Excellent papier de Neil Clark. Ce qui est énorme dans l’affaire ukrainienne, c’est qu’il n’y a pas seulement une propagande à démonter, mais 2 (du même coté), car les mêmes évènements se passent à 2 mois de distance, mais avec 2 gouvernements différents, “le méchant” puis “le gentil”…

Neil Clark est chroniqueur pour The Guardian, le Morning Star, le Daily Express et plusieurs autres journaux. Il a publié sur le site de Russia Today un article sur les doubles standards et les contradictions de la position occidentale sur l’Ukraine. Au moment où ils soutiennent Maïdan, les politiciens occidentaux ne jugent pas dignes d’attention les mouvements de protestation en Europe, et l’invasion sanguinaire en Irak, selon eux, est plus démocratique que le référendum de Crimée.

Je suis dérouté. Il y a quelques semaines, on nous disait en Occident que les gens qui occupaient les bâtiments administratifs en Ukraine – c’était bien. Ces gens, nous disaient nos leaders politiques et observateurs médiatiques éminents, « protestent pour la démocratie ».

Le gouvernement des États-Unis avait alors mis en garde le pouvoir ukrainien sur l’emploi de la force contre ces « protestataires démocrates » – même alors, comme nous avons pu le voir, que certains d’entre eux étaient des néo-nazis qui jetaient sur la milice des « cocktails Molotov », détruisaient des monuments et incendiaient des bâtiments publics.

Aujourd’hui, à peine quelques semaines plus tard, on nous dit qu’à l’inverse, les gens qui occupent des bâtiments administratifs en Ukraine n’ont rien de « protestataires démocrates », mais qu’ils sont des « terroristes » ou des « combattants ».

Pourquoi est-ce que prendre le contrôle de bâtiments administratifs était-ce « bien » en janvier et devenu « très mal » en avril ? Pourquoi est-ce que l’emploi de la force contre les protestataires était parfaitement inadmissible en janvier, mais acceptable aujourd’hui ? Je me répète : je suis dérouté. Quelqu’un pourrait-il m’expliquer ?

Cet hiver, les manifestants anti-gouvernementaux en Ukraine ont reçu la visite de plusieurs responsables politiques occidentaux éminents, dont le sénateur américain John McCain et la vice-secrétaire d’État américaine Victoria Nuland, qui leur a distribué des biscuits. Au cours de ces dernières semaines, d’importants mouvements de protestation anti-gouvernementale ont secoué de nombreux pays d’Europe de l’ouest. Mais ils n’ont pas bénéficié d’un tel soutien – ni de la part de ces responsables, ni de celle des grands observateurs médiatiques occidentaux. Les protestataires n’ont pas non plus eu droit à des biscuits gratuits offerts par le Département d’État des États-Unis.

Si McCain et Nuland aimaient tellement les protestations de rue anti-gouvernementales en Europe et y voyaient une forme authentique de « démocratie », n’auraient-ils pas manifesté leur solidarité aussi aux manifestants de Madrid, Rome, Athènes et Paris ?

Je suis dérouté. Quelqu’un pourrait-il m’expliquer ?

Il y a quelques semaines, j’ai regardé une interview du secrétaire d’État américain John Kerry. Il annonce : « On ne peut pas impunément envahir un autre pays sous un prétexte inventé, pour défendre ses intérêts propres. » Mais il me semble me souvenir que c’est précisément ainsi qu’ont agi les États-Unis au cours des 20 dernières années.

Peut-être ai-je oublié les déclarations sur la possession par l’Irak et l’Iran d’armes de destruction massive ? Peut-être ai-je rêvé, en 2002 et en 2003, que les politiciens et les experts néo-conservateurs prenaient quotidiennement la parole à la télévision pour nous expliquer à nous, bas peuple, que nous devions faire la guerre à l’Irak à cause de la menace que représentait l’arsenal mortel de Saddam ? En quoi est-ce que le vote démocratique en Crimée sur la question du rattachement avec la Russie est-il pire que l’invasion brutale, sanguinaire de l’Irak – invasion qui a fait près d’un million de morts ? Je suis dérouté. Quelqu’un pourrait-il m’expliquer ?

En outre, les politiciens et les experts « médiatiques » occidentaux nous ont dit, de l’air le plus sérieux, que le référendum en Crimée était invalide parce qu’il avait été conduit dans des conditions d’« occupation militaire ». Mais je viens de regarder un reportage sur les élections en Afghanistan, qui se déroulent dans des conditions d’occupation militaire. Des personnalités occidentales, telles que le secrétaire général de l’OTAN Anders Fogh Rasmussen, ont fait l’éloge de la tenue de ces élections, les qualifiant de « moment historique pour l’Afghanistan » et d’immense succès de la « démocratie ». Pourquoi le vote en Crimée est-il écarté du compte, alors que les élections en Afghanistan sont exaltées ? Je suis dérouté. Quelqu’un pourrait-il m’expliquer ?

La Syrie, aussi, laisse très largement perplexe. On nous a dit et on nous dit que les groupes d’islamistes radicaux représentent une menace contre la paix, la sécurité et notre « image du monde » en Occident. Qu’Al-Qaïda et les autres groupes semblables doivent être anéantis, que nous devons mener contre eux une incessante « guerre contre la terreur ». Et pourtant, en Syrie, nos leaders ont pris le parti de ces groupes radicaux dans leur guerre contre un gouvernement laïc, qui respecte les droits des minorités religieuses, notamment des chrétiens.

Quand les bombes d’Al-Qaïda et de leurs alliés explosent en Syrie et tuent des innocents, nos leaders ne le condamnent pas. Ils ne condamnent que le gouvernement syrien laïc, qui lutte contre les islamistes radicaux. Un gouvernement que nos leaders et observateurs médiatiques éminents brûlent de voir renverser.Je suis dérouté. Quelqu’un pourrait-il m’expliquer ?

Les droits des gays, encore. On nous dit que la Russie est un pays très mauvais et attardé, parce qu’elle a adopté une loi qui interdit la propagande de l’homosexualité auprès des mineurs. Cependant, nos leaders, qui ont boycotté à cause de cette loi les JO d’hiver de Sotchi, se rendent dans les pays du Golfe persique, où les homosexuels peuvent être internés et même condamnés à mort. Et ils y saluent chaleureusement les dirigeants locaux, sans faire mention des droits des gays.

Est-ce que la prison ou la peine de mort pour les gays, ce n’est pas à coup sûr bien pire qu’une loi interdisant la promotion de l’homosexualité auprès des mineurs ? Pourquoi nos leaders, s’ils sont si sincèrement inquiets des droits des homosexuels, attaquent-ils la Russie et non ces pays où les gays sont mis en prison ou condamnés à mort ?Je suis dérouté. Quelqu’un pourrait-il m’expliquer ?

On nous dit, dans de très nombreux journaux, que le parti d’extrême-droite hongrois Jobbik est très mauvais. Son ascension provoque la plus vive inquiétude, bien que ce parti ne soit pas représenté au gouvernement et qu’il est peu probable qu’il s’y retrouve. Dans le même temps, en Ukraine, les néonazis et les ultranationalistes occupent des postes dans le nouveau gouvernement, que nos leaders soutiennent avec enthousiasme. En février, les néonazis et les représentants de l’extrême-droite ont joué un rôle clé dans le renversement du gouvernement ukrainien démocratiquement élu, dans la « révolution » que l’Occident a saluée. Pourquoi les ultranationalistes et les groupuscules d’extrême droite sont-ils inadmissibles en Hongrie, mais admissibles en Ukraine ? Je suis dérouté. Quelqu’un pourrait-il m’expliquer ?

On nous dit que la Russie est une puissance agressive, impérialiste, et que l’OTAN est soucieux de contrer la « menace » russe. Mais ces jours-ci, j’ai regardé la carte du monde : j’ai vu que la Russie était frontalière d’une multitude d’États entrant dans l’OTAN – une alliance militaire dirigée par les États-Unis, dont les membres, au cours des 15 dernières années, ont bombardé et attaqué de nombreux pays. Mais je n’y ai pas vu un seul pays voisin de l’Amérique, qui ferait partie d’une alliance militaire russe, je n’ai pas vu de bases militaires ou de missiles de la Fédération de Russie dans des pays frontaliers avec les États-Unis ou qui se trouveraient à proximité. Et tout de même, on nous dit que l’« agresseur », c’est la Russie ?

Je suis dérouté. Quelqu’un pourrait-il m’expliquer ?

Publié le 15 avril 2014.

Source de la traduction : Le Courrier de Russie

Ce billet fait partie d'une série sur la situation en Ukraine. Il vise à donner des regards différents de ceux diffusés en masse par les grands médias, afin d'élargir votre champ de réflexion. [Lire plus]Cela ne signifie pas que nous adhérions forcément à ces regards - mais simplement que nous les jugeons intéressants (dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici). Notre souhait est de sortir des présentations binaires "gentils / méchants", afin de coller de plus près à une réalité complexe. Nous rappelons enfin que par principe, nous ne "soutenons" aucun gouvernement nulle part sur la planète (et donc pas le gouvernement russe non plus). Nous sommes au contraire vigilants, tout gouvernement devant, pour nous, justifier en permanence qu'il ne franchit aucune ligne jaune. Mais nous sommes évidemment également attachés à lutter contre le deux poids 2 mesures, et à présenter tous les faits.

152 réponses à [Ukraine] Je suis dérouté – quelqu’un pourrait-il m’expliquer ?, par le journaliste britannique Neil Clark

  1. Phil DeFer Le 25 avril 2014 à 22h32
    Afficher/Masquer

    Ce soir je suis effondré…

    Quelqu’un pourrait-il me consoler ?

    Pas sûr en fait….


  2. Kiwixar Le 25 avril 2014 à 23h05
    Afficher/Masquer

    Un court article de 2009 de Libé sur la fabrication de l’ennemi, le cas russe :
    http://www.liberation.fr/politiques/2009/12/31/la-fabrication-de-l-ennemi-le-cas-russe_601901


  3. Macarel Le 25 avril 2014 à 23h12
    Afficher/Masquer

    “Guerre froide 2.0” Un dangereux cache misère

    http://www.entrefilets.com/guerre_froide_2.html

    Extrait :

    Pour une poignée de dollars
    Au fil de nos brèves sur le sujet, nous avons détaillés le modus operandi du coup d’Etat de Kiev avec l’implication des services US et de probables snipers de l’OTAN dont nous donnons ici quelques nouvelles toutes fraîches au passage.
    Le but ultime de la manœuvre américaine est bien sûr de fracturer l’Eurasie pour éviter la constitution d’un Bloc concurrent Euro-BRICs, tout en emprisonnant l’Europe dans le Traité transatlantique en préparation pour permettre aux USA d’y déverser à l’envi sa propagande, ses MacDoPhones, son gaz de schiste et ses OGM.
    C’est qu’avec la montée en puissance de la concurrence du BRICs, l’hégémonie américaine commençait à avoir du plomb dans l’aile. Surtout depuis que ces mêmes pays du BRICs se sont permis de remettre en question l’hégémonie du dollar.
    Or le dollar n’est pas le symbole de la puissance des Etats-Unis, il EST cette puissance. Sans le statut hégémonique du dollar dans les échanges internationaux, les Etats-Unis ne sont plus rien, et ils le savent.
    D’où l’avènement de notre «Guerre Froide 2.0», sorte de baroud d’honneur qui permet accessoirement à l’élite étasunienne de singer ses pères en réchauffant la narrative d’Etats-Unis restaurés dans le rôle hollywoodien qui fut le leur durant la «glorieuse» époque de la Guerre Froide première mouture.


  4. pitou bruxelles Le 26 avril 2014 à 00h28
    Afficher/Masquer

    Je me demande ce que le citoyen lambda U.S. en as à cirer de l’Ukraine ?


  5. vérité2014 Le 26 avril 2014 à 00h42
    Afficher/Masquer

    Des avions russes auraient violé l’espace aérien ukrainien selon le Pentagone.

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/04/25/97001-20140425FILWWW00406-des-avions-russes-auraient-viole-l-espace-aerien-ukrainien-selon-le-pentagone.php

    L’ONU redoute une invasion russe.
    La Russie serait sur le point d’envahir militairement l’est de l’Ukraine, peut-être dès ce week-end, selon des sources diplomatiques concordantes.
    http://www.lefigaro.fr/international/2014/04/25/01003-20140425ARTFIG00368-l-onu-redoute-une-invasion-russe.php

    Video of Slovyansk ‘mayor’ showing off IDs, dog tags and insignia of captured OSCE military monitors.
    https://www.youtube.com/watch?v=cEcpZ0vwrdk

    Russian ‘Doomsday Plane’ reported flying near Finland – a sign of something more ominous to come?

    http://utopiathecollapse.com/2014/04/25/russian-doomsday-plane-reported-flying-near-finland-a-sign-of-something-more-ominous-to-come/

    Exclusive: Putin Halts All Talks With White House.

    http://www.thedailybeast.com/articles/2014/04/25/exclusive-putin-halts-all-talks-with-white-house.html


  6. vérité2014 Le 26 avril 2014 à 00h52
    Afficher/Masquer

    Débat intéressant sur RT à propos de la propagande anti Russe et anti RT citée hier par Kerry.

    https://www.youtube.com/watch?v=NGlk-AITxhM


  7. vérité2014 Le 26 avril 2014 à 00h59
    Afficher/Masquer

    Exclusive: U.S., EU Seen Imposing Sanctions on Russia on Monday-Sources.

    WASHINGTON — The United States and the European Union are expected to impose fresh sanctions on Russian individuals on Monday in response to Moscow’s alleged efforts to destabilize eastern Ukraine, sources familiar with the matter said.

    http://www.nytimes.com/reuters/2014/04/25/world/europe/25reuters-ukraine-crisis-sanctions-exclusive.html?ref=world


    • Kiwixar Le 26 avril 2014 à 01h48
      Afficher/Masquer

      Toujours des représailles contre des INDIVIDUS russes, rien contre la Russie elle-même.
      Comme les mérous : 3/4 de gueule, 1/4 de queue.

      A part ça, les notations financières :
      – Russie (pétrole, gaz, minerais, dette/PIB à 16%) : rating quasiment au niveau junk…
      – US (dettes, dettes, imprimante et 3 bonbonnes de gaz de schiste) : AAA
      – UK (une des plus grosses dettes du monde occidental, c’est pour dire) : AAA
      – Allemagne (ca vaudrait le coup d’intégrer les dettes des landers pour voir leur vrai endettement… 400% sur le PIB?) : AAA

      Mais bon, comme disait un intervenant sur BFM Business récemment, “plus personne ne regarde les ratings”…. que de la gueule, donc. Tout dans l’illusion de puissance.
      Le tigres de papier… vert… triple épaisseur.


  8. mathieu Le 26 avril 2014 à 14h19
    Afficher/Masquer

    Olivier,
    rien à voir avec le sujet , pure mis en forme …quand on poste/relais un article de “les crises” notamment sur FB ou sur les autres réseaux sociaux , la vignette d illustration qui va avec est toujours celle de l appel aux dons avec le petit cochon tirelire et il n y a pas le choix de la changer.Es ce que ce n est que moi ? On a beau être sur le fond et pas sur la forme, c’est pas très vendeur, et avec tout le boulo de contre propagande à faire chez tous les biberonés à “les gentils américains et les méchants autres” ce serait sympa de voir si ceci n est pas adaptable. Merci d’avance.


  9. Un_passant Le 30 avril 2014 à 17h23
    Afficher/Masquer

    Ça me fait penser au LEAP qui semble découvrir que Hollande n’est peut-être pas aussi génial qu’imaginé et qui se pose des questions sur l’américanisme de Hollande.

    Je ne comprends pas comment un site de prospective et d’analyse a pu passer à côté du fait qu’un certain nombre de ministres en plus de Hollande (en plus de lui-même) sont passés par la French American Foundation (voir http://www.frenchamerican.org/young-leaders-directory?&all=1). La liste est assez édifiante.

    Ça se savait avant les élections, curieusement (?) ça a été passé sous silence.

    Pour en revenir à l’article, certains ouvrent peut-être enfin les yeux sur les contradictions de l’Occident sur les notions de souveraineté, d’ingérence, d’identité culturelle et j’en passe.

    Moi qui, enfant était fasciné par les EUA, je ne peux qu’être navré qu’aujourd’hui, je serais assez radicalement partisan d’un Yankees, Go home! (J’aurais même tendance à penser, assez vulgairement, Yankees, F*** O**!). Précisons : ça concerne les 1% (en particulier le complexe miltaro-industriel, le lobby chimique et pétrolier, sans oublier le lobby bancaire). Je n’ai rien contre l’américain moyen. Il vaut le péquin lambda de n’importe quel pays.



Charte de modérations des commentaires