Les Crises Les Crises
4.novembre.20224.11.2022 // Les Crises

Crise financière : la descente aux enfers ? Gaël Giraud, Raphaël Rossello & Gilles Raveaud – Thinkerview

Merci 152
J'envoie

Source : Thinkerview, Youtube, 24-10-2022

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fabrice // 04.11.2022 à 16h37

J’ai du mal avec l’assimilation voiture égale luxe, quand l’intervenant a dit ça il voyait son optique d’habitant de grande ville, mais je crois qu’il oublie la province et du fait de la fermeture des hôpitaux, administrations, écoles que ses habitants sont forcés de faire des dizaines de kilomètres pour la moindre démarche, le moindre soin ou travail.

Sans transport en commun à la hauteur des villes, la voiture est une nécessité, quand les grosses têtes oublient cette réalité et se font moralistes ils sont quasi certains de transformer des mesures environnementales en sanctions punitives pour ceux qu’ils oublient ou ignorent royalement passant clairement celles-ci en mépris ordinaire venant d’en haut au lieu d’inciter à l’adhésion.

14 réactions et commentaires

  • Guadet // 04.11.2022 à 08h11

    Vous avez vu que Gaël Giraud s’est fait taper sur les doigts à cause de ce qu’il a dit sur Macron et Rothschild ?
    On l’a accusé de complotisme et il a dû s’excuser !
    Quelqu’un a-t-il des renseignements là-dessus ?

      +7

    Alerter
    • jp // 05.11.2022 à 00h53

      il y a eu un mot dans « copsiracy warch » à ce sujet

      « GAËL GIRAUD. Le dimanche 23 octobre, la chaîne YouTube ThinkerView a une nouvelle fois reçu Gaël Giraud, directeur de recherche au CNRS et président d’honneur de l’Institut Rousseau. Au cours de l’entretien, l’économiste a affirmé que l’ancien banquier David de Rothschild aurait « un grand projet eschatologique qui est la privatisation absolue du monde et la médiocrisation de l’État de manière qu’un traumatisme comme les nationalisations de 1981 ne soit plus possible ». Quant à Emmanuel Macron, il serait tout simplement sous la coupe de Rothschild..
      … Le chercheur a publié sur Twitter une mise au point dans laquelle il présente ses excuses, provoquant critiques et déception de la part de ceux que ce récit avait enchantés  »

      https://www.conspiracywatch.info/%f0%9f%94%b4-conspiracy-news-43-2022.html

        +5

      Alerter
      • Guadet // 05.11.2022 à 07h30

        Merci.
        Présenté comme le fait « conspiracy watch », ça a l’air conspirationiste, à part que ça déforme le propos jusqu’à relever de la diffamation.
        Dommage que les Jésuites n’aient pas défendu Gaël Giraud. Sauf que, dans l’Église, on n’aime pas les mots crus, même s’ils désignent la réalité, on préfère les mots très enrobés, surtout quand il s’agit du pouvoir en place.

          +2

        Alerter
        • Fabrice // 05.11.2022 à 08h01

          C’était particulièrement idiot de cibler un intervenant comme rothschild alors que les preuves ne manquent pas de l’interventionnisme de mac kinsey, blackrock, …. l’aliénation n’est pas lié à un intervenant malgré l’histoire passée mais à un système qui a porte ouverte pour faire avancer leurs intérêts contre ceux des français.

            +1

          Alerter
          • Guadet // 05.11.2022 à 12h05

            Qui cible ? Qui est idiot ? Giraud n’a fait que partir du CV de Macron et de voir quelle expérience il a pu en tirer. Il ne cherchait pas à désigner le responsable du système, ce qui aurait pu à la rigueur motiver l’accusation de complotisme.

              +6

            Alerter
  • Fabrice // 04.11.2022 à 16h37

    J’ai du mal avec l’assimilation voiture égale luxe, quand l’intervenant a dit ça il voyait son optique d’habitant de grande ville, mais je crois qu’il oublie la province et du fait de la fermeture des hôpitaux, administrations, écoles que ses habitants sont forcés de faire des dizaines de kilomètres pour la moindre démarche, le moindre soin ou travail.

    Sans transport en commun à la hauteur des villes, la voiture est une nécessité, quand les grosses têtes oublient cette réalité et se font moralistes ils sont quasi certains de transformer des mesures environnementales en sanctions punitives pour ceux qu’ils oublient ou ignorent royalement passant clairement celles-ci en mépris ordinaire venant d’en haut au lieu d’inciter à l’adhésion.

      +13

    Alerter
    • moustif // 07.11.2022 à 13h08

      D’accord pour la province, mais il ne faut quand même pas oublier qu’une part non négligeable des Français se rendent au travail en voiture alors qu’ils habitent a moins de 5km de leur taf… (60% d’après insee) https://www.insee.fr/fr/statistiques/5013868
      Ca en dit long sur les efforts qu’il nous reste a faire.
      Même quand le prix du carburent explose, certains ne l’envisagent tout simplement pas car transpirer 3 gouttes a pédaler, c’est sale voyez vous…

        +1

      Alerter
      • Incognitototo // 07.11.2022 à 19h36

        Le problème des raccourcis, des généralisations et des moyennes, c’est qu’ils induisent en erreur sur les vrais données et problèmes.

        C’est probable que nombre d’automobilistes pourraient adopter des modes de déplacements plus doux… mais en réalité pas sûr que ce soit possible, ni même que cela changerait significativement quelque chose par rapport aux émissions polluantes.

        En effet, le chiffre de 60 % que met en avant l’Insee est tendancieux tel qu’il est présenté. Leur tableau récapitulatif (Figure 3) donne 60,3 % d’utilisateurs de véhicule pour des distances inférieures à 5 km, et 80,4 % pour des distances supérieures à 5 km ; il y a donc un problème puisque cela fait plus de 100 % et pour cause : leur tableau est un relevé par tranche tous modes confondus, sans être rapporté au total des seuls trajets en voiture (ni d’ailleurs au contexte des relevés).

        On remarque donc que l’Insee fait du sensationalisme puisqu’il ne donne pas le nombre total des déplacements sur lequel ont été établis les % d’utilisation ; ce qui ne permet aucunement de savoir la proportion réelle de trajets de moins de 5 km en auto. En effet, on comprend bien que s’il y a 1 000 trajets de moins de 5 km pour 1 million de trajets de plus de 5 km, ça change tout pour les proportionnalités.

        Allons faisons-le en partie pour eux. Si on en croit les données téléchargeables (pour les trajets domicile-travail), seuls 27 % du total des trajets en voiture sont inférieurs à 5 km ! Étonnant, non ?…

        Mais plus généralement, en l’absence de contextualisation, difficile de conclure que ceux qui utilisent leur véhicule (même pour de courts trajets) abusent vraiment.

        Si l’Insee voulait vraiment nous aider à comprendre pourquoi les déplacements doux sont préférés ou rejetés, il devrait contextualiser ses relevés :
        – possibilité de substitution par des transports en commun ou pas, ainsi que disponibilité et temps de trajet si la substitution est possible,
        – répartition des contextes d’utilisation des véhicules,
        – contexte des reliefs géographiques des parcours,
        – étendue de l’agglomération et répartition par destination (habitations/activités/commerces/…),
        – distance domicile-travail à parcourir par catégorisations (exemple, en IDF 70 % des déplacements sont interbanlieue)
        – pluviométrie et températures locales (majoritairement les utilisateurs de vélo s’en passent quand il pleut, et à Paris par exemple, c’est presque 1/3 du temps),
        – capacités physiques des populations à utiliser le vélo et sur quelles distances,
        – et cetera…

        Bref, quand nos politiques voudront bien se pencher sur les besoins réels des populations, ils pourront arrêter de faire de l’idéologie et de prendre des mesures pour le spectacle. Peut-être même qu’ils trouveront de vraies solutions et arrêteront de ponctionner (à outrance : 79 Md€ de prélèvements pour les automobilistes), stigmatiser et persécuter les automobilistes.

          +5

        Alerter
        • moustif // 08.11.2022 à 10h33

          Évidement chaque situation est différente et ca n’est pas possible pour tout le monde.
          J’ai de nombreux exemple perso de gens qui habitent en ville et qui ne font juste pas l’effort car la voiture c’est plus simple, plus confortable, ca va pas plus loin que ca. On ne veut plus transpirer, être sous la pluie (mon dieu), faire un effort physique tout simplement…
          L’aménagement de territoire est évidement aussi central dans cette histoire, j’habite Angers et on y construit encore, en 2022, des piste cyclables partagés sur le trottoir (a chaque arrêt de bus c’est complètement bloqué, génial) avec des aller et venu sur la route tous les 50m… C’est extrêmement dangereux et ca n’incite clairement pas les gens a utiliser leur vélo.
          Quelque chose que le gouvernement pourrait faire c’est donner une vraie compensation financièrement a ceux qui abandonne la voiture, pour au minimum compenser la non déclaration des frais kilométriques…
          Pour le reste c’est compliqué effectivement, on vends aux Français depuis 50ans le rêve du pavillon individuel a la campagne et maintenant il faut tout changer car l’énergie n’est plus gratuite, ca va pas être simple.

            +2

          Alerter
          • Incognitototo // 08.11.2022 à 21h09

            Vous êtes hors sujet de ma réponse concernant la non-pertinence des chiffres de l’Insee…
            En outre, utiliser des cas personnels et particuliers pour en tirer des conclusions, ce n’est pas sérieux… parce que je pourrais également vous citez tout autant de cas inverses.
            L’aménagement des territoires est effectivement central, mais pas vraiment dans le sens que vous indiquez, même si évidemment on connaît tous des aménagements absurdes (et dangereux) décidés par des politiques qui n’ont aucun sens pratique (l’IDF en est plein).
            Le vrai problème est plutôt de continuer à promouvoir un urbanisme où les destinations ne se mélangent pas.
            À paris dans les années soixante, nous n’avions quasiment jamais besoin de prendre de transports puisqu’on pouvait tout faire (et notamment travailler) dans un rayon de moins de 3 km… Tout cela a été balayé au profit de systèmes concentrationnaires à destination exclusive (activité, logement, commerces …) qui obligent perpétuellement à se déplacer sur de longues distances (11 km en moyenne pour l’IDF) ; c’est une aberration pour tout… et nous ne prenons pas le chemin de mettre fin à cette absurdité.
            Il existe déjà beaucoup de dispositifs (nationaux et régionaux), pour aider notamment à mettre à la casse des véhicules thermiques (cf. : prime à la conversion). Problème : pas sûr qu’en gaspillant ce qui a déjà coûté très cher pour acquérir un objet qui coûte également très cher, cela soit un choix conforme aux objectifs écologiques… Je suis même sûr que c’est totalement aberrant par bien des aspects, sans que jamais on ne s’attaque aux problèmes de fond… enfin, au moins ça fait marcher le commerce… à mince, justement c’est le problème principal. Mais il est vrai que nos politiques (de tous bords) sont devenus des champions toutes catégories pour déplacer, aggraver et créer de nouveaux problèmes, sans jamais s’attaquer aux problèmes de fond.

              +0

            Alerter
  • politzer // 05.11.2022 à 14h26

    « nous sommes dans une démocratie » ? comme en 2005 ? LOL
    quand tout va bien pour le capital ok on ns laisse croire à la « démocratie » mais quand on touche à l essentiel alors là c est pile je gagne et face tu perds ! Ravaud a dû oublier cet épisode fort intéressant et parlant sauf pour les sourds ou les économistes la tête farcie de préjugés bourgeois en dépit de leurs efforts pour penser en dehors de leur classe d origine !Oui ns somme sen démocratie pour les très riches en effet et leur affidés !

      +1

    Alerter
  • politzer // 05.11.2022 à 15h01

    c’est triste d assister au spectacle de ces trois brillants esprits qui n ont rien compris au stade du capitalisme dans lequel nous subissons les dégâts. Ils ne voient même pas que la sociale démocratie Schroeder ou Hollande ou DSK, etc ont été achetés par le groupe « multimilliardaires réunis » franco-ricain » bref le mur du pognon ! Lénine montre très bien dans on ouvrage cité comment le surprofit impérialiste permet d acheter des larges couches ouvrières ou d employés qui se rangent derrière le mur du fric qui leur offre une vie meilleure que celle de la moyenne des Français . Hollande = 40000€ de retraite, Sarkozy probablement pareil, etc , plus voiture de fonction, secrétariat, gardes du corps, tout ça aux frais de la princesse ! le plus minuscule socialo va trouver une place dans le fromage d état pourvu qu il vote bien! les syndicalistes bénéficient eux aussi d un traitement de faveur tant qu ils ne font pas trop de misères au patronat. C est ce qui échappe à nos conférenciers et pourtant ils sont au courant de cette corruption de masse .

      +2

    Alerter
  • Anne // 05.11.2022 à 21h54

    J’ai été sidérée par les propos de fin sur le capitalisme des “parties prenantes “. N’est-ce pas exactement la doctrine du WEF?
    Vu sous cet angle la diatribe de G.Giraud sur Rothschild et surtout sur Macron qui serait semblable à un “enfant-soldat” sonne de manière vraiment étrange.
    S’agit-il d’un dérapage ou bien G.Giraud a réellement voulu faire passer un message?
    Lors de son premier passage sur Thinkerview, il avait déjà eu des propos assez comparables ( en termes de sensationnel) – il avait parlé des élites françaises qui rêveraient d’importer le modèle chinois en France et seraient prêtes à s’expatrier en Suède pour fuir les conséquences du changement climatique.

    J’en conclus que c’est sa manière de faire. Mais je ne comprends pas trop l’objectif recherché ( car par ailleurs ses propositions sont totalement alignées avec celles du great reset et de la transition écologiques)

      +2

    Alerter
  • remips // 06.11.2022 à 16h02

    Vers 1h54: Mr Raveaud se plante grave. Nokia ce n’est pas suédois. Mais finlandais.
    Du coup il se décrédibilise. J’en sais quelque chose puisque l’entreprise qui a poursuivi les travaux de Nokia dans le smartphone, c’est la compagnie Jolla Oy qui a produit un premier smartphone puis une tablette. Jolla Oy n’a pas eu les moyens de continuer les développements sur le matériel mais a continué les développements sur le logiciel. C’est Sailfish OS. Que j’utilise au quotidien.
    Nokia, pour sa division smartphone, s’est fait torpiller par Microsoft.
    Du coup, mis à part quelques entreprises qui font construire leurs smartphones en Chine ou en Inde, il ne reste pratiquement rien en Europe.

      +3

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications