Les Crises Les Crises
29.novembre.201429.11.2014 // Les Crises

Encore un xénophobe subventionné : Grégoire Leménager

Merci 0
J'envoie

Comme c’est juste sidérant de xénophobie, le texte du critique littéraire de l’Obs se passe du moindre commentaire…

Dans la rubrique Culture !

Bientôt “Comment peut-on aimer l’Allemagne ?” et “”Comment peut-on aimer Israël ?”

Oh, les Russes, quand est-ce que vous aller créer une association de lutte contre le racisme et la xénophobie afin qu’elle puisse attaquer devant les tribunaux ce genre de Céline d’un nouveau temps ?

Comment peut-on aimer la Russie ?

Publié le 29/11/2014

Rolin, Carrère, Volodine, Enard… Malgré les crimes de Staline et la menace Poutine, on ne compte plus les écrivains français qui restent fascinés par l’ex-URSS. Explications.

Je rappelle au passage que l’Ukraine était dans l’URSS…

La Russie fait froid dans le dos. C’est dans tous nos journaux. Elle envahit ses voisins, cultive l’homophobie, verrouille la liberté de la presse, soutient les partis d’extrême droite et de féroces dictateurs qui bombardent leur peuple. Son passé sanguinaire, plein de tsars cruels et de crimes staliniens, complète ces détails charmants. Voilà un moment que l’espoir ne se levait plus à l’Est; Poutine lui a rendu son visage d’épouvantail menaçant.

Je suis de très près, heure par heure, la guerre en Ukraine,raconte le nouveau prix Médicis Antoine Volodine, qui a beaucoup séjourné en URSS des années 1960 aux années 1980. Et les Russes que je connais, effrayés par l’ultranationalisme, pensent à s’exiler.

Mais ici, il y a une russophobie très forte. L’antisoviétisme était déjà une russophobie avant la chute du Mur. Puis la pagaille qui a suivi a été regardée avec sympathie en Occident. Aujourd’hui, dans les analyses du rôle de Poutine en Crimée, en Ukraine, réapparaît le même vieux fond de peur et de détestation des Russes.

Comment peut-on être russophile dans un contexte pareil? Il y a pourtant encore des gens qui regardent ce pays comme une destination fascinante. Ce sont nos écrivains. La Russie leur fait froid dans le dos, mais chaud au coeur. Ils lui consacrent des romans, des récits de voyage, des enquêtes, des «dictionnaires amoureux». Ils rêvent, comme Olivier Rolin, Emmanuel Carrère ou Mathias Enard, de maîtriser la langue de Tolstoï comme d’autres rêvent de finir leurs jours aux Caraïbes.

Ils sont invités, comme Patrick Besson ou Yann Moix, au premier salon Russkaya Literatura, qui s’est tenu ce mois-ci dans le Marais à Paris avec la bénédiction de l’ambassade de Russie : on ne les y a pas vus, mais, à quelques pas d’une buvette qui servait des pirojki à 2 euros, Michel Crépu rappelait que «la Russie a toujours été un objet d’attention privilégié» de sa «Revue des deux mondes»; et le jeune Cédric Gras, domicilié à Donetsk après des années de Sibérie et de Yakoutie, a fait l’éloge d’une Russie plurielle tout en lâchant qu’elle lui «pose des problèmes quand elle veut s’étaler en Ukraine».

Le panel russophile est varié. Sans même parler d’Andreï Makine, qui est russe, il va de Dominique Fernandez au Frédéric Beigbeder d’«Au secours pardon» (2007), et de Sylvain Tesson à Christian Garcin. L’Etat russe a même su en encourager certains lorsqu’il a organisé, avec le Quai-d’Orsay, un grand pèlerinage littéraire à bord du Transsibérien en 2010. Ça a payé. « Un paquet de la littérature contemporaine sur le sujet en est sorti», ironise aujourd’hui un des participants. Le train «Blaise Cendrars» a notamment inspiré Maylis de Kerangal, Sylvie Germain, Mathias Enard, Danièle Sallenave.

La Russie coloniserait-elle notre littérature ? Rien que cet automne, elle a projeté son ombre sur «Avis à mon exécuteur», roman d’espionnage historique signé Romain Slocombe (Robert Laffont), mais aussi sur «le Royaume» de Carrère (P.O.L), où l’auteur d’«Un roman russe» et de «Limonov» ne manque pas une occasion de comparer les débuts du christianisme à ceux du bolchevisme.

Elle a offert son décor post-apocalyptique au puissant «Terminus radieux» d’Antoine Volodine (Seuil). Elle s’est même faufilée dans le «Viva» mexicain de Patrick Deville (Seuil), qui semble y avoir pris beaucoup de plaisir à retracer l’itinéraire de Trotski et ses souvenirs personnels du Transsibérien.

Elle est enfin au coeur du «Météorologue» (Seuil, encore), un des plus beaux livres de la saison, où Olivier Rolin retrace avec une sobriété poignante la destinée d’Alexeï Féodossévitch Vangengheim: un martyr ordinaire du Goulag qui croupit dans les îles Solovki de 1934 à 1937, sans pour autant renier l’idéal révolutionnaire, avant d’être exécuté avec 1115 autres malheureux dans le plus grand secret.

Le cas de Rolin est un des plus intéressants, sinon des plus symptomatiques. Pour son enquête, cet ancien mao de la Gauche prolétarienne s’est rendu à Moscou, aux Solovki, sur les lieux d’un charnier découvert en 1997, et dans les locaux pétersbourgeois de l’ONG Memorial, où «il y a une porte blindée épaisse comme ça parce qu’on craint des gens payés par le FSB».

Avec un ami traducteur, il a épluché les lettres de Vangengheim à sa femme et sa fille, des exemplaires de la «Pravda», les PV d’interrogatoire du NKVD. A la fin de son livre, il s’interroge:

Qu’est-ce qui m’intéresse dans ce pays, qui fait si peu d’efforts pour être aimable et qui d’ailleurs ne séduit personne – c’est une litote – dans la partie du monde où j’habite? Personne, ni moi non plus, d’ailleurs.

On le retrouve dans un restaurant parisien. Il est le premier surpris par sa propre passion: voilà «bientôt trente ans» qu’il «[s]’entête» à aller là-bas. Son frère, l’écrivain Jean Rolin, qui a lui-même un peu fréquenté les faubourgs moscovites et leurs chiens errants, lui donne du «ton ami Poutine» quand il veut se moquer de lui.

C’est pour rigoler, dit Olivier. Je ne suis pas du tout un ami de Poutine, même si je suis un peu surpris qu’il soit devenu à ce point le grand Satan. Mais il y a une chose à saisir avant de présenter les Russes comme une bande d’ivrognes et de fascistes dirigés par des ploutocrates.
Ils avaient un très grand empire. Ils l’ont dissous à peu près sans un coup de feu – ce qui n’est pas notre cas à nous, Français. Qu’ils aient la nostalgie d’un pays plus puissant ne me semble pas un crime.
Quand on lit “la Fin de l’homme rouge”, de Svetlana Alexievitch, c’est bouleversant. Elle parle de gens formidables qui disent: “On avait un grand pays, on l’a vendu pour des jeans et des Mercedes.” Ce n’est pas réactionnaire. C’est même plutôt progressiste, de regretter un pays où on pensait construire le communisme.

Son premier voyage à lui, c’était en 1986. Rolin avait pris quelques mois de leçons de russe pour partir, seul, dans ce qui s’appelait encore l’URSS. Il ne se faisait «aucune illusion sur le système soviétique», il voulait juste «dire à quoi ressemble un bistro, ce genre de choses». Tout simplement. Ce n’était pas simple.

C’était le tout début de la possibilité de voyager seul. Même à Leningrad, quand je voulais aller au restau le soir, une espèce de portier me disait: “Adin?” (Seul?).
Je répondais : “Adin.” Il n’en revenait pas. Il n’avait jamais vu ça. Il n’y avait que des tables avec des comités d’entreprise, des syndicats…

Rolin en avait alors rapporté un récit, «En Russie», en songeant qu’il n’y remettrait jamais les pieds. Il n’a cessé d’y retourner. Son admiration pour Tolstoï, Tchekhov et Vassili Grossman avait préparé le terrain (il«déteste» Dostoïevski, «grand écrivain slavophile, antisémite et anti-Lumières qui incarne ce que je n’aime pas dans la Russie»). Le pays de la vodka a su le prendre par les sentiments:

Ça a quelque chose d’enfantin, mais l’immensité de la Russie reste fascinante, avec ses 9000 kilomètres de Transsibérien et sa dizaine de fuseaux horaires.

Et puis c’est «un sac d’histoires incroyables», avec des aventuriers comme ce «Baron sanglant» qui apparaît dans «Corto Maltese en Sibérie» et qui, en 1920, mit la main sur la Mongolie avec le projet dingo de rétablir une théocratie en Russie, puis en Europe.

Et l’âme russe, alors ? Tchekhov a déjà répondu:

Vous aurez beau chercher, vous ne trouverez rien. Cette fameuse âme russe n’existe pas. Les seules choses tangibles en sont l’alcool, la nostalgie et le goût pour les courses de chevaux. Rien de plus, je vous assure.

Mathias Enard le cite en épigraphe de son saisissant roman éthylico-ferroviaire, «l’Alcool et la Nostalgie» (Inculte, 2011). Lui aussi est d’abord sensible à une géographie:

C’est un pays où on peut aller jusqu’au Pacifique à pied, comme une frontière interminable entre l’Europe et autre chose. Le Goulag n’en est que plus terrifiant : la déportation, qui commence au XIXe siècle, consistait à exiler les gens dans son propre territoire. Comme si on vous envoyait en Lorraine… Ça en dit long sur l’image qu’un pays a de soi.

Cette question du Goulag, souligne enfin Rolin, est capitale. Elle fait de la Russie à la fois le berceau et le cimetière de l’idée de révolution au XXe siècle, avec des millions de victimes trop souvent recouvertes de silence, là-bas comme ici.

Je n’ai jamais été fasciné par l’URSS, précise-t-il. Et ma génération, qui a pensé, dit et fait bien des sottises, ne peut être accusée d’avoir fermé les yeux sur le Goulag. Pourtant je me sens atteint par la cécité des intellectuels français. Elle me semble avoir été plus grande que dans tout autre pays. On n’a pas eu d’Orwell. L’hostilité de Sartre à Pasternak, quand il a reçu le Nobel en 1958, m’est restée en travers de la gorge.

Et s’il y avait aussi, dans la russophilie des écrivains contemporains, l’expression diffuse d’une repentance? Un sanglot de l’homme occidental se découvrant indirectement complice des massacres staliniens?

Rolin boucle son récit sur ces mots glaçants :

Nous nous alarmons aujourd’hui à bon droit des risques de voir l’inhumain reparaître en Russie, mais nos alarmes seraient plus crédibles si nous avions prêté attention à ce qui dans l’histoire de ce pays fut humain, et cette humanité fut d’abord celle des victimes.

Volodine nuance :

Moi qui ai vécu le quotidien soviétique, je reste, comme mes personnages, attaché à une morale fraternitaire et libertaire, mais je n’ai jamais fait allégeance au stalinisme. Donc ce poids de culpabilité, je ne l’ai absolument pas.

Et Enard, lui, n’est pourtant pas si loin de penser comme l’auteur du «Météorologue» et de «Tigre en papier»:

Rolin a rêvé du Grand, Soir, cet imaginaire-là est moins puissant dans ma génération. Mais la terre russe est bien un immense cimetière: partout on marche sur des soldats, des gens qui ont construit les routes et les voies ferrées. On a du mal à l’assumer, mais ça pourrait bien faire partie de l’histoire de l’Europe.

Qu’on le veuille ou non, on n’en a pas fini avec la Russie.

Grégoire Leménager

A noter : Olivier Rolin, Antoine Volodine et plusieurs autres écrivains français participeront, fin janvier 2015, au prochain festival RussenKo au Kremlin-Bicêtre.

Article paru dans “l’Obs” du 20 novembre 2014.

Source : L’Obs

Commentaire recommandé

Slavyanka // 29.11.2014 à 21h25

Cela ressemble étrangement à une chasse aux sorcières…
Ici des écrivains, dans le récent article de Libé des personnalités comme Jacques Sapir, Hélène Carrère d’Encausse… Bientôt toutes les personnes qui aiment la Russie, sa langue et sa culture, qui essaient de la décrire de façon objective, sans parti-pris, parfois comme “destination fascinante”, seront montrées du doigt et cloués au piloris ?? Allons la France n’est plus un pays libre où les gens peuvent exprimer comme ils veulent leur amour ou désamour pour un tel pays ou une telle culture ? La “russophilie” est désormais considérée comme une maladie honteuse et criminelle ?

“Comment peut-on aimer la Russie ?”
Si on peut, elle le mérite ! Moi je me demande plutôt comment par exemple peut-on aimer et préférer les USA et la culture américaine au point de se faire asservir par l’Oncle Sam et lui vendre son âme ?

83 réactions et commentaires

  • vérité2014 // 29.11.2014 à 21h01

    A quand un article sur les invasions (bien réelles) des USA et de l’OTAN dans de multiples pays souverains?

    Liste des ‘interventions’ militaires des USA dans le monde:

    Accablant non?

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Interventions_militaires_des_%C3%89tats-Unis_dans_le_monde

      +34

    Alerter
  • Lage // 29.11.2014 à 21h03

    Pourquoi aimer la Russie ? Par exemple à cause du mathématicien Grigori Perelman, qui a démontré la conjecture de Poincaré, un des problèmes majeurs des mathématiques contemporaines. Il y avait un million de dollar, le prix Clay et la médaille Fields pour le découvreur : il a tout refusé. Il ne fait pas des mathématiques pour l’argent. Alors même qu’il vit, sinon dans la gêne, du moins sans luxe, à Saint Petersbourg.

      +51

    Alerter
    • Daniel // 29.11.2014 à 22h41

      Remarquable. Peut-être que comme le grand compositeur russe Dimitri Shostakovitch, Perelman n’aime guère les américains. Et je le comprends.

        +17

      Alerter
      • Lage // 29.11.2014 à 23h06

        Je doute que Perelman soit habité par un quelconque anti-américanisme. D’abord, c’est aux Etats-Unis qu’il a achevé sa formation et réalisé quelques uns de ces premiers travaux majeurs. Ensuite, les Sciences et leurs serviteurs sont rarement anti-ceux-ci ou anti-ceux-là…

          +4

        Alerter
        • Serge // 30.11.2014 à 00h45

          Ce n’est pa le sujet du billet ,mais Perelman ,ancien lauréat des olympiades de mathématiques (avec le score maximum ),est un pur produit de l’école russe ,du prestigieux intitut Steklov de Saint Pétersbourg,où il soutenu sa thèse de doctorat .

          C’est un personnage très singulier(ermite aux cheveux longs hirsutes ,ils se laisse pousser les ongles …) .Après sa fameuse démonstration ,il a tout abandonné,un peu comme Grothendieck ,vivant seul avec sa mère ds un modeste deux pièces ,et avec la retraite de celle-ci .Son père et sa soeur étant en Israël .
          D’après ce que j’ai lu il va beaucoup au Marinsky ,appréciant désormais la musique,l’opéra et la danse (des “trucs” de barbares sous-developpés quoi !! 🙂 ).
          N’idéalisez cependant pas la science: les rivalités y sont souvent énormes ,et ce n’est pas d’aujourd’hui. D’ailleurs tant mieux, cela favorise aussi l’émulation .
          Perelman lui-même a publié sa démonstration sur le net ,en guise de provocation à la communauté ,avec des petits sous-entendus adressés à Hamilton.
          Il va sans dire que à part savoir vaguement ce qu’est un flot de Ricci,je n’y comprends que couic !!!

          Vous auriez pu tout aussi bien d’autres génies russes ds ce domaine,ça ne manque pas :Kolmogorov ,Gromov ..et surtout Vladimir Arnold né à Odessa ,considéré comme un des plus grands du 20° siècle par sa fécondité .

            +15

          Alerter
          • Lage // 30.11.2014 à 02h32

            Et Kontsevitch ! Oui, la Russie a donné nombre de mathématiciens de génie, et je lis encore avec émotions les vieux bouquins de mathématiques des éditions Mir de mon jeune temps…

              +4

            Alerter
          • Escoe // 30.11.2014 à 16h29

            “Vladimir Arnold né à Odessa ,considéré comme un des plus grands du 20° siècle par sa fécondité”

            Mort à Paris en 2010. Lisez au moins le premier chapitre (après c’est plus dur….) de son “Méthodes mathématiques de la mécanique classique”. C’est du pur génie.

              +4

            Alerter
    • boduos // 30.11.2014 à 02h38

      sans en connaitre davantage sur Grigori Perelman ,ce mathématicien accompli poursuivant en homme tranquille son chemin refuse l’intrusion d’un million de dollars dans sa vie ,vie qui s’en trouverait perturbée,dévoyée,distraite de son cours . Un fragment d’âme russe.
      Sartre pas toujours cohérent, a aussi refuser un Nobel,
      pour la même raison ,ou par orgueil , s’estimant au dessus du jugement des hommes .
      belle illustration cependant de sa théorie existentialiste ou l’existence précède l’essence ,ou l’existence est privilégiée et protégée d’un évènement perturbateur .

        +3

      Alerter
  • bleurp // 29.11.2014 à 21h08

    qu’on le veuille ou non, la russie est sur notre continent,
    au 19éme nous avons créé des liens puissants avec la russie,
    culturels, politiques, intelectuels avant tout, et ils perdurent.
    les éructations des atlantistes n’y feront rien.
    la russie est en europe, nous aussi, elle touche l’asie, et nous aussi, avec elle.

      +37

    Alerter
  • incognito // 29.11.2014 à 21h22

    Article sidérant de bêtise parisienne dont les russes se moquent bien.
    Pourquoi aimer la Russie? Parce que c’est un pays avec une grande culture, parce que c’est un très beau pays, parce que les gens y sont accueillants, ils ont gardé souvent un vrai sens de l’hospitalité. Parce qu’ ils cultivent encore les valeurs familiales. Parce que le russe est une très belle langue. Parce que les femmes sont pleines de féminité et qu’elles sont très jolies et souvent beaucoup plus accessibles que nos consœurs occidentales. Parce qu’ils sont encore un peuple avec des intérêts, une transcendance et des frontières.
    Possible que tchekov ait écrit cela, encore faudrait-il savoir où. Si on devait faire la litanie de ce qu’ont écrit tous les écrivains français sur la France, on trouverait aussi ce genre de critique qu’il faut remettre toujours dans le contexte. J’aime Tchekhov et au-delà d’une lecture superficielle de ce grand auteur, il plonge aussi sa littérature dans ‘l’âme’ de son enfance toute russe et difficile qu’elle ait été, dans les chœurs qu’il chantait mais difficile de faire comprendre cela à un imbécile.

      +56

    Alerter
    • Guadet // 30.11.2014 à 17h01

      Vous pointez sans doute très bien pourquoi l’occident déteste la Russie, avec toutes ces bizarreries effrayantes qu’on évite chez nous :
      “grande culture, beau pays, accueillants, sens de l’hospitalité, valeurs familiales, belle langue, féminité, transcendance”

        +5

      Alerter
  • Slavyanka // 29.11.2014 à 21h25

    Cela ressemble étrangement à une chasse aux sorcières…
    Ici des écrivains, dans le récent article de Libé des personnalités comme Jacques Sapir, Hélène Carrère d’Encausse… Bientôt toutes les personnes qui aiment la Russie, sa langue et sa culture, qui essaient de la décrire de façon objective, sans parti-pris, parfois comme “destination fascinante”, seront montrées du doigt et cloués au piloris ?? Allons la France n’est plus un pays libre où les gens peuvent exprimer comme ils veulent leur amour ou désamour pour un tel pays ou une telle culture ? La “russophilie” est désormais considérée comme une maladie honteuse et criminelle ?

    “Comment peut-on aimer la Russie ?”
    Si on peut, elle le mérite ! Moi je me demande plutôt comment par exemple peut-on aimer et préférer les USA et la culture américaine au point de se faire asservir par l’Oncle Sam et lui vendre son âme ?

      +69

    Alerter
  • Wilmotte Karim // 29.11.2014 à 21h33

    Renversons la question : pourquoi détester la Russie?
    Bon sang, pourquoi?

    Pourquoi détester n’importe quel pays du monde?
    Pourquoi détester son peuple, sa culture?

    La Russophobie, cette autre haine d’être humain est une démonstration d’une singulière misère intellectuelle et humaine.

      +57

    Alerter
    • Tarlouf // 29.11.2014 à 22h51

      Parce que c’est écrit dans tous les journaux le monsieur vous dit.

      La Russie coloniserait-elle notre littérature ?
      Intéressant, normalement il est convenable de qualifier l’influence d’une autre culture de “métissage”.

        +12

      Alerter
  • Serge // 29.11.2014 à 21h35

    Propos sidérants de bétise crasse !!!Là ,on touche le fond du fond !!

    Par contre,tiens regarde Grégoire :

    http://www.militaryphotos.net/forums/attachment.php?attachmentid=228008&d=1417029508

    Des néonazis en Ukraine ,où çà ?….

      +11

    Alerter
  • bourdeaux // 29.11.2014 à 21h39

    “on ne compte plus les écrivains qui restent fascinés par L’EX-URSS…. stupéfiant ! imagine-t-on un placard comme : “on ne compte plus les écrivains qui restent fascinés par l’ex-III° reich” en parlant de l’allemagne…

      +13

    Alerter
  • Serge // 29.11.2014 à 22h00

    Se justifier en énumérant toutes les raisons d’aimer ,ou même simplement de respecter la Russie pour toutes les contributions littéraires,artistiques et scientifiques (elles sont fondamentales et nombreuses) ,serait s’abaisser à se mettre au niveau du canniveau de ce scribouilllard !

      +13

    Alerter
  • Micmac // 29.11.2014 à 22h01

    “Mais ici, il y a une russophobie très forte. L’antisoviétisme était déjà une russophobie avant la chute du Mur. Puis la pagaille qui a suivi a été regardée avec sympathie en Occident. Aujourd’hui, dans les analyses du rôle de Poutine en Crimée, en Ukraine, réapparaît le même vieux fond de peur et de détestation des Russes.”

    C’est très exactement ce que je constate. Sous Iéltsine, les Russes étaient au bord de la famine. Iéltsine à fait tirer au canon sur le parlement qui refusait les privatisations au profit des oligarques, et a mis un certain nombre de parlementaires en prison. Quelle merveilleuse démocratie c’était là! Jirinovski et les ultra-nationalistes avaient un boulevard devant eux.

    Depuis Poutine, les Russes vont mieux et les oligarques sont mis au pas. Et là, ça fout le trouille… allez comprendre.

    En fait, il me semble que la Russie sans Poutine (ou quelqu’un d’autre qui aurait suivi une politique semblable) ressemblerait très exactement à l’Ukraine actuelle : corruption généralisée, révoltes matées dans le sang, état en faillite, extrême droite au pouvoir, etc… Mais ça, ça aurait été beaucoup mieux du point de vu étrange de nos médias…

      +48

    Alerter
    • Serge // 29.11.2014 à 23h32

      Ah ben ça ,c’est sur ..une Russie inféodée à un alcoolique prêt à céder ses richesses aux multinationales US,l’enfonçant irrémédiablement dans le déclin ,appauvrissant ses couches populaires …ils adorent !
      Idem pour l’Ukraine .
      Par contre ,quand des peuples veulent encore exister en dehors de la dictature “douce” ,mondialiste et atlantiste ,pour eux c’est très mal ,c’est même le mal absolu .

        +24

      Alerter
    • boduos // 30.11.2014 à 03h12

      ce qui fait rager tous ces pseudos chefs d’État sous influence ?contrôlés par leurs maitres ,c’est que Poutine maitrise les lobbys et reste maitre chez lui pour le seul bien de son peuple (slave ) trop souvent traité en esclave ,abusé parce que trop chaleureux .
      Poutine leur renvoie le portrait d’un chef qu’ils ne seront jamais plus puisqu’ils sont les pantins du dollar,de L’OTAN complexifié des désidératas du Crif et du messianisme des Soros.
      quant au Putinbashing des journaux , faut bien qu’ils se plient à leurs proprietaires .
      Vladimir qu’on a abusé en Lybie,en Tchétchénie,en Géorgie,en Syrie et maintenant en Ukraine dit simplement stop.Il passe donc à sa manière à l’offensive et rendra à mon avis coup pour coup,il pourrait même récupérer ses mistral ou tout au moins leur informatique puisque les coques ,il les fournit et les plans lui ont été joints contractuellement.
      qu’en penses-tu François?

        +11

      Alerter
  • bluetonga // 29.11.2014 à 22h03

    Comment aimer la Russie? Ce sont d’indécrottables moujiks imbibés de vodka qui tuent les ours avec les dents et ne s’amusent qu’en arrachant les montres sur les cadavres des innocents qu’ils viennent d’égorger.

    Pour preuve, le spectacle insoutenable d’une bande de ces ruffians en train de martyriser un malheureux chaton:

    https://www.youtube.com/watch?v=sE13Ccoz-EE

    Attention! Âmes sensibles s’abstenir!

    PS. Vous remarquerez que jusqu’à la fin, le “propriétaire” essaye d’étouffer le malheureux animal!

      +11

    Alerter
    • purefrancophone // 30.11.2014 à 09h59

      bluetonga;
      Parce que en France , pays dit “civilisé” certains malades ne martyrisent pas les animaux .Lancé de chat contre un mur ? Chat pris comme ballon de foot , cela ne vous dit rien ? Pourtant ces faits ne sont pas très anciens , ils datent de quelques semaines !!!!!!
      Pour donner des leçons aux autres il faut avoir les mains propres !!!!!

        +3

      Alerter
      • Lyonnais // 30.11.2014 à 10h16

        Avant de répondre il faut, au choix :
        1- regarder la vidéo en question
        2- savoir ce qu’ est le second degré !

          +4

        Alerter
        • purefrancophone // 30.11.2014 à 10h25

          Lyonnais ;
          Impossible pour moi de regarder ce genre de vidéo.
          Quand au second degré , avec des animaux ? J’ai du mal aussi !!!

            +3

          Alerter
          • Lyonnais // 30.11.2014 à 10h47

            Dans cette vidéo des mécaniciens russes SAUVENT un chaton coincé dans un ressort de 4×4 !
            Effectivement vous avez vraiment du mal avec le second degré!

              +4

            Alerter
            • purefrancophone // 30.11.2014 à 12h11

              Lyonnais;
              J’ai réagis trop vite , effectivement .

                +4

              Alerter
            • RGT // 30.11.2014 à 12h17

              Vous avez mal vu :
              Ces sales bolchéviks ont sadiquement introduit un chaton dans un ressort de suspension et ils ont ensuite utilisé des instruments de torture pour assouvir leur cruauté légendaire !!!

              Ce sont bien des bolchéviks : On les voit tous avec un rictus cruel et un couteau entre les dents !!!

              Comme ça on recentre les commentaires de la vidéo dans la ligne éditoriale du Nouveau Zob…

              Heureusement que je veille. Si je n’étais pas là ce blog deviendrait vite une annexe du Kremlin.

              J’espère que ma soumission aux Intérêts Suprêmes de la Nation Française sera récompensée en haut lieu (une petite augmentation de salaire me conviendrait, voire même une petite Légion d’Honneur – Philippe de Maistre en a bien reçu une, pourquoi pas moi ?).

                +11

              Alerter
            • bluetonga // 30.11.2014 à 15h46

              Je confirme, c’est RGT qui a tout bon.

              Sans rancune, pure francophone!

              La video me rappelle la chanson de sting (fragile?) et sa phrase : “I hope the Russians love their children too”. En tout cas, ils aiment leurs chats.

                +3

              Alerter
          • anne jordan // 30.11.2014 à 14h23

            on commente sans avoir regardé ???
            ça c’est du style Obs , Immonde , ou Libé , au choix !

              +3

            Alerter
    • Slavyanka // 30.11.2014 à 12h37

      J’avais déjà vu cette vidéo, voici sur FB une version raccourcie (d’ailleurs publiée et plébiscitée par les anglo-saxons !) :

      https://www.facebook.com/video.php?v=10154485212810001&set=vb.350988760000&type=2&theater

      Ces hommes russes rudes, qui d’ailleurs dans cette vidéo jurent beaucoup trop à mon goût, font tout pour sauver ce petit chat malencontreusement coincé dans la boîte à ressort. C’est très très attendrissant !

        +3

      Alerter
  • JaySWD // 29.11.2014 à 22h11

    Eh bé mon Grégoire,t’est tout tendu,tout méchant,plein de bile….tu fais peine à lire…..
    Allez,on se détend,c’est samedi donc relache et légèreté.
    Pourquoi aimer la Russie???euh,pour ça par exemple:

    http://www.youtube.com/watch?v=ul_qm3Ym8-k

    ça me fera passer pour un abominable macho,mais tant pis,vois et admire…..la perf sportive,évidemment!!
    etonnante version de l’hymne nationale en prime…

    Bon,vu ton état,je ne te conseille pas de visionner ça:

    https://www.youtube.com/watch?v=sowpvuK-co8

    Tu n’y verrais que d’infâmes nationalistes,couteau entre les dents!!

    Perso je perçois plutôt cette interpétation comme le cri de ralliement d’un peuple ayant survécu à ça:

    https://www.youtube.com/watch?v=55_PVPMcknQ

      +9

    Alerter
  • Tatsuya // 29.11.2014 à 22h18

    Si vous voulez de l’anti-russe je vous propose une interview de McCain sur Euronews:
    http://fr.euronews.com/2014/11/28/interview-de-john-mac-cain-le-veteran-de-la-politique-americaine/

    Résumé:
    “il faut livrer des armes”
    “là aussi livrez des armes”
    “les russes veulent envahir nos colonies américaines d’Europe”
    “nous les américains on fait comme ça alors regardez vous en face, pleutres”

      +6

    Alerter
  • pascale // 29.11.2014 à 22h41

    Article abject. Incitation à la haine contre une nationalité. Puni par la loi sur la presse.. Bien sûr il n’y aura pas de poursuites.

    Mais quelle est donc cette rage qui les tient de se vautrer dans l’abjection servile?

    Et comment peut-on ne pas aimer Dostoïevski, un génie de la dimension de Shakespeare?

      +22

    Alerter
  • Scorpionbleu // 29.11.2014 à 22h42

    La russophobie devient insupportable en France en particulier ! j’aime ce pays que je connais depuis 1975..oui l’URSS , certes bien des choses à dire ? mais chez nous ? et ailleurs ? Ces projecteurs braqués sur ce pays depuis des décennies est triste, bête et inadmissible.

    Comme les mexicains, les russes aiment la vie avant tout ! Et donc prennent souvent des risques !

    Leurs penseurs, leurs scientifiques, leur art, leur architecture, leur littérature, leur musique, la danse et le cinéma russe, sont des enchantement depuis des siècles. Sans oublier leurs patineurs, leur sportifs etc…En Russie, pas d’amateurs, si l’on apprend on doit être le meilleur au prix d’infinis sacrifices. Le génie est à ce prix !
    Actuellement on e prive en France les enfants et la jeunesse de cette culture..Trop de beautés ???une honte que les contes soient sortis des bibliothèques de nos écoles ! On préfère des histoires tordus de genre où les enfants sont tous pareil, n’ont plus de sexe et donc plus de différence ! Bravo pour le développement de la pensée critique. Avec “le même” on fait du rien et surtout on ne pense plus.

    Les russes ne sont pas uniquement ces vulgaires oligarques ou ces maffieux qui nous exaspèrent par leurs poignées de billets dans nos boutiques. Nos oligarques sont un peu plus discrets, mais ce sont les mêmes.

    Comme partout dans le monde, les russes ont des profils multiples. Différents selon leur classe sociale, leur caractère, les régions, le climat. Ces gens qui ont vécu beaucoup de drames osent plus qu’ailleurs, ce sont des passionnés, ils sont fous de joie ou souffrent, sont bourrés de contradiction, inattendus, avec des valeurs fortes, des rêves, une Histoire et une identité certaine. La femme y a une place immense. Homophobes ? Non, ils refusent l’apologie de l’homosexualité, interdisent la propagande déplacée vis à vis des enfants et des jeunes, que dire à cela ?

    Dans quel pays verrez-vous des grands mères qui plantent des fleurs autour des arbres pour tous dans la rue ? Dans quel pays verrez-vous des hommes qui offrent chaque semaine des fleurs aux femmes. Certes l’alcoolisme sévit très fortement et depuis toujours, certes cela n’arrange pas les vies de familles. Mais qu’en est-il partout dans le monde ? et chez nous ? pas de bouquets pourtant m

    Bien entendu, les médiocres, les petits bourgeois, les frileux fantasment et ont peur. Ils détestent ces mondes où l’excès fait partie de la vie. Les russes eux, aiment tant la langue française, la France, notre littérature, notre culture…Combien de lieux même underground ont inscrit sur leurs murs des poèmes de Rimbaud, de Beaudelaire, de René Char et lorsque vous discutez avec des étudiants de 23/30 ans, vous percevez une culture large, très large qui embrasse le monde.
    Les jeunes américains ne savent même pas dire où est la France sur une carte et se gorgent coca et de s dont ils se gavent affalés devant leurs écrans. La France leur emboite le pas.

    Dommage pour les Russophobes, qu’ils se couchent avec une bouillotte, une tisane, un anti-dépresseur devant leur télé-réalité et leur débiles présentateurs. Ici la vie est belle ! On rit ! on est libre, on ne pense plus cela fatigue.
    Paris est gris, triste et envahit touristes errants..et de plus en plus de SDF (souvent des hommes alcooliques et sans logement)…Magnifique notre pays ? qui perd sa culture ? Magnifique les USA qui n’en ont pas, en dehors de celle du fric, de la violence, du vulgaire et du bruit…?

    Que les russophobes apprennent le russe, langue sublime, voyage à travers cet immense pays fait de contrastes et ensuite nous en reparlerons ensemble.

      +41

    Alerter
    • EpyX // 30.11.2014 à 02h44

      Quel plaidoyer face à ce scribouillard qui se paye sur le dos d’intérêts particuliers… foulant aux pieds toute déontologie “journalistique”, mais surtout toute descence, humilité, respect des peuples… de leur histoire, de leur culture !

      Que j’ai honte ses derniers temps de mon pays et des prétendus élites qui prétendent parler au nom de tous, et détenir une vérité bien pensante et premachée à laquelle il est interdit de déroger sous peine d’être brûler en place publique. Qu’est devenu mon pays, NOTRE pays !!

      L’esprit des Lumières s’est il éteint devant le Cosby show, Loft et autres débilités télévisuelles destinées à nous laver le cerveau et à nous scléroser toute once d’intelligence !! Quand allons nous nous réveiller de ce coma artificiel dont nos enfants payeront la note.

      Relevons la tête ! Soyons fier de ce que nous sommes… une Nation. Bravons les ignorants, les corrompus, les menteurs, les asservis… regagnons nos idéaux de Démocratie, d’indépendance , de fraternité, de liberté de penser, d’aimer… en somme devenons un peu plus russes !

      Un nouvel “éveillé” en colère.

        +12

      Alerter
    • Nerouiev // 30.11.2014 à 07h47

      Superbe, merci pour votre commentaire. La Russie ressemble à la fois à notre jeunesse et à notre grand âge de réflexion, pas du tout à celui de notre vie de consommateurs effrénés pour “épater son voisin”.

        +7

      Alerter
    • Alain C // 30.11.2014 à 09h01

      “Certes l’alcoolisme sévit très fortement et depuis toujours, certes cela n’arrange pas les vies de familles”

      Faux

      Vieux cliché que ma femme (Russe) me racontait aussi quand nous étions encore à Paris.

      Depuis trois ans que nous sommes venus nous installer à Moscou, je n’ai pas vu d’alcoolisme dans les rues, ni en dehors, d’ailleurs (en tous cas, pas plus qu’à Paris)

      Ni dans les restaurants, les lieux publics etc

      Elle même a dû le reconnaitre, non sans un certain dépit, pratiquement (tout se perd)

      La plupart des gens qui parlent de la Russie n’y ont jamais mis les pieds (je ne parle pas de vous ScorpionBleu), où y viennent exclusivement rencontrer un milieu underground et farouchement contestataire où on les renforce dans un monde virtuel qui ne correspond pas à la réalité.

      J’ai bien aimé votre réflexion sur “Dans quel pays verrez-vous des grands mères qui plantent des fleurs autour des arbres pour tous dans la rue ?”, car j’atteste de cette réalité : dès le début, j’ai été surpris de voir les gens planter spontanément des fleurs un peu partout dans les lieux publics, et bien sûr en particulier en bas de leur immeuble (et vous ne verrez pas un “djeune” venir les dégrader)

      Au fur et à mesure qu’on apprend à mieux connaitre la Russie et les Russes, en vivant sur place, on est de plus en plus surpris, et agréablement.

      La chaleur de l’âme Russe, leur sens de l’hospitalité, de la fraternité (qui s’est souvent forgée dans le malheur commun), leur sens de la fête, leur véritable valeurs humaines ne peuvent que vous conquérir, si vous faites le minimum d’efforts pour laisser tomber les clichés et ouvrir grand vos yeux et vos oreilles.

      Bien sur, ils ne sont pas tout-à-fait comme nous.

      Dans bien des aspects, ils ne réagissent pas comme nous, c’est souvent surprenant.

      Mais loin de sous entendre une connotation d’un quelconque paternalisme, ou d’un dédain latent de supériorité, je pense que nous aurions beaucoup de choses à apprendre de leur spontanéité, de leur capacité d’enthousiasme, de leur capacité à soulever des montagnes et à réaliser en un rien de temps des choses extraordinaires pour le seul motif que “c’était bien (et juste) de le faire”

      En prenant un peu de recul et en observant ce qui se passe actuellement en occident, on ne peut que ressentir une certaine tristesse (et une certaine résignation) face au désastre qui se prépare, la-bas (en occident)

      Mais les gens ont la liberté de choisir leur destin …. (en théorie)

        +22

      Alerter
      • purefrancophone // 30.11.2014 à 10h06

        Alain C ;
        Merci pour cette belle description de ce grand pays et de son peuple .Bien sûr ils ne sont pas comme nous , ils n’ont pas la même histoire bien que nous ayons une partie de nos histoires commune .
        Je ne connais pas la Russie , je le regrette .Ce pays fier , se relève en ayant mis à sa tête un homme patriote ; c’est ce qui nous manque en France .Un homme qui serve son pays avant de se servir et de servir un État étranger qui bouffe tout !!!!!
        Oui , les Russes peuvent être fiers de ce qu’ils sont , nous n’avons aucune leçon à leur donner !!
        Espérons que dans l’avenir nos deux pays se rapprocheront et écrirons une belle page de l’histoire .Comme ce fut le cas durant des décennies

          +10

        Alerter
        • Zo // 03.12.2014 à 15h40

          “Un homme qui serve son pays avant de se servir”.

          Bon, il faut quand même admettre que le Poutine s’est constitué une belle fortune personnelle, en parallèle de ce qu’il a fait pour son pays.

            +0

          Alerter
      • Escoe // 30.11.2014 à 16h37

        “Au fur et à mesure qu’on apprend à mieux connaitre la Russie et les Russes, en vivant sur place, on est de plus en plus surpris, et agréablement”

        Ce que j’aime le plus c’est aller aux champignons en septembre avec des copains dans les forêts au nord de Moscou. C’est génial !
        Je suis aussi allé à la chasse au canard sur le Missouri. C’est bien mais c’est moins chaleureux.

          +1

        Alerter
        • Alain C // 01.12.2014 à 17h24

          ouais, j’imagine ….

          personnellement, j’ai été invité à plusieurs reprises à des WE “datcha”, ou l’on partage des activités, des idées, des balades dans la nature, la bouffe bien sur….

          et parfois, après avoir passé quelques heures avec des copains Russes, on s’aperçoit qu’ils sont …… Ukrainiens !!!

            +0

          Alerter
  • Tony A // 29.11.2014 à 22h47

    Comment sont calculées les rémunérations des plumeux du Nobs ?

    au boisseau d’âneries ?
    au setier de crétineries ?
    à la pinte de venin ?
    au pied-cube de fiel ?…

    Dans tous les cas, ce chroniqueur haineux vaut son pesant de mouscaille !

      +19

    Alerter
  • anne jordan // 29.11.2014 à 23h13

    contre productif !
    n’en doutez pas , chers blogueurs et commentateurs que je remercie pour tous les cris de colère et aussi pour les moments d’humanité que vous faites passer dans vos messages !
    rien que pour emmerder la nomenklatura ( tiens , un mot russe ! ) et pour faire grincer des dents mon entourage indifférent , je verse dans une russolâtrie indécente , et quotidiennement !
    ( ça va du verre de vodka vespéral à la dévoration de toutes sortes de bouquins et de visionnages de films et docus , pour vu que ça traite de la Russie! )
    aurais je eu tant d’avidité , si nos médias et politiques n’avaient pas craché sur ce pays , ses dirigeants ET ses habitants ?
    honnêtement , je n crois pas !

      +9

    Alerter
  • jules // 29.11.2014 à 23h16

    Le 10 mai 1933, place de l’Opéra, de grands démocrates brûlaient des livres qu’ils jugeaient incompatibles avec la poésie de leur culte.

    Le 29 novembre 2014, un chihuahua à poils mous au service de l’oligarchie du papier-chiottes en guise de pognon jugea plus smart d’incendier directement les écrivains d’un coup de plume hystérique :

    « Vous entendez, j’exige, alors que je devrais supplier… Savez-vous ce que cela signifie quand on exige alors qu’on devrait supplier ? » (Chatov dans Les Possédés, La Nuit, VI)

      +8

    Alerter
  • anne jordan // 29.11.2014 à 23h17

    vendredi soir : sur Arte ,” Bienvenue en Sibérie ” petit film sans prétention , mais sympa où même l’homophobie – anecdotique dans le scénario- fait sourire !
    mais c’est un film allemand .

      +9

    Alerter
  • dany 2 // 29.11.2014 à 23h25
  • Fangio // 29.11.2014 à 23h51

    Ce Grégoire L. est ahurissant. Il n’est pas difficile de l’imaginer dans d’autres circonstances, hurlant avec d’autres loups.

    Une bonne raison d’aimer la Russie, pour moi, serait ce petit film. Malgré l’artificialité du dispositif, on est emporté :
    https://www.youtube.com/watch?v=azWlVthe9lg

    A propos de loup, on en voit un arriver impromptu sur ce plateau de la télé de Kiev qui fait franchement peur :
    https://www.youtube.com/watch?v=rooN9n9v0UE

    Quelqu’un peut-il authentifier les sous-titres?

      +7

    Alerter
  • Serge // 30.11.2014 à 00h02

    Cette convergence de vue au sujet des russes et de la Russie,entre la Gôche libérale du viel’Obs et la bande à Gaston Besson (ancien soudard des oustachis et des milices islamistes anti-serbe ds le conflit yougoslave) ,parti rejoindre le bataillon Azov pour défendre les “valeurs” atlantistes …C’est drôle non ?

      +5

    Alerter
  • languedoc 30 // 30.11.2014 à 00h07

    Ils aiment la Russie tout en ayant l’air de s’en défendre, détestent Poutine, et sont persuadés que les russes ont tort en Ukraine, c’est très superficiel tout ça.
    Comment peut-on ne pas aimer un pays qui possède de tels écrivains, sans parler des musiciens et des peintres? Je me demande s’ils ne sont pas jaloux tout simplement.
    Quand au critique littéraire du NO, je préfère n’en rien dire, c’est un pauvre type.

      +12

    Alerter
  • Caramba! // 30.11.2014 à 03h44

    Quand je regarde la Russie, je vois la France d’ il y 30 ans, la France des quartiers, chaleureux, vivants.
    Près des HLM, les parties de pétanque, la buvette improvisée par l’apport de tout un chacun, les gamins traînaient autour, sévèrement surveillés pour rester à distance du danger, les chiens jouaient ou dormaient.Les femmes bavardaient sur les bancs ou chaises rapportées de la maison.Le Samedi, c’était pétanque.
    Le midi, on se passait le mot, soit on ramenait de quoi partager un morceau, soit on entrait chez soi juste pour manger.
    Les parties duraient jusqu’à la nuit tombée, y avait de la vie, du partage, de la joie.De l’amitié.De l’entraide.
    Tout ça a bien changé, plus de pétanque…..
    Beaucoup de solitude.
    C’est ce que j’aime dans la Russie que je perçois en me promenant sur le net et en en discutant avec les voyageurs.
    Une vie sociale plus chaleureuse, plus détendue et épargnée par la solitude.

      +9

    Alerter
    • Alain C // 30.11.2014 à 10h21

      oui, c’est exactement ce que je ressens, sur place

        +4

      Alerter
  • vladimirK // 30.11.2014 à 04h03

    “Oh, les Russes, quand est-ce que vous aller créer une association de lutte contre le racisme et la xénophobie afin qu’elle puisse attaquer devant les tribunaux ce genre de Céline d’un nouveau temps ?”

    C’est bien connu, nous les russes, nous exécutons les journalistes, pas de tribunaux pour nous

      +4

    Alerter
  • vladimirK // 30.11.2014 à 04h34

    Ce qui me fascine quand on parle de russophilie, les goulags et l’alcool ne sont jamais loin.

    Quand on parle des États-Unis, on parle du rêve américain, d’Hollywood, de liberté, pas des programmes d’eugénisme dans les années 20-30, des camps de concentrations pour japonais dans les années 40, de Guantanamo, Abu Grahib ou des charters de la mort de la CIA.

    Quand on parle du Canada, on parle de grands espaces, de gens sympas (il y en a, mais il y a des cons aussi, surtout au gouvernement), mais pas de la taxe fondée sur la race au début du siècle dernier ou des camps pénitenciers ultra-secrets dans le grand nord (aucun lien sur le sujet sur internet, pourtant, il y a régulièrement des vols pénitenciers en partance des métropoles canadiennes dont le plan de vol indique des destinations dans le grand nord dépourvues officiellement d’installations idoines).

    Quand on parle de la France, on parle des Lumières, de la gastronomie, on ne parle pas du bagne de Cayenne, de la guerre d’Algérie, etc.

    Il y a l’Australie, le Royaume Uni, en fait quasiment tous les pays du monde ont des squelettes dans les placards… mais la Russie reste un pays de goulags et d’Alcoolos…

      +21

    Alerter
  • Caramba! // 30.11.2014 à 04h47

    Dans le conflit Ukrainien, seule la Russie en a appelé régulièrement à une réunion sous l’égide des Nations Unies, le 13 Avril, le 5 Août.
    Elle invoque le Droit International à plusieurs reprises.
    Depuis, elle a essayé par les moyens légaux de faire cesser cette guerre fratricide.
    Elle donne l’impression de ne pas bouger mais m’est avis que surtout elle tient à respecter le cadre légal.Tant que cela est possible.
    C’est en cela qu’elle peut paraître naïve.Cependant, la Russie qui a une longue histoire sait que les actes comptent et seront jugés.

      +12

    Alerter
    • purefrancophone // 30.11.2014 à 10h18

      Caramba;
      La Russie fait de la diplomatie la priorité pour maintenir cette région en Paix .Mais pour pouvoir faire de la diplomatie il faut être au moins deux !!!
      C’est en cette façon de voir les choses que la Russie est grande .Plutôt que les armes , les discussions .Espérons que cela vienne un jour !!!!!
      Et n’oublions pas , le Français était la langue de la diplomatie …il y a longtemps !!!!!

        +5

      Alerter
  • Feuille de Mars // 30.11.2014 à 06h02

    Pourquoi mon commentaire a-t-il été marqué en tant que spam ?

    Je m’étonnais juste que M. Berruryer, pour qui j’ai beaucoup d’estime, fasse du nom de Céline une insulte.

    Je suis souvent d’accord avec vous et la seule fois où je ne le suis pas, mon commentaire est marqué comme un spam ?

    Sympa !

    Je n’insulte personne, pourtant ! J’émets juste une critique…

      +2

    Alerter
    • Surya // 30.11.2014 à 13h21

      Le seul coupable est le robot anti spam :p

        +2

      Alerter
  • DUGUESGLIN // 30.11.2014 à 08h02

    C’est incroyable cette propagande incessante, cet appel à la haine selon une orientation bien définie dès le départ.
    Et si, simplement à titre d’exemple, il avait remplacé “Russie” par “Arabie saoudite”? Il y aurait eu de quoi débattre.
    Les liens qui nous unissent entre européens sont plus importants qu’on ne veut le laisser paraître.
    De Debussy, à Mozart, Verdi et Tchaikovsky, de Pascal, à Kant, Dostoievski et Gogol, Granados (je suis obligé de raccourcir, je ne peux tous les citer) c’est tous ceux-là l’Europe, la vraie.
    C’est justement cette Europe là qui dérange les europeistes soumis à l’oligarchie transatlantique.
    Inlassablement, les propagandistes missionnés veulent diviser l’Europe.
    Il est clairement évident que le plus grand pays d’Europe (la Russie) qui renoue avec des valeurs et ses racines européennes et qui résiste au nouvel ordre mondial, dérange.
    Pour asseoir la main mise oligarchique venue des USA, il faut détruire les cultures et les remplacées par une “pseudo nouvelle civilisation” pour qu’il n’y ait plus de valeurs vraies à opposer au nouvel ordre mondial.
    La Russie qui, après le totalitarisme soviétique, a retrouvé ses racines avec le soutien de l’Occident, ne va pas abandonner maintenant sa liberté (de penser) retrouvée.
    On voulait en occident libérer les russes du soviétisme, et maintenant on veut libérer la Russie de quoi? de sa liberté retrouvée?
    On veut même libérer l’Europe entière de sa culture soit disant archaïque, rétrograde, raciste, homophobe et tout le discours habituel, culpabilisant, mais pour qui? pour quoi? tout simplement mettre en place ce nouvel ordre mondial que nous combattons.
    Nous ne sommes, ni racistes, ni xénophobes, ni homophobes mais nous avons une culture millénaire qui nous permet de nous ouvrir au monde.Et si nous y sommes sensibles, nous résisterons. Voilà mon opinion et je l’approuve en accord avec moi-même. Non mais!

      +24

    Alerter
    • DUGUESGLIN // 30.11.2014 à 08h51

      J’ajoute que je suis las que des petits malins incultes me désignent les gentils et les méchants qu’ils me disent ce que je dois penser et comble de tout qui savent mieux que moi ce qui est bon ou mauvais pour moi.
      J’en ai mare que moi, peuple, (allusion à moi président) on me prenne pour un crétin.
      Je suis fier de mon histoire de ma culture, avec ses erreurs et ses défauts parce q’elle m’aide à mieux comprendre à avoir l’esprit critique et à réfléchir.
      Ma culture me permet d’aimer. Elle me rend confiant elle m’aide à croire en l’avenir.Elle me permet d’avoir de l’humour de résister à la déprime,d’avoir une famille et des amis. Moi français, je retrouve en Russie cette même confiance.
      Dans le peuple russe je retrouve mon peuple de France.
      Je vais régulièrement en Russie où j’ai des amis et la simplicité de vivre de la spontanéité, de la foi et de l’amitié me font le plus grand bien.
      Les russes aiment la France d’Alexandre Dumas, ils aiment mon accent français, et m’interrogent sur notre devenir. Mais ils sont confiants, ils n’ont pas peurs des difficultés, ils les surmontent, ils sont habitués et ils aiment leur président.
      J’ai donc de bonnes raisons d’aimer la Russie.

        +20

      Alerter
  • Agnès // 30.11.2014 à 09h56

    Cet article est bien dans la veine de ce qu’un hebdo tombé aussi bas que l’Obs peut sortir. J’ai résilié mon abonnement il y a quelques années et je m’en félicite chaque fois qu’une de ces inepties me passe sous les yeux. Il me semble quand même que là, on tombe sous le coup de la loi contre l’incitation à la haine raciale ?

      +11

    Alerter
  • FL // 30.11.2014 à 10h06

    Poutine les dérange. Il les dérange dans leur être parce qu’il représente (à tord ou à raison la question n’est pas là et de toute façon ne n’est pas à nous d’en décider, c’est au peuple russe) un véritable avenir pour les russes, il est celui qui leur rend la fierté d’être russe.
    Il est en cela, pour ceux qui ont mon âge, ce que De Gaulle fût pour la France et son indépendance à ” l’empire du bien “.
    Poutine reconstruit la Russie sans pour autant rejeter soixante dix ans d’histoire, « Celui qui ne regrette pas l’URSS n’a pas de cœur, et celui qui souhaite son retour n’a pas de tête. » dit-il.

    Ces écrivains de propagande détestent cette Russie qui renait de vingt ans d’une catastrophe économique qu’il faut être russe pour en connaitre l’ampleur désastreuse quand notre propre pays, la France, s’enfonce toujours plus dans l’asservissement à la mondialisation, à l’Europe des grands chefs Luxembourgeois ou mieux Lituanien, Polonais et bientôt, rêvons un peu, Ukrainiens, cela dit sans acrimonie.
    A défaut de réfléchir et d’agir en conséquence, aux terribles forces qui soumettent la France ils préfèrent stigmatiser un pays qui vient de prendre un grand coups de jeune, de liberté et d’espérance dans l’avenir.

      +7

    Alerter
  • Crapaud Rouge // 30.11.2014 à 11h01

    Grégoire Leménager commence très mal mais, à citer des tas de gens qui aiment la Russie, il en esquisse au final un tableau attrayant. A mon avis, les lecteurs et lectrices qui aiment la littérature auront accordé bien plus d’importance aux citations qu’à ce que pense Leménager.

      +9

    Alerter
    • Serge // 30.11.2014 à 23h46

      Encore qu’à mon humble avis,mettre l’écrivain mondain-médiatique Beigbeder dans le panel russophile,ne me semble pas trop flatteur pour la Russie…
      Mais c’est un avis subjectif,je ne suis pas spécialiste et je l’ai jamais lu car par tenté,au vu de ses prestations dans les talk-shows télévisés 🙂

        +1

      Alerter
  • Crapaud Rouge // 30.11.2014 à 11h12

    Quand on dénigre comme ça la Russie, il faut citer le musée de l’Ermitage, qui “est le plus grand musée du monde en termes d’objets exposés“, (https://fr.wikipedia.org/wiki/Mus%C3%A9e_de_l%27Ermitage). C’est la preuve concrète et visible que les Russes n’ont pas seulement un “passé sanguinaire“.

      +10

    Alerter
    • languedoc 30 // 30.11.2014 à 15h02

      Ils aimeraient bien faire passer les russes pour des barbares, mais ils butent sur cette immense culture qui vaut largement la leur, d’où leur ressentiment.

        +7

      Alerter
  • Ermolay // 30.11.2014 à 11h44

    Il me semble qu’il y a un contre-sens sur les intentions de G. Lemenager. Je comprends qu’il utilise la russophobie ambiante comme “ecrin negatif” pour donner la parole a des ecrivains (essentiellement Rolin) fascines par la Russie. Le premier paragraphe est clairement un procede stylistique et non un enonce des propres opinions de G. Lemenager. Celui-ci n’est visiblement pas idiot et se doute bien que celles-la sont hors-sujet dans un article de critique litteraire.

      +1

    Alerter
    • Vallois // 30.11.2014 à 12h26

      Faire un article contre nos occupants anglo-américains dont nous sommes sous protectorats avec des gouverneurs de l’ex-France comme présidents, lui aurait fait perdre ses subventions. Alors peut-être que vous avez raison, mais ce côté subversif, je ne l’ai pas senti à priori.

        +3

      Alerter
    • Wilmotte Karim // 30.11.2014 à 17h59

      Je serai d’accord… si ces écrivains mis en avant ne l’étaient pas uniquement par une forme de fascination morbide.

      “Mais la terre russe est bien un immense cimetière: partout on marche sur des soldats, des gens qui ont construit les routes et les voies ferrées.”

        +2

      Alerter
  • Jacques F. // 30.11.2014 à 13h37

    Xénophobie
    La xénophobie est une « hostilité à ce qui est étranger »1, plus précisément à l’égard d’un groupe de personnes ou d’un individu considéré comme étranger à son propre groupe.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/X%C3%A9nophobie

    Merci pour ce bel exemple, M. Leménager.

      +4

    Alerter
  • Escoe // 30.11.2014 à 16h41

    Pourquoi se faire du mal en lisant encore Libération, Marianne ou l’Obs? Toute cette presse est aux mains du système

      +3

    Alerter
  • Escoe // 30.11.2014 à 16h56

    La vraie réponse aux marchands d’olives tunisiens de l’Obs et de nos médias dévoyés elle est là:
    http://www.youtube.com/watch?v=azWlVthe9lg

      +2

    Alerter
  • Alae // 30.11.2014 à 17h39

    Ce qui se passe est très grave. Ces occidentalistes-BAO sont en train de réhabiliter les fondements même du nazisme : la xénophobie et l’infériorité supposée de certains pays/races/ethnies.

    Et après, on se déclare perplexes sur la façon dont Hitler a pu se faire élire en Allemagne, à l’époque ? Mais enfin, les adeptes de l’UE n’ont qu’à se regarder dans un miroir pour voir quel point c’était facile…

      +7

    Alerter
  • FL // 30.11.2014 à 18h29

    l’Obs! il y a comme une consonance phallique du plus mauvais goût dans cette contraction, je dis cela méchamment et ne serais pas du tout choqué d’être effacé des commentaires. Mais à trop jouer sur les mots, sur les sous-entendus et sur l’inconscient ils en arrivent forcément à nous faire douter de leurs bonnes intentions…

    L’Observer est resté l’Observer que je sache…

      +2

    Alerter
    • Pinailleur // 01.12.2014 à 01h18

      Je me souviens dans les années 80 d’un journal satirique qui avait, sur une de ses couvertures, parodié ce titre en : « Le Nouveau Zob Serviteur ».

      C’était en fait assez prophétique…

        +2

      Alerter
  • O FJ // 30.11.2014 à 19h41

    Aimer ou pas aimer un pays, quel sens cela a t-il de raisonner globalement ainsi ? On peut aimer ou pas séjourner dans un pays.
    Je n’ai jamais été en Russie, je ne peux dire si je m’y sentirai à l’aise dans ce pays. En revanche, ce qui est sûr, c’est que j’ai aimé lire : Tchekhov, Dostoïevski, Pouchkine, Gogol, Tolstoï, Pasternak, Soljenitsyne, Mandelstam, Tourgueniev, Zinoviev, Gorki, Boukovsky (pas un écrivain de métier), etc…
    Vu la qualité de la littérature russe, on peut comprendre qu’elle ait contribué à la formation de nombreux écrivains, quelle que soit leur nationalité. L’un de mes amis avait appris l’allemand pour pouvoir lire Goethe en VO. Pas étonnant que des écrivains souhaitent apprendre le russe pour lire tous ces auteurs en VO.
    Sur les mathématiques : bien sûr, la Russie et la France sont deux pays dont sont issus de nombreux mathématiciens de très grande valeur. Quant à la bizarrerie de Perelman, cela n’est pas exceptionnel chez les mathématiciens d’être aussi décalé, même si la grande majorité d’entre eux mènent une vie “normale”.

      +1

    Alerter
  • vérité2014 // 30.11.2014 à 21h38

    Libération trouve la parade contre les trop nombreux commentaires pro Poutine sans doute?

    Ben on supprime la possibilité de commenter…voila.C’est pas beau la démocratie version bobo?

    Commentaires : la troll de guerre des rédactions

    Des sites d’info américains suppriment les contributions des internautes estimant que leur place se trouve sur les réseaux sociaux. En France, le modèle résiste encore.

    Certains, sous cet article, vont crier à la censure : aux Etats-Unis, des sites d’info ont décidé de ne plus laisser de place aux commentaires de lecteurs. Pas parce qu’ils sont insultants, diffamatoires, complotistes ou hors-sujet. Ces sites considèrent simplement qu’aujourd’hui la conversation n’a plus lieu en-dessous de l’article, sur le site d’info lui-même, mais à l’extérieur, sur les réseaux sociaux. «On y a longuement réfléchi, puisqu’on accorde de l’importance au point de vue du lecteur, expliquaient la semaine dernière Kara Swisher et Walt Mossberg, les deux fondateurs de Re/cod

    http://ecrans.liberation.fr/ecrans/2014/11/30/commentaires-la-troll-de-guerre-des-redactions_1154040

      +2

    Alerter
  • Franck // 30.11.2014 à 22h58

    Appeler cet homme journaliste ou écrivain est déjà un blasphème en soit, il n’y a rien à ajouter de plus, que l’ignorance qu’il mérite…

      +3

    Alerter
  • Parano // 01.12.2014 à 00h49

    C’est juste triste…
    Tout comme dire “Comment peut-on aimer les USA”.
    C’est le visage de la haine.

      +3

    Alerter
  • christiangedeon // 01.12.2014 à 19h26

    Ah,la Russie…je n’ai pas honte de dire que j’ai été,en ce temps là,un anticommuniste convaincu et militant…j’ai bien dit anticommuniste,pas anti russe. La Russie a beaucoup souffert…la Russie était en train de faire un bond en avant considérable quand la première guerre mondiale lui est tombée sur le paletot…et la Russie avait respecté sa parole,alors que quelques années auparavant ,nous étions allés nous mêler de son conflit avec l’ottomanie ,permettant à cet empire d’iniquité de vivre encore 40 ans… nous avons attaqué la Russie sans cause,et sans aucune morale. Oui,j’ai été foncièrement anticommuniste…oui, j’ai écouté ma mère,polonaise,qui vouait une détestation égale et sans nuances aux communistes (les russes) et aux nazis(les allemands)…elle avait de sérieuses raisons personnelles de le faire…je reste profondément anti communiste au sens bolchevik du terme…je n’ai pas passé par pertes et profits les goulags et les épurations,ni les massacres et le crime infâme de l’extermination de la famille impériale,Dieu la bénisse,et çà n’arrivera jamais…mais j’aime profondément la Russie et son génie si particulier…j’aime sa langue que je baragouine vaguement… sa musique,sa littérature,ses génies dans tous les domaines. J’aime son attachement à la terre et son patriotisme…la Russie a survécu à Lénine(ramené en Russie dans les fourgons allemands), à Trotsky,psychopathe dont le “génie ” ne doit pas faire oublier que c’était un assassin sanguinaire, à Staline,géorgien et qui ,en vérité ,haïssait les russes…la Russie a survécu à tout… et quand son empire(il y aurait beaucoup à dire là dessus,et notamment sur le fait que cet empire lui a en quelque sorte ,été imposé) s’est écroulé…eh bien cette Russie communiste n’a pas tiré un coup de feu…n’ a pas mis l’Europe à feu et à sang…elle a été plus que grande.Elle a été miséricordieuse…elle a laissé tomber le fardeau qu’elle portait depuis si longtemps,et qui avait tellement limité son développement…elle s’en est lavé les mains,en quelque sorte…et au lieu de dire merci,les fous ultralibéraux ont essayé de traiter la Russie comme une prise de guerre… de la piller… de la vendre à l’encan… les “russes ” en sont arrivés à tirer..;sur eux mêmes…puis les humiliations se sont succédées…Yougoslavie,Géorgie, Lybie,et même Syrie…rien ne semblait satisfaire les vautours…et maintenant,c’est l’Ukraine…il était temps de dire Stop…je ne remercierais jamais assez la Russie de nous avoir épargné l’apocalypse en 1989.Je ne remercierais jamais assez les russes pour l’incroyable résilience dont il ont fait preuve quand les occidentaux les regardaient comme des sous hommes après la chute de leur empire. Je ne les remercierais jamais assez de ne pas nous en vouloir plus pour avoir,avec des idées et des idéologies forgées en Allemagne et en Europe occidentale,détruit leur empire des tsars… en 1914,ils auraient dû rester l’arme au pied…ils seraient aujourd’hui les rois de l’Europe. Ce n’était pas leur guerre,et ils se portaient au secours de gens qui les avaient trahis…Spassiba,Rossia…et laissez les chiens aboyer…

      +1

    Alerter
    • Lesag // 01.12.2014 à 23h45

      Je sais qu’on doit beaucoup aux Russes, mais relisez les évènements de Juillet 1914. S’ils étaient restés gentiment l’arme au pied et qu’ils n’avaient pas mobilisés en masse, ils n’auraient pas foutu la panique dans l’état-major austro-hongrois et des idées aux Allemands. En même temps, c’est pas dit qu’il y aurait pas eu la guerre, ou même dans les années suivantes. Mais il faut avouer que sur ce coup là, le père Nicolas II s’est un peu marché dessus.

        +0

      Alerter
  • christiangedeon // 01.12.2014 à 20h16

    C’est avec tristesse que j’apprends que la première déclaration de Donald Tusk,président polonais du Conseil de l’Europe, a été pour demander aux Russes de retirer leurs troupes d’Ukraine…je vous le dis,c’est le début de la merde…ce type là est dangereux,très dangereux…de quoi regretter les frères Kachinsky si injustement vilipendés(et un peu assassinés aussi,mais çà plus personne n’en parle)…c’est l’époque de Donald…on se croirait dans un dessin animé de Hollywood…le Conseil de l’Europe a clairement choisi l’affrontement….et peut-être,la guerre…et tiens,comme c’est bizarre,plus personne ne parle de l’avion de Malaysian…d’aucun des deux d’ailleurs…résistez mes frères,résistez….on vous prend pour des cons…la guerre est en route…

      +1

    Alerter
    • Monika H // 02.12.2014 à 02h22

      Je suis d’accord avec vous, Tusk est très dangereux. C’est bien pour cela que l’UE l’a posé à ce poste – pour déclarer la guerre.

        +1

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications