Sur la scission des banques, une reculade majeure s’organise en catimini : la promesse présidentielle n’est pas tenue, le débat est étouffé, et la réforme Moscovici réussit à cumuler les deux défauts des autres réformes, en pire. Ce n’est pas seulement agaçant, c’est grave. À la presse et à la représentation nationale de le dire.

Jérôme Cazes

Jérôme Cazes

Le ministre de l’Économie, Pierre Moscovici, présente un projet de réforme des banques en conseil des ministres. Qu’en penser ?

Partons de deux évidences. Cette réforme n’est pas la scission des grandes banques entre banques de marché d’un côté, banques de crédit et de dépôt de l’autre. Chacun avait pourtant compris que c’était là l’engagement solennel du candidat François Hollande. Seconde évidence : le débat qui fait rage dans les autres pays n’a pas eu lieu en France : la réforme a été préparée dans le silence des cabinets.

Le soupçon est alors forcément qu’une reculade majeure s’organise en catimini sous la pression du lobby bancaire.

Oublions ce préjugé et analysons techniquement le projet. Le soupçon se confirme malheureusement : la réforme Moscovici réussit à cumuler les deux défauts des autres réformes (Vickers au Royaume-Uni, Volcker aux États-Unis et Liikanen en Europe), en pire.

– Le projet Moscovici présente le même défaut que la réforme Volcker, désormais reconnu par les spécialistes : reposer sur une frontière incontrôlable, qui sera mise en pièces par les innovations bancaires. Volcker veut interdire aux banques les activités pour leur propre compte. Pierre Moscovici vise les activités financières “qui ne servent pas au financement de l’économie”.

[…]

 

 

Jérôme Cazes
Président du Club des Vigilants
source : Les Echos

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

10 réponses à [Reprise] Les Français ne méritent pas le projet de réforme bancaire de Pierre Moscovici, par Jérôme Cazes

  1. Dan Le 14 avril 2013 à 07h46
    Afficher/Masquer

    xit Alain Juppé, Valérie Pécresse, Nathalie Kosciusko-Morizet, Laurent Wauquiez, Jeannette Bougrab… Place à François Hollande, Pierre Moscovici, Arnaud Montebourg, Marisol Touraine, Najat Vallaud-Belkacem, Aquilino Morelle (plume du Président), etc.

    « Enfin des têtes nouvelles ! » entend-t-on ici ou là. Nouvelles ? Tout est relatif, quand on sait décrypter la liste ci-dessus : en fait, tous ces « Young Leaders » de l’UMP ont laissé la place à des « Young Leaders » du Parti socialiste. Car François Hollande et Pierre Moscovici depuis 1996, Marisol Touraine et Aquilino Morelle depuis 1998, Arnaud Montebourg depuis 2000 et Najat Vallaud-Belkacem depuis 2006, sont tous des « Young Leaders ». Tous ont été minutieusement sélectionnés et « formés » par ce très élitiste réseau Franco-Américain, inconnu du grand public, sponsorisé entre autres par la banque Lazard. En d’autres termes, ils ont tous postulé et se sont fait parrainer pour être admis à suivre ce programme phare mis en place par la FAF, la French American Fondation. La FAF est elle-même un organisme à cheval sur Paris et New-York, créée en 1976 conjointement par les présidents Ford et Giscard d’Estaing. A noter qu’entre 1997 et 2001, John Negroponte présida la FAF, avant de devenir entre 2005 et 2007, sous Georges Bush, le premier directeur coordonnant tous les services secrets américains (DNI), dirigeant l’US States Intelligence Community (qui regroupe une quinzaine de membres, dont le FBI et la C

    En savoir plus sur http://www.atlantico.fr/decryptage/gouvernement-hollande-formation-plus-atlantiste-qu-on-pourrait-croire-benjamin-dormann-366638.html#zDvcASEqV0qZi1qa.99

    Comment voulez vous qu’ils défendent les intérêts de la France et des français , la reforme bancaire ils l’ont torpillé !!


    • BIGGLOP Le 14 avril 2013 à 13h59
      Afficher/Masquer

      En dehors du fait qu’il soit un Young Leader, il a aussi bénéficié de sa fonction de vice-président du Cercle de l’Industrie alors qu’il était député.
      Le Cercle est un lobby patronal auprès des institutions européennes fondé en 1993 par DSK et Raymond Lévy (Renault). En 2011, le Cercle s’est associé à l’UIMM et au Groupe des Fédérations Industrielles pour fonder le think-tank ”La Fabrique de l’Industrie”.
      Ainsi, entretient-il des liens étroits avec les décideurs économiques et financiers français et européens.
      Bien sûr, il n’y a pas de conflit d’intérêt.
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Cercle_de_l%27Industrie
      Il ne faut donc pas être surpris par le contenu de cette loi bancaire.


  2. FLURY Le 14 avril 2013 à 09h13
    Afficher/Masquer

    Bonnes questions. C’est précisément maintenant, en pleine confusion déclenchée par les affaires qu’il faut “culpabiliser” les élus et l’éxécutif. Le report à mai cache une volonté de passer en catimini. Ne laissons pas retomber la vigilance et maintenons plus que jamais la tension.


  3. helicopter-ben Le 14 avril 2013 à 09h24
    Afficher/Masquer

    Je suis à la fois terrorisé et curieux de voir quelle sera la réaction des contribuables français quand nos chères banques vont faire faillite… Curieux de voir si l’humanité s’en remettra ou sombrera dans l’anarchie? Terrorisé pour mes proches qui ne seront en sécurité nulle part…


  4. JPS1827 Le 14 avril 2013 à 10h15
    Afficher/Masquer

    [URL=http://www.casimages.com/img.php?i=13041410163012909611083315.jpg[img]http://nsm08.casimages.com/img/2013/04/14//13041410163012909611083315.jpg[/img][/URL]


  5. ODIN Le 14 avril 2013 à 10h28
    Afficher/Masquer

    Moi, j’ai déjà prévenu mon banquier, si d’aventure il lui venait à l’idée de faire payer son incompétence par les clients qui lui ont fait confiance, il peut recommander son âme satanique à Dieu.


  6. Blackisto Le 14 avril 2013 à 11h22
    Afficher/Masquer

    Très bel article.
    Si les Français consacraient autant d’énergie contre cette réforme avortée que sur le mariage gay (une mesure qui fait partie du programme du président élu – au passage) ils obtiendraient bien des choses.
    Au delà de l’aléa moral et des incroyables conflits d’intérêts, il en va pourtant de leurs propres économies …


    • Jaggy Le 16 avril 2013 à 00h39
      Afficher/Masquer

      Le mariage gay faisait partie du programme de Hollande, oui… mais cela ne veut pas dire que les français sont pour son projet.
      1. Le problème c’est qu’entre Sarkozy et Hollande, beaucoup ont choisi le moins pire, enfin celui qui semblait le moins pire à ce moment-là.
      2. Les français sont majoritairement pour le mariage gay… mais contre l’adoption par des homosexuels. C’est là qu’est le problème. Le projet de Hollande incluant à la fois le mariage et l’adoption, ben la majorité des français est contre. Malgré le matraquage médiatique, qui essaie de nous faire croire que si on est contre, on est d’extrême droite – tient ! Voilà qui ressemble furieusement à ce que l’on dit des français qui ne veulent pas de l’UE ! Comme c’est étrange… – les français restent contre.


  7. cording Le 14 avril 2013 à 18h59
    Afficher/Masquer

    C’était une illusion de penser que le PS allait s’attaquer à la toute puissance des banques puisque c’est l’un d’entre eux Pierre Bérégovoy qui en 1986 a déréglementé la finance.


  8. Tikehau Le 14 avril 2013 à 19h18
    Afficher/Masquer

    Cet article a été publié le 13/12/2012.

    Je n’ai qu’une seule explication : puisque rien n’a changé, c’est que le temps c’est bien arrête le 21 décembre 2012 et que nous rêvons tous que nous débattons sur le blog d’Olivier Berruyer.

    En conséquence il n’y aura point d’apocalypse financière, puisque de réveil il ne peut y avoir.

    Une autre preuve pour vous convaincre ?

    Pierre Moscovici vous semble-t-il “réveillé” sur la scission des banques ?


Charte de modérations des commentaires