Les Crises Les Crises
10.juin.201510.6.2015 // Les Crises

Elise Lucet lance une pétition pour protéger le secret des sources

Merci 1
J'envoie

Elise Lucet

La journaliste de France 2 s’inquiète d’une directive européenne qui permettrait d’attaquer en justice les journalistes et leurs sources par des entreprises.

Elise Lucet s’alarme d’une directive que le Parlement européen s’apprête à adopter le 16 juin prochain. Son but : protéger le secret des affaires des entreprises, notamment concernant les innovations en cours de développement et lutter contre l’espionnage industriel. Mais comme l’explique Elise Lucet, cela implique que « toute entreprise pourra arbitrairement décider si une information ayant pour elle une valeur économique pourra ou non être divulguée. » Ce qui mettrait dans l’illégalité un journaliste qui révèlerait des informations sensibles. La journaliste du 13 heures de France 2, qui anime également l’émission Cash Investigation, lance une pétition contre cette directive .

« Si une source ou un journaliste “viole” ce “secret des affaires”, des sommes colossales pourraient lui être réclamées, pouvant atteindre des millions voire des milliards d’euros, puisqu’il faudra que les “dommages-intérêts correspond(ent) au préjudice que celui-ci a réellement subi”», explique Elise Lucet. « On pourrait même assister à des peines de prison dans certains pays. »

Cette directive mobilise également contre elle une coalition d’ONG dont la Quadrature du Net ou le mouvement Public Citizen, mais aussi l’ensemble des syndicats français .

Une directive lancée en 2013

Lancée en novembre 2013 par la Commission européenne, cette proposition de directive définit le secret des affaires comme des techniques (procédés de fabrication, recettes, composés chimiques, etc.) ou des informations commerciales (listes de clients, résultats d’études de marketing, etc.) ayant une valeur économique pour l’entreprise. Son objectif n’est pas de créer un nouveau droit, qui existe déjà dans presque tous les États, mais de clarifier les définitions et procédures au sein du marché unique.

Comme l’explique le journal spécialisé Contexte, les Etats ont avancé rapidement sur le sujet , en proposant qu’une affaire pourrait être présentée à la justice dans un délai de six ans après l’infraction, au lieu du délai de deux ans initialement prévu. La commission des Affaires juridiques du Parlement européen doit décider le 16 juin de valider ou non le texte.

En France, une disposition de la loi Macron voulait également protéger le secret des affaires. Une mobilisation des journalistes et de syndicats avait forcé le gouvernement à la retirer le 30 janvier dernier . Mais si une directive devait être adoptée, elle pourra être appliquée dans l’ensemble des pays membres de l’Union européenne.

« Nous, journalistes, refusons de nous contenter de recopier des communiqués de presse pour que vous, citoyens, restiez informés. » lance Elise Lucet. « Et comme disait George Orwell : “Le journalisme consiste à publier ce que d’autres ne voudraient pas voir publié : tout le reste n’est que relations publiques”. »

Source : Les Echos, le 5 juin 2015.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Chris // 10.06.2015 à 00h31

Une directive européenne qui s’inscrit tout à fait dans la mouture du prochain TAFTA et ses Tribunaux arbitraux/protection des Investissements.

46 réactions et commentaires

  • Chris // 10.06.2015 à 00h31

    Une directive européenne qui s’inscrit tout à fait dans la mouture du prochain TAFTA et ses Tribunaux arbitraux/protection des Investissements.

      +60

    Alerter
  • Jourdon // 10.06.2015 à 00h36

    Bravo Madame Elise LUCET pour votre courage: continuez…

    Et il me semble absurde et digne de “1984” qu’au moment où en Europe et dans le monde on commence à discuter diverses possibilités de “contrôler les contrôleurs” soit rendre un peu moins hermétique le secret bancaire, on veuille se coucher… devant le nouveau veau d’or au point d’inventer le “secret des affaires” !

      +39

    Alerter
    • frederick // 10.06.2015 à 01h13

      l’europe tente de pérenniser la globalisation du marché des capitaux, cette dame ne sera pas courageuse, elle n’est pas payer pour ça. Elle ne fait pas d’information non plus, pas plus que les journalistes subventionnés. J’en suis le premier attristé, elle fait partie de flottille des chiennes de garde. ces quelques émissions vous donnent en pâture les os à rongés, la stratégie sera d’en donner juste assez pour calmer les bobos rien de plus, hélas.

        +26

      Alerter
      • BEYER Michel // 10.06.2015 à 15h07

        Donc, si on vous suit, nous ne signons pas la pétition et acceptons ce qui se prépare. Personnellement, je l’ai signée, non pas pour la journaliste, mais parce que je considère que cette mesure envisagée fait partie de la fascisation de l’UE.
        Peut-être me considérerez-vous comme un “bobo”, mais Mme Lucet, quoique vous en pensiez, nous propose parfois des émissions intéressantes. On n’en voit si peu. Je la trouve, au contraire, très courageuse, sans trop m’illusionner.
        Après tout, est-ce si courageux de s’en prendre à cette dame?

        Un “bobo” à un “autre bobo”.

          +21

        Alerter
        • ferrailleur // 11.06.2015 à 00h39

          C’est emmerdant de porter secours à une profession qui a dénigré les personnes objectives et visionnaires dénonçant les dérives fascisantes de l’UE. Maintenant que le TAFTA s’installe réellement et que les journalistes sont touchés de plein fouet par des restrictions sans précédant de la liberté d’enquêter et de publier, ils en appellent au secours des citoyens.
          Mais ces chiens de garde font du mauvais boulot depuis trop longtemps pour prendre le risque de les soutenir. Combien de fois ont-ils démenti les implications des intérêts américains et de leur influence au sein même du parlement européen? Combien de fois nous ont-ils vantés les bienfaits et la prospérité future de cette usine à gaz que représente l’union européenne?
          Cette union européenne fait un mal terrible aux peuples qui y ont adhéré par la force. Si toutefois les commissaires reculaient sur cette directive, que feraient alors ces journalistes? Poursuivraient-ils le combat contre ce marché mortifère ou bien reprendraient ils leur ronron quotidien fait de menteries agrémentées de nombreux avantages et passe droit?
          J’ai eu envie de signer cette pétition et après réflexion, je ne la signerai pas!

            +6

          Alerter
  • vérité sans frontieres // 10.06.2015 à 06h01

    Madame Elise LUCET,
    Bravo pour le travail que vous faites, vous avez du courage comparativement à vos collègues. Vous menez un combat pour la connaissance de la vérité, vous êtes dans la révélation. Respect!

      +19

    Alerter
  • arthur78 // 10.06.2015 à 06h21

    Les entreprises devarient plutot se preoccuper de defendre leurs secrets de fabrication et leurs brevets en interdisant l’espionnage de la NSA , d’Echelon, de Google et autre Facebook.

    Car nos entreprises sont surveillées en permanence, comme le prouve les affaires récentes , coucou la BNP …

    Mais pour cela il faut arrêter l’espionnage US et avoir des Corones .

    Recherchons un Politique qui fasse de la Politique , nain, goret, Marsupilani, Bachibouzouk, Ectoplasme s’abstenir … c’est un poste sérieux qui nécessite d’être COMPETENT !!!

      +24

    Alerter
  • arthur78 // 10.06.2015 à 06h24

    Personnellement je pense qu’il faut protéger la source de Mediapart —> RFE RL

    http://www.mediapart.fr/journal/international/300315/comment-les-trolls-professionnels-du-kremlin-travaillent-sur-internet

      +3

    Alerter
  • Fabrice // 10.06.2015 à 06h39

    la liberté d’enquêter et d’alerter devrait être une garantie partout aucune raison ne peut justifier ce secret.

    On peut noter la schizophrénie, on cherche à ce que chaque citoyen donne accès à ses données privées sans limite avec quasiment aucun recours réel et sérieux, pendant ce temps les entreprises auraient plus de droits que les citoyens voir les états (voir même accéder aux données des particuliers récoltés par les états ou pour l’état).

    C’est assez Ubuesque, Orwell et Aldous Huxley étaient en dessous de la réalité qui se révèle chaque jour à nous, dans l’ignorance la plus totale du fait du silence médiatique de ceux qui sont dans la relation publique plutôt que l’information. Elize Lucet fait presque office de modèle en voie d’extinction, en espérant qu’elle ne rentre pas dans le rang trop facile à rejoindre quand ce milieu est si verrouillé.

      +27

    Alerter
  • Pipiou83 // 10.06.2015 à 08h19

    Sans vouloir offenser Mme Elise Lucet, elle ne fait rien d’autre que des “relations publiques” lorsqu’elle présente le journal télévisé, comme tous ses collègues d’ailleurs. Ses émissions sont intéressantes mais elle ne va jamais au bout du bout du raisonnement et on reste sur sa faim puisqu’elle n’explique jamais en quoi l’UE, l’OMC et la trahison de nos gouvernants donnent toutes latitudes à ce “merveilleux monde des entreprises et de la finance” pour faire exactement ce qu’il veut.
    A-t-elle enfin commencé à entrevoir une partie de la réalité par le petit bout de la lorgnette ? Je l’espère.
    Ce qui serait bien c’est qu’elle continue à lever le voile et qu’elle l’explique dans son journal télévisé, là on pourrait parler de courage.

      +19

    Alerter
    • FifiBrind_acier // 10.06.2015 à 21h19

      Elle fait aussi des enquêtes en dehors de JT et qui sont intéressantes.

        +1

      Alerter
    • brigitte // 11.06.2015 à 02h51

      De toute évidence vous connaissez mal son travail dans Investigation. C’est bien LA journaliste qui se démarque et qui fait bouger les lignes. Si tous étaient comme elle, nous sentirions un vent de liberté médiatique. Celui que nous recherchons sur des sites comme celui-ci.

      J’ai signé la pétition. Ca prend 10 secondes et c’est fort probablement utile. Vous pensez qu’il ne faudrait pas signer pour un doute qui ne représente que 1% et qui de toute façon ne nuit pas à la cause.
      Certain paris négatifs relèvent du perdant-perdant. En effet, signer cette pétition sera au pire neutre.
      Elle en est à 157 000.

      Il est bien évident que cette pétition, lancée par une telle journaliste courageuse et compétente dérange.

      Elle va être attaquée personnellement de façon assez inattendue et paradoxale par ceux qu’elle dérange. La preuve qu’elle n’est pas neutre et pro-système comme tentent ceux qui veulent la discréditer justement car elle ne l’est pas.

      Un véritable paradoxe : reprocher à une personne de pas être A car justement elle est A et qu’on veut l’empêcher de l’être.

        +4

      Alerter
      • Pipiou83 // 11.06.2015 à 08h53

        De toute évidence vous portez des jugements péremptoires et pensez à la place des autres sans les connaître. Il est vrai que c’est une habitude sur la toile hélas.
        Je regarde régulièrement les émissions d’Elise Lucet, c’est pourquoi je me suis permis de donner mon avis sinon je n’aurais pas commenté.
        J’ai écrit que ses émissions étaient intéressantes. Mais pour qui s’informe ailleurs que sur les médias dominants, il n’y a pas vraiment de surprise. Elle est pugnace sur des points précis mais je maintiens qu’elle ne va pas au bout du raisonnement qui permettrait de comprendre pourquoi les entreprises ont toutes latitudes pour agir comme elles le font. Dans son reportage “Quand les actionnaires s’en prennent à nos emplois”, à aucun moment elle ne fait le lien avec les lois de dérégulation bancaire ou les traités de l’UE par exemple. Le titre de l’émission enfonce une porte ouverte mais ne répond pas à la vraie question “qui permet aux actionnaires de faire ce qu’ils font ?”. Je me souviens particulièrement de cette émission car le fait qu’il n’y ait aucune explication de fond m’avait choquée.
        Les journalistes qui dérangent vraiment ne sont pas à la télévision. Ils écrivent des livres, quand ils peuvent se faire éditer, et sont ensuite poursuivis en justice. Demandez à Denis Robert ce qu’il en pense.
        On peut apprécier le travail d’un/une journaliste qui sort “un peu” du lot sans tomber dans l’encensement béat.
        Moi aussi j’ai signé la pétition, même si je ne l’a, c’est à la mode maintenant les pétitions. Comme ça j’ai un peu l’impression d être à la mode.A défaut de démocratie, on fait signer des pétitions.Les gouvernements s’assoient sur les résultats de referendums et vous pensez vraiment qu’une pétition va faire bouger les lignes ?

          +3

        Alerter
      • Pipiou83 // 11.06.2015 à 08h59

        Zut la fin de mon commentaire a sauté.
        Je souhaite néanmoins bon courage à Elise Lucet.

          +0

        Alerter
  • St3ph4n3 L. // 10.06.2015 à 08h22

    C’est étrange comment ce qui paraît parfois le plus moderne rejoint le plus archaïque.

    Ce que préconise cette directive, c’est une étape de plus dans la sanctuarisation de l’entreprise et, par extension, des entrepreneurs : “Hors d’ici, profanes !”, proclament-ils. “Ici, on entreprend, on innove, on imagine le futur !”

    Nous assistons simplement à l’avènement d’une nouvelle religion qui, dans la férocité de ses préceptes et de son clergé, n’a décidément rien à envier à beaucoup de celles que nous avons connu jusqu’à présent.

    Bon courage à Lise Lucet !

      +18

    Alerter
    • Agora // 10.06.2015 à 09h12

      Je suis d’accord. N’avons nous pourtant pas affirmé comme valeur fondatrice de notre République que nul privilège n’est supérieur au pouvoir du peuple ?
      C’est un droit divin remaquillé que nous conférons aux entreprises transnationales et à leurs supplétifs politiciens.
      “Ô Argent ! Notre Seigneur.”.
      Nous avons les ministres ( au sens strict ) qui nous ressemblent.
      Nous sommes prompts à nous gargariser de liberté de conscience quand nous parlons des religions spirituelles, mais nous faisons preuve d’une absence totale d’esprit critique face au Dieu Finance et à Ses Lois.
      Ses Temples ne sont jamais vide. Nous avons choisi notre nouveau Maître après avoir pourtant déclaré que l’on en prendrait plus… puisque nous étions désormais des citoyens.
      Mais ça c’était avant, et aujourd’hui le passé n’est que folklore.

        +7

      Alerter
    • Renaud 2 // 10.06.2015 à 14h24

      Vous faites bien de parler de religion.
      Les Marchands du Temple veulent fermer les portes de leur Etablissement aux yeux du public. Ne restera à voir que le sang qui s’en échappera par les dessous de portes.

        +5

      Alerter
  • arthur78 // 10.06.2015 à 08h24

    Question : Matthieu Pigasse (FAF 2005) qui conseille l’Elysée, Bercy , les gouvernements de Grece et d’Ukraine, qui est un des directeurs du Monde, qui soutient Montebourg (FAF 2000) dans le JDD vient de prendre la tête d’une société basée aux Bermudes et qui donc doit échapper au FISC Français. Es ce que cette société sera également protégé par la nouvelle loi européenne ou es ce qu’elle sera hors scope ? (cad protégé par les US)

    http://www.bloomberg.com/news/articles/2015-04-30/lazard-names-stern-to-head-advisory-unit-pigasse-to-run-deals

    Lazard Ltd., the largest independent merger adviser, expanded the duties of top executives Alexander F. Stern and Matthieu Pigasse …46, will oversee mergers and acquisitions and sovereign advisory, the Bermuda-based company said Thursday in a statement.

    Plus généralement, j’observe qu’en l’espace de 2 mois, on vient de mettre sous surveillance l’ensemble des citoyens Francais et que viennent d’être exclus de la surveillance : les Politiciens, les journalistes et maintenant les entreprises !!! ne pourrait on pas exclure également les Banquiers ?

      +37

    Alerter
  • Un naïf // 10.06.2015 à 08h49

    Tiens, le gouvernement vient de privatiser Arianespace…
    C’est vrai que la conquète de l’espace n’a rien à voir avec l’état et sera certainement mieux gérée sous seing privé… 😉

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/06/10/le-gouvernement-privatise-arianespace_4650837_3234.html

      +20

    Alerter
  • Marcel // 10.06.2015 à 11h15

    Cette journaliste d’investigation n’en est pas à sa première enquête. Connaissez-vous ce qu’elle a réalisé ? Il ne s’agit pas de simples postures mais d’un combat pour révéler ce qui gêne les “puissants”.
    Heureusement que des personnes comme elle existent !

      +23

    Alerter
    • AL2015 // 10.06.2015 à 11h43

      Je suis étonné que le ministère de l’intérieur n’est pas encore été rebaptisé ministère de la vérité (c’est pourtant à la mode de rebaptiser en ce moment).

        +13

      Alerter
      • Carabistouille // 10.06.2015 à 13h37

        Et je suis étonné aussi, que dans tous les pays de l’OTAN, on ne se décide pas à parler de la Russie et de Poutine dans l’intégralité des médias, exactement à la même heure, pendant une minute. Et on appelerait ça… par exemple…. la minute de la haine. 🙂

          +13

        Alerter
      • RGT // 10.06.2015 à 18h09

        Ce qui m’étonne encore plus c’est que Vals ne soit pas (encore) monté au créneau pour fustiger cette pétition fortement “Anti-Charlie”…

        J’ai signé mais sans grand espoir…

        Même si la pétition recueille suffisament de signatures ils s’en serviront pour se torcher, comme le référendum de 2005 qui était grandement soutenu, je vous le rappelle, par TOUS les partis politiques “importants”…

        Qui dirige quoi en fait ?

        Ce ne sont pas les gueux qui vont faire la loi quand-même !!!
        Et s’ils ne veulent pas de cette loi (ou “directive”, ou toute autre décision unilatérale de l’oligarchie) ils l’auront quand-même !!!

        Pour leur BIEN !!!

          +2

        Alerter
    • passant // 10.06.2015 à 12h09

      ce n’est pas un problème ”élise lucet” je lui reconnais largement le mérite de re hausser autant que possible le niveau (et c’est mieux sur le service public). Mais elle, comme bruno masure en son temps, reste quand même caution morale du système qu’elle dénonce par ailleurs !! Et si ses émissions d’investigations (et précédemment ses journaux sur france3) sont intéressants, c’est quand même pas révolutionnaire et ses journaux actuels (midi france2 si je me trompe pas) sont parfaitement lénifiants. En comparaison, les journaux d’Arte (qui restent sous contrôle) ont un ton et une hiérarchisation de l’info assez acceptable dans le marasme informatif (sur Arte les journaux sont parfois tout à fait surprenant).
      En accord avec cette pétition, elle devrait demander à revenir sur france3 (mieux à Arte journal) et reprendre peut être un peu plus d’indépendance sur un poste moins exposé. Là (et je la suis depuis longtemps, mais pas aveuglément), j’ai l’impression qu’elle fait du journalisme d’investigation, et qu’elle va à la soupe le midi, du coup j’ai quelques doutes sur le fond de l’investigation.

      en même temps sa place ne doit pas être facile, c’est la différence avec pujadas ou chabot, je la félicite déjà pour ça mais je signerai pas la pétition (qui est d’ailleurs un mode d’action parfaitement inutile, qu’elle fasse une grève surprise à la prise d’antenne lors d’un journal ça sera plus efficace, ou mieux un journal surprise avec toutes les affaires qui ne seraient jamais sorties avec ce projet de loi, de clearstream en passant par elf, etc…, là je vais défiler pour la soutenir 🙂 ) !!

        +8

      Alerter
  • Nerouiev // 10.06.2015 à 11h16

    Notre Etat de Droit se désagrège tous les jours un peu plus.
    http://www.etatdedroit.fr/Societe/Etat-de-droit-en-France.php

      +7

    Alerter
  • Alae // 10.06.2015 à 11h20

    Sur l’information, l’UE copie pas mal des pires méthodes américaines – manque de transparence, lois liberticides, projets de lois sur la surveillance de masse, etc. En revanche, elle se garde bien de reprendre ses contre-poisons.

    Sur l’information, les Américains ont le Freedom of Infomation act, une loi qui peut forcer le gouvernement à déclasser des dossiers “top secret”. Cela nous a valu, par exemple, des tonnes d’infos précieuses sur le modus operandi de la CIA et le détail, parfois par le menu, de nombre de ses opérations.
    Certes, le FOIA n’est pas une panacée. Les journalistes sont souvent obligés de se battre des années dans des tribunaux pour avoir accès aux données qu’ils souhaitent examiner, mais avec de la persistance, nombre d’entre eux y arrivent.
    Les sources, au States, sont donc toujours à la portée des journalistes, pourvu qu’ils y mettent la bonne dose de volonté. Alors qu’ici, à moins d’être très bien introduits, la plupart des journalistes n’ont accès qu’aux dépêches de l’AFP. Et on se demande pourquoi le journalisme d’investigation est mort dans ce pays ?

    Il nous faudrait donc un projet de loi similaire au Freedom of Information act. Comme notre gouvernement adore tout ce qui vient des States, nul doute qu’il en sera ravi et que nos députés s’empresseront de voter “pour” comme un seul homme. Et avec le sourire. N’est-ce-pas ?
    http://www.foia.gov/

      +9

    Alerter
  • oui-oui // 10.06.2015 à 11h47

    Un individu qui a une carte de presse n’a pas a être plus protégé qu’un autre.
    Si l’individu lambda peut être poursuivi pour violation d’un secret, le journaliste doit pouvoir l’être également !
    EGALITE !

    Et c’est quoi ce droit à ne pas divulguer ses sources ? le droit d’inventer sans avoir à se justifier ?

      +5

    Alerter
  • christian gedeon // 10.06.2015 à 12h09

    Elise Lucet est une sorte de monument…pour moi,la meilleure journaliste,et de loin,du service public…
    Aussi la plus discrète,en dépit d’une popularité qui ne se dément pas. Et si elle sort du bois comme elle fait,c’est qu’elle a d’excellentes raisons de la faire…

      +10

    Alerter
  • adrien // 10.06.2015 à 12h27

    Dans ” secret des affaires ” il y a confusion entre secrets industriels (techniques et commerciaux) et secret des sources journalistiques .
    Dans le premier cas, il y a risque de renforcer le lobby des multinationales qui pourront attaquer les États avec le projet européen du Grand Marché Transatlantique qui se prépare à notre insu. Ce sont d’abord les États qui sont menacés, avant les journalistes.

    Dans le second cas aux objectifs très différents, la pétition d’Elise Ducet a pour but de protéger les sources d’information d’une profession vue comme des lanceurs d’alerte.Or l’amendement à la loi Renseignement qui parait encore insuffisant à la profession, protègera autant celle ci que les avocats, les magistrats ou les parlementaires : donc classés au même rang de légitimité “protégée” par l’État (qui la subventionne aussi) .
    C’est là que le bât blesse car le journaliste est il au même niveau d’indépendance d’un État et de responsabilité comme un avocat, auxiliaire de la justice ?
    Cette indépendance de la profession est souvent mise en doute, qu’elle soit au service du pouvoir ou de leurs financiers. Des journalistes, outrés par ce secret des affaires, n’hésiteront pas à déchirer leur carte de presse, tels, en d’autres circonstances, P.Cohen, P.Clark, F.O.Giesbert !

      +3

    Alerter
  • Isabelle // 10.06.2015 à 12h55

    Je suis d’accord avec vous, mais il n’en reste pas moins qu’elle a entièrement raison sur ce coup-là (je suis allée lire le texte de sa pétition), et mieux vaut se manifester tard que jamais. Ne pas signer cette pétition, c’est laisser faire, une fois de plus (une fois de trop ?).

      +10

    Alerter
  • William Dal // 10.06.2015 à 13h22

    Dans le droit mondial issu de l’OMC, seules les (grandes) entreprises ont des droits. Ce corps de textes n’impose de contraintes qu’au droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et au libre-arbitre des Etats. Notre bureaucratie locale (la commission européenne et ses appendices) sait pertinemment que l’espionnage par les journalistes est marginal quand l’espionnage économique des entreprises entre-elles et celui des agences d’Etat est lui avéré et massif. Mais elle reprend ce principe que les entreprises ont des droits régaliens supérieurs aux droits des peuples à l’information. Donc la tentation de taper sur le lanceur d’alerte qui va dissuader les consommateurs de se nourrir d’OGMs, ou de museler le journaliste qui va dénicher les pratiques hors-la-Loi est omniprésente. Cela me rappelle la formule très inpertinente d’un blogueur US qui faisait remarquer que via la NSA l’Etat américain savait potentiellement tout sur tout citoyen américain et rien sur le reste de la planète… Un détail ….
    En l’absence d’opposition un jour, la divulagation d’une affaire style “ENRON” pourrait être tout simplement condamnable, vu l’impact subie par l’entreprise avant même que la justice soit passée. Pas d’information, pas d’affaire, pas de jugement. Ce qu’on souhaite sans doute.

      +5

    Alerter
  • Homère d’Allore // 10.06.2015 à 14h13
  • Lusofranc // 10.06.2015 à 16h54

    Dans un sens cette “journaliste ” a raison,(et en meme temps,mediatiquement,cela lui remet le pied a l’etrier..
    Mais si les journaleux,s’occupaient de faire de l’info objective en priorité,et non du “fric facile” grace a l’audience,il n’y aurait peut etre pas besoin de legiferer ?
    Quand les medias en general,ne seront plus “aux ordres” ou n’iront plus chercher leurs scoops dans les fosses septiques.il n’y aura plus besoin de lois.

      +1

    Alerter
  • Denis // 10.06.2015 à 17h07

    Si Elise Lucet se réveille, c’est que c’est grâve!
    Non?

    Je suis ou je suis: telle est la question!

    Pour les malcomprenants;
    je suis un mouton que l’on tond ou je suis le berger qui me tond.
    On n’a plus guère de choix, le Terre est si petite.
    Belle époque où l’on a désormais un droit supplémentaire;
    le droit de taire pour rester gentil.

    Heureusement il y a “les crises” pour s’informer!

    Merci.

      +2

    Alerter
  • AL2015 // 10.06.2015 à 17h26

    Oui Madame Elise Lucet (et ce commentaire vaut pour l’ensemble des journalistes de France Télévisions, nul besoin en effet de faire de jaloux ni de jalouses) est une grande journaliste d’investigation. Les faits parlent d’eux-mêmes.

    Après les vagues de suppression de commentaires inappropriés, intervenant régulièrement, espérons que ce commentaire sera lui “compliant” avec les règles de modération qui existent ici même, dans ce grand lieu de la liberté d’expression (se rapporter à la directive Miniver du 9 janvier 2015 définissant la liberté d’expression).
    Le ministère de la vérité rappelle en effet que dans les prochaines semaines la publication d’un commentaire devra être obligatoirement être accompagnée d’une copie de la certification de publication autorisant la dite publication, à laquelle seront jointes les annexes fournies par le ministère dont un historique exhaustif des derniers commentaires produits par l’individu sur le réseau de la vérité (avec renvois sur les certifications associées). Il est également rappelé que le commentaire devra être écrit dans la langue officielle de la zone administrative où réside l’individu, la nouvelle langue du ministère du savoir et de la connaissance, bien qu’encore fortement simplifiée, par rapport à sa première version, reste en phase expérimentale n’est donc pas utilisable officiellement à ce jour.

      +4

    Alerter
    • Merle // 10.06.2015 à 18h13

      Au moins la vision de l’Europe est claire : venez chez nous, vos brevets seront respectés, la législation ne se mettra jamais en travers de votre route, vous pourrez même envoyer en prison les journalistes qui vous déplaisent, et bientôt, il n’y aura même plus de charges, plus de syndicat, plus d’état, plus de monnaie, plus de drapeaux, plus de protestation.

      Il ne restera plus rien. Un désert mort et silencieux où le capital sera enfin libre de ses chaines.

      Mais tu sais, petit capital, aujourd’hui tu es un enfant-roi car plus rien n’a de valeur. Mais quand tu seras grand, tu comprendras qu’un tel monde ne peut durer… Et alors … Tout recommencera …

        +3

      Alerter
    • RGT // 10.06.2015 à 19h46

      Cette langue existe DÉJÀ !!!

      Elle s’appelle le “Trololo”.

      Elle a été inventée par Eduard Khil… Encore un sale russe, ils sont partout !!!

      Et en avant-première je vous fais profiter du premier journal d’infos dans cette magnifique langue qui permet d’associer la grande concision linguistique à la préservation des secrets industriels.

      Elise Lucet est sauvée, elle pourra continuer son travail en nous informant clairement des scandales des grandes transnationales sans risque de poursuites.

      Petit extrait de 4’55 du nouveau format des journaux d’investigation : https://www.youtube.com/watch?v=sTSA_sWGM44

      Il existe aussi un reportage de 10 heures mais c’est un peu long et il y a quelques répétitions (j’offre un marsupilami en mousse à celui qui arrive à tenir jusqu’au bout – accompagné d’un constat d’huissier bien sûr) : https://www.youtube.com/watch?v=sCNrK-n68CM

      Elle n’est pas belle la vie ???

        +1

      Alerter
  • Philippe // 10.06.2015 à 21h03

    Quand je pense que résidant dans une ancienne dictature ayant encore parfois des cotés “république bananière” je signe une pétition pour défendre des droits au pays des droits de l’homme, le monde a bien changé.

      +8

    Alerter
  • Eric // 10.06.2015 à 21h27

    Et les citoyens qui ne seraient pas journalistes (si si, ça existe !), on s’en tamponne ?

      +4

    Alerter
  • Patrice // 12.06.2015 à 00h23

    Cette loi pose effectivement problème, mais il y a un petit souci:

    L’objectif de cette loi est particulièrement clair: permettre à une entreprise française (européenne) de répondre à un juge américain :
    ” la loi nous interdit de vous communiquer ces informations – elles ne peuvent être communiquées qu’à une autorité judiciaire française (européenne). ”

    Voir les affaire Alstom, BNP-Paribas et tant d’autres.

    Le mécanisme qualifié “d’espionnage sous couverture judiciaire” est clairement explicité dans le rapport de la délégation parlementaire au renseignement pour l’année 2014, délégation commune Sénat et Assemblée Nationale, aux pages 40 à 45 sous-chapitre Un espionnage paré des vertus de la légalité.
    http://www.senat.fr/rap/r14-201/r14-2011.pdf

    Il est fondé sur la procédure dite de “discovery” qui permet d’aller “à la peche” en demandant la communication de tout un tas d’informations (sinon la société incriminée sera accusée de ne pas “collaborer” avec la justice US et les amendes montent en flèche).
    Ensuite la transaction, le “deal of justice” permet à la société incriminée d’échapper à de trop lourdes amendes au prix …. de la mise en place d’un “moniteur” qui aura accès à toutes les informations de l’entreprise pendant trois ans!

    Le rapport de la commission conclut:

    Pour se prémunir contre ces ingérences légales, il est devenu impératif de disposer d’une législation nationale protégeant le secret des affaires conformément aux préconisations de l’article 39 du traité ADPIC issu de la convention de Marrakech de 1994 qui a institué l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Aux États-Unis, le Cohen act de 1996 répond à ces exigences tandis que pour l’Union européenne, un projet de directive sur le secret des affaires sera prochainement examiné au Parlement après d’intenses mais fructueuses négociations intergouvernementales.

    Donc cette loi est délicate à rédiger, et on peut concevoir que les lobbies s’en donnent à coeur joie pour pousser à protéger aussi les “petits secrets pas nets” des entreprises, reste que la présenter comme étant “contre les lanceurs d’alerte et l’information”, c’est surtout de la mauvaise propagande. Tout comme Cash Investigation qui fait dans la dénonciation facile de scandales souvent réels, mais sans poser les réelles problématiques et enjeux. Encore dans la ligne “tous pourris/corrompus….”.

      +0

    Alerter
  • Bloem // 12.06.2015 à 16h22

    Chers commentateurs.
    J’attire votre attention sur le fait que le projet de directive exclut journalistes, lanceurs d’alerte et syndicats de son domaine d’application (il suffit juste de le lire…).
    Je ne comprends pas pourquoi donc Mme Lucet et d’autres s’énervent sur ce sujet.

      +1

    Alerter
  • THOMAS // 12.06.2015 à 19h38

    Dans un univers télévisuel ultra conformiste, et trop souvent complaisant envers tous les pouvoirs, Madame Elise Lucet et son équipe font tâche et réveillent l’esprit critique de citoyens transformés en moutons de Panurge dont “le temps de cerveau disponible” a été accaparé par des émissions bêtifiantes ou lénifiantes.
    Il faut encourager cette équipe et tous les lanceurs d’alerte.

      +0

    Alerter
  • paturaux // 19.06.2015 à 21h56

    A quand une pétition pour soutenir Elise Lucet ???,

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications