Les Crises Les Crises
2.novembre.20222.11.2022 // Les Crises

La journaliste Katie Halper a été licenciée pour avoir qualifié Israël d’État d’apartheid

Merci 362
J'envoie

The Hill a licencié Katie Halper de son émission matinale, Rising, pour avoir décrit la politique d’Israël comme équivalente à l’apartheid. C’est un acte de censure flagrant pour faire taire une journaliste pro-palestinienne.

Source : Jacobin Mag, Branko Marcetic
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

La représentante Rashida Tlaib (D-MI) au Capitole le 12 mai 2022 à Washington. (Chip Somodevilla / Getty Images)

Malgré tous les progrès réalisés par la cause palestinienne en termes de sympathies américaines, la critique du gouvernement israélien et de son traitement des Palestiniens reste le principal tabou du discours politique américain. Il suffit de voir ce qui est arrivé à Katie Halper cette semaine.

The Intercept rapporte aujourd’hui que Halper, une podcasteuse populaire de gauche et co-animatrice de Useful Idiots [Les idiots utiles, NdT] avec Matt Taibbi, a été licenciée en début de semaine de Rising, l’émission politique matinale du Hill, pour laquelle Halper faisait une émission hebdomadaire le week-end depuis trois ans. Après avoir enregistré une chronique, cette fois sur la récente controverse concernant les commentaires de Rashida Tlaib sur l’apartheid israélien, Halper a d’abord appris que son « Radar », comme on appelle les chroniques dans l’émission, était retardé pour être examiné.

Rapidement, Bob Cusack, rédacteur en chef de Hill, lui a annoncé qu’elle ne serait pas diffusée du tout, lui disant qu’elle n’était « pas dans notre zone de couverture ». Lorsque Halper lui a demandé explicitement si le sujet était refusé parce qu’il concernait Israël, il a confirmé que c’était la « raison » et que le Hill se concentrait principalement sur la politique intérieure et non étrangère. Peu de temps après, un cadre lui a dit par courriel qu’il n’aurait pas besoin d’elle pour enregistrer une émission le lendemain. « Nous vous souhaitons bonne chance », a-t-il ajouté.

On ne sait pas exactement à quoi Cusack faisait référence lorsqu’il a dit que le Hill ne couvrait pas la politique étrangère. Rien que la semaine dernière, les autres co-animateurs de Rising ont présenté des sujets sur les élections brésiliennes, le nouveau Premier ministre néofasciste de l’Italie, le scandale du micro du président sud-coréen [Lors d’une visite à New York, Il a tenu des propos désobligeants sur les législateurs américains, alors qu’il y avait un micro allumé, NdT] et de multiples séquences sur la guerre en Ukraine. Et si le monologue d’Halper a été largement consacré à l’exposé des preuves de la qualification d’Israël par Tlaib comme État d’apartheid, il comportait également un domaine intérieur. En effet, Israël est devenu un point hautement sensible dans la politique américaine et la guerre de factions au sein du Parti démocrate, avec des responsables de l’establishment, pro-Israël, qui se sont ligués contre la socialiste Tlaib.

Cela semble être une nouvelle ligne éditoriale pour le programme. Selon Ryan Grim, qui a révélé l’histoire de Halper et qui a lui-même enregistré plus de 150 Radars en tant que co-animateur de Rising, « il n’y a pas de processus d’approbation ». Les animateurs téléchargent simplement leur script sur un téléprompteur et enregistrent. Krystal Ball, qui a codirigé l’émission pendant des années, affirme que si elle et son coanimateur Saagar Enjeti ont dû faire face à des refus occasionnels sur certains sujets, ils n’ont « jamais été bloqués pour des invités ou des sujets ».

Il est difficile de savoir ce qui motive cette situation. Mais une chose qui a changé depuis le passage de Ball et Enjeti dans l’émission est le changement de propriétaire du Hill, qui a été vendu au conglomérat médiatique Nexstar Media Group, Inc. pour 130 millions de dollars en août dernier. Ce mois-ci, Psagot Value Holdings Ltd, une société d’investissement basée à Tel Aviv, a acheté 6 100 actions de Nexstar, pour un montant de plus d’un million de dollars.

Mais il y avait déjà des signes d’un possible changement de la ligne éditoriale du Hill sur Israël avant même cela. Fin août, Nexstar a confié le poste de directeur adjoint de la rédaction de NewsNation, sa chaîne câblée, à Jake Novak, un journaliste qui a passé les dix-huit mois précédents comme directeur des médias du consulat général d’Israël à New York. Novak est récemment devenu tristement célèbre pour avoir été mêlé à la controverse sexuelle des mineurs de Matt Gaetz, dans laquelle il a semblé admettre au dessinateur de Dilbert, Scott Adams, qu’il était impliqué dans la tentative d’extorsion du riche père de Gaetz afin de faire parvenir des millions de dollars à un « chef d’équipe commando » pour libérer un otage américain en Iran.

Novak a approuvé l’abandon par Donald Trump du soutien américain à la solution à deux États du conflit israélo-palestinien, et il a plaidé pour qu’Israël construise davantage de colonies illégales sur les terres qui constitueraient un hypothétique État palestinien, affirmant que cela « apporterait plus de paix, de prospérité et de liberté aux Israéliens et aux Arabes. » Six jours avant l’annonce de son embauche, Novak a animé une présentation à l’université Bar-Ilan intitulée « Défendre Israël contre les préjugés des médias – Comment combattre les préjugés des médias d’information et des médias sociaux contre Israël : la meilleure défense est une bonne attaque ». Il s’agissait d’une mise à jour d’une conférence qu’il avait donnée en 2016 sur la défense de la réputation d’Israël, que l’animateur a décrite comme « une master class absolue de relations publiques en diplomatie. »

Il y a certainement une inclinaison politique dans les dons politiques de Nexstar. Au cours du cycle électoral de 2016, le CA de l’entreprise a donné 80 % de son argent à des groupes affiliés au GOP [Parti républicain, NdT], un chiffre qui est passé à 100 % au cours du cycle de 2018. Son PDG a donné six fois plus aux membres républicains de haut rang du Congrès qu’aux Démocrates au cours des dix dernières années, quel que soit le parti au pouvoir. Ses dons sont plus équilibrés aujourd’hui, mais les Démocrates auxquels Nexstar fait des dons ont tendance à être plus centristes, établis et pro-israéliens, comme Jerry Nadler, Jamie Raskin, Kathy Castor et Hakeem Jeffries.

Si Nexstar est motivé par un penchant pro-israélien qu’il applique dans sa programmation, c’est une préoccupation sérieuse. Après avoir acheté Tribune Media en 2019, Nexstar est devenu le plus grand propriétaire de télévision de diffusion locale du pays, devançant le groupe Sinclair Broadcast Group, explicitement de droite. Selon un rapport d’août 2022 auprès de la SEC, la société atteint maintenant près de 40 % de tous les foyers américains de télévision, et elle possède, exploite et fournit des services à 199 stations de télévision et une station de radio AM à travers Washington, et trente-neuf États. Dans son dossier, l’entreprise rappelle que la Cour suprême a annulé, en avril 2021, les limites imposées par la FCC à la propriété des médias locaux.

Halper est loin d’être le premier commentateur de gauche à être licencié pour un discours pro-palestinien. Marc Lamont Hill a perdu son poste à CNN pour un discours appelant à « une Palestine libre de la rivière à la mer », tandis que le rédacteur en chef de Current Affairs, Nathan Robinson, a perdu la chronique régulière qu’il écrivait pour le Guardian depuis quatre ans après avoir sarcastiquement tweeté que le Congrès « n’est en fait pas autorisé à autoriser de nouvelles dépenses à moins qu’une partie de celles-ci ne soit destinée à acheter des armes pour Israël ». Ce mois-ci, un rapport commandé par Facebook lui-même a déterminé que les politiques de censure de la société « ont eu un impact négatif sur les droits humains » des Palestiniens, en raison de la politique du deux poids-deux mesures de la société en matière de « modération » des publications palestiniennes par rapport aux publications israéliennes.

Rédacteur

Branko Marcetic est un des rédacteurs de Jacobin, il est aussi l’auteur de Yesterday’s Man : The Case Against Joe Biden [L’homme du passé, le dossier contre Joe Biden, NdT]. Il vit à Chicago, dans l’Illinois.

Source : Jacobin Mag, Branko Marcetic, 01-10-2022

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Manuuk // 02.11.2022 à 07h53

Et nous en France, Anne Sophie Lapix a été virée du JT de France à cause de son franc-parler face à Macron.

On rappelle que pendant le débat de l’entre deux tours, elle avait été écartée par France Télévisions, car ni Macron ni Lepen ne voulaient d’elle. Et ça c’est encore plus grave. Les candidats choisissent leurs journalistes… Absurdistan

Son erreur : poser des questions pertinentes.

Petit résumé : https://youtu.be/YH3dbc_xP0w

15 réactions et commentaires

  • James Whitney // 02.11.2022 à 07h13

    Mme Halper a l’intérêt de faire gatte. La prochaine foix c’est peut-être le sort de Julian Assange.

      +3

    Alerter
  • Manuuk // 02.11.2022 à 07h53

    Et nous en France, Anne Sophie Lapix a été virée du JT de France à cause de son franc-parler face à Macron.

    On rappelle que pendant le débat de l’entre deux tours, elle avait été écartée par France Télévisions, car ni Macron ni Lepen ne voulaient d’elle. Et ça c’est encore plus grave. Les candidats choisissent leurs journalistes… Absurdistan

    Son erreur : poser des questions pertinentes.

    Petit résumé : https://youtu.be/YH3dbc_xP0w

      +23

    Alerter
    • Ellilou // 02.11.2022 à 13h30

      Lapix n’est pas si dérangeante, ne vous inquiétez donc pas trop pour elle, c’est un bon petit soldat du journalisme qui sait jusqu’où il ne faut pas aller 🙂

        +9

      Alerter
      • Manuuk // 02.11.2022 à 19h13

        Vous vous rendez compte de l’absurdité de votre argument : « qui sait jusqu’où il ne faut pas aller »

        Si elle a été évincée du JT, la preuve que non, elle n’a pas été un bon petit soldat.

          +5

        Alerter
        • Ellilou // 07.11.2022 à 15h09

          Elle a disparu du paysage audiovisuel français? Aux dernières nouvelles elle avait encore sa place toute chaude au 20h de la 2 et officiellement toute la confiance de sa patronne qui la lui a publiquement renouvelée en audition parlementaire….donc je réitère: elle n’est guère ni à plaindre, ni dangereuse, et ne fait pas d’entrisme au sein de la rédaction. Tout son parcours ne montre qu’une journaliste tout à fait dans la ligne et faisant son travail comme on lui demande. C’est déjà pas si mal 🙂

            +0

          Alerter
  • Myrkur34 // 02.11.2022 à 08h57

    Vu les derniers résultats (provisoires et 70% de votants !) des élections israéliennes, on peut dire que la démocratie peut aussi amener des mauvaises personnes au pouvoir. Donc les israéliens ne devront pas venir pleurer quand cela tournera mal pour leur pays. A ne rien vouloir partager, on risque de tout perdre.

      +9

    Alerter
    • RGT // 02.11.2022 à 10h12

      Connaissez-vous UN SEUL CAS de « démocrassie » qui n’ait pas amené les mauvaises personnes au pouvoir ?

      Les « élections libres et non faussées » n’existent PAS dans les « démocrassies représentatives » dans lesquelles les « élus » doivent leur postes à ceux qui ont financé leur campagnes de caressage intensif du cul des électeurs.

      Tant que le mandat impératif (obligeant le « représentant » à tenir ses engagements pré-électoraux et à se soumettre à la volonté de ses électeurs pour TOUTE action au cours de son mandat et qu’il ne pourra pas être révoqué en cas de trahison de la population ou que les lois scélérates ne pourront PAS être abrogées par la population sur lesquelles elles s’appliquent les peuples vivront sous une dictature.

      Et qu’on cesse de nous bassiner avec la stupidité des « idiots qui ne comprennent rien », en fait, les décisions sont prises par ceux qui détiennent le pouvoir légal (mais totalement illégitime) de défendre leurs propres intérêts de caste au détriment des « intouchables ».

      Que ce soit aux USA, en France, en Russie, en Chine, en Iran ou en Israël les populations n’ont que le droit de se soumettre et d’obéir jusqu’à la mort aux injonctions des « dirigeants bienveillants » qui ne font que se tailler la bourre au niveau international (avec des « alliances » des trahisons et toute sorte de coups bas) afin de récupérer un maximum de profits sur le dos de leurs populations ou celles de leurs voisins plus ou moins lointains.

      Au moins, les pétromonarchies sont moins hypocrites et annoncent clairement la couleur : Tout contestataire sera immédiatement exécuté sur la place publique et son cadavre exposé au public jusqu’à pourrissement complet.

      Le seul indicateur de souci réel des dirigeants de « leur » population est, à mon avis, l’augmentation du niveau de vie et de la santé de la population (espérance de vie qui croît ou décroît).

      Si l’on se réfère à cet indicateur, la « communauté internationale » autoproclamée chute en bas du classement, particulièrement dans les « démocrassies libérales » basées sur le modèle anglo-saxon.

        +13

      Alerter
      • Djouga // 07.11.2022 à 14h29

        Quelques exemples d’élections qui ont porté des progressistes au pouvoir : Chavez au Venezuela, Morales en Bolivie, Correa en Équateur, Lumumba au Congo. Il y en existe sûrement beaucoup d’autres, même si je vous l’accorde ce sont en grande majorité les candidats soutenus par les puissances d’argent qui les remportent.

          +2

        Alerter
        • Ellilou // 07.11.2022 à 15h12

          Mujica en Uruguay et Allende au Chili 🙂

            +0

          Alerter
    • Myrkur34 // 06.11.2022 à 06h45

      Même le Monde trouve que cela commence à faire un peu beaucoup, les derniers résultats de l’élection israélienne. Avec le retour de Bibi à la tête d’une coalition de partis religieux et d’extrême droite.

      https://www.lemonde.fr/idees/article/2022/11/04/le-visage-nouveau-et-inquietant-d-israel_6148476_3232.html

        +0

      Alerter
  • Gaspard des montagnes // 02.11.2022 à 10h35

    1948 La même année où l’Inde accédait à l’indépendance, les juifs fondaient Israël. Autrement dit des occidentaux anglais partaient de leur colonie, tandis que d’autres occidentaux juifs s’installaient sur le territoire des palestiniens… cherchez l’erreur !
    Vu des arabes palestiniens, les israéliens ne sont que des colonisateurs à contre temps de l’histoire.
    Les seules inconnues sont la durée et les modalités de ce rejet.

      +8

    Alerter
    • Castor // 02.11.2022 à 21h42

      Cela prouve seulement qu’il n’y a pas de « sens de l’histoire ». L’histoire est une succession de paris à l’issue incertaine, de hasards, de tromperies, de réactions épidermiques.

      Il n’y a pas de progrès en histoire. Même la liberté individuelle (en Occident !) semble moins assurée de nos jours. Le pire danger ce sont toujours ceux qui prétendent agir au nom du Bien, qu’ils soient Juifs, pro-Arabes ou autres. Dans le genre Illuminés, avec leur « Destinée manifeste », les Etats-uniens sont bien partis pour remporter la palme. Il est très fréquent de nos jours d’identifier le Bien avec le « sens de l’Histoire ».

        +3

      Alerter
      • Gaspard des montagnes // 03.11.2022 à 06h35

        Forcement lorsque l’on regarde les petites péripéties locales et limitées dans le temps, on ne discerne pas les grandes tendances. Je ne parle par de sens de l’histoire, terme trop général et gonflé de certitude. Néanmoins, ma perception actuelle est celle du reflux d’occident depuis la WW2.
        Le poids de l’occident décline : 1 petit milliard d’habitants sur les 8 que compte actuellement la terre, alors qu’ils représentaient 25/30% en 1900.
        Sur le territoire de la Palestine (Israël et les territoires) il y a maintenant autant d’arabes que de juifs et la natalité joue en leur faveur : ils seront bientôt majoritaires !
        Quand de Gaulle était interrogé en privé sur la nécessité de donner son indépendance à l’Algérie alors que la rébellion était écrasée, il répondait mon village s’appelle Colombey les 2 églises, je ne veut pas qu’il devienne Colombey les 2 mosquées !!
        En fait l’occident redescend progressivement au niveau qu’il avait avant la révolution industrielle au 18e siècle alors que la Chine était la plus grande puissance mondiale. Il n’est d’ailleurs pas impossible que la glissade de l’occident s’accélère avec la guerre ukrainienne (blancs contre blancs), car les bombes (nucléaires compris) ne tomberont pas en Afrique ni en Asie !

          +4

        Alerter
        • Castor // 03.11.2022 à 14h05

          Les petites péripéties locales… je sais, je suis un esprit étriqué. D’ailleurs, le conflit arabo-israëlien peut parfaitement être qualifié de « petite péripétie locale », quand on vise la Grande Histoire.

          Ensuite vous jouez sur les mots avec « les grandes tendances » de l’histoire :
          « les israéliens ne sont que des colonisateurs à contre temps de l’histoire »,
          c’est bien dire qu’ils sont à contre-sens de l’histoire. Des colons occidentaux (mais pas que) en plein 21ème siècle, c’est sûr, ils tressent la corde pour être pendus : puisque le prétendu « sens de l’histoire » est celui de la libération des peuples.

          Que la civilisation d’Occident décline, le phénomène avait été bien vu par Paul Valéry dans ses « Variété ».
          Son idée, qu’il a reprise des Grecs et des Romains de l’antiquité, est qu’une société naît, grandit, puis meurt. Son autre observation est que l’Occident avait parié sur la qualité des individus et non sur le nombre, ce qui lui avait permis de dominer une grande partie du monde alors qu’il était minoritaire.
          Or le nombre refait surface comme déterminant majeur de l’histoire des civilisations. Car la connaissance, développée notamment par les occidentaux, se diffuse, et qu’elle est universelle par nature. Dans ces conditions la situation se ré-équilibre en faveur des plus grandes nations (et en faveur des plus stables).

          Chacune de vos affirmations suivantes mériterait un développement, mais je m’arrête là.

            +0

          Alerter
          • calal // 03.11.2022 à 20h45

            « que l’Occident avait parié sur la qualité des individus »
            et oui,on a renonce a la meritocratie pour passer a une hierarchie fondee sur la richesse financiere, sur la technocratie bientot sur les IA…
            il faut vite revenir a la meritocratie… et pour cela des n+1 doivent repasser au niveau n (principe de peter) et certains au niveau n doivent pouvoir tenter leur chance au niveau n+1

              +0

            Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications