que cela s’effondre leur euro-ligion !
      J’ai lu dans Investir-le Journal des Finances de fin décembre 2015 que les entreprises hors zone euro ont des marges plus élevées que les “chanceuses” qui bénéficient de leur situation en euro zone.
      C’est dingue mais c’est vrai, et ce sont des financiers qui nous le démontrent.


  2. Episnon Le 23 janvier 2016 à 06h32
    Afficher/Masquer

    Le TGV UE est devenu fou, le mieux qu’il puisse lui arriver c’est que des wagons déraillent pour le stopper.

    La majorité des migrants sont des réfugiés économiques, des hommes jeunes sans qualifications. On se demande bien pourquoi. Main d’oeuvre bon marché, et aussi facteur de chaos social (comme on l’a vu à Cologne). Les premiers à en pâtir sont les “vrais” demandeurs d’asile venus en famille.
    Les milliards donnés à la Turquie ne semblent pas avoir changé la donne. La réaction des Etats mentionnés n’est donc pas incompréhensible, une bonne intégration des personnes obéit à des règles. Leur nombre n’est pas sans importance. Ne pas confondre racisme et réalisme.

    Là encore l’UE semble incompétente ou/et manipulée par des intérêts qui ne sont pas ceux des peuples. Ni même ceux de l’économie réelle mais d’une économie virtuelle plus ou moins contrôlée par des grands groupes financiers et qui pourraient miser sur le chaos.


  3. Martina Le 23 janvier 2016 à 06h51
    Afficher/Masquer

    Ainsi d’ après nos eurocrates l’ euro serait menacé par l’ explosion de Schengen ? Se posent ils la question d’ estimer le déséquilibre financier majeur que couterait la poursuite incontrôlée de l’ invasion migratoire? Sans parler des conséquences culturelles qui in fine les rendraient pire encore y compris d’ un point de vue financier. Comme d’ habitude ces parlementaires démontrent à quel point leurs raisonnements sont simplistes et dangereux.


  4. Guillaume Le 23 janvier 2016 à 07h50
    Afficher/Masquer

    Bernard Maris en 1990 : “L’économie est une élucubration auto-entretenue, on produit des choses invérifiables, on raconte des lois sans fondement”.
    En plus d’être magnifiquement vérifiée, cette phrase s’applique à bien des grandes théories.
    Il faut toujours en revenir aux faits et aux buts et puis tenter de relier les uns aux autres.
    Ensuite, si on ne trouve pas de solution, revérifier les faits, essayer d’autres buts

    Fait: des gens veulent quitter A et pour B
    Fait: A pourrait être aussi attractif que B
    But
    Solution?


  5. Kiwixar Le 23 janvier 2016 à 07h52
    Afficher/Masquer

    En parlant de Junker, le Luxembourg accueille-t-il des migrants? Vu que le Luxembourg reçoit environ 3000 EUR par an et par Luxembourgeois de l’UE (i.e. des pays contributeurs nets comme la France)…


    • luc Le 23 janvier 2016 à 11h30
      Afficher/Masquer

      google peut t’aider : http://www.lessentiel.lu/fr/news/luxembourg/story/14084494

      le luxembourg en accueille officiellement 2000 environ sur une population de 500 000, cela fait 0,4%

      la france en accueille 20 000 environ je dirais, sur 66 millions, ce qui fait 0,03%

      l’allemagne en accueille 1 million, sur 80 millions, cela fait 1,25%

      les chiffres sont surement en décalage avec la réalité néanmoins


      • Wilmotte Karim Le 23 janvier 2016 à 19h05
        Afficher/Masquer

        Une très grosse partie de la population luxembourgeoise est étrangère.
        (vers 2008-2010: 43% de la population était étrangère).


        • SCORPIONBLEU Le 23 janvier 2016 à 22h07
          Afficher/Masquer

          Etrangers certes, mais quelle catégorie socio-professionnelle ? Des rentiers sans doute ou des fonctionnaires européens ..


          • Cherpitel Le 24 janvier 2016 à 18h19
            Afficher/Masquer

            Pas vraiment de rentier pour ce pays qui avait un ISF il y a encore tris ans…
            Mais es fonctionnaires européens oui, beaucoup grace aux institutions qui y résident. Banque européenne d’investissement, Eurostat, cours de justice …


      • Le Rouméliote Le 23 janvier 2016 à 19h59
        Afficher/Masquer

        Sauf que le PIB/hab est de 63.000 $ au Luxembourg et de 34.000 $ en France !


        • PasGlopPasGlop Le 23 janvier 2016 à 22h43
          Afficher/Masquer

          Qu’est ce qu’ils produisent tant au Luxembourg pour qu’il y ait une telle différence avec la France au niveau du PIB/Hab ?
          Et où ils sont les produits “Made in Luxembourg” dans nos magasins ?
          Et au nom de “l’harmonie des salaires dans l’UE” on alignait le salaire mini sur celui du Lixembourg (bon : les libéraux, eux ils aimeraient mieux l’aligner sur celui de la Bulgarie) Ca serait pas mal non ?
          J’ironise, j’ironise ….


          • Le Rouméliote Le 23 janvier 2016 à 23h40
            Afficher/Masquer

            Ils produisent de la finance. Autrefois, il y avait l’Arbed qui produisait de l’acier. Il ne reste que le siège, le plus beau bâtiment de Luxembourg-Ville.


          • Cherpitel Le 24 janvier 2016 à 18h16
            Afficher/Masquer

            Vous devriez comparer l’île de France avec le Luxembourg car le Luxembourg c’est la taille d’une région.
            L’explication de sa richesse est dans cette situation.
            Pays pragmatique.


      • SCORPIONBLEU Le 23 janvier 2016 à 22h03
        Afficher/Masquer

        Lorsque l’on va dans ce pays on est édifié par la situation économique. Il faudrait savoir quel type de migrants le Luxembourg accueille. Sans doute ont-ils besoin de main d’oeuvre, d’esclave pour les riches..à creuser.


        • Un quidam Le 24 janvier 2016 à 18h22
          Afficher/Masquer

          Votre approche me paraît très politique et automatique sans connaissance et réflexion sur la réalité du pays.
          Vous devriez effectivement creuser avant de commenter


        • Un quidam Le 24 janvier 2016 à 18h25
          Afficher/Masquer

          Vous seriez surpris du smig des ” esclaves”


    • Furax Le 23 janvier 2016 à 15h18
      Afficher/Masquer

      J’ajoute que le Luxembourg est aussi contributeur net au budget de l’UE.


      • Kiwixar Le 23 janvier 2016 à 21h24
        Afficher/Masquer

        Les informations sur les bénéficiaires sont assez difficiles à trouver, mais ici BFM indique que le Luxembourg est le 1er bénéficiaire de ceux qui reçoivent plus qu’ils ne versent (2352 EUR reçus par habitant) :

        = http://bfmbusiness.bfmtv.com/monde/subventions-europeennes-le-palmares-des-gagnants-et-des-perdants-850298.html =

        Ici, l’article d’Atlantico indique que le Luxembourg a reçu 1,530 milliards de l’UE :
        = http://www.atlantico.fr/decryptage/classement-etats-union-qui-recoivent-plus-argent-budget-europe-allgov-1070243.html =

        Sa contribution est de 278 millions (chiffres wikipedia 2011), le Luxembourg est donc bénéficiaire de 1,252 milliards, pour 563000 habitants, soit 2223 EUR par habitant de “bénéfice” net.

        Le Luxembourg n’est donc pas contributeur net, mais au contraire bénéficiaire net, et même 1er bénéficiaire net si on compte par habitant.


        • caliban Le 23 janvier 2016 à 22h52
          Afficher/Masquer

          “et même 1er bénéficiaire net si on compte par habitant.”

          Il paraît que son classement recule à la dernière position si on compte par nombre de boîtes aux lettres…

          Merci pour votre petite recherche.


        • Furax Le 24 janvier 2016 à 19h14
          Afficher/Masquer

          C’est incroyable mais … vrai !

          Au temps pour moi.

          C’est totalement contre-intuitif et véritablement scandaleux puisque le Luxembourg est de très loin le pays le plus riche de l’UE, avec un PIB par habitant 2,5 fois plus élevé que celui de la France ou de l’Allemagne.


  6. Max Le 23 janvier 2016 à 09h46
    Afficher/Masquer

    Ce qui se passe aujourd’hui est la conséquence de choix multiples qui ont été faits des 10enes d’années plus tôt.
    Il fut une période pas si lointaine ou le nombre d’habitants par zones géographiques correspondait aux ressources des pays notamment hydrique.
    Quelques exemples, l’Arabie Saoudite ne peut nourrir que 3 millions de personnes Maxi, elle en a quasiment 30 millions.
    Idem pour l’Egypte ou le fleuve le Nil depuis qu’il coule n’a pas adapté son débit a l’explosion démographique les déficits hydrauliques et de protéines étant compensé par des importations.
    Pour l’Inde et le Pakistan, le déficit hydrique et énergétique étant ce qu’il est ……………… c’est la guerre assuré.
    Avant la mondialisation, la population s’adaptait en nombre aux conditions locales.
    Dans le cadre d’une expansion sans fin, la mondialisation s’est installée.
    L’un des dogmes de cette mondialisation étant que plus ont est nombreux sur Terre plus il y a de consommateurs.
    La planète Terre ayant largement atteint ses limites Des zones de populations entières ont été déstabilises et le nombre d’humains est en train d’exploser créant des consommateurs potentiels, ………….. Sans pouvoir d’achat et donc sans intérêts pour les promoteurs du mondialisme.
    La marginalisation de ces populations est maintenant un fait dans les pays occidentaux elles vivent de plus en plus nombreuses d’aides sociales.
    Dans les pays du tiers monde, que ce soit par les guerres, le changement climatique, ce sont des centaines de millions d’habitants qui commencent leurs longues marches vers ce qu’ils pensent être des eldorados occidentaux y amenant leurs US et COUTUMES.
    Les mondialistes qui ont pourtant créé cette situation vont nous le faire payer, dans le sang, ils créeront des scenarios de stratégies du Chaos qui vont nous entrainer dans des cycles de violences qui n’auront rien à envier à certaines périodes passé de l’humanité.


    • luc Le 23 janvier 2016 à 11h47
      Afficher/Masquer

      Les mondialistes ont créé cette situation? je ne suis pas d’accord…

      la raison fondamentale est l’explosion démographique récente, et elle est uniquement due à l’époque particulière dans laquelle nous vivons… il y a 100 ans la population mondiale n’était que de 2 milliards, autrement dit, en 100 ans, elle a augmenté de près 400% un truc comme ça? (et pour moi ce n’est certainement pas l’hygiène médicale et autres théories qui expliquent cette augmentation, bien que les progrès scientifiques hallucinants ont accompagné le mouvement)

      le capitalisme et le consumérisme sont un fléau, ok… mais le partage des ressources était/sera inévitable, car on a encore 15 000 enfants qui meurent de faim chaque jour dans le monde je crois

      cependant, le scénario d’une 3ème guerre mondiale est privilégié par les élites, ça ne fait aucun doute pour moi, étant donné la crise financière qui arrive, ils ont toujours fonctionné comme ça…

      mais cette fois ça ne fonctionnera peut-être pas…? malgré les signes alarmants, je reste optimiste


  7. claribelle Le 23 janvier 2016 à 10h16
    Afficher/Masquer

    “Les températures sont désormais très basses tout au long de la route de l’exode et une fillette d’environ cinq ans ainsi qu’une femme sont mortes de froid mercredi en tentant d’atteindre l’île grecque de Lesbos au départ des côtes turques.”

    “On” continue à accueillir des migrants dans beaucoup de pays d’Europe (hors ceux qui ont mis des barrières physiques) et l’UE veut “obliger” tous les pays à en accepter, mais, en parallèle, rien n’est mis en place pour empêcher les morts.
    Plutôt que traiter les demandes d’asile des migrants en amont (en Turquie par ex.) et leur fournir un voyage normal (par avion ou train vers le pays d’accueil), tout en récusant définitivement les déboutés (inutile de venir par vos propres moyens, vous serez renvoyés chez vous), on continue une espèce de “Koh-Lantah” du pauvre avec prime à ceux qui “gagnent” la terre promise (bravo: vous gagnez votre statut de migrant) et tant pis pour les autres (ce qui permet de faire pleurer dans les chaumières et faire accepter encore plus de migrants – qui souffrent tellement dans leur voyage, les pauvres – aux populations européennes).
    Cynisme de l’UE: manipulation de l’opinion et mépris de la vie humaine…


    • tepavac Le 24 janvier 2016 à 05h25
      Afficher/Masquer

      juste pour ceux qui dorment ,
      O.B. désolé, cela ne va pas te plaire, mais bon il y a toujours la modération.

      Si Claribelle, beaucoup ont aidé et aident les réfugiers, ainsi;

      en Serbie les réfugiers serbes ayant perdu leur biens en Croatie donne leur maison resté en territoire croate.
      http://www.liveleak.com/view?i=500_1441475759

      en Autriche les services distribue eaux et nourriture
      http://www.liveleak.com/view?i=344_1441354394

      en Allemagne on leur offre des logements, des vélos pour adultes et enfants, des poussettes pour bébés etc…
      http://www.liveleak.com/view?i=a01_1444530043

      seulement voila, il y a cela aussi, leur remerciement en arrivant en Autriche. on dit que la vérité sort de la bouche des enfants…
      https://www.youtube.com/watch?v=u089Zx-wRX0

      En réalité ce n’est pas les réfugiers le problème, mais ceux qui ont créé ces réfugiers et qui ensuite, les ont laissé entrer sans aucun contrôle pour les plus dangereux, ni aucune disposition adéquate pour ceux que nous devons réellement donner asile et assistance.

      alors loin de vouloir apporter de l’eau au moulin du ségrégationnisme qui se nourri déjà par le fleuve des vidéos sur le web, je veux juste dire que nous sommes face à de multiples défis qui mettent en danger, non seulement notre mode de vie, mais aussi nos vies ou celles de nos enfants.

      Car ainsi que l’a très parfaitement exprimé Max plus haut, le manque de ressource vitale, conduit inexorablement à un conflit planétaire des populations. Certains en ont conscience, d’autres aussi mais ils s’en moquent car ils ont pris les devants en s’appropriant toutes les richesses qu’ils ont pu .
      …et le temps viendra du choix entre Jésus et barabas, et les gens choisiront barabas. c’est à dire la violence.


  8. monertov Le 23 janvier 2016 à 10h33
    Afficher/Masquer
    • la_nied Le 23 janvier 2016 à 11h31
      Afficher/Masquer

      Si c’est bon pour nous, pourquoi n’est-ce pas bon chez eux ?


  9. Chevrier Michèle Le 23 janvier 2016 à 10h45
    Afficher/Masquer

    Leur objectif est de nous priver de nos libertés, de faire de nous des esclaves, pendant qu’eux vont se gaver.


  10. stephp Le 23 janvier 2016 à 10h46
    Afficher/Masquer

    La guerre des pauvres contre les pauvres, voilà ce qui est mis en œuvre par oligarchie, afin qu’elle puisse garder ses privilèges, du moins l’espère-t-elle…


  11. Michel Charrier Le 23 janvier 2016 à 11h24
    Afficher/Masquer

    Personne ne parle de la Suisse qui pratique la saisie des biens personnel depuis des années, la prise en charge de la couverture sociale sous conditions, non l’Europe est gravement malade de son multiculturalisme imposé, et, les nationalismes ressuscitent car il n’y a pas de nationalité européenne, les rêves insensés prennent fin.


  12. Chris Le 23 janvier 2016 à 12h11
    Afficher/Masquer

    “OB : On voit bien, ici, le coeur du projet UE : le pouvoir financier (qui permet de lutter contre la Démocratie) qui est donc autrement plus important que la libre circulation des personnes…”
    En fait, cette libre circulation des personnes sont les soldats de choc (politique du consentement) du pouvoir financier pour laminer toutes résistances !


  13. Grenier Le 23 janvier 2016 à 12h14
    Afficher/Masquer

    Beaucoup de réfugiés sont économiques : l’Algérie, le Maroc ,l’Iran ..ne sont pas en guerre que je sache , et comme dit la chanson” où sont les femmes” ? Il semble clair que l’Allemagne a besoin de main d’œuvre bon marché..


    • patrick Le 24 janvier 2016 à 18h08
      Afficher/Masquer

      main d’oeuvre bon marché mais avec un minimum de qualification, ce qui n’est pas le cas des réfugiés venant des pays cités.
      l’Allemagne trouve de la main d’oeuvre qualifiée et pas chère venant des pays de l’Est.


  14. Julie Le 23 janvier 2016 à 12h18
    Afficher/Masquer

    et rien sur le fait que ces réfugiés se caillent et meurent dans le froid pendant que nos eurofonctionnaires bien gras discutent autour d’une bière belge (ou les businessmen de l’ONU qui leur servient de modèles)…
    la BBC montre des colonnes de gens marchant dans la neige en Macédoine, mais tiens tiens, personne ne les interviewe pour leur demander de quel camp de réfugiés ils sont sortis, par quel miracle, et s’ils ne trouveraient pas normal que les états musulmans riches payent pour leur intégration dans un pays arabe ou musulman! pas plus qu’on ne leur demande s’ils voudraient retourner en Syrie, maintenant ou plus tard, si on leur en offre la possibilité!


    • luc Le 23 janvier 2016 à 15h02
      Afficher/Masquer

      ils ont aussi plus de perspectives en europe car la population est vieillissante : en une génération ils pourraient devenir incontournables en faisant 7 enfants par femme, contre 1,5 par femme européenne… c’est une conquête en quelque sorte… beaucoup de leaders musulmans présentent les choses ainsi

      donc ils ne voudraient peut-être pas retourner en syrie car les infrastructures sociales sont lamentables, ils viennent utiliser celles d’allemagne, d’autant que merkel est d’accord…


  15. vincent Le 23 janvier 2016 à 13h50
    Afficher/Masquer

    Il faut rappeler que tout cela arrive grâce aux magnifiques action françaises et américaines au moyen orient pour promouvoir la démocratie, la liberté, le capitalisme, ouais, on recolte ce que l’on sème, mais les oligarque se moque bien des conséquence pour eux même


  16. Louis Robert Le 23 janvier 2016 à 14h19
    Afficher/Masquer

    Point de vue du HCR : « Réfugié »…

    “La majorité des personnes arrivant cette année en Italie et en Grèce plus particulièrement, proviennent de pays plongés dans la guerre ou que l’on considère comme des pays produisant des réfugiés, qui ont besoin de la protection internationale.

    Les réfugiés sont des personnes qui fuient des conflits armés ou la persécution. Leur situation est souvent si périlleuse et intolérable qu’ils traversent des frontières nationales afin de trouver la sécurité dans des pays voisins, et sont par conséquent reconnus internationalement comme des réfugiés ayant accès à l’aide des États, du HCR et d’autres organisations. On les reconnaît ainsi précisément parce qu’il est dangereux pour eux de retourner dans leur pays et qu’ils ont besoin d’un refuge ailleurs. Refuser l’asile à ces personnes aurait potentiellement des conséquences mortelles.

    Les pays gèrent les réfugiés en vertu des normes sur la protection des réfugiés et de l’asile aux réfugiés qui sont définies dans les lois nationales et les lois internationales. Les pays ont des responsabilités précises envers les demandeurs d’asile sur leurs territoires et à leurs frontières. Le HCR aide les pays à gérer ces responsabilités en matière d’asile et de protection des réfugiés.”

    http://www.unhcr.fr/55e45d87c.html

    +++

    RIEN NE JUSTIFIE que les pays européens refusent d’honorer leurs obligations, NATIONALES et INTERNATIONALES, envers les réfugiés qui leur demandent protection, surtout considérant leurs responsabilités respectives dans la destruction par les armes des pays dont sont issus ces réfugiés.


    • luc Le 23 janvier 2016 à 15h26
      Afficher/Masquer

      on est aussi en droit de douter de la parole de unhcr, comme quoi les migrants viennent en majorité des pays en guerre

      un exemple qui parle : l’enquête sur les agressions du jour de l’an à cologne conclut que la majorité des suspects identifiés sont algériens et marocains je le rappelle… mais c’est vrai qu’on peut aussi douter de la parole des autorités allemandes, qui en ont profité du coup pour dire que les demandes d’asiles des algériens et des marocains ne seraient pas acceptées car leur pays n’est pas en guerre

      mais enfin il y a surtout la révélation de l’énorme trafic de faux passeports syriens mis à jour… http://www.courrierinternational.com/une/vu-des-pays-bas-obtenir-un-faux-passeport-syrien-est-un-jeu-denfant


      • Louis Robert Le 23 janvier 2016 à 16h21
        Afficher/Masquer

        Le doute est bien.

        Le doute méthodique vaut mieux.

        Mais rien ne vaut les preuves à l’appui.

        À quand les preuves?

        Et comme le fait remarquer tintin, plus bas… ce serait bien d’identifier et d’analyser les CAUSES de cette crise européenne, mondiale même, non pas des “migrants”, non pas des “immigrants”, mais bien des RÉFUGIÉS! — Or là, il faut avoir le courage de s’attaquer aux tabous et à ceux qui les entretiennent savamment, … en choisissant d’abord judicieusement les mots que nous utilisons… histoire de caractériser correctement les réalités dont il nous faut parler et les problèmes, bien réels, qu’il nous faut régler urgemment.


        • Johnny boy Le 23 janvier 2016 à 21h12
          Afficher/Masquer

          Il faut choisir son vocabulaire judicieusement vous avez raison, trois faits clairs et nets a rappelé :
          – Ce sont d’abord des clandestins. Il existe des règles pour entrer dans un pays et solliciter un certain statut en vue d’une immigration . Ceux qui choisissent une autre voie se place en dehors de la loi.
          – On commence à comprendre que seul une proportion de clandestins viennent de pays en guerre. Quel est cette proportion? Difficile de dire mais substantielle pour le moins. Donc il y a une part de squatteurs qui profitent d’une situation de guerre pour en tirer profit.
          – quand a ceux qui viennent de Syrie ou d’Irak ils sont en écrasante majorité des hommes de 20 à 35 ans. Leur pays subit une agression extérieur tres violente. Et n’écoutant que leur courage ils fuient. Ce sont des déserteurs et des couards.

          Ces gens nuisent gravement et mettent en danger les femmes et les enfants qui eux auraient bien besoin du secours que notre devoir et notre honneur nous imposent d’offrir.


  17. BA Le 23 janvier 2016 à 15h01
    Afficher/Masquer

    A propos des pays européens hyper-endettés :

    1- Médaille d’or : Grèce. Dette publique de 301,908 milliards d’euros, soit 171 % du PIB.

    2- Médaille d’argent : Italie. Dette publique de 2192,001 milliards d’euros, soit 134,6 % du PIB.

    3- Médaille de bronze : Portugal. Dette publique de 231,906 milliards d’euros, soit 130,5 % du PIB.

    4- Chypre : dette publique de 19,116 milliards d’euros, soit 109,6 % du PIB.

    5- Belgique : dette publique de 442,552 milliards d’euros, soit 108,7 % du PIB.

    6- Irlande : dette publique de 204,209 milliards d’euros, soit 99,4 % du PIB.

    7- Espagne : dette publique de 1062,315 milliards d’euros, soit 99,3 % du PIB.

    8- France : dette publique de 2103,230 milliards d’euros, soit 97 % du PIB.


    • tepavac Le 24 janvier 2016 à 05h43
      Afficher/Masquer

      justement, la Grèce dont la commission européenne et le FMI ont si généreusement “dégraissé” tous les services de l’état, demande maintenant à ce pays sous perfusion, de mieux gérer ses frontières et de pas laisser entrer les malfaisants dans l’ UE.
      Bref ainsi que le billet d’O.B. le montre, l’Europe organise la désorganisation…


  18. willybear Le 23 janvier 2016 à 15h07
    Afficher/Masquer

    Nous sommes face a une aberration totale,
    une majorité de pays européens souffre d´un chômage endémique et croissant, terriblement couteux et dangereux (et l´Allemagne ou je vis n´est une exception que parce que l´on ne prend pas en compte la masse de mini jobs et autres boulots sous payés).

    L´Allemagne recevait jusqu´en 2014 une moyenne de 200 000 immigrants par an, ce qui est deja considérable et posait deja de gros problèmes d´intégration et de choc culturel,

    https://www.tagesschau.de/inland/fluechtlinge-229.html

    en 2015 de 1 100 000 a 1 200 000 immigrants sont arrives en Allemagne (attention a ne pas confondre les chiffres des réfugies et des immigrants), dont 75% sont des hommes jeunes sans qualification ni connaissance de la langue, encore moins de la culture européenne, et majoritairement musulmans.

    http://www.spiegel.de/politik/deutschland/sigmar-gabriel-geht-von-einer-million-fluechtlinge-2015-aus-a-1052809.html

    Le ministre fédéral de l´intérieur estime lui même que 800 000 en une année est deja beaucoup trop,

    http://www.welt.de/politik/deutschland/article145418838/800-000-Fluechtlinge-sind-fuer-Deutschland-zu-viel.html

    et l´Allemagne a deja plus de 20% de sa population d´origine immigrée.

    Je dis cela car seuls les chiffres permettent de se faire une opinion clarifiée, et vivant en Allemagne depuis plus de 4 ans maintenant je constate la rapidité du changement dans l´opinion chez mes amis allemands, qui de “bisounours bienvenue a tous” se transforme en PEGIDA (mouvement anti musulman et anti immigration massive) pourquoi pas, nos valeurs avant tout.

    D´autre part le cout d´un immigrant varie de 12 a 15 000 euros par an et par personne (environ 12 milliards d´euros/an pour l´Allemagne), sachant que la non pratique de la langue et le manque de qualification ne permettent au mieux, et aux meilleurs, de s´intégrer qu´au bout de 3 a 5 ans,
    et qu´entre temps le flux d´arrivants continue avec la création de ghettos dont le danger social n´est plus a décrire,
    la question est de savoir s´il s´agit d´accueillir sans compter avec une bienpensance appliquée sans réflexion ou de réfléchir et de savoir préparer un accueil limité, contrôlé et de qualité.

    La bombe a retardement est en place dont on ne sait la puissance, qui saura la désamorcer ?


    • tintin Le 23 janvier 2016 à 15h38
      Afficher/Masquer

      Oui, mais alors que faire.?

      je propose une solution: que tous les étrangers qui ne risquent rien rentrent chez eux (surtout ceux issus des pays qui se permettent de bombarder à tout-va au moyen orient) . Ainsi il y aura de la place pour les nouveaux immigrants !!

      Ce serait quand même bien de parler des causes de cette immigration massive, non ?


    • Geneviève B 30 Le 23 janvier 2016 à 16h34
      Afficher/Masquer

      “Mais à qui profite le crime ?” si je puis dire. Car, ce n’est pas nouveau qu’il y ait des guerres, des problèmes économiques importants dans de nombreux pays. Alors pourquoi tout d’un coup, des colonnes de migrants, comme si leurs valises étaient prêtes et s’ils attendaient le feu vert. De qui ? Et pourquoi ? Même si j’ai de la compassion pour ces foules vraisemblablement manipulées. Ne serait ce pas une autre forme de “colonisation” ? Je trouve cet épisode qui va durer très “bizarre”. Pas vous?


      • Louis Robert Le 23 janvier 2016 à 18h44
        Afficher/Masquer

        Et si tout le monde y perdait au change?

        Moi, je trouve notre destruction de l’Afghanistan, de l’Irak, de la Libye, de la Syrie, etc., etc., etc. très “bizarre”. Pas vous?

        Le président Vladimir Poutine à l’ONU: “Comprenez-vous ce que vous avez fait?”

        http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2015/10/01/31002-20151001ARTFIG00144-poutine-a-l-onu-vers-un-nouveau-yalta.php


      • stephp Le 23 janvier 2016 à 23h40
        Afficher/Masquer

        @Geneviève B 30
        “Mais à qui profite le crime ?”
        Lever la tête ! Que voyez-vous ?
        Pour ma part je vois l’oligarchie économico-banco-financière, qui nous “diverti” à grand coup de déplacement de populations, histoire que l’on regarde ailleurs (vers ces affreux pauvres qui arrivent chez nous en nombre) pendant qu’eux préparent leur avenir (sans nous pensent-ils peut-être…)


  19. BA Le 23 janvier 2016 à 15h11
    Afficher/Masquer

    Le patron du MEDEF déclare : « Les migrants sont un atout pour la France. »

    http://www.leparisien.fr/economie/patronat-pour-gattaz-les-migrants-sont-un-atout-pour-la-france-11-09-2015-5083327.php

    Pourquoi le MEDEF veut-il que l’Union Européenne continue à accueillir des migrants ?

    Pourquoi les grands patrons européens veulent-ils que l’Union Européenne continue à accueillir des migrants ?

    Pourquoi les politiciens de la droite ultralibérale veulent-ils que l’Union Européenne continue à accueillir des migrants ?

    Pourquoi les économistes ultralibéraux veulent-ils que l’Union Européenne continue à accueillir des migrants ?

    Pourquoi le FMI veut-il que l’Union Européenne continue à accueillir des migrants ?

    Réponse :

    Parce que ça tire tous les salaires vers le bas.

    Vendredi 22 janvier 2016 :

    Le FMI prône une intégration rapide des migrants au marché du travail.

    Le Fonds monétaire international plaide dans un rapport pour une intégration rapide des migrants sur le marché du travail. Mais certains économistes craignent une concurrence déloyale.

    Autoriser les réfugiés à travailler pendant l’examen de leur dossier, mais aussi et surtout, pouvoir les payer moins que le salaire minimum là où il est en vigueur : c’est ce que propose ce rapport du Fonds monétaire international (FMI) pour intégrer les migrants sur le marché de l’emploi, présenté par sa directrice générale Christine Lagarde mercredi au World Economic Forum (WEF) à Davos.

    Les dépenses publiques liées à leur accueil risquent en effet de peser sur les finances des Etats, et il faut trouver des solutions. Pour le FMI, l’impact économique de cette vague migratoire dépendra de la capacité des réfugiés à pouvoir travailler rapidement et sans que les employeurs ne doivent forcément leur verser le salaire minimum.


    • SCORPIONBLEU Le 23 janvier 2016 à 22h21
      Afficher/Masquer

      Relisez “l’Horreur économique”, ouvrage de Viviane Forester, tout ce que nous vivons depuis près de 16 ans est décrit clairement.
      Les ploutocrates du monde entier souhaite une masse de pauvres, qu’elle s’entretue, meure n’est pas leur problème.
      Les classes moyennes devenaient trop cultivés et qualifiés, cela devait fini. Belkacem e France est le bras armée du capitalisme financer totalement destructeur.

      La beauté, la finesse d’esprit, tout disparait à une vitesse hallucinante ! Commet agir ?


      • stephp Le 23 janvier 2016 à 23h49
        Afficher/Masquer

        @SCORPIONBLEU

        “Comment agir ?”
        Alors que la multitude reste enfermée dans la caverne et que tout est fait pour qu’elle n’est point envie d’en sortir, et mieux en effet, pour qu’elle s’y auto-détruise…(Cologne le soir du 31/12, mèche longue ou mèche courte ?)

        Bonne question


  20. Vénus Le 23 janvier 2016 à 16h27
    Afficher/Masquer

    Il n’y a pas que l’Europe qui est préoccupée par la crise migratoire. Je viens de regarder une émission-débat sur la première chaîne russe, avec la participation de plusieurs journalistes et analystes européens, dont Xavier Moreau par exemple. La Russie craint qu’en cas de la fermeture des frontières de l’UE, le flux migratoire se dirigera vers les pays de l’Asie centrale et la Russie.
    Un des participants a évoqué l’hypothèse que l’Europe soit victime de l’arme migratoire pour affaiblir sa position lors des négotations du TAFTA en mai-juin 2016. Voici ce passage pour ceux qui comprennent le russe:
    http://www.1tv.ru/sprojects_edition/si5962/fi43217
    En outre, les Russes ne comprennet pas comment l’Europe a pu se faire avoir, et notamment par ce qui s’est passé à Cologne.


    • Chris Le 23 janvier 2016 à 17h25
      Afficher/Masquer

      “les Russes ne comprennent pas comment l’Europe a pu se faire avoir, et notamment par ce qui s’est passé à Cologne”
      Parce qu’ils ont encore en tête les slogans répétés jusqu’à plus soif que les Occidentaux sont les meilleurs et vivent dans des pays de Cocagne, alors que notre confort petit bourgeois nous a transformé en zombies dans un décor de carton-pâte.
      Nous, nous avons pas eu 10 années Yeltsine pour nous remettre les yeux en face des trous, mais au train où vont les événements, le réveil va être très douloureux.


    • Ari Le 25 janvier 2016 à 17h00
      Afficher/Masquer

      Bonjour,
      @Venus,
      En quoi l’arme migratoire pourrait-elle favoriser l’accord pour les traités transatlantiques ?

      (Je ne comprends pas le Russe)


  21. DUGUESCLIN Le 23 janvier 2016 à 17h30
    Afficher/Masquer

    Si un million d’immigrés rapportent à la Turquie 3 milliards d’euro, on peut penser que le chantage risque d’être juteux, et que cela ne s’arrêtera pas. Sauf, peut-être, si l’entrée de la Turquie dans l’UE s’accélère, si on ferme les yeux sur son soutien à Daesh et le trafic du pétrole?
    Sans parler des passeurs, des faux passeports, de son financement ainsi que des manuels du parfait petit immigré qui leur sont fournis. Le coût d’une telle immigration de masse permet de s’interroger sur le financement.


  22. Kiwixar Le 23 janvier 2016 à 19h56
    Afficher/Masquer

    Le Japon accepte 27 réfugiés en 2015 (taux de réjection : 99%)

    http://www.rt.com/news/329926-japan-refugees-immigration-27/


  23. Le Rouméliote Le 23 janvier 2016 à 20h05
    Afficher/Masquer

    Enfin une bonne nouvelle de Juncker ! Que Schengen s’effondre, l’euro avec et lui dans les poubelles de l’histoire !


  24. BA Le 23 janvier 2016 à 21h47
    Afficher/Masquer

    Rappel :

    Le Japon est la 3ème puissance économique du monde.

    Le Japon connaît le plein-emploi : il y a seulement 3 % de chômage.

    Samedi 23 janvier 2016 :

    Japon : 7 586 réfugiés demandent l’asile … seuls 27 réfugiés l’obtiennent !

    Le Japon est intransigeant : il a accepté seulement 27 réfugiés et rejeté la quasi-totalité des demandes d’asile en 2015. Les défenseurs des droits de l’homme pressent le gouvernement d’en accepter davantage. Le ministère de la Justice a indiqué samedi que le Japon avait reçu 7 586 demandes d’obtention du statut de réfugié – un record -, ce qui signifie que 99 % des demandes ont été rejetées.

    Parmi les demandeurs d’asile, cinq étaient syriens, et seulement trois d’entre eux ont obtenu le statut de réfugiés, loin derrière le flot de migrants qui sont arrivés en Europe en provenance de ce pays du Moyen-Orient dévasté par la guerre. Le Japon a longtemps été réticent à l’idée de laisser des réfugiés pénétrer dans sa société homogène et a fortement restreint le nombre de personnes acceptées.


    • Furax Le 24 janvier 2016 à 11h47
      Afficher/Masquer

      Et en même temps le Japon est en récession.

      Si le chômage y est si bas, c’est parce que la population active baisse du fait de vieillissement très marqué d’une population qui ne fait plus beaucoup d’enfants, et aussi grâce à la très forte flexibilité du marché du travail.


  25. Andrae Le 23 janvier 2016 à 22h21
    Afficher/Masquer

    Schengen (pas UE, mais un accord entre différentes Nations, p. ex. La Grande Bretagne n’est pas signataire, mais la Suisse, oui), représente dans l’imagination des dirigeants UE, le ‘bonus’ pour ‘le peuple.’

    Cad. de pouvoir traverser des frontières sans tracasseries en tant que touristes, utiliser l’euro (dans certains pays), et ‘profiter’ de certains autres accords, comme ERASMUS, et autres, qui, eux, encore une fois, ne sont pas directement liés a Schengen.

    L’installation d’un pays UE -> autre pays UE a été facilité (? pas sur), pour l’emploi, etc. mais ceci avec bcp de barrières et règlements qui ne sont pas visibles pour les 90% qui ne bougent jamais de chez eux!

    Autorisations, professions protégées, ou dites reglementées, qualifications non acceptées, versements > pensions qui ne marchent pas du tout, on perd le max, difficultés pour les conjoints/partenaires, parfois double imposition, etc. etc. dans l’UE.

    La France (ce n’est qu’un ex.) a des barrières très strictes. Plus de 50 professions. Toutes les professions libérales et bien sur tout poste à l’Etat est vérouillé.

    D’un wiki (confus) parmi lesquelles celles d’huissier de justice, de notaire, de personnel navigant professionnel, de directeur de publications de presse, de concessionnaires de services publics ; 35 professions sont soumises à une condition de nationalité communautaire, tels les vétérinaires, les directeurs de salles de spectacles, les débitants de tabac ou les dirigeants de régies, entreprises, associations ou établissements des services extérieurs des pompes funèbres, ainsi que la plupart des emplois relevant d’un Ordre professionnel dont notamment, les avocats, médecins, chirurgiens-dentistes, sages-femmes, experts-comptables, architectes, pharmaciens, et géomètres experts ; de même, les débitants de boisson, les dirigeants d’entreprises de surveillance, de transport de fonds, de protection des personnes, ou de gardiennage….

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Droit_des_étrangers_en_France

    C’est une jungle…Le point important c’est que Schengen, par rapport à tout ca, n’est qu’un mirage de pub ridicule et ne veut absolument rien dire! Ou ne sert qu’à importer des travailleurs de très bas niveau à des salaires minus…

    Bien sur, le haut de gamme, les riches, ne sont pas affectés.


  26. Gier 13. Le 24 janvier 2016 à 09h29
    Afficher/Masquer

    Je trouve amusant que Junker et Cie veuillent accueillir tant de réfugiés au nom des droits de l’homme et d’une certaine conception de la démocratie, quand on les respecte si peu avec la Grèce, membre de l’UE…
    Décidément, nous vivons une époque formidable.


  27. Max Le 24 janvier 2016 à 11h37
    Afficher/Masquer

    L’une des choses étonnantes est le lien entre beaucoup d’associations d’aides aux migrants, qui aident à l’installation de ces mêmes migrants dans des villes et villages (y compris contre l’avis des populations locales) contre rémunérations et les sociétés de Mercenaries du genre Blackwater/academi.
    Ce n’est pas une interdépendance volontaire mais de faits.
    Pour une société de mercenaires, la guerre signifie des contrats financiers si ensuite cela a comme conséquence l’exode des populations, ils s’en foutent, ce qui compte pour eux c’est l’augmentation de leurs chiffres d’affaires.
    A l’autre extrémité on a des associations d’aides aux migrants, payés par nos impôts, et plus il y a de migrants plus elles touchent de subventions, elles ont donc intérêt a ce que le flot de migrants ne se tarissent pas.
    Quand un maire accepte d’en recevoir, elles arrivent avec un kit tout prêt, le maire, la préfecture, le département, la région, l’état n’ont plus qu’à payer la dime à l’ONG.
    Dans cette crise des migrants, deux idéologies en apparences opposés trouvent un point de convergence. …………dans la continuation de la guerre.


  28. Furax Le 24 janvier 2016 à 11h56
    Afficher/Masquer

    L’UE est au bord de l’effondrement. L’édifice est tellement vermoulu qu’il suffit d’une bourrasque pour qu’il s’effondre.

    Et les branquignols qui siègent à la tête de la commission européenne, sans parler de Tusk, feraient mieux de la fermer et de se faire discrets parce que, chaque fois qu’ils l’ouvrent, ils déclenchent la colère des opinions publiques.

    Jamais je n’aurais imaginé que ces personnes seraient d’une arrogance aussi stupide.

    Ils osent tout : attitudes et propos profondément anti-démocratiques.

    C’est à cela qu’Audiard reconnaissait ce type de personnages.

    Les États sont, les uns après les autres, en train de résilier toutes les compétences politiques que les institutions européennes s’étaient fait donner et dont elles abusent.

    Il n’y a que le marché commun qui tienne encore. Et l’euro-mark qui soutient les pays d’Europe du sud comme la corde soutient le pendu.

    Il suffit que les taux d’intérêts remontent pour que l’euro soit balayé.

    Le seul truc qui


    • Furax Le 24 janvier 2016 à 12h16
      Afficher/Masquer

      Le seul truc qui empêche le plus grand nombre de bien mesurer la situation, c’est l’incapacité des politiques, des penseurs et des médias à envisager une autre voie.

      On va donc continuer dans la schizophrènie en expliquant que puisque cette Europe là dysfonctionne, il faut aller encore plus loin dans tous les mécanismes qui font que ça dysfonctionne de manière si visiblement nuisible.


  29. BA Le 24 janvier 2016 à 21h18
    Afficher/Masquer

    A Calais, ça dégénère.

    Dimanche 24 janvier 2016 :

    Calais : Un riverain excédé brandit un fusil devant la manif de soutien aux migrants.

    A Calais, la manifestation de soutien aux migrants s’est heurtée, samedi, à un petit groupe de riverains excédés…

    La vidéo donne un aperçu de l’exaspération de certains riverains de Calais. Un internaute a fait parvenir à plusieurs journalistes, dont la rédaction de 20 Minutes, une vidéo d’un face-à-face très tendu entre des habitants de Calais et la tête de la manifestation de soutien aux migrants, samedi 23 janvier. L’un des habitants a même, un temps, brandi une carabine avant de se laisser raisonner.

    Le cortège, qui comptait environ 2.000 personnes selon l’AFP, s’est élancé vers 14h du camp de réfugiés (la « jungle ») pour rejoindre le centre-ville, soutenu par le Nouveau Parti Anticapitaliste, le Mrap, EELV, la CGT, SUD, la Ligue des Droits de l’Homme….

    Des débordements ont été constatés avec notamment un graffiti « Nik la France » apposé sur la statue de Charles et Yvonne de Gaulle.

    Face à face à l’entrée d’une rue.

    C’est à l’entrée d’une rue que deux riverains attendaient les manifestants avec, visiblement, la ferme intention de leur interdire le passage. Quelques manifestants s’écartent mais d’autres le prennent visiblement comme un défi. Retranché devant l’entrée de sa maison, l’un des riverains ressort alors avec une carabine.

    Fort heureusement il ne semble pas vouloir s’en servir, si ce n’est pour impressionner l’assistance. D’autres habitants le contiennent, pendant qu’un militant associatif, venu de la région parisienne (Amany Kanouté, selon le blog du collectif Our eye is life), s’emploie à calmer les esprits, avec beaucoup de mal.

    La vidéo dure 2 minutes 39 :

    https://www.youtube.com/watch?v=Pc1G_pa1-c8


  30. thmos Le 25 janvier 2016 à 10h51
    Afficher/Masquer

    Pas un mot sur les causes de cette immigration, jamais les USA ne sont identifiés dans ses annonces de comptable de l’apocalyps€, ni les Sarkorazzias qui ont détruit les pays de ces malheureux. Pas d’Euro sans Shengen, le “pas de bras, pas de chocolat” version Juju la Défisc’! Menacer des peuples après avoir baffoué leur volonté ressemble à une com’ du désespoir. ( l’ UE se flingue dans son Junker. “J’essuie Drahi !” puis on entendit une détonnation…) La reconstruction ne se fera donc pas avec ces repeuplements par remplacement mais avec les européens collaborant pacifiquement dans l’intérêt de leurs nations respectives.


  31. Ari Le 25 janvier 2016 à 16h00
    Afficher/Masquer

    Bonjour,

    On parle beaucoup des passeurs et des migrants qui arrivent comme ils peuvent, à pieds, dans le froid.
    Pourtant il y a (aussi) un flux très important, environ 4000 personnes par jour, et très organisé qui est en place. Les personnes sont amenées par le train.
    Ce flux est fait avec l’accord de certains gouvernements, et grâce aux ONG.
    Une vidéo montre cette organisation :
    https://www.youtube.com/watch?v=tJbwLcwZEkQ
    Même si je ne partage pas les opinions de la tv qui a fait ce reportage, cela ne les empêche pas de montrer des choses intéressantes.

    Mon questionnement est qui finance ces ONG ?
    Difficile d’avoir des informations claires à ce sujet. D’ailleurs si quelqu’un avait des informations…
    Il n’y a pas que les dons des particuliers, loin de là.
    L’UE, et des institutions publiques au sein de chaque pays peut donner.
    Ex : l’Agence Française de Développement donne 5 millions à quelques ONG pour l’accueil des réfugiés syriens : http://www.afd.fr/home/AFD/nospartenaires/ONG
    Les aides aux ONG s’effectuant par projet, cela permet de choisir les actions à financer, donc d’avoir une influence politique.


Charte de modérations des commentaires