Les Crises Les Crises
13.février.201913.2.2019 // Les Crises

Exclusivité AP : La coalition anti-Maduro est née de discussions secrètes. Par Joshua Goodman, Luis Alonso Lugo et Rob Gillies

Merci 257
J'envoie

Source : Associated Press News, Joshua Goodman, Luis Alonso Lugo & Rob Gillies, 26-01-2019

Juan Guaido

CARACAS, Venezuela (AP) – Selon les participants aux tractations la coalition des gouvernements latino-américains qui se sont joints aux États-Unis pour s’empresser de reconnaître Juan Guaido comme président intérimaire du Venezuela, s’est réunie après des semaines de diplomatie secrète incluant des messages chuchotés aux militants et suite à un voyage à l’étranger à haut risque du chef de l’opposition disputant le pouvoir à Nicolas Maduro.

Selon son allié l’ancien maire de Caracas en exil Antonio Ledezma, à la mi-décembre, Guaido s’est discrètement rendu à Washington, en Colombie puis au Brésil pour informer les responsables de la stratégie de manifestations de masse de l’opposition pour coïncider avec la cérémonie d’investiture de Maduro pour son second mandat le 10 janvier malgré la condamnation internationale généralisée.

Pour quitter le Venezuela, il a dû se faufiler à travers la frontière risquée avec la Colombie afin d’éviter les agents de l’immigration qui ont coutume de harceler les représentants de l’opposition à l’aéroport et les empêchant parfois de voyager à l’étranger, a déclaré un autre dirigeant anti-gouvernement, parlant sous couvert d’anonymat.

L’établissement d’un consensus au sein de la coalition antigouvernementale fragmentée s’est avéré une rude bataille. Pendant des années, l’opposition à été divisée par les ego, la stratégie et la répression du gouvernement, ce qui a poussé plusieurs dirigeants éminents à l’exil, rendant les rencontres physiques impossibles. D’autres personnalités au Venezuela étaient surveillés de près par les services de renseignement, et tous craignaient d’alerter le gouvernement.

De longues séances de rédaction de SMS cryptés sont devenues la norme, a déclaré le chef de l’opposition. Un responsable américain a déclaré que des intermédiaires ont été utilisés pour délivrer des messages au mentor politique de Guaido et figure de l’opposition Leopoldo Lopez, qui est assigné à résidence suite à une tentative avortée de soulèvement de masse contre Maduro en 2014. Le responsable américain a pris la parole sous couvert d’anonymat pour des raisons de sécurité.

Malgré l’assurance de Guaido qu’il se déclarerait président par intérim lors du rassemblement du 23 janvier coïncidant avec l’anniversaire du coup d’État de 1958 qui a mis fin à la dictature militaire du Venezuela, le suspense a duré jusqu’aux heures précédant son annonce, selon un diplomate latino-américain du groupe de Lima qui a demandé l’anonymat parce qu’il n’était pas autorisé à parler avec les médias. Certaines factions modérées ont été délaissées ou souhaitaient une approche plus modérée, craignant qu’un geste audacieux ne conduise à un nouvel échec pour l’opposition. En fin de compte, ces différences ont été aplanies en interne, sans qu’il y ait de discorde publique.

« C’est la première fois, depuis au moins 5 ans, que l’opposition a montré une capacité à converger de manière constructive » disait un officiel canadien aguerri parlant sous couvert de l’anonymat parce que non autorisé à faire des déclarations publiques.

La décision de l’affrontement direct avec Maduro a été possible seulement grâce au vigoureux soutien de l’administration Trump, qui conduit un chœur majoritairement conservateur de gouvernements Latino américains qui ont immédiatement reconnu Guaido.

Cela n’a pas été un mince exploit, comparable récemment seulement avec la façon dont l’hémisphère en 1994 s’est rallié derrière Jean Bertrand Aristide pour le ramener au pouvoir en Haïti après son éviction par un coup d’état, compte-tenu de la méfiance de l’Amérique latine à l’égard des États-Unis, découlant des interventions militaires américaines dans la région pendant la guerre froide. Tout aussi impressionnante est l’approche musclée qui a reçu l’appui des deux partis, deux des démocrates les plus influents du Sénat, Dick Durbin et Bob Menendez, qui ont fait l’éloge de cette approche.

Le moment décisif a été la remarque stupéfiante du président Donald Trump en août 2017, sur les marches de son club de golf du New Jersey, selon laquelle une « option militaire » était sur la table pour faire face à la crise vénézuélienne.

Dans les semaines qui ont suivi, M. Trump a fermement condamné Maduro dans son discours à l’Assemblée générale de l’ONU, ainsi que ses discrets assistants de presse et certains dirigeants latino-américains au sujet d’une invasion militaire du pays.

Dès lors, les pays de la région se sont rendu compte qu’ils avaient un partenaire aux États-Unis qui était prêt à s’attaquer à une crise qui durait depuis des années mais que les gouvernements américains précédents avaient choisi de minimiser en raison de ses implications limitées en matière de sécurité nationale, a déclaré Fernando Cutz, ancien conseiller principal du président Barack Obama et de Trump pour la sécurité nationale en Amérique latine.

Pour certains, en particulier le Mexique, qui renégocie l’ALENA, l’adoption d’une position plus agressive est aussi l’occasion d’exercer une influence dans les relations bilatérales avec l’administration Trump.

« Trump est personnellement à l’origine d’un grand nombre de ces problèmes », a déclaré M. Cutz, qui travaille aujourd’hui pour le groupe Cohen, une société de conseil de Washington. « Carrément dans tous les échanges qu’il a eues avec les dirigeants latino-américains depuis son arrivée au pouvoir, il évoque le Venezuela. Cela a forcé beaucoup de mains. »

Le 4 janvier, la veille de l’investiture de M. Guaido à la présidence de l’Assemblée nationale, les ministres des affaires étrangères de 13 pays du Groupe de Lima, qui ne comprend pas les États-Unis, ont déclaré qu’ils ne reconnaîtraient pas le second mandat de Maduro.

Cela a déclenché une grande agitation à la Maison-Blanche pour s’assurer qu’elle ne serait pas laissée pour compte, a déclaré un ancien fonctionnaire et membre du personnel du Congrès américain qui était en contact étroit avec le Conseil national de sécurité. Tous deux ont parlé sous le couvert de l’anonymat parce qu’ils n’étaient pas autorisés à discuter de la stratégie du Gouvernement.

Le Canada, membre du Groupe de Lima, a joué un rôle clé dans les coulisses, sa ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, s’est entretenue avec M. Guaido la veille de la cérémonie d’investiture de Maduro pour offrir l’appui de son gouvernement s’il affrontait le dirigeant socialiste, a dit le représentant canadien. La Colombie, qui partage une frontière avec le Venezuela et a accueilli plus de 2 millions de migrants fuyant le chaos économique, ainsi que le Pérou et le nouveau président brésilien d’extrême droite Jair Bolsonaro, ont également été actifs.

Gillies a fait un reportage à Toronto et Alonso un autre à Washington. Anna Jean Kaiser, journaliste de l’Associated Press à Sao Paulo, Brésil, y a contribué.

Source : Associated Press News, Joshua Goodman, Luis Alonso Lugo & Rob Gillies, 26-01-2019

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

yack2 // 13.02.2019 à 08h45

l’Amérique latine est un laboratoire mondial de nouvelles guerres que l’on peut qualifiées de fascistes. Alors qu’en Espagne les indépendantistes catalans sont en taule et risquent 25 ans de prison pour sédition ( Pour avoir voulu faire un référendum),nos guignols soutiennent une opposition qui refuse les élections ( voir les déclarations de Zapatero ), les conteste lorsqu’elle ne les gagne pas ( je défis quiconque d’apporter des preuves concrètes de fraudes), organise des manifestations dont la violence armée ( pour ceux qui en doute, prendre connaissance de la loi d’amnistie votée au leur parlement) rangerait nos gilets jaunes au stade de chahut de maternelle.On passe aujourd’hui à un stade ultime ,cette opposition appelle à bombarder son peuple par une puissance étrangère…Cette opposition est qualifiée de démocratique, alors que l’on met en taule les gilets jaunes pour appel à manifestation non déclarées. Résumons si l’on arrive pas à mettre l’opposition en taule ou les menacer de le faire sans aucune preuve( Lula, Zelaya, Glas,Kichner, Lugo etc) le recours à la violence armée devient légitime??? Pour une incise sur la crise économique, 500 000 morts en Irak pour cause de blocus, Trump annonce qu’ils vont détruire la monnaie iranienne et leur économie, le financement (sous les ordre du criminel de guerre Eliot Abrams) des contras du Nicaragua etc etc.Mais au Venézuala rien ne serait de leur faits. De qui se fout-on? Pour finir.Lorsque l’on voit le traitement de la Fi aujourd’hui, ne serait-il pas légitime d’y voir comme d’inquiétantes similitudes systémiques?

48 réactions et commentaires

  • Pyv // 13.02.2019 à 07h54
    • leprolo AUSSEUR Robert // 13.02.2019 à 18h18

      Ausseur Robert : Ah ! Cette France nommée populiste , par la voyoucratie !!! .Qui est , elle , voyoucratie , Incapable de respecter les bases de la laïcité ….Qui nous a approté de si grands bienfaits …….Et encore aujourd’hui !!! = Si çà ne sert pas leurs ambitions et soif de pouvoirs !!! Les résultats des scrutins électoraux ….= Non Respectés !!!……..Si çà leur convient = çà se généraliserait = Les celles et ceux qui se “situent” ? = En charge d’élaborer le droit citoyen , sont les celles et ceux qui sont chargés de les appliquer = Ne les respectent que si cela “les arrange”
      je ne suis engagé dans aucune formation politique !…Celle dont je me sent le moins éloigné c’est la France insoumise …..

        +1

      Alerter
  • Eric83 // 13.02.2019 à 08h29

    En complément : “Comment Chrystia Freeland a organisé le coup d’État de Donald Trump au Venezuela”

    “Lundi 5 février, la ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a annoncé que les 14 pays du groupe de Lima – qui s’étaient formés sous sa direction le 8 août 2017 afin de renverser et de remplacer l’actuel président du Venezuela, Nicholas Maduro – ont maintenant rejoint (bien qu’elle n’ait pas précisé dans quelle mesure) l’UE et 8 autres pays.”

    Par ailleurs cet article qui met en lumière Chrystia Freeland – de famille ukrainienne – et son rôle dans la tentative de regime-change au Vénézuéla, permet d’éclairer la politique étrangère canadienne et notamment le soutien du Canada au régime de Porochenko.

    https://www.zerohedge.com/news/2019-02-07/how-chrystia-freeland-organized-donald-trumps-coup-venezuela

      +17

    Alerter
  • yack2 // 13.02.2019 à 08h45

    l’Amérique latine est un laboratoire mondial de nouvelles guerres que l’on peut qualifiées de fascistes. Alors qu’en Espagne les indépendantistes catalans sont en taule et risquent 25 ans de prison pour sédition ( Pour avoir voulu faire un référendum),nos guignols soutiennent une opposition qui refuse les élections ( voir les déclarations de Zapatero ), les conteste lorsqu’elle ne les gagne pas ( je défis quiconque d’apporter des preuves concrètes de fraudes), organise des manifestations dont la violence armée ( pour ceux qui en doute, prendre connaissance de la loi d’amnistie votée au leur parlement) rangerait nos gilets jaunes au stade de chahut de maternelle.On passe aujourd’hui à un stade ultime ,cette opposition appelle à bombarder son peuple par une puissance étrangère…Cette opposition est qualifiée de démocratique, alors que l’on met en taule les gilets jaunes pour appel à manifestation non déclarées. Résumons si l’on arrive pas à mettre l’opposition en taule ou les menacer de le faire sans aucune preuve( Lula, Zelaya, Glas,Kichner, Lugo etc) le recours à la violence armée devient légitime??? Pour une incise sur la crise économique, 500 000 morts en Irak pour cause de blocus, Trump annonce qu’ils vont détruire la monnaie iranienne et leur économie, le financement (sous les ordre du criminel de guerre Eliot Abrams) des contras du Nicaragua etc etc.Mais au Venézuala rien ne serait de leur faits. De qui se fout-on? Pour finir.Lorsque l’on voit le traitement de la Fi aujourd’hui, ne serait-il pas légitime d’y voir comme d’inquiétantes similitudes systémiques?

      +75

    Alerter
    • Fritz // 13.02.2019 à 08h55

      Merci d’avoir évoqué le traitement des indépendantistes catalans. Trop de commentateurs de ce blog les avaient déconsidérés, en les assimilant à “l’Europe des régions”, alors que l’UE soutenait son gouvernement féal de Madrid (et ne parlons pas de Valls). Je n’accepte pas tout dans le catalanisme, loin de là, mais ce mouvement témoigne au moins d’une recherche de souveraineté.

      Je reviens aux termes du texte proposé – « la coalition des gouvernements latino-américains qui se sont joints aux États-Unis pour s’empresser de reconnaître Juan Guaido comme président intérimaire du Venezuela, s’est réunie après des semaines de diplomatie secrète incluant des messages chuchotés aux militants » ; mince, ce n’est pas du complotisme ? Ça vient de RT ? Non, mais de l’AP.

        +26

      Alerter
      • yack2 // 13.02.2019 à 09h07

        Je ne suis pas très au courant de l’indépendantisme catalan, la seule chose qui me semble évidente est leur soutien populaire démocratique….Qui les envoie en taule. Cela me semblait pertinent pour éclairer le total cynisme et l’ illégitimité de ces guignols dans le combat des droits de l’homme et de la démocratie. Je suis effaré par cette bouillie communicationnelle qui utilise les mots les concepts pour dire le contraire des faits. Cela devient proprement insupportable.

          +15

        Alerter
        • Fritz // 13.02.2019 à 09h57

          Une bouillie insupportable. Pour qualifier « cette opposition [qui] appelle à bombarder son peuple par une puissance étrangère », selon votre expression juste, certains parlent de Résistants – la même inversion avait été pratiquée pour la Libye et la Syrie. On a déjà fait un film sur ces « Résistants vénézuéliens » :
          http://pro.publicsenat.fr/les-resistants-le-combat-des-exiles-venezueliens-venzuela-dictature/

          Quelqu’un connaît ce François-Xavier Frelon ?

            +6

          Alerter
          • yack2 // 13.02.2019 à 10h30

            Je l’ai vu sévir à plusieurs reprises sur les antennes, c’est l’exemple chimiquement pur de la presse CIA, reprises de toutes les manipulations, de tous les éléments de langage américains …..jusqu’au ridicule…. les Usa n’interviennent pas dans l’économie du Venezuela par exemple….Avec les inénarrables Anthony Bellanger et Paranagua il est ce que l’on fait de mieux dans le genre.

              +15

            Alerter
      • Pierre9459 // 13.02.2019 à 11h12

        Je n’accepte pas tout dans le catalanisme, loin de là, mais ce mouvement témoigne au moins d’une recherche de souveraineté.

        Vous voulez faire un trait d’humour je suppose? Regardez bien les manifestations et vous verrez qu’en matière de vœux d’indépendance, on revendique chez ces gens l’appartenance à l’Union Européenne. On a vu nettement mieux (Brexit) en volonté d’indépendance !

          +3

        Alerter
        • Fritz // 13.02.2019 à 12h02

          « ces gens » portent un nom : les Catalans. On les appelle ainsi depuis le XIIe siècle.
          Entre la haine anti-catalane, mêlée de mépris, et l’antifranquisme post mortem de certains défenseurs de la cause catalane, on est mal barré.

          Mais ce qui nous amène à évoquer la Catalogne à propos du Venezuela, c’est l’actualité du procès de Madrid et la différence flagrante dans le traitement médiatique d’une contestation. On peut enrichir la comparaison avec un troisième terme : les Gilets jaunes. Le procès Dettinger est lui aussi d’actualité.

            +9

          Alerter
      • Pinouille // 13.02.2019 à 13h39

        “Je n’accepte pas tout dans le catalanisme, loin de là, mais ce mouvement témoigne au moins d’une recherche de souveraineté.”
        C’est le moins que l’on puisse dire.
        La question est: à partir de quelle échelle une recherche de souveraineté cesse de devenir légitime?
        Un continent? Un pays? Une région? Une ville? Un individu?
        Le cas extrême, où chaque individu fait valoir son droit à disposer de lui même, pose bien le problème d’une nécessaire limite à accorder à ce qui désigne “un peuple” et donc son droit à l’autonomie.
        Et cette limite, une fois fixée, cadre strictement ce qui est autorisé et ce qui est interdit car la stabilité de l’ensemble en dépend directement. Les peines encourues par ceux qui ne respectent pas ce cadre sont à la hauteur de l’enjeu. Ce n’est pas anodin.

          +5

        Alerter
      • medmed // 13.02.2019 à 17h40

        Je suis très septique sur les indépendantistes catalans. Cette région veux l’indépendance uniquement parce qu’elle ne veux plus soutenir le reste de l’Espagne. C’est une indépendance financière qu’elle cherche, parce que la région est prospère économiquement. Il n’y a rien de souverainiste dans cette fuite en avant, uniquement de l’égoïsme et du rejet des autres.
        C’est a mon avis la pire des mauvaise raison d’indépendance. Si demain la catalane coule économiquement elle va pleurer auprès de qui, Madrid ?
        Cette région montre un sentiment de rejet, d’exclusion et de haine des autres. On construit rien avec ça, sinon la guerre.

          +10

        Alerter
        • Haricophile // 14.02.2019 à 02h09

          Ouais, déjà par le passé ils étaient en première ligne pour déclencher des troubles inadmissible contre la république légitime de Franco…

            +1

          Alerter
    • Kiwixar // 13.02.2019 à 10h55

      “indépendantistes catalans”

      Ils ne sont pas indépendantistes, puisqu’ils veulent seulement changer de tutelle (Madrid > Bruxelles). Ce serait presque drôle si ce n’était pas tragique.

        +16

      Alerter
    • Pierre Kiroul // 13.02.2019 à 11h29

      500 000 morts en Irak est bien au-dessous du chiffre réel, et même officiel. On compte en général plus d’un million de morts, avec les conséquences des autres guerres de Syrie, de Libye et Daech un peu partout, et leurs lots de morts civils innocents. Mais pour tous ces “morts par erreur”, à la suite d’une mauvaise information nous dit-on, personne n’a parlé de crime contre l’humanité, c’est sans doute justement parce que c’était “par erreur”. Il pourrait bien se passer la même chose au Vénézuéla, parce qu’il semble que tout le monde ne soit pas bien informé.

        +15

      Alerter
    • Marie Colin // 13.02.2019 à 12h06

      à propos des indépendantistes catalans : il y aurait beaucoup à dire sur cette histoire dans la durée et des manipulations du très, très droitier Rajoy

      Une bonne nouvelle néanmoins : la justice allemande a refusé d’extrader Puigdemont sur la base du délit de “sédition” qui n’existe pas dans le reste de l’Europe…

      Un intéressant point de vue sur l’Espagne “post”-franquiste avec “l’Imposteur” de Javier Cercas.

        +3

      Alerter
    • Sébastien // 13.02.2019 à 12h31

      Vous croyez réellement que c’est Trump qui veut çà?

        +2

      Alerter
    • valo // 13.02.2019 à 13h01

      Je ne vois pas ce que le nom de Jorge Glas vient faire là. Il ne fait pas parti de l’opposition il était vice président et a démissionné alors que son propre parti est toujours au pouvoir à cause justement des preuves accablantes réunies contre son oncle et par la suite contre lui-même. Et ce seulement dans l’affaire des pots de vins de Odebrecht. Mais il y a un certain nombre d’affaires en suspens. Son degrés d’implication dans le cas Balda par exemple. Les 2 policiers emprisonnés dans cette affaire se plaignent que l’avocat de Monsieur Glas profite de soi-disant visites à son client pour venir faire pression sur eux …

        +1

      Alerter
    • NICOLE DE NICOMAQUE // 13.02.2019 à 21h21

      En 2014, les USA ont décidé un embargo vis à vis du peuple Venezuelien pour le punir de “mal voter” – Depuis 2016, celui-ci est entré en vigueur et l’économie s’est effectivement effondrée en bonne part tandis que les réserves de pétrole, d’or, de coltan et de diamant ouvrent l’appétit aux firmes d’Amérique du Nord. Le bourreau US maintenant propose son “aide humanitaire” ….(sans compter les armes qui doivent sans doute se cacher dans quelques camions). Quel est cet étrange pays et cette diabolique “exceptionnalité US” qui pousse un gouvernement à affamer tout un peuple pendant deux années et à trépigner après pour l’envahir sous prétexte de l’aider via un “convoi humanitaire” ? Depuis quand les ONG sont-elle instrumentalisées pour fomenter un putsch militaire ? Depuis quand aide-t-on après avoir tout détruit ?

        +13

      Alerter
      • Jean-Do // 14.02.2019 à 09h59

        Les ONG sérieuses (Croix-Rouge International & C°) ne sont pas “instrumentalisées”, elles sont même en opposition avec le convoi “humanitaire” : elles ont refusé de participer à cette farce.

          +3

        Alerter
      • Louis Robert // 14.02.2019 à 13h06

        L’Empire dont l’UE est une partie intégrante, déploie là ouvertement et impunément un cynisme diabolique. Et dire que les Européens, tant attachés selon eux à leurs dites «valeurs », n’hésitent pas à entrer dans « le jeu » avec toute l’arrogance insouciante requise… insupportable!

          +2

        Alerter
  • Christian Gedeon // 13.02.2019 à 08h58

    La coalition anti Maduro est née de discussions c’est sur. Mais secrètes c’est une blague. Elles ont été tout sauf secrètes et l’entêtement de Maduro et ses rodomontades ont grandement participé à leur réussite. LaRussie continue à soutenir Maduro comme la corde soutient le pendu tout comme le Mexique, et la Chine l’Iran et la Turquie font du soutien à usage interne. Je persiste à dire que Maduro est un idiot qui s’est tire une balle dans le pied avec sa constituante, et qui n’a pas l’ombre du sens politique de Chavez.

      +5

    Alerter
    • yack2 // 13.02.2019 à 09h16

      Pour un idiot sans sens politique, il semble que cet idiot a des capacités de résilience supérieures aux irakiens, syriens, libyens,ukrainiens à ce jour….résistera-t-il à la guerre? Par contre considérer que 160 pays(70% de l’humanité) du monde soutenant Maduro c’est le pendre…..Il semble que vous ne teniez pas compte du mouvement de fond de ces pays de ne plus accepter les oukases de l’auto-proclamée communauté internationale….

        +43

      Alerter
      • Marie Colin // 13.02.2019 à 11h57

        à Yack2 : vous seriez donc un “populiste complotiste”… peut-être même “rouge/brun” – tant qu’on y est ! ;o))

        ça fait déjà un certain temps qu’on nous bassine avec “la communauté internationale” contre la majorité à l’ONU – pour la défense bien organisée des intérêts des occidentaux et de leurs marchands de canons !

        le tout assaisonné d’une propagande assénée sans relâche par lémédia (y compris d’État depuis quelques années – pires que feue l’ORTF qui au moins affichait clairement la couleur !)

        ça me rappelle l’affiche de mai ’68 : “la police vous parle à 20 h”

        désormais c’est 24/24 et 7/7 – au moins pour ce qui concerne le Vénézuelaaaaaa et notre situation interne !

          +14

        Alerter
      • christian gedeon // 13.02.2019 à 16h13

        [modéré] L’alchimie politqiue qu’avait réussi Chavez, à savoir l’appui des classes moyennes moyennes, a été détruite par Maduro,qui est un dogmatqiue qui a tout misé sur la corruption de l’armée et les tickets pour les classes populaires…alors vous pouvez dire ce que vous voulez,mais le type s’est trompé,et pas q’un peu. Il n’ a ni le charisme,ni l’intelligence politqiue de son prédecesseur…Lc’est tout. çà ne va pas plus, loin. ET je vous signale que toute l’Amérqiue du Sud et cenrale,à l’exception du Mexique et de l’Urugay souhaite son départ ou à tout le moins des élections…vous connaissez la situation là bas mieux que les concernés? Si oui,bravo!

          +3

        Alerter
        • Jean-Do // 14.02.2019 à 10h02

          Faux, au moins partiellement: la majorité des pays d’Amérique latine sont opposés à son renversement et ne reconnaissent pas Guaido.

            +3

          Alerter
    • Caliban // 13.02.2019 à 12h22

      “Je persiste à dire que Maduro est un idiot”
      > on est content d’avoir votre opinion, elle manquait cruellement à la compréhension de la situation du Vénézuela
      > car c’est certain, la psychologisation est bien plus pertinente que les données géopolitiques détaillées dans l’article que vous commentez

      Cela dit, avoir une opinion n’est peut-être pas une fatalité, hein ?

        +14

      Alerter
    • Pegaz // 13.02.2019 à 14h47

      @Christian, un autre point de vue sur l’assemblée constituante avec pour rappel qu’en 2013, l’idée d’une Constituante faisait pourtant partie des revendications de la droite « y compris dans ses tendances les plus radicales, rappelle le sociologue Romain Migus. L’opposition y voyait alors le moyen de dénouer la crise ».
      https://www.humanite.fr/venezuela-nicolas-maduro-joue-la-carte-de-la-constituante-635635

      D’autant qu’une assemblée constituante n’a rien d’extraordinaire en soi vu le nombre de pays l’ayant pratiqué.
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Assembl%C3%A9e_constituante

        +11

      Alerter
    • leprolo AUSSEUR Robert // 13.02.2019 à 18h45

      A Christian Gedeon : Ah ! = oui ? ……Et alors ? Le dénigrement terminé = ON ……va ou …….? Si j’écris tout explose , en France …..Dans tous les sens ……Avec ce régime incapable de rassembler sur des bases Républicaines ……Dans le respect de institutions , dont elles , ils nous ont dotés …….La République fout le camps dans tous les sens …….On peut y aller fort ainsi , sans être démentis ……..Avec de solides arguments !!! Et après ……..?

        +0

      Alerter
  • Réfléchir // 13.02.2019 à 10h45

    La crise au Vénezuela (venez, vous, eh, là…) a surtout pour but de détourner et de distraire ceux qui veulent faire avancer les choses dans l’Hexagone.

      +1

    Alerter
    • moshedayan // 13.02.2019 à 17h29

      Le Venezuela s’en sortira sans la France et sans interventions, si sa classe politique en général est intelligente, j’en doute de tous côtés. Mais l’espoir fait vivre. Cela explique pourquoi au Vietnam, en Syrie Français et Américains se sont cassés les dents !
      Quant à la campagne médiatique dans votre pays, rien de nouveau.
      Les médias et dirigeants français, empreints de l’universalisme français, prétendent souvent tout savoir et apporter les solutions ” “Allez hop ! Maduro, à dégager ! ou dégage”. Je trouve cela amusant de voir comment les dirigeants français actuels avancer leurs pions sur l’échiquier mondial, . Tout se fait maintenant au nom de la Démocratie ! ” chantez à tue- tête comme les “valeurs de la République”… Les Français ignorent qu’ailleurs on écoute cette propagande avec étonnement ou sans trop y croire.
      Enfin, vos dirigeants devraient penser à “l’arroseur arrosé”
      ps. Le canon à eau c’est plus efficace et ça fait bien moins mal que les balles de plastiques et les grenades anti-émeutes !” mais là soi-disante 6e puissance mondiale n’a pas les moyens d’acheter ces camions ??? (-pas des italiens ! des tatras ou pire des kamaz Surtout pas ! ils sentent trop le populisme !!!).

        +6

      Alerter
      • Christian Gedeon // 13.02.2019 à 18h21

        Je me marre à chaque fois que je lis que les us se sont cassés les dents au Vietnam devenu aujourd’hui un dragonnet plus ultra-libéral tu meurs sous parapluie….américain. Et avec pour ennemi la Chine qui lui conteste jour après jour telle ou telle île. Les us ont perdu au Vietnam? Quelle bonne blague.

          +2

        Alerter
        • Fritz // 13.02.2019 à 18h37

          Dites-le aux victimes de la guerre du Vietnam. Elles vont se marrer avec vous et, comme elles sont assez nombreuses, ça fera du bruit.
          Chacun se souvient que Gerald Ford incarnait le triomphe américain.

            +9

          Alerter
          • Christian Gedeon // 13.02.2019 à 20h10

            C’est ce qui se passe in fine qui compte. Et cher Fritz vous savez comme moi ce qu’il en est. Ma réalité a ceci de terrible qu’elle est ma réalité. In fine les US ont remporté une victoire totale. Le vietnam est ultra-libéral économiquement et tenu politiquement. Le rêve de l’ecole De Chicago que vous l’admettiez ou pas

              +0

            Alerter
        • moshedayan // 13.02.2019 à 18h41

          Peut-être aurez-vous raison peut-être pas, les Français vous avez du mal à nuancer, je parlais de l’époque 1975, maintenant c’est une autre époque, certes… L’Occident se vante sur le “libéralisme” vietnamien, comme chinois d’ailleurs. Au Vietnam, il y a aussi un seul parti comme en Chine, et si vous faites n’importe quoi sous le drapeau du “libéralisme” vous vous trouvez en prison… Le Vietnam a fermé la base soviétique, mais elle n’est pas étrangère à l’histoire “atomique” de la Corée du Nord, et elle a renoué des relations solides avec la Russie de Poutine (sur le plan industriel et sur la présence de travailleurs immigrés et étudiants vietnamtsi -c’est juste plus discret, fini le “camp socialiste”… Les Vietnamiens sont souples et subtiles et sans illusion sur les Etats-Unis, sur ce point j’ai eu des doutes mais plus depuis quelque temps…
          ps : c’est comme les efforts du Quai d’Orsay pour saboter tout rapprochement économique entre la Tchéco-Slovaquie et la Russie pour le prolongement du Turkstream 2 (“metteuz d’brin” !!!)

            +5

          Alerter
        • Caliban // 13.02.2019 à 23h42

          @Christian Gedeon

          “sous parapluie….américain.”

          L’armée du Viet Nam … dispose entre autres de plus de 1 000 pièces d’artillerie antiaérienne et de récentes batteries de missile sol-air S-300 russe.
          > https://fr.wikipedia.org/wiki/Arm%C3%A9e_populaire_vietnamienne#La_force_a%C3%A9rienne

          Pas si facile que cela de tenir politiquement celui qui vous a foutu dehors, hein ?

          Il serait plus juste de dire que l’armée yankee a perdu la guerre et que c’est la population vietnamienne qui a payé l’addition sur plusieurs décennies.

          Mais pour en arriver à cette conclusion, faut juste ôter ses oeillères de demi-habiles (https://fr.wiktionary.org/wiki/demi-habile). Cela consiste en principe – au lieu de “se marrer” – à interroger ses propres certitudes.

          Cela vous paraît si compliqué soit d’utiliser Google pour vous renseigner, soit de nous transmettre vos sources ?

            +4

          Alerter
  • Pegaz // 13.02.2019 à 12h13

    Feu complot, puisque c’est au tour de la presse decodex-compatible de nous présenter quelques images de ses coulisses. Par contre l’ingérence en devient factuelle et audible pour les otages de la bien pensance.

    D’autres informations sur ces coulisses, dont le travail journalistique n’a pas bénéficié de ces “nombreuses révélations” sous couvert d’anonymat. Autres différences notables, le ton et l’impartialité.

    Un autre son de cloche sur Guaido l’intérimaire président autoproclamé et accessoirement marionnette des USA. – 11/02/2019
    https://www.tdg.ch/monde/ameriques/juan-guaid-vrai-messie-simple-marionnette/story/11358627

    Bruits de bottes en Colombie – 04/02/2019
    https://www.tdg.ch/monde/ameriques/Bruits-de-bottes-en-Colombie/story/21038988

      +6

    Alerter
  • Fritz // 13.02.2019 à 12h29

    Heureusement, notre pays respecte les droits de l’homme, pas comme au Venezuela :
    https://www.20minutes.fr/societe/2450047-20190213-gilets-jaunes-garde-vue-employe-boulangerie-refuse-servir-policier

    Dix jours après avoir conseillé à un policier d’aller voir ailleurs, un employé de boulangerie a été placé en garde à vue pour « refus de vente et outrage sur personne dépositaire de l’ordre public ».

    Le verbatim de cet outrage à notre sainte et glorieuse police :
    – Tu vois une arme ?, dit le policier qui tutoie l’employé.
    – Je ne sais pas, je vous préviens juste, pas d’arme dans [inaudible : sans doute “le magasin”]
    – Ok donc c’est bon on peut passer ?, rétorque le policier.
    – Si vous n’avez pas d’arme, c’est bon.
    – Bon je crois que je vais aller ailleurs et après je peux aussi aller regarder ailleurs, vous avez plein de vitrines…

      +11

    Alerter
    • Garibaldi2 // 14.02.2019 à 01h37

      Le policier : ”Bon, je crois que je vais aller ailleurs et après je peux aussi aller regarder ailleurs, vous avez plein de vitrines …”

      C’est bien une menace non ? Refus de protéger les vitrines de la boutique en cas de nécessité.

      Je n’ai jamais vu une telle répression judiciaire et autant de manifestants blessés gravement. Et je ne suis pas un perdreau de l’année !

        +8

      Alerter
  • Eric83 // 13.02.2019 à 14h13

    Où sont passés les merdestream français ? Ah, ben oui, cette nouvelle sortie hier aux US est très, très, très embarrassante.

    La commission d’enquête du sénat US sous l’égide des “Républicains” ET des “Démocrates” a conclu, après 200 auditions et 300 000 documents…à l’absence de collusion de Trump avec la Russie.
    Ce qui fait s’étrangler les médias aux ordres des anti-Trump qui n’ont eu de cesse depuis 2 ans de manipuler l’information pour discréditer Trump, le pousser à la démission ou à sa destitution.

    https://www.zerohedge.com/news/2019-02-12/watch-msnbc-reporters-squirm-during-live-update-no-collusion-intel-committee-news

      +17

    Alerter
  • NICOLE DE NICOMAQUE // 13.02.2019 à 21h28

    Courrier /M.Zapatero

    Venezuela : Lettre de Rodriguez Zapatero à l’opposition :
    8 Février 2018 / Traduction : Françoise Lopez pour Bolivar Infos.
     
    Messieurs,
     
    Après avoir travaillé sans relâche pendant 2 ans pour une coexistence pacifique, démocratique pour surmonter les problèmes économiques et sociaux du Venezuela et dans l’esprit de réconciliation de tous les Vénézuéliens et après d’énormes efforts de dialogue, soutenus ces derniers mois par l’effort exemplaire du président et du chancelier de la République Dominicaine avec l’accompagnement d’un groupe de pays amis, cela s’est achevé par un consensus de base pour un grand accord qui suppose un espoir réel et courageux pour l’avenir du Venezuela qui s’est concrétisé dans un document présenté aux parties qui donne une réponse aux questions essentielles discutées pendant des mois, à savoir, l’accord pour des élections avec des garanties et un consensus sur la date des élections, la position concernant les sanctions contre le Venezuela, les conditions de la Commission sur la Vérité, la coopération face aux défis sociaux et économiques, l’engagement pour une normalisation des institutions, les garanties pour la mise en œuvre de l’accord et l’engagement pour un fonctionnement et un développement tout à fait normal de al politique démocratique.

    D’une façon qui m’a surpris, le document n’a pas été signé par les représentants de l’opposition. Je ne juge pas les circonstances ou les raisons mais mon devoir est de défendre la vérité et mon engagement est de ne pas considérer comme perdu un engagement historique entre Vénézuéliens.
     
    C’est pourquoi je vous demande, en pensant à la paix et à la démocratie, que votre organisation signe officiellement l’accord que je vous envoie puisque le Gouvernement s’est engagé à respecter scrupuleusement ce qui a été décidé.
     
    Je formule cette demande parce que je suis profondément convaincu de la nécessité de cet accord et que je me suis engagé pour qu’il soit mis en œuvre.
     
    J’espère que vous répondrez favorablement,
     
    Recevez un salut cordial,
     
    Signé : José Luis Rodriguez Zapatero

      +1

    Alerter
  • Fritz // 13.02.2019 à 22h30

    La nouvelle vient de tomber : Christophe Dettinger est condamné à 30 mois de prison, dont 12 mois fermes.
    Il avait frappé à terre un pandore qui avait matraqué une manifestante, et boxé un autre pandore casqué.
    Une autre nouvelle est tombée aujourd’hui : Jérôme Rodrigues a perdu l’usage de son œil.
    Le flic qui l’a éborgné se porte bien, merci pour lui.

      +9

    Alerter
  • Garibaldi2 // 14.02.2019 à 01h58
  • Garibaldi2 // 14.02.2019 à 02h02
    • Fritz // 14.02.2019 à 09h32

      Merci pour ces trois vidéos. Arrêtons de parler de “forces de l’ordre” : le mot juste est “répression”.

        +3

      Alerter
      • Garibaldi2 // 14.02.2019 à 16h14

        Le nombre de gardes à vue et de déferrements est hallucinant, je n’ai jamais vu ça, même en 1968, ou lors des manif des sidérurgistes fin des années 70.

        Concernant Maduro, sur euronews une interview de 20 minutes. Détail : à l’oreille gauche il a soit une prothèse auditive, soit une oreillette.

          +2

        Alerter
  • Max // 14.02.2019 à 08h05

    Deux grands pays de la région, l’Argentine et le Brésil avec des présidents plutôt issu de la gauche ont joué la carte de la démocratie à la sauce occidentale et se sont retrouvés en prison ou/et poursuivit par les tribunaux.
    Nombre de personnalités de ces gauches sont maintenant tout simplement interdits de se faire élire afin de permettre a une nouvelle gauche respectueuse des lois made in USA de les remplacer définitivement.
    Cela Maduro l’a parfaitement comprit et il sait que si il abdique, son pays passera sous la tutelle des USA grâce a la caution de Guaido et lui-même finira en prison comme Lula et même physiquement éliminé.

      +4

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications