J’étais invité ce matin de BFM Business dans Good (very) Morning Business de Stéphane Soumier :


J’en profite pour un petit complément, sur un sujet dont nous allons entendre parler : les grosses banques à Chypre :

Chypre crise dette

Éloquent – d’autant contrairement à la France, il y en a encore beaucoup qui suivent à Chypre…

Pour finir sur la fable du dépôts des banques, je vous rappelle qu’un vrai braquage du fonds de garantie de nos dépôts a lieu actuellement au sein de la loi bancaire – dans l’indifférence générale. (après, le jour où ça arrivera, on chouinera encore sur le fait que nous soyons de pov victimes du manque de démocratie…).

49 réponses à [Chypre] Mon intervention de ce matin sur BFM Business

  1. Renaud Bouchard Le 22 mars 2013 à 14h16
    Afficher/Masquer

    Dure mission que la vôtre, Cher M. Berruyer, que d’expliquer la réalité du monde financier à votre interlocuteur…J’en viens même à me demander s’il lit votre blog, s’il a entendu parler de Jorion, Sapir, Lordon , Sarton du Jonchay, Werrebrouck etc.Cette chaîne de radio est épatante. Quand je pense à cet autre intervenant gestionnaire d’un fonds en marmelade et qui vient encore vous dire la bonne aventure…
    Merci et à bientôt.

    Bien à vous, Renaud Bouchard


    • JimFo Le 22 mars 2013 à 17h07
      Afficher/Masquer

      BFM Business invite aussi régulièrement Philippe Béchade, Jacques Sapir, Olivier Delamarche, qui critiquent régulièrement ce système aussi.

      Stéphane Soumier est aussi là pour polémiquer et pour aller un peu à l’encontre de son interlocuteur, quitte à ne pas être cohérent avec lui-même, sinon la discussion serait plate et sans intérêt. Le but premier n’est pas de faire la promo d’Olivier Berruyer (ou de lui), mais de tester la pertinence des analyses d’Olivier. De fait, je pense qu’il est un peu vite dit de votre part que Stéphane Soumier ne comprend pas le monde financier qui l’entoure simplement en ayant regardé cette vidéo. Stéphane Soumier fait par ailleurs d’excellentes analyses sur des entreprises et ce qu’il se passe autour. Peut-être un peu moins sur ses analyses financières/macro, mais je ne crois pas que ce soit son boulot.


      • Louis Le 22 mars 2013 à 22h47
        Afficher/Masquer

        Petit article du monde sur SS: http://www.lemonde.fr/culture/article/2012/12/28/stephane-soumier-business-modele_1809332_3246.html

        “C’est un peu par hasard que cet ancien grand reporter qui a couvert au début des années 1990 les conflits à travers le monde pour Europe 1 est devenu un des chantres de l’économie libérale.[…]Les débuts sont pourtant difficiles. “Je n’avais jamais ouvert Les Echos, je faisais des interviews en langues étrangères. Je comprenais un mot sur deux des réponses des gens que je recevais. Je n’en menais pas large”, se souvient-il.”

        Il comprend peut etre chaque mot a present….mais il manque encore la comprehension, une vision globale et les bases 😉


  2. TZYACK Le 22 mars 2013 à 14h38
    Afficher/Masquer

    Pourquoi n’avoir pas imposé une souscription obligatoire à un emprunt obligataire garanti par l’Etat par tous les déposants en proportion de leurs avoirs nets, au lieu d’une “taxe” sans réelle contrepartie fongible ?


    • medomai Le 22 mars 2013 à 14h46
      Afficher/Masquer

      Rhoo tout de même Olivier, vous ne souhaiteriez quand même pas secrètement à l’insu de votre plein gré une faillite bancaire généralisée, juste histoire de montrer que nous avions parfaitement raison d’exiger une séparation bancaire stricte des banques de dépôt et des banques d’investissement….???

      Rhoo tout de même, Olivier, c’est pas bien… 🙂


  3. Fabrice Le 22 mars 2013 à 15h17
    Afficher/Masquer

    très bonne intervention vous êtes plus à l’aise, bon cette fois il est d’accord avec vous donc il vous laisse développer. ^^


  4. Ankou78 Le 22 mars 2013 à 16h56
    Afficher/Masquer

    D’accord avec Olivier quand sur la fin il crache le morceau: il fallait suivre la solution N°1, même avec quelques aménagements mineurs, donc mettre ces banques en faillite.

    C’est une des clés du problème, même si je l’apparente à une rustine face aux enjeux réels.

    Il faut constituer un groupe au niveau mondial d’experts indépendants, et mettre en place un autre Système que celui qui nous gouverne.

    Je rêve, oui. J’ai le droit, non? On m’enlèvera les quelques sous en banque, mais pas ça!


  5. Gbalou Le 22 mars 2013 à 17h07
    Afficher/Masquer

    Olivier,

    le cas chypriote est particulier. Je peux comprendre que la proposition allemande de décider de la faillite des banques chypriotes était le meilleur scénario. Maintenant, je ne suis pas sûr que cet exemple puisse – comme un effet de levier – être une règle lorsque la banque est trop importante….

    Il y a un point important tout de même sur la manipulation des chiffres, des bilans comptables et autres statistiques. Peut-on avoir une explication claire sur les bilans des banques ? Il y a des gens sérieux qui travaillent en France sur ces données.


    • caroline Porteu Le 22 mars 2013 à 18h03
      Afficher/Masquer

      @gbalou

      La seule clarté vient désormais de ces chiffres
      67 000 Milliards de shadow banking ..
      chiffres officiels .. donc , aucun chiffre bancaire ne peut être désormais pris au sérieux, tant que des mesures de régulation et de transparence n’auront pas été imposées .
      Et là on ne parle même pas de produits toxiques , comme évoqués par Olivier dans son interview , mais bien de magouilles en cours.

      Derrrière ces montants invraisemblables on peut trouver tout et n’importe quoi .

      Pire ils autorisent une véritable mafia dangereuse et perverse qui joue totalement contre les peuples européens

      A titre d’exemple :
      Deutsche Borse , société allemande d’origine , qui détient la bourse de Francfort est la maison mère de Clearstream , chambre de compensation des flux financiers .. Et a par cette filiale une vue parfaite sur toutes les opérations en zone euro .. Par exemple, qui a mis ses milliards à l’abri à Chypre avant l’annonce du 16 Mars .

      Mais elle a aussi une autre filiale du nom d’Eurex .. qui elle, émet des produits spéculatifs sur dette souveraine .. avec les informations sur les flux dont dispose Clearstream , avouez quand même que cela devient très facile ..

      Et pour en revenir au problème Chypriote par exemple , Eurex a également une autre filiale , du nom d’EEX , qui est la plate forme Européenne des contrats à terme concernant le gaz naturel . Avouez quand même que tout cela fait totalement penser à un juge et partie total , délits d’initiés en plus .. et une corruption au plus haut niveau des Institutions (BCE ) pour tolérer un tel montage ..

      D’ailleurs il parait que Jorg ‘Asmussen au CV impressionnant : nommé en 2011 à la BCE et qui s’occupe également de siège au Comité directeur de la SoFFin (fonds de sauvegarde des banques), au Conseil de la Bafin (autorité de surveillance financière) et du „Wirtschaftsfonds Deutschland“ (Fonds économique allemand), qui attribue des garanties aux entreprises, sans contrôle parlementaire. Il est également l’un des six membres du groupe des experts „Neue Finanzmarktarchitektur“6. Ce Gremium doit proposer de nouvelles règles au Marché en vue d’augmenter sa transparence ,

      vit avec Henriette Peucker, qui dirigea de janvier 2003 à mars 2010 la représentation à Berlin de la Deutschen Börse

      A ce niveau de corruption interne , comment voulez vous que les chiffres bancaires aient une quelconque signification ?

      Source officielle du chiffre du shadow banking et encore, ce sont ceux de 2011: http://www.financialstabilityboard.org/publications/r_121128.pdf


      • Gbalou Le 22 mars 2013 à 19h32
        Afficher/Masquer

        Merci de cette réponse ! Je vais regarder cela dans le détail.


  6. elgringo Le 22 mars 2013 à 17h35
    Afficher/Masquer

    olivier, je vous ai trouvé assez brouillon sur la première moitié de votre intervention, mais la fin était plus claire et donnait des pistes.

    merci à vous bonne continuation


  7. BIGGLOP Le 22 mars 2013 à 18h16
    Afficher/Masquer

    Merci Olivier pour cette intervention dense où vous avez abordé nombre de sujets qui ”fâchent”.

    Chypre a demandé un plan de sauvetage depuis juin 2012 et c’est aujourd’hui, au pire moment, que les eurocrates interviennent provoquant (volontairement ou non) un chaos invraisemblable.

    Ce qui risque d’en ressortir :
    – l’illusion de la garantie des dépôts bancaires
    – le ”sauvetage” d’un paradis fiscal. J’ai lu un article qui précisait que les capitaux russes ne faisaient qu’un aller-retour entre la Russie et Chypre (blanchiment pour réinvestissement dans l’économie russe).
    Ainsi, les paradis fiscaux auront de beaux jours devant eux et plus particulièrement le shadow banking, poumon des échanges financiers mondiaux.
    – risque de bankrun généralisé (lors de la crise des banques espagnoles, 247 mds€ ont quitté le pays).

    Pour info, Paul Jorion devrait être auditionné par l’Assemblée Nationale (le 26 ou 27 mars), sur les paradis fiscaux, sans préciser s’il s’agit d’une commission, d’un groupe de travail et s’il s’agit d’une audition publique.

    Il reste un tabou à lever, le principe d’un défaut coordonné sur les dettes publiques de la zone euro.

    Encore merci, Olivier, pour votre courage, votre engagement citoyen.


  8. xas Le 22 mars 2013 à 18h36
    Afficher/Masquer

    Merci beaucoup de continuer à nous éclairer avec autant de brio.
    Si nous suivons la fin de l’émission et votre conclusion, une petite faillite vaux mieux qu’un grand troc


  9. BA Le 22 mars 2013 à 19h07
    Afficher/Masquer

    Vendredi 22 mars 2013 :

    Medvedev : “la Russie ne ferme pas la porte” à un soutien à Chypre.

    Le Premier ministre russe a, ce vendredi 22 mars, assuré que Moscou n’a pas encore abandonné l’île méditerranéenne. Mais il considère que l’Union européenne et Chypre doivent d’abord trouver eux-mêmes une issue à la crise.

    A l’issue d’une visite de deux jours du ministre des Finances de l’île ce vendredi 22 mars, Moscou s’est montrée inflexible vis-à-vis de son partenaire aujourd’hui au bord de la banqueroute : elle ne compte pas investir davantage à Chypre. Pire encore, elle conseille de quitter les banques et les institutions européennes.

    Le ministre des affaires étrangères russe a ainsi envoyé à toutes ses ambassades un courrier électronique urgent pour enjoindre l’ensemble de ses ressortissants et entreprises de quitter les banques et les institutions financières européennes…

    http://www.bfmtv.com/economie/chypre-russie-se-desolidarise-476052.html


    • Letaulier Le 22 mars 2013 à 19h20
      Afficher/Masquer

      “Le Premier ministre russe a, ce vendredi 22 mars, assuré que Moscou n’a pas encore abandonné l’île méditerranéenne. Mais il considère que l’Union européenne et Chypre doivent d’abord trouver eux-mêmes une issue à la crise.”

      Si l’Union européenne et Chypre trouvent “eux-mêmes une issue à la crise.” on n’a pas besoin de la Russie.


    • Vénus-Etoile du Berger Le 22 mars 2013 à 19h36
      Afficher/Masquer

      cet article est complètement débile.
      Je me demande s’ils réfléchissent lorsqu’ils écrivent un article.
      cette phrase “A l’issue d’une visite de deux jours du ministre des Finances de l’île ce vendredi 22 mars, Moscou s’est montrée inflexible vis-à-vis de son partenaire aujourd’hui au bord de la banqueroute : elle ne compte pas investir davantage à Chypre.”

      sur ce passage “Moscou s’est montrée inflexible vis-à-vis de son partenaire aujourd’hui au bord de la banqueroute : elle ne compte pas investir davantage à Chypre.”

      Je ne crois absolument pas au fait que le ministre des finances russe va arrêter de soutenir les entreprises russes basées à Chypre.

      Ils vont juste attendre que la situation se débloque un peu entre Chypre et l’UE, normal vu qu’ils n’ont pas été sollicité au départ.
      Le ministre des finances ne s’est pas déplacé pour rien!


  10. Letaulier Le 22 mars 2013 à 19h25
    Afficher/Masquer

    Bonne interview même si je ne partage pas la conclusion d’Olivier qui semble exclure totalement une faillite des banques chypriote.

    C’est pas mon scénario favoris mais disons que je ne mettrait pas ma main à couper que cela n’arrivera pas vu qu’on est dans un sacré impasse.

    Mon scénario favori: Taxation à 20% des dépôts au-dessus de 100.000 euros et 0% sous les 100.000 euros


    • Flo Le 23 mars 2013 à 09h57
      Afficher/Masquer

      Mieux dit: DEFAUT de 20% des dépôts au-dessus de 100.000 euros et 0% sous les 100.000 euros


  11. Vénus-Etoile du Berger Le 22 mars 2013 à 19h47
    Afficher/Masquer

    je trouve l’intervention d’Olivier vraiment excellente dans Good Morning Business de ce matin.Bravo.


  12. BA Le 22 mars 2013 à 21h06
    Afficher/Masquer

    Vendredi 22 mars 2013 :

    Chypre : des manifestants brûlent un drapeau européen devant le Parlement.

    NICOSIE – Des manifestants chypriotes, notamment des employés de banque inquiets du sort de leur employeur, se sont rassemblés vendredi soir devant le Parlement à Nicosie, au moment où le pays négocie toujours les termes d’un plan de sauvetage crucial pour son économie.

    Une trentaine de jeunes au visage cagoulé ont brûlé un drapeau européen près du Parlement, devant les barricades de la police.

    “La taxe c’est du vol, la crise devrait être résolue par une ploutocratie”, ont-ils scandé.

    Ils réagissaient à des informations faisant état d’une possible taxe sur les dépôts bancaires allant jusqu’à 15%, prévue dans le cadre d’un plan de sauvetage européen qui doit permettre aux banques du pays d’éviter la faillite.

    http://www.romandie.com/news/n/_Chypre_des_manifestants_brulent_un_drapeau_europeen_devant_le_Parlement71220320132053.asp


    • Letaulier Le 22 mars 2013 à 21h11
      Afficher/Masquer

      “Une trentaine de jeunes au visage cagoulé ont brûlé un drapeau européen” en scandant “La taxe c’est du vol, la crise devrait être résolue par une ploutocratie”.

      Un peu bizarre que des “jeunes” se mobilisent pour un taxe qui ne touchera que les dépôts supérieurs à 100.000 euros!

      Un peu comme si des supporters marseillais manifestaient contre la décision de la commission de discipline de l’UEFA de sanctionner Zlatan Ibrahimovic de deux matches de suspension.


      • La Roque Le 22 mars 2013 à 23h57
        Afficher/Masquer

        Très juste cela me surprend également.


      • Gribouille Le 23 mars 2013 à 07h59
        Afficher/Masquer

        Moi ce qui me surprend, c’est qu’ils brûlent un drapeau Européen. L’Europe c’est la paix, la prospérité, le plein emploi, et le beau temps tous les jours.


        • Gribouille Le 23 mars 2013 à 08h09
          Afficher/Masquer

          Plus sérieusement, ces jeunes ont peut être compris que le prêt de 10 milliards de l’UE est une reconnaissance de dette que quelqu’un devra payer. Reconnaissance de dette qui n’aurait pas lieu d’être si on mettait en faillite le système bancaire Chypriote.


          • Letaulier Le 23 mars 2013 à 08h28
            Afficher/Masquer

            C’est de l’humour et t’es si naïf que cela?

            Ces jeunes sont comme leurs parents, ils espèrent toucher ces 10 milliards et remettre aux calendes grecque les remboursement ou refiler le mistigri à leur propres enfants qui eux-même refileront la dette à …..sauf qu’aujourd’hui c’est Game over.


  13. Emmanuel L Le 22 mars 2013 à 22h17
    Afficher/Masquer

    “un vrai braquage du fonds de garantie de nos dépôts a lieu actuellement au sein de la loi bancaire ”

    C’est à dire ?


  14. BA Le 22 mars 2013 à 22h22
    Afficher/Masquer

    Vendredi 22 mars 2013 :

    Chypre doit trouver d’ici lundi 7 milliards d’euros — plus du tiers de son PIB annuel –, pour débloquer l’aide internationale et obtenir que la Banque centrale européenne (BCE) continue de fournir des liquidités d’urgence aux banques chypriotes.

    http://www.romandie.com/news/n/_Le_Parlement_chypriote_vote_les_premieres_mesures_du_Plan_B59220320132203.asp

    Dette publique de Chypre au troisième trimestre 2012 :
    15,042 milliards d’euros.

    PIB de Chypre : 17,907 milliards d’euros.
    Somme à trouver d’ici lundi : 7 milliards d’euros, soit 39,09 % du PIB de Chypre.
    Je répète :
    D’ici lundi, Chypre va devoir trouver une somme égale à 39,09 % du PIB de Chypre.

    Mais qui croit encore à ces foutaises ?

    Hein ?

    Qui croit encore que, d’ici lundi, Chypre va trouver une somme égale à 39,09 % de son PIB ?


    • Patrick Luder Le 22 mars 2013 à 23h50
      Afficher/Masquer

      Ouaip, les carottes sentent le roussis, les Russes se sont gentiment retirés, et je ne vois pas l’Europe soutenir ce paradis … euh pardon … cet enfer fiscal …


      • Vénus-Etoile du Berger Le 23 mars 2013 à 00h10
        Afficher/Masquer

        @Patrick L. vous exprimez “les Russes se sont gentiment retirés”

        Tu m’étonnes qu’ils se soient gentiment retirés.

        Ils ne vont pas tout de même débloquer la situation alors qu’on leur demande rien( c’est à dire: on ne les a pas sollicité).
        En plus, s’ils donnent maintenant la somme, ils vont se faire taxer derrière.

        Alors les russes vont attendre gentiment que Chypre et l’UE se débrouillent “gentiment” entre eux et par la suite, ils vont gentiment revenir….


        • Vénus-Etoile du Berger Le 23 mars 2013 à 07h46
          Afficher/Masquer

          Le 22 mars:« Nous n’avons pas fermé les portes. Nous n’avons pas dit qu’il n’y avait plus rien à discuter, que nous ne voulions rien entendre et qu’il fallait nous laisser tranquilles parce que Chypre est un Etat membre de l’Union européenne. Nous avons en effet des intérêts économiques dans ce pays, mais nous n’étudierons les variantes du soutien à cet Etat […] que lorsqu’un schéma définitif aura été conçu par l’Union européenne et par Chypre elle-même. C’est alors seulement que la Russie pourrait s’associer au processus » M. Medvedev lors d’une conférence de presse à l’issue d’une réunion entre des membres du gouvernement russe et des représentants de la Commission européenne en visite à Moscou.


  15. Emmanuel L Le 23 mars 2013 à 07h39
    Afficher/Masquer

    La candeur de l’interviewer m’impressionne.


  16. caroline Porteu Le 23 mars 2013 à 09h57
    Afficher/Masquer

    @BA et Venus

    Deux choses ,
    Déjà je préfère désormais prendre mes infos directement à la source et la déclaration de Medvedev sur la non intervention Russe est d’une clarté totale , clarté qu’aucun de nos médias n’a sû reproduire. Ils se moquent d’ailleurs des médias étrangers à cause de çà et ils ont raison . Visiblement les nôtres ne sont même plus capables de comprendre ce qu’ils lisent .

    Vous pouvez la trouver dans Ria novosti en français .

    1°) Medvedev est très clair :
    Il dit que les Russes ne feront rien parce que CHYPRE est dans l’UE et qu’il appartient à L’UE de traiter les problèmes . Et il ajoute aussi , que l’UE doit également savoir tenir compte des intérêts Russes dans le mode de sauvetage et qu’ils souhaitent être associés aux réflexions décisions .

    On peut facilement traduire par : Tant que Chypre est dans l’UE , je ne discute qu’avec les décisionnaires qui sont les membres de l’Eurogroupe ..
    Mais on peut aussi comprendre que si Chypre décidait de sortir de l’UE , la problématique deviendrait totalement différente .

    2°) Vous remarquerez curieusement que la partie devant être trouvée par Chypre a subi une inflation inexpliquée . La semaine dernière on parlait de 5,8 Milliards , qui sont passés par l’opération du Saint Esprit à 7 Milliards .

    3°) Le plan B actuellement en cours de discussion sera rejeté par l’Allemagne , car il comprend un fond de pension gagé sur les services publics Chypriotes . Justement les services publics chypriotes sont ce sur quoi BERLIN voulait mettre la main (Programme de la Treuhandanstalt) . Merkel a réaffirmé qu’elle refusait cette solution .

    4°) Le contrôle des capitaux organisé qui est aussi de fait un contrôle des changes montre que :
    il n’y aura pas de bank run .. désormais impossible à cause de ce contrôle
    Chypre n’a plus besoin des liquidités de Draghi tant que ce contrôle existe ..
    C’est vraisemblablement une sortie de l’Euro et de l’Union Européenne qui est en train de se préparer .

    Je pense que Chypre n’a désormais plus aucune chance de se rétablir en restant dans l’UE .. la seule solution pour elle est bien d’en sortir . C’est d’ailleurs ce que veut la majorité de la population désormais et quelque part , le bon sens populaire doit primer .. On ne reste pas dans une zone gérée par des fous furieux.

    Mon dernier article : Le moment Russe et le moment Turc , vous donneront en plus quelques informations sur qui gère la plate forme Européenne des contrats à terme du gaz naturel .
    http://bit.ly/16MTsYP
    ce qui n’est pas sans rapport avec le dossier Chypriote


  17. yoananda Le 23 mars 2013 à 12h20
    Afficher/Masquer

    Bravo Olivier.

    Au fond, la seule question qui vaille, c’est “qui va payer la note”.
    Tout le monde veut protéger son argent au final, durement gagné, que ce soit d’une manière ou d’une autre, tout le monde a “travaillé dur” pour l’avoir et y tien : actionnaires, déposants, gouvernements, retraités, travailleurs, russes, chypriotes, grecs turcs Allemands…

    Pas facile de trouver une solution équitable. Les pauvres sont autant réponsables que les autres, mais si on leur en prends un peu, on les noies. Les “riches” estiment qu’ils sont des créateurs de richesse, prennent des risques, engagent leur capital ou leurs idées. Quelques mafieux doivent aussi avoir de bonnes raisons (ne serait-ce que payer leurs gardes du corps … c’est une question de survie pour eux).
    Etc…


  18. Dan Le 23 mars 2013 à 17h46
    Afficher/Masquer

    La dette chypriote est un fumigène qui cache les affrontement entre les différents blocs d’intérêts pour mettre la main à bon compte sur les importants gisements de gaz.qui est une grande richesse inestinable des chypriotes .Ce en quoi au niveau de Bruxelles l’intérêts des ploutocrates s’est de spolier cette richesse pétrolière en mettant le couteau sur la gorge de ce pays pour qu’il brade ses champs gaziers. Ce en quoi les chypriotes aurait tous intérêts à sortir de l’euro., leur insolvabilité serait très vite réglée !


  19. Balthazar Le 23 mars 2013 à 18h55
    Afficher/Masquer

    Je vous ai trouvé mauvais sur les 3/4 de l’interview. Les deux dernières minutes sauvent le lot pour ceux qui vont jusqu’au bout.
    Prendre un bout des dépôts, pour refaire ses réserves fractionnaires, C’EST DU VOL.
    Arrêtez de justifier cela par : c’est un paradis fiscal, c’est l’argent des mafias russes, etc…
    La solution, vous le dites a la fin : on met la banque en faillite et c’est tout.
    Ce que vous n’avez cesser de dire au sujet du sauvetage des banques en 2008.
    L’exemple de l’Islande.
    Mince, ayez de la constance, sinon c’est quoi votre rhétorique ?
    Ensuite, une fois la banque en faillite, on la liquide, selon les règles en vigueur.
    Le respect de la loi.
    On arrête de sauver les banksters.
    On montre ce qui se passe quand on joue et qu’on perd (vous vous souvenez le fameux Pile je gagne, Face Tu perds des banquiers en 2008).
    On voit à la fin ce qui reste d’argent pour les déposants.
    L’exemple d’Icesave.
    Vous pouviez lui dire ça, non ?


    • Letaulier Le 23 mars 2013 à 19h24
      Afficher/Masquer

      Tu ne l’as pas trouvé mauvais, tu es seulement en désaccord avec lui.


      • Balthazar Le 23 mars 2013 à 20h40
        Afficher/Masquer

        Pourquoi j’ai été déçu:
        L’antienne ” on a prêté aux banques françaises, ça nous a rapportés 2 milliards d’euros” OB lui répond , mais doucement, l’autre évacue vite, genre qui connait Dexia ?
        Sans la garantie de l’Etat, elles faisaient faillite les banques françaises : oui ou non ?
        L’autre: les banques françaises font de méga profits. OB parle de la perte du CA, mais ça dure peu de temps, on parle de moins value, d’écriture etc…
        L’argument lessiveuse de l’argent sale russe, les emprunts grecs très risqués pour garantir la rémunération attractive et ainsi attirer les russes, c’est une blague ou quoi ?


    • Vénus-Etoile du Berger Le 23 mars 2013 à 22h15
      Afficher/Masquer

      @ Balthazar
      J’aimerai bien vous voir à sa place. Vous êtes déçu certes.

      Votre résumé ressemble à un télégramme pas facile à décrypter.

      Pour ma part, j’ai trouvé que l’intervention était correctement répartie entre Olivier Berruyer et Stéphane Soumier, un vrai dialogue s’est installé.

      En très peu de temps, répondre sur un sujet complexe rapidement, les questions s’enchaînent.

      J’ai apprécié le naturel d’Olivier Berruyer, cela change des intervenants qui balancent des phrases toutes faites.

      Et vous calculez aussi vite qu’Olivier Berruyer?


      • balthazar Le 24 mars 2013 à 11h31
        Afficher/Masquer

        Bonjour,
        oui, je suis d’accord, je ne suis pas du tout un communicant, j’ai fait des présentations dans le monde du travail, mais dès qu’on me filme, je perds de ma superbe.
        Encore d’accord, je résume car la tablette tactile, c’est pénible pour exposer mon ressenti.
        Vraiment, j’étais déçu car le présentateur nous explique qu’il apprécie le ton et l’indépendance d’OB, mais nous ressort dès qu’il peut les arguments du secteur bancaire (“les prêts qui ne nous ont rien coûté, et même qui nous ont rapporté de l’argent” / “la solidité des banques françaises” / “Chypre qui s’est gavé d’emprunts grecs pour assurer le rendement des comptes rémunérés pour attirer les capitaux des “mafieux russes”)
        OB d’accord pour piquer dans le tiroir-caisse (ben oui, c’est des mafieux russes).
        Dernièrement, on entend un son de cloche différent : non, toutes les banques ne sont pas malades,
        non, il n’y a pas que des comptes appartenant à des oligarques russes, non c’est mal de voler 10% de ce qui se trouve sur son compte en banque… le parlement n’a pas de pouvoir judiciaire pour liquider la banque comme bon lui semble…
        Ps: pour le calcul Fonds de garantie 2 milliards — Dépôts Bancaires 2 000 milliards ??


        • Vénus-Etoile du Berger Le 24 mars 2013 à 16h34
          Afficher/Masquer

          Bonjour Balthazar,

          Il me faudrait un décrypteur, je vais toutefois vous répondre et je suis navrée j’ai peu de temps donc ma réponse sera très rapide.

          Vous exprimez « OB d’accord pour piquer dans le tiroir-caisse (ben oui, c’est des mafieux russes »

          OB n’exprime pas du tout cela lors de cette intervention.

          Il explique que s’il n’y avait pas eu l’existence « des mafieux russes », l’UE aurait encore payé sans garantie.

          Olivier Berruyer est pour la première proposition(le premier plan) faite par l’Allemagne,

          C’est-à-dire « pour la liquidation des banques en faillite en garantissant les dépôts à un niveau raisonnable »

          Cf. ici
          http://www.les-crises.fr/chypre-sauvetage-echoue
          Le premier plan a les faveurs du FMI et de plusieurs pays : l’Allemagne, la Finlande, la Slovaquie et les Pays-Bas. Il part du principe que deux grosses banques sont en situation de faillite et posent problème, c’est donc sur elles que doit se concentrer le plan. L’idée est de séparer les bonnes activités des mauvaises puis de faire ce que les experts appellent un “bail in”, c’est-à-dire une faillite ordonnée, qui ponctionne d’abord les actionnaires puis les créanciers des banques. Dans ce cadre, les dépôts seraient garantis en totalité jusqu’à 100.000 euros, mais tous les montants au-delà de cette somme seraient amputés de 20 à 40%. “On épargne la grand-mère chypriote, mais on fait payer les non-résidents qui ont profité du système fiscal”, résume une partie prenante aux négociations.

          Bien cordialement.


  20. Letaulier Le 23 mars 2013 à 21h01
    Afficher/Masquer

    “L’homme d’affaires russe Boris Berezovsky retrouvé mort ”

    http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/03/23/boris-berezovsky-retrouve-mort_1853369_3214.html

    Pour tout ceux qui pensent que spolier les épargnants hollandais avec la banque Icesave ou les clients russes des banques Chypriotes c’est la même chose.


  21. Dami1Fr Le 24 mars 2013 à 00h23
    Afficher/Masquer

    “(après, le jour où ça arrivera, on chouinera encore sur le fait que nous soyons de pov victimes du manque de démocratie…).”
    Je ne comprends pas trop ce que vous voulez dire par là Olivier. En l’occurrence si ça arrive moi j’invoquerai en effet le fait qu on soit de pauvre victime du manque de démocratie parce que quoiqu’on vote ou quoiqu’on fasse selon ses propres moyens pour empêcher ces dispositions contre l’intérêt collectif ça ne marche malheureusement pas non? En tout cas au niveau individuel…ou alors que peut on vraiment faire pour que ce genre de lois ne passent pas? Même contacter ceux qui votent les lois ça ne sert à rien car de toute façon ils votent selon les consignes de leur partie plutôt que selon l’intérêt ou la demande de leur électeurs qu’ils sont sensés représenter…


Charte de modérations des commentaires