Les Crises Les Crises
7.avril.20207.4.2020 // Les Crises

Coronavirus : “Je suis effondré et fatigué”, les témoignages poignants des personnels soignants à Toulouse

Merci 1
J'envoie

Source : France 3 Occitanie, Sylvain Duchampt, 19-03-2020

Depuis le début de l’épidémie, les personnels soignants sont en première ligne contre le coronavirus. A Toulouse, les témoignages de leur quotidien se multiplient sur les réseaux sociaux : la fatigue, la détresse, le manque de moyens.

Avec le confinement et la surcharge de travail, ils sont devenus les lieux où l’on raconte son quotidien de médecin ou d’infirmier. Le manque de moyens, la fatigue, la colère, la peur, la peine, et parfois l’ingratitude des malades et de leurs proches.
Les réseaux sociaux sont les réceptacles des témoignages de nombreux personnels soignants de Toulouse faisant face à l’épidémie de coronavirus.

Celui de Marie (nom d’emprunt), infirmière, est particulièrement relayé en ce jeudi 19 mars. Un échange par texto que son amie a finalement décidé, d’elle même, de partager sur twitter.

Au bord de la rupture

« Je suis effondrée et fatiguée, commence la jeune femme avant de raconter son exaspération face à l’inconscience et à l’incivisme des Toulousains. J’en ai marre de voir ses vidéos de gens qui sortent, qui s’en foutent… il y a des gamins qui jouent dehors toute la matinée et quand je suis rentrée à 21h ils étaient encore là, sur mon parking en train de jouer entre voisins… j’ai l’impression de prendre des risques pour rien, de me tuer au taf pour rien, de lundi à aujourd’hui j’en suis à 38 heures de taf. J’ai 6 collègues à l’arrêt parce qu’ils ont chopé cette merde. Notre stock de masques baissent à vue d’oeil, de gel également. Certains collègues ont eu leurs voitures fracturées parce que les voisins savent qu’ils sont infirmiers. »

Puis, elle se confie sur une personne dont elle a eu à s’occuper : « Lundi après-midi, j’ai hospitalisé un monsieur de 48 ans, sans antécédents médicaux. Il avait juste de la fièvre, il toussait et avait des maux de ventre. On lui passe le test. Il est positif. Je l’hospitalise d’urgence parce qu’il se plaint également de douleurs thoraciques. Il est à 100% d’oxygène lundi. Ce matin, il est descendu brutalement à 20.
Je l’ai passé en coma artificiel et sous respirateur. Ce monsieur pleurait avant de fermer les yeux. Pas parce qu’il avait peur mais parce qu’il était seul. Interdiction pour sa femme et ses 6 enfants de venir le voir. Il m’a dit « c’est donc ça ma mort. Seul à l’hôpital, sans mes enfants autour de moi et trois personnes à mon enterrement. » Je lui ai promis de tout faire pour qu’il ouvre les yeux de nouveau. Il est décédé ce soir à 19h50. Je suis fatiguée et au bord de la rupture.
 »

Aucun décès dû au coronavirus en Haute-Garonne n’est officiellement confirmé par l’Agence Régional de Santé (ARS) de santé. L’ARS dément même ce cas.

Contactée, Marie, « par discrétion » et par devoir de réserve, ne souhaite pas répondre aux questions et aller plus loin dans son témoignage.

Trois jours plus tôt, c’est une proche d’un médecin réanimateur toulousain qui rapportait la colère de ce soignant face au manque de moyens et du peu considération pour le personnel hospitalier.

Plus de masques, pas assez de moyens

Avec toujours ce constat : l’irresponsabilité des habitants : « Les gens sont hallucinants. Ils continuent leur vie comme si de rien n était ! Mulhouse et Strasbourg sont sous l’eau après déjà 15 jours de guerre. Nous, cela devrait arriver cette semaine à Toulouse, estime-t-il avant de reprendre. L’hôpital est à l’arrêt. Tout a été transformé, les blocs arrêtés sont customisés en réa, les salles de réveil aussi. Il n’y a plus de distinction de spécialités désormais on devient tous des Covidologues.

Tous les lits sont réattribués. Je suis effaré que ceci ne sorte pas dans la presse. On sait depuis plus de 15 jours qu’il faut une quarantaine et contraindre les gens au confinement mais on a laissé faire ces élections inutiles et on va annoncer mardi la quarantaine. Sauf que là on aura perdu encore de précieux jours.

Par ailleurs, on a utilisé des masques et du gel pour ces putains d élections alors même que l’on n’a plus dans les hôpitaux. Sur le CHU de Toulouse on a 14000 masques chirurgicaux c’est dérisoire: de quoi tenir 3-4 jours seulement !

On vient de nous annoncer par mail que désormais les masques chirurgicaux se garderaient 8h alors que l’on sait qu’ils fonctionnent pour 2-3 heures maximum. On ne peut utiliser les masques que si nous mêmes soignants pensons être Covid positif (pas de test pour les soignants!!) ou si le patient est positif. Normalement dans ce cas, on devrait non pas utiliser des masques chirurgicaux mais des ffp2 mais il y a en trop peu. En gros quand on va bosser il y a la probabilité dans l’équipe qu’il y ait un ou plusieurs collègues Covid+ mais on ne le sait pas car ils sont souvent asymptomatiques pendant 7-10 jours et qu’ils ne sont pas testés.

Sentiment de mépris

Et on n’a pas le droit de porter de masque pour se protéger. Quel mépris des soignants alors même que 5 min avant on nous ordonne de se porter volontaires pour des gardes en plus ! Les tableaux de gardes ont été triplés. Mon fils dort dans la chambre d’à côté. On va devoir s’en séparer pendant la quarantaine car on risque de le lui transmettre. Je n’arrive pas à trouver le sommeil. Je suis censé aller au front demain et tous les autres jours sans tenue de combat. Ma femme y est déjà. C’est hyper angoissant et stressant. »

Une angoisse à laquelle se mêlent du désarroi et de l’incompréhension. Car même si depuis mardi les appels à applaudir le soir en hommage des médecins et infirmiers, la réalité n’est pas toujours aussi rose.

« C’est normal que vous, vous l’attrapiez mais pas moi ! « 

L’infirmière toulousaine, Marie témoigne ainsi d’une anecdote : » Une patiente, vers 16 heures a de la toux et de la fièvre. Elle me dit « donnez moi un masque ! » Je lui réponds « j’allais le faire madame. Je n’ai que deux bras et le « s’il vous plaît » n’est pas en option. » Là elle s’énerve sur moi, me gueule dessus et finit par me cracher : « vous avez signé pour ça ! C’est votre boulot. C’est normal que vous, vous l’attrapiez mais pas moi ! C’est votre travail de me soigner ! ». Comment veux tu tenir le coup…. »

Comme une réponse, un autre docteur toulousain assuresur les réseaux sociaux : « Nous les soignerons, le cas échéant, car nous soignerons tous ceux qui auront besoin de nous, du mieux que nous le pourrons. »

Le médecin conclut : « Je vous en conjure : profitez de votre confinement pour réfléchir au mal que vous nous faites avec vos critiques de canapé, vos injures, votre égoïsme. Vous pouvez, les rageux, les moi-je, tourner 7000 fois votre langue dans votre bouche avant de nous adresser vos sentences. Nous n’avons pas le temps. Ni de voir nos propres enfants, ni d’être vos parents. »

Source : France 3 Occitanie, Sylvain Duchampt, 19-03-2020

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications