Les Crises Les Crises
4.juin.20204.6.2020 // Les Crises

États-Unis : Les menaces de répression par le recours à l’armée

Merci 124
J'envoie

Source : Consortium News
Traduit par l’équipe Les-Crises

Donald Trump a récemment menacé de libérer « le pouvoir illimité de l’armée » pour réprimer le soulèvement du Minnesota. Pour Joe Lauria, rédacteur en chef de Consortium News, le président américain a ainsi mentionné le recours à l’armée américaine pour « envahir » un État sans le consentement d’un gouverneur.

Le président Donald Trump a menacé d’envoyer l’armée américaine en « service actif » au Minnesota, afin de réprimer le soulèvement contre le meurtre d’un Afro-Américain non armé par la police, même dans le cas où le gouverneur de l’État serait en désaccord.

Il a fait connaître son intention dans une série de tweets :

Lorsque Trump écrit « nous allons prendre le contrôle« , cela signifie clairement prendre le contrôle du gouvernement fédéral. Car la Garde nationale de chaque État est sous l’autorité du gouverneur de l’État.

Le Washington Post a rapporté que l’administration Trump avait proposé « l’utilisation de soldats en service actif et de renseignements« , y compris « certaines forces mises en alerte pour être déployées« .

Le New York Times et d’autres médias ont déclaré qu’une « police militaire » était en cours de préparation par le Pentagone, et qu’un tel déploiement serait le premier depuis les soulèvements de Rodney King à Los Angeles en 1992.

Les menaces de Donald Trump quant au déploiement de troupes fédérales soulèvent la question juridique de savoir si l’armée fédérale américaine peut être déployée sur le sol américain à des fins de maintien de l’ordre.

Occuper le Sud

Après que les troupes fédérales aient réprimé la rébellion confédérée en 1865, elles ont continué à occuper les États du sud pendant douze ans. Lorsque l’élection présidentielle de 1876 entre le républicain Rutherford B. Hayes et le démocrate Samuel J. Tilden s’est terminée dans une impasse virtuelle, avec 20 votes électoraux non résolus, les États du Sud ont permis à Hayes de devenir président en échange du retrait des troupes fédérales dans ce qui est devenu le Compromis de 1877.

Après que Hayes ait rapidement renié l’accord et déployé des troupes fédérales pour mettre fin à la grande grève des chemins de fer de 1877, le Congrès a adopté le Posse Comitatus Act de 1878 pour codifier l’accord. La loi se lit aujourd’hui comme suit :

« Quiconque, sauf dans les cas et circonstances expressément autorisés par la Constitution ou la loi du Congrès, utilise délibérément une partie de l’armée de terre ou de l’armée de l’air en tant que posse comitatus (=force de police) ou autrement pour exécuter les lois sera condamné à une amende en vertu du présent titre ou à une peine d’emprisonnement de deux ans au maximum, ou aux deux. »

Les exceptions autorisées par le Congrès seraient cruciales. En 1957, le président Dwight D. Eisenhower a trouvé une exception à la loi pour renvoyer les troupes fédérales au sud de Little Rock, Arkansas, afin d’imposer la déségrégation des écoles, après que le gouverneur ait refusé d’obéir à une décision de la Cour suprême de 1954 jugeant la ségrégation scolaire inconstitutionnelle.

Eisenhower s’est appuyé sur les lois de 1870 et 1871 qui ont renforcé les droits des « Noirs » (droit de vote, emploi, jurys, protection égale au regard de la loi).

Les émeutes de 1967 à Detroit

En juillet 1967, le président Lyndon Johnson a envoyé 5 000 soldats fédéraux à Detroit, dans les 82e et 101e divisions aéroportées, après que le gouverneur du Michigan eut demandé de mettre fin à cinq jours d’émeutes déclenchées par un raid de police dans un bar afro-américain non autorisé à ouvrir après les heures de travail.

Johnson a déclaré sur la télévision nationale qu’il agissait en vertu de la « Constitution » et des « lois », sans toutefois les nommer.

Le gouvernement du Michigan, George Romney, avait déclaré un « état d’insurrection ». Dans son décret, Johnson a cité le chapitre 15 – Soutien militaire aux forces de l’ordre civiles – du titre 10 du code des États-Unis.

Le soulèvement de Detroit a été le pire que les États-Unis aient connu depuis l’émeute de 1863 à New York. Au bout de cinq jours, 41 personnes sont mortes et plus de 1 300 bâtiments ont brûlé.

En 1992, le président George H.W. Bush a déployé 4 000 soldats de l’armée et des Marines à Los Angeles pour réprimer les émeutes qui étaient survenues après l’acquittement des policiers qui avaient battu Rodney King. L’exception de Bush a été d’invoquer l’Insurrection Act de 1807. Ce dernier proclame les choses suivantes :

« Chaque fois que le Président considère que des obstructions, combinaisons ou assemblages illégaux, ou une rébellion contre l’autorité des États-Unis, rendent impossible l’application des lois des États-Unis dans un État par le cours normal des procédures, il peut faire appel au service fédéral de la milice de tout État et utiliser les forces armées qu’il juge nécessaires pour faire appliquer ces lois ou pour réprimer la rébellion. »

La loi n’exige pas l’accord des autorités locales pour que le président déploie des troupes pour réprimer une insurrection.

En 2006, le fils de Bush, George W. Bush, a demandé avec succès au Congrès d’étendre la loi sur l’insurrection pour permettre le déploiement de troupes fédérales en cas de catastrophe naturelle ou d’attaque terroriste, affaiblissant ainsi l’objectif du Posse Comitatus Act.

Lorsque Barack Obama a signé le Defense Authorization Act 2012 à la veille du Nouvel An 2011, il a accepté d’autoriser la détention militaire indéfinie de civils aux États-Unis et partout à l’étranger. « Il existe un débat public important et une incertitude quant à savoir si les sections 1021 et 1022 de la NDAA pourraient être lues même pour abroger le Posse Comitatus Act et autoriser la détention militaire indéfinie sans accusation ni procès aux États-Unis« , a déclaré l’Union américaine des libertés civiles.

Compte tenu de ce contexte légal, il semble que Donald Trump pourrait donner suite à sa menace, même si les autorités locales ne sont pas d’accord.

Francis Boyle, professeur de droit international à l’université de l’Illinois, a déclaré que le procureur général William Barr « a travaillé pour [H.W.] Bush, il a déjà fait cet exercice auparavant et est conscient de ce qui s’est passé, des précédents juridiques et de l’autorité. Je suis sûr qu’il a informé Trump qu’il peut tirer la gâchette fédérale s’il le souhaite, peu importe ce que veut le gouverneur du Minnesota« .

« Je pense que Trump le fera probablement« , a déclaré M. Boyle. « Ça le fait ressembler au gars de la loi et de l’ordre pour sa campagne. Ça distrait de sa gestion désastreuse du Covid-19. » Jusqu’à présent, Trump semble satisfait de la « performance » de la Garde nationale du Minnesota.

Mais il est effrayant de penser qu’il dispose des exceptions légales pour rassembler une troupe et l’envoyer à Minneapolis ou dans l’une des 48 villes en feu.

Source : Consortium News
Traduit par l’équipe Les-Crises

Commentaire recommandé

Fritz // 04.06.2020 à 08h51

La veuve de Cédric Chouviat rappelle que les meurtres policiers par étranglement ne sont pas une exclusivité américaine :
https://www.leparisien.fr/faits-divers/a-paris-cedric-a-connu-la-meme-souffrance-que-george-floyd-accuse-sa-veuve-02-06-2020-8328558.php
Et elle s’étonne que les célébrités du showbiz n’aient pas manifesté la même solidarité après le meurtre de son mari. Certes, il n’était pas « afro-américain ». Mais surtout : c’était dans le belle démocratie française.

89 réactions et commentaires

  • Fabrice // 04.06.2020 à 07h49

    Le gros problème aussi qui n’est pas évoqué c’est qu’avec la masse d’armes en circulation cela se transforme en véritable insurrection armée voir en guerre civile entre camps opposés.

    Trump joue au pyromane, cela a peu de conséquences ou presque quand il fait ça à l’extérieur (avec un risque non négligeable mais bon) alors qu’en interne cela peut vite dégénérer si les militaires dérapent et provoquent un bain de sang la réplique ne se fera pas attendre et le contrôle de la situation échappera à toute personne plus ou moins censée.

    https://lecourrierdesstrateges.fr/2020/05/31/les-etats-unis-echapperont-ils-a-la-guerre-civile/

      +10

    Alerter
    • Merlin // 04.06.2020 à 08h12

      Le droit des citoyens à être armés selon le second amendement du Bill of rights(forme de constitution) des USA fait effectivement une énorme différence.
      “A well-regulated Militia, being necessary to the security of a free State, the right of the people to keep and bear Arms, shall not be infringed.”
      Il faut dire qu’après avoir subi l’occupation des anglais et n’ayant pas la mémoire courte les citoyens américains ont conservé le seul moyen leur permettant d’éviter de subir à nouveau le joug d’un pouvoir autoritaire.

      J’entends déjà certains se féliciter que de tels débordements ne puissent avoir lieu en Europe de l’Ouest.

        +9

      Alerter
      • Kasper // 04.06.2020 à 09h12

        Une milice citoyenne, c’était un problème pour une armée régulière à l’époque ou les soldats marchaient et tiraient en rang, et que tout le monde avait une pétoire à un coup pour tout armement.

        Je suis curieux de voir ce que pourrait une milice de soldats du dimanche, même équipée de fusils d’assaut, contre des soldats entraînés à se battre en ville, avec des hum vees, des chars, des hélicos, des drones…

          +5

        Alerter
        • Patrick // 04.06.2020 à 09h39

          On a déjà vu ça dans les pays occupés par l’armée US .. ils se sont fait virés régulièrement par des mecs en babouches ou en sandales, ou alors c’est l’enlisement dans un conflit sans fin.

          Les soldats n’ont rien à défendre alors que les autres se battent pour leur liberté, ils ne connaissent pas le terrain , ils n’ont souvent pas d’appui dans la population.

            +27

          Alerter
          • Kasper // 04.06.2020 à 09h56

            L’Irak et l’Afghanistan sont occupés depuis 20 ans. J’ai connu des façons plus radicales de se faire virer…

              +6

            Alerter
            • Patrick // 04.06.2020 à 10h28

              L’occupation a tourné court , les pays ne sont pas contrôlés.
              Et les soldats ne sortent plus dans les rues, ils se contentent d’assurer leur propre sécurité en restant terrer dans leurs casernes.
              La seule solution serait un retrait mais ce serait l’humiliation.

              Au Viet-Nam la situation avait été beaucoup plus claire.

                +28

              Alerter
        • Kiwixar // 04.06.2020 à 09h43

          Pour moi, y a pas photo. Les « soldats du dimanche » mettraient une branlée aux soldats entraînés : (1) motivation à se battre contre non-motivation à aller tuer des civils armés chez eux (2) connaissent le terrain (3) soutien de la population locale (4) contre l’armée US qui n’a pas gagné une guerre depuis euh, la Grenade?

          L’armée US contre UN foyer de résistance, ok. Mais contre une insurrection généralisée de Zuniens défendant leur patelin? Les GI sont censés envahir des pays du tiers-monde et « gagner les coeurs et les esprits des populations locales en construisant des écoles, des hopitaux et des ponts ». Aller butter des compatriotes? La dose de méthamphétamine pour les motiver à y aller serait létale.

            +26

          Alerter
          • Kasper // 04.06.2020 à 10h09

            Une insurrection à travers tout le pays, sans doute. Mais avec les émeutes des derniers jours on en est loin encore.

              +4

            Alerter
            • Patrick // 04.06.2020 à 10h30

              oui, la suite pourrait être intéressante.
              Est-ce que ça va se calmer ou au contraire empirer ?
              Pour l’instant ça évolue plus en mode pillage qu’en mode insurrection.

                +5

              Alerter
          • cedivan // 04.06.2020 à 11h48

            ce n’est pas une insurrection généralisée de gens qui défendent leur patelin…. C’est un drame instrumentalisé par les gauchistes, les suprémacistes et les antifa.

              +14

            Alerter
            • Patrick // 04.06.2020 à 12h02

              tout à fait , l’objectif étant de flinguer Trump.
              Mais pas sur que ça réussisse et pas sur que ça ne se retrourne pas contre les instigateurs gauchistes et ceux qui dirigent les antifas.

                +11

              Alerter
        • Merlin // 04.06.2020 à 13h44

          La réponse est donnée ici par le Col. M. Goya.
          « La proportion des fantassins, réguliers, irréguliers, mercenaires ou amateurs intermittents n’a sans doute jamais été aussi importante dans le monde parmi les combattants. Il est probable qu’il en sera encore ainsi assez longtemps. »

          https://lavoiedelepee.blogspot.com/2017/05/le-soldat-du-futur.html

            +1

          Alerter
      • RGT // 04.06.2020 à 10h23

        Je ne suis pas du tout fan du fait que toute la population soit armée jusqu’aux dents mais il faut quand-même reconnaître qu’en dehors de certaines « bavures » ça se passe relativement bien dans les états dans lesquels le port d’armes est légal.

        N’en déplaise aux bobos, les états qui sont les plus criminogènes sont bel et bien ceux dans lesquels les armes sont interdites, avec le coquetier en or massif pour la Californie.

        À partir du nomment où vous savez pertinemment que chaque habitation est un bunker surarmé et que les citoyens sont armés jusqu’aux dents même pour aller chercher leur baguette de pain vous réfléchissez à deux fois avant de tenter d’aller dépouiller une petite vieille au coin de la rue car ça pourrait très mal se terminer pour vous.

        Autre conséquence, et non des moindres : Tout dirigeant qui souhaiterait imposer ses vues à la population se retrouverait non pas avec quelques gilets jaunes sur les ronds-points mais avec une foule de gilets pare-balles qui viendrait le déloger de son trône sans tarder.

        C’est bien pour ça que les pays « progressistes » interdisent strictement la possession d’armes à leurs population…

        Le meilleur exemple d’une population armée jusqu’aux dents est donné par la Suisse.
        Dans ce pays (réellement démocratique n’en déplaise à beaucoup – les lois déplaisantes sont « répudiées » par la population par RIC) les citoyens sont soldats à vie et détiennent chez eux leur propre arme militaire et suivent périodiquement des « piqûres de rappel » concernant leur utilisation.
        Avec un tel statut, ne vous étonnez pas que les politicards courbent l’échine devant les revendications de la population.

        Quand à la criminalité Suisse, en dehors de celle pratiquée par des banques, elle est quasi nulle…

        Dernier point : Aux USA, la police locale est sous les ordres d’un shérif élu par la population. Et il en va de même pour les juges…

        Ce qui les oblige à suivre les souhaits de leurs électeurs sous peine d’être virés.
        Ce qui fait que dans certaines villes il est préférable de ne pas appartenir à une catégorie peu appréciée de la population.

        Vous ne verrez donc jamais de flic ou de juge s’opposer aux « gilets jaunes » locaux comme en France car ça pourrait chauffer.

          +26

        Alerter
        • Patrick // 04.06.2020 à 10h31

          Quand le peuple a peur du gouvernement , c’est la dictature
          Quand le gouvernement a peur du peuple , c’est la démocratie.

            +17

          Alerter
        • Fabrice // 04.06.2020 à 11h27

          40000 morts par an des « bavures » 😱 les plages du débarquement ce situaient vers les 2600 personnellement pouvoir me balader sans me demander si j’ai bien rangé mon arme et ne pas retrouver l’un de mes proches tué pour avoir joué avec me convient parfaitement.

            +8

          Alerter
          • Patrick // 04.06.2020 à 12h39

            en Suisse tout se passe plutôt bien.
            Le problème n’est pas avec les armes mais avec cuex qui les ont.

              +7

            Alerter
          • Papagateau // 07.06.2020 à 18h25

            Tu dois confondre le taux de mortalité journalier avec le taux annuel. En Normandie 2600 morts par jour en 46. Avec ou sans les morts côté allemand. On n’est plus à ça près.

              +0

            Alerter
        • john // 04.06.2020 à 18h31

          Cher RGT, petite correction : il existe en suisse une criminalité financière (la Suisse demeure un paradis fiscal) dont quelques brides d’échos font brièvement la « une » des journaux. Il existe aussi une criminalité ordinaire (vols, cambriolages,..) dont l’origine est souvent étrangère. Il y a peu de prisonniers indigènes dans la prison de Genève, par exemple.

            +5

          Alerter
          • gracques // 05.06.2020 à 08h21

            Et pour cause ….. perso je gagne correctement ma vie et sans peur du chômage ….. du coup , je suis un très honnête citoyen ….. trop à perdre à faire des khoneries.

              +1

            Alerter
  • yack2 // 04.06.2020 à 07h49

    What a surprise! Ils sont donc prêts à envoyer la troupe…Non! pas ceux qui mettent 4 jours à qualifier de meurtre un étranglement souriant, pas ceux qui martyrisent une multitude de petits pays de m…. en les privant de nourriture et de médicaments….en les bombardant le cas échéant…Pas eux, ….cette bande de négr….. pardon d’afros-américains sont des citoyens de cette belle démocratie ou le KKK est moins pire que les antifas….Pas eux soyez tranquilles. Comme… pas nous….Macron n’a pas émit cette idée d’envoyer la troupe sur les GJ, ni fait chauffer l’hélicoptère…Nous sommes à l’abri, le reich -préfet Lallement nous préserve de telle dérive….Bon si vous avez le temps, le miroir et la fenêtre, le dernier Lordon…https://blog.mondediplo.net/police-etats-unis-france….Pour vous rassurer!

      +18

    Alerter
    • Alfred // 04.06.2020 à 10h09

      Quelle mayonnaise dans votre bocal. C’est d’ailleurs la mayonnaise qu’y ont fait monter les médias des oligarques. Les émeutes « américaines » qui instrumentalisent le meurtre d’un citoyen noir par quatre policiers (dont un blanc qui est l’auteur principal du crime) sont à la fois le symptôme d’un pourrissement politique avancé et les prémices de souffrances immenses dans les pays occidentaux. Les crétins inconséquents qui s’adonnent aux émeutes ou en rêvent chient là ou les oligarques leur disent de chier (bon toutous). Non seulement ils sont pathétiques dans leurs indignations à occultations (les millions de morts des guerres congolaises n’ont mit personne à genoux dans la rue alors que la responsabilité collective est plus grande. Sans parler du saccage de la Lybie ou de la Syrie – les martyres de Telford ignorées par une police tout aussi raciste à sa manière n’ont mis personne dans la rue non plus). Non seulement ils ne se posent aucune questions sur les élément matériels qui font penser à une manipulations (vidéo d’un membre (blanc) de l’équipe de campagne de Sanders en train de donner de payer des noirs pour aller casser; palettes de briques qui apparaissent dans la nuit sur les trottoirs à disposition des émeutiers (moins subtil que les chantiers ouverts partout dans paris au moment des GJ..) et j’en passe. Non seulement ils ne se posent pas non plus la question non plus de l’opportunité de ce feux d’artifice pour détourner l’attention de l’Obamagate en train d’éclore);
      mais surtout: pensez vous être épargnés par le bouillon des haines que vous mijotez? Fous.

        +21

      Alerter
  • Santerre // 04.06.2020 à 08h09

    Y pourrait pas réussir à déclencher une nouvelle guerre de sécession? Ou d’installer une dictature militaire? Qu’on puisse s’extraire de l’étreinte mortelle de ce pays frère( frère : ami qu’on choisit pas)

      +6

    Alerter
    • V_Parlier // 04.06.2020 à 15h30

      En effet je me dis que ce « printemps » (que je méprise pourtant autant dans les faits que les printemps pro-US chez les victimes des USA) sera peut-être le moyen d’éloigner définitivement les européistes de l’adoration des USA. Mais attention, pépère Biden guette pour la succession avec sûrement quelques nouveaux projets d’interventions extérieures. Et là ce serait le grand retour des exportateurs de démocratie adulés par la classe politique française!
      [modéré]

        +2

      Alerter
  • calal // 04.06.2020 à 08h29

    une autre vision de ce qui se passe aux us:

    https://twitter.com/Just_Shannah/status/1267961287977373696
    https://twitter.com/mainenewshound/status/1267999864580947970
    https://twitter.com/HarmlessYardDog/status/1267897862253416453

    Un vigile de77 ans,ancien flic,tué par des emeutiers alors qu’il faisait son boulot et qu’il etait noir,des tas de briques laisses sur le parcours des manisfestations,des avocats pris alors qu’ils cramaient une voiture de police…
    Il y a manipulation politique qui profite des crises pour faire avancer son agenda mais il semble que les antifa vont faire long feu aux us.La guerre culturelle bat son plein dans l’amerique non soumise.

      +27

    Alerter
  • Fritz // 04.06.2020 à 08h36

    Ce pays est tellement fracturé, avec des haines, des rancœurs et des peurs croisées entre « Afro-Américains » et « Caucasiens », le tout qui mijote sous la chape de la « political correctness », que l’envoi ou non de l’armée ne résoudra pas la crise.
    En 1992, la Garde nationale était intervenue après les émeutes meurtrières de Los Angeles. Mais ce n’était pas l’armée fédérale. Et les policiers n’avaient pas étranglé à mort Rodney King, contrairement à George Floyd, ils l’avaient « seulement » tabassé.

      +4

    Alerter
    • UnKnown // 04.06.2020 à 10h15

      Sans parler du fait qu’à l’époque, les réseaux sociaux,internet et les smartphones n’existaient.
      Désormais la moindre image enflamme les communications et les passions/hystéries comme une traînée de poudre.

        +4

      Alerter
  • Fritz // 04.06.2020 à 08h51

    La veuve de Cédric Chouviat rappelle que les meurtres policiers par étranglement ne sont pas une exclusivité américaine :
    https://www.leparisien.fr/faits-divers/a-paris-cedric-a-connu-la-meme-souffrance-que-george-floyd-accuse-sa-veuve-02-06-2020-8328558.php
    Et elle s’étonne que les célébrités du showbiz n’aient pas manifesté la même solidarité après le meurtre de son mari. Certes, il n’était pas « afro-américain ». Mais surtout : c’était dans le belle démocratie française.

      +46

    Alerter
    • Valmeysien de Bouvines // 04.06.2020 à 09h56

      Adama Traoré et George Floyd étaient noir. Donc des candidats parfaits pour activer le ressentiment des noirs et l’agitation anti-raciste de gauche. Il ne faut pas chercher plus loin. M. Chouviat ne constituait tout simplement pas une bonne opportunité.

      Le ressentiment social va être immense suite aux retombées économiques de l’après-Covid. Et c’est à ce moment là que la question raciale revient au centre du débat public ? A un moment où les mécanismes du bouc émissaire sont susceptibles d’être activés ?

      C’est très dangereux.

        +25

      Alerter
    • Jean D // 04.06.2020 à 10h49

      01. La première grosse différence c’est que le meurtre de M. Floyd a été filmé.

      Il y a des règles dans l’information télé et maintenant sur les réseaux sociaux. La première règle est d’avoir des images. C’est bien plus important que la règle du mort-kilomètre (selon laquelle l’importance de l’information est inversement proportionnelle à la distance).

      02. La seconde différence c’est que ce meurtre se passe aux Etats-Unis, épicentre de la fabrique de l’information et du spectacle.

      Il n’y a objectivement aucune raison que la mort de M. Floyd traverse l’Atlantique, c’est un « fait divers »‘ interne aux Etats-Unis et qui selon toute logique aurait dû y rester. Sauf que les vidéos – encore et toujours les images – de la mise à sac de plusieurs centre-ville alimentent le buzz au point d’en faire un évènement mondial.

      ›› dit autrement : vous n’auriez pas eu les images et elles n’auraient pas pour origine les Etats-Unis, ce fait divers serait déjà classé par l’IGPN local. Comme tant d’autres auparavant.

        +12

      Alerter
      • Fritz // 04.06.2020 à 11h08

        Le matraquage de Rodney King avait été filmé, lui aussi.
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Rodney_King#L'affaire_Rodney_King
        Et j’ai cité le « blanc » Cédric Chouviat. Mais j’aurais pu citer aussi le « blanc » Philippe Ferrières, étranglé à mort à Drancy en mai 2019, le « blanc » tunisien Abdelhakim Ajimi, pareillement tué à Grasse en 2008, etc.

        Au diable ces couleurs. Elles sont exhibées par ceux qui jouent la carte raciale pour faire diversion et sauver leur système mortifère.

          +22

        Alerter
      • Jean D // 04.06.2020 à 11h26

        C’était il y a 30 ans. Déjà à l’époque le fait d’avoir des images a été crucial . Cela a permis de médiatiser l’affaire, qui contrairement à bien d’autres « bavures raciales » n’a pas pu passer à la trappe (https://fr.wikipedia.org/wiki/Rodney_King)

        L’acquittement des policiers a provoqué les émeutes de Los Angeles … elles-mêmes filmées et diffusées sur toute la planète.

        Le mécanisme pour M. King et M. Floyd est assez similaire (la mort du second à part) : les images déclenchent et attisent les antagonismes et les media du monde entier, dont le métier est de faire de l’audience, accélèrent encore l’emballement.

        //

        Il semble difficile de nier que le fondement de ces révoltes soit le racisme profond de la police des Etats-Unis, et plus largement le racisme de la société dans son ensemble.

        1/3 des détenus aux Etats-Unis sont des noirs, 1/3 des hispanos et 5 % des hommes adultes noirs sont en prison en 2018 (https://fr.wikipedia.org/wiki/Prison_aux_%C3%89tats-Unis#R%C3%A9partition_ethnique)

        Je ne vois pas où vous voulez en venir avec cette histoire de couleur de peau ? Ni à quoi peut bien mener la comparaison avec d’autres pays ?

          +6

        Alerter
        • Fritz // 04.06.2020 à 11h32

          Et d’autres obsédés de la couleur de peau vous rétorqueront que x % des viols sont commis par des Noirs, y % des vols avec effraction sont commis par des Latinos, etc. On n’en sort pas, de cet enfer racial.

            +4

          Alerter
        • Jean D // 04.06.2020 à 13h34

          Merci pour votre réponse mais ce n’est pas beaucoup plus clair. Les « obsédés de la couleur de peau » …

          Pouvez-vous préciser ce que vous entendez par là ? De qui s’agit-il ? Est-ce propre aux Etats-Unis ?

            +2

          Alerter
  • Kiwixar // 04.06.2020 à 09h09

    Washington (au même titre que Bruxelles) est un cancer. Les 51 états devraient décider de dissoudre l’état fédéral (rendant nuls les trilliards de dette fédérale), et remplacer ça par un accord simple style Trans-Tasman entre Australie et NZ (libre circulation des personnes et des marchandises, liberté de s’installer et travailler dans les autres Etats). Les impôts resteraient à utilisation interne, à l’exception d’un % minime pour le pot commun (% qui ne peut être augmenté).

      +3

    Alerter
    • Amsterdammer // 05.06.2020 à 21h25

      Comme si le gigantesque appareil militaro-industriel US pouvait laisser pareil scenario se concrétiser… Ces messieurs gagnent des milliards grâce aux guerres incessantes menées par la puissance impériale partout dans le monde, ils ne vont pas laisser des foutriquets bousiller leur business.

        +1

      Alerter
  • Santerre // 04.06.2020 à 09h11

    Je me permets de vous rappeler notre Histoire récente. Dans ma jeunesse mouvementée des années 70, on ne déc… pas avec le refus d’obtempérer et encore moins avec les injures ou pire violences à agent.
    C’est certain, à l’époque, un gars qui se rebellait contre une arrestation ne se faisait certes pas étrangler mais il se faisait défoncer à la matraque et à la chaussure à clous. Et si par malheur il insultait, crachait ou frappait un flic. Amen.
    Il ne serait jamais venu à l’idée d’un loulou d’aller pleurnicher après s’être pris une tête au carré suite à une rébellion.
    Aujourd’hui, de la salle de classe au terrain de foot, la mode est au refus d’obtempérer, à l’insulte à agent, au délit de fuite et même aux violences à agent .
    Le policier représente la force publique, si à chaque fois qu’il dresse une contravention, procéde à un contrôle ou une arrestation, il a droit à rébellion, c’est normal que ça risque de finir mall.
    Sinon, avilissement carrément la loi et laissez faire à chacun ce qu’il veut. La jungle, vous connaissez?
    La pathétique Camélia Jordana chantait avec les émeutiers avant hier qu’il était temps de prendre les armes
    Attention ma cocotte aurais je eu envie de lui répliquer, on est quelques millions à te dire « chiche? »
    J’ai vu la vidéo où le monsieur dont vous parlez passe de très longues minutes à harceler des agents forts patients. Quand la séquence de violence s’enclenche tout peut arriver. Force à la loi. Et c’est un pur jacobin qui vous parle.

      +26

    Alerter
    • Dominique65 // 04.06.2020 à 09h55

      « Camélia Jordana chantait avec les émeutiers avant hier qu’il était temps de prendre les armes »
      Elle chantait la Marseillaise ?

        +4

      Alerter
      • Santerre // 04.06.2020 à 10h16

        🙂 faut faire attention avec les appels aux armes. En face aussi il y en a.

        Quand à la Marseillaise elle n’appelle pas à égorger son voisin ou à s’en prendre aux flics et à l’autorité légale, c’est le chant de l’armée RÉGULIÈRE d’un état républicain qui appelle aux armes pour protéger la nation de l’agression d’États étrangers et de factieux (royalistes à cette occasion).
        Faut aussi faire gaffe avec les symboles.

          +12

        Alerter
        • Savonarole // 04.06.2020 à 13h40

          « Contre nous de la Tyrannie, l’étendard sanglant est levé » dit la chanson juste avant l’appel aux armes. Je vous invite à essayer de comprendre de que Rouget de Lisle à bien voulu dire par là …

            +4

          Alerter
          • Santerre // 04.06.2020 à 14h11

            Je ne vais pas faire de suppositions sur ce qu’il voulait dire, je me contente de ce qu’il dit trés expressément et de ceux qui le chantaient qui étaient des SOLDATS d’une ARMEE levée par le GOUVERNEMENT de la FRANCE qui allaient se battre contre les armées étrangères venues à l’aide de FACTIEUX, pas par une bande d’emeutiers appelant aux armes pour apprendre la tolérance à leurs voisins et s’en prendre aux forces de l’ordre RÉPUBLICAIN

              +4

            Alerter
            • Hiro Masamune // 04.06.2020 à 21h09

              Heu … armée de l’an II a combattu l’Autriche, qui dans sa doctrine de maintient de l’ordre utilisait deux drapeaux, un blanc et un rouge. Le blanc : on charge , le rouge : on tire. Ils ont appliqué ça en France au début de la révolution. C’est ça l’étendard sanglant.
              L’armée de l’an II c’est aussi ceux qu’on à envoyé raser Lyon, eux ont leur a pas donné d’étendard sanglant, juste de la mitraille et l’ordre de tirer.. au canon … sur des gens. En pourquoi ? Parce que les procès et la guillotine c’est bien trop lent mon cher Robespierre.
              L’armée c’était des sous-offs , des cadets et massacreurs tirés au sort parmi ceux qui pouvaient pas payer pour y couper, le gouvernement c’était le comité de salut public , on va pas faire un dessin mais avec des mecs genre Danton la corruption ou Robespierre robocop , bon… Et ce brave Fouchet qui fait les aller-retours entre le comité et la Convention, le truc qui a mis Naboleon sur le trône à la place de Louis le Raccourci : paye tes Ripouxblicains. Enfin , le consul leur a donné une banque.
              La révolution c’est une vieille catin : quand tu la met sans culotte ; ça remugle.

                +5

              Alerter
      • Patrick // 04.06.2020 à 10h37

        En l’entendant chanter aussi mal , on comprend qu’elle a besoin de se faire de la pub pour retrouver une clientèle.
        On a une foule qui est totalement manipulée et des journalistes qui amplifient l’impact du mouvement et des politiciens qui essaient de s’en sortir le moins mal possible.
        Le peuple français voit toutes ces dérives sans trop savoir quoi faire.

        Prochaine étape ?

          +7

        Alerter
        • Patrick // 04.06.2020 à 11h00

          « En l’entendant chanter aussi mal , on comprend qu’elle a besoin de se faire de la pub pour retrouver une clientèle. »
          > axiome n°1 : le pognon dirige le monde et est l’unique motivation des individus

          « On a une foule qui est totalement manipulée »
          > axiome n°2 : complexe de supériorité (je parle de moi, qui suis plus intelligent que la foule grouillante … sans compter le bruit et l’odeur …)

          « Le peuple français voit toutes ces dérives sans trop savoir quoi faire. »
          > axiome n°3 : séparation entre eux et nous, la vraie France et la fausse

          … c’est du concentré de suffisance réactionnaire, avec des morceaux de machisme et de racisme dedans 🙁

            +8

          Alerter
          • Patrick // 04.06.2020 à 11h27

            et oui à attendre ce genre d’artiste la ramener on voit bien que sa principale préoccupation est sa notoriété , comme la plupart de ses collègues.

            La foule manipulée : eh oui , 20000 personnes dans la rue pour un fais divers qui ne les concerne pas ( le gars tué au USA ) et un autre fais divers ancien ( un délinquant qui meurt , c’est dommage mais les expertises montrent que la police n’y est pour rien )

            Séparation de la France en plusieurs camps … c’est déjà fait
            il y a « vous » bobos , urbains ,..
            il y a « eux  » les banlieues
            et il y a « nous » , la France périphérique.
            C’est un raisonnement que je tiens depuis longtemps. Il ya peu un géographe avait fait la même classification avec ses mots à lui.
            La suite sera intéressante , on la voit actuellement aux USA

              +14

            Alerter
          • Patrick // 04.06.2020 à 13h48

            « ya peu un géographe avait fait la même classification avec ses mots à lui. »

            > Quel est le nom de cet éminent intellectuel qui divise la France en 3 ? Histoire qu’on se plie en 4 …

            « un délinquant qui meurt , c’est dommage mais les expertises montrent que la police n’y est pour rien »
            > il fallait écrire « un homme qui meurt lors de son interpellation est un homicide involontaire … parce qu’à vous lire on est à la limite du « c’est pas de bol pour ce petit con »
            > dans votre France périphérique (?) on croit encore à l’honnêteté de l’IGPN ? https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Adama_Traor%C3%A9#Contre-expertise_de_juin_2020

              +4

            Alerter
            • Patrick // 04.06.2020 à 14h20

              J’ai retrouvé : Christophe Guilluy .. ça plait pas à la gauche , c’est bon signe.
              http://www.slate.fr/story/92641/christophe-guilluy-france-peripherique

              je confirme pour « c’est pas de bol pour ce petit con  » .. même si la contre-expertise indépendante du Professeur-docteur Mamadou Traoré , grand marabou international qui fait redémarrer les motos russes dit l’inverse.

                +5

              Alerter
            • Patrick // 04.06.2020 à 14h31

              j’ai parcouru l’article Wikipedia , et j’en ai profité pour faire quelques recherches !!
              Une vraie « chance pour la France » cette famille , on aimerait en recevoir plus des gens comme ça 🙂

                +5

              Alerter
            • Patrick // 04.06.2020 à 15h04

              ›› « Professeur-docteur Mamadou Traoré , grand marabou international »
              ›› « on aimerait en recevoir plus des gens comme ça »

              Patrick, on ne va pas vous demander de préciser votre « pensée » de gaulois périphérique hein ? Vous risqueriez de vous enfoncer sur des sentiers assez malsains de la xénophobie.

              On va pas vous manger votre pain au chocolat, calmez-vous 🙂

                +6

              Alerter
            • Valmeysien de Bouvines // 05.06.2020 à 06h19

              « On va pas vous manger votre pain au chocolat, calmez-vous »

              Cette blague devenue commune parmi les indigénistes illustre l’absence totale d’empathie de votre camp politique pour les victimes de crimes lorsqu’ils ne s’agit pas de ceux perpétrés par la police. Ne soyez pas étonnés que des citoyens ayant été victimes d’actes criminels ou délictueux finissent par se détourner d’un camp qui se présente comme l’allié de leurs bourreaux.

              Certains citoyens demandent de l’ordre et ce n’est pas une lubie de leur part mais une demande légitime formulé à l’Etat de remplir son tout premier devoir qui est d’assurer leur sécurité, ou bien de violer le contrat social. Si l’on refuse d’écouter leurs demandes sous prétexte que nous risquerions de faire advenir un Etat fasciste théorique et fantasmé, alors on accepte une tyrannie de potentats locaux dont la tyrannie et la terreur est, elle, quotidienne et concrète. Pour ces citoyens le choix est vite vu.

              Si la police ne peut plus appréhender certains suspects car cela risque de tourner à l’émeute, alors ce contrat est rompu et chacun reprend son droit à se défendre lui-même ou bien fuit vers des endroits où l’Etat a encore une prise sur le territoire. La conséquence mécanique est la dégradation économique de ces zones.

              Qui voudrait vivre ou investir dans des territoires où le crime est élevé et où la police ne peut rien y faire pour éviter l’émeute ? Je ne sais pas pourquoi existe ce désir particulier des minorités ethniques à l’auto-destruction mais il serait bien que la gauche cesse de l’alimenter.

                +10

              Alerter
            • Patrick // 05.06.2020 à 13h57

              « l’absence totale d’empathie de votre camp »

              Cette passion pour créer des divisions … c’est assez caractéristiques des xénophobes. Il y a « nous » et il y a « eux ».

              Vous avez beau jeu ensuite de parler de fantasmes. Mais ne pas commencer par ce constat simple de notre unicité et préférer ériger des « camps » …

              Au fait c’est quoi un « indigéniste » ? Tout le monde n’est pas forcément au fait des vocables qui animent vos pensées.

                +0

              Alerter
            • Valmeysien de Bouvines // 05.06.2020 à 14h06

              Patrick,

              Je dis spécifiquement « camp politique » et je vois très bien ce que vous faites à essayer de détourner mon propos pour sortir le joker « raciste » et croire ainsi gagner le débat.

              Aucun intérêt, utilisez plutôt Twitter.

                +5

              Alerter
            • Patrick // 05.06.2020 à 14h50

              « gagner le débat »
              On gagne quoi au juste ?

              Quant à l’idée de détourner le débat … vous êtes amusant : au départ c’est un échange avec Patrick à propos de ses présupposées / impensés xénophobes, c’est vous qui venez vous incruster avec vos grands mots (indigénistes, fascistes, …), vos thèses économiques etc…

              Je ne sais toujours pas ce qu’est un indigéniste. Tant pis, j’irais voir sur google à l’occasion. Au moins lui il répond quand on lui pose une question.

                +0

              Alerter
    • Kay // 04.06.2020 à 10h14

      Oui, il n’y a plus vraiment de respect de l’autorité.
      Les gens sont beaucoup plus individuels maintenant, mes libertés, mon bonheur. Les autres, ça dégage.
      La faute ? Aux parents. Depuis plusieurs générations.

        +2

      Alerter
      • Santerre // 04.06.2020 à 10h34

        La faute surtout au pourrissement de la haute administration éducative et judiciaires par des angelistes et des libertaires militants.

          +5

        Alerter
      • Anfer // 04.06.2020 à 11h06

        « il n’y a plus vraiment de respect de l’autorité.
        Les gens sont beaucoup plus individuels maintenant, mes libertés, mon bonheur. Les autres, ça dégage »

        – There is no such thing as society –
        Margaret Thatcher

          +4

        Alerter
      • Dominique65 // 04.06.2020 à 11h50

        « La faute ? Aux parents. Depuis plusieurs générations. »
        C’est assez lapidaire ! Mais c’est aussi tellement plus simple lorsqu’on a choisi son bouc émissaire.
        En 68 huit (révolte contre la liberté des mœurs), les profs expliquaient aux jeunes qu’il fallait tuer les parents (si, si, même si c’était métaphorique). On pourrait aussi tout leur mettre sur le dos. Et ce qui est devenu le néolibéralisme et les valeurs qu’il véhicule, il n’y est pour rien ?

          +6

        Alerter
      • birin // 06.06.2020 à 00h00

        @Kay,
        Mes parents m’ont enseigné le respect des autres, sauf de ceux qui se rendent non respectables.
        Ils m’ont aussi enseigné les respect des autorités, mais ils avaient tort.
        Je ne saurais dire qui m’a enseigné que, le respect, ça se mérite. D’autant plus si on assume de hautes fonctions au service du peuple, si on assume l’autorité.
        Nos autorités font tout pour ne pas mériter notre respect (pillage, destruction méthodique de nos institutions, de l’hôpital à l’Etat lui même ; vassalisation de notre pays à la finance, au MEDEF, comme à la « diplomatie » US ; négation de la source de leur autorité, en urinant sur notre décision par référendum, ou en adoubant un fantoche jamais élu comme président du Venezuela qui a un président élu ; …)
        Faute d’être mérité, ce respect est alors imposé, par la force, qui n’a alors plus rien de publique.
        Des gens formés et armés à qui « l’autorité » a donné carte blanche, par la doctrine et l’impunité concrète, ne sont pas respectables, ils sont dangereux.
        Les policiers ou gendarmes, qui malgré ce contexte, respectent et font respecter la loi, le droit, me semblent alors hautement respectables.
        Tout comme je respecte toutes les Assa Traoré, qui assument une charge qu’elles n’avaient pas désiré.
        Ou les Camelia Jordana, qui assument le rôle des rares artiste qui ne s’avilissent pas à être fou du roi, au péril de leur confort.

        La faute aux parents, des générations ?
        Les résistants nous ont montré leur courage et inspiré le respect, en combattant l’autorité.
        Prétentieux d’invoquer les résistants ? Mais sinon, pourquoi se sont-ils battus ?

          +1

        Alerter
        • Kay // 08.06.2020 à 10h02

          Hmm je sais pas si je suis d’accord avec vous ou pas. Vous n’avez pas 100% raison ni 100% tors.
          Tout n’est pas parfait.
          Mais je préfère vivre dans cette imperfection de nos autorités que ne pas en avoir du tout.
          Vous préférez quoi, l’anarchie?
          Les résistants ce sont battus pour nos libertés et pour que notre état de droit existe.

          Moi j’ai le sentiment que vous souffrez surtout de ce que l’on appelle « confirmation bias ». Vous voyez partout où notre système déconne, mais vous oubliez tout le reste qui marche.
          Qui ne marche pas parfaitement mais qui marche quand même. On a de l’eau de l’électricité, un toit, une police qui est moyennement efficace, une école moyenne, une infrastructure moyenne, une justice moyenne, une assurance maladie moyenne, des droits, etc.

          Moins je dirais que la France est « médiocre », dans le sens exact de ce mot. Ça veut dire moyen. Pas fou fou, mais ça marche et protège quand même la plupart d’entre nous.
          On peut mieux faire, mais aussi, cela pourrait être tellement pire. Comme aux US par exemple.
          Le meilleur moyen d’en arriver à ce que les US font c’est justement de contester nos autorités injustement et de mettre encore plus individualisme dans notre société. Il faut taper nos autorité quand elles déconnent, mais les respecter par défaut dans la plupart des cas.
          Il ne faut pas généraliser et dire que l’autorité est tout le temps mauvaise ou bonne.

            +0

          Alerter
          • birin // 10.06.2020 à 00h02

            « vous souffrez surtout de ce que l’on appelle confirmation bias ».
            Ça se soigne cette souffrance là ?

            Vous résumez mon propos comme le choix entre « vivre avec des autorités imparfaites » / « ne pas en avoir du tout », terminant par « l’anarchie ? »
            Mais le cœur de mon propos était que le respect ne doit pas être présupposé, mais qu’il doit être mérité, d’autant plus mérité par ceux qui assument de hautes responsabilités et pouvoirs.
            Mais qui peuvent être, alors, « hautement respectables », comme je l’écrivais explicitement.

            En fait, je n’ai pas plus de problème avec l’anarchisme qu’avec l’autorité :
            https://video.antopie.org/videos/watch/9b9399f3-5c7b-40db-88e2-9be30a8a15cd

            Les résistants ont combattu l’autorité en place, alors que d’après tout ce que j’ai lu, un majorité de français s’en accommodait fort bien, probablement parce qu’ils avaient de l’eau, de l’électricité, un toit, …
            En fait, il semblerait que les résistants avaient surtout un rapport « critique » à l’autorité et à la soumission, et moins de goût pour « panem et circenses ».

            Nous choisissons, vous et moi, deux approches très différents sur la société, apparemment opposés sur certains points (comme le respect de l’autorité, que vous présentez comme une éducation de base, et qui pour moi doit être proportionné au mérite).
            Ces choix du cadre de pensée nous conduisent évidemment à des analyses différentes de la société et de ses faits.
            Mais votre sentiment est que je souffre de confirmation bias.
            Mon sentiment est que ce pronostic est contestable.

              +0

            Alerter
    • RGT // 04.06.2020 à 10h53

      Depuis toujours la police française est entièrement dévouée au pouvoir exécutif et suit avec une grande motivation les consignes des dirigeants. Et il en va de même pour les magistrats et les hauts fonctionnaires, ces derniers faisant partie de « l’élite de la nation ».

      Et bien sûr les dirigeants en retour de cette servilité remarquable leur garantissent une immunité illimitée vis à vis des pires agissements qu’ils pourraient commettre dans « l’exercice de leurs fonctions ».

      Le plus bel exemple de cette collusion malsaine est donné par le comportement de « l’état français » pendant l’occupation allemande :
      Combien de policiers, de gendarmes, de militaires, de juges ou de hauts fonctionnaires ont été sanctionnés à la libération ?

      Même ceux qui ont ordonné ou participé aux rafles de juifs ou de résistants ont été totalement absous sans avoir subi le moindre « inconvénient ».
      Et les plus « compétents » ont même réussi à poursuivre leurs carrières en étant promus à de très hautes fonctions.
      Rappelez vous simplement de Maurice Papon…

      La collusion entre les gouvernants et la police a de tous temps été la pire calaminé qui puisse s’abattre sur la population.
      Et si, dans une « démocratie » il est possible de « virer » les dirigeants (seulement les élus), les flics, juges, militaires, hauts fonctionnaires restent et résistent à tout changement d’orientation politique.

      Ne vous étonnez donc pas si les élections sont des pièges à cons.

        +13

      Alerter
      • Santerre // 04.06.2020 à 14h18

        Oui vous avez raison, d’ailleurs, au nom de cette sujétion, elle a mitraillé les manifestants royalistes en 1795, elle a pourchassé le chouan jusqu’à 1815, plus tard, elle a cassé du catho en 1905, du Croix de Feu en 35, de l’AF et du cagoulard jusqu’en 40 puis elle a arrêté et fusillé du collaborateur en 45, puis du militant OAS jusqu’en 63.
        Sa mission est d’obéir à la légalité, pas de faire en fonction de ses convictions .

          +5

        Alerter
        • calal // 04.06.2020 à 15h27

          « Sa mission est d’obéir à la légalité, pas de faire en fonction de ses convictions . »

          oui et c’est une des questions importantes qui devrait prevaloir dans les orientations scolaires ou professionnelles: etes vous pret a obeir des ordres ou des consignes que vous jugez stupides ou peu efficaces en echange d’un salaire ou d’un statut socialement reconnu?

          C’est la reponse a cette question qui determine si vous pouvez vous epanouir dans le fonctionnariat,la pretrise ou si vous devez vous diriger vers le prive,le liberal.

            +2

          Alerter
          • Didier // 04.06.2020 à 15h53

            Ah bon? Travailler dans le privé vous met à l’abri de devoir obéir à des ordres ou des consignes que vous jugez stupides?

            Je n’avais pas remarqué…

              +9

            Alerter
  • guzy // 04.06.2020 à 10h10

    Avis aux traducteurs des textes, ainsi qu’à tous les rédacteurs de commentaires.

    UNE BONNE FOIS POUR TOUTE, apprenez que la locution « après que » est TOUJOURS SUIVIE DE L’INDICATIF, et non du subjonctif.

    « Après qu’il a » est correct, « après qu’il ait » est incorrect.

    Ce n’est pas si compliqué à comprendre. Le subjonctif est la marque de l’incertitude, il est donc logique « qu’avant que » soit suivi du subjonctif, car on est pas certain que l’action se réalise effectivement. Mais après la réalisation de cette action, par définition l’incertitude est levée.

      +7

    Alerter
    • Kay // 04.06.2020 à 10h17

      Ya aussi « Je suis sûr qu’il a informé Trump qu’il peut tirer la gâchette fédérale s’il le souhaite »
      Pas la « gâchette »: c’est plutôt la « détente ».
      La gâchette est un mécanisme interne, on appui pas dessus directement.
      Le doigt se pose sur la détente. « Trigger » en anglais.

        +3

      Alerter
    • Santerre // 04.06.2020 à 10h18

      C’est pas si compliquer de la fermer et de venir soi même sur le blog pour faire des traductions parfaites. Olivier appelle régulièrement à bonnes volontés. N’hésitez pas.

        +3

      Alerter
      • Dominique65 // 04.06.2020 à 11h42

        @Santerre
        Le texte de guzi manque de tact, mais pour être traducteur, il faut connaître une autre langue que la nôtre. Tout le monde ne peut pas. Par contre, il est bon en effet de respecter le français. J’ai déjà signalé par le biais de la page contact qu’il serait bon de rappeler aux traducteurs les règles du français trop souvent oubliées. Parmi celles-ci, l’accord de « quel que soit » (quand ce n’est pas écrit « quelque soit ») joyeusement ignoré.
        J’ai aussi indiqué le site scribens.fr qui vérifie la grammaire. Cette vérification devrait être à mon avis la règle car on laisse tous passer de fautes. Bien rédiger et orthographier les articles d’un site ne peut que lui donner de la valeur ajoutée.
        Cordialement.

          +6

        Alerter
        • Santerre // 04.06.2020 à 14h21

          Les traducteurs sont des bénévoles qui font ça près leur journée de boulot et qui ne sont peut être pas familier avec le passé du subjonctif au datif imparfait. Donc proposez vous comme rélecteur des traductions, je crois que vous serez bienvenue.

            +3

          Alerter
    • lvzor // 07.06.2020 à 19h22

      « Après qu’il a… » est simplement illogique, le temps de la narration étant forcément postérieur à l’acte ou à l’événement, « après qu’il eût » semble plus indiqué.

      A pompeux pédant, pompeux pédant et demi. 😉

        +0

      Alerter
      • Dominique65 // 07.06.2020 à 21h06

        C’est vrai que l’expression incriminée possède une double erreur si on peut dire, de temps et de mode.

        « Après que les troupes fédérales aient réprimé »
        Correction : « Après que les troupes fédérales eurent réprimé »

        « après que le gouverneur ait refusé »
        Correction : « après que le gouverneur eut refusé »

        « après que le gouverneur du Michigan eut demandé »
        Parfait !

          +0

        Alerter
  • François // 04.06.2020 à 11h15

    Trump a surtout dit qu’il pourrait utiliser l’armée si les GOUVERNEURS ne faisaient pas le nécessaire.

    Cette tâche incombe à la responsabilité des gouverneurs et non au président US.

    De ce principe, la perspective est différente surtout l’on souhaite analyser les causes de ses émeutes et des différents acteurs qui les mènent.

      +6

    Alerter
    • Patrick // 04.06.2020 à 11h39

      Les maires et les gouverneurs de ces villes et de ces états sont des Démocrates , ils ont beaucoup de mal à être cohérents et efficaces car ils sont coincés dans leur mode de pensée et leur clientélisme électoral.
      C’est comme Nike et Starbucks qui essaie de surfer sur les phénomène et qui se font piller ou brûler leurs magasins.

      La société américaine est à la dérive depuis quelques années .. serait-ce le moment du naufrage ?

        +10

      Alerter
      • Alfred // 04.06.2020 à 15h49

        C’est surtout pour certains le moment de chauffer les feux de l’enfer et d’importer toute cette m. communautariste en France.

          +5

        Alerter
  • François // 04.06.2020 à 12h44

    Comme j’ai pu le lire dans un des postes, les états et les grosses villes sont souvent démocrate.

    C’est un peu a l’image du covid ou le nombre de décès ou la volonté de rester confiné étaient plus souvent présent dans des états ou villes démocrates.

    Est ce qu’il y aurait un lien entre ces deux problématiques? 🤔

      +3

    Alerter
  • ThomBilabong // 04.06.2020 à 13h20

    Petite remarque :

    un article de ce matin sur le HuffPost [modéré] donnait ceci :

    Titre :
    George Floyd: Trump veut mettre l’armée dans les rues, son ministre de la Défense s’y oppose
    https://www.huffingtonpost.fr/entry/george-floyd-trump-armee-esper_fr_5ed7fc73c5b6d4d798e2363e

    Devenu en qq heures ceci pour adoucir :
    Jim Mattis, ex ministre de La Défense de Trump, l’accuse de menacer la Constitution
    https://www.huffingtonpost.fr/entry/jim-mattis-ex-ministre-de-la-defense-de-trump-laccuse-de-menacer-la-constitution_fr_5ed8945ec5b6dfbd777f6691?utm_hp_ref=fr-international

    Le journal aura dû penser que son premier papier était trop fort mais non, il induit immédiatement ceci :

    1) Quand le chef des armées désavoue son président, c’est mauvais, très mauvais signe
    2) Cela peut même s’apparenter…à un coup d’Etat
    3) Si TRUMP se sent lâché par l’armée, il peut limoger ou pas son ministre, ce qui ne garantit en rien le changement de position de l’armée
    4) Quoiqu’il fasse, si la situation insurrectionnelle ne se calme pas d’elle-même, il lui faudra aller chercher le soutien qu’il n’a plus avec l’armée auprès des milices surarmées et des fous furieux qu’il excite et flatte sans cesse
    5) Dans ce cas, après embrasement civil, c’est la grande muette qui risque de le destituer pour sauver l’unité nationale. Soit par coup tordu, soit plus noblement par l’occasion qui lui est donnée actuellement de montrer que l’Amérique n’est pas TRUMP.

      +3

    Alerter
  • Ando // 04.06.2020 à 14h15

    La menace d’une intervention de l’armée agitée par Trump parait peu vraisemblable. Le régime ne prendrait pas un tel risque dans un contexte aussi « volatile » où pour le coup les débordements deviendraient totalement incontrôlables. L’Establishment comprend parfaitement que ce qui est possible en Irak, en Syrie, en Afghanistan, ou ailleurs, où le sang a beaucoup coulé avec la compréhension du « monde libre » , n’est pas une option raisonnable aux EU. Par ailleurs, les EU ne sont pas l’Europe où une vieille tradition historique fait en principe de l’Etat celui de tous, ou de la plus grande majorité des citoyens. Le modèle politique étasunien est plus proche de celui de nombreux pays africains ou des « communautés » différentes cohabitent plus ou moins facilement, sans pouvoir se rattacher à un terreau historique vécu en commun. L’Establishment étasunien est une forme de « communauté » à sa manière, qui comporte deux entrées: les Démocrates, les Républicains. Les combats d’égo y font office de débats d’idées. C’est de facto un système politique à parti unique.

      +4

    Alerter
    • Subotai // 04.06.2020 à 19h04

      Disons que, j’abonde sur le potentiel explosif d’une intervention de l’Armée fédérale avec ses gros sabots et le modèle communautaire.
      Mais je dis aussi, qu’il ne se trouve pas de Gouvernement qui, confronté à une situation de trouble, n’utilise pas les moyens à sa disposition.
      Et comme il n’a ni pain ni argent à distribuer, il reste les balles.
      Le Gouvernement Fédéral pourrait, et c’est plutôt la tendance sociétale US, se mettre en retrait avec un minimum d’État restant fédérés et laisser les autres partir en guerre civile interne. C’est la tendance du modèle communautaire.
      Nous n’en somme pas là, mais ce n’est qu’une question de temps. Comme d’hab…

        +0

      Alerter
  • serge // 04.06.2020 à 19h07

    Combien de Baltimore aux US? Ils ont quand même plus de banlieues émotives, racialement centrées, que nous avec en plus les armes en pagaille, les dopes gravement répandues, un bon cent millions de NEET et quelques mafias fortement implantées. Bref, de quoi largement s’occuper à la moindre émotion.

      +2

    Alerter
  • Lohr64 // 04.06.2020 à 21h33

    En effet, les villes ou ont lieux les pillages et les incendies sont administrées par les démocrates et souvent en grande difficulté financière. Les Démocrates sont terrorisés a l’idée de perdre le contrôle de la chambre des Représentants, c’est la que sont les cordons de la bourse. Sans cet accès, pas de subventions et pas moyen d’éviter la banqueroute. Certains Etats comptaient sur les « subventions Covid 19 » pour se refaire mais un trouble fête au Sénat a suggéré de laisser les Etats mal gérés aller a la faillite. Les manifestations pour la réouverture de l’économie rendaient la position des gouverneurs refusant d’alléger le confinement très difficiles voire intenable. Il ne restait plus que tenter de jouer la carte raciale a nouveau d’ou les débordements très bien orchestrés et bien finances.
    Si Trump agite la possibilité d’utiliser l’armée en cas de manquement des Gouverneurs a protéger les personnes et les biens c’est parce que tout le monde sait ici qu’il en a le droit et qu’il est prêt a le faire, ceux qui cherche a avoir sa peau depuis trois ans ne peuvent pas en douter.D’ailleurs il semblerait que certains Gouverneurs aient compris le message.

      +3

    Alerter
  • tepavac // 05.06.2020 à 01h15

    Pendant qu’on amuse la galerie par toutes sortes d’artifices médiatiques et politiques, et où les esprits dissertent sur l’os du jour à ronger, les plus grands groupes financiers Américain, depuis 3 mois, se défaussent du dollars en achetant tous les métaux précieux et surtout l’or. Sachant que la marche forcée de la planche à billet va fatalement aboutir à une descente abysale du billet vert, et sommes toutes, de toutes les monaies basées sur la dette.

    Blackrock est passé de 387 millions de dollars d’avoirs en or au 31 décembre 2019 à 1,2 milliard de dollars au 31 mars 2020. Du côté de Morgan Stanley, le montant est passé de 600 millions à 2,05 milliards.
    «Depuis fin mars, pas moins de 550 tonnes d’or, d’une valeur de 30 milliards de dollars au prix actuel [26 milliards d’euros, ndlr], soit à peu près l’équivalent de la production minière mondiale au cours de cette période.
    Les géants de la finance, Morgan Stanley, Bank of America, UBS, Wells Fargo et Blackrock auraient-ils anticipé la catastrophe?

    https://or.fr/actualites/plus-gros-transfert-or-physique-jamais-realise-1863

      +3

    Alerter
    • birin // 05.06.2020 à 19h20

      Si j’ai bien compris, le début de l’article explique ces achats par une raison toute bête, le prix des « contrats à terme » qui a flambé à cause de la fermeture des raffineries suisses, ce qui annonçait une difficulté à honorer ces contrats.
      Beaucoup ont alors acheté de l’or au cours du jour dans le but de le vendre plus cher, le jour même, sous forme de contrats à terme.

      Puis la fin de l’article explique autre chose, la course aux métaux précieux par crainte de l’effondrement du système financier, sous son propre poids, celui des milliers de milliards créés « à cause que la crise mon bon monsieur ».

      Mais cette deuxième explication me semble inverser le phénomène.
      Ces montagnes d’argent fictif, déversé sur la « finance » plutôt que sur le monde concret, permettent à « la finance » de se payer le monde concret, et pas seulement les métaux précieux.
      Le prix payé pour ces actifs n’a que peu d’importance, puisqu’il est payé en argent magique.
      Que cet argent perde ensuite sa valeur n’est que la suite logique du processus, rendre aux actifs leur valeur réelle et éliminer l’intermédiaire fictif qui aura permis le tour de passe-passe.

        +2

      Alerter
      • tepavac // 05.06.2020 à 20h47

        Tout à fait, et en cette période de disette bien de crédules, ou de désespérés, vont échanger des valeurs bien concrète à prix d’or fictif, pour se retrouver avec du papier imprimé.
        Le hold-up du siècle pointe son sale museau…

          +2

        Alerter
      • Alfred // 05.06.2020 à 22h19

        C’est exactement ça. la fin de votre commentaire décrit exactement la situation depuis 2009. C’est un gigantesque bonneteau dont le but est de rafler le tangible avec de la vapeur de pipi de chat. L’action de banque centrales n’a rien à voir avec l’économie mais tout à voir avec le crime organisé.

          +4

        Alerter
  • Lohr64 // 05.06.2020 à 20h28

    USA, 2.5 Million d’emplois crées en Mai, Meilleurs rebond depuis 1939. Le chaumage baisse a 13.5%.

      +3

    Alerter
  • Amsterdammer // 05.06.2020 à 21h09

    « Lorsque Trump écrit « nous allons prendre le contrôle« , cela signifie clairement prendre le contrôle du gouvernement fédéral. »

    Il y a érreur de traduction, je pense, car le gouvernement fédéral, c’est l’Administration Trump, le gouvernement central donc. Le gouvernement du Minnesota, c’est un gouvernement fédéré.

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications