Les Crises Les Crises
19.octobre.202019.10.2020 // Les Crises

Covid-19 et Grippe de 1918 : deux virus hautement politiques

Merci 347
J'envoie

Source : CNBC, Berkeley Lovelace Jr
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

POINTS CLÉS

  • Le virus de 1918 était également un « nouveau » virus, c’est-à-dire qu’il était inédit.
  • Comme le Covid-19, personne n’était immunisé contre lui, et il était très infectieux, se propageant par des gouttelettes respiratoires qui passent lorsqu’une personne infectée tousse ou éternue.
  • Plusieurs villes ont mis en place des directives sur le port des masques, les décrivant comme un symbole de « patriotisme de guerre », mais certains ont refusé de s’y conformer ou de les prendre au sérieux.

Des membres de la Croix-Rouge américaine évacuent les victimes de la grippe en 1918.
St-Louis Post-Dispatch | Tribune News Service via Getty Images

En moins de neuf mois, le coronavirus s’est rapidement propagé à plus de 33 millions de personnes dans le monde, tuant plus d’un million de personnes et devenant la troisième cause de décès aux États-Unis, derrière les maladies cardiaques et le cancer.

Rien dans l’histoire récente ne se compare à une crise contagieuse de cette ampleur, selon les historiens qui étudient les maladies infectieuses et les catastrophes. En 2009, la pandémie de grippe H1N1 a infecté environ 60,8 millions de personnes au cours de sa première année, mais le virus n’a pas été aussi virulent que le Covid-19, tuant entre 151 700 et 575 400 personnes dans le monde, selon les Centres de contrôle et de prévention des maladies. Le MERS, un autre coronavirus apparu en 2012, était beaucoup plus mortel que le Covid mais nettement moins contagieux avec seulement 2 494 cas signalés.

Le Covid-19 est « un virus effrayant et certainement un virus que vous ne voulez pas attraper », a déclaré Howard Markel, médecin et historien médical à l’Université du Michigan. « C’est un virus très dangereux, très astucieux et furtif. »

Le virus de 1918 était également un « nouveau » virus, c’est-à-dire qu’il était inédit. Comme le Covid-19, personne n’était immunisé contre lui, et il était très infectieux, se propageant par des gouttelettes respiratoires qui passent lorsqu’une personne infectée tousse ou éternue.

Des symptômes différents

Les virus ont attaqué le corps de différentes manières. Le Covid-19 peut être bénin, ne provoquant parfois aucun symptôme, ou grave – mettant les patients dans les hôpitaux et sous respirateur pendant des semaines et leur laissant des effets persistants de fatigue et de toux pendant des mois. Le Covid-19 peut également être imprévisible, stressant pratiquement tous les systèmes du corps, y compris le cœur, les reins et le cerveau.

La pandémie de grippe de 1918 est survenue en trois vagues, au printemps 1918, à l’automne 1918, à l’hiver et au printemps 1919, selon le CDC. [Centers for Disease Control and Prevention, NdT]

La grippe de 1918 a tué 50 millions de personnes dans le monde entre 1918 et 1919, dont 675 000 Américains, selon le CDC. On estime qu’un tiers de la population mondiale a été infecté par le virus.

La première vague de grippe de 1918 s’est accompagnée des symptômes habituels de la grippe : fièvre, nausées, douleurs corporelles et diarrhée. La deuxième vague a été nettement plus grave. Elle pouvait s’installer soudainement, tuant les patients dans les jours ou même les heures qui suivaient le début des symptômes. Le virus provoquait le remplissage de leurs poumons par du liquide et le manque d’oxygène faisait bleuir leur peau jusqu’à ce qu’ils suffoquent.

Il n’y avait pas non plus de vaccin contre la grippe de 1918 et, comme pour le Covid-19, la crise était très politisée aux États-Unis.

« Nous étions engagés dans la Première Guerre mondiale et c’était un effort très patriotique. Vous savez, la guerre pour mettre fin à toutes les guerres », a déclaré Markel. « Ils envoyaient des jeunes hommes dans des défilés. Les femmes étaient laissées derrière, mettaient en place des unités de la Croix-Rouge et faisaient des bandages et toutes sortes de choses, envoyant les hommes au loin de manière appropriée ».

La pandémie s’est mêlée à la ferveur patriotique, a-t-il dit.

Comme aujourd’hui, les écoles et les entreprises ont été fermées et les personnes infectées ont été mises en quarantaine, selon influenzaarchive.org.

1918 : les directives sur les masques

« Vous avez dit aux gens de se laver les mains, de ne pas tousser sur leurs voisins, de rester à la maison, de ne pas s’approcher des autres », a-t-il dit. « C’était un acte patriotique de ne pas tousser sur les gens ou de rester à la maison si vous étiez malade ».

Mais ce qui a vraiment suscité une réaction négative du public, ce sont les recommandations sur les masques. Il s’avère que la résistance au port des masques n’est pas nouvelle. Lors de la pandémie de 1918, les gens les appelaient des pièges à saleté et certains faisaient des trous dedans pour pouvoir fumer le cigare.

En Europe, le commandement suprême italien a demandé aux habitants de ne pas affaiblir leurs villes en ne portant pas de masque. Plusieurs villes américaines ont mis en œuvre des directives, les décrivant comme un symbole de « patriotisme en temps de guerre ». À San Francisco, le maire James Rolph a déclaré que « la conscience, le patriotisme et l’autoprotection exigent une conformité immédiate et stricte », selon influenzaarchive.org. Mais certains ont refusé de s’y conformer ou de les prendre au sérieux, a déclaré M. Markel.

Les habitants de San Francisco considéraient les masques comme une nuisance, tandis que d’autres éprouvaient du ressentiment pour avoir été contraints de les porter, a-t-il dit. Certains d’entre eux ont été arrêtés.

« Une femme, avocate du centre-ville, a fait valoir au maire Rolph que l’ordonnance sur les masques était « absolument inconstitutionnelle » parce qu’elle n’avait pas été promulguée légalement, et qu’en conséquence, chaque policier qui avait appréhendé quelqu’un pour le masque était personnellement responsable », selon influenzaarchive.org.

Nouvelles de la pandémie

En 1918, les nouvelles ne circulaient pas aussi rapidement qu’aujourd’hui avec Internet et les smartphones, mais elles ne pouvaient pas non plus être manipulées autant qu’aujourd’hui et les journaux publiaient au moins six ou sept éditions par jour à l’époque, a déclaré M. Markel. Les départements de santé publique des États ont également organisé régulièrement des points de presse publics, a-t-il ajouté.

« Si vous vouliez y participer, tout était là », a-t-il dit.

Des techniciens médicaux d’urgence (EMT) montent un patient dans une ambulance et portent un équipement de protection, alors que l’épidémie de maladie à coronavirus (COVID-19) se poursuit, à New York, le 24 mars 2020.
Stefan Jeremiah | Reuters

Certains journaux ont qualifié le virus de « grippe espagnole », même si le premier cas connu a été signalé dans une base militaire du Kansas. L’Espagne est restée neutre tout au long de la Première Guerre mondiale et a fait librement état du virus, donnant l’impression que l’épidémie y était grave. Les journaux ont fini par l’appeler « grippe » ou « épidémie de grippe », a déclaré M. Markel.

Woodrow Wilson contre Donald Trump

En outre, certains rapports ont suggéré que le président de l’époque, Woodrow Wilson, a minimisé l’importance du virus, mais c’est « une erreur et une légende de l’histoire populaire », a déclaré Markel. Wilson, qui allait plus tard contracter le virus, organisait et commandait l’effort américain pendant la Première Guerre mondiale et une fois la guerre terminée, il s’est embarqué pour Paris, où il est resté jusqu’en avril 1919, organisant un traité de paix et la Société des Nations, a déclaré Markel.

« Le gouvernement fédéral a joué un très petit rôle dans la santé publique américaine à cette époque. C’était principalement le rôle des villes et des États et ces agences ne le minimisaient pas », a-t-il déclaré.

Contrairement à aujourd’hui, il n’y avait pas de CDC ni de service national de santé publique. La Food and Drug Administration existait, mais elle était composée d’un très petit groupe d’hommes. En outre, il n’y avait pas d’antibiotiques, d’unités de soins intensifs, de ventilateurs, de fluides IV ou de vaccins. « Vous aviez un lit ou peut-être des soins infirmiers », a déclaré Markel.

Mais il y avait un épidémiologiste comme le docteur Anthony Fauci, directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses, qui a résisté aux critiques pour avoir publiquement fait pression pour des protocoles de sécurité, selon Forbes.

« Au cœur des efforts de santé publique dans les deux États se trouvait un scientifique pragmatique, au franc-parler et à la vision claire : le Dr Thomas Dyer Tuttle, qui est devenu une figure puissante, bien que controversée, dans la lutte contre la grippe espagnole », selon Forbes.

Les scientifiques n’avaient même pas encore vu un virus sous le microscope à ce moment-là, a déclaré Graham Mooney, historien médical à l’école de médecine de l’université Johns Hopkins. Ils n’avaient pas la technologie nécessaire et ils ne savaient presque rien de la virologie, qui était considérée comme une science naissante parce que les virus sont si petits, a-t-il dit. En fait, certains scientifiques pensaient que le virus de 1918 était causé par une bactérie appelée Haemophilus influenzae, a-t-il dit.

« Nous avons maintenant une bien plus grande capacité à créer un mécanisme de prévention par le biais de l’immunisation et des vaccinations », a déclaré M. Mooney.

Un nombre de morts massif

Le virus de 1918 a également eu tendance à tuer différemment du Covid-19, ont noté Mooney et Markel. Avec la Première Guerre mondiale, il y a eu un mouvement massif d’hommes à travers toute l’Amérique et l’Europe. Alors que le coronavirus peut être particulièrement grave pour les personnes âgées et celles souffrant de problèmes de santé sous-jacents, le virus de 1918 était inhabituel en ce sens qu’il a tué de nombreux jeunes adultes, a déclaré Markel.

« La grippe a généralement une courbe de mortalité en forme de U, ce qui signifie qu’elle ressemble à un U, mais les sommets du U sont les plus mortels », a déclaré M. Markel. « Mais en 1918, c’était une courbe de mortalité en forme de W et cette partie inversée du W, le V, c’était les jeunes entre 18 et 40 ans qui tombaient comme des mouches. C’était étrange. Ce n’était pas typique des précédentes pandémies de grippe ou des suivantes ».

Il est également important de tenir compte de la population lorsqu’on parle d’épidémies ou de catastrophes, a déclaré Samantha Montano, de l’Académie maritime du Massachusetts, qui étudie les catastrophes. En 1918, la population mondiale était beaucoup plus faible, avec une estimation de 1,8 milliard de personnes. Aujourd’hui, il y en a près de 8 milliards sur la planète.

Mooney s’est fait l’écho de ces remarques en disant : « Nous parlons d’une population mondiale qui était en quelque sorte plus faible qu’elle ne l’est actuellement ». Il a déclaré que le nombre de décès dus au virus de 1918 a probablement eu un grand impact sur la main-d’œuvre qui ne pouvait pas travailler à domicile ou à distance comme nous le faisons aujourd’hui.

« On finit par avoir des réajustements structurels, économiques et sociaux majeurs quand on a un tel nombre de morts », a-t-il dit. « Nous avons des réseaux de protection sociale… les gens voyagent partout dans le monde. Nous avons des sociétés et des économies différentes ».

Les historiens de la médecine disent que les États-Unis peuvent tirer des leçons du virus de 1918.

« Ce que nous avons fait au cours du seul siècle dernier est absolument extraordinaire », a déclaré M. Markel.

Source : CNBC, Berkeley Lovelace Jr. – 29-09-2020
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fabrice // 19.10.2020 à 07h02

Le problème c’est quand le masque est généralisé sans modération faisant passer les autres mesures comme mineures alors que non c’est l’inverse, la priorité c’est bien de se laver les mains et surtout l’aération des lieux clos.

Quand à imposer le masque dans les lieux ouverts sans nuances rues vides, parcs, … cela devient de la punition pour sanctionner les citoyens et on passe à un autre stade de l’autoritarisme sanitaire on infantilise les citoyens, quand on fait croire qu’à compter d’une certaine heure le virus impose un couvre feu pour éviter que bébés citoyens ne sachant pas ce gérer se mettent en danger alors que dans les transports, dans les entreprises, dans les université cela ne dérange pas du tout alors que ce sont les principaux foyers de contamination là cela devient insupportable tout simplement.

Pour une minorité de citoyens inconscients on généralise à la population entière pour l’infantiliser et la culpabiliser, imposer de manière non concerté des mesures en dépit du bon sens afin de faire oublier ses propres manquements, sa culpabilité dans la diffusion du virus qui pourtant furent important cela devient intolérable, la période est anxiogène et on enfonce encore plus les citoyens, en détruisant de plus toute vie privé et sociale pour ne laisser que la partie économique (consommateurs, travailleur quand cela est encore faisable) or non nous ne voulons pas être réduits à survivre pour que d’autres continuent de vivre dans l’opulence, les exceptions et en nous faisant la morale.

33 réactions et commentaires

  • Fabrice // 19.10.2020 à 07h02

    Le problème c’est quand le masque est généralisé sans modération faisant passer les autres mesures comme mineures alors que non c’est l’inverse, la priorité c’est bien de se laver les mains et surtout l’aération des lieux clos.

    Quand à imposer le masque dans les lieux ouverts sans nuances rues vides, parcs, … cela devient de la punition pour sanctionner les citoyens et on passe à un autre stade de l’autoritarisme sanitaire on infantilise les citoyens, quand on fait croire qu’à compter d’une certaine heure le virus impose un couvre feu pour éviter que bébés citoyens ne sachant pas ce gérer se mettent en danger alors que dans les transports, dans les entreprises, dans les université cela ne dérange pas du tout alors que ce sont les principaux foyers de contamination là cela devient insupportable tout simplement.

    Pour une minorité de citoyens inconscients on généralise à la population entière pour l’infantiliser et la culpabiliser, imposer de manière non concerté des mesures en dépit du bon sens afin de faire oublier ses propres manquements, sa culpabilité dans la diffusion du virus qui pourtant furent important cela devient intolérable, la période est anxiogène et on enfonce encore plus les citoyens, en détruisant de plus toute vie privé et sociale pour ne laisser que la partie économique (consommateurs, travailleur quand cela est encore faisable) or non nous ne voulons pas être réduits à survivre pour que d’autres continuent de vivre dans l’opulence, les exceptions et en nous faisant la morale.

      +70

    Alerter
    • Fabrice // 19.10.2020 à 09h39

      Je pense qu’il est intéressant de voir l’intervention d’une personne qui a pourtant été victime du covid alors certes son style est excessif mais il résume bien la situation :

      https://youtu.be/mgKrt8tqeSs

        +7

      Alerter
    • gotoul // 19.10.2020 à 11h37

      En Corée du Sud le port du masque est généralisé depuis le début de la pandémie. Regardez le nombre de décès Covid … C’est un peu le même scénario dans beaucoup de pays d’Asie du Sud Est pourtant voisins de la Chine.

        +3

      Alerter
      • Fabrice // 19.10.2020 à 13h59

        oui c’est bien de répéter ce qui est dit en boucle par BFM mais il faut aussi voir les autres mesures mises en place par ces gouvernements et je pense qu’à part celle-ci vous ne pourrez pas me citer les autres… car elle ne sont pas mises en avant, c’est l’arbre qui cache la forêt et pourtant ces gouvernements mettent les moyens en contrepartie contrairement au notre qui ne met l’accent que sur la culpabilité et la pénalisation des citoyens, mais il est évident de rappeler le manque de moyens des hôpitaux, la manière dont les tests ont été laissés en roue libre, rendant impossible une réelle politique de détection des cas contagieux ainsi que de l’ampleur de la pandémie à l’instant donné.

        pour votre information un vague aperçu qui ne fait du masque qu’un élément alors que le point commun des pays ayant réussi à maîtriser la pandémie fut une politique de cloisonnement, un suivi réel de tests,… bref tout ce que n’a pas fait le notre, qui a imposé aux citoyens d’être responsables voir coupables alors qu’il était irresponsable et coupable réellement lui même dans son attitude.

        https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/coronavirus-voici-les-dix-mesures-qui-ont-permis-la-coree-du-sud-de-contrer-l-epidemie-6794717

          +16

        Alerter
        • gotoul // 19.10.2020 à 19h38

          Ce n’est peut-être pas nécessaire de me traiter de caisse de résonnance de BFM !!! ( que je ne fréquente d’ailleurs pas du tout … pas plus que les autres ). Un minimum de bon sens suffit largement

            +5

          Alerter
      • Charles // 19.10.2020 à 14h04

        Oui, c’est intéressant – mais cela ne veut pas dire que le masque sert à quoi que ce soit.

        Les Sud-Coréens et les Japonais mettent très facilement le masque, notamment quand ils sont malades.

        Et pourtant, ils ont un taux de grippe très élevé, plus élevé qu’en Europe, et largement. On ne peut sans doute pas comparer aussi simplement les pays sur le plan de la grippe, de très nombreux facteurs interviennent, d’autant plus qu’on ne sait pas comment sont calculés ces taux d’un pays à l’autre, mais cela montre qu’on ne peut pas extraire facilement un seul facteur pour analyser une situation donnée et en faire la cause principale d’un phénomène.

          +6

        Alerter
      • Charles // 19.10.2020 à 14h07

        Un chirurgien français en Corée du Sud explique ici comment ce pays a géré la crise sanitaire. C’est passionnant et édifiant. Probablement l’un des 10 textes les plus intéressants lus depuis mars sur le coronavirus. C’est à lire absolument :

        https://static.mediapart.fr/files/2020/04/20/covid-en-coree-du-sud-rapport-amblard-partie-i-200417-diffusion-large-1.pdf

          +4

        Alerter
  • calal // 19.10.2020 à 07h53

    mouais la peur des masques…
    D’apres mes souvenirs de lecture sur cette epidemie,l’interdiction des rassemblements importants de personnes a joue un role important dans le ralentissement et le controle de la gravite de l’epidemie de grippe espagnole.

    Ce matin, j’etais a nouveau mort de rire en voyant les images des rassemblements « je suis enseignant » suite a la mort d’un professeur en region parisienne.
    A nouveau « l’emotion » prime sur la situation sanitaire et les reglements?

      +12

    Alerter
    • LibEgaFra // 19.10.2020 à 08h29

       » suite a la mort d’un professeur en region parisienne. »

      Eh oui, il est « mort » quasiment par accident en tombant malencontreusement sur un couteau qui trainait sur son chemin. C’est bien ça, un « accident » ?

      Ce qui prime parfois c’est l’absence d’émotion de certaines personnes.

        +10

      Alerter
      • Karine // 20.10.2020 à 21h04

        on peut compatir et protester sans oublier l’aspect sanitaire; ce n’est pas un problème d’émotion, mais de praticité.
        J’ai enterré mon père pendant le confinement, doutez-vous de mon émotion même si on ne s’embrassait pas?

          +3

        Alerter
    • Fabrice // 19.10.2020 à 08h46

      Le gouvernement l’a dit l’émotion l’emporte sur les règles juridiques, sauf si cette émotion est tournée contre le gouvernement il ne faut pas abuser, autant on peut comprendre le contexte autant effectivement les règles sont officiellement contournables depuis le précédent « Castaner » : https://www.lefigaro.fr/politique/castaner-ne-sanctionnera-pas-les-manifestations-contre-le-racisme-l-emotion-depasse-les-regles-juridiques-20200609.

        +13

      Alerter
  • Fabrice // 19.10.2020 à 07h53

    J’ai du mal quand on compare deux épidémies bien différentes et en les classant au même rang, je suis désolé mais comparer la mortalité et les conditions c’est justifier les abus actuels comme cet article :

    https://www.lci.fr/sante/covid-19-coronavirus-attention-aux-comparaisons-trompeuses-avec-la-grippe-espagnole-ou-d-autres-epidemies-2165796.html

    sans compter que les moyens actuels et à l’époque sont d’aucune mesure et aucunement comparable, à l’époque c’était la mortalité de l’épidémie qui posait problème, alors qu’actuellement le problème c’est le manque de place en milieu hospitalier à force d’avoir tailler dans les effectifs, les lits et le nombre des hôpitaux, à l’époque ces moyens n’existaient pas ou presque pas, nous aurions la grippe espagnole à notre époque nos pays s’effondreraient au vu de la gestion du covid qui est pourtant bien mineur par rapport à celle du 20e siècle.

    Nous avons régressé et les gouvernements font payer aux citoyens le poids des décisions économiques au détriment de notre sécurité sanitaire.

      +33

    Alerter
    • VVR // 20.10.2020 à 11h36

      La taille dans les effectifs et dans une certaine mesure la reduction des lits sont deux idées fausses.

      Le nombre de médecins et d’infirmiés dans l’hopital public augmente d’a peu prés 2% par an. Et pour le nombre de lit, ce qui a lieu est principalement la transformation de beaucoups de lit d’hospitalisation de longue durée en lits ehpad (mais qui sortent du coup du décompte des lits d’hôpital). Une autre transformation et de transformer d’intervention de courte durée en ambulatoire.

      Le problème de fond étant le vieillissement de la population, et le besoin pour l’hôpital d’absorber 1000 à 2000 prises en charges par jour de plus chaque années (en moyenne, 500000 de plus par an).

      En fait les capacité augmentent exactement au même rythme que la charge depuis des dizaines d’années, avec pour conséquence une marge opérationnelle qui s’amenuise, et donc la capacité du système à réagir à un coup dur.
      C’est la résultante un investissement insuffisant dans la formation ces vingts dernières années, mais changer cela maintenant procurera des effets dans au minimum 10 ans, et le faire en 15 ans demanderais déjas un effort considérable.

        +1

      Alerter
  • X // 19.10.2020 à 08h27

    Quelqu’un pourrait-il me décrypter ceci entendu sur France Culture ? Ai-je mal entendu ou y est-il véritablement dit que le masque ne protège pas contre la grippe car elle est principalement transmise par aérosols (trop petite taille)? https://www.franceculture.fr/emissions/la-question-du-jour/radiographie-du-coronavirus-la-contamination-par-aerosol-a-t-elle-ete-sous-estimee

      +2

    Alerter
    • Fabrice // 19.10.2020 à 08h38

      Effectivement il ne vous protège pas mais empêche dans un lieu clos que vos postillons se répandent trop dans l’air quand vous parlez, toussez, eternuez d’ailleurs voir les gens baisser le masque pour éternuer signifie bien qu’à force de dire n’importe quoi plus personne ne sait la vrai utilité du masque.

        +9

      Alerter
    • tachyon // 19.10.2020 à 09h50

      Petite (3mn) vidéo de complément.
      Et si le virus était transporté comme la vapote dans cette vidéo ?
      https://videos.files.wordpress.com/4egEyh2b/masks-aerosols-dr-ted-noel_dvd.mp4
      The masks DO NOT PROTECT YOU FROM ME….

        +1

      Alerter
      • Fabrice // 19.10.2020 à 10h05

        si il y a quand même un intéret ce sont les postillons lorsque l’on parle, tousse, éternuement qui sont stoppés dans le masque qui est bon à jeter du coup ( et pas n’importe où) mais non il ne filtre effectivement pas les plus petites particules, d’où l’intérêt d’aerer et de se laver les mains, le masque est à la marge.

          +7

        Alerter
        • X // 19.10.2020 à 16h34

          Ben surtout aerer en l’occurrence, car le lavage de main, par rapport aux aérosols c’est aussi « à la marge ».
          Et aerer en hiver, c’est pas simple… surtout si on veut éviter les courants d’air qui font « prendre froid ».

            +0

          Alerter
  • okkoh // 19.10.2020 à 10h30

    Bon perso je le vois partout le spot https://www.dailymotion.com/video/x7sctfj

      +0

    Alerter
  • lucien // 19.10.2020 à 10h34

    Sur 1 an :
    – 1918 :
    – 50 millions de morts sur une population d’environ 2 milliards.
    – 2020 :
    – 1 million de morts sur une population de 6 milliards.

    Un ratio de 150 en terme de gravité…

      +18

    Alerter
    • Jean neymar // 19.10.2020 à 14h56

      Exact et encore au registre des statistiques :
      dernier taux de positivité des fameux tests superiur a 13%, ce qui extrapole à une population de 68 000 000 donnerait environ 9 000 000 cas « positifs », à mettre en rapport des 30 000 cas quotidiens constamment mis en avant.
      Enfin, j’attends avec impatience les nombres annuels de décès pour 2017, 2018 2019 et 2020 pour apprécier la véracité ou l’entourloupe de la « masquarade ».

        +8

      Alerter
      • Le Minotaure // 21.10.2020 à 03h26

        Il n’y a strictement aucun sens à extrapoler le taux de positivité des tests (réalisés pour l’essentiel sur des cas contacts ou des patients présentant des symptomes) à l’ensemble de la population.

          +0

        Alerter
      • Changi // 21.10.2020 à 15h09

        Je ne sais pas pour la France mais en Suisse, actuellement, la mortalité est dans la moyenne des 5 dernières années. Même chez les plus de 80 ans.

          +2

        Alerter
    • X // 19.10.2020 à 16h58

      En même temps que la grippe espagnole sévissait une épidémie de peste en Asie dont de nombreuses victimes ont été comptabilisés comme morts de la grippe espagnole (source France Culture pour ceux que ça intéresse).
      Donc comparaison n’est peut-être pas raison

        +1

      Alerter
    • Roger // 19.10.2020 à 18h35

      En 1918, les pays ne sortaient pas d’une guerre de 4 ans et les connaissances ainsi que les moyens pour soigner étaient équivalents à ceux que nous avons aujourd’hui.
      J’oubliais, il n’y a pas de « rebond » ou de 2ième vague de l’épidémie de COVID.

      https://www.liberation.fr/france/2020/09/21/demission-aux-urgences-je-ne-vais-pas-mourir-a-la-tache-et-dans-l-indifference-de-l-administration_1800026
      https://blogs.mediapart.fr/yasmina-kettal/blog/021020/probablement-qu-y-est-l-hopital-s-effondre-0

        +0

      Alerter
    • Logique // 19.10.2020 à 20h54

      Est-ce à dire que nous pouvons accepter ce nouveau virus jusqu’à ce qu’il atteigne la même « gravité ».

        +1

      Alerter
    • Fernet Branca // 19.10.2020 à 21h15

      Mais les époques et les connaissances et moyens médicaux ne sont pas comparables. Il y a un siècle la majorité des enfants voyait un ou plusieurs membres de leur fratrie mourir. La tuberculose faisait des ravages. Alexander Flemming était médecin militaire à Calais et n’avait pas encore découvert la pénicilline.

        +2

      Alerter
    • Le Minotaure // 21.10.2020 à 03h22

      Sans aucun doute, l’effet de la grippe espagnole a été beaucoup plus lourd que celui du covid mais votre comparaison est totalement faussée :

      1) on ne met pas sur le même plan une estimation de surmortalité réalisée a posteriori, des décennies après la grippe espagnole, et un décompte extrêmement partiel des décès Covid. Pour comparaison,la surmortalité aux Etats-Unis est maintenant de 300 000, pour 220 000 décès comptabilisés. Les chiffres partiels de surmortalité qu’on peut trouver pour plusieurs grandes villes d’Amérique du Sud ou d’Inde laisse supposer des écarts encore plus importants. Je ne parle même pas des pays qui truquent délibérément leurs chiffres comme la Chine, l’Iran ou l’Algérie (ce ne sont pas les seuls). Pour la grippe espagnole on a d’énormes variations dans les estimations récentes de mortalité : entre 17 et 100 millions de morts selon les modèles.

      2) Pour le covid on est encore en pleine pandémie, pas de signe de baisse au niveau mondial, quel que soient les indicateurs. La grippe espagnole a fait 3 vagues : mars-avril 1918 (hausse modérée de la mortalité), octobre-novembre 1918 (la pire), janvier 1919.

      3) Les moyens engagés dans la lutte contre le covid sont infiniment plus important que pour la grippe espagnole, à tous les niveaux (recherche, confinement, moyens hospitaliers et médicaux etc.)

        +1

      Alerter
  • Himalove // 19.10.2020 à 11h44

    La dimension politique de la grippe espagnole, appelée « maladie 11 » par l’armée française, est bien traitée. Cependant l’origine de cette pandémie réelle qui fit selon les chiffres entre 50 millions et 100 millions de morts, la plupart causés par une surinfection bactérienne – la pénicilline n’existait pas encore – n’est pas abordée. Or les descendants des premières victimes, des soldats de fort Riley au nord Kansas, parlent d’une vaccination à base de sérum de cheval qui aurait mal tourné… Cette campagne de vaccination des soldats américains partant pour l’Europe et la guerre était organisée par l’institut Rockfeller…

      +11

    Alerter
  • Charles // 19.10.2020 à 13h42

    « un virus effrayant et certainement un virus que vous ne voulez pas attraper »

    Ah ah ah. Quel argument, franchement !

    Citez un seul virus qu’on voudrait attraper.

      +7

    Alerter
    • Fernet Branca // 19.10.2020 à 21h23

      Wikipedia.
      Pour les humains, sur les environ 5 000 espèces décrites seules 129 sont pathogènes.

        +4

      Alerter
    • jules // 20.10.2020 à 16h25

      Ben, à voir la quantité de bactéries et de virus que nous trimballons dans les recoins les plus cachés de notre pauvre petit corps, la question n’est pas « de les attraper », mais bien de les abriter dans les meilleures conditions de symbiose possibles afin d’éviter les attroupements de virus SDF dans les tripes ou de bactéries à la queue-leu-leu aux restos du cœur ― 1er ventricule sur la droite…

      (D’après Clément Gilbert, chercheur, CNRS et unif. de Poitiers : « Le corps d’un homme adulte sain abrite plus de trois mille milliards de virus, pour la plupart des bactériophages infectant les bactéries présentes dans le tractus intestinal et sur les muqueuses. » ― cf. Le Monde, 28/05/2012.)

      Quand je pense que la « bulle sociale » made in Belgium limite nos contacts à trois individus, je me dis que le jour ou il conviendra de déclarer chacun des membres de celle-ci, le pauvre keuf à qui j’énoncerai la liste de mes colocataires viraux risque de finir dans la panade sous médocs de confort ou le désastre intellectuel sous surveillance psychiatrique.

        +4

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications