Les Crises Les Crises
23.mars.201323.3.2013 // Les Crises

[Reprise] « L’Union Européenne a laissé ses banques faire n’importe quoi », par Frédéric Lordon

Merci 0
J'envoie

Excellente interview de Lordon, comme d’hab. Accordée à Marianne. Je pense qu’il aurait pu plus insister sur la nécessité de laisser les banques faire faillites.

Marianne: Que pensez du plan de sauvetage de Chypre présenté par la troïka, Union européenne, Banque centrale européenne et FMI, visant à taxer les comptes courants?

 Frédéric Lordon: L’Europe nous a certes habitué à son attraction pour le pire, mais on ne pensait tout de même pas qu’elle pourrait aller jusque là. Il y a donc à Bruxelles, Commission et Conseil confondus, un don pour la performance herculéenne – en l’occurrence : comment transformer un problème de la taille d’un confetti en potentielle déflagration nucléaire? Pour réussir pareil exploit, il faut produire une solution qui, très au delà des intéressés – les déposants des banques chypriotes –, soit de nature à frapper, mais catastrophiquement, les esprits dans toute la zone européenne.

C’est précisément ce que réussit l’extravagante idée de renflouer les banques en taxant les dépôts, c’est-à-dire en envoyant urbi et orbi le signal tout à fait explicite qu’aucun déposant européen n’est plus en principe à l’abri de voir ses encaisses mises à contribution pour rattraper les petits déboires des banques. Aurait-on voulu provoquer une panique bancaire et un run sur les dépôts dans tous les pays où la situation des banques, loin d’être réglée, appellera probablement de nouvelles opérations de sauvetage – on pense en particulier à l’Espagne –, qu’on ne s’y serait pas pris autrement.

Ajoutons, par extension, que l’inquiétude serait alors susceptible de gagner les déposants des banques (réputées) saines par le simple jeu des interconnexions bancaires européennes. Il faut prendre vraiment les déposants pour des crétins pour s’imaginer qu’ils resteraient bras ballants sans se rendre compte de rien si une banque tierce, dans laquelle leur banque propre se trouve notoirement engagée, venait à être victime d’un run – spectacle dont on ne peut douter qu’il soit absolument frappant, et dont la probabilité a maintenant été singulièrement relevée quand les clients des banques à problème sont susceptibles de passer au tourniquet en cas de bail out.

Le scandale des renflouements bancaires avait pourtant fini par faire émerger la notion de « bail-in », c’est-à-dire l’idée que l’addition devraient être réglée par qui de droit, ou plutôt de devoir, en l’occurrence non pas par « l’extérieur » (out) des contribuables (qui n’y sont pour rien), mais par « l’intérieur » (in) des créanciers, qui ont sciemment pris des risques en prêtant aux banques, dûment touché les taux d’intérêt quand tout allait bien, mais qui ont été soigneusement exonérés (par les gouvernements) de tout effort quand les choses ont mal tourné. Il y avait là au moins le commencement d’un progrès intellectuel… que le plan « Chypre » réussit à inverser en scandale redoublé en donnant au bail-in le sens du sauvetage non par les créanciers mais par les déposants ! – en effet, eux aussi, pour leur malheur, sont « à l’intérieur »…

Marianne: Mais en sauvant les banques chypriotes, sans mettre à contribution les déposants, on aurait aussi sauvé les mafieux «gratuitement». Cet argument a-t-il du sens?

Frédéric Lordon: Même « l’objection » des déposants à moralité douteuse, dont les banques chypriotes se sont fait une spécialité, ne peut justifier d’avoir envisagé une mesure aussi dangereuse. Il est bien certain que l’idée de devoir sauver les dépôts d’un bataillon d’oligarques aux fortunes pestilentielles, de mafieux, trafiquants d’armes ou d’êtres humains, a tout pour rester en travers du gosier. Mais au lieu d’une décision qui ne produit aucune discrimination, on pouvait commencer par garantir absolument les dépôts des résidents pour envisager de ne s’en prendre qu’aux dépôts des non-résidents (au sens de l’UE).

[…]

Source : Emmanuel Levy pour Marianne


 Chypre crise dette

“L’Europe, c’est la paix”, qu’ils disaient…

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

116 réactions et commentaires

  • Sebastien // 23.03.2013 à 04h08

    Merci Olivier pour cette article,
    Une fois n’est pas coutume je profite de ce fil de commentaires pour avertir tes lecteurs que jeudi 28 mars aura lieu à 19h à saint genis laval (69), une comédie sérieuse racontant la crise intitulée TINA, écrite à partir des textes de Lordon, mais aussi des tiens… ( et Orlean, Jorion, Aglietta… )
    http://m.youtube.com/#/watch?v=143TmXViCqU&desktop_uri=%2Fwatch%3Fv%3D143TmXViCqU

    Bonne continuation…

      +0

    Alerter
  • Patrick Luder // 23.03.2013 à 04h32

    Se ne sont pas les banques qui sont en faillite,
    c’est le système financier entier qui est en faillite.

    Le système financier actuel ne peut plus répondre à sa fonction première,
    à savoir instaurer une monnaie fiable & durable, et donc équitable …

    Un système monétaire durable, doit exclure tout profit pour rester 100% utile à tous !!!
    Pour rappel, une monnaie n’a que deux utilités :
    1° moyen d’échange
    2° moyen de garde

    Le moyen d’échange est primordiale et utile à tous,
    le moyen de garde est discutable en durée extra-longue (trans-génération).

    Les taux de change entre les diverses monnaies devraient être équitable,
    c’est à dire mettre la valeur du travail humain au même niveau.

    Tout le reste (polémiques et histoires bancaires) n’est bon qu’à mettre au rebut.
    Mais un autre aspect de l’avenir me fait encore plus soucis,
    c’est le contrôle totale de chaque geste de chaque citoyen,
    et c’est là, malheureusement, ou nous allons arriver …

    Liberté – Egalité – Fraternité

      +0

    Alerter
    • TOUILEB // 23.03.2013 à 08h31

      Cette faillite a été provoquée. Elle est de même nature que le 9/11 ! Provoquer un tel clash financier pour obtenir un chaos social massif, déjà apparent, qui s’ensuivra. Face à l’ampleur des dégâts causés et aux événements tragiques, l’instauration d’ une dictature s’imposera dans la panique générale. La bête immonde se préparait dans le silence en distrayant la population désormais prise au piège et dans un étau pour sa mise en esclavage, sous conditionnement et son entrée dans un monde concentrationnaire. Ils ont tout prévu car la bête nous connaît mieux que nous-même.
      Elle a tout prévu sauf le grain de sable ….

        +0

      Alerter
      • Macarel // 23.03.2013 à 10h53

        Attention aux tendances complotistes…

        Je crois tout simplement que plus personne ne maîtrise bien le cap du Titanic économique et financier.

        Pour ce qui est du 9/11 c’est une autre histoire, il y a une version officielle, qui laisse un certain nombre de points dans l’ombre. Mais tout débat honnête sur ces points obscurs est “interdit”, par le système politico-médiatique.

          +0

        Alerter
        • cliquet // 17.04.2013 à 16h24

          Je pense que le terme “complotiste” ou son cousin “conspirationiste” a été brandi par GW Bush pour faire taire en voulant les ridiculiser ceux qui commençaient à se poser des questions sur la version officielle du 11 septembre.
          Cela exonère également de toute autre explication.
          On peut appeler les choses comme on veut, mais rien ne vaut la vérité. Nous sommes entrés dans une ère médiatique ou l’apparence prévaut sur la réalité des choses.
          Que les choses se soient accomplies sur un plan concerté ou non, le résultat est que les peuples se trouvent asservis, via les dettes, par une oligarchie financière mondialiste qui risque de détruire l’économie de l’ensemble de la planète par pure cupidité.

            +0

          Alerter
      • Christophe Vieren // 23.03.2013 à 11h16

        Sans aller jusqu’au complot, le laisser-faire implicite n’est pas à exclure. On a eu l’expérience – en Europe – en Suède où suite à la CRISE BANCAIRE des années 90 qui a induit l’augmentation de la DETTE PUBLIQUE, on a réussi à faire accepter une réduction drastique des dépenses publiques (et donc des prélèvements obligatoires dont des impôts des plus riches). Laquelle a induit une augmentation des inégalités. Évidemment d’aucuns ont dit qu’il n’y avait pas d’autres alternatives. Est-ce si sûr ? Quelques articles perso sur la question : Trop de prélèvements obligatoires et de dépenses publiques tuent-ils la compétitivité et la croissance. Match France-Suède !, Évolution des très hauts revenus en Suède (1945-2010), Pourquoi la Suède s’en sort (plutôt) bien ? .

          +0

        Alerter
      • Patrick Luder // 23.03.2013 à 11h26

        @ TOUILEB reçu 5/5 … et j’aime beaucoup le grain de sable 😉

          +0

        Alerter
      • Macarel // 23.03.2013 à 13h17

        @Christophe Vieren

        Oui on serait plutôt dans le registre de la “Stratégie du choc”, comme l’a décrite Naomi Klein.

          +0

        Alerter
        • Clive // 23.03.2013 à 15h12

          Hola attention, je rappelle qu’il a été tacitement convenu que toute référence même lointaine à une action coordonnée du type de celles évoquées plus haut ne ferait l’objet d’aucune discussion dans les lieux de qualité..
          Merci de continuer à jouer le jeu.

            +0

          Alerter
          • Macarel // 23.03.2013 à 17h14

            Je n’ai pas parlé “d’action coordonnée”. Il est certain que des événements comme Pearl Harbour ou le 9/11 ont donné et donneront encore lieu à des controverses sans fin.
            Quel que soit “la vérité vrai” sur de tels événements, je souhaitais simplement illustrer le fait qu’un tel événement sert de prétexte à mettre en oeuvre une politique, qui sans cela n’aurait pu l’être: que ce soit pour une bonne cause, combattre le nazisme et le fanatisme japonais me semble une bonne cause, lancer une “guerre contre la terreur” pour mettre la main sur des régions riches en ressources pétrolières ou gazières j’en suis moins convaincu.
            J’aurais pu parler du tsunami de 2006 en Indonésie, imputable à notre mère nature, et qui a été pris comme prétexte par les autorités locales pour chasser des populations de pêcheur afin de permettre à des promoteurs immobiliers de lancer les opérations, qu’ils ne pouvaient lancer avant la catastrophe.
            Désolé de porter atteinte à la “qualité” du lieu.

              +0

            Alerter
      • Macarel // 23.03.2013 à 14h49

        Dans nos démocraties sondagières et clientélistes, il est très difficile de faire passer une mesure impopulaire. Donc il est tentant pour les dirigeants de laisser pourrir une situation, jusqu’à ce que la dite mesure “s’impose” comme une évidence.
        C’est vrai dans le domaine économique, c’est aussi vrai dans le domaine militaire.
        Laisser filer l’endettement public en baissant l’impôt des plus riches ou en ne taxant pas un certain nombre de capitaux, pour ensuite faire accepter des coupes drastiques dans les moyens de l’Etat-Providence. D’autant plus pernicieux, que dans bien des cas, c’est de l’endettement privé qui s’est transformé en endettement public.
        Sans Pearl Harbour, les états-uniens n’auraient pas acceptés d’entrer en guerre contre les forces de l’axe.
        Tout comme sans le 9/11, ils n’auraient pas accepté la “guerre contre la terreur”. Tant les tendances isolationnistes sont grande parmi la population de ce pays.
        C’est tout à fait la “Stratégie du choc”, laisser advenir un événement qui frappe les esprits des populations, et rebondir dessus pour imposer des choix qui sont alors acceptés parce que les esprits sont sous le choc.
        C’est donc plus subtil que du complotisme, c’est de la manipulation des masses. Machiavel, n’aurait pas désapprouvé.
        Or avec les moyens médiatiques actuels, l’ampleur de la manipulation atteint des niveaux jamais égalés.

          +0

        Alerter
        • Macarel // 23.03.2013 à 17h38

          C’est tout à fait la “Stratégie du choc”, laisser advenir un événement qui frappe les esprits des populations, et rebondir dessus pour imposer des choix qui sont alors acceptés parce que les esprits sont sous le choc.

          Pour être plus exact j’aurais du dire:
          “profiter d’un événement ou d’une situation, voire laisser advenir ou au pire provoquer un événement ou une situation qui frappe les esprits des populations, et rebondir dessus pour imposer des choix qui sont alors acceptés parce que les esprits sont sous le choc.”

            +0

          Alerter
          • yvan // 23.03.2013 à 20h09

            Mouais, mais non.

            Soros, deux mois après Lehman a déclaré qu’il aurait mieux valu laisser mourir le système bancaire.
            Clair que ce vieux truand avait déjà mis suffisamment de coté pour ne pas être trop touché.

            Mais ça va plus loin.
            Car LA, MAINTENANT, à peu près tout le monde, sauf quelque aborigènes heureusement protégés du danger de l’argent, SAIT que l’économie entière peut plier des genoux et là, c’est révolution au bout de trois jours, ce que ne veut surtout un truand comme Soros. (voir principes de la dictature économique de l’ “école de Vienne”)

            Soit, quand le choc ne vient pas très vite, même le dernier des boeufs a le temps de comprendre ce qui lui arrive.
            Alors, comme d’hab, pour rappel : une révolution fait TOUJOURS moins de morts qu’une guerre, et un dictateur a TOUJOURS une vie TRES raccourcie.
            Ce qui veut dire que les idiots d’extrême-droite devrait commencer à essayer d’ébaucher un éventuel début de réflexion sur le mal-fondé de leurs “idées”…
            Mais bon, l’intelligence…

              +0

            Alerter
      • Patsux // 23.03.2013 à 15h08

        Sortir à tout bout de champ la théorie du complot n’explique pas 1) pourquoi notre système est corrompu et 2) ce que l’on doit faire pour avoir une démocratie.

        Or, il me semble que corruption est le résultat d’institutions dépassées et mal pensées qui favorisent la corruption des représentants. Tant que la politique sera un métier, que les représentants seront élus sans limite de durée et qu’il n’y a pas de contrôle démocratique pendant les mandats, il ne faut pas s’étonner qu’il y ait des dérives.

          +0

        Alerter
      • Christophe Vieren // 23.03.2013 à 16h43

        Il n’est en effet pas obligé d’y avoir “complot “ou “action coordonnée” pour expliquer ce qui cause le malheur des peuples. On peut tout simplement l’expliquer à la façon marxiste : lutte des classes. D’un coté 1% qui continueront à vivre confortablement, y compris en Grèce, y compris à chypre, y compris en Espagne, ……. quelles que soient les conséquences de cette crise financière. Et par conséquent les actions de ces 1% (on parlait des 200 familles en France avant guerre) conformément à leurs intérêts étant totalement cohérentes et complémentaires pour aboutir à mettre le peuple à genou (voire dans les tranchées) cela peut ressembler au résultat d’un complot.
        Je préfère l’explication marxiste à l’explication complotiste, mais cela ne change pas grand chose : il s’agit toujours d’une (extrème) minorité – appelons-la ploutocratie, oligarchie, classes dirigeantes, classes dominantes, … – dont les intérêts objectifs sont contraires à ceux du peuple. Y compris du point de vue de la crise écologique et nombreuses autres crises.

          +0

        Alerter
        • Macarel // 23.03.2013 à 17h26

          Il n’est en effet pas obligé d’y avoir “complot “ou “action coordonnée” pour expliquer ce qui cause le malheur des peuples.

          Effectivement, on peut y voir tout simplement une sorte de fatalisme historique. Les sociétés humaines prises dans leur ensemble étant entraînées par une logique implacable qui les conduit dans le mur. C’est plutôt une sorte d’aveuglement collectif qui fait le malheur des peuples. Même s’il est vrai que certains ont plus intérêt que d’autres à entretenir cet aveuglement.

            +0

          Alerter
      • atanguy // 23.03.2013 à 20h27

        La troïka: Je crois qu’ils sont plus cons que sataniques,ce qui a la limite revient au même.

          +0

        Alerter
  • balthazar // 23.03.2013 à 07h30

    Encore un qui nous focalise sur les mafieux. Le bon argent européen qui va sauver les mafieux russes trafiquants d’êtres humains (je noircis le tableau à dessein).
    L’argent qui fait l’aller-retour Russie–> Chypre –> Russie, ça n’est pas le problème de solvabilité des banques chypriotes. C’est le chiffon qu’agite le magicien de la main gauche, pour que vous ne regardiez pas ce qui se passe ailleurs.
    Les banques chypriotes sont en faillite. Comme toutes les banques “interconnectées” (le mot des spécialistes). Comprenez les banques qui ont fait des milliards de profit en jouant avec de l’argent qu’ils n’ont pas.
    Le casino ayant fermé en 2007, depuis les banquiers nous enfument dans un épais brouillard, pour qu’on ne voit pas qu’ils sont fauchés.
    L’effet domino, mon oeil !
    Si le peuple fait un audit demain de nos “grandes banques”, non biaisé, il y aura de belles surprises.

      +0

    Alerter
  • BA // 23.03.2013 à 07h55

    Vendredi 22 mars 2013 :

    Medvedev : “la Russie ne ferme pas la porte” à un soutien à Chypre.

    Le Premier ministre russe a, ce vendredi 22 mars, assuré que Moscou n’a pas encore abandonné l’île méditerranéenne. Mais il considère que l’Union européenne et Chypre doivent d’abord trouver eux-mêmes une issue à la crise.

    A l’issue d’une visite de deux jours du ministre des Finances de l’île ce vendredi 22 mars, Moscou s’est montrée inflexible vis-à-vis de son partenaire aujourd’hui au bord de la banqueroute : elle ne compte pas investir davantage à Chypre. Pire encore, elle conseille de quitter les banques et les institutions européennes.

    Le ministre des affaires étrangères russe a ainsi envoyé à toutes ses ambassades un courrier électronique urgent pour enjoindre l’ensemble de ses ressortissants et entreprises de quitter les banques et les institutions financières européennes…

    http://www.bfmtv.com/economie/chypre-russie-se-desolidarise-476052.html

      +0

    Alerter
  • Vénus-Etoile du Berger // 23.03.2013 à 08h04

    Le 22 mars:« Nous n’avons pas fermé les portes. Nous n’avons pas dit qu’il n’y avait plus rien à discuter, que nous ne voulions rien entendre et qu’il fallait nous laisser tranquilles parce que Chypre est un Etat membre de l’Union européenne. Nous avons en effet des intérêts économiques dans ce pays, mais nous n’étudierons les variantes du soutien à cet Etat […] que lorsqu’un schéma définitif aura été conçu par l’Union européenne et par Chypre elle-même. C’est alors seulement que la Russie pourrait s’associer au processus » M. Medvedev lors d’une conférence de presse à l’issue d’une réunion entre des membres du gouvernement russe et des représentants de la Commission européenne en visite à Moscou

      +0

    Alerter
  • Vénus-Etoile du Berger // 23.03.2013 à 08h05

    Pour simple information
    Les 5 et 6 septembre, aura lieu le sommet du G20 à Saint-Pétersbourg, en Russie, présidé par la Russie.
    Poutine et Cameron
    « Lors d’une discussion sur la situation financière à Chypre, Poutine et Cameron ont espéré qu’un plan efficace de règlement des problèmes actuels serait prochainement mis en place par des professionnels»service de presse du Kremlin.

      +0

    Alerter
    • Vénus-Etoile du Berger // 23.03.2013 à 08h10

      Pour simple information
      La Russie a convié des pays non membres du G20 au sommet dont:
      l’Espagne, l’Ethiopie, le Kazakhstan, le Sénégal et le Brunei Darussalam et Singapour.

      D’autres invités au sommet:
      l’ONU, la Banque mondiale (BM), le Fonds monétaire international (FMI), le Conseil de stabilité financière (CSF), l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et l’Organisation mondiale du travail (OMT).

        +0

      Alerter
      • Letaulier // 23.03.2013 à 08h24

        Concrètement ces G20 ne servent à rien et emmerdent royalement les habitants des villes hôtes qui se retrouvent pris dans un capharnaüm.

        Les dirigeants du monde ne s’en servent que pour faire une opération de com. T’est invité tu comptes, t’es pas invités t’es une merde. La cerise sur le gâteau étant une photo avec Barack Obama en chemise blanche et manches retroussées.

          +0

        Alerter
        • Vénus-Etoile du Berger // 23.03.2013 à 09h06

          c’est Poutine qui invite, il a innové en conviant des non membres du G20.
          Il n’a quand même pas eu l’audace d’inviter Nicolas…

          vous exprimez “La cerise sur le gâteau étant une photo avec Barack Obama en chemise blanche et manches retroussées”

          comment pouvait-il être vêtu autrement?
          en survêtement? en pyjama?

          Barack a déjà confirmé sa présence.

          vous exprimez “Les dirigeants du monde ne s’en servent que pour faire une opération de com. T’est invité tu comptes, t’es pas invités t’es une merde.”

          Cela reflète bien notre société actuelle.
          Ce qui compte ce n’est pas ce que tu es mais ce que tu représentes et encore parfois ce n’est pas aussi simple!

          Vous avez oublié d’autres schémas possibles mais bon laissons tomber…

            +0

          Alerter
          • Letaulier // 23.03.2013 à 09h18

            A Cannes Sarkozy avait aussi invité l’Espagne, l’Éthiopie, Singapour. Poutine ne fait que continuer une habitude un peu démagogue d’inviter des puissances moyennes ou petites qui ne pèsent en rien dans les discussion mais qui donne l’illusion que toutes la planète est présente et décide de l’avenir du monde.

              +0

            Alerter
          • Vénus-Etoile du Berger // 23.03.2013 à 09h30

            il ne faut jamais sous-estimé les petits, qui ne sont pas véritablement petits

            comme je vous l’ai précisé, cela reflète bien notre société actuelle et dans votre commentaire il manque d’autres schémas possibles mais bon laissons tomber…

              +0

            Alerter
          • Letaulier // 23.03.2013 à 09h33

            Quels schémas? nationalisation des entreprises de plus de 2 salariés et déportations en camp de rééducation de paysans possédant plus de 5 hectare de terre? Déjà vu.

              +0

            Alerter
          • Vénus-Etoile du Berger // 23.03.2013 à 09h56

            vous n’avez pas compris de quels schémas je parle mais bon pas grave, je préfère ne pas développer. The End.

              +0

            Alerter
  • Letaulier // 23.03.2013 à 08h17

    Du n’importe quoi cette interview! Un mélange de mensonges, d’angélisme et de propositions inapplicables.

    Exemple de mensonge:

    “les Islandais qui n’ont pas hésité à refuser d’indemniser les clients britanniques et hollandais de leurs banques quand celles-ci étaient sur le point de s’écrouler.”

    C’est faux. La discrimination ne s’est pas faite sur le critère de la nationalité mais sur celui de la géographie.
    Les Clients des banques islandaises opérant au R.U. et aux Pays-Bas n’ont pas été indemnisé y compris ceux qui avaient la nationalité islandaise.
    Les banques chypriotes ont des filiales en Russie mais les clients qui font de l’évasion fiscale ont leurs comptes auprès des entités chypriotes.

    “on pouvait commencer par garantir absolument les dépôts des résidents pour envisager de ne s’en prendre qu’aux dépôts des non-résidents (au sens de l’UE).”

    Impossible à faire car discriminatoire mais si les discriminés sont des citoyens hors-Ue. Quand un maire du Midi (Front national bien sûr) a voulu institué une prime de naissance réservée aux Français et aux citoyens de l’UE, la justice l’a retoqué immédiatement. Au passage c’est marrant qu’un mec de gauche reprenne les idées du F.N.

    “dans une situation aussi défavorable, choisir ce qui sauve, et tant pis pour les coûts (de moralité) qui doivent s’en suivre…”

    Évidement comme tout Europhobe qui se respect Lordon ne développe pas sa pensée et ne dis pas ce qu’il entend par “choisir ce qui sauve ” même si on devine que c’est les Cartes bleues de l’Allemagne, de la France, des Pays-Bas etc. qui vont servir de Zorro.

      +0

    Alerter
    • wuwei // 23.03.2013 à 08h41

      Ben oui Lordon n’est pas une de vos icônes de la concurrence “libre et non faussée”, alors c’est dur de lire des vérités qui dérange en effet. Si dénoncer une Europe entièrement vouée et dévouée au capitalisme le plus absurde (je sais c’est un oxymoron) est à vos yeux un symptôme d’europhobie alors je crains pour vous que la majorité des peuples est attrapée ce virus, mais finalement moins grave qu’une adoration aveugle à un “machin” totalement mortifère pour eux.

        +0

      Alerter
    • Crapaud Rouge // 23.03.2013 à 13h15

      “Les Clients des banques islandaises opérant au R.U. et aux Pays-Bas n’ont pas été indemnisé y compris ceux qui avaient la nationalité islandaise.” : admettons, mais ça change quoi ? Il y avait critère discriminant, et c’est cela qui compte, alors que vous écrivez : “Impossible à faire car discriminatoire” !!! Un pouvoir qui ne serait plus en droit de discriminer ne serait plus un pouvoir, il ne serait rien du tout. C’est bien pour ça que, dans nos sociétés dites “démocratiques”, l’on s’efforce de limiter les discriminations en tous genres, c’est-à-dire de limiter ce qu’il y a de plus absolu dans le pouvoir. Mais limiter n’est pas interdire en principe.

        +0

      Alerter
      • Letaulier // 23.03.2013 à 17h47

        D’abord il y a des conventions internationales qu’on doit respecter en particulier quand en face on a le principal fournisseur de gaz de l’UE.
        Ensuite si on se permet de discriminer les citoyens russes, la Russie ne restera pas les bras croisées et discriminera à son tour les citoyens de l’Ue (ou leurs entreprises).

        Pour 3 ou 4 milliards on ne va pas se brouiller avec l’un des plus grand marché au monde.

          +0

        Alerter
    • tchoo // 25.03.2013 à 16h35

      Mais vous confondez nationalité et résidents et non résidents
      ce n’est pas la même chose
      mais vu que cela vous arrange pour brunir Lordon, vous passez outre
      on vous a reconnu!

        +0

      Alerter
  • Vénus-Etoile du Berger // 23.03.2013 à 08h23

    pour simple information
    Les 18 et 19 avril à Genève, aura lieu une conférence de cinq puissances nucléaires (Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne et Russie) présidée par la Russie dans la continuité des conférences de Londres (2009), de Paris (2011) et de Washington (27-29 juin 2012).
    Thème de cette conférence:
    le renforcement du régime du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) sur la base de trois critères: la non-prolifération, l’utilisation de l’énergie atomique à des fins pacifiques et le désarmement.

      +0

    Alerter
  • medomai // 23.03.2013 à 08h32

    Bonjour Olivier,

    Je trouve parfois que M. Lordon y va fort avec l’Europe, mais là, rien à redire. Tout est parfaitement EXACT de A à Z. Maintenant le compte à rebours de l’effondrement des systèmes bancaires (1), obligataires (2), boursiers (3), monétaires (4) a commencé. L’ordre n’est pas forcément le bon, à vous de voir.

    Saviez vous que la malédiction de Cassandre, son destin, était que sa prophétie ne serait jamais crue ?

    Au plaisir de plus en plus amer (compte tenu de la vérité) de vous lire.

      +0

    Alerter
  • BA // 23.03.2013 à 08h45

    Frédéric Lordon pose la question :

    “comment transformer un problème de la taille d’un confetti en potentielle déflagration nucléaire ?”

    C’est une bonne question.

      +0

    Alerter
    • Letaulier // 23.03.2013 à 08h51

      – 17 milliards c’est pas un confetti quand on voit que les 150 millions pour sauver la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne sont impossible à réunir par la France.

      – A part une déflagration médiatique tout va bien il n’y a pas la queue devant les Banques françaises ou italiennes et les boulangeries sont toujours approvisionnées en farine.

      Avec les mec comme Lordon la solution est toujours facile: y-a-qu’à faire un chèque au nom du contribuable européen.

        +0

      Alerter
      • BA // 23.03.2013 à 09h00

        “A part une déflagration médiatique tout va bien il n’y a pas la queue devant les Banques françaises ou italiennes et les boulangeries sont toujours approvisionnées en farine.”

        … oui, mais à Chypre ?

          +0

        Alerter
        • Letaulier // 23.03.2013 à 09h05

          Si les chypriotes trouvent la force de brûler des drapeaux européens et de manifester c’est qu’ils ne doivent pas avoir l’estomac complètement vide!

          Le problème de nombreux pays du Sud et des Balkans en particuliers c’est qu’ils prennent l’UE pour un tiroir caisse et les pays qui bossent dure (comme la France) pour des bisounours prêt à leur payer des BMW et des Rolex en or sans broncher.

            +0

          Alerter
          • BA // 23.03.2013 à 09h10

            A Nicosie, où l’activité semble tourner au ralenti, de nombreux cafés, restaurants ou stations-service refusent désormais les paiements par carte de crédit ou par chèque.

            “Durant ces trois derniers jours, j’ai constaté une baisse de 70% de la fréquentation. Généralement, les réservations sont complètes le vendredi et durant le week-end. Mais je n’ai presque aucune réservation pour les jours à venir. Je ne sais pas si je vais ouvrir la semaine prochaine”, a ainsi déclaré Demos Strouthos, le gérant d’un restaurant dans le centre de Nicosie.

            http://www.boursorama.com/actualites/chypre-le-parlement-s-engage-dans-le-plan-b-90e164a54cde714e2e7ee34e022b7b38

            C’est un article intéressant.

            Avec des photos intéressantes de la situation à Chypre..

            Par exemple, une longue file d’attente devant un distributeur automatique de billets.

              +0

            Alerter
          • Letaulier // 23.03.2013 à 09h25

            Les commerçants chypriotes, comme leurs frères grecs, ont toujrous préférés le cash aux chèques ou aux cartes de crédits dont rien de nouveau sous le soleil de Méditerranée. Sauf que cette fois-ci ils ont un meilleur motif que “la machine pour lire la carte est en panne”.

            Et puis honnêtement ne pas aller au restaurant c’est pas non plus le purgatoire ou l’enfer. Les Chypriotes se comportent en enfant gâté.

              +0

            Alerter
          • BA // 23.03.2013 à 10h09

            Jeudi 21 mars 2013 :

            Sur son blog, l’économiste Jean-Claude Werrebrouck explique le passage à l’après-euro.

            D’après lui, la zone euro va exploser, comme un Big Bang.

            Jean-Claude Werrebrouck est désolé : il utilise le terme “Hélas”.

            Pour lui, hélas, le passage à l’après-euro va s’opérer de façon sauvage, voire dans la panique.

            http://www.lacrisedesannees2010.com/article-le-big-bang-de-la-fin-de-l-eurozone-et-l-univers-financier-dans-le-monde-d-apres-116367504.html

              +0

            Alerter
          • tchoo // 25.03.2013 à 16h37

            En voila une bonne politique
            affamons les peuples, ils auront tellement faim qu’ils ne penseront pas a se révolter

              +0

            Alerter
      • Patsux // 23.03.2013 à 15h38

        « Avec les mec comme Lordon la solution est toujours facile: y-a-qu’à faire un chèque au nom du contribuable européen. », avez-vous lu un bouquin de Frederic Lordon ? Si oui, ce devait être un fake…

          +0

        Alerter
        • Letaulier // 23.03.2013 à 17h56

          Acheter un de ces bouquins? Je ne subventionne pas ce genre de gusse.

            +0

          Alerter
          • spinoza // 23.03.2013 à 23h11

            tu devrais

            arrete smith et mets toi à lire spinoza

            la main invisible quelle anerie

              +0

            Alerter
  • BA // 23.03.2013 à 10h14

    Samedi 23 mars 2013 :

    Le président chypriote Nicos Anastasiades va se rendre à Bruxelles samedi à la mi-journée pour des discussions avec les dirigeants de l’Union européenne sur le plan de sauvetage de l’île méditerranéenne, rapporte l’agence officielle CNA.

    Selon les médias locaux, le scénario vraisemblable est que, pour la Bank of Cyprus, la plus importante de l’île, une taxe de 20 à 25% soit appliquée aux dépôts de plus de 100.000 euros.

    http://www.romandie.com/news/n/_Plan_de_sauvetage_le_president_chypriote_se_rend_a_Bruxelles_a_la_mi_journee80230320130908.asp

      +0

    Alerter
  • caroline Porteu // 23.03.2013 à 10h29

    Pour information :
    La plate forme Européenne de gestion des contrats à terme de Gaz Naturel , dénommée EEX , est une filiale de Eurex, elle même filiale de Deutsche Borse qui détient également Clearstream , chambre de compensation des flux Européens . Pour pouvoir jouer en plus contre les dettes souveraines, c’est une situation sans pareille puisque toutes les informations sont recensées par Clearstream .

    Pour savoir qui a exfiltré les milliards chypriotes avant l’annonce , c’est très simple aussi , et l’omerta sur le sujet laisse présumer qu’il ne s’agit pas de capitaux Russes , sinon ce serait déjà dans la presse .

    Si l’Europe avait voulu faire le ménage dans les paradis fiscaux , elle aurait commencé par là .
    Si elle veut faire le ménage dans les paradis fiscaux , il semble qu’il y en ait un beaucoup plus dangereux , y compris en termes de lessivage d’argent sale , qui s’appelle le Luxembourg .

    Le problème n’est pas Chypre , le problème est bien la Gestion de l’Union Européenne , le niveau de corruption atteint au coeur même de nos institutions .. et le cas Chypriote montre définitivement que ce sont les financiers qui gouvernent , mais ils gouvernent aussi mal qu’ils gouvernent leurs banques dont il faut sans cesse combler les trous . Une totale république bananière aussi incohérente que toutes les république bananières , dans lesquelles seul l’arbitraire le plus total au profit d’intérêts purement privés, sert de mode de gouvernement

    Chypre / Le moment russe et le moment Turc

    http://bit.ly/16MTsYP

      +0

    Alerter
    • vigneron // 23.03.2013 à 15h27

      caroline Porteu, il faudra nous expliquer en quoi les quelques milliards “exfiltrés” des banques chypriotes dans les semaines ou jours précédant l’annonce (urgente…) du bail-in seraient particulièrement suspects d’avoir bénéficié d’un quelconque “délit d’initié”… Cela fait juste près d’un an et le défaut grec que tout le monde s’attend au naufrage chypriote et cela faisait à ce moment là deux ans que les banques rorozonardes avaient commencé à réduire au minimum leur exposition via “l’exfiltration”, comme vous dites, de leurs dépôts dans le système financier de moins en moins paradisiaque de Nicosie (dépôts passés grosso-mrdo de 50 à 10 milliards entre début 2010 et aujourd’hui…).

        +0

      Alerter
      • yvan // 23.03.2013 à 19h34

        Salut, vieux gredin de Vigneron. Te manque pas trop, le bouquiniste/psychologue..??

        Là, par contre, le peu que je peux connaître de Caroline Porteu m’a montré qu’elle avait une pertinence de ton niveau.
        Rassures-toi, je n’hésiterais pas, comme d’hab, à demander des justifications d’avis avancés, avec force “délicatesse” de bourrin de trait.

          +0

        Alerter
      • caroline Porteu // 24.03.2013 à 00h18

        @vigneron
        D’après ce que j’ai pu en lire , on va parler de proportion en transferts de capitaux par rapport à l’activité normale, à quelques heures , jours , de l’annonce du braquage des comptes chypriotes .

        Transférer son argent n’a jamais été interdit .. Le transférer parce que l’on dispose d’informations confidentielles est autre chose .. Il serait donc intéressant de savoir qui a transféré ces montant hors de proportion avec les activités habituelles et clearstream détient cette information , par définition.

        J’en conclus que si çà avait été des fonds russes , ce serait déjà dans la presse , l’ambiance n’étant pas au beau fixe .

          +0

        Alerter
  • caroline Porteu // 23.03.2013 à 10h55

    Et j’ajoute et répète que Chypre n’a absolument rien de comptable
    La presse anglo saxonne titrait récemment : Bras de Fer entre Poutine et Merkel

    Je pense que Obama ne va pas tarder à rappeler à Merkel qu’au titre d’un certain pacte signé le
    27 février 2004 : SIGNATURE DE L’ALLIANCE STRATÉGIQUE GERMANO-AMÉRICAINE POUR LE XXIe SIÈCLE ENTRE LE PRÉSIDENT AMÉRICAIN GEORGE W. BUSH ET LE CHANCELIER D’ALLEMAGNE GERHARD SCHRÖDER.

    Il vaudrait mieux pour l’Allemagne qu’elle rabaisse ses prétentions et qu’elle la joue profil bas .

    Ils ont bien réussi à faire en sorte hier que Netanyahou présente des excuses à Erdogan qui avait des veilleités d’aller voir ailleurs (Otan) .. Obama ne sera pas déplacé pour rien .

    http://www.liberation.fr/monde/2013/03/22/israel-et-la-turquie-font-un-pas-vers-la-reconciliation_890566?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

      +0

    Alerter
    • medomai // 23.03.2013 à 10h58

      Olivier, petite digression sur la politique énergétique contre le réchauffement : vous avez un allié intelligent et assez influent en la personne de Jeremy Rifkin.

      http://www.euractiv.com/energy/jeremy-rifkin-warns-europe-obama-news-518637

        +0

      Alerter
    • Vénus-Etoile du Berger // 23.03.2013 à 11h50

      et Poutine a appelé Cameron

      cela va être sympathoche le G8(en avril) et le G20(en septembre Russie, en Russie) peut-être que pour une fois, cela va être intéressant.

        +0

      Alerter
      • yvan // 23.03.2013 à 19h44

        Vénus de mylord, le jour où un Gmesfesses permettra d’avancer en quoique ce soit, alors que le communiqué est fabriqué à grand renfort de cabinets conseils en communication, tu m’envoies un fax, d’accord..??
        Quand ils font une fiesta, ces veaux, leur seul consensus réel est éventuellement pour reconnaître que la bouffe est délicieuse.
        Je n’invente rien, voir le Gtruc de Séoul avec un poisson et une viande en cours de disparition.
        Soit, après eux, le déluge.

          +0

        Alerter
        • Vénus-Etoile du Berger // 24.03.2013 à 06h04

          yvan Le Conquérant, le service de presse du Kremlin se chargera de tout.
          Côté fiesta, ce ne sera pas de la blanquette, quelques taureaux invités ne sont pas castrés.

            +0

          Alerter
          • yvan // 24.03.2013 à 14h05

            J’ai l’impression que tu n’as pas compris que chacun défend ses paradis fiscaux et sa “croissance” et “puissance” face aux autres.
            Soit, en effet, le plus dangereux sera toujours celui qui lancera l’offensive, quitte à se détruire.
            Dans les sports de lames, vois la différence entre le sabre et les autres.

            Si vis pacem, para bellum. Mais retiens-toi toujours.

              +0

            Alerter
          • Vénus-Etoile du Berger // 24.03.2013 à 14h54

            non bien sûr je n’ai pas compris,

            heureusement que vous êtes là pour m’expliquer

            petit slip, arrête de te la jouer, yvan Le Conquérant

            on voit bien que vous n’y connaissez rien au sport.

            Le sport se pratique toujours en équipe même pour les sports “individuels”
            c’est l’équipe qui compte au final.

              +0

            Alerter
  • BA // 23.03.2013 à 11h13

    Samedi 23 mars 2013 :

    Le président chypriote doit se rendre samedi à Bruxelles dans une ultime tentative de convaincre les bailleurs de fonds de son nouveau plan pour obtenir une aide internationale, avant l’échéance lundi d’un ultimatum de la BCE menaçant de couper les vivres aux banques.

    Sur l’île méditerranéenne, où les banques sont fermées depuis une semaine et où tous les virements via internet sont bloqués, la situation devenait critique pour nombre d’entreprises, incapables de payer leurs fournisseurs ou d’être payées.

    Parmi les projets encore à voter figure une taxe exceptionnelle, qui pourrait s’élever à 15% selon la télévision publique, sur les dépôts bancaires à partir de 100.000 euros.

    Selon les médias locaux, la taxe pourrait aller jusqu’à 25% pour les dépôts de plus de 100.000 euros de la Bank of Cyprus, la plus importante de l’île et très exposée à la dette grecque.

    http://www.boursorama.com/actualites/le-president-chypriote-se-rend-a-bruxelles-pour-une-reunion-cruciale-56fe031cb917cfc4d8e5628b11755448

      +0

    Alerter
  • Crapaud Rouge // 23.03.2013 à 12h05

    Gé-nial !!! F. Lordon dit tout ce qu’il faut du sujet, et exactement ce qu’il faut. Tout d’abord en qualifiant d’extravagante cette idée de taxation des dépôts, puis en rappelant la raison majeur qui justifie de faire payer les créanciers : “[ils] ont sciemment pris des risques en prêtant aux banques, dûment touché les taux d’intérêt quand tout allait bien, mais […] ont été soigneusement exonérés (par les gouvernements) de tout effort quand les choses ont mal tourné”. Il expose enfin une autre solution : “C’est bien ce qu’ont fait les Islandais qui n’ont pas hésité à refuser d’indemniser les clients britanniques et hollandais de leurs banques quand celles-ci étaient sur le point de s’écrouler.”

    Un coup de poing dans la gueule, cette démonstration !

      +0

    Alerter
    • vigneron // 23.03.2013 à 14h25

      Effectivement, le gros créancier c’est la BCE, Vladimir n’est pas Enrico, mais, surtout, les 4 milliards de dépôts étrangers Icesave (remboursés à hauteur de 50% d’ores et déjà par les premières ventes d’actifs Landsbanki, rappelons le) ne sont pas tout à fait comparables non plus aux 25 à 30 milliards de dépôts étrangers non-chypriotes…

        +0

      Alerter
  • luci2 // 23.03.2013 à 12h52

    [Modéré, merci pour les compliments – mais je ne suis pas nombriliste 😉 ]

    Et ,inconsciemment sans doute,mais de façon indiscutable , sa façon d’Etre renvoit à ses adversaires et/ou détracteurs leur terne (noire et mortifére ? ) image…d’Etres insupportables , vénaux,cupides,égoïstes.(***)
    A l’instar de François qui a d’emblée une influence éclatante,–je parle du dernier François élu–, et ici ,Berruyer ,via ses interventions,via ce blog et Diacrisis qui fédére,infléchit sensiblement…et enfin dans le bon sens ,ces “politiques” destructrices ,sottes et diaboliques menées depuis trop de temps !
    Précision (***)=
    Les “Etres…” mentionnés ci-dessus (renvoi) ne sont pas tous “Russes”

      +0

    Alerter
  • BA // 23.03.2013 à 13h16

    Samedi 23 mars 2013 :

    Chypre : taxe bancaire de 25 % au-delà de 100 000 euros envisagée.

    Les autorités chypriotes envisagent de taxer à hauteur de 25 % les comptes présentant un solde supérieur à 100 000 euros détenus à la Bank of Cyprus, a annoncé samedi le ministre des Finances Michel Sarris.

    Cette déclaration intervient au lendemain de l’adoption par le Parlement d’un plan de restructuration des banques.

    L’île, paralysée depuis une semaine, doit conclure un plan de sauvetage avant lundi avec ses partenaires européens pour éviter la banqueroute. Les discussions avec la troïka pourraient s’achever samedi dans la soirée, dans la foulée des premières mesures adoptées vendredi soir.

    La situation est devenue critique pour nombre d’entreprises chypriotes, incapables de payer leurs fournisseurs ou d’être payées. Les banques sont fermées depuis le 17 mars et tous les virements sont interdits.

    http://www.romandie.com/news/n/Chypre_taxe_bancaire_de_25__au_dela_de_100_000_euros_envisagee40230320131310.asp

      +0

    Alerter
    • caroline Porteu // 23.03.2013 à 14h13

      @BA
      A votre avis, cette ponction va s’opérer sur Noble Energy ?
      Une des plus grosses entreprises de l’Ile , ayant obtenu les premières concessions de forage .
      Société dont le conseil se nomme Bill Clinton et dont je vous laisse découvrir les actionnaires

      http://investors.nobleenergyinc.com/ownership-profile.cfm

      Ah non excusez moi , c’est sûrement la mafia russe déguisée !!!!

        +0

      Alerter
      • Letaulier // 23.03.2013 à 18h05

        Cette question est aussi stupide que de demander si la taxe des 75% de Hollande aurait aussi viser les riches et les puissants.

        L’objectif de cette taxe à 25% c’est de collecter 4 milliards et si on commence par faire des exception selon la nature ou l’identité des actionnaire d’une boite cet objectif ne sera jamais atteint.

          +0

        Alerter
      • prb // 26.03.2013 à 00h27

        Lutte contre le blanchiment: Chypre plus performante que l’Allemagne.

        http://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2013/03/25/lutte-contre-le-blanchiment-chypre-plus-performante-que-lallemagne/

        Et Chypre est aussi mieux classée que les EU… et la Russie mieux classée que l’Allemagne. de quoi peut-être faire réexaminer certains clichés par ceux qui sont capables de remettre en cause leurs préjugés..

          +0

        Alerter
  • bastien775 // 23.03.2013 à 13h44

    Pourquoi avoir fait rentrer Chypre dans l’ UE en sachant parfaitement qu’il y avait beaucoup d’argent sale? Ce qu’il faudrait savoir c’est à qui profite le crime pour avoir accepter une telle ignominie. Tant qu’il y aura un Draghi à la tête de la BCE, ce sont les USA qui continuerons à piloter en douce la zone euro. Il y a longtemps que nous ne sommes plus en démocratie.

      +0

    Alerter
    • Letaulier // 23.03.2013 à 19h20

      Parce que si l’UE était un club où n’était admis que les pays parfaits il n’y aurai personne.

        +0

      Alerter
  • caroline Porteu // 23.03.2013 à 14h24

    Comme il est très timide , je vous signale un nouveau billet de Danyves .. que l’on pourrait intituler
    Du travail pour Angela

    sur les paradis fiscaux .
    Vous y retrouverez quelques uns de vos graphiques

    http://blogs.mediapart.fr/blog/danyves/230313/les-paradis-fiscaux

      +0

    Alerter
    • Danyves // 23.03.2013 à 14h47
    • Louis // 23.03.2013 à 15h04

      Désolé, il en manque un dans les pays non cooperatifs, membre de l’union europeenne. D’ailleurs la BNP en france le conseille pour les non residents francais
      De plus la BNP a cree une structure l’annee derniere; en y passant d’office tous les comptes de non residents pour ameliorer son conseil pour l’optimisation fiscale.

      Press conference ECOFIN Council Brussels, 15 May 2012

      “The position that Austria and Luxembourg have taken on this issue is grossly unfair.
      They are hindering 25 willing Member States from improving tax compliance and finding additional sources of income.
      They claim that they are protecting their own national interests. This excuse does not stand up.”

      A lire ici:
      http://europa.eu/rapid/pressReleasesAction.do?reference=SPEECH/12/359&format=HTML&aged=0&language=EN&guiLanguage=fr

        +0

      Alerter
  • caroline Porteu // 23.03.2013 à 15h23

    L’Eglise Orthodoxe s’en mêle

    Et çà c’est pas neutre du tout non plus ..
    L’eglise orthodoxe c’est aussi la Grèce , la Russie .. et quelque par les liens avec le Vatican ne sont pas mauvais non plus ..

    La solution de l’église orthodoxe : sortir de l’euro

    Le chef de l’Eglise orthodoxe de Chypre, Mgr Chrysostomos, qui en a mis la fortune à disposition de l’Etat face au risque de faillite, se déclare en faveur d’une sortie, à terme, de la zone euro.
    “Ce n’est pas facile, mais nous devons y consacrer autant de temps que celui dépensé pour entrer dans l’eurozone”, juge ce prélat, réputé pour son sens aigu des affaires à la tête d’une Eglise qui est le premier propriétaire foncier de l’île méditerranéenne et l’un de ses grands acteurs économiques. “Avec de tels comportements, l’euro ne peut pas tenir, je ne dis pas qu’il va s’effondrer demain mais avec les cerveaux qu’ils ont à Bruxelles il est certain qu’à long terme il ne tiendra pas, et le mieux est de réfléchir au moyen d’y échapper”, affirme-t-il au quotidien Realnews.
    Mgr Chrysostomos confirme aussi que son offre d’hypothéquer les biens de l’Eglise pour dégager des fonds pour l’Etat, présentée mercredi au président chypriote Nicos Anastasiades, reste en vigueur.

    http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/03/23/chypre-le-president-anastasiades-a-bruxelles-pour-discuter-du-plan-de-sauvetage_1853150_3214.html

      +0

    Alerter
    • Louis // 23.03.2013 à 15h26

      “son offre d’hypothéquer les biens de l’Eglise” bonne idee; Francois veut une eglise pauvre pour les pauvres 🙂

        +0

      Alerter
    • Letaulier // 23.03.2013 à 19h22

      Combien de divisions l’Eglise orthodoxe chypriote?

        +0

      Alerter
  • BOURDEAUX // 23.03.2013 à 15h43

    Je reste un peu sur ma faim quant à la réponse de LORDON à la question: “qu’aurait-il fallu faire ?”: LORDON reste un peu flou, et insiste sur le blanchiment d’argent sale, or, je n’ai pas l’impression que soit ici la source du problème chypriote. Je me souviens clairement qu’au moment du défaut grec, la question du secteur banquaire chypriote avait immédiatement émergé, avant d’être mis en sourdine. Il ne s’agit ici que d’une conséquence directe du défaut grec, et il est tout autant scandaleux de s’aprêter à balancer encore 10 mds dans les banques chypriotes qui s’étaient gavées d’obligations grecs avant de boire le bouillon, que d’avoir précédemment balancé pour des dizaines de milliards de papier grec dans les “actifs” de la BCE. J’ajoute que les engagements pris par les commissaires européens pour sauver tous ces cadavres sont pris sur la foi des comptes publiques des membres de la zone euro, lesquels comptes sont vides: nous avons donc là des manchots qui s’inscrivent à de multiples championnats de trapèze en espérant que d’ici à ce que démarrent les compétitions, leurs bras auront repoussés.

      +0

    Alerter
    • Christophe Vieren // 23.03.2013 à 16h52

      IL me semble qu’il y répond, lapidairement (mais son blog regorge de proposition) mais il y répond :

      “2) se poser aussitôt la question de savoir comment cette situation de dilemme en est venue à se constituer, et taper aussi fort que nécessaire pour qu’elle ne se reproduise plus !

      En l’occurrence, une fois de plus, la réponse est très simple : l’UE a laissé ses banques faire n’importe quoi. “

      Je résume cela par : remettre en place la régulation qui existait il y a 40 ans en l’adaptant bien sûr au monde d’aujourd’hui (en commençant par la séparation des activités bancaires). Ce qui ne veut pas dire qu’il faille considérer les Traités européens, ou les règles de l’OMC, ou d’autres encore dont nous sommes signataires, comme étant le cadre dans lequel cette re-régulation doit se faire. Les parties de ces traités qui y font obstacles doivent être amendées, et dans le pire des cas il faut s’en retirer.

        +0

      Alerter
    • Letaulier // 23.03.2013 à 19h10

      Normal qu’il reste flou car il n’a rien à proposer et comme le journaliste de Marianne lui sert la soupe on en reste là.

        +0

      Alerter
  • Kiergaard // 23.03.2013 à 17h56

    Cet article m’a rappelé un article de Frédéric Lordon intitulé : Le totalitarisme, stade ultime du capitalisme ? où il développe le concept de colinéarisation au désir-maître du projet néolibéral.
    L’article n’étant pas disponible in extenso et assez complexe. J’en ai fait une synthèse avant de soumettre certaines réflexions.

    J’essaye de transposer la thèse de cet article avec la situation actuelle dans le traitement de la “crise de la zone euro”. La transposition est assez aisée dans la mesure où ce traitement participe d’un même projet néolibéral et mobilise les mêmes élites vers un même but : la convergence des pensées, des “intériorités” vers des solutions présentées comme absolument nécessaires dans la réalisation d’un désir-maître.
    Chypre est une très bonne illustration des stratégies mises en œuvre dans ce but.

    http://points-de-vue-alternatifs.over-blog.fr/article-reflexions-recentes-sur-le-totalitarisme-stade-ultime-du-capitalisme-de-frederic-lordon-116453563.html

      +0

    Alerter
  • Dan // 23.03.2013 à 18h39

    L’affaire chypriote montre clairement les failles du système bancaires européens et l’incompétence des technocrates de Bruxelles. Tout d’abord il ya en Europe des pays qui sont des paradis fiscaux comme les pays-bas ou le luxembourg et on s’étonne qu’un pays comme chypre le soit également , on découvre cela maintenant : c’est vraiment du foutage de gueule . Les technocrates de Bruxelle découvre aujourd’hui que Chypre est un pays pétrolier qui a des amis à Moscou qui s’intéresse à sa richesse. Quelle imbécilité et incompétence que de mettre le couteau sous la gorge à ce pays solvable . Ce sera à mourir de rire si demain Chypre sort de l’Euro , leur amis n’entendent que cela.C’est à croire que l’Europe est vraiment dirigée par des ânes !

      +0

    Alerter
    • Letaulier // 23.03.2013 à 19h06

      Les “technocrates” de Bruxelles ne sont pas incompétents mais non compétents. L’organisation des systèmes bancaires est largement du ressort des Etats membres et pas de l’UE.

      Un peu facile de communautariser les échecs et de nationaliser les succès.

        +0

      Alerter
  • BA // 23.03.2013 à 19h18

    Samedi 23 mars 2013 :

    Chypre : des centaines d’employés de banques manifestent et menacent de se mettre en grève.

    Des centaines d’employés de banques ont manifesté samedi après-midi à Nicosie et menacé de se mettre en grève si les autorités chypriotes, engagées dans une course contre la montre pour sauver les banques et l’île de la faillite, ne garantissaient pas leur avenir.

    Parti du siège de l’Union chypriote des employés de banques (Etyk), le cortège s’est rendu devant le palais présidentiel, puis devant le Parlement, avant de commencer à se disperser dans le calme, même si la colère était palpable, selon un journaliste de l’AFP.

    “Si vous ne garantissez pas nos fonds de pension, nous nous mettrons en grève à partir de mardi”, date prévue de la réouverture des banques fermées depuis le 17 mars, a lancé Loizos Hadgicostis, président d’Etyk.

    La situation est devenue critique pour nombre d’entreprises chypriotes, incapables de payer leurs fournisseurs ou d’être payées. Les banques sont fermées depuis le 17 mars et tous les virements sont interdits.

      +0

    Alerter
    • Letaulier // 23.03.2013 à 19h29

      Paroles, paroles….si il se mettent en grève ils auront la population contre eux, mais contrairement au président de la république ou aux membres du gouvernement, le banquier moyen n’a pas de garde du corps.

        +0

      Alerter
      • tchoo // 25.03.2013 à 16h46

        Ah oui, c’est vrai, ils n’ont pas encore faim, les chypriotes de la population!

          +0

        Alerter
  • bastien775 // 23.03.2013 à 20h10

    Un point de vue intéressant sur la chronique Agora.

    Paris, Samedi 23 mars 2013

    Edition du week-end

    Chypre : que cherchent les autorités européennes ?

    Eh bien, qui aurait cru qu’une petite île d’un peu plus de 9 000 km2 pourrait provoquer un tel désordre !

    Tout juste un million d’habitants, et elle pourrait entraîner l’Europe tout entière dans le chaos ?

    Eh bien oui. Chypre a mis le feu aux poudres cette semaine — reste à savoir si la conflagration sera généralisée… ou si les pompiers gouvernementaux réussiront à éteindre le brasier.

    Voici un bref rappel des faits, admirablement résumés par Philippe Béchade lundi matin :

    “L’île avait un besoin urgent de 17,5 milliards d’euros pour éviter une banqueroute — mais Bruxelles et le FMI — sous la supervision de Berlin — n’étaient disposés à lui octroyer qu’un prêt de 10 milliards d’euros au maximum. Cela contraint Chypre à supporter environ 40% de l’effort financier. Vous rappelez-vous les représentations d’Atlas soutenant le monde ? Si Chypre flanche, c’est l’euro qui va au tapis, nous expliquait-on depuis six mois”.

    “Vu le PIB de l’île — voisin de 20 milliards d’euros mais qui s’est contracté de 2,4% en 2012 et devrait décroître de 3,5% en 2013 –, recevoir un prêt de 17 à 18 milliards d’euros aurait fait exploser le ratio dette/PIB et l’aurait porté à un niveau insoutenable”.

    “Cependant, trouver en interne 7,5 milliards d’euros de toute urgence relevait également de la mission impossible. Cela a forcé le gouvernement de Nicosie à opter pour une série de privatisations — et surtout pour l’instauration d’une taxe exceptionnelle de 6,75% sur tous les dépôts bancaires s’agissant de compte d’un montant inférieur ou égal à 100 000 euros et de 9,9% au-delà de ce seuil”.

    Evidemment, la levée de boucliers a été générale. Le Parlement chypriote a purement et simplement refusé de voter une telle décision, rejetée à l’unanimité.

    Depuis, à Chypre, c’est… le chaos.

    Cécile Chevré faisait un portrait éloquent de la situation dans La Quotidienne d’Agora :

    “La BCE a menacé de cesser de fournir en liquidités les banques chypriotes et de bloquer toutes opérations financières internationales. Objectif avoué de la manoeuvre : faire plier Nicosie et convaincre le gouvernement – et le Parlement – chypriote d’accepter les conditions du plan de soutien proposé par la zone euro. Nicosie doit donc mettre sur la table 5,8 milliards d’euros pour que les 10 milliards promis soient versés”.

    “La BCE justifie sa décision en expliquant que l’approvisionnement d’urgence des banques européennes en manque de liquidité (ELA) ne s’applique pas aux banques chypriotes, qui sont en situation de défaut”.

    “Pour le moment, les banques de l’île restent fermées. La plupart des distributeurs automatiques ont été vidés de leur réserve de billets. Les opérations via Internet ont été suspendues… et ce jusqu’à nouvel ordre. L’île est déjà coupée du monde monétairement, et va l’être encore plus même en cas de réouverture des banques, qui a été reportée à mardi prochain”.

    “Le blocage organisé par la BCE devrait avoir plusieurs conséquences :
    – les réserves de cash : pour faire face à la demande en pièces et billets, Chypre va avoir recours dans un premier temps aux réserves de cash de sa banque centrale. Reste à savoir combien de temps elles pourront tenir… Chypre risque de se retrouver très vite à court de monnaie.
    – les virements à l’étranger seraient impossibles, ce qui à terme devrait asphyxier l’économie chypriote”.

    Cécile continue son article en nous soumettant quatre scénarios pour Chypre — dont aucun n’est particulièrement souhaitable.

    A l’heure où j’écris ces lignes, les discussions avec la Russie ont échoué… la proposition de nationalisation des fonds de pension d’entreprises semi-publiques a été rejetée par l’Allemagne… de même que l’idée d’un “fonds de solidarité” basé notamment sur les futurs revenus des réserves de gaz de Chypre.

    Bref, les portes semblent se refermer l’une après l’autre au nez des Chypriotes… et la question que se pose votre correspondante, c’est :

    Que cherchent les autorités européennes ? Pensaient-elles vraiment que leur plan initial allait être accepté ?

    A moins que… à moins qu’elles n’aillent volontairement au clash ? Peut-être s’agit-il de faire de Chypre une sorte de laboratoire — un endroit où étudier en direct une situation de faillite bancaire, de paralysie du pays et de sortie précipitée de la Zone euro ?

    Après tout, comme nous le disions plus haut, Chypre est toute petite, son PIB n’est pas majoritaire dans la Zone euro… Les enseignements que l’on pourrait tirer de son éviction de l’Eurozone pourraient être précieux pour — au hasard — la Grèce, l’Italie, l’Espagne…

    Un point de vue trop cynique ? Peut-être. Mais j’avoue que c’est la seule explication vaguement “rationnelle” qui me vient à l’esprit pour tenter de justifier un gâchis aux proportions aussi écrasantes.

      +0

    Alerter
  • BA // 23.03.2013 à 20h35

    Samedi 13 mars 2013 :

    Un article ahurissant :

    Plan de sauvetage : le président chypriote espère un accord bientôt.

    Le président chypriote Nicos Anastasiades a affirmé samedi soir qu’il espérait bientôt un accord sur un plan de sauvetage de l’île, au moment où il tenait des négociations-marathon avec la troïka pour lever les milliards d’euros nécessaires à l’obtention du plan.

    Nous sommes ici et nous travaillons avec énergie pour sauver l’économie, a écrit le président conservateur sur Twitter. Nous déployons tous les efforts possibles. J’espère avoir un résultat bientôt, a-t-il dit à la veille de son départ prévu pour Bruxelles pour rencontrer les ministres de l’Eurogroupe.

    Des représentants de la troïka composée de l’Union européenne, de la Banque centrale européenne et du Fonds monétaire international étaient samedi soir au palais présidentiel pour poursuivre les négociations, avant une réunion prévue avec les responsables des partis politique de l’île.

    Faute d’accord avant lundi, selon des sources européennes, les pays de la zone euro sont prêts à en éjecter Chypre pour éviter que la crise ne menace par contagion d’autres pays ployant sous leur dette comme la Grèce, l’Espagne et l’Italie.

    http://www.romandie.com/news/n/_Plan_de_sauvetage_le_president_chypriote_espere_un_accord_bientot63230320132009.asp

    Cette dernière phrase est extraordinaire.

    Les pays de la zone euro sont prêts à éjecter Chypre comme un malade choisirait de se scier un pied atteint de gangrène.

    Je me scie le pied, mais au moins je vais survivre.

    Mais en revanche, si je ne me scie pas le pied, la gangrène va continuer, et après ce sera la jambe …

      +0

    Alerter
  • Dan // 23.03.2013 à 21h13

    L’Europe va t-elle faire la même erreur que l ‘URSS au moment de son effrondrement en 1991 , c’est une connerie monstreuse que de vouloir taxer les dépôts bancaires , c’est la meilleur façon de déclencher la panique financière et la fuites des capitaux , d’ailleurs le ministre de l’ancienne URSS Pavlov l’a très bien expliqué et ses conséquences sur l’économie soviétique de l’époque. A Bruxelles nous avons affaire vraiment à des gamins , voir des incompétents qui un jour auront à répondre de leurs actes et du désastre à venir.

      +0

    Alerter
    • Letaulier // 23.03.2013 à 21h22

      Je ne savais pas que l’URSS s’était effondré à cause d’une taxe bancaire!

      Est-ce que c’est la même raison qui a causé la chute des empires romains et Incas?

        +0

      Alerter
  • Letaulier // 23.03.2013 à 21h20

    “L’homme d’affaires russe Boris Berezovsky retrouvé mort ”

    http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/03/23/boris-berezovsky-retrouve-mort_1853369_3214.html

    Pour tout ceux qui pensent que spolier les épargnants hollandais avec la banque Icesave ou les clients russes des banques Chypriotes c’est la même chose.

      +0

    Alerter
    • Inox // 23.03.2013 à 22h22

      Mais c’est bien sûr… Et c’est pas Oswald qui a tué Kennedy aussi et Poutine va mettre du polonium dans le réseau d’eau potable Européen. Ça va ? Vous avez l’air pas bien aujourd’hui.

        +0

      Alerter
      • Letaulier // 23.03.2013 à 22h29

        Le mec s’est peut-être suicidé mais ce que je veux dire c’est que la Russie n’est pas les Pays-Bas. Quand un citoyen néerlandais meurt on ne soupçonne jamais les services secrets de son pays d’être derrière cet événement. On ne prête qu’aux riches.

          +0

        Alerter
        • Wilmotte Karim // 24.03.2013 à 22h52

          La dissonance cognitive, parfois, cela donne une sale impression.

            +0

          Alerter
        • tchoo // 25.03.2013 à 16h49

          vous voila complotiste!

            +0

          Alerter
          • Letaulier // 25.03.2013 à 18h16

            Oui, finalement vous m’avez contaminé.

              +0

            Alerter
  • BA // 23.03.2013 à 23h11

    Grand prix du neuneu 2013 :

    La médaille d’or du neuneu 2013 est attribuée à …

    … Jean-Claude Trichet.

    Nous savions que Jean-Claude Trichet était un neuneu, mais à ce point …

    Le 18 janvier 2008, Jean-Claude Trichet déclarait :

    “En outre, pour une petite économie ouverte comme Chypre, l’adoption de l’euro offre une protection contre les turbulences financières internationales, qui ont souvent un effet disproportionné sur les petites économies.”

    “Furthermore, for a small open economy such as Cyprus, the euro adoption provides protection against international financial turmoil, which often has a disproportionate effect on smaller economies.”

    http://www.bis.org/review/r080122a.pdf

      +0

    Alerter
  • christo // 24.03.2013 à 00h35

    Enfin quelqu’un qui comprend le coeur du problème…

    Why Cyprus Matters (And The ECB Knows It)
    http://tinyurl.com/cnn53y4

    Ceux qui affirment que Chypre est un “confetti” n’ont rien compris.

    Le passif des uns est l’actif des autres.

    Draghi ne peut pas laisser tomber Chypre, et ne peut pas laisser tondre les bonds holders… :
    -d’abord au nom du dogme “l’Euro est intangible” (personne ne peut sortir)
    -mais ensuite, car il y a un risque systémique

    Donc quand il fait soit disant un “blocus”, les gros yeux noirs avec Merckel, c’est une pose, un mensonge politique, et un mensonge économique.

    La BCE, comme d’habitude depuis 2008, trichera, et… nous paierons.

    Chypre ne sortira pas de l’Euro… Vous rêvez.

      +0

    Alerter
  • Lisztfr // 24.03.2013 à 00h53

    A la fin, il reste toujours Noé, et son complexe : on sacrifie tout le monde, toute la population pour n’en sauver que quelques-uns. Le thème est repris dans les films catastrophe, depuis 1951 :

    http://www.imdb.com/title/tt0044207/

    When Worlds Collide (1951)

    C’est un peu le dernier avatar de la démocratie, on ne peut pas vous sauver, donc on va se sauver soi-même, on prépare une petite embarcation par altruisme, pour sauver l’humanité, qui par hasard coïncide avec soi-même. Donc peu importe Chypre, et ses conséquences. Il y aura une Arche, avec des animaux dessus et des hommes, qui flottera sur les eaux 40 jours…

      +0

    Alerter
  • Lugoboni Franck // 24.03.2013 à 10h45

    Pour info et apporter un élément de plus ( confortant encore les analyses d’OLIVIER) à ceux qui ne l’auraient pas dèjà en connaissance cet article et une petite serie d’articles de la tribune sur le même theme) pourquoi les deputes français sont ils si mou et si corrompus ? Cordialement a tous
    Franck de Villefranche sur saone

    http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/industrie-financiere/20130311trib000753359/les-banques-anglaises-menacees-d-une-scission-generale.html

      +0

    Alerter
  • BA // 24.03.2013 à 13h38

    Dimanche 24 mars 2013 :

    Après une journée de négociations-marathon à Nicosie avec des représentants de la troïka – Union européenne, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international (FMI) -, Nicos Anastasiades va devoir convaincre Bruxelles du sérieux du plan proposé pour réunir les 7 milliards d’euros (plus du tiers de son PIB) exigés par la zone euro en échange d’une aide de 10 milliards d’euros.

    http://www.boursorama.com/actualites/chypre-le-president-anastasiades-a-bruxelles-7dd4c226eed2fd53d2c3b27066ab1730

    Dette publique de Chypre au troisième trimestre 2012 :
    15,042 milliards d’euros.

    PIB de Chypre : 17,907 milliards d’euros.
    Somme à trouver d’ici lundi : 7 milliards d’euros, soit 39,09 % du PIB de Chypre.
    Je répète :
    D’ici lundi, Chypre va devoir trouver une somme égale à 39,09 % du PIB de Chypre.

    Mais qui croit encore à ces foutaises ?

    Hein ?

    Qui croit encore que, d’ici lundi, Chypre va trouver une somme égale à 39,09 % de son PIB ?

      +0

    Alerter
  • Annie Stasse // 24.03.2013 à 14h06

    Je prends connaissance de ce papier de Lordon par un commentateur qui me l’a indiqué. Infidèle lectrice de votre blog. C’est toujours un plaisir. J’avais vu la vidéo d’interview de Olivier Berruyer au moment où, moi-même empêtrée dans mes contradictions… puis revenant à la raison, il me fut une aide, parmi peu d’autres, pour essayer d’être non partisane, pas facile. En effet Jorion ne dit rien, sinon philosopher, et les économistes atterrés sont silencieux.
    Nous n’avions donc que les libéraux pour crier au scandale… ça dénature notre réaction première. Il fallut donc revenir sur le rationnel et la loi commune de justice.
    http://www.penseelibre.fr/crise-chypriote-synthese

      +0

    Alerter
    • fx // 24.03.2013 à 19h45

      moi aussi j’ai du mal à suivre. Selon J. Sapir, si j’ai compris son propos, ce serait pas si bien de laisser faire partir à la faillite les banques chypriotes. Chypre sortirait de l’euro, la Russie échangerait ses euros en dollars, par mesure de rétorsion et car Chypre est surtout une plate-forme des transactions rouble euro. D’où fragilisation de l’euro. A cela s’ajoute la prise en main de gaz Chypriote par la Russie faisant de cette dernière une pièce maitresse de la distribution de gaz en Europe. Me contredire si j’ai pas bien tout saisi. Bref, laisser se réaliser la faillites des banques chypriotes, le pb est bien + grave en conséquences.

        +0

      Alerter
      • Annie Stasse // 24.03.2013 à 20h35

        en effet c’est aussi ce que j’ai compris de Sapir, mais Lordon ne dit pas le contraire, il dit autre chose. A se demander si la non prise de position claire de Jorion et le silence des économistes atterrés ne seraient pas des divergences, faute d’arriver à faire un prognostique.
        Alors si nos économistes n’arrivent pas à voir les choses plus clairement, nous Citoyens…

          +0

        Alerter
        • totor // 26.03.2013 à 01h18

          Bon, il y a plein de variantes mais la question se résume à: Qui paie?:
          1- … le contribuable européen: la BCE continue à fournir des liquidités aux banques chypriotes insolvables et met l’état sous perfusion via le programme OMT. On met la monnaie en danger, en préparant l’inflation et en accentuant les tensions avec l’Allemagne. De toute façon, on en est déjà pour 10Meuros, le débat ne porte que sur les 6Meuros résiduels.
          2- les détenteurs des bons du trésor chypriotes et des actionnaires des banques: pas de bol, avec le MES et autres conneries, c’est encore pour… le contribuable européen
          3- les déposants. Ah! là il y a du grain à moudre. En capant la confiscation à 100keuros, on fait payer les riches imprudents qui ont utilisé le paradis fiscal pour diverses raisons (évasion fiscale, transactions opaques entre moyen-orient / russie et zone euro). Pas de bol, on apprend ce soir que les gros déposants ont bénéficié de complicité pour récupérer leurs avoirs via des filiales des banques chypriotes qui étaient restées ouvertes. Donc, il ne reste plus que les petits chypriotes et… le contribuable européen!

          Au passage, l’Allemagne a un certain intérêt à l’affaire, puisqu’une partie des capitaux des pays les plus faibles va se réfugier chez elle. La libre circulation des capitaux au sein de la ZE phagocyte ainsi l’Europe du Sud. Je ne sais pas combien de temps ce délire peut durer, on est en train de mettre à genoux les pays du “club Med”, faudra pas s’étonner des réactions des peuples.

          Ça éclaircit le débat?

            +0

          Alerter
          • Annie Stasse // 26.03.2013 à 13h58

            le dernier billet de Olivier Berruyer, résumant les dispositions du plan pour Chypre n’expose pas du tout dans ce sens, mais approuve le plan,

            ce qui n’est pas du tout le cas de Jorion, ni Martine Orange sur Mediapart, ni, ni ni… tellement de gens (sensés).

            par exemple, qui va payer l’écroulement de l’économie de Chypre ? (pas la peine de répondre, je connais la réponse !)

            (tout votre exposé ne m’était pas utile, j’expose tout ça depuis des lustres sur mon blog, merci quand même).

              +0

            Alerter
  • Annie Stasse // 26.03.2013 à 16h51

    … au suivant : la Slovénie.
    On va où ?

    je “préconise” depuis quelques temps de sortir de l’euro (et ne me mettez pas dans le même panier que l’extrême droite, mes raisons sont différentes). Tout est vicié à la base, dans les traités. Les décideurs, le plus souvent, ne sont pas élus.
    S’ils nous avaient respectés en 2005 ! et que dire quand Papandréou proposa un référendum.

    Je n’ai absolument plus aucune confiance en qui que ce soit qui décident pour l’euro.

    J’ai lu attentivement votre article sur l’accord pour Chypre. Bizarrement, sur le blog de Jorion (dont Leclerc) il n’est pas dit tout à fait la même chose.

      +0

    Alerter
  • Aurel // 18.04.2014 à 18h19

    Lordon est moins europhobe que Nikonoff et Bernier mais quand même. Lordon comme Todd se garde bien de dire que pour sortir de l’Euro il faut sortir de l’UE. C’est le propre de l’europhobie bien-pensante qui plait beaucoup à l’extrême droite car c’est comme ça qu’elle monte malheureusement. Lordon (dit dans son texte “Ce que le Fn ne nous prendra pas”) lui veut l’exit-taxe comme aux USA pour les exilés fiscaux qui ne paieraient pas leurs impôts en France. Yann Le Galut a voulu le proposer en 2012 mais cette mesure est anti-constitutionnelle. D’accord pour régulariser les travailleurs sans-papiers mais voilà à forcer de jouer avec le feu en prônant en sortie de l’euro c’est insupportable à entendre quand ça devient un discours bien-pensant. Lordon est intelligent comme Todd ils sont républicains et de gauche mais sur ce terrain là ils labourent sur les terres d’extrême droite. Dévaluer l’euro est possible en même temps que développer les monnaies locales.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications