Les Crises Les Crises
13.septembre.201513.9.2015 // Les Crises

“Il est peu probable que Jeremy Corbyn puisse devenir un véritable chef qui rassemble l’électorat” par Denis MacShane

Merci 2
J'envoie

Bon, ben finalement Corbyn a gagné.

Et pas qu’un peu :

(on note que le Labour a 4 fois plus de membres que le PS au passage)

Aux ordres, l’Obs mainstream réagit pour nous “informer” : 1/ il qualifie le type bien entendu “d’extrême gauche” (il faudra qu’ils nous donnent un jour leur définition de la “gauche”) 2/ ils vont interroger un féroce opposant interne, sans un de ses soutiens pour compenser – sans doute par esprit pluraliste. En tous cas, pas la peine d’interroger la droite du coup…

C’est un métier, “journaliste” à ‘l’Obs


Source : Nouvel Obs, 12/09/2015

Propos recueillis par Sahra Halifa-Legrand
“Avec Jeremy Corbyn, le Labour entre réellement dans l’opposition – Et, bon gré mal gré, le parti va se ranger derrière son nouveau chef d’extrême gauche, estime Denis MacShane, ex-ministre de Tony Blair. Interview.”

Énorme, merci aux commentateurs. Je n’avais pas regardé sa page Wikipédia, mais l’interviewé est non seulement “ex ministre”, mais surtout “ex député” et “ex membre” du parti travailliste, vu qu’il a été condamné à 6 mois de prison ferme (qu’il a effectués) pour fraude comptable en 2013… Mais bon, on ne va pas informer le lecteur…

L’élection de Jeremy Corbyn à la tête du Labour, samedi 12 septembre, marque-t-elle un tournant historique dans l’histoire du parti travailliste ?

– Non, le Labour fait un virage abrupt à gauche comme il l’a toujours fait par le passé quand il se trouvait au début d’une période dans l’opposition. Avant l’ère Tony Blair, deux leaders avaient été élus à la tête du parti sur une plateforme anti-américaine, anti-Europe, anti-guerre et anti-capitaliste : il s’agit de Michael Foot et Neil Kinnock. Jeremy Corbyn se situe dans cette tradition.

Le Labour était déjà en crise : l’arrivée de Corbyn lui donne-t-elle une chance d’en sortir ou annonce-t-elle un désastre encore plus grand ?

– On traversait en effet déjà le désert. Maintenant, ça va peut-être perdurer plus longtemps. Le Labour a perdu l’élection en 2010, mais il n’a pas vraiment compris qu’il était désormais dans l’opposition. Le parti a eu plusieurs problèmes pendant ces cinq dernières années. Il a eu du mal à trouver son identité avec Ed Miliband (le chef du Labour de 2010 à 2015, ndlr) qui, même s’il a essayé de marquer sa différence avec Tony Blair et Gordon Brown, était quand même un des leurs. Et il n’a pas su se positionner face à cette curieuse coalition, entre conservateurs et libéraux-démocrates, qui était au pouvoir. Mais avec quelqu’un comme Jeremy Corbyn, à la gauche de la gauche, qui n’a jamais cessé de s’opposer, on peut dire que le parti entre aujourd’hui réellement dans l’opposition. Il est très difficile cependant de savoir où le Labour sera dans deux ans.

Comment vont réagir les députés du Labour, qui n’ont, dans leur très grande majorité, pas voté pour lui ? Quelles sont les chances de survie de Corbyn à la tête du parti ?

– Il n’y aura pas de putsch. Il n’y aura pas une énorme révolte des députés du parti. Car ils se souviennent douloureusement de la scission du Labour en 1981, quand le parti social-démocrate (SPD) a été fondé. Mais aussi car il n’y a pas d’alternative. Les mécontents vont donc très probablement ronger leur frein discrètement et laisser du temps au temps pour trouver une solution.

Peut-être qu’après avoir gagné de manière si extraordinaire le leadership du Labour, peut-être qu’avec cette énorme responsabilité sur les épaules, en tant que leader du principal parti d’opposition au gouvernement, Corbyn va-t-il chercher à se faire accepter. Ce n’est pas quelqu’un qui cherche à être une personnalité dominante. Peut-être va-t-il changer certaines traditions. Comme laisser à d’autres membres du Labour la parole lors du tête à tête féroce qui a lieu tous les mercredi midi entre le leader de l’opposition et le Premier ministre ? Ou en ne participant pas aux grandes cérémonies avec la reine ? Peut-être va-t-il imposer une manière totalement différente de faire de la politique qui va trouver un écho ? Peut-être Corbyn va-t-il plaire ? J’en doute, mais attendons de voir.

Normalement, c’est dans l’opposition que l’on avance, que l’on gagne des municipalités, des régions. Mais si le Labour se révèle incapable de remporter des élections, je pense qu’alors cela va commencer à sérieusement gronder à l’intérieur du parti et que même les supporteurs de Corbyn vont finir par se poser des questions. Jeremy Corbyn est comme Olivier Besancenot. Il prêche aux fidèles de la gauche de la gauche, mais il est peu probable qu’il puisse devenir un véritable chef qui rassemble l’électorat.

Quels vont être ses principaux défis dans les 5 ans qui viennent ?

– Le principal défi va être le référendum sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (qui doit être organisé d’ici 2017, ndlr). Jeremy Corbyn est un eurosceptique mais pas un obsédé de cette question – et surtout pas un souverainiste comme Nigel Farage ou Marine Le Pen. Pour lui, le problème de l’Europe, ce sont surtout les politiques d’austérité, les atteintes aux droits des travailleurs.

Le risque, c’est que la gauche et une partie du Labour puissent être tentées par le populisme anti-européen, comme Laurent Fabius et Arnaud Montebourg l’ont été lors du référendum sur le traité constitutionnel européen en 2005. Mais toutes les forces politiques, sociales, culturelles pourraient aussi se rassembler pour faire campagne contre l’isolement du Royaume-Uni. C’est encore trop loin pour savoir comment ça va tourner. Ce qui est certain, c’est que si nous sortons de l’Union européenne, la politique britannique va plonger dans une crise généralisée. Les Conservateurs sont malins et post-Thatcher. Ils vont tout faire pour garder le pouvoir, y compris des virages au centre, voire à gauche, s’il le faut.

Quel enseignement la social-démocratie européenne peut tirer de cette élection de Corbyn ?

– En Espagne ou en Grèce, Corbyn serait dans Podemos ou Syriza. En France, il serait dans le Front de Gauche. Son élection, c’est encore une preuve du désarroi de la gauche européenne, piégée entre le populisme de gauche tel Syriza, Podemos ou le Front de Gauche, et la nécessité de chercher des voix dans la grande masse des électeurs. La gauche gouvernante en Europe n’est aujourd’hui pas inspirante. Le problème, c’est que ce qui pourrait l’aider – un retour de la croissance et une diminution du chômage en France où il y a un gouvernement social démocrate – ne semble pas près d’arriver…

Denis MacShane, ancien député travailliste et ex-ministre des Affaires européennes de Tony Blair, a publié cette année : “Brexit : How Britain Will Leave Europe” (éd. I. B. Tauris, non traduit).

 

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

FifiBrind_acier // 14.09.2015 à 07h01

Caliban,
Un Parti leurre est un Parti qui propose des super programmes, vachement attractifs, mais totalement impossibles à mettre en place, car interdits par les Traités européens.

Un Parti leurre fait croire que tout est possible en restant dans la construction européenne. Exemple: nationaliser les banques, réindustrialiser, faire une politique sociale, protéger les services publics, protéger l’agriculture, changer les Traités de l’intérieur, etc

Une des caractéristiques principale d’un Parti leurre, c’est de ne jamais citer aucun article des Traités européens qui empêchent de réaliser le dit programme. Même s’ils sont très critiques sur l’ UE, il ne veulent jamais en sortir. C’est ce que l’on appelle en France les Souverainistes.

Ils pratiquent “le performatif” : ils énoncent des propositions, donc cela devient réel.
Sans jamais démontrer si c’est réalisable ou pas.

61 réactions et commentaires

  • Chris // 14.09.2015 à 00h10

    Corbyn Sera-t-il un leurre comme Syriza, Podemos et Front National ? je ne parle même pas des tiédasses Front de Gauche, ni Debout la France qui je crois -j’espère !- n’abuse personne.

      +22

    Alerter
    • Caliban // 14.09.2015 à 01h38

      Que voulez-vous dire par “leurre” ?

        +1

      Alerter
      • FifiBrind_acier // 14.09.2015 à 07h01

        Caliban,
        Un Parti leurre est un Parti qui propose des super programmes, vachement attractifs, mais totalement impossibles à mettre en place, car interdits par les Traités européens.

        Un Parti leurre fait croire que tout est possible en restant dans la construction européenne. Exemple: nationaliser les banques, réindustrialiser, faire une politique sociale, protéger les services publics, protéger l’agriculture, changer les Traités de l’intérieur, etc

        Une des caractéristiques principale d’un Parti leurre, c’est de ne jamais citer aucun article des Traités européens qui empêchent de réaliser le dit programme. Même s’ils sont très critiques sur l’ UE, il ne veulent jamais en sortir. C’est ce que l’on appelle en France les Souverainistes.

        Ils pratiquent “le performatif” : ils énoncent des propositions, donc cela devient réel.
        Sans jamais démontrer si c’est réalisable ou pas.

          +65

        Alerter
        • atanguy // 14.09.2015 à 20h18

          D’accord tous les partis enfument avant d’être au pouvoir,mais dis moi Fifi qu’est-ce que ce “interdits par les Traités européens”. J’espère que tu ne mets pas cette argument “légal” comme un exemple d’inconsistance de tous les partis. Il est bien sur que dans ce cas il n’y aurait rien a faire. De mon point de vue c’est justement cette supposée légalité des traités qui doit être remise en cause si un parti doit avancer dans la bonne direction.

            +3

          Alerter
          • FifiBrind_acier // 15.09.2015 à 06h02

            Bonjour,
            Quelques exemples:
            – Articles 38 & 39 de la PAC:
            L’agriculture européenne est soumise à l’industrialisation.

            – Il est interdit de faire des politiques intérieures nationales.
            http://www.dailymotion.com/video/x11kkuc_viviane-reding-il-n-y-a-plus-de-politiques-interieures-nationales-il-n-y-a-plus-que-des-politiques-e_news

            – En zone euro, il est impossible de dévaluer la monnaie pour l’ajuster à la compétitivité des économies. Nous fonctionnons avec l’euro-mark, trop élevé par rapport au dollar pour la majorité des pays.

            – Il est interdit de mettre en place un contrôle des mouvements de capitaux.
            Article 63. Les capitaux, les hommes, les marchandises et les services doivent circuler librement à l’intérieur de l’ UE, mais aussi avec l’extérieur.
            (D’où les délocalisations et les achats d’entreprises, comme Arcelor par Mittal)

            – Il est interdit d’élaborer des politiques économiques, c’est la Commission européenne qui le fait: article 121 du TFUE

            – Le Droit européen est supérieur au droit des Etats
            http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=URISERV:l14548

            – La Défense et la Politique étrangère des Etats européens sont soumises aux décisions et aux intérêts de l’ OTAN -article 42 du TUE.

            – Démantèlement des services publics: article 106 du TFUE

            – Interdiction aux Banques centrales de prêter à taux 0% aux Etats et aux Collectivités locales: article 123 du TFUE. Obligation d’emprunter aux banques privées, avec intérêts, évidemment.

            – Changer une virgule dans les Traités nécessite l’accord unanime des 28 payas. article 48 du TFUE.
            Comme ils ne sont d’accord sur rien, c’est pas demain la veille…

            Si un pays viole les Traités, plainte auprès de la Cour de Justice européenne et/ou du Tribunal Pénal International.

            Exemple: la France a refusé de transcrire une directive sur les OGM: 10 millions d’euros de pénalités.
            http://www.liberation.fr/terre/2008/12/09/ogm-la-france-condamnee-a-10-millions-d-euros-d-amende_294995

              +13

            Alerter
            • Lysbethe Lévy // 15.09.2015 à 11h13

              Tout a fait, FifiBrinda_acier, la Constitution Française est SUBSIDIAIRE à la Constitution européenne !

              Quand elle s’applique elle annule les lois françaises, ce qui est aussi la preuve de la perte de souveraineté de notre pays et indique bien que nous ne sommes plus indépendants mais bien soumis au carcan de Bruxelles.

              Et c’est bien ce que ne nous disent pas les politiciens et autres fonctionnaires chargés d’appliquer la dictature européenne soumise aux Usa, nous ne sommes donc qu’une province pour ceux ci ou ils peuvent s’installer et décider a notre place leurs projets. Etablir une base militaire, installer des missiles, quitte à nous mettre en danger car “eux” sur leur “pays-continent” sont protégés.! .

                +3

              Alerter
      • Renaud 2 // 14.09.2015 à 09h33

        Fifi a très bien expliqué, je me contenterai de citer deux exemples (toute ressemblance avec des personnes ayant réellement existé serait purement fortuite). Imaginons lors d’un discours de campagne, un présidentiable dire “mon ennemi c’est la finance” ou “je mettrai fin aux programmes d’austérité” et que… Oh merde alors ! La loi bancaire faisant suite aux propos de campagne ne touche que 0,5% du chiffre d’affaires des mégabanques et un troisième mémorandum de la troïka est appliqué…

          +15

        Alerter
    • wesson // 14.09.2015 à 08h08

      Corbyn, ça fait 30 ans qu’il est député du Labour, et qu’il ne cesse de voter contre son propre mouvement (à plus de 500 reprises dit-on).

      Les “Tories” pérorent en disant que ce type est inéligible, mais font en vérité dans leur froc, car personne ne l’as vu venir. Il y a 4 mois, ce type là était tout simplement totalement inconnu

      En tout état de cause, ce résultat dérange fortement, même si la prochaine élection importante en Angleterre n’est qu’en 2020. Il va en effet probablement imposer des thèmes politiques qui ne plairont pas. Re-nationalisation intégrale des chemins de fer, remise en cause de la plupart des privatisations, autant de choses dont ni les Tories, ni le New Labour n’avaient envie de parler. Et l’ampleur de sa victoire montre que ces thèmes sont réellement porteurs pour l’électorat.

      En tout cas, le New Labour défait ne lésinera pas pour savonner la planche de leur nouveau patron, comme les médias Anglais qui sont quasi exclusivement détenus par Rupert Murdock. Il jugeront très probablement Corbyn sur la mission impossible de regagner au SNP ce que le Labour a perdu aux dernières élections, et le rendront responsable des défaites passées.

        +28

      Alerter
      • MinL // 14.09.2015 à 09h26

        Quasi exclusivement détenus par R. Murdoch, n’exagérons pas 🙂 Murdoch possède le Sun, le Times et les chaînes de télé Sky. Ça lui donne un sacré pouvoir mais de loin pas le monopole. Par contre je rejoins votre analyse, la plupart de la presse UK étant sous la tutelle de milliardaires (R. Desmond, Lord Rothermere, the Barclays brothers, E. Lebedev, etc) ou de groupes de presse aux pratiques commerciales aggressives et à l’évasion fiscale facile, il y a de fortes chances que J. Corbyn s’en prenne plein la figure dans les années à venir (d’autant que le très centriste E. Miliband y était déjà qualifié de ‘gauchiste’ pour avoir osé mettre la réforme de certaines niches fiscales dans son programme).

          +9

        Alerter
      • Andrae // 14.09.2015 à 16h31

        Oui… un rajout. Cet article (Independent, en anglais mais compréhensible, histogrammes et gruyères, titres simples) montre les résultats de sondages (tous publics) qui approuvent – et massivement – certaines des propositions principales de Corbyn.

        http://tinyurl.com/oxwl9oj

        Il va devoir faire face à un Labour divisé qui va se déchirer – c’est le premier défi, perso je pense qu’il peut vaincre. Plus loin, tout sera fait pour lui barrer la route ou l’incapaciter. (J’espère qu’il pense à sa sécurité.) Mais Corbyn amha est autre chose que Podemos ou Syriza (faibles, populistes, facilement ejectés, manipulés, ou ‘normalisés’) car l’assise du Labour en GB est traditionelle et immense et la colère gronde depuis 20 ans ou plus …

        Pour l’instant il me semble que la campagne contre lui, absolument unanime dans les médias, a un effect contraire: les gens sont offusqués, ou sont les ‘valeurs’ d’opposition, de discussion, de joute politique? (un standard Anglais, avec un système éléctoral qui prone ‘c’est le meilleur qui gagne’), ce qui ne fait qu’augmenter sa popularité, également parmi certains Tories (droite), bon des paléo-Tories.

        Bcp de masques sont en train de tomber, et l’emprise des Camerons et du New Labour ou Third Way (Blair), avec les médias complices à 100%, est sérieusement compromise.

          +12

        Alerter
    • Lt Anderson // 14.09.2015 à 10h06

      Je pense pouvoir répondre à Chris dans le cadre de la vision qu’en aurait la Gauche Communiste.
      Contrairement à ce que tout intellectuel et politicien adoubés “démocratiques” annonçaient dès 1989, non la lutte de classe n’a pas pris fin avec la chute du Mur et encore moins avec la fin de l’URSS. Elle est permanente et quotidienne cette lutte. Si elle avait avalé sont acte de naissance (1848) les médias et intellectuels (des penseurs?) n’auraient pas besoin d’asséner dans les esprits ses messages haineux contre la classe des travailleurs et les “idées de gauches” (il faut y voir derrière les fondamentaux socialistes et par extension communistes) que ce soit ouvertement ou de manière subliminale. Plus d’une génération que ça dure, étrange pour une idée qui serait morte…
      Pour parler clairement, la bourgeoisie cherche toujours à avoir un coup d’avance dans sa lutte politique contre le prolétariat. Elle a bien senti que ces sales travailleurs ne peuvent se faire à l’idée de TINA – There Is No Alternative, qu’on a tendance à oublier). Ils savent dans ce qui leur reste de conscience (et ce qui leur reste est le fondamental) que ce système qui se refuse à mourir sereinement – le capitalisme – risque d’entrainer la société dans ce qui pourrait être la pire forme de barbarie par la faute de ce qui n’est en fait qu’un “caprice” des puissants et de fait de la bourgeoisie. Elle veut que l’ensemble de l’humanité (dans le sens de “société” et pas “d’espèce”) meure avec elle, comme sous l’Antiquité profonde où les rois et empereurs étaient inhumés avec leurs épouses et serviteurs sacrifiés.
      Oui, la bourgeoisie sent le vent tourner dans le sens contraire de ce qu’elle cherchais à se persuader, elle prend donc les devants en permettent que des “vrais socialistes” et “vrais gens de gauche” prennent des positions dominantes, que ce soit par le biais des partis politiques ou des syndicats.
      Oui, un coup d’avance dans une partie d’échec contre les travailleurs où les “Jeremy Corbyn” ne sont en fait que des pions.
      Il y en aurait ici qui penseraient sérieusement que la bourgeoisie laisserait agir librement de vrais révolutionnaires? Sérieux?

        +17

      Alerter
      • Andrae // 14.09.2015 à 17h26

        Il y en aurait ici qui penseraient sérieusement que la bourgeoisie laisserait agir librement de vrais révolutionnaires? Sérieux? Lt. Anderson.

        D’accord.. mais c’est compliqué…

        — Corbyn n’est pas un révolutionnaire. Il porte une flaveur du ‘passé’, p. ex. nationaliser les chemins de fer (la privatisation a été un désastre horrible.) Il re-noue avec des principes, une organisation de la société qui existait avant (1945-1975 disons), et qui est bien connue et a été appréciée des Britanniques. Certes ses propositions peuvent sembler ‘révolutionnaires’ car bcp n’ont plus le souvenir du passé.

        — La bourgeoisie ne va pas le laisser agir. Pour barrer la route à Corbyn et supporteurs, ils vont être obligés d’utiliser des armes des destruction massive type soft (médias, propagande …) et cela démontrera au public que leurs idées de ‘justice’ ou de ‘bonne organisation’ ou de ‘principes à ne pas franchir’ ou de ‘solidarité’ etc. ont été submergés dans une propagande néo-libérale qui ne fonctionne plus.

        Si et quand les autorités en viennent à utiliser les forces de l’ordre (police, armée, prisons, services sociaux…) – ce qui existe déjà massivement mais caché dans l’ombre – il y aura une rupture. Et les ‘bourgeois’ veulent éviter cette issue à tout prix. Ils se savent vulnérables.

          +4

        Alerter
        • Lysbethe Lévy // 14.09.2015 à 17h52

          Oui, justement le dernier homme au moment de la chute finale, il faut sauver le système et on sort du paquet de jeu de carte celle du “joker” : Corbyn ! L’homme miracle qui parle “gauche” est de” la gauche” d’un parti qui depuis longtemps a viré sociale démocratie puis libéral au point de flirter ultra-libéral a point.

          Je crois aussi que quand le capitalisme est aux abois il sort un “type” bien marqué a gauche pour calmer le populo en colère et au bord de l’explosion sociale. Corbyn l’homme providentiel pour l’élite qui a peur pour ces privilèges va se servir de lui pour faire passer des lois encore plus iniques et garder le système inégalitaire en place.

          N’oublions pas que ce pays est encore marqué par une royauté même si elle n’a plus autant de pouvoir elle est liée plus ou moins au pouvoir en place. Un révolutionnaire au pays de Margareth Thatcher ? Non jamais la City n’aurait laissé faire si elle n’avait pas dans l’idée derrière la tête que le “gauchiste” était déjà coopté à son profit…

            +8

          Alerter
          • Wilmotte Karim // 14.09.2015 à 18h39

            Il semble surtout qu’il était juste là pour légitimer l’élection.
            Il n’était absolument pas prévu qu’il gagne.

              +5

            Alerter
            • nourredine // 14.09.2015 à 19h26

              @Wilmotte Karim, la reaction de la population instinctive est toujours difficile a prevoir.

                +2

              Alerter
          • nourredine // 14.09.2015 à 19h25

            @Lysbethe Lévy, Saviez vous que Margaret Thatcher est bien morte et que Tony Blair est mourant?
            Au moins Jeremy Corbyn donne un air positif quand il dit que la pauvrete peut etre combattue, que les choses doivent changees, qu’il y a une autre alternative que l’austerite, que les guerres ou l’armee Britanic doit s’arreter, que les armes nucleaires ne doivent pas avoir un budget aussi important, que l’education redevienne gratuite, que les grandes institutions comme les banques, les chemins de fer, les energies doivent redevenir public property, c’est grace a ses idees qu’il a fait des milliers de jeunes de s’interresser a nouveau a la politic.
            Enfin si vous ne le saviez pas, maintenant considerez vous etre mise au point!!!!!!!!!

              +7

            Alerter
        • Lt Anderson // 15.09.2015 à 10h09

          Je n’ai jamais dit texto que Corbyn était un révolutionnaire. J’ai pris d’abord pris exemple sur sa situation, puis ensuite j’ai étendu mon propos sur des principes plus fondamentaux (une sale manie de marxiste).
          J’ai donc insisté sur le fait que la bourgeoisie ne peut se permettre à aucun moment de lâcher la bride de la conscience de classe. Elle tient fermement la laisse de nos consciences, et fera en sorte que jamais elle ne lui échappe. Il faut donc couper la laisse.

            +1

          Alerter
  • FDM // 14.09.2015 à 00h10

    Bonjour;

    En temps normal, je suis souvent en colère concernant la propagande du système (et exaspérer aussi), mais là c’est tellement ridicule que j’en ris.

    Je me dis même que cela pourrait nous servir et se retourner contre eux, tellement c’est énorme comme accusation, tenez à partager avec vos proches tellement c’est ridicule, d’autant plus que cela sa passe au Royaume-Uni, ce n’est ni la Russie, ni le Venezuela, qu’ils continuent comme cela et il y aura de plus en plus des résistants;

    http://www.lesoir.be/988281/article/actualite/union-europeenne/2015-09-13/cameron-labour-corbyn-est-une-menace-pour-securite-nationale

    http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/2454313/2015/09/13/Jeremy-Corbyn-une-menace-pour-la-securite-nationale.dhtml

    Merci.

      +16

    Alerter
    • dissy // 14.09.2015 à 00h35

      A propos de Russie, l’inévitable Monsieur 1 pct à savoir Navalny(libéral pro US, pro Kiev financé par USAID et Open Russia donc Soros),crie donc à la fraude ce soir.

      Elections régionales en Russie, l’opposition crie à la fraude….source AFP

      http://www.rtbf.be/info/monde/detail_elections-regionales-en-russie-l-opposition-crie-a-la-fraude?id=9078746

        +6

      Alerter
      • VVR // 14.09.2015 à 05h11

        Nalvany c’est monsieur 27%, quand il a été second l’élection comme maire de moscou, son seul fait score electoral connu (et un record pour Parnas).

        Parnas, dont il est simple membre et non dirigeant comme le laisse entendre nos chers journalistes, c’est moins de 5% un peu partout mais souvent ils n’ont même pas assés de militant pour être considéré comme un parti et donc pouvoir se présenter (et ce n’est pas faute d’inventer des militant à l’occasion).

        Golos, l'”ONG” qui dénonce la fraude (comme a chaque élection d’ailleurs) est très officiellement financée par la NED, USAID et la commission européenne pour ses frais courant, avec des bonus du département d’état us en période d’élection.

        Les sources de l’afp sont toujours aussi fiables. J’aurais aimer avoir l’avis de veritables ong comme “la ligue des electeur”, mais inutile de compter sur nos journaux pour ça.

          +7

        Alerter
  • olivier69 // 14.09.2015 à 01h06

    A méditer : “Les villes-états sumériennes sont considérées comme les premières formes de démocratie. Avec le temps elles se sont transformées en monarchies.” (wiki)
    Avec le temps ? Peut-être que cette affirmation inspire ou plutôt aspire le journalisme contemporain. Fatalité de la démocratie ?

    Manifestement, tout le monde ne semble pas avoir les mêmes notions du temps même si….
    En attendant, il y a de la volatilité dans la vie politique, un peu à l’image de celle des bourses. Signes précurseurs du grand saut qui se profile ?

      +1

    Alerter
  • Louis Robert // 14.09.2015 à 01h49

    Voilà que je me sens VRAIMENT bien informé… Enfin! Inutile donc de chercher plus loin. Même pas besoin de poursuivre en anglais…

    J’ai créé un nouveau signet: je dois absolument me référer régulièrement à cette publication, à l’avenir, ajoutée à l’instant à mes “favoris”!

      +0

    Alerter
    • Louis Robert // 14.09.2015 à 02h19

      Addendum —

      Et maintenant passons aux choses sérieuses…

      1. Comment loin à gauche est se situer vraiment à gauche?

      “How Left Wing Is Jeremy Corbyn Actually?”

      http://www.truthdig.com/eartotheground/item/how_left-wing_is_jeremy_corbyn_actually_20150913

      2. En quoi le public britannique est-il d’accord avec Corbyn?

      “The 9 charts that show the ‘left-wing’ Jeremy Corbyn policies the public actually agrees with”

      http://www.independent.co.uk/news/uk/politics/the-jeremy-corbyn-policies-that-most-people-actually-agree-with-10407148.html

      3. Et si Corbyn représentait une menace sérieuse pour les Tories?

      “Contrary to popular opinion, a Corbyn-led Labour would be a real threat to the Tories”

      http://www.independent.co.uk/voices/contrary-to-popular-opinion-a-corbynled-labour-would-be-a-real-threat-to-the-tories-10485231.html

      N’en déplaise à “l’Obs”…

        +1

      Alerter
      • t. // 14.09.2015 à 11h35

        Louis Robert Le 14 septembre 2015 à 02h19

        1. Comment loin à gauche est se situer vraiment à gauche?

        Heu.. Là, quand même, je me sens obligé de refaire la traduction

        Tant qu’à faire, je traduis tout l’article de  truthdig.com, il n’est pas long

        Dans quelle mesure Jeremy Corbyn est-il vraiment de gauche ?
        
        Le chef récemment élu du Labour a été traité de « menace pour la sécurité nationale » par le Premier ministre David Cameron et de « passé de mode » par l’ancien Premier ministre Tony Blair. Mais il y a quelque chose que ces politiciens de l’ordre établi ne révèlent pas : c’est que la plus grande part du public britannique est d’accord avec lui sur toutes sortes de questions.

        Extrait du journal l’Independant :

        Renationaliser les chemins de fer a des soutiens dans tous les partis, les Conservateurs se partageant également sur la question, 42% sont pour la renationalisation, 42% s’y opposent
        La politique du Labour sous la direction de Jeremy Corbyn devrait soutenir la renationalisation, qui a un soutien écrasant du public.

        M. Corbyn a dit qu’il voulait revenir au taux d’imposition de 50% qui s’appliquait aux salariés payés 150 000 livres (en gros, au 1% “d’en haut” des salariés)
        Il avait aussi déclaré qu’il était favorable à une augmentation de ce taux s’il permettait de lever plus d’argent. Y a-t-il une demande du public pour une telle mesure ? Il se pourrait bien. Un sondage de YouGov a trouvé que 56% du public approuve un taux de 75% semblable à celui proposé en France par François Hollande , et que seuls 31% y est opposé.

        S’il dit comme François Hollande le doute est levé, il est bien de gauche.

          +6

        Alerter
        • atanguy // 14.09.2015 à 20h35

          Il n’est pas inutile non plus de mentionner qu’il est contre la construction des deux EPR et pour le développement des énergies renouvelables. – A mon avis un bon critère de la définition “Etre de gauche”.

            +3

          Alerter
  • St3ph4n3 L. // 14.09.2015 à 07h01

    Ainsi ce monsieur est un “ex-ministre de Tony Blair” ? Parle-t-on du même Tony Blair qui a vomi sa haine (comment dire autrement ?) de Jeremy Corbyn pendant des semaines à longueur de colonnes dans le journal The guardian ?

    http://www.pauljorion.com/blog/2015/09/13/m-corbyn-nappartient-pas-a-la-realite-par-herve-connangle/

      +3

    Alerter
  • bruno // 14.09.2015 à 07h39

    Bonjour, à l’instant la chronique de caroline fourest sur france culture….charge violente contre Jérémy Corbin.
    Cette “journaliste” est de plus en plus aux ordres, pathétique.

      +29

    Alerter
    • wesson // 14.09.2015 à 08h25

      Ahh Caroline, elle nous a fait une synthèse. “Songez même que ce Corbyn parle à la télé Iranienne et à Russia Today”, assurément des éléments suffisant pour la charmante Caroline pour être catalogué chez les irrécupérable.

      Je rêve d’un service public radiophonique débarrassé de ces chroniqueurs néoconservateurs parasites, déguisés en fausse gauche et qui n’apportent absolument rien d’original au débat.

      Ce qui est important chez Corbyn, et ce sur quoi personnellement je le jugerai, c’est sur sa capacité à faire évoluer le débat politique en Angleterre (voire en Europe) sur les choses réellement importantes, et non pas sur les c.nneries annexes dont la délicieuse Caroline nous régale les oreilles en quotidienne.

      Mais on fait confiance à notre chroniqueuse pour recentrer le débat sur l’annexe, l’insignifiant et le futile, pour faire oublier tout cela.

        +18

      Alerter
    • Mat // 16.09.2015 à 01h03

      L’analyse de la chronique de Caroline Fourest par Arrêt sur Images : Elle est une nouvelle fois prise la main dans le sac.

      http://www.arretsurimages.net/articles/2015-09-15/Corbyn-et-ses-amis-integristes-Fourest-ou-l-art-du-raccourci-id8032

      Quand est-ce que cette menteuse professionnelle perdra sa carte de journaliste?

        +2

      Alerter
  • Marianne // 14.09.2015 à 08h00

    C’est vrai, c’est parfait : aucune organisation dans ce pays ne fait de propositions crédibles, il n’y a pas de débat du tout parmi ceux qui veulent en finir avec le système autour de l’existence d’une Europe, ni autour de la souveraineté, d’ailleurs le fait même de s’organiser et de constituer un parti est suspect, si on s’organise en parti c’est qu’on est déjà dans le système… et finalement continuons à construire la critique et surtout ne faisons rien du tout. Comme ça on est tranquille.
    La définition des partis “leurre” que je viens de lire plus haut concerne aussi bien les souverainistes façon Sapir que les souverainistes façon PG. Comme ça tout le spectre est couvert et nous pouvons rentrer nous coucher ?

    Que la forme des “partis” ou leur fonctionnement interne, leur place et leur rôle dans une démocratie refondée soient de vrais questions, aucun doute, mais expliquez-moi comment résister sans organiser un collectif ? Chacun pour soi et Dieu pour tous, et nous sommes sûrs de préserver notre “puretée” idéologique ?

      +24

    Alerter
    • Renaud 2 // 14.09.2015 à 10h07

      Il n’y a pas de recette miracle, mais un bon indicateur de la “respectabilité” d’un parti est son exposition médiatique. A travers ce blog, monsieur Berruyer s’attache à montrer que ce qu’on nous sert la plupart du temps dans les médias est de la pure propagande. A priori, plus on est exposé médiatiquement et moins on est une menace pour le pouvoir en place. Il faut bien comprendre que le système est verrouillé. Mais ce n’est pas une raison pour ne rien faire, qui est effectivement la pire des solutions.
      Les notions d’autonomie et d’indépendance sont fondamentales. Tout ce qui sert la résilience, au niveau familial, du quartier, de la ville, de la région, du pays, est positif, et la création ou l’appartenance à un parti n’est qu’un élément parmi d’autres, et à mon humble avis pas le plus significatif. Commençons par faire circuler les informations (merci en particulier à ce blog, mais il y en a d’autres), à faire par nous-mêmes le maximum plutôt que d’acheter tout fait made in “un pays où les salariés sont exploités”, faire vivre les artisans et producteurs locaux, réduire au maximum notre facture énergétique à long terme (investir dans l’isolation et les systèmes performants, voir pour cela la conception bioclimatique), etc. La résistance passe plutôt contre les mégabanques et les multinationales de l’agro-pharma-industries que dans la lutte purement politique (qu’il ne faut pas négliger non plus nous sommes d’accord).
      Il existe d’ores et déjà des associations qui vont dans ce sens, ou des mouvements, comme celui des Villes en Transition.

        +5

      Alerter
    • aleksandar // 14.09.2015 à 19h03

      Merci Marianne de ce rappel selon lequel le defaitisme est aussi une des armes du pouvoir.

      Persuader les “anti” que rien n’est possible, rien de mieux pour desamorcer les oppositions.

      “Personne n’a besoin de détruire son ennemi, il suffit de detruire sa volonté de se battre”
      Sun Tzu

        +21

      Alerter
  • Ataraxi // 14.09.2015 à 08h06

    Traversée du désert ? Ça c’est pas sûr…

    La démocratie représentative vieillit, on dirait que c’est de plus en plus difficile d’empêcher le petit peuple de voter à “gauche” (dans le vrai sens du terme).
    Si les électeurs ne sont pas dignes de la confiance qu’on leur accorde, s’ils ne comprennent pas la chance qu’ils ont de vivre dans des pays libres, s’ils n’ont même plus la reconnaissance du ventre, alors il est peut-être temps de passer à autre chose.

      +4

    Alerter
  • MinL // 14.09.2015 à 09h05

    Denis McShane. Mmm ce nom me dit quelque chose …

    Ah oui, le gars qui a fait 6 mois de prison il y a deux ans pour avoir triché sur ses notes de frais ! Ça vaudrait le coup de le rappeler 🙂

    http://www.theguardian.com/profile/denismacshane

      +14

    Alerter
  • Lt Anderson // 14.09.2015 à 10h29

    Quelle publication sérieuse cet Obs, que de journalistes courageux… Courageux au point de non point interroger l’intéressé lui-même mais un tiers.
    Quel sens du devoir, quelle probité.

      +5

    Alerter
  • Albéric // 14.09.2015 à 10h37

    “Mais avec quelqu’un comme Jeremy Corbyn, […], on peut dire que le parti entre aujourd’hui réellement dans l’opposition.”

    Venant d’un ancien cadre du Labour, c’est un aveu. Nous à gauche, on a Valls et Macron…

      +7

    Alerter
  • René Fabri // 14.09.2015 à 11h57

    Il apparaît que la presse joue toujours un rôle de contre-pouvoir.
    Mais elle ne s’attaque plus au pouvoir en place.
    Elle vise le pouvoir potentiel qui pourrait émerger, qui est “anti-américain, anti-Europe, anti-guerre et anti-capitaliste”, que l’on peut résumer en “anti-worldcompany” ou “anti-impérialiste”.

      +10

    Alerter
  • nourredine // 14.09.2015 à 12h21

    Jeremy Corbyn n’est pas associe du club de Wesminster, il n’a aucune affilliation avec les soi disant serieux politiciens Britanic donc c’est un hors la loi.
    Le probleme pour ces politiciens de droites comme de gauche ce n’est pas Jeremy Corbyn mais la population qui va et la deja soutenu.
    D’ailleur avec cette election on voit bien que ce n’est pas ses compatriotes du party qui l’on soutenu.
    Avec ses idees tres claires et tres progressistes comme free education pour tous en simplement taxer les corporations de 1% cela fait mal aux riches Britanics.
    Le fait que Jeremy reveille la population, les tories et certains du labour ont les chocottes car le regime etablit depuis des decennies commence a tomber et comme ca a ete ecrit plus haut les riches feront tout pour ne rien lacher meme a completement detruire la societe que de ceder one pence

      +9

    Alerter
  • totor // 14.09.2015 à 13h13

    Je vous propose un exercice: m’aider à commenter en ligne cette lettre ouverte à la gauche et aux écologiste de J.C. Cambadélis.

    J’ai commencé (en gras pour indiquer ce qui fait tiquer, en rouge pour le commentaire)
    C’est là que ça se passe: https://goo.gl/uXCtFt

    Restez poli quand même!

      +1

    Alerter
  • nourredine // 14.09.2015 à 14h12

    Pour ceux qui comprennent l’anglais voici un article interressant quand la presse Britanic accuse Jeremy d’etre tres a gauche.
    Pour les autres il y a toujours la traduction.

    http://www.independent.co.uk/news/uk/politics/the-jeremy-corbyn-policies-that-most-people-actually-agree-with-10407148.html

    http://www.truthdig.com/eartotheground/item/how_left-wing_is_jeremy_corbyn_actually_20150913

      +1

    Alerter
  • Olposoch // 14.09.2015 à 14h14

    En tous cas, il faut reconnaître un vrai talent à nos élites…

    Avoir choisi Tsipras, jeune sans passé, page blanche sans idéologie, pour fédérer l’opposition en Grèce, ce qu’il a fait, puis se faire élire…

    Le gars, on l’a promené pendant 5 mois, puis on lui a dit que la fête était finie, et il a fait ce qu’il devait faire….

    Coup de maître… Syriza dézingué, Podémos tué dans l’œuf, toutes les gauches européennes et leurs volontés alternatives déconsidérées, elles qui avaient vu en Tsipras l’éclaireur…
    Toute velleité de réforme sera désormais associée à la débandade de Tsipras, confronté “aux réalités”…

    Donc tout va bien…

    Corbyn n’a que le soutien de ses électeurs, et Junker a bien défini la valeur de la démocratie. Il devra faire face à la totalité des médias, et aux caciques des partis qui se partagent les postes…
    un ennemi combattant.

    Bon courage

    Perso, l’espoir est mort avec Tsipras (il a gagné sa place au prochain bilderberg) et Varoufakis qui nous fait sa Christine Boutin, genre “j’ai de quoi faire 3 fois sauter la république”, mais qui fait rien.

    Varoufakis détient les enregistrements de la prise d’otage, il a appelé de ses vœux l’ouverture des boîtes noires”…. et… et… oualoo keutchi, en costume Cerruti à la fête de l’huma il a brassé du vent…

    Donc, juste attendre le moment ou Corbyn va prendre son carton rouge…

      +8

    Alerter
    • nourredine // 14.09.2015 à 14h28

      @Olposoch,
      Vous oubliez une chose tres tres importante.
      Une majorite d’Anglais et Gallois sont contre le Royaume Uni en Europe et cette majorite va en augmentant, donc Mr drunker c’est lui qui va prendre le carton rouge et meme avant que Jeremy soit elu en 2020.
      En attendant cette annee je vous conseille de bien suivre les idees que va developer Jeremy et ce ne sera pas que les electeurs de gauche qui vont lui accorder la confiance deja meme des conservateurs sont en accord avec certaines de ses idees de renationalisez les trains, les energies, veuillez lire le lien que j’ai poste plus haut.

        +5

      Alerter
    • FifiBrind_acier // 14.09.2015 à 19h58

      La Grande Bretagne va organiser un referendum sur la sortie de l’ UE.
      Dans le cadre d’un pays souverain, les revendications de Corbyn sont réalisables.
      Mais pas s’ils restent dans l’ UE.

      La Commission européenne , qui décide des politiques économiques des 28 pays européens (article 121 du TFUE), a mis les privatisations à l’ordre du jour.

        +1

      Alerter
      • Hellebora // 15.09.2015 à 20h35

        Corbyn a été clair sur le sujet : pas question de prôner une sortie de l’UE

          +2

        Alerter
  • seb // 14.09.2015 à 14h49

    C’est la technique journalistique par excellence de ces dernières décennies. Plutôt que le journaliste trahisse son opinion avec sa propre prose, il fait parler autrui. Autrui étant minutieusement choisi. Au choix opposition (syrie, russie, UK…) ou officiels gouvernementaux (USA, Arabie Saoudite, France, Turquie, Ukraine, Georgie …)

      +4

    Alerter
  • pierre // 14.09.2015 à 17h16

    A propos de ce MacShane, quelques remarques en passant pour comprendre le personnage :
    0/ il parle très bien le français : ça aide pour se faire mousser à l’export
    1/ le 23 décembre 2013, il a été condamné à 6 mois de prison (sentence passé dans les prisons de Belmarsh puis de Brixton).
    2/ une de ces anciennes assistantes parlementaires s’appelle Axelle Lemaire (oui, celle-là même qui est désormais au gouvernement en France)

    Un petit tour sur Wikipedia (https://en.wikipedia.org/wiki/Denis_MacShane) puis sur LeMonde (http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/06/23/axelle-lemaire-outsider-recidiviste_4443568_3234.html) pour mieux cerner le (ou les) personnage(s). On est entre ami du New Labor 😉

      +10

    Alerter
  • Jean-Paul B. // 14.09.2015 à 19h52

    L’Obs, ce magazine futé qui ne voyait que des gentils démocrates dans l’opposition “syrienne” qu’il fallait aider à accéder au pouvoir en bombardant Bachar El Assad?
    Il faudrait toujours ressortir leurs propres articles et les tendre comme un miroir aux “journalistes” de ces foutus médias, mais malheureusement le ridicule ne tue pas !!!

      +4

    Alerter
    • anne jordan // 15.09.2015 à 15h16

      mais !
      ils ne sont pas les seuls , à l’Obs !
      sur F.Inter , journal de 13 h , on invite la présidente du feu CNS , pour l’entendre asséner : ” 1 mort sur 100 en Syrie de la faute à Daesh , 7% par celle d’Assad ”
      No comment .

        +0

      Alerter
  • Charlie Bermude // 14.09.2015 à 21h00

    Je verrais Corbyn , plutot comme un effet qu’une cause . Ce n’est pas un révolutionnaire , il a pas l’age et à ma connaissance n’est pas l’émanation d’un parti clandestin qui prépare la prise du pouvoir en sous main .
    Simplement je pense un symptome éfifiant , selon lequel le monde a basculé , au moins dans l’opinion , dans le sens contraire de ce que nous connaissons depuis 30 à 40 ans , une période s’achéve , une autre commence . Celà a débuté avec Poutine en Russie {ou peut étre au Vénézuela) , se continue avec Syriza , Podemos , etc , selon les modalités locales et temporelles . Pour le moment ce n’est que mouvement d’opinions . Si ce n’est pas perçu selon son importance , par l’adverse , ce que je pense étre le cas fatalement , celà prendra une autre tournure …

      +2

    Alerter
  • wesson // 14.09.2015 à 22h07

    A la décharge de l’Obs, ils ont produit ce soir un article bien plus intéressant et équilibré.

    http://tempsreel.nouvelobs.com/edito/20150914.OBS5796/gauche-europeenne-la-lecon-de-corbyn.html

    Les gesticulations de Cambadelis aussi me laissent à penser que le PS Français est en train de passer en mode panique: Vont ils avoir le destin du PASOK ? C’est peut-être ce danger qu’ils voient arriver.

      +2

    Alerter
  • GaM // 14.09.2015 à 22h38

    Bon, ne boudons pas notre plaisir : un journaliste de l’Obs emmerdé, c’est toujours bon à prendre :)))))))

      +3

    Alerter
  • olivier69 // 14.09.2015 à 23h49

    Solution radicale :

    Et si un libéral (pas un “néo”) vous disait : Externalisons la dette sur le 0,01% (baronnie financière) et nationalisons (privatiser) les bénéfices pour les 99,9% (le peuple), exceptionnellement (ils s’en remettront parce que conjoncturel et non structurel) pour faire repartir la machine (les moteurs de l’éco). Vous savez ? Pour le bien de l’humanité…..

    N’y aurait-il qu’un militaire de carrière pour agir ainsi ? Parce que c’est une façon de combattre les dangers de la solvabilité à terme et la mauvaise répartition des ressources (inégalités des richesses), sans tomber dans le communisme (risque de choisir une oligarchie, plus qu’une autre, pourquoi faire ?).

    Certes, le 1% perdrait sans doute aussi des plumes (excès de patrimoine thésaurisé). La fuite des capitaux ? Là, où l’on en est…..Ce sont des capacités de financement et du travail (pas de l’esclavage) que l’on veut !

      +0

    Alerter
  • Non Aligné // 15.09.2015 à 14h49

    Quoiqu’on se trouve ici sur un média “critique”, et indépendamment de l’article qui démontre lisiblement une nouvelle fois les méthodes des groupes de presse (L’obs n’a-t-il pas été racheté ou en cours de rachat par Le Monde, ce grand quotidien indépendant?), je note qu’on est ici en train de se réjouir… d’un programme et d’annonces faites dans un contexte électoral (certes interne).

    Il n’est pas encore l’heure de savoir si Corbyn en est un (leurre^^), le temps nous le dira (même s’il nous a déjà contraint à faire le deuil de Syriza…).

    Qu’il fasse ou non parti du plan A du “système”, Corbyn saura être intégré dans le plan B (on le détruira, ou alors on a déjà son obéissance, comme Tsipras).

    Je précise que j’apprécie beaucoup ce blog d’Olivier Berruyer, mais sinon concrètement, on fait comment pour améliorer le quotidien et se préparer au jour d’après ? (celui après le Grand Soir ?).

    Quel est le modèle qui nous fait sortir du salariat ?

    Beaucoup sur les blogs que je consulte ont des idées, mais qui agit au-delà de “éveiller les conscience sur internet”?

    Je ne suis pas critique, je suis demandeur des vos expériences/tises.

      +0

    Alerter
  • olivier69 // 15.09.2015 à 19h12

    Bonjour Homère,
    vu la qualité des commentaires, on imagine bien que son lectorat est à l’image du bonhomme. Un échantillon ?

    “Nous tout ce qu’on veut c’est le retour à l’Europe des Neuf, avec l’Espagne à la place de l’Angleterre. Plus de Hongrois racistes, de Polonais cathos, de Britanniques ultra-libéraux, d’Autrichiens nazis, de Grecs tricheurs, de Bulgares sans goût…
    Eventuellement on peut récupérer les Portugais en plus, mais à condition qu’ils gardent leur morue dégueulasse.”

    “C’était l’Académie des Neuf non ? ”

    “Non, la morue je suis pour, ce serait juste sympa qu’ils apprennent à faire les croissants, parce que là il y aurait beaucoup à redire.”

    “t’as déjà gouté les croissants italiens, parce que là aussi il y a à redire.”

    “C’est quoi ces préjugés sur la morue ? non, mais ! ”

    “En effet, faut n’avoir jamais goûté une bacalhau a braz bien faite pour dire ça ! La gastronomie portugaise est trop ignorée…”

    “Merci pour cette précision…rien à ajouter ! ”

    No comment…..

      +1

    Alerter
    • Homère d’Allore // 15.09.2015 à 21h02

      Pour une fois d’accord avec vous, Olivier69 !

      Ce qui prouve qu’on peut aussi “marcher séparèment et frapper ensemble” à notre petit niveau.

        +1

      Alerter
  • Hellebora // 15.09.2015 à 20h37

    En 2013, 2 ans après que son auteur ait succombé à un arrêt cardiaque, paraissait le livre de Peter Mair : “Ruling the Void”. Il n’y prévoyait évidement pas la victoire de Corbyn mais son diagnostic fournit des clés à ce succès contre toute attente…
    http://www.washingtonpost.com/blogs/monkey-cage/wp/2015/09/14/this-book-explains-why-jeremy-corbyn-now-leads-labour-its-author-died-in-2011/?postshare=3451442319317084

      +0

    Alerter
  • Charlie Bermude // 15.09.2015 à 20h38

    La panique gagne les Verts aussi . A y réflechir c’est logique , ils sont d’emblée en dehors du coup par le pro Europe qui les nourrit . J’ai rien contre le souci écologique , sauf que pour moi ce doit étre partie intégrée dans l’émancipation à ne pas à opposer au reste et par là faire distraction .
    On peut comprendre que l’emprise des lobbys sur les partis traditionnels , impose de se démarquer , mais pas d’ignorer la question sociale .
    De méme pour les questions de moeurs , tient Mamére est la croisée des deux , vert et sexe …

      +2

    Alerter
  • Charlie Bermude // 15.09.2015 à 20h54

    2016 : l’année de l’Inde… et dernière chance pour une transition systémique globale organisée
    Pic GEAB 97

    Lorsque LEAP a lancé le GEAB en janvier 2006 avec pour objet la description d’une « crise systémique globale » en gestation, l’une de ses intentions était de contribuer à faire prendre conscience aux Européens de la faiblesse des États-Unis et de l’opportunité qui existait alors de finaliser le processus d’indépendance du continent.

    Cet objectif n’était pas seulement motivé par un intérêt purement européen. Il se fondait sur une prédiction forte que nous avons souvent répétée dans ces pages : la transition du monde occidentalo-centré vers le monde multipolaire se passerait très mal si l’Europe ne parvenait pas à se dégager du camp occidental dans lequel l’« Amérique dure » l’enfermait. En effet, associée à l’Europe, cette Amérique n’avait plus de raison de se remettre en question et pouvait mettre en place une pure stratégie de puissance pour tenter de conserver son leadership global.

    A propos d’Europe , point commun de répulsion entre Corbyn et autres gauches continentales , voilà un point de vue décalé mais éclairant et détonant , d’autant que celà vient d’Européistes lucides .

      +0

    Alerter
  • Non Aligné // 16.09.2015 à 12h45

    Puisqu’on parle de M. Mamère, son analyse du jour dans Les Echos sur la question des “réfugiés” : “Nous ne pouvons sortir de l’impasse qu’avec plus d’Europe…”.

    Quel argument derrière cette assertion ?
    Aucun…

    Ah si : sinon ce sera pire… “parce que les réfugiés seront de plus en plus nombreux, qu’ils
    soient liés aux guerres, aux dictatures, à la terreur ou au réchauffement climatique”.

    Voilà pourquoi EELV est vraiment un parti de vendus. Ils tentent juste d’exploiter un filon (l’écolo) et bernent sans cesse l’électorat au même titre que le PS, l’UMP, le FN, le PCF et le FDG…

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications