Les Crises Les Crises
24.décembre.201924.12.2019 // Les Crises

Faire avancer l’OTAN dans le Golfe Persique – Par Paul R. Pillar

Merci 89
J'envoie

Source : Lobe Log, Paul R. Pillar, 24-10-2019

Mark Esper (Ministère de la Défense via Wikimedia Commons)

Le secrétaire à la Défense Mark T. Esper est à Bruxelles cette semaine pour une réunion des ministres de la défense de l’OTAN, avec l’incursion turque et les événements connexes en Syrie susceptibles de figurer en bonne place dans les discussions. Mais Esper a un autre point à l’ordre du jour qui découle de l’obsession de l’administration Trump d’affronter l’Iran : amener les alliés à contribuer davantage à la défense de l’Arabie saoudite. M. Esper avait déjà soulevé la question lors d’une réunion avec ses homologues de l’OTAN en juin, lors de laquelle l’administration avait demandé plus de contributions pour faire face à ce qu’elle décrit comme une menace iranienne dans le golfe Persique, ce qui a été accueilli avec peu d’enthousiasme.

L’OTAN n’est pas étrangère aux opérations hors zone. Les objectifs de ces opérations étaient généralement faciles à comprendre du point de vue de l’Alliance, même lorsqu’ils se sont éloignés de l’objectif initial de l’OTAN de faire face aux menaces militaires classiques en Europe. Les efforts importants déployés par l’Alliance en Afghanistan, par exemple, ont été considérés comme une opération antiterroriste. Une autre activité visant à contrer les menaces non étatiques qui pourraient affecter les intérêts économiques et sécuritaires des États membres a été une opération anti-piraterie au large de la Corne de l’Afrique. En ce qui concerne la région du golfe Persique, l’opération dirigée par les États-Unis en 1990-1991 qui a renversé l’agression de l’Irak contre le Koweït n’a pas été menée sous les auspices de l’OTAN, mais elle a inclus tous les principaux membres de l’alliance.

De telles circonstances ne s’appliquent pas à la tentative actuelle des États-Unis de faire participer les alliés à leur confrontation contre l’Iran. Ni l’Iran ni aucun autre État du golfe Persique n’a commis d’agression aussi flagrante que ce que l’Irak de Saddam Hussein a fait au Koweït. Les alliés européens voient que ce sont les actions des États-Unis – leur reniement de l’accord limitant le programme nucléaire de l’Iran et leur déclenchement d’une guerre économique sans restriction contre l’Iran – qui ont directement conduit cette année à l’augmentation des tensions et des risques de guerre dans le Golfe Persique. Ils voient que ce sont les États-Unis qui ont lancé une campagne pour retirer le pétrole du golfe Persique (c’est-à-dire le pétrole iranien) du marché. Plus largement, les alliés ne voient aucune raison de prendre parti – surtout dans la mesure où ils devraient engager leurs propres ressources militaires – dans des querelles régionales et des compétitions telles que celle entre l’Arabie saoudite et l’Iran.

Faire pression pour que l’Europe s’implique davantage dans ce conflit est donc probablement une mauvaise façon de dépenser les quelques avantages politiques qu’Esper pourrait dépenser avec ses alliés sur ce sujet. Les États-Unis pourraient également tirer profit de l’expérience des alliés, dans la mesure où la prise de position rigide dans les querelles régionales dans le Golfe ne profite pas plus aux intérêts américains qu’aux intérêts européens.

Ce sujet représente un sous-ensemble d’une tendance américaine plus générale, qui ne se limite pas à l’administration Trump, à supposer que d’autres États voient les menaces et les lignes de conflit de la même façon que les États-Unis, ou à insister pour que d’autres États voient les menaces de cette façon et qu’ils répondent de la façon dont les États-Unis veulent réagir. Cette myopie est à l’origine de l’échec de l’administration actuelle à faire avancer son idée d’une alliance de type OTAN d’États sunnites amis au Moyen-Orient. Les différends entre les Arabes du Golfe sont l’une des principales raisons de cet échec. L’échec est heureux, dans la mesure où la division entre ceux qui font partie ou non de l’alliance proposée ne correspond à aucune division entre ceux qui déstabilisent ou non la région, et une telle alliance serait un autre instrument pour entraîner les États-Unis dans les querelles des autres peuples.

Ce type de myopie est également impliqué dans un contretemps impliquant le redéploiement des troupes américaines évacuées du nord-est de la Syrie. Esper a annoncé que ces troupes se rendraient dans l’ouest de l’Irak et qu’elles s’en serviraient comme base pour continuer à combattre l’EI, mais le gouvernement irakien n’a manifestement pas la même opinion. Ce gouvernement, qui a de bonnes raisons politiques et de sécurité pour réduire au minimum la présence de troupes américaines sur le sol irakien, a déclaré que les troupes peuvent se redéployer via l’Irak, mais ne sont pas les bienvenues pour y rester. C’est un autre exemple de la façon dont les relations extérieures des États-Unis seraient plus harmonieuses et plus efficaces si ceux qui les gèrent consacraient davantage d’efforts à comprendre comment les autres États et les autres personnes perçoivent leurs problèmes et le monde.

Paul R. Pillar est Senior Fellow non résident au Center for Security Studies de l’Université de Georgetown et Associate Fellow du Center for Security Policy de Genève. Il a pris sa retraite en 2005 après une carrière de 28 ans dans la communauté du renseignement aux États-Unis. Il a notamment occupé les postes d’agent de renseignement national pour le Proche-Orient et l’Asie du Sud, de chef adjoint du DCI Counterterrorist Center et d’adjoint exécutif du directeur du renseignement central. Il est un ancien combattant de la guerre du Vietnam et un officier à la retraite de la Réserve de l’armée américaine. M. Pillar est diplômé du Dartmouth College, de l’Université d’Oxford et de l’Université de Princeton. Ses ouvrages comprennent Negotiating Peace (1983), Terrorism and U.S. Foreign Policy (2001), Intelligence and U.S. Foreign Policy (2011) et Why America Misstandands the World (2016).

Source : Lobe Log, Paul R. Pillar, 24-10-2019

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

LibEgaFra // 24.12.2019 à 09h18

Les USA n’ont qu’un seul but: mettre le reste de la planète en coupe réglée au seul profit de leurs multinationales. Ils n’ont pas d’amis, seulement des vassaux et des esclaves. Que les dirigeants occidentaux ne l’aient pas compris laisse pantois. Il est vrai qu’ils sont parvenus au pouvoir en tant que marionnettes après avoir démontré leur soumission. Mais ce manque de fierté…

4 réactions et commentaires

  • LibEgaFra // 24.12.2019 à 09h18

    Les USA n’ont qu’un seul but: mettre le reste de la planète en coupe réglée au seul profit de leurs multinationales. Ils n’ont pas d’amis, seulement des vassaux et des esclaves. Que les dirigeants occidentaux ne l’aient pas compris laisse pantois. Il est vrai qu’ils sont parvenus au pouvoir en tant que marionnettes après avoir démontré leur soumission. Mais ce manque de fierté…

      +37

    Alerter
    • Blabla // 24.12.2019 à 11h18

      Ils le comprennent mais ne le disent pas. Ils savent que ce sont des marionnettes, mais jouent les maîtres devant leur peuple.
      Pour avoir une idée de notre futur, regardez les dirigeants passés de l’Amérique Latine, dits « compradores » : ils étaient tous dans ce cas (et voyez également l’évolution des nations)

        +10

      Alerter
  • Fritz // 24.12.2019 à 09h37

    Parler de l’OTAN, en 2019, c’est comme si la Sainte-Alliance ou l’Axe Rome-Berlin existaient de nos jours.
    Il faut arracher à cette organisation de tartuffes son masque de normalité. Elle n’est ni légitime ni respectable.

      +30

    Alerter
    • Louis Robert // 24.12.2019 à 16h30

      C’est donc l’Empire qui doit cesser d’exister. Dès lors, de l’OTAN il ne sera même plus question.

        +5

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications