Les Crises Les Crises
27.février.202127.2.2021 // Les Crises

Dans un climat autoritaire, Washington reste toujours militarisée – par Glenn Greenwald

Merci 87
J'envoie

Source : Glenn Greenwald

Traduit par les lecteurs du site Les Crises

L’idée de troupes dans les rues américaines pendant une période prolongée – une mesure extrême même si elle est temporaire – est maintenant devenue proche d’un consensus à caractère sacré.

Des soldats de la Garde nationale se rassemblent près du Capitole américain deux jours après l’inauguration du président américain Joe Biden, le 22 janvier 2021 à Washington (Photo par Paul Hennessy/NurPhoto via Getty Images)

Washington a été continuellement militarisée depuis la semaine précédant la prise de fonction de Joe Biden, lorsque 20 000 soldats de la Garde nationale ont été déployés dans les rues de la capitale du pays. La justification initiale était que cette démonstration de force massive était nécessaire pour assurer la sécurité de l’inauguration à la lumière de l’émeute du 6 janvier au Capitole.

Mais la cérémonie étant terminée, ces troupes restent et n’iront nulle part dans un avenir proche. En collaboration avec les agences fédérales de maintien de l’ordre, le Bureau de la Garde nationale a annoncé lundi qu’entre 5 000 et 7 000 soldats resteront à Washington jusqu’à la mi-mars au moins.

La justification de cette présence militaire nationale extraordinaire et prolongée s’est modifiée à plusieurs reprises, généralement à partir d’agents des forces de l’ordre américaines anonymes. La justification initiale – la nécessité d’assurer les festivités inaugurales – n’est évidemment plus valide.

La nouvelle exigence est donc devenue la suivante : le procès de destitution de l’ancien président Trump qui aura lieu au Sénat en février a nécessité des renforts militaires. Dimanche, Politico a cité « quatre personnes connaissant bien l’affaire » pour affirmer que « le procès de mise en accusation de Trump au Sénat, qui aura lieu prochainement, pose un problème de sécurité que les autorités policières fédérales ont déclaré aux législateurs la semaine dernière et qui nécessite que jusqu’à 5 000 soldats de la Garde nationale restent à Washington jusqu’à la mi-mars. »

Le lendemain, l’Associated Press, citant un responsable américain, a déclaré que le déploiement de troupes en cours était nécessaire en raison de « propos inquiétants sur le fait de tuer des législateurs ou de les attaquer en dehors du Capitole américain ». Mais le fonctionnaire anonyme a reconnu que « les menaces que les agents des forces de l’ordre traquent varient en spécificité et en crédibilité. » Même les troupes de la Garde nationale se sont plaintes qu’elles « n’ont jusqu’à présent reçu aucune justification officielle, aucun rapport de menace ou aucune explication pour la mission prolongée – et qu’elles n’ont vu aucune violence jusqu’à présent. »

Il est difficile de surestimer l’extrême importance d’une présence militaire prolongée dans les rues américaines. Les déploiements antérieurs ont été rares, et ont généralement été approuvés pour une période limitée et/ou pour réprimer un soulèvement très spécifique en cours – pour assurer la ségrégation pacifique des écoles publiques dans le Sud, pour répondre aux troubles à Detroit et Chicago dans les années 1960, ou pour réprimer les émeutes de Los Angeles de 1991 qui ont éclaté après le procès Rodney King.

Le déploiement de la Garde nationale ou de troupes militaires à des fins de maintien de l’ordre est si dangereux que les lois en vigueur depuis la fondation du pays limitent strictement son utilisation. Il n’est envisagé qu’en dernier recours, lorsque les menaces concrètes et spécifiques sont si importantes qu’elles ne peuvent être réprimées par les forces de l’ordre régulières en l’absence de renforts militaires. Déployer des troupes militaires actives est une mesure encore plus grave que de mettre des soldats de la Garde nationale dans les rues, mais les deux présentent des dangers. Comme l’a déclaré le secrétaire à la défense de Trump en réponse aux appels de certains au cours de l’été pour déployer des troupes en réponse aux manifestations de Black Lives Matter et d’Antifa : « L’option d’utiliser des forces d’active dans un rôle de maintien de l’ordre ne devrait être utilisée qu’en dernier recours, et seulement dans les situations les plus urgentes et les plus extrêmes. »

Sommes-nous, même de loin, dans un état aussi extrême où l’application ordinaire de la loi est insuffisante ? L’émeute du 6 janvier au Capitole aurait été facilement repoussée avec seulement quelques centaines de policiers supplémentaires. Les États-Unis sont le pays le plus militarisé au monde et possèdent la force de police la plus paramilitaire de la planète. Plus tôt dans la journée, le chef par intérim de la police du Capitole a reconnu qu’ils avaient une connaissance précise de ce qui était prévu, mais qu’ils n’avaient pas pris les mesures nécessaires pour le gérer.

De futurs actes de violence au nom de l’extrémisme de droite, ainsi que d’autres causes, sont très probables, voire inévitables. Mais l’idée que le pays soit confronté à une sorte d’insurrection armée menaçante que seuls les militaires peuvent réprimer est risible.

Rappelons qu’ABC News, le 11 janvier, « citant un bulletin interne du FBI obtenu par ABC News, » a affirmé que « à partir de cette semaine et jusqu’au jour de son investiture au moins, des manifestations armées sont prévues dans les 50 capitales des États et au Capitole américain ». Le journal a ajouté des informations hautement dramatiques et alarmantes :

Le FBI a également reçu des informations ces derniers jours sur un groupe qui appelait à « prendre d’assaut » les palais de justice et les bâtiments administratifs de l’État, des collectivités locales et du gouvernement fédéral, au cas où le président Donald Trump serait démis de ses fonctions avant le jour de l’inauguration. Le groupe prévoyait également de « prendre d’assaut » les bureaux du gouvernement dans chaque État le jour de l’investiture du président élu Joe Biden, que les États aient confirmé le résultat du scrutin pour Biden comme pour Trump.

Rien de tout cela n’est arrivé. Il n’y a pratiquement pas eu de troubles ou de violence pendant la semaine d’inauguration, à l’exception de quelques manifestations contre Biden organisées par des manifestants de gauche et anarchistes, qui se sont soldées par quelques vitres brisées au Parti démocratique de l’Oregon et quelques actes de vandalisme dans un Starbucks de Seattle. « Les partisans de Trump ont menacé les édifices d’État mais n’ont pas réussi à se montrer le jour de l’inauguration », a été le titre que NBC News a choisi pour tenter de justifier ce fossé entre les déclarations des médias et la réalité.

Cette menace semble être exagérée par la convergence des médias en quête d’audience, des forces de l’ordre en quête de pouvoir et des agents du Parti démocrate désireux d’exploiter le climat de peur pour mener une nouvelle guerre contre la terreur.

Mais le moment est mal choisi pour remettre en question quoi que ce soit, surtout pas les mesures prétendument prises au nom de la lutte contre l’extrémisme de droite blanc-suprémaciste, tout comme aucune remise en question des prétendues mesures de sécurité n’a été tolérée au lendemain des attentats du 11 septembre. Ainsi, les scènes de soldats dans les rues de la capitale nationale, par milliers et pour une durée indéterminée, ne suscitent que peu ou pas du tout d’inquiétude.

Ce qui est d’autant plus remarquable, c’est qu’il y a sept mois à peine, une controverse majeure a éclaté lorsque le New York Times a publié un article du sénateur Tom Cotton (Républicain-Arkansas) qui, dans son esprit, préconisait le déploiement de troupes militaires pour réprimer les troubles sociaux, les protestations et les émeutes qui ont éclaté au cours de l’été après le meurtre de George Floyd à Minneapolis. Pour justifier le recours à la Garde nationale et des forces militaires en service actif, Cotton a souligné combien de personnes, y compris des policiers, avaient été gravement mutilées ou même tuées dans le cadre de ces troubles :

Des policiers en surnombre, encombrés par des politiciens incompétents, ont porté le poids de la violence. Dans l’État de New York, des émeutiers ont écrasé des officiers avec des voitures à au moins trois reprises. À Las Vegas, un policier est dans un état grave après avoir été abattu d’une balle dans la tête par un émeutier. A Saint Louis, quatre policiers ont été abattus alors qu’ils tentaient de disperser une foule en train de jeter des briques et de déverser de l’essence ; dans un autre incident, un capitaine de police retraité de 77 ans a été abattu alors qu’il tentait d’empêcher des pilleurs de mettre à sac un mont-de-piété. « C’est un grand-père ! », a crié un passant sur les lieux.

(L’affirmation de Cotton selon laquelle les policiers « ont supporté le plus gros de la violence » est discutable, étant donné le nombre de manifestants qui ont également été tués ou mutilés, mais il est vrai que de nombreux policiers ont été attaqués, y compris mortellement).

Cotton a reconnu que la cause principale des protestations était juste, notant qu’elles avaient été provoquées par « la mort injustifiée de George Floyd ». Il a également affirmé avec force le droit des gens à protester pacifiquement pour soutenir cette cause, accusant ceux qui justifient la violence d’amalgamer « l’équivalence morale révoltante des émeutiers et des pillards avec les manifestants pacifiques et respectueux de la loi », ajoutant : « Une majorité qui cherche à protester pacifiquement ne doit pas être confondue avec des bandes de mécréants. »

Mais il a insisté sur le fait qu’en l’absence de renforts militaires, des innocents, principalement ceux des communautés pauvres, vont souffrir. « Ces émeutiers, s’ils ne sont pas maîtrisés, non seulement détruiront les moyens de subsistance des citoyens respectueux de la loi, mais ils prendront aussi davantage de vies innocentes, a écrit Cotton, ajoutant : De nombreuses communautés pauvres qui portent encore les cicatrices des bouleversements passés seront encore plus délaissées. »

La réaction à la publication de cet éditorial a été immédiate, intense et, du moins à ma connaissance, sans précédent. Très peu de gens se sont intéressés aux mérites de l’appel de Cotton à un déploiement de troupes pour prouver que l’argument était erroné.

Leur point de vue n’était pas que l’appel de Cotton en faveur des soldats dans les rues était malavisé, mais que son plaidoyer était si obscène, si extrémiste, si dangereux et répugnant, que la simple publication de l’éditorial par The Paper of Record était un acte d’une grande immoralité.

« Je vais probablement avoir des ennuis pour ça, mais ne rien dire serait immoral. En tant que femme noire, en tant que journaliste, j’ai profondément honte de ce que nous avons fait », a déclaré Nikole Hannah-Jones, du journal, dans un tweet maintenant supprimé. L’écrivain Taffy Brodesser-Akner du New York Times Magazine a publié une dénonciation multi-tweet comparant Cotton à un antisémite qui « affirme que le juif est un porc », et a affirmé que « la haine déguisée en opinion n’est pas quelque chose que je dois supporter », et a conclu avec cette perle : « J’aime travailler au Times et la plupart des jours de la semaine, je suis très fier de faire partie de sa mission. Mais ce soir, je comprends les gens qui me traitent comme si je travaillais dans une entreprise de tabac. »

L’ancienne rédactrice en chef du NYT et du Huffington Post, Lydia Polgreen, l’a annoncé, également dans un tweet maintenant supprimé : « J’ai passé certaines des années les plus heureuses et les plus productives de ma vie à travailler pour le New York Times. C’est donc avec amour et tristesse que je dis : le fait de l’avoir dirigé met en danger le personnel de Black @nytimes, et beaucoup, beaucoup d’autres. » Cette publication de l’éditorial de Cotton « mettant en danger le personnel noir du New York Times » est devenue l’obsession d’innombrables journalistes.

Deux rédacteurs en chef – dont le rédacteur en chef de la page éditoriale du journal, James Benett, et un jeune rédacteur adjoint, Adam Rubenstein – ont été contraints de quitter leur emploi, en pleine pandémie, pour le crime consistant non pas à soutenir l’argumentation de Cotton mais simplement à la diffuser. Les médias ont attribué leur départ à une « fronde du personnel ». Le journal lui-même a ajouté une note importante de la rédaction : « Nous avons conclu que l’essai n’était pas à la hauteur de nos attentes et qu’il n’aurait pas dû être publié. » En plus des défauts signalés dans le processus éditorial, le journal a également déclaré : « le ton de l’essai est par endroits inutilement dur et ne correspond pas à l’approche réfléchie qui fait avancer un débat utile. »

Il existe une différence significative entre le déploiement de troupes de la Garde nationale et celui de soldats en service actif dans les rues américaines. Mais les deux mesures sont extraordinaires, elles créent un climat de militarisation, elles ont pour habitude d’entraîner un recours excessif à la force contre les citoyens engagés dans des protestations pacifiques et des désaccords protégés par la Constitution, et elles présentent des menaces et des dangers pour les libertés civiles bien au-delà de l’utilisation ordinaire des forces de l’ordre.

Pourquoi l’idée de troupes dans les rues américaines était-elle si grotesque et offensive en juin 2020, mais si normalisée maintenant ? Pourquoi ces troupes étaient-elles susceptibles d’arrêter et d’assassiner sans discernement des reporters noirs et d’autres journalistes au cours de l’été, mais on leur fait désormais confiance pour les protéger ? Et que dit-on du climat actuel, et des graves dangers qu’il représente, du fait que le public est formé à accepter si facilement des mesures extrêmes au nom de la sécurité intérieure ?

Nous voyons les médias et leur public traiter ce qui devrait être considéré avec beaucoup de suspicion comme non seulement normal mais souhaitable, tout en manipulant les craintes et en exagérant les menaces. Cela n’est pas de bon augure pour ceux qui cherchent à entraver la tentative imminente de lancer une nouvelle guerre intérieure contre la terreur.

Source : Glenn Greenwald, 26-01-2021

Traduit par les lecteurs du site Les Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fabrice // 27.02.2021 à 08h18

On voit que les américains testent ce que nous vivons depuis des années, certes toujours pour des motifs valables, mais voir des militaires circuler dans la foule cela fait des années que c’est déjà le cas en France, il n’y a que les étrangers qui s’en formalisent.

Qui se formalise que les caméra qui se dressent de plus en plus partout et parfois dans des endroits qui semblent étonnant (si moi peut être mais bon)?

Qui se formalise de devoir présenter un Ausveis pour pouvoir s’aérer, faire des courses, chercher ses enfants ?

Qui se formalise de se prendre une amende parce que votre patron ne vous a pas laisser partir à temps et que vous êtes bloqué dans les embouteillages ou parce que le rer connaît une panne ?

Qui se formalise qu’une ministre de la « culture » ex-éditorialiste menace un journal de lui retirer son accréditation d’organe de presse ? (en oubliant peu importe qui l’a dit le principe « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire » )

Qui se formalise qu’un président gouverne une crise par décret et en dehors de toute concertation des parlements ou presque ?

Qui se formalise que régressions sociales et des libertés soient renommés progrès ?

Bienvenue américains dans le nouveau monde d’après, je vous assure au début cela peut faire mal au… mais on s’y fait je vous assure.

9 réactions et commentaires

  • Fabrice // 27.02.2021 à 08h18

    On voit que les américains testent ce que nous vivons depuis des années, certes toujours pour des motifs valables, mais voir des militaires circuler dans la foule cela fait des années que c’est déjà le cas en France, il n’y a que les étrangers qui s’en formalisent.

    Qui se formalise que les caméra qui se dressent de plus en plus partout et parfois dans des endroits qui semblent étonnant (si moi peut être mais bon)?

    Qui se formalise de devoir présenter un Ausveis pour pouvoir s’aérer, faire des courses, chercher ses enfants ?

    Qui se formalise de se prendre une amende parce que votre patron ne vous a pas laisser partir à temps et que vous êtes bloqué dans les embouteillages ou parce que le rer connaît une panne ?

    Qui se formalise qu’une ministre de la « culture » ex-éditorialiste menace un journal de lui retirer son accréditation d’organe de presse ? (en oubliant peu importe qui l’a dit le principe « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire » )

    Qui se formalise qu’un président gouverne une crise par décret et en dehors de toute concertation des parlements ou presque ?

    Qui se formalise que régressions sociales et des libertés soient renommés progrès ?

    Bienvenue américains dans le nouveau monde d’après, je vous assure au début cela peut faire mal au… mais on s’y fait je vous assure.

      +22

    Alerter
    • Fabrice // 27.02.2021 à 08h23

      allez rions en ce sketch de Timsit qui je trouve résume bien le ridicule de la situation : https://youtu.be/222Q8C_A6rY et des abus des procédures qui se mettent en place et de la suspicion généralisée (je mets à part si vous trouvez que cela n’y correspond pas et pourtant)

        +2

      Alerter
      • Amora // 27.02.2021 à 17h27

        Fabrice essayez la douane israélienne et vous verrez qu’il y a pire… 😉

          +1

        Alerter
        • Fabrice // 27.02.2021 à 19h38

          Il y a toujours pire mais petit à petit on recule regardez notre classement sur la liberté de la presse, et autres si vous acceptez ces regressions vous serez prête un jour à être pucees electroniquement car après tout vous n’avez rien à cacher même pas votre vie privée, bonjour chez vous n°7 le 6 lui refusait cet état de fait.

            +3

          Alerter
    • LibEgaFra // 27.02.2021 à 08h49

      « Qui se formalise de devoir présenter un Ausveis pour pouvoir s’aérer, faire des courses, chercher ses enfants ? »

      La plupart si ce n’est tous les étrangers qui viennent en France: les Allemands, les Suisses, les Néerlandais, les Suédois, les Russes, etc.

      Les moutons qui ont peur ne se formalisent de rien. Il suffit de voir qui ils ont élu et qui ils vont élire.

        +6

      Alerter
  • Darras // 27.02.2021 à 09h04

    Nous on a résolu le problème, on n’applique plus la loi.
    Délinquance? après 10 rappels à la loi, sursis, après 10 sursis, prison ferme aménagée avec bracelet, après 10 peines avec bracelet, quelques mois de vraie taule.
    Vidéo et publication sauvage? Les articles 226-1 et 2 protégeant tout le monde, surtout la racaille mais elle ne protège pas les flics dans les faits. Par contre, un flic qui filme se fait allumer par les procs à Macron.
    Viol des frontières ? On encourage à violer la loi et on réprime ceux qui la défendent.
    Appel à l’insurrection religieuse? Pas vu.
    Milices fascistes d’antifa ou black bock qui cassent tout, agressent, tabassent? Pas vu.
    Politicien pourri? Il peut être élu.
    La seule répression policière et judiciaire ferme à sauvage dans ce pays? Les gilets jaunes. Là, sur les pue la France qui agitent des drapeaux bleu blanc rouge, on peut se défouler.

      +5

    Alerter
  • RGT // 27.02.2021 à 11h38

    Les nouvelles missions de la police (depuis les « bienfaits » de la politique de Pierre Joxe et la « rentabilité » initiée par les fauxcialistes) sont de « faire du chiffre » en distribuant à tour de bras des « prunes » très rentables pour les sociétés PRIVÉES qui gèrent le centre national de gestion des PV à Rennes.

    Mission grandement facilitée par les nouveaux « PV électroniques » établis sur smartphone qui nécessitent simplement quelques clics et qui transmettent les amendes sans que le moindre « papillon » ne soit apposé sur le par-brise, ce qui limite les possibilités de contestation.

    Et quand les flics font autre chose, c’est pour défendre la « sûreté de l’état » en allant taper sur des manifestants grandement indignés par les pratiques « bienfaisantes » des politiques nationales mais aussi municipales qui ne sont que de la coercition des aspirations de la population.

    Et si par malheur la colère de la population monte un peu trop, on lâche dans les rues l’armée pour aller « calmer » les foules et préserver la « paix sociale » en remettant au goût du jour la vielle tradition de tirer dans le tas.

    Le tout au nom de la « protection de la population » contre les « attaques terroristes », population qui serait moins énervée si sa sécurité était assurée par des « gardiens de la paix » qui se contentaient de protéger la population contre les agressions.

    Désormais, les « forces de l’ordre » (nom donné par les fauxcialistes) ne sont plus au service de la population mais au service exclusif des « élites » et leur mission consiste à protéger les fesses de ces dernières et de leur assurer des revenus par le biais de PV.

    Et si ça ne suffit pas, on appelle l’armée, au moins ils tirent dans le tas sans réfléchir, ce qui permet de « rétablir l’ordre » et de « sauver les institutions de la république ».

    C’est beau la démocrassie.

      +13

    Alerter
    • Darras // 27.02.2021 à 12h19

      Vous oubliez qu’on lâche aussi les milices antifas et blackbock sur les opposants politiques avec bienveillance admistrative comme au bon vieux temps des S.A. mais Dieu merci, ces geeks dégénérés et infantiles ne sont pas de la même trempe que leurs prédécesseurs des années 30 et surtout moins nombreux. C’est sûr qu’entre quatre ans de tranchées de l’horreur et le cocooning débilitant de nos neomiliciens, il y a une différence de formation et de dangerosité. Mais c’est l’intention qui compte et la fort suspecte complaisance de l’appareil d’État.

        +7

      Alerter
  • Savonarole // 01.03.2021 à 13h54

    Chez eux ils ont des cordons de police , chez nous on a mis un cordon sanitaire … ha ben si un Virus c’est aussi létal que du 5.56mm « Full Metal Jacket » lancé à 650m/s à 500 coups minutes … si ?

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications