Les Crises Les Crises
24.septembre.202024.9.2020 // Les Crises

L’hypothèse d’un autre Hiroshima – par John Pilger

Merci 70
J'envoie

Source : Consortium News, John Pilger

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Hiroshima et Nagasaki étaient des actes de meurtre de masse prémédités déclenchant une arme de criminalité intrinsèque. Ils ont été justifiés par des mensonges qui constituent le fondement de la propagande de guerre américaine du XXIe siècle, en lançant un nouvel ennemi et une nouvelle cible : la Chine.

Quand je me suis rendu pour la première fois à Hiroshima en 1967, l’ombre sur les marches était toujours là. C’était l’empreinte presque parfaite d’un être humain détendu : les jambes écartées, le dos courbé, une main à côté de lui, alors qu’il était assis en attendant l’ouverture d’une banque.

A huit heures et quart, le matin du 6 août 1945, elle et sa silhouette furent « gravées » dans le granit.

J’ai observé l’ombre pendant une heure ou plus, puis j’ai marché jusqu’à la rivière où les survivants vivaient encore dans des baraques.

J’ai rencontré un homme appelé Yukio, dont la poitrine était marquée par la trame de la chemise qu’il portait lorsque la bombe atomique a été larguée.

Il a décrit un énorme flash au-dessus de la ville, « une lumière bleutée, quelque chose comme un court-circuit électrique », après quoi le vent a soufflé comme une tornade et une pluie noire est tombée. « J’ai été jeté par terre et j’ai remarqué qu’il ne restait que les tiges de mes fleurs. Tout était calme et tranquille, et quand je me suis levé, il y avait des gens nus, qui ne disaient rien. Certains d’entre eux n’avaient ni peau ni cheveux. J’étais certain d’être mort ».

Neuf ans plus tard, je suis retourné le chercher et il était mort d’une leucémie.

« Pas de radioactivité dans les ruines d’Hiroshima », titre le New York Times du 13 septembre 1945, un classique de la désinformation planifiée. « Le général Farrell », rapporte William H. Lawrence, « a nié catégoriquement que [la bombe atomique] ait produit une radioactivité dangereuse et persistante ».

Un seul reporter, Wilfred Burchett, un Australien, avait bravé le périlleux voyage à Hiroshima au lendemain du bombardement atomique, au mépris des autorités d’occupation alliées, qui contrôlaient le « groupe de presse ».

Wilfred Burchett (YouTube)

« J’écris ceci comme un avertissement au monde », rapporte Burchett dans le Daily Express de Londres du 5 septembre 1945. Assis dans les décombres avec sa machine à écrire Baby Hermes, il décrit des salles d’hôpital remplies de personnes sans blessures visibles qui meurent de ce qu’il appelle « une peste atomique ».

Pour cela, on lui a retiré son accréditation presse, on l’a mis au pilori et on l’a diffamé. Son témoignage de la vérité n’a jamais été pardonné.

Les bombardements atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki étaient un acte de meurtre de masse prémédité qui a déclenché une arme de criminalité intrinsèque. Ceci a été justifié par des mensonges qui constituent le fondement de la propagande de guerre américaine au XXIe siècle, en mettant en avant un nouvel ennemi et une nouvelle cible : la Chine.

Au cours des 75 années qui se sont écoulées depuis Hiroshima, le mensonge le plus tenace est que la bombe atomique a été larguée pour mettre fin à la guerre dans le Pacifique et pour sauver des vies.

« Même sans les bombardements atomiques », conclut le rapport américain sur les bombardements stratégiques de 1946, « la suprématie aérienne sur le Japon aurait pu exercer une pression suffisante pour provoquer une reddition inconditionnelle et éviter une invasion. « Sur la base d’une enquête détaillée de tous les faits, et soutenue par les témoignages des dirigeants japonais survivants, le Survey estime que… le Japon aurait capitulé même si les bombes atomiques n’avaient pas été larguées, même si la Russie n’était pas entrée en guerre [contre le Japon] et même si aucune invasion n’avait été planifiée ou envisagée ».

Les Archives nationales à Washington contiennent des documents sur les négociations de paix du Japon dès 1943. Aucune n’a été poursuivie. Un câble envoyé le 5 mai 1945 par l’ambassadeur allemand à Tokyo et intercepté par les États-Unis a montré clairement que les Japonais étaient prêts à tout pour obtenir la paix, y compris « la capitulation même si les conditions étaient difficiles ». Rien n’a été fait.

Le secrétaire à la Guerre américain, Henry Stimson, a déclaré au président Truman qu’il « craignait » que l’armée de l’air américaine fasse « bombarder » le Japon au point que la nouvelle arme ne puisse « montrer sa puissance ». Stimson a admis plus tard que « aucun effort n’a été fait, et aucun n’a été sérieusement envisagé, pour obtenir la reddition simplement sans avoir à utiliser la bombe [atomique] ».

Les collègues de Stimson en matière de politique étrangère – qui envisageaient l’après-guerre qu’ils façonnaient alors « à notre image », comme l’a dit le célèbre planificateur de la guerre froide George Kennan – ont clairement indiqué qu’ils étaient désireux de « battre les Russes avec la bombe [atomique] tenue assez ostensiblement sur notre hanche ». Le général Leslie Groves, directeur du projet Manhattan qui a développé la bombe atomique, a témoigné : « Je n’ai jamais eu l’illusion que la Russie était notre ennemie, et que le projet était mené sur cette base. »

Le lendemain de la destruction d’Hiroshima, le président Harry Truman a exprimé sa satisfaction quant au « succès retentissant » de « l’expérience ».

« L’expérience » s’est poursuivie longtemps après la fin de la guerre. Entre 1946 et 1958, les États-Unis ont fait exploser 67 bombes nucléaires dans les îles Marshall, dans le Pacifique : l’équivalent de plus d’un Hiroshima par jour durant 12 ans.

Les conséquences humaines et environnementales ont été catastrophiques. Pendant le tournage de mon documentaire, The Coming War on China [La guerre qui vient contre la Chine, NdT], j’ai affrété un petit avion et me suis rendu sur l’atoll de Bikini dans les îles Marshall. C’est là que les États-Unis ont fait exploser la première bombe à hydrogène au monde. Elle reste une terre empoisonnée. Mes chaussures ont inscrit « dangereux » sur mon compteur Geiger. Des palmiers se dressaient en formations peu communes. Il n’y avait pas d’oiseaux.

Le site d’essais nucléaires sur l’atoll de Bikini, dans les îles Marshall (Unesco).

J’ai marché dans la jungle jusqu’au bunker en béton où, à 6h45 au matin du 1er mars 1954, on a appuyé sur le bouton. Le soleil, qui s’était levé, s’est levé à nouveau et a vaporisé une île entière dans la lagune, laissant un vaste trou noir qui, vu du ciel, est un spectacle menaçant : un vide mortel dans un lieu de beauté.

Les retombées radioactives se sont répandues rapidement et « à l’improviste ». L’histoire officielle affirme que « le vent a changé soudainement ». Ce fut le premier de nombreux mensonges, comme le révèlent les documents déclassifiés et les témoignages des victimes.

Gene Curbow, un météorologue chargé de surveiller le site d’essai, a déclaré : « Ils savaient où les retombées radioactives allaient aller. Même le jour du tir, ils avaient encore la possibilité d’évacuer les gens, mais [les gens] n’ont pas été évacués, je n’ai pas été évacué… Les États-Unis avaient besoin de cobayes pour étudier les effets des radiations.

Nerje Joseph, insulaire des îles Marshall, avec une photo d’elle enfant peu après l’explosion de la bombe H, le 1er mars 1954

Comme Hiroshima, le secret des îles Marshall était une expérience basée sur la vie d’un grand nombre de personnes. Il s’agissait du Projet 4.1, qui a commencé par une étude scientifique sur des souris et est devenu une expérience sur « des êtres humains exposés aux radiations d’une arme nucléaire ».

Les habitants des îles Marshall que j’ai rencontrés en 2015 – comme les survivants d’Hiroshima que j’ai interrogés dans les années 60 et 70 – souffraient de divers cancers, généralement du cancer de la thyroïde. Des milliers d’entre eux étaient déjà morts. Les fausses couches et les morts-nés étaient courants. Les bébés qui vivaient étaient souvent horriblement déformés.

Contrairement à Bikini, l’atoll voisin de Rongelap n’avait pas été évacué lors du test de la bombe H. Directement sous le vent de Bikini, le ciel de Rongelap s’est assombri et il a plu ce qui a d’abord semblé être des flocons de neige. La nourriture et l’eau ont été contaminées et la population a été victime de cancers. C’est encore vrai aujourd’hui.

J’ai rencontré Nerje Joseph, qui m’a montré une photo d’elle quand elle était enfant sur Rongelap. Elle avait de terribles brûlures au visage et il lui manquait beaucoup de cheveux. « Nous nous baignions au puits le jour où la bombe a explosé », dit-elle. « De la poussière blanche a commencé à tomber du ciel. Je me suis approché pour attraper la poudre. Nous l’avons utilisée comme savon pour nous laver les cheveux. Quelques jours plus tard, mes cheveux ont commencé à tomber. »

Lemoyo Abon a dit : « Certains d’entre nous étaient à l’agonie. D’autres avaient la diarrhée. Nous étions terrifiés. Nous pensions que ce devait être la fin du monde. »

Le film d’archives officiel américain que j’ai inclus dans mon film qualifie les habitants de l’île de « sauvages accommodants ». Au lendemain de l’explosion, on voit un fonctionnaire de l’Agence américaine de l’énergie atomique se vanter que Rongelap « est de loin l’endroit le plus contaminé de la planète », ajoutant : « Il sera intéressant d’obtenir une mesure de l’absorption humaine lorsque les gens vivent dans un environnement contaminé ».

Les scientifiques américains, y compris les médecins, ont fait une carrière remarquable en étudiant « l’assimilation humaine ». Les voici sur une pellicule cinématographique tremblottante, en blouse blanche, attentifs avec leurs bloc-notes. Lorsqu’un insulaire mourait à l’adolescence, sa famille recevait une carte de sympathie du scientifique qui l’a étudié.

« Baker Shot », dans le cadre de l’opération Crossroads, un essai nucléaire américain dans l’atoll de Bikini en 1946. (Département de la défense des États-Unis)

J’ai fait des reportages sur cinq « ground zéro » nucléaires à travers le monde – au Japon, aux îles Marshall, au Nevada, en Polynésie et à Maralinga en Australie. Plus encore que mon expérience de correspondant de guerre, cela m’a appris sur l’impitoyabilité et l’immoralité d’une grande puissance : c’est-à-dire la puissance impériale, dont le cynisme est le véritable ennemi de l’humanité.

Cela m’a frappé avec force lorsque j’ai tourné à Taranaki Ground Zero à Maralinga, dans le désert australien. Dans un cratère en forme de cuvette se trouvait un obélisque sur lequel était inscrit : « Une arme atomique britannique a été testée et a explosé ici le 9 octobre 1957 ». Sur le bord du cratère se trouvait ce panneau :

AVERTISSEMENT : RISQUE DE RADIATIONS

Les niveaux de rayonnement sur quelques centaines de mètres autour de ce point peuvent être supérieurs à ceux considérés sûrs pour une présence permanente.

Car à perte de vue, et au-delà, le sol était irradié. Du plutonium brut gisait partout, dispersé comme du talc : le plutonium est si dangereux pour l’homme qu’un tiers de milligramme donne 50 % de chances de contracter un cancer.

Les seules personnes qui auraient pu voir le signe étaient les indigènes australiens, pour lesquels il n’y avait pas d’avertissement. Selon un compte rendu officiel, s’ils avaient de la chance, « ils étaient chassés plus loin comme des lapins ».

La menace durable

Aujourd’hui, une campagne de propagande sans précédent nous chasse tous plus loin comme des lapins. Nous ne sommes pas censés remettre en question le torrent quotidien de rhétorique anti-chinoise, qui est en train de dépasser rapidement le torrent de rhétorique anti-russe. Tout ce qui est chinois est mauvais, c’est un anathème, une menace : Wuhan… Huawei. Comme c’est déroutant quand c’est « notre » dirigeant le plus vilipendé qui le dit.

La phase actuelle de cette campagne a commencé non pas avec Trump mais avec Barack Obama, qui s’est envolé en 2011 pour l’Australie afin de proclamer la plus grande accumulation de forces navales américaines dans la région Asie-Pacifique depuis la Seconde Guerre mondiale. Soudain, la Chine est devenue une « menace ». C’était un non-sens, bien sûr. Ce qui était menacé, c’était la vision incontestée et psychopathe de l’Amérique, qui se considére comme la nation la plus riche, la plus prospère, la plus « indispensable ».

Ce qui n’a jamais été contesté, ce sont ses prouesses tyranniques – avec plus de 30 membres des Nations Unies qui subissent des sanctions américaines de toutes sortes et une traînée de sang qui coule à travers des pays sans défense, bombardés, leurs gouvernements renversés, leurs élections perturbées, leurs ressources pillées.

La déclaration d’Obama est restée dans les mémoires comme le « pivot vers l’Asie ». L’un de ses plus ardents défenseurs en a été sa secrétaire d’État, Hillary Clinton qui, comme l’a révélé WikiLeaks, voulait rebaptiser l’océan Pacifique « mer américaine ».

Alors que Clinton n’a jamais caché son bellicisme, Obama était un maestro du marketing. « J’affirme clairement et avec conviction », a déclaré le nouveau président en 2009, « que l’engagement de l’Amérique est de rechercher la paix et la sécurité d’un monde sans armes nucléaires ».

M. Obama évoque les 60 ans de l’alliance américano-australienne à Darwin, Australie, le 17 novembre 2011. (Sgt. Pete Thibodeau/Wikimedia Commons)

Obama a augmenté les budgets pour des ogives nucléaires plus rapidement que n’importe quel président depuis la fin de la guerre froide. Une arme nucléaire « utilisable » a été développée. Connue sous le nom de B61 Modèle 12, elle signifie, selon le général James Cartwright, ancien vice-président de l’état-major interarmées, que « le fait d’être plus petite [rend son utilisation] plus envisageable ».

La cible est la Chine. Aujourd’hui, plus de 400 bases militaires américaines encerclent presque entièrement la Chine avec des missiles, des bombardiers, des navires de guerre et des armes nucléaires. De l’Australie au nord, en passant par le Pacifique, l’Asie du Sud-Est, le Japon et la Corée, l’Eurasie, l’Afghanistan et l’Inde, ces bases forment, comme me l’a dit un stratège américain, « le noeud coulant parfait ».

L’impensable

Une étude de la RAND Corporation – qui, depuis le Vietnam, planifie les guerres des États-Unis – est intitulée « Guerre avec la Chine : penser l’impensable ». Commandée par l’armée américaine, les auteurs évoquent le fameux slogan de son stratège en chef de la guerre froide, Herman Kahn : « Penser l’impensable ». Le livre de Kahn, « On Thermonuclear War » (Sur la guerre thermonucléaire), a élaboré un plan pour une guerre nucléaire « gagnable ».

Le point de vue apocalyptique de Kahn est partagé par le secrétaire d’État de Trump, Mike Pompeo, un fanatique évangélique qui croit à « l’enlèvement de la fin » [concept eschatologique d’une minorité d’évangélistes américains, consistant en un événement de fin des temps où tous les croyants chrétiens vivants, ainsi que les croyants ressuscités, se lèveront pour rencontrer le Seigneur dans les airs, NdT]. Il est peut-être l’homme le plus dangereux qui soit. « J’étais directeur de la CIA », se vantait-il, « On a menti, on a triché, on a volé. C’était comme si nous avions des cours de formation complets ». L’obsession de Pompeo, c’est la Chine.

La partie finale de l’extrémisme de Pompeo est rarement, voire jamais discutée dans les médias anglo-américains, où les mythes et les fabulations sur la Chine sont monnaie courante, tout comme les mensonges sur l’Irak. Un racisme virulent est sous-jacent à cette propagande. Classés « jaunes » même s’ils sont blancs, les Chinois sont le seul groupe ethnique à avoir été interdit d’entrée aux États-Unis par une « loi d’exclusion », parce qu’ils étaient chinois. La culture populaire les a déclarés sinistres, indignes de confiance, « sournois », dépravés, malades, immoraux.

Un magazine australien, The Bulletin, a été consacré à la promotion de la peur du « péril jaune » comme si toute l’Asie était sur le point de s’effondrer sur la colonie blanche par la force de gravité.

« La pieuvre chinoise », The Bulletin, Sydney 1886, un des premiers promoteurs du « péril jaune » et autres stéréotypes.

Comme l’écrit l’historien Martin Powers, en reconnaissant le modernisme de la Chine, sa moralité laïque et « ses contributions à la pensée libérale ont menacé le regard européen, il est devenu nécessaire de supprimer le rôle de la Chine dans le débat des Lumières… Pendant des siècles, la menace que la Chine a fait peser sur le mythe de la supériorité occidentale en a fait une cible facile pour le race-baiting. » [Encouragement au racisme en vue de discréditer un adversaire, ici la Chine, NdT]

Dans le Sydney Morning Herald, l’infatigable dénonciateur de la Chine Peter Hartcher a décrit ceux qui ont répandu l’influence chinoise en Australie comme « des rats, des mouches, des moustiques et des moineaux ». Hartcher, qui cite favorablement le démagogue américain Steve Bannon, aime interpréter les « rêves » de l’élite chinoise actuelle, qu’il connaît apparemment. Ces rêves sont inspirés par les aspirations du « Mandat du Ciel » d’il y a 2 000 ans. [Concept chinois apparu sous la dynastie Zhou qui affirme la légitimité céleste du pouvoir des Empereurs de Chine, NdT] Ad nausea.

Pour lutter contre ce « mandat », le gouvernement australien de Scott Morrison a engagé l’un des pays les plus sûrs du monde, dont le principal partenaire commercial est la Chine, pour des centaines de milliards de dollars de missiles américains qui peuvent être tirés sur la Chine.

La ruée est déjà évidente. Dans un pays historiquement marqué par un racisme violent envers les Asiatiques, les Australiens d’origine chinoise ont formé un groupe d’autodéfense pour protéger les livreurs. Des vidéos sur mobile montrent un livreur frappé au visage et un couple de Chinois victimes d’abus racistes dans un supermarché. Entre avril et juin, il y a eu près de 400 attaques racistes contre des Australo-Asiatiques.

« Nous ne sommes pas vos ennemis », m’a dit un stratège de haut niveau en Chine, « mais si vous [en Occident] décidez que nous le sommes, nous devons nous préparer sans délai ». L’arsenal de la Chine est petit par rapport à celui des États-Unis, mais il se développe rapidement, notamment grâce au développement de missiles maritimes conçus pour détruire des flottes de navires.

« Pour la première fois », a écrit Gregory Kulacki de l’Union of Concerned Scientists, « la Chine envisage de mettre ses missiles nucléaires en état d’alerte élevée afin qu’ils puissent être lancés rapidement en cas d’attaque… Ce serait un changement important et dangereux de la politique chinoise… »

À Washington, j’ai rencontré Amitai Etzioni, éminent professeur d’affaires internationales à l’université George Washington, qui a écrit qu’une « attaque aveugle contre la Chine » était prévue, « avec des frappes qui pourraient être perçues à tort [par les Chinois] comme des tentatives préventives de détruire ses armes nucléaires, les acculant ainsi à un terrible dilemme « les utiliser ou perdre » [qui conduirait] à une guerre nucléaire ».

En 2019, les États-Unis ont organisé leur plus grand exercice militaire depuis la guerre froide, pour la plus grande part dans le plus grand secret. Une armada de navires et de bombardiers à longue portée a répété un « concept de bataille air-mer pour la Chine » – ASB – bloquant les voies maritimes dans le détroit de Malacca et coupant l’accès de la Chine au pétrole, au gaz et aux autres matières premières du Moyen-Orient et de l’Afrique.

C’est la crainte d’un tel blocus qui a vu la Chine développer son initiative « Belt and Road » le long de l’ancienne route de la soie vers l’Europe et construire d’urgence des pistes d’atterrissage stratégiques sur des récifs et îlots contestés dans les îles Spratly.

À Shanghai, j’ai rencontré Lijia Zhang, une journaliste et romancière de Pékin, typique d’une nouvelle classe de francs-tireurs au franc-parler. Son livre à succès porte le titre ironique de Socialism Is Great ! (Le socialisme est génial !). Ayant grandi dans le chaos et la brutalité de la révolution culturelle, elle a voyagé et vécu aux États-Unis et en Europe. « Beaucoup d’Américains imaginent, dit-elle, que le peuple chinois vit une vie misérable et réprimée, sans aucune liberté. L’idée du péril jaune ne les a jamais quittés… Il ne leur vient pas à l’idée que quelque 500 millions de personnes sont sorties de la pauvreté, et certains diraient même que c’est 600 millions ».

Les réalisations épiques de la Chine moderne, sa victoire sur la pauvreté de masse, ainsi que la fierté et la satisfaction de son peuple (mesurés par des enquêteurs américains tels que Pew) sont volontairement inconnus ou mal compris en Occident. Ce seul fait est un témoignage de l’état lamentable du journalisme occidental et l’abandon du reportage honnête.

Le côté sombre et répressif de la Chine et ce que nous aimons appeler son « autoritarisme » sont la façade que nous sommes presque exclusivement autorisés à voir. C’est comme si on nous racontait sans fin les histoires du super-méchant Fu Manchu. Et il est temps que nous nous demandions pourquoi : avant qu’il ne soit trop tard pour arrêter le prochain Hiroshima.

John Pilger est un journaliste et cinéaste australo-britannique basé à Londres. Le site web de Pilger est le suivant : www.johnpilger.com. En 2017, la British Library a annoncé la création d’archives John Pilger de toutes ses œuvres écrites et filmées. Le British Film Institute inclut son film de 1979, « Year Zero : the Silent Death of Cambodia » (Année zéro : le silence mortel du Cambodge), parmi les 10 documentaires les plus importants du XXe siècle.

Source : Consortium News, John Pilger, 03-08-2020

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

LibEgaFra // 24.09.2020 à 08h18

Il ne fait aucun doute que par des rafales de mensonges sur la Chine et la Russie « on » prépare les opinions occidentales à une guerre contre ces deux pays. Il devrait y avoir des manifestations monstres pour la paix, mais non, rien. La propagande est en marche plein tube. Le pire est à craindre.

Les 4 mois qui viennent risquent d’être très chaud.

26 réactions et commentaires

  • LibEgaFra // 24.09.2020 à 08h18

    Il ne fait aucun doute que par des rafales de mensonges sur la Chine et la Russie « on » prépare les opinions occidentales à une guerre contre ces deux pays. Il devrait y avoir des manifestations monstres pour la paix, mais non, rien. La propagande est en marche plein tube. Le pire est à craindre.

    Les 4 mois qui viennent risquent d’être très chaud.

      +27

    Alerter
    • Darras // 24.09.2020 à 12h57

      Guerre? Je ne crois pas. Soyons réalistes deux secondes. Ce qui caractérise un pays qui se prépare à la guerre:
      1 Course aux armements, la dessus, à l’ouest, il n’y a que les USA,et c’est plus une question de gavage que de stratégie.
      2. Les troupes disponibles, active et réserve. Et là, l’OTAN est incapable d’aligner des effectifs susceptibles de s’attaquer à la Russie ou la Chine, et encore moins aux deux à la fois. Imaginez que pour attaquer la France, les Allemands disposaient de deux millions d’hommes formés. 4 pour attaquer l’URSS.
      Aujourd’hui, en force offensive, l’OTAN aurait besoin de 6 mois pour mettre péniblement en place 1000 000 de troupes avec des équipements disparates et une quinzaine de langues.
      Russie et Chine entretiennent plus de monde mais c’est juste suffisant pour pouvoir faire face à n’importe quelle agression.
      Vu la technicité des armées modernes, on ne forme plus un fantassin en deux mois, un artilleur , un marin ou un cavalier en 3 et un pilote en 6.
      Une guerre conventionnelle contre Russie et Chine est inenvisageable. L’inverse est vrai aussi.
      Le nucléaire? J’ose imaginer que les fou furieux neocons à la Bolton qui rêvent de première frappes, certains que les Russes ne repliqueront pas, seront maintenus avec une chaîne serrée.
      Je penche plus pour une mise en quarantaine totale. Ce qui expliquerait le projet des deux mers, les accords arabo-israeliens, les mamours à l’Inde et au Vietnam et les coups de caveçon aux Indonésiens et Philippins.
      Si demain Chine et Russie ne peuvent plus ni vendre ni acheter…

        +3

      Alerter
      • LibEgaFra // 24.09.2020 à 18h54

        « Je ne crois pas. »

        Ce que vous croyez n’a aucune importance. Les plans pour une « attaque préventive » ont-ils été élaborés et sont-ils prêts? Je n’en sais rien, mais vu les déclarations de Poutine et ses annonces de nouvelles armes, il est logique de conclure que lui il le pense. Un tel plan avait déjà été élaboré contre l’URSS et les pays de l’Est. Qui visait tous les centres urbains.

        Enfin,ne jamais sous-estimer la connerie humains, surtout chez les néo-cons-
        ervateurs.

        « Si »

        Si si si si si si….

          +8

        Alerter
  • RGT // 24.09.2020 à 09h04

    N’oublions jamais que Roosevelt était farouchement opposé à l’utilisation de la « bombinette » dont il avait permis le développement suite à des infos biaisées au sujet de son développement par l’Allemagne nazie.

    Certes les nazis avaient commencé les études sur une bombe nucléaire mais ils avaient abandonné ce projet, certains scientifiques insistant sur le fait que la réaction en chaîne puisse devenir incontrôlable et puisse s’étendre sur toute la planète.
    Je pense surtout qu’ils ont trouvé le bon argument pour que cette arme de destruction aveugle ne soit jamais développée pour des raisons morales.

    À la mort de Roosevelt, son « dauphin » qu’il avait lui-même désigné, Henry Wallace, a été écarté de la candidature parce qu’il était « socialiste » mais surtout parce qu’il était lui aussi fermement opposé à l’utilisation de la fameuse « bombinette » et il a été remplacé par le « génial » Harry Truman, idiot incompétent tout à fait compatible avec les intérêts des lobbies et facilement manipulable.

    La morale de cette histoire : Les plus « méchants » avaient des scientifiques qui étaient capables de faire cesser un projet ignoble contre la volonté d’un état ouvertement totalitaire et les « gentils » ont mené à bien ce projet et ont ensuite manipulé le système électoral pour qu’un « président » lobby-compatible soit élu à la tête du pays, ouvrant la voie aux pires atrocités que l’humanité ait pu commettre.

    Et depuis, le filon étant trop juteux, les systèmes électoraux de toutes les « démocraties » ont été manipulés pour permettre l’avènement de gouvernements qui facilitent de telles horreurs.

    N’oublions jamais que Staline, qui n’était pas un enfant de cœur, s’est lancé à corps perdu dans la « fête nucléaire » pour simplement protéger l’URSS des ambitions US.

    Et rien n’a changé depuis.

    Je ne prends pas du tout la défense des divers états « voyous », je me contente seulement de dénoncer les causes de cette escalade morbide et de ceux qui l’ont initiée en sachant parfaitement ce qu’il allait ensuite advenir.
    Ce qui assurait aux « gardiens » de cette technologie un avenir « radieux » et surtout des profits illimités.

      +13

    Alerter
  • Le Belge // 24.09.2020 à 09h21

    Les Chinois se sont battus pour sortir d’une misère dont nous n’avons même pas idée, chez-nous. Oui, ils sont (à juste titre, d’ailleurs) fiers du combat de leurs aînés afin de libérer la Chine de la prédation étrangère. Nous devrions, nous Européens, faire de même avec ces encombrants d’Outre-Atlantique. Quand un pays, par une planification méticuleuse, prépare un massacre de masse (qu’il perdra car un conflit généralisé avec la Chine sera la guerre de trop), il est grand temps de ne plus avoir de contact avec lui. Je ne remercierai jamais La Fayette de s’être mêlé de quelque-chose qui ne le regardait pas. Sincèrement, merci l’artiste, tu as montré quel idiot tu pouvais être.

      +14

    Alerter
  • Louis 29 // 24.09.2020 à 09h27

    Pas simple, il se dit que l’histoire est affaire de circonstances hors à cette époque les US, qui n’étaient pas ceux qu’ils sont aujourd’hui, étaient en premières lignes.. Nankin c’est une réalité comme les camps de la honte ou les goulags et si les communistes avaient gagné la situation aurait-elle été meilleure, j’en doute.. Aujourd’hui le monde est devenu fou mais je ne crois pas à une guerre contre la Chine, un bouquin : « 1421 l’année ou la chine a découvert l’Amérique » de Gavin Menzies… Une conséquence moins connue du nucléaire est la catastrophe de Maîak en Russie, pourquoi on n’en parle jamais?

      +2

    Alerter
    • Louis 29 // 24.09.2020 à 09h33

      Je pense que nous devrions réfléchir sur notre passé colonial mis sous le tapis, pour les chinois les ruines du palais d’été existent comme le rappel Victor Hugo dans son émouvante lettre au capitaine Batler.
      https://www.monde-diplomatique.fr/2004/10/HUGO/11563

        +8

      Alerter
    • Max // 24.09.2020 à 09h52

      Tout comme Chernobyl, Mayak est plutôt la conséquence de négligences et du manque d’expérience liées au nucléaire ; cela reste quand même fondamentalement différent de bombes atomiques volontairement envoyées hein ! C’est justement cette volonté de détruire, de nuire, d’infliger des souffrances, qui caractérise une grande partie de l’histoire moderne des Etats-Unis. Peu d’erreurs et d’accidents ici.

        +8

      Alerter
    • moshedayan // 24.09.2020 à 11h01

      L’accident de Tcheliabinsk ou de Maïak est bien connu de ceux qui connaissent le monde russe, quand je rencontrais des citoyens de cette ville à l’époque d’Andropov, tous en parlaient sans avoir peur du KGB… etc faut arrêter de fantasmer ou de vouloir ressortir des affaires en les faisant croire comme inconnues… L’article parle du risque de guerre nucléaire pas de l’énergie nucléaire ou de la préparation des bombes…. Le risque est celui aussi d’un dérapage ou engrenage…d’autant que les généraux américains favorisent les « bombinettes nucléaires » pour détruire sur un rayon de 10 à 50 km…. Et pour eux peu importe si l’Europe toute entière en souffre si le territoire américain des Evangélistes est indemne….

        +14

      Alerter
  • hyac // 24.09.2020 à 10h58

    Froid dans la dos ! La lignée des présidents américains  »va -t- en » guerre est impressionnante. Obama ,bien élevé,
    universitaire, orateur de charme, que finalement on découvre : un des plus dangereux. Et dire que si Trump est réélu
    il sera encore le moins à craindre!

      +7

    Alerter
  • cedivan // 24.09.2020 à 11h56

    On savait que les USA étaient des prédateurs, mais nous présenter la Chine comme un brave pays qui ne veut que la paix de son peuple, c’est assez fort de café.

      +2

    Alerter
    • Darras // 24.09.2020 à 12h15

      En même temps, vous pouvez nous dire qui ils ont agressé à l’extérieur de leurs frontières actuelles? Depuis 2000ans?
      Ils ont attaqué la Corée et le Japon. Mince les Empereurs étaient alors Mongols, pas Chinois. Ils ont attaqué le Vietnam, certes mais jamais le Siam, ni le Laos, ni le Cambodge, ni la Birmanie, ni l’Inde, ni la Russie,ni aucun des Stands actuels. Il n’ont jamais essayé de coloniser les Philippines, l’Indonesie, la Malaisie ou les côtes africaines qu’ils avaient pourtant reconnues dès le 14e siècle avec une flotte énorme de 30000 hommes qui a fait un tour pacifique des mers du sud sans générer les prestations qu’on a vu les Européens commettre plus tard. Non, définitivement non, la Chine n’a jamais été une puissance prédatrice. C’est pas pour ça qu’elle n’en ai pas devenue une. Elle a toutes les caractéristiques des pays qui ne vont pas tarder à faire un c… Puissance économique montante frustrée, manque terrible d’espace vitale (je serai Russe, je me ferai du soucis avec cette immense Sibérie et ses minuscules 35millions d’habitants)et enfin, un siècle d’humiliations à laver.

        +11

      Alerter
      • LibEgaFra // 24.09.2020 à 12h39

        « un siècle d’humiliations à laver. »

        Plus. 170 ans.Comme Haïti, la Chine a été mise au pillage par l’occident. La France y a participé.

          +10

        Alerter
      • LibEgaFra // 24.09.2020 à 12h50

        « (je serai Russe, je me ferai du soucis avec cette immense Sibérie et ses minuscules 35millions d’habitants) »

        1) Vous n’êtes pas Russe;
        2) Les Russes ne se font pas de souci;
        3) Exercices militaires conjoints dans la Caucase après ceux de l’Extrême -Orient;
        4) Ah ah, le rêve des atlantistes. Ils vous remercient de colporter ce « souci ».

          +3

        Alerter
        • Darras // 24.09.2020 à 13h51

          Me traiter moi, d’Atlantiste… Il faut éviter de diaboliser les gens qui disent des choses qui ne vous font pas plaisir, d’autant plus que là, c’est carrément ridicule.
          Je ne dis pas que les Chinois vont attaquer la Russie, je dis que la Sibérie est une situation objective de convoitise vitale pour la Chine.
          Maintenant, je peux vous garantir que malgré les (très récents) mamours, les Russes, comme vous le savez, ne sont pas des Bisounours et sont obligés de considérer ça. Comme ils considèrent les actions chinoises dans les Stans ou vis à vie de leurs copains et gros clients Indiens.

            +4

          Alerter
          • LibEgaFra // 24.09.2020 à 18h44

            Non, je ne vous ai pas traité d’atlantiste. Vous me faites dire ce que je ne dis pas. Sophisme.

            Je maintiens ce que j’ai écrit.

            Avez-vous des amis Russes qui vivent en Sibérie? Les miens ne se font aucun souci.

            Votre « situation objective » est complètement subjective. La Chine n’a aucune revendication territoriale sur la Sibérie. S’ils ont besoin d’une ressources il utiliseront le commerce.

            Ce ne sont pas des « mamours », mais une alliance stratégique. Etes-vous capable de saisir la différence? Pour l’Asie centrale il y a l’initiative de la route de la soie dont la Russie est partie prenante.

              +2

            Alerter
    • LibEgaFra // 24.09.2020 à 12h35

      Merci! Votre commentaire est un merveilleux exemple du résultat de la propagande atlantiste.

      Si vous aviez la curiosité de vous défaire de ceux qui pensent à votre place pour savoir ce qui se passe de l’autre côté du miroir, vous pourriez par exemple lire « La marche des Ouïghours » par un journaliste américain (si si!). Son auteur vient d’ailleurs d’être retrouvé « décédé » à Istanboul, ville apparemment très malsaines pour les journalistes.

      https://histoireetsociete.com/2020/05/10/la-marche-des-ouighours-par-andre-vltchek/

      Je parie que la mort de ce journaliste ne va intéresser personne. La presse occidentale se mobilise seulement pour les tueurs de cafards.

      Je vais vous révéler un scoop: tous les Ouïghourts femmes et enfants compris sont contraints de quitter le Xinjiang à marche forcée à travers les régions désertiques du Tibet et de la Mongolie intérieure pour être parqués dans des zones sans quasi sans ressources.

      Ah zut! Je me suis trompé de pays et d’époque: cela n’a rien à voir avec la Chine, mais s’est passé dans un pays dit démocratique et ce sont les Cherokees qui ont été déracinés et parqués en Oklahoma, épisode connu sous le nom de « la piste des larmes ».

        +8

      Alerter
      • LibEgaFra // 24.09.2020 à 12h59

        Un site qui vaut le détour, pour ceux que le journalisme d’investigation intéresse:

        https://andrevltchek.weebly.com/

          +1

        Alerter
      • jp // 24.09.2020 à 21h45

        « Je parie que la mort de ce journaliste ne va intéresser personne » effectivement, je n’ai rien trouvé dans presse française sur sa mort il y a 2 jours, il n’a même pas de fiche wikipedia en français.
        J’aimais bien le lire, je vais le regretter

          +0

        Alerter
  • Fernet Branca // 24.09.2020 à 13h25

    Mais tous ces essais nucléaires atmosphériques provoquaient des hivers nucléaires comparables aux hivers volcaniques comme ceux qui ont suivi l’éruption du Krakatoa. C’est pourquoi les hivers étaient plus froids des années 50 à 80.
    Pour les inquiets du réchauffement climatique c’est une solution de secours.

      +2

    Alerter
  • 78 ans // 24.09.2020 à 13h34

    L’Empire d´Occident se distingue par une ignorance abyssale de la Chine et des Chinois, ainsi que de la Russie et des Russes.

    Quotidiennement, se déverse sur nous, les masses occidentales, un torrent grossier et fétide de propagande anti-chinoise et anti-russe.

    Résultat: un état de « guerre hors limites » (« unrestricted warfare ») existe désormais, initiatives de l’Empire d’Occident contre la Chine et la Russie.***

    Les mises en garde de la Chine et de la Russie mobilisées furent nombreuses, claires, précises et explicites. Un rien peut maintenant précipiter l’humanité dans l’abîme fatal.

    Il appartient à l’Empire d’Occident et aux Occidentaux de connaître le « Reste » (85%) de l’humanité et d’apprendre à coexister pacifiquement avec cedit « Reste ».

    L’hégémonie du 15% arrive à son terme.

    Shakespeare:

     « Sous quel roi, Bézonien, parle ou meurs!»

    « Under which king, Bezonian,
    Speak or die! »

    *** Unrestricted Warfare
    Qiao Liang and Wang Xiangsui
    (Beijing: PLA Literature and Arts Publishing House, February 1999)

    https://www.c4i.org/unrestricted.pdf

      +4

    Alerter
    • moshedayan // 24.09.2020 à 19h22

      Vous avez raison… Pour les russophones , je vous propose de mettre ceci sur un célèbre site de recherche video. ou un autre…Жириновский размазал американца! Et bonne vidéo…

        +0

      Alerter
  • Hiro Masamune // 24.09.2020 à 20h53

    Politiquement, Pigler a raison, la démarche de rechercher une version « utilisable » de l’Armageddon est indéfendable.
    On en est à renflouer les épaves de la Kriegsmarine sabordés après la première guerre pour retrouver du « low background steel », ça veut bien dire quelque chose non ? Qui peut être assez inconscient pour encore vouloir aggraver les problèmes dont on a déjà hérités ?

      +0

    Alerter
  • Grd-mère Michelle // 24.09.2020 à 21h58

    Il me semble que la seconde guerre mondiale s’est immédiatement transformée en guerre commerciale et d’influence afin de gagner, non plus des territoires, mais des « parts de marché », particulièrement en Europe considérée comme le plus grand et le plus prospère espace de vente de toutes les camelotes produites par des « grandes puissances » embarquées dans une rivalité perpétuelle destinée à soi-disant garantir le bonheur et la prospérité de leurs peuples.
    De toute évidence, les succès du communisme/capitalisme combiné en Chine a de quoi énerver les USA qui réalisent leur perte d’influence sur notre continent.

    La menace atomique est présente, au jour le jour (étant donné la série de « dirigeants » tous plus mégalomanes les uns que les autres) depuis des décennies.
    Dans les années 80, je participais à un « congrès de la Paix », contre l’armement nucléaire, qui précisait que l’arsenal de l’époque pouvait déjà détruire 300fois la totalité de la vie sur terre…

      +2

    Alerter
  • Grd-mère Michelle // 24.09.2020 à 22h27

    Suite

    Le souci actuel de préservation de notre biotope, qui impose l’arrêt de la production de gadgets inutiles, la relocalisation de la production des biens indispensables, la fin de « l’import/export » à tout crin, et qui se répand parmi tous les peuples bernés, exploités, opprimés, lassés, désillusionnés, m’apparaît comme la seule lueur d’espoir qui nous éviterait une apocalypse prédite par des « croyants » incapables d’imaginer une humanité solidaire, unie dans un but réaliste, commun et proche, ICI et MAINTENANT.

    Maintenant…Étant donné les capacités de propagande, de publicité, de mensonge, à l’Est comme à l’Ouest, dans tous les camps qui se partagent le gâteau des privilèges, difficile d’imaginer que survienne la prise de conscience nécessaire qui ferait réagir les masses populaires pour dire NON à cette bande de dirigeants cinglés et à leurs suppôts dévoués.

      +3

    Alerter
  • Gérard // 25.09.2020 à 17h58

    Le premier article sur Hiroshima (comment un obscur reporter australien a révélé au monde la réalité des retombées radioactives tandis que les embedded du NYT collaboraient à la propagande militaire US) était très instructif.
    Celui-ci tient de bout en bout de la caricature. Il y aurait tellement à en dire… On dirait limite du Mélenchon quand il loue les qualités émancipatrices du PCC sur ces demeurés de tibétains.

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications