Les Crises Les Crises
6.septembre.20126.9.2012 // Les Crises

BCE : Crime monétaire "illimité" (suite…) (Mis à jour)

Merci 0
J'envoie

A l’unanimité moins une voix – très probablement celle du représentant allemand – le conseil des gouverneurs de la BCE a donc autorisé des rachats « quantitativement illimités » d’obligations publiques de court terme (moins de trois ans) sur le marché secondaire. Objectif : faire baisser les taux auxquels empruntent les pays les plus en difficulté, Espagne et Italie en tête. Contrairement à certaines prévisions, la BCE n’a fixé aucun écart maximum de taux par rapport à l’Allemagne, dont le dépassement aurait automatiquement entraîné son intervention. […]

Elle a également posé deux limites à son programme. Pour en bénéficier, un pays devra solliciter l’assistance du Fonds européen de stabilité financière, laquelle est conditionnée à de profondes réformes économiques. […]

De plus, ces rachats seront «stérilisés» – c’est-à-dire que, pour ne pas injecter une masse excessive d’argent dans l’économie, la BCE retranchera ailleurs la somme consacrée à ce programme.

«Nous sommes strictement dans notre mandat, qui est de maintenir la stabilité des prix» […]

Du côté des marchés, cependant, on accueille avec enthousiasme les annonces de Mario Draghi. Vers 16 heures, les Bourses étaient en hausse marquée: Paris gagnait 2,6%, Francfort 2,3%, Londres 1,4%, le Dow Jones américain 1,17% . Sur le marché de la dette, le taux des obligations espagnoles à 10 ans perdait près de 5%, celui des titres italiens 2,7%. Source : Libération

Comprenons bien. Il ne s’agit pas ici de planche à billets avec risque d’inflation (c’est stérilisé).

Décryptage, pour éviter de lire des bêtises : Des investisseurs privés ont acheté de la dette espagnole à long terme. Ils risquent de ne pas être remboursés. “Drame”.

Pas grave, la BCE va leur racheter leur dette, et au prix fort (dont la valeur est en train de revenir près du pair, au vu de cette garantie, c’est la conséquence de la baisse des taux observée).

Conséquence 1 : les marchés financiers ne vont rien perdre. Conséquence 2 : Le BCE, donc le contribuable, va porter le risque de défaut désormais, pour les beaux yeux des marchés.

Notez que cette politique a été suivie avec la Grèce en 2010 et avec l’Espagne et l’Italie en 2011. Avec pour effet de faire baisser les taux de ces pays quelques semaines, et de leur faire gagner quelques centaines de millions d’euros d’intérêts. Mais la conséquence annexe est que la BCE a désormais 250 Md€ d’obligations pourries, et que si la Grèce fait de nouveau défaut, par exemple, la BCE n’aura plus de capitaux, et les Etats devront la recapitaliser comme prévu dans les traités.

Au final, on prend le risque de couler la BCE et les Etats pour quelques intérêts privés, bel exemple de Ploutocratie.

Bien égoïstement, je n’ai pas à payer des impôts pour sauver l’épargne mal placée des plus aisées. Pourquoi ne pas rembourser aussi les actionnaires d’eurotunnel, et les titulaires d’emprunts russes ?


Mise à jour

J’ai vu les commentaires enjoués “d’économistes dits de gauche”. Je trouve cela très amusant.

Je re-précise que non, je ne suis pas sûr de ce qui va se passer, je dis juste que cela est un énorme pari, assez fou. Ces opérations sont comme bâtir une centrale nucléaire en bord de mer dans un pays sismique, avec un mur de 10 mètres. Attendons le tsunami pour voir ce qui se passe – et croisons les doigts.

Sur le fond, je trouve positivement fantastique que, dans une époque où des problèmes inouïs se passent – problèmes de l’économie, problème monétaires, problèmes financiers, problèmes des dettes, problèmes bancaires – il se trouve des gens pour penser que notre salut se trouve dans une banque à Francfort et que tout va se résoudre avec une planche à billets. Qu’il doit être agréable de vivre ainsi au pays de Peter Pan dans sa tête.

Sinon, pour ceux qui ont des doutes sur pour qui travaille vraiment la BCE, voici la réaction de la Bourse aujourd’hui (vu sur auxInfosdunain) :

Et me permets de rappeler que quoi que vous en pensiez, non, vous n’avez clairement pas les mêmes intérêts que les boursicoteurs.

Eux ont bien compris ce qui se passe. Et vous ?


“La folie, c’est se comporter de la même manière et s’attendre à un résultat différent.” [Albert Einstein]

“Deux choses sont illimitées : l’Univers et la bêtise humaine. Mais, en ce qui concerne l’Univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue” [Albert Einstein]

“Pour détruire le régime bourgeois, il suffit de corrompre sa monnaie.” [Lénine]

226 réactions et commentaires

  • step // 06.09.2012 à 15h46

    nationalisation des pertes et privatisation des bénéfices rien de nouveau sous le soleil.

      +0

    Alerter
  • Lamy // 06.09.2012 à 15h51

    Comment peut-on agir ? a notre niveau de Citoyen ? C’est terrible de se sentir à ce point désarmer…

      +0

    Alerter
    • Bébèl // 06.09.2012 à 16h04

      Rien, on ne peut strictement rien, car notre système dans lequel nous vivons n’est tout simplement pas une démocratie. La seule solution, c’est de couper des têtes.
      Mais en fait ce qu’il va vraiment se passer, c’est que l’argent va partir tranquillement de nos poches et finir dans chez Goldman Sachs. La Grèce doit de l’argent à cette banque (voir l’épisode du maquillage des comptes et notre ami Mario Draghi, ancien de la maison, vient de faire le nécessaire pour que ce casse gigantesque soit possible. Le pire c’est que la totalité de nos politiques sont complices!

      Hé, elle est pas belle la vie? 

        +0

      Alerter
      • Sylvain // 06.09.2012 à 19h22

        100% d’accord

          +0

        Alerter
    • Eric // 06.09.2012 à 16h22

      Vouz ne pouvez pas, j’ai vécu dans une dictature, dans une nouvelle démocratie et dans deux démocraties. La difference devient presque marginale. L’élécteur n’a pas le temps ni l’envie de comprendre les vrais enjeux. Il vote avec le sentiment de l’instant sur des sujets superflus et il laisse une situation pourri à ses enfants.

      La seul solution c’est d’instaurer, come en Suisse un système de démocratie directe, les gens seraient appelés à débatre et leur choix est légal en non pas consultatif.

        +0

      Alerter
    • Leveau // 06.09.2012 à 16h40

      oula y adéprime! c’est pourtant simple,
      soit tu vas au cinoche manger une glace en te disant que de toute façon la fuite en avant (ou la guerre des monnaies c’est pareil), ça ne te concernera pas de ton vivant puisque le pic pétrolier c’est pour dans au moins 150 ans et qu’on est bien assez intelligent d’ici là pour trouver le moyen de produire et consommer plus avec moins.
      soit, non rien… va voir un bon film et repose toi, parce que demain va falloir taffer dur pour avoir un copec en poche (et rémunérer ton vieux de ses efforts passés)

        +0

      Alerter
    • jaicruvoir // 06.09.2012 à 19h16

      Notre démocratie est une dictature entre deux élections

        +0

      Alerter
    • yoananda // 06.09.2012 à 19h30

      Il doit y avoir des moyens relativement simple pour tout un chacun :
      ne mettre ses sous en banque
      réduire ses déclarations fiscales… oups, il faut dire “optimisation fiscale”.
      Moi je suis passé au 3/5ème, je gagne moins, mais je paye moins.
      et donc consommer moins pour se faire moiins taxer. Produire local, échanger avec ses amis, se retrouver au coin du feu au lieu d’aller bouffer une glace au ciné.
      tu t’achettes un vélo et tu dis merde a PSA et Renault
      tu rembourses tes crédit, achètes de l’or.
      bref y a plein de moyen légaux de ne pas coopérer …
      après … ils changeront la lois, et il sera temps d’aller encore plus loin.

        +0

      Alerter
    • JLM // 06.09.2012 à 19h43

      Le seul endroit qui fait mal à un banquier c”est son portefeuille
      Donc vous pouvez retirer vos fonds de votre banque ce sera deja un 1er pas
       

        +0

      Alerter
      • Christophe Vieren // 07.09.2012 à 09h39

        J’ysonge. Mais pour les mettre où ?
        La Nef/Crédit coopératif, socéité coopérative de finance solidaire, est une banque “éthique”, c’est déjà un bon point. mais est-elle plus sure que les autres (j’tiens pas à tout perdre non plus !), nos dépots y sont-ils garantis au même titre que dans les autres banques ? J’ai envie de dire oui mais j’ai une chance sur deux de me tromper. Je suis preneur d’un avis éclairé ? Voir d’un article sur cette banque

          +0

        Alerter
        • Antoine // 08.09.2012 à 12h59

          Le crédit coopératif est une banque accréditée, la NEF non (c’est pour ça que la NEF s’adosse au crédit coopératif pour les comptes courants et livrets). En d’autres termes, le CC devrait être sujet aux mêmes garanties que les autres banques.
          Pour la santé financière de la NEF, il faut lire les documents consultables sur son site ( http://www.lanef.com/ ), par exemple les rapports annuels. Sans rentrer dans le détail, le capital et l’activité de la NEF sont croissants depuis sa création, et la crise n’a pas interromput ce rythme. Ça ne dit rien sur la qualité de l’activité, mais c’est tout de même encourageant.
          Enfin nul besoin de tout mettre à la NEF ou au CC, y ouvrir déjà un livret ou un compte à terme ou investir en parts de capital est un bon début (normalement il y a une réduction d’impôts sur l’achat de parts de capital à horizon 5 ans ou plus).
           

            +0

          Alerter
  • Coma81 // 06.09.2012 à 15h53

    Merci pour ce rappel nécessaire, quand toute le gauche saute de joie (http://www.alternatives-economiques.fr/la-bce-s-attaque-enfin-a-la-speculation-obligataire_fr_art_633_60301.html)
     
     

      +0

    Alerter
    • G L // 06.09.2012 à 21h14

      Alternatives Economiques a écrit : “L’OMT se focalisera sur l’achat de bons du Trésor dont la maturité va de 1 à 3 ans, y compris les obligations de plus long terme pour lesquelles il reste 3 ans et moins de maturité.”

      Un détail ? 

        +0

      Alerter
    • Laurent // 07.09.2012 à 14h01

      Bonjour,

      Forcément, ils n’ ont pas raison. Rappelez vous ces publicités qui vous proposent de réunir tous vos crédits en un seul et où vous payerez moins ( mais plus longtemps et finalement plus cher ).
      Nous sommes un peu dans cette situation : Les Etats vont payer moins cher pour s’ endetter . Rien ne choque dans cette phrase ? Un peu si quand même : Les Etats vont continuer à s’ endetter.
      Les choses se feront telles qu’ elles doivent se faire… A un moment, la dette sera tellement énorme qu’ elle représentera quasiment l’ ensemble des recettes fiscales. Il faudra donc encore et toujours augmenter les taxes, paupérisant encore plus la population. Des choix ( ou des contraintes ) se poseront alors à chacun de nous.
      Mais l’ inéluctable arrivera, nous pouvons , aujourd’hui encore plus qu’hier, en être certain…

        +0

      Alerter
  • sylvain // 06.09.2012 à 16h10

    Comment se déroule l’étape de stérilisation ? je n’ai pas encore compris le mécanisme

      +0

    Alerter
    • totor // 06.09.2012 à 16h35

      Ah ben c’est très simple: les oblig’ restent cantonnées à la BCE. Ca sert juste à transférer les pertes desdétenteurs privés d’obligation vers la BCE et in fine vers le contribuable quand il faudra (un jour lointain) déboucler tout ça. Quel scandale…
      Y a pas,en mettant un Goldman Sachs à la tête de la BCE, c’était couru d’avance. A voir maintenant si les Allemands nous sauvent du pétrin, vu que c’est pas monsieur Super Normal qui va le faire…
       

        +0

      Alerter
      • TZYACK // 07.09.2012 à 09h45

        Il n’ y aura JAMAIS de débouclage !

          +0

        Alerter
    • chris06 // 06.09.2012 à 19h03

      @Sylvain,

      la BCE détient à son actif des titres de dette sur des débiteurs divers et variés (sur les banques commerciales, les Etats, etc…).

      A chaque fois qu’un débiteur rembourse la BCE, ceci revient à une destruction monétaire. Stériliser veut simplement dire que les quantités de monnaie centrale injectées par la BCE lors d’acquisitions d’actifs (ici des obligations publiques espagnoles ou italiennes) se feront à un rythme correspondant  au remboursement des créances qu’elle détient déjà et qui arrivent à terme.
      Bien entendu il peut y avoir un délai entre les achats d’actifs et la stérilisation, ce qui veut dire une création monétaire temporaire qui est détruite ensuite.
       

        +0

      Alerter
      • sylvain // 06.09.2012 à 20h46

        @chris06 merci explication très claire, sans offenser O. Berruyer et totor.

          +0

        Alerter
      • Mat // 07.09.2012 à 09h02

        Je reviens sur cette histoire de stérilisation. Ok, la BCE va acheter des bonds en créant autant de monnaie qu’elle en détruit lorsque ces bonds arrivent à terme. Mais les intérêts ? Comme c’est la BCE qui possédera les bonds, c’est elle qui encaisse les intérêts. Par contre, du côté des états, rien n’a changé. Ils payent les intérêts comme avant. Étant surendetté, le cout des intérêts ne pourra qu’être supporté par de nouvelles émissions de bonds … achetés par la BCE. 
         
        Si je comprends bien, ce ne sera pas une stérilisation à volume constant, le volume de ces bonds ne cessera pas d’augmenter. J’ai bien compris ? La seule solution est que les états arrivent à se désendetter, mais vu la competition économique entre les états et les différentes cures d’austérités qui ne mènent à rien, j’y crois pas dix secondes…
         

          +0

        Alerter
        • chris06 // 07.09.2012 à 09h47

          “Ok, la BCE va acheter des bonds en créant autant de monnaie qu’elle en détruit lorsque ces bonds arrivent à terme.”

          non, pas quand ces bonds arrivent à terme mais  quand n’importe quelle créance qu’elle détient arrive à terme.

          “Mais les intérêts ?”

          les intérêts que touche la BCE des Etats n’ont strictement aucune importance, la BCE est à 100% la propriété des Etats, donc c’est de l’argent qui sort d’une poche pour rentre dans une autre, la situation nette pour l’ensemble gouvernemental consolidé (Etats + banque centrale) reste totalement inchangée. 

          “Si je comprends bien, ce ne sera pas une stérilisation à volume constant, le volume de ces bonds ne cessera pas d’augmenter. ”

          Non,  la BCE n’aura pas besoin d’acheter des quantités grandissantes de bons italiens et espagnols pour maintenir un prix plancher. Le simple fait qu’elle annonce qu’elle est prête à le faire de manière illimitée donne une garantie à ceux qui détiennent ces obligations qu’ils ne pourront perdre d’argent. Pourquoi se débarrasseraient ils d’un investissement au prix garanti par la BCE qui leur rapporte un intérêt? 

            +0

          Alerter
          • Mat // 07.09.2012 à 12h31

            Hum… ok, je vois. Le problème création/destruction de monnaie est un problème de flux : il faut que la somme des créances arrivant à terme soient du même ordre de grandeur que les bonds à acheter. Et au vu de la garantie de la BCE, les gens ne vont pas se débarrasser de leur bonds, donc le volume de créances à racheter a des chances de rester faible. Ça se tient.
             
            Reste la question du “que se pase-t-il lors du défaut d’un état ?”. J’ai vu une de tes réponses à ce sujet dans un post plus bas, j’y scrolle 😉

              +0

            Alerter
      • Noël, Pierre Noël // 07.09.2012 à 19h58

        Elle peut aussi revendre des “actifs” qu’elle possède déjà (ce qui en fera baisser les prix), surtout si ses besoins d’action (achat des obligs) dépasse les montants de ses actifs venant à échéance.
        Elle peut p.ex. vendre des oblig d’état espagnoles à  long terme (dont les prix baisseront, donc leurs taux monteront, dommage collatéral de la manoeuvre) pour acheter les à courts terme (dont les prix monteront, donc leur taux baisseront, but de la manoeuvre)
        Lorsqu’elle a acheté sans “stérilisation”, donc en augmentant son bilan (en français = en faisant tourner sa planche à billets électronique) n’avait-elle pas promis que celui-ci dégonflerait, car à l’échéance elle détruirait sa monnaie ainsi récupérer (i.e. elle n’achètera rien à la place) ?

          +0

        Alerter
  • Patrick Luder // 06.09.2012 à 16h15

    J’aime beaucoup le … “la BCE retranchera ailleurs la somme consacrée à ce programme.”

    Le changement c’est pas pour maintenant => La folle cavalcade continue !!!!!!!!!!

    L’ensemble des dettes Européennes est tellement Gigantesque que tout ce cirque en devient ridicule. Je ne sais pas pourquoi je m’échine encore sur ce blog, je crois que je vais retourner à mes moutons, sans plus m’occuper des folies de ce monde.

      +0

    Alerter
    • Christophe Vieren // 07.09.2012 à 09h44

      Tu ne m’avais pas dit que tu avais des moutons. T’aurais pu me les montrer 😉

        +0

      Alerter
    • Vénus-Etoile du Berger // 08.09.2012 à 14h11

      @Patrick « je vais retourner à mes moutons»
      Bonjour Patrick,
      Vous ne pouvez pas suivre le troupeau, pas vous.
      Lorsque vous aurez terminé le chapitre le tricot pour les nuls, faites-nous signe !
      A vous lire. A bientôt.Vénus-Etoile du Berger

        +0

      Alerter
  • totor // 06.09.2012 à 16h15

    Et on peut faire quoi, en tant que citoyen non ploutocrate?

      +0

    Alerter
    • yoananda // 06.09.2012 à 19h39

      solde tes assurances vies si tu en as
      retire tes sous des banques. l’or c’est bien.
      “optimise” tes déclarations fiscales.
      passe dans l’économie non taxée, celle des soirées entre amis et l’intégration verticale et des échanges non monétisés.
      achètes un vélo et dis merde au sauvetage de PSA avec tes sous.
      il y a plein de moyens de ne pas confier notre argent a ces escrocs !
      car tout part de la, on leur confie notre argent (banques / fisc)
      pas de taxation sans représentation. Nous ne sommes pas représentés puisque nous avons dit “non” au traité européen.
      la dette est odieuse quand elle est utilisée contre l’intérêt des citoyens : http://fr.wikipedia.org/wiki/Dette_odieuse
      fais toi un potager au BRF (bois raméal fragmenté)
      refuse la médication a outrance et passe en mode “mon corps se soigne tout seul si je l’aide a le faire”,
      etc…
      deviens un surhomme en somme et pas un enfant apeuré

        +0

      Alerter
  • KOIKILENSOI // 06.09.2012 à 16h15

    Le plus simple serait quand même de nous indiquer directement les RIBs des investisseurs privés pour que nous y versions directement nos salaires, et nos économies… Pour la monnaie sonnante et trébuchante, un lieu  pour déposer ce que nous possédons, aux mêmes destinataires. Les choses seraient d’un seul coup beaucoup plus claires…

      +0

    Alerter
  • KOIKILENSOI // 06.09.2012 à 16h18

    A quand la reconnaissance simple d’un “vol légal”… Ou s’il est illégal, alors… Mais je crois bien que c’est la première solution…

      +0

    Alerter
  • Mathias // 06.09.2012 à 16h26

    j’ai pas compris cette phrase 🙁

    “…dont la valeur est en train de revenir près du pair, au vu de cette garantie, c’est la conséquence de la baisse des taux observée”

    j’ai quand même compris qu’on se fait encore entuber… 

      +0

    Alerter
  • Sylvain // 06.09.2012 à 16h33

    C’est magnifique!

    Merci pour ce billet Olivier.

    je suis d’accord, envoyer nous vos RIBs, ça ira plus vite 🙂 

      +0

    Alerter
  • Yves // 06.09.2012 à 16h39

    Ras le bol de cette ploutocratie … mais au fait, quel % de citoyens européens pensent comme nous ? Y a t il des stats / enquêtes non biaisées à ce sujet ? Prochaine étape : vote de Karlstat pour approbation ou NON de toutes ces bêtises. J’ose encore espérer que la décision de Karlstat sera bien indépendante de toutes pressions extérieures …

      +0

    Alerter
  • Jacques // 06.09.2012 à 16h39

    Votre départ de ce blog serait  (comme dirait le sémillant Mario Draghi) un… retranchement !
    Pour ne pas dire une perte !

    Et puis , ils ne sont pas si nombreux, ceux qui ont votre clarté d’exposition et ces connaissances qui nourrissent le débat…   

      +0

    Alerter
  • SnoiD // 06.09.2012 à 16h39

    Il me semble que les titulaires d’emprunts russe ont reçu une compensation ces dernières années.

      +0

    Alerter
  • wagrez // 06.09.2012 à 16h40

    L’Espagne est insolvable, même avec des taux d’intérêt plus bas. Conclusion, elle va faire défaut un jour ou l’autre et les obligations détenues par la BCE ne vaudront plus grand-chose.

    Cette action n’est encore qu’une méthode de plus pour reporter les vraies décisions à plus tard. Mais que peut faire Mario Draghi quand les dirigeants politiques n’arrivent pas à se mettre d’accord? Rien que des expédients. Nous ne sommes donc pas plus avancés qu’avant.
     

      +0

    Alerter
    • SnoiD // 06.09.2012 à 16h44

      Bah tout simplement ne RIEN faire ! Et encore moins ce pour quoi il n’a pas de mandat car là je vois pas où ça stabilise les prix de racheter de la dette pour descendre des taux d’emprunt.

        +0

      Alerter
  • SnoiD // 06.09.2012 à 16h47

    J’attends avec impatience l’intervention Delamarche de la semaine prochaine “Noël en septembre” est de retour 😀

      +0

    Alerter
  • Grrr // 06.09.2012 à 17h02

    C’est fou! Allez, un petit Perrier pour faire passer cette pilule de plus!

      +0

    Alerter
  • GG75 // 06.09.2012 à 17h03

    Que faudrait il faire? Laisser les investisseurs privés et les banques faire vraiment faillite en cas de defaut? J’avoue que c’est tentant mais… c’est plus ou moins ce qui est arrivé en 1929 et il s’en est suivi 10 ans d’extreme misère économique/socile et une guerre mondiale… Est ce que la comparaison est pertinente?
    En essayant de voir le verre à moité plein (je sais que pour beaucoup ici c’est très difficile), on peut penser que les USA sont dans une situation pire que l’Europe (car tout est relatif…) et il est clair que la compétitivité est supérieure sur le vieux continent s’en parler de la balance commerciale. Ne peut on pas envisager une sortie de crise plus rapide en Europe avec plus de fédéralisme et une mutualisation des dettes? Au final je pense que l’Europe à une carte à jouer pour prendre la place et le rôle actuel des USA au niveau mondial. Quoi qu’on en dise c’est pas demain que la Chine, l’Inde ou le Brésil prendrons le leadership mondial (ni la Russie!).
     

      +0

    Alerter
    • Leveau // 06.09.2012 à 18h04

      t’inquiète dont pas pour Vladimir! il a du sourir aujourd’hui lui aussi…. y a de la frèche qui rentre ils vont pouvoir faire grimper les enchères!
      goldam aussi, va se faire une jolie petite plus value sur l’investissement.
      ça roule on vous dit! fiou ya plus personne qui a la foi ici ou quoi!

        +0

      Alerter
    • Dadone // 07.09.2012 à 08h32

      Non la comparaisons ne tient pas la route.
      En 1929 il n’y avait une réserve de croissance, la création monétaire (selon le principe que la monnaie crée la croissance) était une nécessité.
      De nos jours il n’y a aucune réserve de croissance la création monétaire ne crée plus de la  croissance depuis plus 30 ans mais favorise la montée de inégalités.
      Les deux crises sont très différentes et la solution qui est appliqué aujourd’hui à notre crise actuelle était effectivement celle qui aurait fonctionné en 1929, pas de nos jours…

        +0

      Alerter
  • Brainbug // 06.09.2012 à 17h08

     
     
    C’est un article complotiste ! La BCE pour nous rendre tous heureux et fait des actions dans l’intérêt des citoyens ! (ironique)
    A part ça, il faut absolument garder l’Union Européenne. Quel beau projet.
    Sortons de l’UE, l’Euro, l’Otan et faisons un défaut sur la dette point.
    Ce qui est drôle c’est que les meilleures années économique françaises l’ont été lorsqu’elle avait la plus grande indépendance..
    Mais bon, c’est bien fait pour tout le monde. L’homme ne comprend que dans la douleur, jusqu’à la rendre esclave de la dette.
    Un pays Européen, Un seul peuple Européen, Un leader européen.
    Ça ne vous rappel rien à personne ? Apparemment ils ont gardé une doctrine des années 40 et tout le monde court après sans faire le parallèle.
    Mais bon moi je dis ça..
    Bref, pitoyable.
     

      +0

    Alerter
    • Salva // 06.09.2012 à 17h21

      Sortons de l’UE, l’Euro, l’Otan et faisons un défaut sur la dette point.
      Je crains fort que l’hyperclasse ne soit pas d’accord avec vous.
       

        +0

      Alerter
  • Arsenic // 06.09.2012 à 17h14

    Euh…les gars. Excusez-moi de m’immiscer dans votre conversation mais vos réponses m’inquiètent autant que la situation. Ne trouvez-vous pas que l’attentisme de rigueur évoqué ici et tel qu’on le pratique depuis quelques années est encore plus toxique que les manoeuvres crapuleuses des Goldmen Sachs Boys et de leurs disciples  ? 
    Pourquoi se gêneraient-ils puisqu’il n’y a pas de réaction en face d’eux ? 

      +0

    Alerter
  • reset // 06.09.2012 à 17h15

    c’est officiel ce ne sont pas les pays faibles qui partiront en première.

      +0

    Alerter
  • Salva // 06.09.2012 à 17h16

    Mais la BCE ne crée-t’elle pas de la monnaie de cette façon? En quoi son bilan en serait alourdi si elle crée la monnaie? Certes ça fera de l’inflation.

      +0

    Alerter
  • Armand // 06.09.2012 à 17h33

    Merci pour la mise au point,qui est vraiment salutaire. La réaction enthousiaste des marchés confirme votre analyse : y’a du fric à se faire (autre version : prend l’oseille et tire-toi). Quand aux peuples d’Europe, ma foi, qu’ils crèvent…
     
    Mauvaise affaire, donc, dans la droite ligne de la politique qu’on connait depuis trop longtemps : avez-vous vu que la dernière idée géniale pour combattre le chômage en Grèce est d’augmenter le temps légal de travail ? 
     
    Cela dit, heum… je crains que vos trois citations soient apocryphes, et deux au moins ne peuvent pas correspondre à la pensée de leur auteur présumé (Einstein a bataillé toute sa vie pour prouver que l’univers est infini, et Lénine ne voulait pas corrompre la monnaie). N’en faites pas un troll, ce n’est pas très grave, mais je trouve ça dommage de répéter en boucle des citations inventées.

      +0

    Alerter
  • wagrez // 06.09.2012 à 17h43

    Il y a deux solutions pour sortir de la crise:
    – on mutualise les dettes: l’Allemagne ne l’acceptera pas sans une certaine forme d’intégration européenne que le peuple souverain français refuse. Donc inapplicable.

    – la France sort de l’euro et fait défaut: le défaut est indispensable et la sortie de l’euro aussi car la France sera en permanence obligée de dévaluer sa monnaie (le défaut est un fusil à un coup) pour éviter les réformes structurelles dont le peuple souverain ne veut pas. Solution la plus plausible aujourd’hui.

      +0

    Alerter
    • Leveau // 06.09.2012 à 18h44

      ben là franchement si on se la joue pronostique je ne vous suis pas!
      la mutualisation de la dette se fera et aussi le fédéralisme… parce que le peuple est souverain de que dalle. Depuis la nuit des temps le peuple fait ce que son dirigeant veut faire. Il se trouve juste qu’à ce moment de l’histoire, les dirigeant vont devoir se regrouper parce qu’en Europe on a tout ce qu’on veut mais on a pas de pétrole.
      maintenant groupé ou pas, que les monnaies aient la valeur de la bouse de chianli ou pas… c’est pas leur problème…je veux dire par là qu’on ne pourra pas dire “hou les méchants qui ont fait les cons” puisque il y a un facteur exogène a leur capacités décisionnelles qui justifiera la débâcle. 
      Ils sont donc absolument irresponsables les responsables…
      Être responsable, implique des sacrifices, des choix du renoncement à certaines choses au profit d’autres qui nous rendent plus humains, plus heureux…aimer son prochain quoi. En ce qui me concerne si flamby (c’est juste un exemple) me prend dans ses bras en me disant je t’aime , sérieux pour un coup, j’y met un coup de boule.
       

        +0

      Alerter
  • Tycer // 06.09.2012 à 18h22

    Ne peut on pas organiser une manifestation à Paris? C’est la seule solution de se faire entendre, on le sait.

    Est-ce que vous viendriez si elle était organisée?
     

      +0

    Alerter
    • Vénus-Etoile du Berger // 06.09.2012 à 19h34

      Demande à Jack Lang de l’organiser.
      Il a créé la fête de la musique, il est à l’origine du concept de Zénith avec le Zénith de Paris, côté organisation il doit connaître.
      Il pourrait créer la fête de la finance, Why not ? 

        +0

      Alerter
  • Plim // 06.09.2012 à 18h26

    En fait, je ne comprends pas comment l’argent imprimé par la BCE est “stérilisé”, car si je ne me trompe il n’y a pas d’obligation des banques à redéposer à la BCE, l’argent fraichement imprimé. La stérilisation ne fonctionne que par la défiance que les banques ont entre elles, vrai ou faux ?

      +0

    Alerter
  • amorgos // 06.09.2012 à 18h39

    A vrai dire, DRAGi n’avait pas le choix, la course contre la montre est perdue pas les politiques incapables de prendre des décisions,  et la BCE a du donc réagir pour sauver le court terme sachant que de la monnaie illimitée sur le moyen et long terme est dangereux ! La BCE a compris qu’elle n’avait plus que cette solution quand elle compris l’accélération de la crise ! 

      +0

    Alerter
  • amorgos // 06.09.2012 à 18h42

    Les pays du sud suivent les objectifs sournois de HOLLANDE : pousser l’Allemagne à sortir de l’Euro la première pour ne pas en porter le poids de l’Histoire . Notre président normal est bien plus fin qu’on ne le pense. ET IL VA Y ARRIVER ! 

      +0

    Alerter
    • Leveau // 06.09.2012 à 19h10

      aller aujourd’hui c’est fête, je vous prend au mot et je tiens le pari: Hollande contre goldman. faites vos jeux rien ne va plus.

        +0

      Alerter
    • TZYACK // 07.09.2012 à 10h02

      FH a été à bonne école avec FM, le florentin !

        +0

      Alerter
  • Bourdeaux // 06.09.2012 à 18h49

    Je complête ce billet par une petite info supplémentaire: Mr DRAGHI a également renoncé au statut de créancier privilégié. Soyonas donc certain d’une chose: au prochain pépin, DRAGHI passera le dernier avec son chapeau ou un gobelet plastique, des fois qu’il reste un p’tit quekchose pour lui…enfin, pour nous.

      +0

    Alerter
  • DAN // 06.09.2012 à 19h10

    J’espère que Mario Draghi va racheter massivement et rapidement les obligations pourries de tous les pays plombés , nous devons le soutenir dans cette démarche , ceci aura pour conséquence la sortie rapide de l’allemagne , de la Finlande etc… de l’euro. et par conséquence ceci provoquera un tsumani qui aura un effet salutaire d’assainir le secteur financier pourri et la remise des pendule à l’heure , car dans ces strucures actuelles l’europe n’avait pas encore besoin de l’euro , elle a bien fonctioné pendant 50 ans sans !!

      +0

    Alerter
    • Gilles // 07.09.2012 à 03h17

      Je ne suis pas si sûr de cela, car la manipulation de Draguignol et consorts rend un démantèlement  de l’euro quasi impossible. En effet, il faudrait que les pays membres éponges les pertes en cas de sortie d’un des leurs.

        +0

      Alerter
    • TZYACK // 07.09.2012 à 09h55

      Il y une grande différence entre racheter et prendre en garantie !

        +0

      Alerter
  • Luc van Mulders (Serfix blog) // 06.09.2012 à 19h15

    Dernier jour …

      +0

    Alerter
  • jaicruvoir // 06.09.2012 à 19h25

    n’y a t-il pas de risque que les états transforment les emprunts long terme en des courts terme si les taux 3 ans de la BCE sont à zéro dans 2 ou 3 mois.
    Exemple notre gouvernement emprunterai à Zéro % quelques 40 à 50 milliards sur 3 ans pour financer les dépenses courantes etc…..

      +0

    Alerter
  • Fab78 // 06.09.2012 à 19h38

    Un mot de moins, et le texte n’aurait pas eu la même saveur: Eurotunnel.
    Eurotunnel et tout s’éclaire sur les buts, les conséquences, et les responsabilités (au sens civile et non pénal).

    Doit-on payer pour les actionnaires d’Eurotunne ?

      +0

    Alerter
  • Clement // 06.09.2012 à 19h44

    Il me semble évident que cette histoire de stérilisation ne sera à terme pas respectée compte tenu du volume énorme de dette que la BCE devra racheter avec le temps. Je rappelle que les budgets ne sont pas prêts de repasser dans le vert, donc toujours plus de dette, toujours plus de rachat …
    Cette histoire de stérilisation c’est pour faire passer la pilule chez Angela. Mais personne n’est dupe: dans 3 mois c’est oublié

      +0

    Alerter
  • BIGGLOP // 06.09.2012 à 19h47

    Merci de cette analyse Olivier, effectivement la BCE est devenue une Bad Bank surtout après les deux LTRO et la qualité du « collateral » apporté.
    Après ces opérations, la taille de son bilan serait passé à 4000 mds € soit presque le double de la FED (2200 mds €).
    Les fonds propres représentaient 69 mds € soit 2 %, et en rajoutant une réserve de réévaluation de 120 mds €, on atteindrait péniblement 5 %, inférieur aux exigences (réduites) de Bâle III pour les banques privées.
    Le braquage des états (et des citoyens) continue, avec ces nouvelles mesures, cela revient encore à transférer de la dette privée à la dette des états par le biais de la BCE, car in fine les garants sont les contribuables européens
     

      +0

    Alerter
    • TZYACK // 07.09.2012 à 09h59

      Il n’y a pas de transfert puisqu”il n’y a pas de rachat mais seulement des prises de garanties fiduciaires. 

        +0

      Alerter
  • fabien775 // 06.09.2012 à 20h01

    Vous pouvez retourner le problème dans tout les sens, la machine infernale de la finance Goldman Sachs and Co va continuer à tout détruire sur son passage pour engranger toujours plus de frics. Ils sont sans foi ni loi et se fichent pas mal de ce que peuvent devenir les peuples

      +0

    Alerter
  • BIGGLOP // 06.09.2012 à 20h10

    Hors sujet, Martin “Papa Schulz” (PSD), membre de l’Internationale Socialiste (Papandreou, Hollande…) et Président du Parlement Européen a osé proposer la création de Zones Economiques Spéciales en Grèce, des camps de travail, soutenu par le ministre de l’économie Philipp Rösler
    ARBEIT ……
    Informations sur la Grèce, OKEANEWS
     

      +0

    Alerter
    • yoananda // 06.09.2012 à 20h23

      Je croyais que l’esclavage avait été aboli et l’esclavage pour dette interdit ?
      on m’aurait menti ?
      Et pourquoi pas EuroVegas tant qu’on y est !

        +0

      Alerter
      • BIGGLOP // 06.09.2012 à 20h47

        Chouette, nous allons faire “un retour vers le passé” grâce au sauvetage permanent des banques. Retour vers les XVIII, XIX èmes siècles, vers l’Assomoir de Zola

          +0

        Alerter
  • yoananda // 06.09.2012 à 20h16

    C’est génial, grâce a cet argent gratuit on va pouvoir :

    faire le nouveau cellier
    faire les emplois d’avenir pour les jeunes
    sauver Marseille
    sauver le crédit immobilier
    encadrer les loyers
    faire encore plus baisser le prix de l’essence
    Hollande pourra même finir son mandat et peut-être se faire ré-élire !

    bref, tout ce qui fonctionne comme ça a été prouvé mainte fois.

      +0

    Alerter
  • Nico4 // 06.09.2012 à 21h01

    Finalement c est un jeu d’enfant 
    Pile je gagne, face tu perds 

      +0

    Alerter
  • yoananda // 06.09.2012 à 21h07

    J’ai une question qui me tarabuste et que je voudrais soumettre a la sagacité des lecteurs ?
    Qu’est-ce qui s’est passé a la mi novembre 2011 ? on a un gros point d’inflexion sur plusieurs indicateurs majeurs.
    Le cours de l’or en Euro a baissé, le spread France / Allemagne aussi, le taux grec aussi…
    http://www.bloomberg.com/quote/.FRAGER10:IND
    http://www.bloomberg.com/quote/GFRN10:IND
    http://france-inflation.com/cours-de-l-or-lingot-et-napoleon.php
    apparemment le 15 novembre les choses ont vraiment basculé pour les marchés.
    correction : http://www.bloomberg.com/quote/gggb10yr:ind
    ça n’a pas l’air lié a la Grece dont les taux ont chuté après son défaut.
    quelqu’un se souvient ?

      +0

    Alerter
    • Totor // 07.09.2012 à 00h57

      L’annonce des LTRO je suppose…

        +0

      Alerter
      • yoananda // 07.09.2012 à 11h06

        Ha oui ca semble coller, même si ca n’explique pas le jour précis du basculement, les périodes d’annonce et de mise en place correspondent.
        Mais j’aurais pensé que le LTRO aurait fait monter l’or au lieu de le faire baisser. Le but étant de faire baisser les oblig, les gens se seraient réfugiés sur l’OR ?

          +0

        Alerter
        • wagrez // 07.09.2012 à 11h30

          Pour moi cela semble logique que l’or baisse.
          L’or est une valeur refuge qui ne rapporte rien. Les investisseurs achètent de l’or en raison des craintes qu’ils ont sur les autre actifs (obligations, actions).

          L’opération de LTRO avait pour objectif de fournir de la liquidité aux banques afin d’éviter une crise financière. Cela a fonctionné, donc les investisseurs sont revenus sur des actifs qui rapportent des intérêts ou des dividendes et ont quitté l’or.

          Ce fut comme une annonce de gros orage, tout le monde court se mettre à l’abri (or), et dès que l’orage semble passé ou évité, les gens sortent à nouveau (autres actifs).

            +0

          Alerter
        • totor // 07.09.2012 à 11h46

          Je pense qu’avec les LTRO, la BCE a annoncé qu’elle acceptait certaines obligations comme collatéral. Donc, les banques ont pu revenir vers les oblig’ pour récupérer de la liquidité, plutôt que de se ruer sur l’or qui devenait de plus en plus LE collatéral universellement accepté. Olivier, dis moi, si je dis une connerie!

            +0

          Alerter
    • TZYACK // 07.09.2012 à 10h55

      C’est parce que j’ai dit “Si l’endettement d’un Etat devient équivalent à son PIB, il faut que le taux de croissance de son PIB « inflaté » soit alors supérieur au taux moyen des intérêts de sa dette, s’il veut honorer, au moins, le service de sa dette (Effet de ciseaux) et ne pas finir ruiné ou faire défaut.”

        +0

      Alerter
  • Macarel // 06.09.2012 à 21h17

    Pour nous simples citoyens, cela ne change rien on aura droit à l’austérité comme dab…

      +0

    Alerter
  • ab // 06.09.2012 à 21h41

    “Nous sommes sauvés ! (Bon par contre va falloir raquer mes amis)”
    Je ne comprends pas comment l’Allemagne à pu abdiquer sur une telle décision.

      +0

    Alerter
  • Olivier D. alias ze kat // 06.09.2012 à 22h50

    Cette bidouille ne pourra pas marcher éternellement, ils ne font que retarder l’inéluctable ; il viendra un moment où ne pouvant plus – taper dans le gras de la BCE -, ils voudront – sucer le sang des contribuables – en voulant les imposer et taxer plus qu’ils ne peuvent le supporter.
    Ceci ne pourra que raviver la lutte des classe. Avez-vous remarqué comment les début de la dérégulation financière, la financiarisation de l’économie, le déséquilibre dans la répartition des richesses et des bénéfices de la croissance correspond à cette époque de l’apaisement de la lutte des classes ?

      +0

    Alerter
  • caroline Porteu // 06.09.2012 à 23h32

    Non seulement Draghi fait un empilage de garanties de nature différentes, de risques différents , de taux différents , à des maturités différentes , avec son programme de stérilisation !! Empilage que ne renierait pas un Madoff .
    Mais il a inventé le mouvement perpétuel :
    Les banques achètent des OAT à taux supérieur aux liquidités allouées par la BCE … grâce aux liquidités dégagées , qu’elles pourront revendre tout de suite sur le marché secondaire à la BCE , en gardant à leur profit le différentiel de taux ..
     Et enfin : les garanties pourries acceptées par la BCE en collatéral de stérilisation font de la BCE une très bad bank , ce qui n’a aucune importance puisque si elle devait être recapitalisée , tous les pays de la zone euro seraient obligés de s’y coller 
    A titre d’exemple : 
    la BCE accepte désormais de recevoir des actifs adossés à des crédits immobiliers, à des crédits accordés à des petites et moyennes entreprises, à des crédits automobile, à du crédit à la consommation et à des crédits d’immobilier commercial, avec comme exigence qu’ils soient notés au moins “triple B”.
    http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRL5E8HM7X820120622
     
    GAGNANT GAGNANT POUR LES FINANCIERS son système .. 
    pour les peuples c’est moins sûr !!!!


    En fait , je crois que de plus en plus d’Européens commençant à évoquer la monétisation directe des Etats par la BCE , Draghi a trouvé d’urgence un subterfuge pour faire oublier cette très mauvaise idée , qui dessaisirait les banques de leur pouvoir d’influence . 

      +0

    Alerter
  • Gilles // 07.09.2012 à 03h54

    M. Berruyer, chers blogueurs, j’ai besoin d’éclaircissements, car je veux être sûr de bien comprendre.
    Moi BCE décide “si nécessaire” d’acheter sans limite des titres de dette publique sur le marché secondaire.
    Le “si nécessaire” se déclenche lorsque les taux d’emprunt de pays membres deviennent trop élevés (de façon subjective).
    Dans ce cas, moi BCE je rachète donc au prix du marché et à qui en a besoin (créanciers privés, états) les dettes pourries que plus personne ne veut?
    Or, sauf vente en contre-partie d’actifs particuliers type or ou devises,… la BCE ne crée alors pas dans ce cas précis de monnaie. Il y a donc bien stérilisation.
    J’imagine cependant que les réserves d’actifs ma BCE ne sont pas infinies, il arrivera un moment ou moi BCE je devrais créer comptablement de la monnaie. Ma première question 1- Comment celle-ci peut elle être “stérilisée”?
    2- Que font les créanciers privés ou les états de l’argent de ces rachats de la BCE? S’ils le replace au chaud dans le bilan de la BCE? Pas de problème il y a stérilisation MAIS elle est provisoire, car qu’arrive t-il lorsque ces créanciers feront sortir les capitaux du bilan de la BCE? Il y aura création de monnaie et donc Inflation voire hyper-inflation?
    D’avance merci pour vos éclaircissements M. Berruyer.
     

      +0

    Alerter
  • Armand // 07.09.2012 à 04h57

    @Olivier D.

    Avez-vous remarqué comment les début de la dérégulation financière, la financiarisation de l’économie, le déséquilibre dans la répartition des richesses et des bénéfices de la croissance correspond à cette époque de l’apaisement de la lutte des classes ?

    Je crois au contraire qu’elle n’a jamais été si violente, se doublant de surcroît d’affrontements meurtriers au sein de la classe dominante. mais si par « apaisement », vous voulez parler du recul du front de classes contre cette même classe dominante, vous avez hélas ! évidemment raison.

      +0

    Alerter
  • Benjamin Franklin // 07.09.2012 à 06h46

    2 possibilités :

    -ils sont sérieux.
    Alors tous les pays où les dirigeants ont encore un peu de plomb dans la cervelle et/ou des couilles (le Nord, quoi) vont sortir de l’euro, et le reste va s’écraser économiquement. Les joyeux partisans de l’inflationnite aigue pourront alors faire la comparaison des politiques économiques dans 5 ans simplement en franchissant la frontière.

    -c’est du bluff.
    La condition “adhérer au FESF” impliquera des conditions tellement drastiques qu’en pratique, un pays qui pourra s’y soumettre n’en aura en fait déjà plus besoin. Et puis le FESF ne démarre qu’en 2013, ça laisse le temps à quelques Etats de faire faillite d’ici là.
    Un peu comme le coup du “pacte de croissance” à 120 milliards. Les allemands cherchent surtout à gagner du temps en bluffant les investisseurs le temps de lancer les “réformes structurelles” un peu partout.

      +0

    Alerter
    • norbix // 07.09.2012 à 07h52

      Ou alors ils tentent de faire tenir le système pour ne pas déranger les élections allemandes de l’année prochaine.

        +0

      Alerter
    • chris06 // 07.09.2012 à 08h21

      bah non, tous les pays vont s’écraser, bien évidemment!

      Tout ce qui est fait ici c’est gagner du temps et je te garanti qu’aucun gouvernement européen va essayer de faire autre chose.

        +0

      Alerter
    • step // 07.09.2012 à 08h59

      le problème étant que l’on cherche toujours le pays qui réagit correctement aux réformes structurelles. Si c’est du bluff, cela ne va pas durer car quand tous les pays en cure d’austérité sombreront immenquablement en récession lourde, il faudra soit concrétiser le bluff soit dire “oups, pardon c’était bien tenté hein !”.

      A mon avis la mère Merkel, n’a rien contre la planche à billet (même “en principe stérilisée”) car elle permet de maintenir l’illusion patrimoniale des 50+, qui en allemagne est une base électorale absolument incontournable. Quitte à sacrifier le futur. C’est ça un politique, la prochaine élection…   

       

        +0

      Alerter
  • David // 07.09.2012 à 07h56

    Honnêtement, je ne crois pas une seconde que les états renflouerons la BCE si elle accumulait les pertes.
    Bien évidemment les traités sont fait ainsi, mais j’imagine pas que les pays accepteraient de lever de la fiscalité pour payer l’addition. Si la situation devait se produire, je parierai sur de l’émission monétaire aprés une série de plans de la dernière chance et d’ultimes tractations.

      +0

    Alerter
    • Derek // 07.09.2012 à 08h46

      Tout à fait d’accord avec vous.
      Les états ne recapitaliseront jamais la bad bank BCE. La manip actuelle consiste plutôt à tirer un trait à plus ou moins long terme sur les dettes des  pays insolvables. Comme la BCE ne fera pas faillite (ça n’aurait pas de sens et ce n’est pas possible dans ses statuts), on vient juste d’assister au début d’une création monétaire massive. Difficile d’en prédire l’impact inflationniste, ça dépendra de l’ampleur du défaut des pays concernés. En revanche, je pense que cette inflation sera particulièrement douloureuse car je ne vois pas les salaires augmenter en parallèle de la hausse des prix pour les pays à balance commerciale déficitaire (suivez mon regard).
      Je suis moins sévère que les lecteurs du blog sur la manip BCE, c’est ce qui pouvait arriver de moins pire (et c’était même écrit depuis longtemps). Le scénario BCE consiste à gagner du temps au prix d’un peu d’inflation en espérant que les réformes structurelles permettront à la zone euro de tirer son épingle du jeu et limiter les impacts du choc inflationniste. Je ne vois pas vraiment d’autres solutions. Je rejoins M.Berruyer pour dire que c’est un pari risqué mais je n’en vois pas de meilleur.
       

        +0

      Alerter
      • chris06 // 07.09.2012 à 09h29

        “on vient juste d’assister au début d’une création monétaire massive”
        bah non, la création monétaire massive ça fait plus de trente ans qu’elle dure. L’intervention annoncée hier par la BCE n’entraînera pas de création monétaire massive.
        “Difficile d’en prédire l’impact inflationniste, ça dépendra de l’ampleur du défaut des pays concernés.”
        si, on peut prédire que cela n’aura pas d’impact inflationniste. Au passage, un défaut d’un des pays concernés (qui, tel que c’est parti, ne risque pas d’arriver avant belle lurette) aurait un impact déflationniste, pas inflationniste. Un défaut détruit de la monnaie en circulation, pas le contraire. 

          +0

        Alerter
        • Derek // 07.09.2012 à 09h48

          J’ai du mal à penser qu’un défaut d’un pays (suivi en général d’une dévaluation) soit déflationniste, mais si vous le dîtes …
          Dire que l’opération BCE OMT n’aura pas de conséquence inflationniste me paraît faire partie de la catégorie des paris risqués. Cela dit, après tout, un pari est un pari …

            +0

          Alerter
          • chris06 // 07.09.2012 à 10h10

            c’est pourtant pas bien compliqué à comprendre :

            inflationniste : augmentation du niveau d’endettement public et privé
            déflationniste : diminution du niveau d’endettement public et privé (qui peut se faire soit par désendettement, ie remboursement des dettes, ou par défaut

            Quand un agent économique (qu’il soit privé ou public) fait défaut sur toute ou partie de sa dette, la quantité de monnaie correspondante est détruite, ie retirée de la masse monétaire.

            L’opération de la BCE n’aura pas de conséquences inflationnistes pour la simple raison que la masse monétaire n’augmentera pas. Ce n’est pas du Quantitative Easing comme le fait la FED mais du Qualitative Easing. C’est à dire que ce n’est pas une augmentation quantitative du bilan de la BCE mais un changement qualitatif (la qualité des actifs diminue).

              +0

            Alerter
          • Mat // 07.09.2012 à 13h19

            Hop hop hop ! Voilà un sujet intéressant. Que se passe-t-il lors d’un défraut de paiement. Je reprends les étapes dans l’ordre, n’hésitez pas à me corriger, je suis toujours en train d’essayer de comprendre 😉
             
            1) Un pays, au hasard la Grèce, emets un bond de 100
             
            2) Une banque de premier rang, pour avoir de la monnaie centrale, emprunte 100 de monnaie centrale à la BCE. La BCE crée cet argent et le donne à la banque en conservant une garantie de la banque, un bond allemand, par exemple.
             
            3) Une fois pourvue en monnaie centrale, la banque achète le bond grecque. La Grèce obtient 100 sur son compte à la BCE, -100 pour la banque et la possession du bond.
             
            4.1) La grèce rembourse l’emprunt avec les intérêts. Donc -(100+intérêts) sur le compte de la Grèce et +(100+intérêts) pour la banque. La banque rembourse son prêt à la BCE donc -(100 + intérêts) pour la banque et la BCE détruit 100 et conserve les intérêts. (Je pense bien qu’il reste un petit qq chose pour la banque au passage)
             
            4.2) La grèce fait défaut. Ne connaissant pas le mécanisme, la suite est ma compréhension actuelle, n’hésitez pas à me corriger. Donc la grèce fait défaut. Elle ne rembourse pas la banque. La banque manque de monnaie centrale pour rembourser son prêt à la BCE et la BCE ne peut donc pas détruire l’argent initialement créé. Si cela est correct, au final, il y a donc de la monnaie centrale en circulation qui ne peut pas être détruite, donc augmentation de la masse monétaire (ou plutôt non diminuation) avec les potentielles effets inflationnistes que cela peut engendrer.
             
            J’ai comme l’impression que c’est plus compliqué…

              +0

            Alerter
          • Derek // 07.09.2012 à 13h44

            @Mat
            C’est très exactement ma compréhension. Dans le cas d’un défaut (ou de la dépréciation d’un actif de la BCE non couvert par une recapitalisation, ce qui est mon scénario), il n’y aura plus de contrepartie à la masse monétaire introduite lors de l’achat des dettes du pays concerné et donc création monétaire ex nihilo. Dit autrement plus d’argent en face de moins d’actifs, d’où pression inflationniste. 
             C’est mon analyse, mais je ne suis pas spécialiste. J’aimerais franchement savoir ce qui se passe dans le scénario où la  bad bank BCE n’est pas recapitalisée malgré la dépréciation de ses actifs suite à défaut partiel d’un pays, ce qui est la plus forte probabilité selon moi.  

              +0

            Alerter
          • Mat // 07.09.2012 à 14h52

            Comprends plus rien… Je suis à peu prêt certain que tous ces bonds souverains sont libellés en monnaie centrale. Donc seule des institutions ayant un compte à la BCE peuvent acheter/vendre ces bonds. Est-ce le cas des Sicav ? Je ne crois pas. Par contre rien empêche une banque de “vendre” ces bonds contre de la monnaie secondaire auprès d’une Sicav. Je suis d’accord que l’épargnant a perdu son épargne en cas de défaut, mais le problème de la banque reste entier du point de vue monnaie centrale, non ?
             
            En ce qui concerne la “nécessaire” recapitalisation de la BCE par les états en cas de défaut d’un pays. Je ne comprends pas non plus. La BCE n’est pas une banque comme les autres, elle est bien l’autorité ultime de création de l’euro, non ? Comment peut-elle être en faillite par manque de monnaie qu’elle a la possibilité de créer ? Je ne dis pas que c’est souhaitable, ni que c’est la solution, mais conceptuellement, quelle est la limite ?

              +0

            Alerter
  • xxx // 07.09.2012 à 08h41

    Avec une piqure de morphine, la douleur disparait, mais le mal cintinue de ronger!!

      +0

    Alerter
  • step // 07.09.2012 à 08h51

    Tiens on discutait dans un post précédent de ce que pouvait penser la génération Y (avec les compères posteurs leveau et Brice, si je me souviens bien), voilà un exemple, fotes d’otografe compris:

    “bon et bien c’est fait il nous reste xx jours à vivre dans ce cadre comme le marketing oblige de le mentionner. Les pays du nord partiront en premier, l’allemagne aura son escuse pour prendre son temps comme l’oblige le calendrié ouest post-empire. Et oui on sauvent les papyboomers avec cette injection de faux argent les jeunes resteront sans emploi les entreprises continueront a licencier. C’est normal qu’ils aient le privilège de terminer cette civilisation elle etait faite a leurs images. “

      +0

    Alerter
  • Bigtof // 07.09.2012 à 09h00

    Si je comprends bien, la BCE paye de la dette à X% (entre 7% et 15%) aux banques en leur promettant de racheter les oblig afin de rassurer les banques et de faire baisser les taux de financement de ces pays…
    Donc, je maintiens : je préfère que la BCE prête directement à 0% à ces mêmes états. Ça a au moins un avantage : arrêter d’enrichir ces p…… de banques de m…. !!!

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications