Les Crises Les Crises
15.février.202015.2.2020 // Les Crises

Détroit d’Ormuz : Une mission navale européenne … Par Richard Labévière

Merci 91
Je commente
J'envoie

Source : Proche & Moyen-Orient, Richard Labévière, 11-02-2020

La dernière provocation américaine d’un soi-disant « plan de paix » israélo-palestinien – qu’il faudrait plutôt qualifier, selon Guillaume Berlat, de « plan de guerre » – ravive les tensions récurrentes dans le Détroit d’Ormuz, véritable couloir stratégique.

Entre Iran et Oman – large de 40 km et long de 63 km – le Détroit voit passer près de 30% du pétrole mondial, ce qui en fait l’un des segments maritimes les plus importants du monde. Principalement dans les eaux territoriales d’Oman, il est organisé en « rails de navigation » empruntés par les supertankers à destination de l’Atlantique, de la mer Rouge et des mers de Chine. L’essentiel des installations pétrolières de la région (raffinage, stockage et transport) borde le golfe dont il est la porte. C’est donc une zone hautement stratégique, qui explique notamment l’importance du budget militaire omanais (10% du PIB, deuxième rang mondial derrière la Corée du Nord). Les intérêts américains dans cet « axe vital du pétrole » sont assurés, depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, par la Vème Flotte basée au Bahreïn et appuyés par la base arrière de Diego Garcia1.

Depuis l’accord conclu le 1er janvier 1975, l’Iran et le sultanat d’Oman assurent – conjointement – la surveillance du libre transit. En réalité, l’essentiel du passage se fait dans la partie omanaise du Détroit, là où se trouvent les eaux les plus profondes et le dispositif de séparation du trafic. Les navires en transit suivent des couloirs de circulation larges de 3 km (l’un dans le sens est-ouest, et l’autre dans le sens ouest-est), séparés par un espace interdit à la navigation sur 3 km. Ces dispositions ont été arrêtées en vertu de la Convention des Nations unies sur le droit de la mer (art. 41-42). Par ailleurs, Oman dispose d’une station radar située à la pointe de la péninsule de Musandam pour le contrôle du trafic.

ENJEUX PETROLIERS

Durant la guerre Irak-Iran (1980 – 1988), le Détroit a été plusieurs fois miné par les Iraniens pour faire pression sur les alliés occidentaux de Saddam Hussein – Etats-Unis, France, Royaume Uni. Depuis l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche, le risque de nouvelles atteintes à la liberté de circulation dans le Détroit ressurgit d’autant que l’Iran dispose, désormais, de missiles de croisière de nouvelle génération. De fait, la géopolitique du Détroit s’est vue modifiée à travers les tentatives de trouver des routes alternatives : les projets de pipeline vers la Turquie pour évacuer la production irakienne vers le nord ; le développement des terminaux sur la côte ouest de l’Arabie saoudite (en mer rouge) ; les plans de contournement via l’Afghanistan et le Pakistan pour charger les pétroliers hors du golfe Persique, quitte à privilégier le pétrole d’Asie centrale au détriment de celui du Golfe ; l’installation par la Chine de bases navales dans l’océan Indien – notamment à Djibouti et à Gwadar au Pakistan, qui pourrait concurrencer le projet de terminal pétrolier américain de Karachi… Ces différentes initiatives traduisent l’intensité de la menace à laquelle s’ajoutent les difficultés de normalisation du terminal de Bassorah (Irak), le plus important de la région.

Les enjeux du Détroit s’étendent aussi à la Turquie, à la Syrie, aux républiques d’Asie centrale – où le Pakistan joue un rôle majeur dans le marchandage énergétique en cours. Ces enjeux expliquent partiellement les excellentes relations que La Russie et la Chine maintiennent avec Téhéran. Les Américains, quant à eux, sont pris au piège. Un rapprochement diplomatique avec l’Iran reste des plus improbables et ils ne peuvent lâcher ni l’Irak, ni l’Afghanistan, ni le Yémen, quand bien même le candidat Trump a promis de faire rentrer ses « Boys » à la maison.

En dépit de cette géopolitique élargie, sinon distendue, il demeure que le Détroit d’Ormuz borde les eaux iraniennes, Téhéran conservant un accès privilégié à cet espace qui demeure un verrou potentiel aux ressources pétrolières les plus importantes du monde. Pour la France, il constitue l’une des charnières de son axe vital Méditerranée/océan Indien à partir duquel notre pays entend élargir et affermir sa grande ambition Indo-Pacifique associant, non seulement l’Inde, mais aussi l’Australie et le Japon.

EAUX TUMULTUEUSES

D’une manière générale, les Gardiens de la révolution – qui assurent la surveillance des eaux iraniennes dans le Détroit – sortent régulièrement de leur base militaire du port de Bandar Abbas, avec leurs vedettes rapides (équipées de mitrailleuses, de canons sans recul et de mines dérivantes et mines Ludion2) dès qu’un bâtiment militaire croise dans la zone. Plateforme interarmées, le port de Bandar Abbas se situe au niveau du détroit de Clarence, qui la sépare de la grande île de Qeshm par une mangrove naturelle dite « forêt d’Hara », ainsi que des deux îles d’Ormuz et Larak. Malgré l’absence de port naturel, sa localisation géographique en fait l’un des « hubs » portuaires de la zone.

Le Détroit a été le théâtre de nombreux affrontements, on l’a dit, durant la guerre Irak/Iran (1980 – 1988). Le 18 avril 1988, la frégate américaine USS Samuel B. Roberts est gravement endommagée par une mine iranienne. Les États-Unis, qui soutiennent l’Irak, lancent une opération de représailles sous le nom de code Praying Mantis (mante religieuse). Plusieurs unités navales appuyées par l’aviation embarquée d’un porte-avions, attaquent et détruisent les plates-formes pétrolières iraniennes Sassan et Sirri. Une bataille navale s’ensuit, au cours de laquelle les Iraniens perdent un patrouilleur, une vedette, ainsi que la frégate Sahand. Quatre-vingt-sept militaires iraniens sont tués et plus de trois cents blessés. Cet affrontement est la plus grande bataille navale livrée par les États-Unis depuis la Seconde Guerre mondiale.

L’Iran saisit la Cour internationale de Justice (CIJ) contre les États-Unis pour la destruction de ses deux plates-formes. Dans son arrêt du 6 novembre 2003, la Cour estime que considérant les circonstances, cette destruction ne pouvait pas se justifier au nom de la légitime défense car elle ne répondait pas aux critères de nécessité et de proportionnalité de la légitime défense en droit international. Cependant, elle repousse la demande iranienne d’indemnisation.

Le 3 juillet 1988, un Airbus de la compagnie aérienne Iran Air est abattu au-dessus du détroit d’Ormuz par un tir de missiles provenant du croiseur américain USS Vincennes. La catastrophe fait 290 victimes civiles, dont 66 enfants. Elle est due à une méprise des militaires américains qui ont cru avoir affaire à un avion militaire iranien.

Le 6 janvier 2008, le gouvernement américain annonce que trois de ses navires de guerre , patrouillant dans le détroit d’Ormuz, ont été menacés par des vedettes rapides des Pasdaran iraniens agissant de manière coordonnée. Les vedettes sont parties après les sommations d’usage. Washington dénonce des manœuvres « provocatrices » commanditées par le gouvernement iranien. Le 29 juin 2008, le commandant des Gardiens de la révolution – Mohammad Ali Jafari – déclare que si l’Iran est attaqué par Israël ou les États-Unis, il fermera le détroit d’Ormuz. Le vice-amiral commandant la Vème Flotte américaine réagit en indiquant qu’une telle mesure sera considérée comme un acte de guerre.

Le 27 décembre 2011, dans un contexte de renforcement des sanctions occidentales contre l’Iran – en raison de son programme nucléaire -, le premier vice-président iranien Mohammad Reza Rahimi annonce que son pays peut fermer le détroit d’Ormuz en cas de sanctions visant les exportations iraniennes de pétrole. Survenu le 12 mai 2019 au large du port de Fujaïrah (Émirats arabes unis), ce qu’on appelle « l’incident du golfe d’Oman » correspond au sabotage de quatre navires (Pétroliers) naviguant dans le golfe d’Oman.

PARIS LANCE LA MISSION « EMASOH »

Dans ce contexte, en janvier dernier, le Quai d’Orsay a annoncé la création d’une nouvelle mission de surveillance maritime dans le Golfe et le détroit d’Ormuz en partenariat avec plusieurs pays de l’Union Européenne (UE). Baptisée EMASOH (pour European-led Maritime Awareness mission in the Strait Of Hormuz), cette mission a pour objet de garantir la liberté de navigation dans le golfe Persique tout en protégeant les intérêts économiques européens et internationaux. Elle ne vise aucun État particulier et cherche à assurer la stabilité de la zone.

Considérant que l’instabilité politique de la région porte atteinte à la sécurité de la navigation, des navires et des équipages, les pays engagés estiment que cette situation risque de compromettre les échanges commerciaux et l’approvisionnement énergétique, ce qui est susceptible d’avoir des conséquences économiques dans le monde entier. Communiqué du ministère français des Armées : « les récents événements au Moyen-Orient sont très préoccupants car ils attisent les tensions et accroissent le risque d’un éventuel conflit de grande ampleur, qui aurait des conséquences sur toute la région. Le contexte exige des initiatives de désescalade renforcées pour interrompre la tendance actuelle ».

Cette surveillance maritime sera exercée au travers de moyens aériens et navals et portera sur les activités aériennes et maritimes, civiles et militaires, pour les rendre plus sûres et restaurer la confiance et la sécurité dans la région. Cette mission reste ouverte à la participation de tous les pays désireux de s’investir au profit de la stabilité régionale du Détroit d’Ormuz. Pour l’instant, l’EMASOH réunit : la France, le Danemark, les Pays-Bas, l’Allemagne, la Grèce, l’Italie et le Portugal. La Belgique a également proposé de fournir des officiers de liaison pour la cellule de coordination installée sur la base française d’Abu Dabi, siège du commandement d’ALINDIEN (Amiral commandant de la zone maritime de l’océan Indien). Le Danemark a été le premier pays à annoncer sa participation : la société danoise Maersk est en effet la première compagnie de transport maritime du monde.

Le déploiement opérationnel se décompose comme suit. La France : la frégate Courbet de la Marine Nationale, qui assure déjà une mission de présence dans la zone, assure le premier mandat de cette mission multilatérale. Le Courbet a souvent été le précurseur d’opérations maritimes de grande ampleur. Il a ainsi été l’un des premiers navires en escorte de l’opération européenne anti-piraterie EUNAVFOR Atalante au large des côtes de Somalie et du Yémen. Le Danemark fournit depuis le lancement de l’opération un ou deux officiers d’état-major au QG d’EMASOH, à l’état-major français d’Abu Dhabi pour une durée de douze mois. A partir de l’automne 2020, elle mettra à disposition une frégate avec 150 personnes et un hélicoptère, pour une durée de quatre mois. « EMASOH constituera un instrument utile de préservation de la liberté de la navigation en garantissant l’existence d’une coordination appropriée et de mécanismes de partage d’informations entre tous les partenaires actifs dans le domaine, notamment l’industrie maritime. De plus, EMASOH a pour objectif d’encourager la désescalade et de compléter les efforts diplomatiques fondamentaux visant à assurer une stabilité accrue et un dialogue régional ouvert dans un contexte critique », souligne le communiqué du ministère danois des affaires étrangères.

Les Pays-Bas intégreront également une frégate pour un coût de déploiement estimé entre 10 et 15 millions d’euros. « Assurer un passage libre et sûr pour le trafic maritime dans cette zone est expressément dans notre intérêt » détaille Ank Bijleveld-Schouten. En effet, l’une des principales compagnies pétrolières mondiales, Shell, est anglo-néerlandaise. « La frégate de commandement et de défense aérienne Zr. Ms De Ruyter va partir pour la région du Golfe en janvier » indique le communiqué gouvernemental. Elle sera dotée d’un hélicoptère de transport NH90 – équipé pour la surveillance comme pour les évacuations médicales – et renforcée d’officiers d’état-major supplémentaires à bord. La frégate restera jusqu’en juin sur zone, dans le cadre de cette mission EMASOH.

VU DE TEHERAN

Evidemment vu de Téhéran, l’initiative française n’est pas forcément accueillie avec des fleurs. Mais dans la mesure où elle ne comporte pas de dimension étatsunienne, Téhéran en profite habilement pour en faire un pion de sa diplomatie dialectique. Un communiqué récent des Gardiens de la révolution souligne que « le Détroit n’est pas la propriété des Etats-Unis (…) L’intégrité et la souveraineté des eaux nationales iraniennes doivent être respectées, même si celles-ci bordent une zone d’intense trafic international ».

Malgré les dernières péripéties de la tension Washington/Téhéran, l’Iran n’envisage plus un minage du Détroit d’Ormuz qui impacterait directement les intérêts de son allié stratégique chinois. Selon plusieurs experts pétroliers, 65% des flux énergétiques de la Chine transitent par le Détroit d’Ormuz. Aussi Pékin, comme Washington et les autres pays occidentaux, a le plus grand intérêt à surveiller, sinon à participer directement à la stabilité de ce passage maritime. Du reste, le dossier est évoqué par la Chine et l’Iran lors de leurs échanges réguliers sur leurs intérêts communs de défense et de sécurité. A plusieurs reprises, Téhéran a dû rassurer ses interlocuteurs chinois en leur précisant qu’il n’était plus question désormais de miner le détroit, sauf dans le cas d’une crise majeure qui aboutirait à une confrontation directe avec les Etats-Unis et/ou Israël.

L’autre intérêt de la diplomatie iranienne est de démontrer que la stabilité de cette zone maritime peut être garantie, non seulement sans la participation des Etats-Unis, mais avec des pays occidentaux ne partageant pas toujours les mêmes intérêts que ceux de Washington. Et ce n’est pas la première fois que Téhéran cherche à dissocier certains pays européens de leur arrimage traditionnel au parrain américain. Si les experts du ministère iranien des Affaires étrangères savent parfaitement que l’exercice a ses limites et, qu’en dernière instance la solidarité des pays membres de l’OTAN finit toujours par prévaloir, ils ne renoncent pas pour autant à chercher à capitaliser toute espèce de nuances ou de différences entre alliés occidentaux.

Sur cet échiquier de finesses et de complexités diplomatiques, la France occupe une position particulière. Même si Nicolas Sarkozy a ramené la France éternelle dans le Commandement intégré de l’Alliance Atlantique en 2008, les dirigeants iraniens ne désespèrent pas de pouvoir réactiver – sur tel ou tel dossier et selon des circonstances toujours différentes – la dimension gaulliste, sinon gaullienne de la politique étrangère française. Malgré la vaine tentative de rencontre entre les présidents américain et iranien – tentée par Emmanuel Macron lors de la dernière Assemblée générale de l’ONU en septembre dernier -, la relation bilatérale Paris/Téhéran demeure sinusoïdale. Vu de Téhéran, Paris a cautionné l’assassinat ciblé du général Qassem Soleimani et n’a pas clairement désavoué le dernier « plan de paix » américain pour le Proche-Orient, considéré en Iran comme la dernière provocation de Donald Trump.

LIBERTE DES MERS

En dépit de ces considérations diplomatiques, énergétiques et militaires, l’avenir de la stabilité du Détroit d’Ormuz touche à la liberté de navigation qui est en jeu non seulement dans le golfe Persique, mais aussi en mer de Chine méridionale, dans les mers d’Azov, Méditerranée et d’ailleurs. Partout, il s’agit d’assurer et de garantir la liberté de navigation sur l’ensemble des mers et des océans de la planète. De manière opérationnelle, il s’agit de maintenir une « posture de vigilance à 360 degrés ».

Parce que dans le contexte de la mondialisation contemporaine, « une course à l’armement naval » ne cesse de s’intensifier, souligne le capitaine de vaisseau Hervé Hamelin : « Les nations voulant compter sont désireuses de disposer d’une Marine de dernier cri, pouvant mettre en œuvre tout l’éventail des moyens modernes, du porte-avions au missile de croisière, en passant par les drones »3. Il ajoute : « Un avion de chasse décollant d’un porte-avions croisant dans les eaux internationales dispose aujourd’hui d’un rayon d’action de 1 850 kilomètres. S’y ajoute la mise en service de missiles de croisière à bord des frégates et des sous-marins dont la portée est encore plus impressionnante ».

Il est dans cette perspective indispensable d’améliorer la coordination des différents acteurs, au sein des Etats, entre les Etats, entre Etats et organisations internationales, et entre organisations internationales. Et ce, pour promouvoir le développement des normes internationales et de prévenir les menaces identifiées et à venir.

« Dans cette perspective, Téhéran comme Pékin et Moscou ont compris, semble-t-il, que la mission EMASOH ne leur est pas a priori hostile, que cette mission européenne n’est pas au service de Washington mais bien au service de la liberté des mers dans le golfe Persique », explique un ambassadeur de France, « comme pour la mission Atalante pour la lutte contre la piraterie au large de la Somalie, EMASOH peut faire la preuve par l’acte d’un non alignement opérationnel au service de la paix ».

Richard Labévière
10 février 2020

1 Diego Garcia est un atoll de l’archipel des Chagos, dans le territoire britannique de l’océan Indien. L’île principale de l’atoll – Diego Garcia – abrite une base militaire américaine que le Royaume-Uni lui loue.
2 Mine « Ludion » : mine dont l’immersion est assurée par un système de contrôle hydrostatique qui la maintient à une profondeur prédéterminée.
3 Hervé Hamelin : « La liberté des mers » – L’ENA hors les murs – numéro 689, avril 2019.

Pour aider le site Proche & Moyen-Orient c’est ici

Source : Proche & Moyen-Orient, Richard Labévière, 11-02-2020

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Santerre // 15.02.2020 à 08h57

Y sont quand même nuls ces mollahs. Pourtant les USA ne leur demande pas grand chose. Il suffirait de presque rien. Juste qu’ils laissent les sociétés pétrolières US exploiter leur pétrole et gaz pour presque rien, qu’ils deviennent copains comme cochon avec l’extrême droite israélienne, qu’ils laissent salafistes et frères musulmans faire du prosélytisme chez eux, qu’ils achètent leur quincaillerie militaire à l’oncle Sam, qu’ils condamnent le Hezbollah, qu’ils se retournent contre Assad , qu’ils se déclarent hostiles aux agressions impérialistes et révisionnistes de lz Russie et de la Chine et qu’ils invitent les USA à installer des bases le long de la Caspienne . C’est pourtant simple quoi.

26 réactions et commentaires

  • calal // 15.02.2020 à 08h08

    Si trump ne veut plus intervenir au moyen orient ou s’il vend l’intervention americaine “trop chere”, les dominants occidentaux vont essayer de remplacer les americains par les europeens.
    L’armee francaise est trop petite et l’epee de damocles “marine le pen” menace.Une intervention de type libye n’est plus d’actualite. Il faut une armee europeenne de metier capable d’encaisser les pertes qui ne manqueront pas a cause de la fin de l’hegemonie aerienne.Cela va etre la mission de la fin du mandat de macron.Deja on sent des pressions sur merkel et l’allemagne (demission d’akk et remplacement par un ancien de blackrock?)
    Pour l’instant le proxy erdogan est en train de remplir son role de maintien de la pression sur la syrie et Poutine. Erdogan me fait peur car il ressemble trop au cliche d’une marionnette qui va echapper a son createur.
    L’embrasement du moyen orient et une contagion a l’europe via l’immigration musulmane me semble etre un risque enorme pour l’europe alors qu’il suffit de commercer avec tous ces gens.
    Aucune raison de vouloir remplacer les us dans le role de gendarme du moyen orient tout en faisant venir des masses d’immigres musulmans.

  • Santerre // 15.02.2020 à 08h57

    Y sont quand même nuls ces mollahs. Pourtant les USA ne leur demande pas grand chose. Il suffirait de presque rien. Juste qu’ils laissent les sociétés pétrolières US exploiter leur pétrole et gaz pour presque rien, qu’ils deviennent copains comme cochon avec l’extrême droite israélienne, qu’ils laissent salafistes et frères musulmans faire du prosélytisme chez eux, qu’ils achètent leur quincaillerie militaire à l’oncle Sam, qu’ils condamnent le Hezbollah, qu’ils se retournent contre Assad , qu’ils se déclarent hostiles aux agressions impérialistes et révisionnistes de lz Russie et de la Chine et qu’ils invitent les USA à installer des bases le long de la Caspienne . C’est pourtant simple quoi.

    • Santerre // 16.02.2020 à 18h10

      Ha si, j’oubliais, faire venir le petit fils Palevi en remplacement de Khamenei et monter un gouvernement d’Iraniens nés aux USA et ayant étudié à la pépinière : Stanford.

  • Fritz // 15.02.2020 à 09h00

    Merci à M. Labévière pour cet article documenté. Soit dit en passant, c’est la guerre Iran-Irak qui devrait être surnommée « Première Guerre du Golfe ».

    Si vraiment l’EMASOH « ne vise aucun pays en particulier » et a seulement pour but d’assurer le trafic maritime dans le détroit, pourquoi ne pas l’ouvrir effectivement à « la participation de tous les pays désireux de s’investir au profit de la stabilité régionale du Détroit d’Ormuz » ? Cette mission devrait accueillir tous les pays riverains, l’Irak et l’Iran y compris, et aussi des pays consommateurs qui dépendent du pétrole du Golfe, comme la Chine.

    De quel droit les Européens se réservent en tant que tels le droit d’intervenir dans cette région asiatique ? Veulent-ils seconder l’Oncle Sam, qui s’est rendu coupable en 1988 d’un crime terroriste en abattant le Boeing Iran Air 655 ? Rappelons que le commandant du Vincennes, Will Rogers, a été accueilli comme un héros à son retour aux States. Il avait tué 290 sous-hommes.

    Accessoirement, pourquoi ne pas trouver pour cette mission de surveillance un sigle ou un acronyme français ?

    • enpassant // 15.02.2020 à 16h25

      Korean Air Lines les vols 007 et 902…vous connaissez ? Plus de 300 sous-hommes et femmes.

      Le vol MH17…De Malaysian Airline…298 sous-hommes et femmes ? Un missile Buk 9M38-series surface-to-air missile avec une tête 9N314M vous connaissez ?

      Le vol Ukrainian Airline 752..vous connaissez ?

      En 40 ans, une dizaine d’avions civils ont été abattus en vol dans divers endroits.

      Pour la tragédie dont vous parlez le vol Iran Air 655 vous devriez lire le rapport de la commission d’enquête qui est tout sauf ce que vous affirmez, une erreur tragique. Les USA ont reconnu immédiatement leur responsabilité. Will Rogers n’a jamais été recu comme un héros et n’a ensuite recu aucune promotion. Il n’a fait AUCUNE apparition publique.

      I am saddened to report that it appears that in a proper defensive action by the U.S.S. Vincennes this morning in the Persian Gulf an Iranian airliner was shot down over the Strait of Hormuz. This is a terrible human tragedy. Our sympathy and condolences go out to the passengers, crew, and their families. The Defense Department will conduct a full investigation.
      We deeply regret any loss of life. The course of the Iranian civilian airliner was such that it was headed directly for the U.S.S. Vincennes, which was at the time engaged with five Iranian Boghammar boats that had attacked our forces. When the aircraft failed to heed repeated warnings, the Vincennes followed standing orders and widely publicized procedures, firing to protect itself against possible attack.

      Ronald Reagan.

      • Fritz // 15.02.2020 à 16h47

        Je connais ces drames, et aussi celui de la caravelle d’Ajaccio en 1968. Pour le vol MH 17, il reste des incertitudes sur le projectile qui a abattu l’appareil.

        Concernant le vol Iran Air 655, je maintiens mes dires. Voici ce qu’écrit Jean-Pierre Otelli, aviateur qui n’a rien d’anti-américain (Les Fous du ciel, éditions Altipresse, 2002, pp. 221-241 : « L’Airbus est abattu par l’US Navy ») :

        « L’US Navy cache toute la vérité, rejetant la faute en bloc sur le commandant de bord de l’Airbus. […] Sur le plan, la position de l’USS Vincennes est déplacée sans vergogne pour remettre le navire américain dans les eaux internationales. […] Un maquillage sordide et indigne d’une grande démocratie comme les États-Unis ! Dans les années qui suivront, la Navy distribuera de nombreuses médailles aux différents responsables de ce massacre. » (p. 240)

        Le frère du pilote iranien de l’Airbus a écrit une lettre à Will Rogers, qui a été apparemment ému (Robert Fisk, La grande guerre pour la civilisation, La Découverte, 2005, p. 302-303).

        • enpassant // 15.02.2020 à 17h26

          Des incertitudes pour le vol MH 17…un vol d’hirondelles sans doute…?

          Sur le plan, la position de l’USS Vincennes est déplacée sans vergogne pour remettre le navire américain dans les eaux internationales je vous cite..

          Désolé mais ce point a clairement été corrigé dans le rapport de l’amiral Fogerty, responsable de l’enquête, qui indique que le Vincenne ETAIT dans les eaux iraniennes donc en violation des lois internationales. La décision de l’amiral Fogerty de ne retenir AUCUNE charge contre le commandant du Vincenne a rencontré à l’époque une très vive opposition aux USA et Will Rogers a disparu des écrans radar. Les médailles distribuées ne sont pas pour cette opération mais sont des médailles commémoratives pour avoir été sur cette frégate et surtout pas pour ce désastre (Combat Action Ribbon).

          il y a AUSSI ceci qui précise évènement après évènement la mise en place de la tragédie.

          https://www.history.navy.mil/content/history/nhhc/about-us/leadership/director/directors-corner/h-grams/h-gram-020/h-020-1-uss-vincennes-tragedy–.html

          De la précision, connaître les responsabilités des uns et des autres oui. Je ne donne pas aux USA un blanc-seing surtout dans cette partie du monde mais vous devriez vérifier de temps en temps..avant de maintenir vos dires et citer des sources.

          Le rapport officiel…

          https://en.wikisource.org/wiki/Formal_Investigation_into_the_Circumstances_Surrounding_the_Downing_of_Iran_Air_Flight_655_on_3_July_1988

          • Fritz // 15.02.2020 à 18h29

            Je suppose que vous accordez la même crédibilité aux rapports officiels soviétiques sur le Boeing sud-coréen abattu en 1983. Naaan mais là c’est pas pareil… Les sources crédibles, ce n’est qu’en anglais, jamais en russe, en persan ou en français…

            Quant à Will Rogers, il a reçu une médaille pour son commandement d’avril 1987 à mai 1989. La Navy l’a dissuadé de répondre à la lettre poignante de Hussein Rezaian, le frère du pilote de l’Airbus.

            • enpassant // 15.02.2020 à 18h52

              Oui je sais vous n’aimez pas trop être contredit. Vous pensez que les rapports de l’armée chinoise sont écrits en anglais ou en russe ?

              Il y a de très nombreuses associations de vétérans aux USA, de journalistes même maintenant qui persistent à maintenir des accusations contre l’action du Vincenne et de son commandant, de la clémence du rapport, de l’insuffisance des compensations, etc, encore faut-il pouvoir s’extirper du machinisme habituel. Désolé ces informations sont en anglais que voulez-vous…facile à trouver si vous cherchez un peu…

              La Navy l’a dissuadé de répondre à la lettre poignante de Hussein Rezaian, le frère du pilote de l’Airbus…encore là désolé…citez votre source.

              Je vous souhaite une bonne journée.

                +0

              Alerter
            • Fritz // 15.02.2020 à 18h59

              Voilà la source demandée :
              Will et Sharon ROGERS, Storm Center: the USS Vincennes and Iran Air Flight 655, Annapolis, Naval Institute Press, 1992, pp. 184 sqq.

              Et permettez-moi de vous dire que je trouve touchant votre respect filial des institutions de l’invincible Amérique.

                +6

              Alerter
      • Santerre // 15.02.2020 à 18h46

        Vous êtes un menteur Fritz. Voici le lien Wikipedia https://en.m.wikipedia.org/wiki/William_C._Rogers_III
        Il y est dit très clairement que les deux seconds l’ont accusé d’agressivité maladive. Comme le dit Fritz il n’a pas été relevé de son commandement et a bien reçu une médaille pour celui-ci. Par ailleurs, les USA ont toujours refusé d’adresser des excuses officielles l’Iran.

  • Jean // 15.02.2020 à 09h47

    “Selon plusieurs experts pétroliers, 65% des flux énergétiques de la Chine transitent par le Détroit d’Ormuz. Aussi Pékin, comme Washington et les autres pays occidentaux, a le plus grand intérêt à surveiller, sinon à participer directement à la stabilité de ce passage maritime. ”

    Jusqu’à ce que les “stratèges” US considèrent qu’il est préférable d’handicaper la Chine en dépit des dommages collatéraux.

    “Téhéran conservant un accès privilégié à cet espace qui demeure un verrou potentiel aux ressources pétrolières les plus importantes du monde. Pour la France, il constitue l’une des charnières de son axe vital Méditerranée/océan Indien à partir duquel notre pays entend élargir et affermir sa grande ambition Indo-Pacifique associant, non seulement l’Inde, mais aussi l’Australie et le Japon.”

    Les intérêts stratégiques des vassaux n’étant pas pris en comptent ceux-ci sont contraints d’organiser eux-même la stabilité de la zone en dépit des algarades américaines. Ce qui change avec Trump, c’est qu’il va falloir payer pour financer notre insécurité.

  • Politzer // 15.02.2020 à 10h46

    Une méprise l attaque contre un avion civil iranien? Tu deconnes Labevierrre, même la commission d enquête US a conclu à un acte de guerre délibérè contre un avion clairement identifiè comme civil par l équipage chargè du contrôle aerien . Le capitaine ce criminel voulait en decoudre à tout prix.

    • Santerre // 15.02.2020 à 12h16

      Ce sont les restes diplomatiques. 🙂 On ne change pas comme ça des décennies de pratique de l’euphémisme, de la poker face et de la bienséance.

    • enpassant // 15.02.2020 à 16h54

      Non la commission d’enquête menée par l’amiral Fogarty n’a jamais conclu a ce que vous affirmez.

      Quel est le rapport dont vous parlez ?

      Labevierre a raison sur ce point.

      • Santerre // 15.02.2020 à 18h40

        Ha ben vous voulez qu’on en parle des commissions d’enquête qui se sont avérées complètement bidon? Un commission d’enquête de la navy pour un crime de la navy, c’est une blague?

        • enpassant // 15.02.2020 à 21h00

          Cessez vos invectives. Ce rapport est public, il est passé par la commission de défense a été revisité par la presse et pas seulement américaine, par l’OACI, par IATA. Le tout a donné lieu à des changements dans les procédures de vol civil dans les zones de conflits (changements des fréquences ATC)

          Vous n’avez pas lu ce rapport et ce qu’affirme Politzer n’est pas vrai.

          même la commission d enquête US a conclu à un acte de guerre délibéré contre un avion clairement identifié comme civil par l’équipage chargé du contrôle aérien…donc l’Iran ne saurait faire moins..

          L’enchaînement des évènements..que bien sûr vous n’allez pas lire

          https://www.history.navy.mil/content/history/nhhc/about-us/leadership/director/directors-corner/h-grams/h-gram-020/h-020-1-uss-vincennes-tragedy–.html

  • Myrkur34 // 15.02.2020 à 10h54

    On se demande bien quel est l’intérêt pour les iraniens de retenir deux chercheurs français en prison qui n’en peuvent du diktat américain dans la région, avec de ridicules accusations d’espionnage….
    Qu’il y ait une lutte d’influence entre les différentes strates de la société iranienne, d’accord, mais bon, il n’y en a pas un au sommet qui pense que cela nuit un petit peu à ce qu’il reste des relations diplomatiques ?
    A se demander si ce n’est pas juste bêtement crapuleux…..

    • enpassant // 15.02.2020 à 21h12

      Oui et ils ne sont pas les seuls..des chercheurs du CNRS accusés d’espionnage…

      Le CNRS demande la libération immédiate de Fariba Adelkhah, directrice de recherche de Sciences Po, en grève de la faim, et de Roland Marchal, chargé de recherche au CNRS, tous deux membres du Centre de recherches internationales (CERI – Sciences-Po/CNRS), emprisonnés en Iran depuis le mois de juin 2019. Le CNRS condamne avec la plus grande fermeté ces emprisonnements arbitraires qui font peser une menace sur la libre circulation indispensable à l’exercice de la recherche.

      Les autorités judiciaires iraniennes ont récemment levé l’accusation d’espionnage visant Fariba Adelkhah mais la chercheuse reste poursuivie pour deux autres chefs d’accusation, “propagande contre le système” politique de la République islamique et “collusion en vue d’attenter à la sûreté nationale”, selon son avocat.

      Roland Marchal est poursuivi lui aussi pour “collusion en vue d’attenter à la sûreté nationale”.

      L’Iran ne reconnaît pas la double nationalité et l’un des otages (le juste terme dans ce cas) anthropologue est une femme d’origine iranienne.

      Du même souffle l’Iran a déjà annoncé qu’il ne donnerait aucune compensation à 60 personnes du vol de Ukrainian Airlines car ce sont pour ce pays des nationaux (qui possèdent une autre nationalité).

      On attend les boîtes noires depuis 6 semaines et l’Iran a passé la zone de crash au bulldozer ce qui rend impossible les enquêtes sur place.

      J’imagine que l’on est prié de trouver tout ceci comme normal.

      • Fritz // 15.02.2020 à 21h40

        Vous avez raison de soulever le cas de ces deux universitaires (et je vous ai plussoyé malgré nos désaccords). Je connais un peu Mme Adelkhah, j’ai lu un de ses livres, et je trouve son emprisonnement arbitraire et injustifié.

        Il est normal que la diplomatie française agisse pour obtenir la libération de Roland Marchal et Fariba Adelkhah. Mais je trouve anormal que M. Le Drian n’exige pas également la libération de Julian Assange. Qu’en pensez-vous ?

        • enpassant // 15.02.2020 à 22h41

          Je pense que ce qui est fait à Assange est totalement injuste. et il est soumis à une torture permanente.

          Nils Melzer, UN Special Rapporteur on Torture

          https://medium.com/@njmelzer/demasking-the-torture-of-julian-assange-b252ffdcb768

          This Op-Ed has been offered for publication to the Guardian, The Times, the Financial Times, the Sydney Morning Herald, the Australian, the Canberra Times, the Telegraph, the New York Times, the Washington Post, Thomson Reuters Foundation, and Newsweek.
          None responded positively.

          Oui je préfèrerais que le gouvernement français offre l’asile à Assange mais il ne le fera pas. Il ne faut pas oublier Manning qui est de nouveau en prison pour avoir refusé de servir de témoin à charge contre Assange.

          Si j’avais été un politicien j’aurais pu répondre que Assange n’est pas un ressortissant français 🙂 et je suis sûr que Le Drian vous trouverais une formule de ce genre…

          Le Comité du prix Nobel pour la paix aurait du lui donner le prix en lieu et place de Obama et a part la satisfaction de voir le gouvernement demander sa libération qu’est-ce que Le Drian pourrait obtenir ?

          Rien au mieux.

  • serge // 15.02.2020 à 16h24

    Que je sache, Trump a demandé aux pays de l’OTAN de s’impliquer un peu plus ailleurs que dans l’Atlantique, voire d’augmenter leurs budgets de défense. Et le rigolo Stoltenberg a bien suggéré d’étendre l’OTAN au Moyen Orient. Donc tous ceux qui ne veulent pas de sanctions pour leurs entreprises ou “d’ingérence” US dans leur politique (toute l’UE quoi…) se sentent investis de respecter ces injonctions. Et dire qu’en même temps Trump vient de relever à 15% les taxes douanières imposées aux avions Airbus… Tous des clowns, jusqu’aux premiers cercueils militaires dans ce coin du globe.

    • weilan // 15.02.2020 à 21h42

      “Tous des clowns” écrivez vous.
      Non, ce sont juste des euronouilles !

  • Subotai // 16.02.2020 à 19h41

    Ce que je comprends c’est que les USA sont en régression dans cette partie du monde et que certains États européens les poussent gentiment de côté.
    L’ensemble des acteurs actuels ont intérêt à ce que le Détroit reste ouvert.
    Sauf les USA (qui y ont encore intérêt aussi actuellement) qui veulent s’en servir comme moyen de pression contre les Restes du Monde. Raison de l’alternative pétrolière sud américaine engagé par les USA.
    L’objectif de ces manœuvres est de faire en sorte que les USA ne puissent plus sans dommage mettre le boxon dans cette région.
    Mauvaises nouvelles pour le Venezuela – La sucette américaine sera généreusement abandonnée aux “Américains”.

  • Afficher tous les commentaires

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Charte de modérations des commentaires

Et recevez nos publications