Mehfi Hasan demande à l’ancien chef de la CIA Michael Hayden (directeur de la NSA de 1999 à 2005, puis directeur de la CIA entre 2006 et 2009) de s’expliquer sur la torture – en l’espèce le waterboarding (vidéo).

Double standard hallucinant…

torture

17 réponses à Double standard de la CIA quant à la torture

Commentaires recommandés

Pierre Le 05 avril 2016 à 00h33

“Double standard hallucinant”. Que peux-t-on y ajouter ? Ce que Hayden nous dit, c’est bien évidemment que la torture n’est pas de la torture si elle est utilisée pour me défendre moi ou mon clan, mais qu’elle est de la torture si elle est utilisée par mon ennemi. Sa seule justification est que, utilisé par la CIA, c’est sous le contrôle d’un médecin (pour que le type interrogé ne clamse pas avant d’avoir lâché de l’info). Comme si le Syrien faisant la même chose ne voudrait pas non plus que le type lache ses informations avant de succomber ! On est dans une négation de la plus élémentaire des morales, une négation de la reconnaissance de l’autre comme un être humain à part entière, une hypocrisie insondable de la part de membres d’un pays qui fait de la foi chrétienne son crédo. Et ces gens s’étonnent d’être rejetés de part le monde ? En même temps, il s’exonère de toute responsabilité, car ce n’est pas sa décision. La lâcheté dans toute son horreur.

  1. Astatruc Le 05 avril 2016 à 00h19
    Afficher/Masquer

    c’est ça.
    La terre est ronde ou plate selon que ça les arrange.
    Quand même, n’avons nous pas le droit, le devoir de douter devant une telle exhibition de mauvaise-foi ?
    C’est comme leurs ” rebelles modérés “.
    Cette torture est une torture, point barre.


  2. Pierre Le 05 avril 2016 à 00h33
    Afficher/Masquer

    “Double standard hallucinant”. Que peux-t-on y ajouter ? Ce que Hayden nous dit, c’est bien évidemment que la torture n’est pas de la torture si elle est utilisée pour me défendre moi ou mon clan, mais qu’elle est de la torture si elle est utilisée par mon ennemi. Sa seule justification est que, utilisé par la CIA, c’est sous le contrôle d’un médecin (pour que le type interrogé ne clamse pas avant d’avoir lâché de l’info). Comme si le Syrien faisant la même chose ne voudrait pas non plus que le type lache ses informations avant de succomber ! On est dans une négation de la plus élémentaire des morales, une négation de la reconnaissance de l’autre comme un être humain à part entière, une hypocrisie insondable de la part de membres d’un pays qui fait de la foi chrétienne son crédo. Et ces gens s’étonnent d’être rejetés de part le monde ? En même temps, il s’exonère de toute responsabilité, car ce n’est pas sa décision. La lâcheté dans toute son horreur.


    • Louis Cifre Le 06 avril 2016 à 10h14
      Afficher/Masquer

      La religion de ce monstre plus froid que les monstres froids ne m’intéresse pas. Il est américain, et cela en dit déjà beaucoup. Je crois que le biais messianique des américains n’est plus a prouver. Leur obsession de la Loi du Talion non plus.

      J’essentialise, je catalogue j’étiquette et je suis désobligeant avec les cons qu’ils soient circoncis ou tondus. Ce n’est pas la religion qui est importante c’est là ou elle nous mène. Et en l’occurrence si ce monsieur Hayden a une religion elle le mènera dans un enfer quelconque.


    • mario Le 06 avril 2016 à 22h22
      Afficher/Masquer

      Bonjour …

      Il ne faut pas oublier que dernièrement Obama a dit: “… nous sommes la seule nation indispensable …”

      Pourrait-on ajouter que les autres nations sont ‘superflus’ ???


    • Dredd Le 07 avril 2016 à 21h06
      Afficher/Masquer

      D’où ma dernière phrase: aborder ce sujet particulier où l’on met la religion au risque de l’Histoire emmène systématiquement vers des guéguerres où le “partisanisme” le dispute au non-sens.

      [Modération : Merci de mettre un point final à cette digression religieuse et de revenir au sujet initial.]


  3. Spectre Le 05 avril 2016 à 01h20
    Afficher/Masquer

    On retrouve dans ce discours ignoble le même genre de compartimentage glaçant qui permit jadis à des Allemands lambda de procéder personnellement à des exécutions de masse durant la seconde Guerre Mondiale. C’est une opération mentale absolument terrifiante. Et dire que l’on confie les rênes du pouvoir à ces quasi-sociopathes… https://www.youtube.com/watch?v=mlz3-OzcExI


  4. noDJ Le 05 avril 2016 à 01h40
    Afficher/Masquer

    Of course.
    Parce que l’eau en Syrie est imbuvable, vous êtes obligé de recracher sinon vous risquez les maux d’estomac. Alors qu’aux US no problem, vous pouvez la boire jusqu’à plus soif, ce qui fait toute la différence. Quand il y a la canicule ont mets des glaçons, et le jour de l’Indépendance ont remplace l’eau par du Cola (une année Coca, une année Pepsi). ?

    Comme disait a frenchie ” Les c*** ça osent tout” !


  5. Kiwixar Le 05 avril 2016 à 02h04
    Afficher/Masquer

    Le visage pâle a la langue fourchue… Le visage pâle a l’âme fourchue…
    Ce serait intéressant d’étudier cela sous l’angle de la linguistique, et de comment la langue anglaise pourrait avoir une origine sur ce mode de pensée de crapules.

    Ainsi, les 3 degrés de la gratitude selon Thomas d’Aquin, sous l’angle de la linguistique :
    = http://www.thomas-d-aquin.com/Pages/Articles/Formulesusage.pdf =

    “Le 1er réside dans la reconnaissance du bienfait reçu, le 2eme dans le
    remerciement, le 3eme dans la contrepartie en fonction des moyens de chacun et des circonstances de temps et de lieu les plus opportunes. Cet enseignement, apparemment si simple, est perçu de façon différente dans les diverses langues pour exprimer le remerciement :
    > 1er niveau : anglais « thank », l’allemand « zu danken » tient son origine de « zu denken » (penser)
    > 2ème niveau : français (merci), les termes arabes de remerciement (shukran, shukran jazy-lan) directement situés au second niveau : la louange du bienfaiteur et du bienfait reçu. L’expression latine de la gratitude, gratias ago, et ses dérivés italien (grazie) et castillan (gracias) est assez complexe
    > 3eme niveau : le caractère profond de la formule portugaise « obrigado » (obligé) se démarque ; si charmante et unique, elle est la seule (avec le japonais « arigatô ») à parvenir sans l’ombre d’un doute au plus fort degré de gratitude dont parle Thomas d’Aquin


  6. jacquart&jacaton Le 05 avril 2016 à 02h08
    Afficher/Masquer

    Quand n’est il des pratiques du “camp 1391” ?


  7. Ailleret Le 05 avril 2016 à 02h40
    Afficher/Masquer

    L’impudence de Hayden est liée à son impunité. Et ce jésuitisme qui invoque la caution des magistrats, ce nominalisme qui ergote sur les mots… Les poses obscènes infligées aux détenus d’Abou Ghraïb, c’était peut-être de la gymnastique ?


  8. GLEB Le 05 avril 2016 à 06h47
    Afficher/Masquer

    Ces méthodes et la justification de l’utilisation qui en est faite, sont les racines profondes du terrorisme .. qui n’est que la réponse au comportement impérialiste us
    Faut pas chercher bien loin


  9. SanKuKai Le 05 avril 2016 à 10h16
    Afficher/Masquer

    En d’autres termes, la CIA fait de la torture “modérée”.
    Et oui, tout comme les chasseurs, il y a les bons barbares et les mauvais barbares…


    • Louis Cifre Le 05 avril 2016 à 12h41
      Afficher/Masquer

      La dichotomie ne fonctionne pas, le bon chasseur c’est lui qui se nourrit. Quand au bon barbare c’est celui qui se défend, cela fait longtemps qu’un certain occident ne se défend plus.


  10. anatole27 Le 05 avril 2016 à 13h20
    Afficher/Masquer

    On notera cet article de ZeroHedge ou le même Hayden dit que les forces armées n’obéiraient pas forcement à Trump, mais au fait il travaille pour qui ce Zozo ???

    http://www.zerohedge.com/news/2016-02-28/military-would-revolt-against-trump-former-cia-director-says


  11. clauzip12 Le 05 avril 2016 à 16h21
    Afficher/Masquer

    La philosophie anglo-saxonne utilitaristes est sans nul doute une invitation aux actes extrêmes:des lors que l’action en soi est profitable,il n’y pas d’impossibilité en soi de la pratiquer(c’est mon interprétation)
    Cette démarche essentielle du profit,donc positiviste est un engagement vers toujours plus.
    S’agissant des droits humains,je ne crois pas que les USA ai signé la convention internationale de droits humains.
    Ils n’ont pas signé la convention internationales des droits de l’enfant.
    Récemment un enfant de 11 ou 12 ans a été condamné à la prison à vie pour crime de parent.


  12. juliette Le 05 avril 2016 à 17h43
    Afficher/Masquer

    Foucault a une théorie intéressante sur le sujet, et testée sur de nombreuses personnes : Les hommes sont capables de mettre leur morale de côté, si c est pour défendre leur communauté. Ils peuvent être inhumains, si ils considèrent qu’ils le sont avec des personnes en dehors de leur communauté, afin de défendre leur communauté :

    En tant qu’américain, je peux torturer un syrien, si cela me permet de sauver des américains. Mais je ne torturerais probablement pas un américain pour sauver des Syriens…
    Je ne suis pas experte en sociologie, mais je crois que cette réaction est tres naturelle… Je ferais probablement pareil pour ma famille par exemple.

    Pour éviter ce genre de pensée “duale” – ce qui bien sur est souhaitable – si on suit le raisonnement de Foucault, il faudrait que le patron de la CIA se considère comme un etre humain avant tout, et pas comme un américain.
    Pas gagné…


  13. Spartel Le 05 avril 2016 à 23h24
    Afficher/Masquer

    Tous les stratèges le savent : l’utilisation systématique de la torture dès 2001 par l’armée US et le renseignement militaire et civil empêche toute action avec engagement de troupes au sol ; le non-respect des règles de la guerre a été compris par tous les adversaires et ” les ennemis potentiels”, et a induit une incertitude totale sur les éventuels prisonniers de guerre américains.
    La torture étant le meilleur moyen de radicaliser le système militaire, cette totale incertitude pèse et pèsera longtemps dans la psychologie et la stratégie US.
    En déshumanisant, en ” déhérosant” l’art de la guerre, l’armée US a compromis toute chance de s’élever un jour en armée de libération quelconque. On peut s’interroger sur la source de telles pratiques. Certains la trouvent chez Galula ou Trinquier, d’autres les lient au P.O, d’autres dans le traumatisme du 11/9.
    L’Institution n’a pas joué son rôle de protection. On peut le lui reprocher. Il lui reste le souvenir du débarquement de 44 contre les totalitarismes et le nazisme du XXème siècle européen ; mais c’est de l’histoire passée.


Charte de modérations des commentaires