Les Crises Les Crises
27.août.201527.8.2015 // Les Crises

[Propagande] Sanctions contre la Russie: même pas mal ?

Merci 0
J'envoie

Article Mainstream de l’Expansion, toujours amusant…

Quelqu’un a fait le portrait d’Obama avec des cartouches ?

L'artiste ukrainienne Dariya Marchenko a fait le portrait de Vladimir Poutine avec des balles retrouvées sur le front.

L’artiste ukrainienne Dariya Marchenko a fait le portrait de Vladimir Poutine avec des balles retrouvées sur le front.

La Russie fait respecter son embargo sur les produits des pays qui l’ont sanctionné pour son rôle dans la crise ukrainienne. Malgré la chute du rouble, l’impact des sanctions internationales sur son économie semble limité.

A quoi servent les sanctions européennes contre la Russie de Vladimir Poutine pour son rôle dans la crise ukrainienne? Ce vendredi, un an jour pour jour après la mise en place de la mesure, Moscou a lancé ses tracteurs sur des meules de fromage provenant des pays qui l’ont puni, histoire de bien montrer que rien ne lui manque. Les navires Mistral que la France devait lui vendre? Remboursés. “Le dossier est clos”, affirme l’Elysée, comme si les deux partenaires venaient de conclure une bonne affaire. Depuis le début des sanctions, la question est lancinante. Qui souffre le plus?

“Le PIB, c’est secondaire en Russie”

L’Europe a interdit la vente à la Russie de matériel militaire ou destiné à l’industrie pétrolière. En ajoutant l’embargo russe, elle pourrait perdre 1,9 million d’emplois et 80 milliards de PIB du fait de la baisse de ses exportations, d’après une étude de l’institut autrichien Wifo reprise par Le Figaro. Pour la France, cela représente 0,5% du PIB et 150 000 emplois. Dans un rapport confidentiel, la Commission européenne s’est montrée plus optimiste, tablant sur de nouveaux débouchés. Les pommes françaises se vendent désormais au Vietnam et les Américains croquent nos poires, racontent Les Echos.

Et en Russie? La croissance a piqué du nez à – 1,9% en 2015, mais la tendance à la baisse était enclenchée depuis 2012. Le simple fait d’entrer en guerre, estime la Chambre de commerce et d’industrie franco-russe, a eu des effets négatifs sur l’économie russe. “Il est très difficile d’évaluer l’effet des sanctions en point de PIB”, explique à L’Express Jean-Joseph Boillot, conseiller du Club du CEPII et spécialiste des grandes économies émergentes. “A court terme, il doit être relativement faible par rapport à celui de la baisse des hydrocarbures. A moyen terme, c’est un prétexte qui va servir à Poutine pour réorienter l’économie russe”.

Depuis 2008, la Russie a une doctrine de sécurité alimentaire qui vise à atteindre l’autosuffisance en 2020. Les sanctions sont l’occasion de la relancer. “Le PIB, c’est secondaire en Russie”, affirme Jean-Joseph Boillot. “Ce qui compte avant tout pour le régime de Poutine, c’est la fierté nationale. Le KGB a totalement pris en main l’économie russe”. A 67 euros en juillet, le rouble semble avoir enrayé sa chute. Il en valait 45 avant la crise.

Des sanctions à double tranchant

Les sanctions pourraient se retourner contre les intérêts de l’Europe, selon Jean-Joseph Boillot. “Depuis les sanctions, la Chine a intensifié son offensive sur la Russie. Le projet de route de la soie vers l’occident, dont l’Inde et la Russie sont partenaires, se développe.” Avec ce chantier ferroviaire et routier doté de 40 milliards de dollars par les Chinois, l’économie russe se tourne vers l’est, prenant soin de tisser des liens avec l’Inde pour résister à l’influence de Pékin. “C’est vers l’industrie aéronautique russe que se tourne l’Inde après avoir renoncé à son méga-contrat d’achat de 126 Rafale français“, remarque Jean-Joseph Boillot: “l’Inde soutient la Russie contre l’occident dans le conflit actuel”.

Dans une étude sur les sanctions de l’Union européenne parue en mai dernier dans la revue catalane Per la Pau(Pour la paix), les auteurs notent que “leur l’efficacité ne peut être que modeste, parce qu’elles peuvent être contournées avec l’aide de nouveaux acteurs”. Mais il ne faut pas attendre de miracle rapide pour l’économie russe, dont l’Union européenne reste encore le premier partenaire commercial. “C’est à une échéance de cinq ans que sa réorientation portera ses fruits”, estime Jean-Joseph Boillot.

Source : Laurent Martinet, pour L’Expansion/L’Express, le 7 Août 2015.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Micmac // 27.08.2015 à 00h53

“A 67 euros en juillet, le rouble semble avoir enrayé sa chute. Il en valait 45 avant la crise.”

Il est sacrément fort le rouble!

Peuvent pas s’empêcher d’écrire des énormités, c’est pas la première fois! Ils pourraient eu moins se relire, ce genre de bourde saute aux yeux…

” “C’est vers l’industrie aéronautique russe que se tourne l’Inde après avoir renoncé à son méga-contrat d’achat de 126 Rafale français“, remarque Jean-Joseph Boillot: “l’Inde soutient la Russie contre l’occident dans le conflit actuel”.”

Comme le “rest of the world”. En tant qu’occidental, je commence à me sentir très seul… Finalement, grosso modo, l’Europe + les USA + l’Australie et quelques autres satellites secondaires, ça fait peu, et c’est voué à peser de moins en moins lourd. Le pire, c’est que c’est exactement ce qu’avait anticipé la diplomatie française depuis trente ans, puisque c’est une situation qui augmente la puissance relative et l’indépendance de la France. Et c’est quand ça se profile à l’horizon qu’on abandonne cette politique. Crétins!

On a une politique étrangère de lapins crétins… Par exemple, je suis absolument stupéfait d’entendre Hollande clamer que le préalable à des négociations de paix en Syrie est le départ d’Assad. Pour faire court :

_ C’est aux Syriens d’en décider.
_ Il y a une nécessité absolu de rétablir la paix. On verra ensuite s’il y a un Assad ou pas d’Assad. Un Védrine, un Villepin, ou autres ministres compétant du temps ou il y en avait, n’auraient jamais sorti une énormité pareille. Qu’est ce qu’on fait si Assad reste au pouvoir à l’avenir? On rompt les relations diplomatiques? Si la paix doit finalement se faire avec Assad? On refuse le traité, on fait la guerre? N’im-porte-quoi!!!! On hypothèque pas l’avenir… Sauf si on a des buts politiques, et que parmi ces buts, il y a la disparition du régime Baasiste. Et ça, ça veut dire qu’on est en guerre. Merci de le préciser, Monsieur le Président, c’était pas tout à fait clair.
_ C’est de la rhétorique néocon du style “régime change”, et ça, ça fout vraiment la trouille.

Tout ça n’a rien à voir avec ce qu’est ou n’est pas Assad. Dire ce qu’a dit Hollande (je crois hier), ce n’est juste pas de la diplomatie, et un président français ne dit pas ça, et ne l’aurait jamais dit avant Hollande et le nullard qui l’a précédé (et qui a purgé le Quai d’Orsay, l’AFP et les médias publics pour mettre les néocons aux manettes).

Sur la Russie, beaucoup a déjà été dit ici. Désolé de sortir un peu du cadre par rapport à l’article, mais ça me reste en travers de la gorge, et je pense que je suis toujours dans le sujet : la soumission de la République à des intérêts qui ne sont pas les siens.

80 réactions et commentaires

  • Micmac // 27.08.2015 à 00h53

    “A 67 euros en juillet, le rouble semble avoir enrayé sa chute. Il en valait 45 avant la crise.”

    Il est sacrément fort le rouble!

    Peuvent pas s’empêcher d’écrire des énormités, c’est pas la première fois! Ils pourraient eu moins se relire, ce genre de bourde saute aux yeux…

    ” “C’est vers l’industrie aéronautique russe que se tourne l’Inde après avoir renoncé à son méga-contrat d’achat de 126 Rafale français“, remarque Jean-Joseph Boillot: “l’Inde soutient la Russie contre l’occident dans le conflit actuel”.”

    Comme le “rest of the world”. En tant qu’occidental, je commence à me sentir très seul… Finalement, grosso modo, l’Europe + les USA + l’Australie et quelques autres satellites secondaires, ça fait peu, et c’est voué à peser de moins en moins lourd. Le pire, c’est que c’est exactement ce qu’avait anticipé la diplomatie française depuis trente ans, puisque c’est une situation qui augmente la puissance relative et l’indépendance de la France. Et c’est quand ça se profile à l’horizon qu’on abandonne cette politique. Crétins!

    On a une politique étrangère de lapins crétins… Par exemple, je suis absolument stupéfait d’entendre Hollande clamer que le préalable à des négociations de paix en Syrie est le départ d’Assad. Pour faire court :

    _ C’est aux Syriens d’en décider.
    _ Il y a une nécessité absolu de rétablir la paix. On verra ensuite s’il y a un Assad ou pas d’Assad. Un Védrine, un Villepin, ou autres ministres compétant du temps ou il y en avait, n’auraient jamais sorti une énormité pareille. Qu’est ce qu’on fait si Assad reste au pouvoir à l’avenir? On rompt les relations diplomatiques? Si la paix doit finalement se faire avec Assad? On refuse le traité, on fait la guerre? N’im-porte-quoi!!!! On hypothèque pas l’avenir… Sauf si on a des buts politiques, et que parmi ces buts, il y a la disparition du régime Baasiste. Et ça, ça veut dire qu’on est en guerre. Merci de le préciser, Monsieur le Président, c’était pas tout à fait clair.
    _ C’est de la rhétorique néocon du style “régime change”, et ça, ça fout vraiment la trouille.

    Tout ça n’a rien à voir avec ce qu’est ou n’est pas Assad. Dire ce qu’a dit Hollande (je crois hier), ce n’est juste pas de la diplomatie, et un président français ne dit pas ça, et ne l’aurait jamais dit avant Hollande et le nullard qui l’a précédé (et qui a purgé le Quai d’Orsay, l’AFP et les médias publics pour mettre les néocons aux manettes).

    Sur la Russie, beaucoup a déjà été dit ici. Désolé de sortir un peu du cadre par rapport à l’article, mais ça me reste en travers de la gorge, et je pense que je suis toujours dans le sujet : la soumission de la République à des intérêts qui ne sont pas les siens.

      +144

    Alerter
    • bourdeaux // 27.08.2015 à 13h41

      bonjour,
      petite remarque sur un point précis de votre commentaire : lorsque vous écrivez que “c’est aux syriens d’en décider”, cela me surprend… Depuis le temps que la famille Assad tient les syriens d’une main de fer et aux seuls profits d’une petite clientèle, les syriens s’en seraient depuis longtemps débarrassés s’il avait suffit qu’ils en “décident” pour que cela se fasse.

        +1

      Alerter
      • Derdesders // 27.08.2015 à 15h38

        Comment M. Assad fait pour tenir, si comme vous le prétendez son peuple souhaite depuis longtemps s’en débarrasser ?

          +27

        Alerter
        • bourdeaux // 27.08.2015 à 18h08

          Il est inutile de se le cacher : la Syrie est , comme de nombreux états arabes du moyen orient, dirigée par une minorité : minorité religieuse (alaouite) comme en iran, comme la jordanie est aux mains de la minorité bédouine, les monarchies aux mains des familles régnantes, ou l’irak qui était aux mains d’un parti unique. Alors comment les ASSAD tiennent depuis 1970 ? …par une dictature militaire, pardi ! notez que je ne porte pas ici de jugement de valeur : les alaouites ,depuis toujours sont considérés par les sunnites orthodoxes comme de méprisables renégats et des idolâtres ( leur religion est un mélange de croyances musulmanes et chrétiennes !), et, en toute logique, en mémoire des persécutions sunnites d’avant la présence française, ils n’ont jamais pu compter que sur la terreur pour assurer leur survie. Les alaouites ne gouvernent pas la Syrie comme une nation, ils la tiennent comme un mafieux tient sa bande, avec à peu près les mêmes méthodes . Je répète, je ne juge pas, car pour eux, c’est cela ou la mort. Mais il convient de le savoir. J’ajoute pour finir que la question de base à se poser, peut-être, est : la syrie est-elle une nation ? petite anecdote intéressante : Damas a sombré dans une telle instabilité qu’elle en est venue à renoncer à son indépendance entre 1958 et 1961, fait unique dans l’histoire.

            +2

          Alerter
          • bourdeaux // 27.08.2015 à 18h17

            pardon, je corrige une coquille : en Iran, les chiites ne sont pas minoritaires, loin de là.

              +0

            Alerter
            • RGT // 27.08.2015 à 20h20

              Concernant Assad, je pense que l’occidente ferait mieux de concentrer ses efforts sur des régimes largement pires qui sont, comme par hasard, encensés.

              Les dirigeants syriens devraient faire comme ces dirigeants si “exemplaires” et investir en occident, au PSG ou en rachetant des aéroports par exemple…

              La Lybie, sous le dictateur Khadafi, bête immonde qui corrompait son peuple avec l’argent du pétrole en redistribuant les revenus pétroliers aux habitants était AUSSI un grand ennemi de la “Démocratie”…

              Si les occidentaux arrêtaient d’aller foutre le bordel dans ces pays par cupidité (piller les ressources naturelles) ou pour des raisons géostratégiques (avoir des bases militaires à proximité de pays qu’ils souhaitent assouvir) les peuples vivraient assurément mieux et leurs dictateurs deraient sans aucun doute plus “gentils” car ils n’auraient pas à fliquer la population pour faire la chasse à tous les “Défenseurs de la Démocratie” financés par la CIA, la NED et Grorges Soros.

              Je ne pense pas que vous soyez enchanté si les syriens envoyaient des barbouzes en France pour “accident_de_la_vie_er nos dirigeants ou s’ils finançaient des ONG dont le seul objectif est de faire tomber nos régimes pour les remplacer par des gouvernements entièrement à leur botte.

              Pour l’instant, ceux qui foutent le bordel sur toute la planète, ce ne sont ni les russes, ni les syriens, ni les iraniens, ni les coréens du nord. Ce sont bel et bien les occidentaux, et sans l’accord de leurs peuples, dans le seul intérêt de leurs oligarques.

              La première chose que demandent les syriens c’est seulement qu’on leur foute la paix pour qu’ils puissent vivre en paix, en sécurité, et qu’ils aient de quoi se nourrir correctement.

              Entre Saddam Hussein et le bordel qui existe désormais en Irak, seuls les “Grands Pipeausophes” trouvent que le départ de Saddam a été un bienfait. En attendant, les irakiens crèvent chaque jour à cause du bordel initié par les occidentaux et regrettent amèrement l’ignoble dictature qui a précédé leur “libération”.

              Avant d’émettre la moindre critique vis à vis de quelque pays que ce soit (surtout s’il fait partie de “l’axe du mal”), réfléchissez à ces quatre questions que je vous pose :

              – De quel droit vous permettez-vous de critiquer ces régimes qui ont remplacé des régimes qui étaient largement pires pour leurs populations ?

              – Ces régimes ne seraient-ils pas plus “gentis” avec leurs populations si des barbouzes et des “ONG” n’essayent pas en permanence de les détruire pour les remplacer par des régimes plus “conciliants” ?

              – Les populations (les vrais, pas quelques “Grands Opposants” corrompus par les occidentaux) souhaitent-elles réellement un changement de régime (surtout si on essaye de les faire tomber, ce qui entraîne une certaine “agressivité” de leurs dirigeants pour préserver l’intégrité de leur pays) ?

              – Souhaiteriez-vous que des barbouzes et des “ONG” (CIA, NED, Georges Soros par exemple) viennent foutre le bordel en France et plongent le pays dans le chaos ???

              Après avoir apporté une réponse concrète à ces questions, je pense que vos propos seront plus modérés.

              Personnellement je n’ai aucune affinité pour les gouvernant de ces pays (tout comme je n’en ai encore moins pour les gouvenants occidentaux d’ailleurs) mais j’estime n’avoir AUCUN DROIT de critiquer (en répétant bêtement la propagande de “nos” oligarques relayés par les politicards et les médias)…

              La Syrie est un problème Syrien, pas un problème occidental.

              Un régime qui n’a pas l’approbation de sa population (même si l’approbation est factice et basée sur la propagande comme en occident ) ne peut pas survivre longtemps, ou alors dans un bain de sang permanent. et dans ce cas, le problème de la population est vite résolu par son extermination et sa chute de fécondité.

              Les pires dictatures sont faciles à détecter : Ce sont les pays qui voient leur population chuter rapidement…

              L’occident en est un bel exemple.

                +45

              Alerter
            • bourdeaux // 27.08.2015 à 22h14

              @ rgt :
              C’est incroyable ce réflexe qu’ont de nombreux lecteurs sur ce blog : vous semblez incapables de concevoir qu’il puisse se passer le moindre conflit dans le monde sans que le méchant occident soit derrière et qu’il ait tout manipulé dans son propre intérêt. C’est de l’égocentrisme teinté de masochisme ou quoi ? Vous ne croyez pas que cette région est suffisamment compliquée, qu’elle est le théâtre de conflits d’intérêt et de haines suffisamment nombreux pour que l’on puisse s’y passer des occidentaux pour s’entretuer ? Je ne dis pas, bien sûr, que l’on y est inactifs, mais entre apporter un soutien diplomatique et tirer carrément les ficelles, il y a une marge !

                +3

              Alerter
          • christian // 28.08.2015 à 12h50

            bourdeaux, toutes les guerres actuelles sont de l’occident: quelles autres nations dépensent autant en armement sinon les occidentaux et alliés, quelles autres nations sinon que les occidentales et leurs immondes alliées, arabie saoudite, ont des troupes, des bases militaires et des caches d’armes dans des pays étrangers, qui d’autre que les occidentaux et leurs alliés bombardent des pays étrangers, qui d’autre que les occidentaux et alliés construisent des murs anti-réfugiées, financent des ong hostiles à travers le monde, qui a des porte-avions, armes offensives par excellence ? La france est particulièrement à blamer avec son armée qui n’a jamais été capable de défendre la france, ni en 1870, ni en 18 et ni en 39, seulement capable d’agresser, d’occuper,de piller et torturer en afrique et en asie.
            . Il y a encore trente ans de celà le pacifisme était une valeur, à présent c’est militarisme, interventionnisme et le white-man’s-burden, aussi nommé r2p ou responsabilité de protéger qui est politiquement correct.
            Aucun égocentrisme ni masochisme mais le racisme blanc, celui qu’on porte en notre adn et que seul notre esprit peut combattre, décomplexé dans une société capitaliste sans ame où la fin justifie les moyens.

              +11

            Alerter
          • Dominique // 29.08.2015 à 18h10

            @bourdeaux

            « C’est incroyable ce réflexe qu’ont de nombreux lecteurs sur ce blog : vous semblez incapables de concevoir qu’il puisse se passer le moindre conflit dans le monde sans que le méchant occident soit derrière »

            Ce que tu appelles “réflexe” est juste un non-déni de réalité. En ce qui concerne la Syrie, des tas de témoignages, dont celui de Roland Dumas prouvent que c’est bien le cas. Pareil pour l’Ukraine pour laquelle Victoria Nulland s’est félicitée d’avoir dépenser 5 milliards de $ pour renverser le régime… Supposerais-tu que les USA nous mentent lorsqu’ils affirment avoir envahi l’Afghanistan, l’Irak, la Libye… Personne ne t’a-t-il dit que la CIA a été derrière tous les putschs d’Amérique du Sud.
            etc.

              +11

            Alerter
      • Andrae // 27.08.2015 à 16h45

        En ce qui concerne, Assad doit rester c’est quasi-officiel. C’est dorénavant la position des USA (Obama, Kerry…) et d’autres pays ou organismes (ONU, Russie, Iran, bien sur, UE plutot muette, etc.)

        L’idée est que “quand la guerre est finie” il faut éviter à tout prix un vide politique et Assad a le ‘respect’ de la population. Le plan c’est de faire des éléctions rapidement après (Assad a toujours été d’accord avec cela), d’ou “C’est aux Syriens de décider.” Du moins, c’est ce qui parait en public, voir p. ex. anglais:

        http://www.reuters.com/article/2015/03/10/us-mideast-crisis-syria-outlook-idUSKBN0M616X20150310

        http://www.ronpaulinstitute.org/archives/peace-and-prosperity/2015/march/16/soassad-can-stay/

        Cette position, amha, est le résultat d’u rapprochement avec l’Iran, une confusion et peur par rapport à Daech (à la fois un instrument et ennemi), et une pression grandissante du reste du ‘monde’ envers la politique USA en Syrie. (Rappel: Poutine qui, avec Kerry, empèche une invasion après la ‘fausse’ attaque chimique à Ghouta, ou du moins c’est l’histoire admise…)

        Bon je n’ai pas écouté / lu Hollande, mais s’il réclame le départ d’Assad comme dit micmac, c’est qu’il n’a pas lu la notice. Et si en même temps il dit “Assad ou pas Assad” cela fait référence aux éléctions ‘à venir’ et il a lu la notice. Du n’importe quoi.

          +9

        Alerter
        • Grégory // 30.08.2015 à 21h21

          Le discours de Hollande c’est la diplomatie française qui mange son chapeau, apparemment.

            +0

          Alerter
      • Jolly // 27.08.2015 à 17h01

        Il me souvient qu’il y avait un régime pareil en libye… N’est pas Bourdeaux

          +5

        Alerter
      • Alfred // 27.08.2015 à 21h31

        L’antisiôisme de môsieur assad ne serait qu’un paravent pour garder le pouvoir dites vous. On ose à peine vous faire remarquer que le Golan fut syrien (vous savez le pays du dictateur alaouite) ce qui l’aide un peu dans cette posture aussi hypocrite qu’elle fut. Il semblerait aussi que quelques milliers d’alaouites et de sunnites soient morts loin de chez eux pour ce bout de terre peuplé notamment de druzes lors de quelques guerres célèbres (ils étaient bien forcés me direz vous par le père de l’infâme dictateur – c’est pas comme nos poilus).
        Mais ça ne peut pas être leur Alsace ni hattay leur lorraine vu que ce sont des sauvages sectaires c’est ça?
        Par ailleurs vous dites bien le Bahreïn pas le régime sunnite.
        Depuis que le régime occidental (pour reprendre votre expression pavlovienne) ne respecte plus – même en apparence (et c’est important) la souveraineté d’autres états (quelque soit le régime qui les gouverne), la diplomatie est en ruines et les guerres stupides se multiplient.
        L’impérialisme et la guerre ça peut se comprendre voir être respecte (comme un fléau de ce monde) mais la stupidité vaine (les mots de hollande et Fabius) qui ne créent rien contre leurs adversaires et aucun avantage pour eux même, il n’y a rien de plus méprisable.

          +29

        Alerter
      • Guillaume // 28.08.2015 à 08h27

        Je plussois avec vous Anne Jordan.
        Il semble que quelques politiques soient un peu moins stupides que d’autres: http://fr.sputniknews.com/points_de_vue/20150826/1017783816.html
        Le plus important est bien sur de ne pas répéter les erreurs du passé: Irak, Libye, Ukraine…

          +9

        Alerter
      • Grégory // 30.08.2015 à 21h20

        Le problème c’est que si on ne considère pas que c’est aux Syriens d’en décider, c’est qu’on considère que c’est aux non Syriens, ou du moins à certains d’entre eux, d’en décider. L’idée serait que certains non syriens sont super sympas über alles (par exemple nous) ainsi que super intelligents, et qu’en plus de prendre des décisions pas du tout intéressées, celles ci sont forcément plus intelligentes prises sans jamais mettre les pieds en Syrie que celle qu’on y prendrait sur place.

        Je considère que ce n’est pas bien réaliste.

        En Espagne, il y avait un dictateur pas sympa sympa qui a été viré plutôt calmement, En Amérique du Sud, il y a toujours eu des coups d’états même dans des régimes aussi répressifs que celui des Assad. Certains étaient fortement pilotés de l’extérieur, mais pas tous. Donc on sait que même dans l’époque moderne, même pour un pays de taille moyenne, les Syriens, s’ils y tenaient auraient de réelles possibilités de soulèvement. De ce que je comprends, ils sont peut être moins tentés que d’autres par la nature multi confessionnelle et les nombreuses guerres civiles qui émaillent leur histoire. Ou peut être que cette hypothèse n’est pas la bonne. Mais ce qui me semble sur, c’est qu’aussi difficile que soit la route de l’auto détermination, elle ne peut concerner que celles et ceux qui seront déterminés par elle. Sinon, ça s’appelle juste de l’ingérence, dont le conflit actuel constitue au passage un exemple particulièrement honteux vis à vis des populations de là bas comme d’ici.

          +0

        Alerter
        • Van // 31.08.2015 à 01h24

          faut surtout comprendre comme la dis un grand nombre de président que les usa ainsi que leur sbire s’en foute éperdument de l’élection démocratique ou pas tant que ce dirigeant se prosterne devant eux , et comment pourraient t-ils respecter la décision des syriens alors qu’ils leur refuse le droit élémentaire a la vie et a la sécurité . un enfant de 5 ans peut tout a fait relever les incohérence de la politique extérieur des usa , au nom de la démocratie et du ” monde libre ” ils s’allient a des monarchie totalitaire théocratique pour bombarder des république laïques !!! d’un autre coté ils soutienne un président illégitime ukrainien même quand il bombarde des civiles .
          la politique américaine ne répond plus qu’aux intérêts des lobbys et cela pèse tellement sur les décisions que sa frise l’idiotie et l’irresponsabilité quitte a mettre en péril la stabilité mondiale .

            +1

          Alerter
    • david // 27.08.2015 à 17h51

      Si François Hollande avait un minimum d’honneur, il ferait une déclaration de guerre en bonne et due forme à la Syrie. Car à part dire que Bashar est le grand satan de l’occident, je vois pas trop la profondeur du propos.
      En revanche, si on se déclare officiellement ennemi de la Syrie de Bashar, on peut commencer à discuter serieusement des tenants et des aboutissants devant l’opinion et la communauté internationale.
      Mais on n’est pas près de la voir arriver, je crois (comme pour la Lybie)
      On essaye de réduire des problèmes d’ordre géopolitique à des querelles de personnes (nous : le camp du bien, les syriens aussi sauf bashar, fabuleux non). Même chose pour la Russie, le message serait : Le souci n’est pas la position géopolitique russe et son interêt objectif mais les troubles psychologiques et les valeurs fascistes de Vladimir… c’est un peu creux même pour des bas de plafonds.
      Bref les démocraties euro atlantistes ont une vision unipolaire du monde. Soit on est une démocratie libérale bipartiste ouverte sur le monde (surtout aux entreprises occidentales), soit on est de dangereux barbares indignes de considération.
      Bref, cette tolérance qui est pronée à chaque discours c’est justement le respect de l’altérité sous toutes ses formes pas un alignement de fait. Sinon cela reviendrait à considérer que la tolérance religieuse, c’est de ne respecter que la sienne.

        +12

      Alerter
      • Van // 28.08.2015 à 00h29

        ” En revanche, si on se déclare officiellement ennemi de la Syrie de Bashar, on peut commencer …..blabla 🙂 ”

        proposer et adopter des résolution a L’ONU contre la Syrie .
        proposer au conseil de sécurité une résolution pour bombarder la Syrie .
        voter des sanction économique et politique .
        donner une couverture politique a des opposants non représentatif pour provoquer un coup d’état .
        faire avorter toute tentative de résolution pacifique du conflit en refusant toute médiation politique .
        armer et donner un soutient logistique a des groupes armés ” modérés ” .
        appel a l’assassinat d’un président élu d’un état souverain .

        si tout cela n’est pas une guerre de la France contre la Syrie je n’ose même pas imaginer quesque ca serait si c’était officiellement le cas .

          +7

        Alerter
    • chb // 29.08.2015 à 00h21

      rhétorique néocon du style “régime change” :
      pas nouveau pour la Syrie : Juppé avait la même, recyclée de la propagande contre Kadhafi. Et Hollande était déjà raccord avec ça en 2012. On se souvient des anathèmes “illégitime”, “ne mérite pas d’être sur Terre” etc. en toute violation de la charte de l’ONU.

        +1

      Alerter
  • Gibbs // 27.08.2015 à 07h19

    Pour la question : A quoi servent les sanctions européennes contre la Russie ?
    Cela sert a Poutine pour renforcer son independance vis a vis des exportations et surtout montrer a ses partenaires des BRICS ce dont l’occident est capable (au dam de leurs propres interets pour les europeens) pour assouvir les desirs de l’oncle Sam. La mutipolarite du monde est plus que jamais necessaire pour contenir les US qui avec des problemes interieurs grandissant risque d’intensifier ses actions exterieures.
    Mais surtout n’oublions pas que pendant que Washigton “interdit” aux europeens de traiter avec les Russes, eux le font sans se cacher (Forage en Articque avec Exxon, accord Soyuz-Nasa…)
    Pauvre europe, et surtout en ce qui nous concerne pauvre France !

      +97

    Alerter
  • valles // 27.08.2015 à 07h43

    Les atlantistes n’auront pas mis longtemps pour installer le diable aux portes de l’Europe, ésperont que celui-là ne finisse pas en appât pour la pêche aux cons trop vite.
    Tout ça par ce qu’il ne veut pas arriver aux conférences de presse en skate-board comme Mr Drumond l’a appris à Barack.

      +1

    Alerter
  • Lyonnais // 27.08.2015 à 08h20
    • raloul // 27.08.2015 à 09h36

      Bonjour!

      Merci pour cet exemple extrême.
      Ca devient vraiment pathétique, en effet. Voire pathologique…

      C’est dommage qu’il n’existe pas de moyen légal, à ma connaissance, pour obliger les journaux à l’exactitude factuelle des informations publiées (à part la charte de Munich qui n’est pas contraignante et surtout ne donne lieu à aucune sanction). Ce serait juste une obligation d’erratum dans un coin en cas de problème, l’obligation de communiquer en sus les données correctes et factuellement indiscutables lorsqu’une tribune est publiée qui contient des erreurs manifestes (quelle que soit la source – ou en l’absence de source).

      Attention, je distingue bien articles de fond et tribunes, information et éditoriaux. Chacun peut intérpréter les faits et leur perception librement et donner son opinion et c’est heureux et précieux, tant mieux si les chroniqueurs ont de avis très différents; mais le mensonge brut et les erreurs factuelles répétées, ça devient lassant et usant. N’y a-t-il rien qui puisse arrêter cette basse propagande stupide?

      Même ridiculisés, ils continuent de plus belle…

        +19

      Alerter
      • Vénus // 27.08.2015 à 14h07

        Moi ce qui attire surtout mon attention dans ce genre d’articles, c’est les commentaires des lecteurs. On voit que la plupart des gens ne savent rien de Russie d’aujourd’hui mais sont suffisamment “informés” par les médias pour donner leur avis. C’est désolant : (

          +16

        Alerter
    • Jean Marc // 27.08.2015 à 10h29

      C’est exactement ce que je me suis dit ce matin en lisant cette propagande du Point, c’est typiquement ce qu’un journaliste allemand dénoncait en parlant d’article écrit par les agences de sécurité US (ie : CIA en autre) à l’intention des journalistes et que ceux ci devaient publier sans en changer une ligne. L’article du Point est de cette veine.

        +16

      Alerter
    • Jacques F. // 27.08.2015 à 11h06

      J’aime beaucoup

      Les envolées lyriques et nationalistes de Vladimir Poutine […] ne peuvent faire illusion qu’auprès de ceux de ses concitoyens que sa propagande abêtit.

      Ou, “comment traiter plus de 70% des Russes d’imbéciles”.

        +21

      Alerter
    • Lt Anderson // 27.08.2015 à 12h05

      A mon avis ils ont recyclé un vieil article datant de l’ère Yeltsine.

      Je ne vois pas d’autre explication.

        +15

      Alerter
      • anne jordan // 27.08.2015 à 15h37

        mmmmenfin !
        même un torchon comme Le Point garde ses arrières !
        n’avez vous pas lu le ” sauf si … ” ???
        je cite :
        “Il faut impérativement un sursaut dans la lutte contre l’alcoolisme, sinon notre chère Russie va devenir la risée des étrangers qui guettent avec délectation notre décrépitude.”
        et voilà !
        au cas où des petits futés viendraient contredire l’article , on lui met ça sous le nez et on est blanchi .

          +4

        Alerter
    • languedoc30 // 27.08.2015 à 20h58

      Cela ne va pas plaire à Michel Colomès, mais il a juste oublié dans ses chiffres les habitants de la Crimée, qui fait partie intégrante de la Russie, ce qui donne pour 2015 une population, non pas de 143 500 000 comme indiqué dans son article, mais de 146 267 288 habitants, bien loin des prédictions des démographes qui donnaient pour 2015, une population russe de 130 000 000 d’habitants. Je pense que Poutine peut être fier, la politique de la natalité qu’il a mis en place a donné de bons résultats.
      Est-ce de l’inculture ou la détestation de la Russie qui fait écrire à Colomès un article aussi lamentable, j’ai presque honte pour lui.

        +7

      Alerter
  • Perekop // 27.08.2015 à 08h41

    “Le simple fait d’entrer en guerre”… hein ??? Quelle guerre ? De quoi on parle ? Qu’est-ce que c’est que ce petit bout de phrase affirmé tranquillement, comme ça, sans explication ni – encore moins – preuve ? La Russie n’est en guerre contre personne, que je sache. Le journaliste a vu l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’Ukrainien qui a vu des tanks russes dans le Donbass ? Un petit-neveu de BHL ?
    Décidément, le journalisme français est digne d’une république bananière.

      +86

    Alerter
    • pampi // 27.08.2015 à 19h59

      Ne pas oublier dans la rethorique actuelle : l’Ukraine n’est pas en guerre (pour continuer a toucher les sous du FMI), la Russie est en guerre (!) … Du grand n’importe quoi.

        +11

      Alerter
  • koupa // 27.08.2015 à 08h49

    “A 67 euros en juillet, le rouble semble avoir enrayé sa chute. Il en valait 45 avant la crise.”

    comme ça me semblait pas clair du tout, à moi néophyte, j’ai cherché 3 secondes:
    45,00 EUR = 3475,80 RUB
    1 RUB = 0,0129466 EUR

    c’est quoi ce 67 euros en juillet qui devient 45 ? Si je prend le sens grammatical pur et simple:
    – Pour 1 rouble en juillet j’avais 65 euros, alors qu’avant la crise il en valait 45. Ce n’est donc pas une chute mais une monté de quasi 50%.

    Bref, le journaliste à écrit n’importe quoi, ça veut rien dire, il ne c’est pas relu…. et je veux bien qu’on m’explique ce qu’il a peut être voulu dire.

      +35

    Alerter
    • Jean Marc // 27.08.2015 à 10h30

      Enfait il publie un article qu’une agence US a écrit sans le relire, je pense que nous sommes plus proches de la vérité en l’énonçant de cette façon non ?

        +21

      Alerter
    • Eleutheria // 27.08.2015 à 11h42

      Il voulait probablement dire l’inverse, à savoir qu’il fallait 45 roubles pour un euro avant la crise, et qu’il en faut désormais 67.

      La forme de l’article ne rachète pas vraiment le fond…

        +11

      Alerter
    • K // 27.08.2015 à 11h55

      Le journaliste a voulu écrire :
      “A 67 roubles pour un euro en juillet, le rouble semble avoir enrayé sa chute. 1 euro valait 45 roubles avant la crise.”

      Il serait plus logique de dire : Le rouble est passé de 0.022€ à 0.015€ depuis la crise. C’est un peu comme si au lieu de dire que le paquet de cigarettes vaut 6,70€, on disait que l’euro vaut 3 cigarettes.

      C’est incroyable qu’une erreur aussi évidente passe les filtres de la rédaction. Soit il n’y a pas de filtre au point et chaque journaliste peut y poster ce qu’il veut, façon agoraox. Soit il y a des gens qui relisent avant de publier mais leur niveau de culture économique ne leur permet pas de détecter une aberration quand ils lisent que le rouble vaut 50 euros.

        +19

      Alerter
      • Crapaud Rouge // 27.08.2015 à 20h16

        C’est incroyable qu’une erreur aussi évidente passe les filtres de la rédaction.” : le filtre ? Quel filtre ? Il n’y en a probablement aucun pour ce type d’article. Le mec écrit ça tambouille, il l’envoie par mail, un autre le reçoit, et le publie sans même le lire. Idem pour les traductions.

          +5

        Alerter
  • Georges Clounaud // 27.08.2015 à 08h51

    Entendu ce matin sur France Inter Bobo dans la bouche du plus facétieux de tous les chroniqueurs chargés d’apporter un zeste d’humour dans la tranche du 7/9 de la glorieuse radio publique, Bernard Guetta : “la Russie ne sait pas ce qu’elle veut et ne sait pas où elle va.”
    Il est trop drôle ce Nanard ! quel talent !

      +54

    Alerter
    • Vincentdb // 27.08.2015 à 09h23

      AAAH ! Bernard Guetta, l’ Elvis de France Inter, quel talent ! tout dans la nuance : “l’Europe ou la mort” (ceci n’est pas une citation, encore que, connaissant l’animal, elle doit faire partie de sa petite prière du soir).

      Hé oui, pauvreté de l’éditorialisme français, et avec cet info, du journalisme ordinaire

      Pour en revenir à la Russie, c’est incroyable de constater que l’URSS nous manque, surtout à nos chers commentateurs et analystes si pointus. Décidément, la nostalgie n’est plus ce qu’elle était; et en plus, elle a changé de camp 😉

        +20

      Alerter
      • Lt Anderson // 27.08.2015 à 12h17

        “Pour en revenir à la Russie, c’est incroyable de constater que l’URSS nous manque, surtout à nos chers commentateurs et analystes si pointus. Décidément, la nostalgie n’est plus ce qu’elle était; et en plus, elle a changé de camp”

        Vous croyez pas si bien dire.
        J’ai l’impression qu’après la fin “en douceur” de l’URSS en 1991, une grande partie des intellectuels et politiciens anti-cocos vulgaires se sont sentis orphelins d’une “vraie” victoire contre le “communisme”.
        Ils ont bien tenté le coup avec la Yougoslavie, le nationalisme serbe ayant fait office de “communisme” symbolique, mais cela ne les a pas rassasié. Ils en veulent plus. Encore plus de “Lutte contre le Communisme International”.
        A quel moment pourra-t-on décréter qu’ils sont fous?

          +26

        Alerter
      • willie // 28.08.2015 à 23h54

        Oui on rigole bien avec tous ces chro-niqueurs et animateurs.Eux ils rigolent encore plus quand ils touchent leur paie à la fin du mois,avec une petite pensée pour le public qui les entretient pour se voir raconter des mensonges.

          +1

        Alerter
    • Lapige // 27.08.2015 à 13h05

      AHAHAHA !
      Ce Guetta, quel farceur.
      Un autre bon mot du même, il me semble au moment de l’annexion de la Crimée suite au référendum:
      -“Ce n’est pas parce que les USA ne respectent pas le droit international que la Russie doit se permettre de faire de même”.
      Nan mais c’est vrai quoi, c’est scandaleux, ces Russes, enfin …..
      Fermez le ban.

        +31

      Alerter
    • yann // 27.08.2015 à 13h44

      C’est un lapsus révélateur. Ce discours en dit plus sur l’agonie des “élites” d’Europe de l’Ouest que sur la Russie. En fait inconsciemment le Guetta nous dit :”L’UE ne sait pas ce qu’elle veut et ne sait pas où elle va.”. Mais il projette sur les Russes ses propres angoisses. Il nous faut des psychiatres, et non des économistes, pour expliquer les délires des euro-atlantistes.

        +19

      Alerter
      • Mistral perdant // 28.08.2015 à 04h59

        Inversion accusatoire!

          +1

        Alerter
    • Georges Clounaud // 27.08.2015 à 19h21

      Soyons précis. Je transmets le passage de sa chronique concernant la Russie car il vaut son pesant de cacahuètes ! :

      “La Russie, deuxième sujet d’inquiétude, n’est pas en bien meilleure forme. Le pays le plus étendu du monde n’en finit plus de voir sa bourse et sa monnaie dégringoler car les sanctions occidentales prises après l’annexion de la Crimée ont accentué de profondes difficultés structurelles liées au manque d’investissements et à une totale dépendance au cours des matières premières dont la crise chinoise va maintenant accélérer la baisse. La Russie ne sait pas où elle va, ne sait pas ce qu’elle veut, et la seule arme dont elle dispose est son pouvoir de nuisance sur la scène internationale qu’elle exerce aussi bien en Syrie qu’en Ukraine.”

      http://www.franceinter.fr/emission-geopolitique-alerte-rouge-sur-le-monde

      Comme le dit Vincentdb, sa chronique est toujours construite de la même manière. S’il y a des problèmes c’est qu’il n’y a pas assez d’Europe…
      Son secret pour nous faire rire c’est le comique de répétition !

        +6

      Alerter
  • DUGUESCLIN // 27.08.2015 à 09h35

    L’attitude européiste est incompréhensible.
    En supposant que les “sanctions” ait une justification, leur efficacité pourrait les justifier.
    Mais elles sont totalement inefficaces. D’une part parce qu’elles ne peuvent infléchir la politique russe qui à juste titre s’estime en légitime défense, face à la guerre politico-économique qu’on prétend lui livrer. D’autre part elles n’ont pas ou peu de répercutions sur l’économie russe.
    Dans tous les cas elles sont inefficaces tant sur le plan moral que pratique.
    Mais de surcroît elles nous coûtent très cher. (Perte du mistral et des rafales, pertes pour l’agriculture et autres)
    Alors comment expliquer cette persistance stupide à continuer dans l’inefficacité et la perte économique importante dans un contexte mondial difficile.
    La raison “d’ordre moral”, si c’est celle-ci qui est invoquée, est-elle supérieure à nos intérêts et est-elle vraiment morale et sur quel critère?
    Il ne reste qu’une seule réponse, l’imbécillité et l’égoïsme de responsables qui ne craignent pas pour eux-mêmes mais qui nous méprisent et nous privent de nos ressources, de nos moyens et de notre richesse. A moins que ces décideurs aient d’autres raisons inavouées qui pourraient être qualifiées de haute trahison.
    Nous sommes obligés de subir l’incroyable stupidité de décideurs qui ne font même pas appel au peuple qui pourtant est concerné en premier chef, puisque c’est lui qui sera imposé et appauvri, sans aucune raison cohérente et défendable, ni morale, ni patriotique, ni économique.

      +35

    Alerter
    • Louis JULIA // 27.08.2015 à 09h57

      “La raison “d’ordre moral”, si c’est celle-ci qui est invoquée, est-elle supérieure à nos intérêts et est-elle vraiment morale et sur quel critère?”
      Cette fameuse raison “d’ordre moral”, il suffit de voir ce qu’en font les Américains, qui dictent aux Européens des mesures qui ne les touchent pas, eux, et qui continuent sans vergogne à s’occuper de leurs propres intérêts en commerçant avec la Russie comme si de rien n’était.
      Il faut être crétin comme nos dirigeants pour croire – mais surtout vouloir nous faire croire – à cette sorte de grand mots vides de sens et mensongers.
      Chez nous, cette tendance néfaste est institutionnalisée : nous avons l’ENA et Sciences Po : http://h16free.com/2012/11/29/19067-sciences-po-ena-ces-fabriques-delites-deconnectees

        +13

      Alerter
    • Jmk011 // 27.08.2015 à 10h10

      L’attitude européiste n’est pas du tout incompréhensible et n’a rien à voir avec des questions d’ordre moral : les gouvernements européens, en particulier GB, Allemagne et bien sûr France, se contentent d’obeir servilement aux ordres US, même si cette politique va à l’encontre des intérêts economiques de leur propre pays (cf crise de l’agriculture et de l’industrie agro alimentaire chez nous, sans parler des Mistral).

        +29

      Alerter
    • Pierre Bacara // 27.08.2015 à 11h02

      les “sanctions” […] n’ont pas ou peu de répercussions sur l’économie russe“.

      Un détail m’a interpellé il y a un an : vers le début de ces attaques économiques baptisées “sanctions“, une source kazakhe m’a indiqué que l’économie de son pays, étroitement liée à celle de la Russie, avait accusé le choc au point que la monnaie locale avait chuté face au dollar. Ces attaques économiques ont donc provoqué en Russie une onde de choc qui s’est répércutée au moins au Kazakhstan. Elles ne sont donc pas à sous-estimer.

      D’un autre côté, le gouvernement russe semble confiant en la capacité de l’économie de son pays à encaisser ces attaques dont par ailleurs il ne dissimule pas l’impact. J’aurais tendance à le croire. En effet, l’économie russe est particulèrement industrialisée, ce qui est un fondamental sain.

      P.S. : fondamental sain : le terme est devenu une telle boutade que je me sens obligé de préciser que je considère le taux d’industrialisation de l’économie russe comme un vrai fondamental sain – pas comme ceux invoqués par les Bourses européennes puis Wall Street mardi pour décréter unilatéralement que la chute du Shanghaï Composite et du Nikkeï lundi puis mardi matin avaient été des épiphénomènes.

        +20

      Alerter
      • BRT // 28.08.2015 à 08h02

        Le KZT a essuyé un dur revers l’année dernière, comme il l’a fait il y a quelques jours (-20%); tout comme le RUB (on échange actuellement ici 1€ pour 75RUB en moyenne, lundi c’était plus de 80RUB pour 1 €); donc oui les monnaies sont relativement liées. Mais il ne faut pas oublié que ce sont tous 2 des pays dont l’économie est étroitement liée aux matières premières (et pas seulement les hydrocarbures), or ces dernières n’ont que rarement connu un seuil aussi bas. Il est marrant de voir les journalistes délirer sur la prétendue efficacité des sanctions contre la Russie, en omettant complètement de parler de ce fait évident! S’ils étaient vraiment honnêtes, ils parleraient aussi du boom des investissement du gouvernement fédéral dans l’agriculture locale…

          +1

        Alerter
    • Michel // 27.08.2015 à 11h13

      “D’autre part elles n’ont pas ou peu de répercutions sur l’économie russe.”

      Dire que les sanctions n’ont pas (ou peu) eu de répercutions sur l’économie russe est faux. Vous n’avez qu’à lire le rapport de l’observatoire franco-russe cité dans l’article pour vous en convaincre.

      Il y a une vraie crise en Russie, l’endettement a beau être inférieur à celui des Etats européens, allez le dire aux russes à qui on a baissé le salaire de 20% ou qui subissent une grosse inflation, ça leur fait de belles jambes. Cette crise est due à plusieurs facteurs certes mais les sanctions n’ont pas aidé! La chute du rouble (ou plutôt la baisse du coût du baril), repartie de plus belle cet été, est aussi un facteur aggravant bien sûr.

      Par contre, d’accord pour dire que les sanctions sont inefficaces sur la politique russe.

        +10

      Alerter
      • médiacrate // 27.08.2015 à 14h10

        Certainement ce que vous dites n”est pas faux,mais je pense sérieusement que c’est un mal
        pour un bien le pétrole ne sera pas toujours à un prix aussi bas, et entre temps je suis persuadé que la Russie va donner un gigantesque coup de collier pour diminuer drastiquement les importations des pays de l’ouest qui l’ont sanctionné et à terme ce sera la Chine qui deviendra son principal fournisseur et ne laissant à l’Europe que des miettes.
        Mais il faudra quoiqu’il advienne continuer à nous fournir en gaz et pétrole entre autres en Russie donc le déficit commercial de l’Europe avec la Russie risque de s’aggraver conséquemment dans l’avenir.
        Il n’y a que des journalistes genre Le point ou plutôt avec l’appellation “radio Paris ment” qui continueront à farcir les cerveaux des quelques lecteurs restant de leurs raisonnements délirants toujours à sens unique.

        Ps remplissez vos citernes tant que le pétrole est aussi bas nous ne savons pas ce que l’avenir nous réserve!

          +7

        Alerter
  • Jacques F. // 27.08.2015 à 10h56

    “Ce qui compte avant tout pour le régime de Poutine, c’est la fierté nationale”

    Ces enfoirés de Russe. Ils veulent pouvoir être autosuffisant en denrées alimentaires, pour ne pas être tenus par l’estomac par l’Europe et les USA.

    ps :
    {quote}
    A 67 euros en juillet
    {quote}

    67 Euros le rouble ?
    JE SUIS RIIIIIIIICHE !

    Non ?

      +8

    Alerter
  • David R // 27.08.2015 à 13h09

    “Le KGB a totalement pris en main l’économie russe”.
    Ben moi je croyais que le KGB n’existait plus et que les services de renseignement Russes s’appelais désormais le FSB.
    Ah mais oui, le mouton moyen connais le KGB comme dans les films, pas le FSB !
    Joli morceau de propagande en tout cas. Encore un peu d’effort, bientôt Poutine sera conseillé par Staline via une ligne secrète de téléphone depuis le ciel (ou l’enfer)…

      +26

    Alerter
    • Pierre Bacara // 27.08.2015 à 16h22

      Les trois principaux services russes sont aujourd’hui :

      SVR : service de renseignement extérieur, héritier et successeur du KGB extérieur (service de renseignement extérieur de la Fédération de Russie, Служба внешней разведки Российской Федерации)

      FSB : service de renseignement intérieur, héritier et successeur du KGB intérieur (service de renseignement intérieur de la Fédération de Russie, Федеральная служба безопасности Российской Федерации)

      GRU : service de renseignement des forces armées (direction générale du renseignement des forces armées de la Fédération de Russie, Главное разведывательное управление Генерального штаба Вооружённых Сил Российской Федерации)

        +7

      Alerter
  • LAD // 27.08.2015 à 13h30

    Je ne sais pas où il a eu sa carte de presse mais il ne connaît pas du tout le sujet ce type.
    Qu’il change de métier ça vaudrait mieux pour lui.

      +6

    Alerter
    • Alfred // 28.08.2015 à 00h03

      Mais non il est parfaitement à sa place et il dit ce qu’il faut pour y rester. C’est pour ÇA qu’il a une carte de presse.
      Par contre désole pour vos impôts et pour le temps que vous devez passer à chercher de la vraie info.

        +9

      Alerter
  • bm607 // 27.08.2015 à 13h36

    Pour information sur le sujet des “sanctions”, nos ami$ américain$ toujours disponibles pour œuvrer à la réconciliation et pour calmer le jeu :

    “La délégation du Conseil de la Fédération de Russie (Sénat russe) annule sa visite à New York, car les USA ont délivré à la présidente du Conseil Valentina Matvienko un visa avec plusieurs restrictions concernant son séjour dans le pays.
    Les restrictions ont rendu la visite impossible
    “Le visa interdit notamment de prendre part aux rencontres et à d’autres évènements liés à l’Union Interparlementaire”, a précisé le ministère russe des Affaires étrangères.
    “Dans ces conditions, la visite de la délégation russe avec Valentina Matvienko en tête est impossible”, explique le ministère.
    ….
    Il ajoute que Washington “bloque la possibilité d’exposer des approches divergeant des priorités et des directives politiques américaines”.”

    http://fr.sputniknews.com/international/20150826/1017798484.html#ixzz3k0wikRQI

    Surtout éviter les rencontres visant à dialoguer et à essayer de se comprendre, ce n’est pas constructif pour les guerres, c’est au mieux du temps perdu.

      +20

    Alerter
  • michel roissy // 27.08.2015 à 14h38

    n’oubliez quand même pas que les Zétazunis sont le maître étalon en matière de démocratie…

    avec l’aide de la “communauté internationale autoproclamée”, c’est à dire ses valets de pied, europe, canada, australie, japon, nouvelle zélande… je ne mets pas de majuscules à ces foutriquets qui oublient simplement quelques pays (Inde, Chine, Brésil, Indonésie… je ne vais pas tous les citer puisqu’ils ne représentent QUE les 3/4 de l’humanité… une paille)

      +13

    Alerter
  • anne jordan // 27.08.2015 à 15h43

    en fin de commentaires et malgré toute ma sympathie pour les Russes , je dois dire que je suis horrifiée par la destruction de denrées alimentaires , quel que soir
    t le contexte .
    je souhaite aux internautes qui applaudissent ici et ailleurs d’avoir réellement FAIM , un jour .

      +1

    Alerter
    • Vladimir K // 27.08.2015 à 17h14

      Dans ce cas, n’allez pas en Australie avec un malheureux paquet de chips…

      n’allez pas au Canada avec de la charcuterie ou des produits laitiers (y compris du lait maternisé), idem pour le Chili

      n’allez pas à Hawaii ou Guam avec une pomme ou une banane…

      Dans ces pays, et contrairement à la Russie, les interdictions touchent aussi les personnes physiques ; non seulement on jettera les produits devant vous, mais en plus on vous fera payer.

        +10

      Alerter
    • Vénus // 27.08.2015 à 21h53

      Je crois que ça a été changé car la population russe s’est révoltée contre ce gaspillage, il me semble avoir lu sur sputniknews que justement une décision a été prise de donner la nourriture aux pauvres… à confirmer.

        +1

      Alerter
    • Van // 28.08.2015 à 17h30

      faut surtout s’horrifier de la destruction de presque la moitié de ce que produit l’Europe et les usa en denrées alimentaires chèrement produite a coup d’élevage et d’agriculture intensif , mais contrairement a la Russie ya pas de camera et de journalistes braqués sur nous pour nous diaboliser .
      comparé au gaspillage occidentale cette destruction justifiée de contrebande reste infinitésimale , cordialement j’apprécie vos commentaires .

        +3

      Alerter
    • Maria // 28.08.2015 à 18h55

      Il y a encore d’autres prétextes beaucoup plus futiles pour détruire de la nourriture : https://fr.wikipedia.org/wiki/Tomatina

      Et si des gens ont faim, ce n’est pas parcequ’il n’y a pas à manger ( ça c’est l’argument des monsanto and co pour vendre leurs produits de mort ) c’est parceque ces gens n’ont pas d’argent ( car souvent ils n’ont pas de travail )

        +4

      Alerter
  • anne jordan // 27.08.2015 à 16h05

    et , en fin de compte , récession ou pas , chute démographique ou pas , voici l’avenir :
    http://www.lecourrierderussie.com/2015/06/russie-chine-terres-agricoles-siberie-orientale/

    sans oublier , en Sibérie occidentale le projet ( ? )de distribution de terres dont Nicolas – que je salue – nous avait parlé il y a plus d’un an .

    La Russie , c’est comme la Syrie , vaut mieux s’abstenir , plutôt que d’écrire des âneries .

      +5

    Alerter
  • Nico 13 // 27.08.2015 à 16h11

    HS
    Vous avez vu que l’Ukraine a eu une décote de 20 % sur sa dette ?
    Il coûte bien cher ce pays…

      +2

    Alerter
    • Pierre Bacara // 27.08.2015 à 22h37

      décote de 20 %

      Oui c’est vu. A noter, pour ceux qui auraient le plus minuscule doute à ce sujet, que la solvabilité de l’Etat ukrainien est égale à 0,00 – cas suffisamment rare pour être noté.

        +5

      Alerter
      • Nico 13 // 27.08.2015 à 23h11

        A mon avis, les fonds de pension qui ont accepté cette décote ont dû avoir des contreparties.
        Ça va privatiser tout ce qui peut rapporter de bons gros profits dans les prochains mois à mon avis…

          +3

        Alerter
  • Andrae // 27.08.2015 à 18h13

    Poutine peut affecter fortement, ou même détruire, des pans négligés des entreprises UE. Notamment les chocolats et autres confiseries (France) et les fleurs (Pays-Bas.) (> mon post précédent.)

    Bien sur les sanctions les plus importantes portent sur la finance et l’armement. Mais même dans ces domaines cela semble mal barré, voir p. ex. (anglais) de Defense News (pas un blogueur pro-Russe!) Je ne peux pas juger ..

    Despite Sanctions, Russian Defense Revenues Soaring

    http://www.defensenews.com/story/defense/policy-budget/industry/2015/07/26/despite-sanctions-russian-defense-revenues-soaring/30589895/

    Par contre, pour sur, comme disent les enfants, toute l’histoire d’être coupé, interdit de SWIFT (payements internationaux etc.) est bidon, car SWIFT est une entreprise privée, et elle a refusé de le faire, et a riposté en nommant un Russe dans son comité directeur, pour la première fois. (Avant SWIFT a coupé l’Iran.. mais refuse également de couper Israel…)

    http://financialtribune.com/articles/world-economy/2096/swift-refuses-suspend-russia

    Bloomberg ( > pas d’exclusion de la Russie de SWIFT):

    http://www.bloomberg.com/news/articles/2015-03-19/russian-cutoff-from-bank-backbone-said-to-be-ruled-out-as-option

    Nomination d’un Russe à SWIFT, 11 mars 2015:

    http://www.rt.com/business/239581-swift-russia-board-traffic/

    Bien sur la Russie développe son propre système .. en ce qui concerne les particuliers on voit que la nouvelle carte “MIR” sera bientot en service, ou l’est … en collaboration avec VISA et Mastercard!

    http://rbth.co.uk/business/2015/04/02/visa_and_mastercard_join_russias_national_card_payment_system_44955.html

      +2

    Alerter
  • Ztong // 27.08.2015 à 21h17

    La crise même pas mal, et vive l’autosuffisance alimentaire !

    Trop fort, le Poutine. Il faut dire qu’il est puissamment aidé par nos conneries pour faire passer des réformes impopulaires, mais qui produiront leurs fruits pendant des décennies.

    Pendant ce temps, nos producteurs porcins croulent sous les surplus, et l’Etat ne sait plus comment faire pour enrayer la chute des prix.

    Peut-être devrait-il se convertir au communisme 🙂 ?

      +6

    Alerter
  • Sébastien // 27.08.2015 à 21h51

    Franchement, vous me faites mal à vous voir lire le Point, écouter France-info, ou regarder France 2. Quelle souffrance!
    Arrêtez de vous torturer.

      +7

    Alerter
    • languedoc30 // 27.08.2015 à 22h46

      Pour ceux qui sont totalement masochistes, je recommande France Culture, un pur régal !

        +4

      Alerter
    • Dominique // 29.08.2015 à 18h37

      « Arrêtez de vous torturer. »
      Certes, mais on doit connaître “l’ennemi”.

        +1

      Alerter
  • koui // 27.08.2015 à 23h28

    La Syrie a toujours mis des bâtons dans les roues des américains, israeliens, saoudiens et francais dans leurs actions au proche orient. C’est la raison de l’hostilité féroce de ces pays envers Assad, pére, fils et ceux qui viendront après eux, quel qu’ils soient. Sinon, le régime baasiste est incontestablement brutal et tyrannique. Mais il n’y a aucune raison de croire que ses adversaires syriens le soit moins. Croire le contraire est de la “fantaisie” selon Obama lui-même. Le régime syrien est très laïque pour un pays profondément religieux et communautariste. Il l’est bien trop pour ses opposants. Ce laïcisme est possible uniquement parce que les minorités religieuses et les peu religieux dominent le pays à travers le parti Baas. Quelque soit le régime qui remplacera le Baas, les problèmes de la libération du Golan occupé par israel et des réfugiés palestiniens continueront d’orienter ce pays vers le militarisme. La coexistance des minorités avec la majorité sunnite restera difficile tant que la propagande salafiste continuera à les traiter en bouc émissaire, et la question kurde persistera puisqu’ils n’ont pas d’etat national. En fin de compte, l’engagement francais dans la guerre contre “Assad le tyran” est un mieux démocrate humanitaire qui est au fond ennemi du bien, de la paix, de la liberté, de la laicité et du développement. C’est le résultat d’une politique sans profondeur historique ni réflexion d’aucune sorte sur l’aprés Assad, pas plus qu’il n’y a eu de reflexion sur l’aprés Khadafi. Nous sommes très mal gouvernés

      +6

    Alerter
  • Etouais // 29.08.2015 à 00h53

    Mesdames, Messieurs,

    C’est assez dangereux de se voiler la face ; pratiquer la politique du “tout va pour le mieux en Russie”, “la situation est bien pire ici en Occident” La vérité est la suivante :
    MODERATION: Votre billet est trop long: Proposez-le à OB

      +0

    Alerter
  • Etouais // 29.08.2015 à 17h06

    Mesdames, Messieurs,

    C’est assez dangereux de se voiler la face ; pratiquer la politique du “tout va pour le mieux en Russie”, “la situation est bien pire ici en Occident”, c’est de la puérile, pathétique, négligence.

    La vérité est la suivante :
    La Russie est effectivement, actuellement, le seul pays, “à peu près” développé et puissant – au sens où elle constitue un véritable obstacle -, qui n’est pas aligné avec les États-Unis. La Chine et L’inde étant encore sous développées et n’entretenant pas de relations particulièrement hostiles avec les États-Unis. Ce qui qui fait de ce pays, nécessairement, l’homme à abattre.

      +1

    Alerter
  • Etouais // 29.08.2015 à 17h07

    Mesdames, Messieurs,

    SUITE :

    Mais la Russie est en réalité extrêmement vulnérable :
    – Son PIB nominal est inférieur à celui de l’Italie.
    – C’est une économie non diversifiée, dépendant principalement de la rente du pétrole et du gaz.
    – C’est une économie bridée et sous contrôle (143ème pays en terme de liberté économique :http://www.heritage.org/index/ranking) ; les plus grandes entreprises sont détenues majoritairement par l’État ou les oligarques, extrêmement corruptibles, de l’intérieur…comme de l’extérieur.
    – Caricaturalement parlant, les plus grandes entités libres et indépendantes existantes sont des entreprises qui se contentent du commerce en détail de fruits et légumes.
    – La corruption, particulièrement néfaste, est présente à tous les niveaux.
    – Sa démographie, déjà faible avec 146 millions d’habitants, est en déclin ; les dernières statistiques ne sont sérieusement pas optimistes.
    – L’espérance de vie y est la plus faible de toute l’Europe et les fléaux ravagent la population ; l’alcool étant l’un des plus connus.
    – Sa structure territoriale est particulièrement instable ; beaucoup de ses sujets fédéraux sont constitués majoritairement d’autres ethnies que les Russes ; le Tatarstan, la Tchétchénie et surtout l’Iakoutie en sont de bons exemples. Où je veux en venir? Entre autres, aux “désirs populaires de liberté”…
    – Sa monnaie est adossée au dollar, qui est la devise mondiale ; son économie est donc, notamment, particulièrement à la merci des sanctions occidentales, qui utilisent spécialement le dollar comme arme politique.
    – Sans étayer la propagande occidentale, c’est effectivement un pays relativement isolé tant politiquement qu’économiquement ; la Chine et l’Inde entretiennent d’avantages de relations cordiales avec les États-Unis qu’avec la Russie, n’en déplaise. D’ailleurs, ses accords commerciaux avec la Chine lui sont défavorables.
    – …

      +1

    Alerter
    • Dominique // 29.08.2015 à 18h40

      « Sa monnaie est adossée au dollar »
      De moins en moins.

        +2

      Alerter
  • Etouais // 29.08.2015 à 17h08

    Mesdames, Messieurs,

    SUITE 2 :

    Autant dire que l’Occident, et plus particulièrement les États-Unis, ont toutes les cartes en main pour littéralement désintégrer ce pays, particulièrement gênant.
    Actuellement déjà, la dissuasion nucléaire, seule défense que possède la Russie pour prévenir son anéantissement, est en passe d’être annihilée. On peut le comprendre avec certains sujets de fausse tergiversation, comme les projets d’extension du bouclier antimissile américain en Europe.

    Donc, non, tout ne roule pas comme sur des roulettes dans ce pays dissident.
    Au lieu de s’obstiner d’essayer de se convaincre du contraire, il est plus cohérent de débattre sur d’éventuelles solutions, possibilités, en tenant compte, le plus objectivement possible, de la réalité…

    Ah oui! À quoi servent les sanctions et la propagande antirusse?
    À peu de choses autres que le but principal : éloigner définitivement la Russie de la scène européenne, ce qui est nécessaire au plus grand rapprochement USA-UE jamais vu, actuellement en œuvre.

      +0

    Alerter
    • Vénus // 29.08.2015 à 20h31

      Monsieur Etouais,
      ce que vous dites, ce sont des faits, justes ou pas, mais ça reste des faits. Plusieurs points sont à débattre d’ailleurs. Je ne trouve pas que les gens qui laissent ici leurs commentaires sont tous étourdis et complètement naïfs. Je viens sur ce blog pour recevoir une bouffée d’air frais car effectivement je fais partie des masochistes qui lisent un peu la presse mainstream, d’autant plus que je suis Russe, ça me fait mal au coeur. Il faut regarder au delà des faits, l’âme russe est incorruptible, le peuple a souffert, il faudra plusieurs générations pour oublier toutes les horreurs du XX siècle. Je vois que les gens qui commentent ici ont de l’affection, de la compassion pour les Russes, ils n’oublient pas le sacrifice de mes ancêtres. Olivier Berruyer nous donne la possibilité de répondre aux attaques des journalistes qui ignorent complètement la réalité russe et osent pondre leurs articles que le Français moyen lira sans réfléchir. Laissez moi penser qu’Olivier est amoureux de mon pays, c’est mon droit c’est pourquoi il accorde une si grande place à la contre-propagande antirusse. Merci à lui pour ça

        +2

      Alerter
  • Lysbethe Lévy // 03.09.2015 à 00h44

    Allez pour le fun BHL encore lui promet que Daesh va perdre face aux Pershmergas qu’il es allé visité parait il voir les photos ainsi que celles que des génis en photoshop ont crée pour notre bonheur malgré la situation dramatique : http://www.topito.com/top-meilleurs-detournements-bhl-en-irak-belle-chemise-nanar

    Pourquoi dit il qu’ils vont perdre ces “amis” à ce qu’il me semble ?? J’avoue ne pas comprendre mais sachant qu’il parait que les boys vont intervenir sur le terrain (?) et on a annoncé des avions russes dans le ciel syrien…

    “Les réfugiés” ou “victimes” (qui affluent en nombre ) de nos “chères guerres” vont être réparties un peu partout en Europe, mais plus dans le nord que le sud (Allemagne, Suède, pays alentour) http://www.theguardian.com/world/2015/sep/02/shocking-image-of-drowned-syrian-boy-shows-tragic-plight-of-refugees-

    le Plan est déjà prévu, les occidentaux voudraient ils se faire pardonner en accueillant une bonne partie des victimes qu’ils appellent euphémiquement “des migrants” comme si “ils voulaient juste passer quelques temps “chez nous” ???

    http://www.bbc.com/news/world-europe-32719014/ Petit rappel des paroles d’Obama “il faudra bien 20 ou 30 ans pour lutter “contre Daesh” !

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications