Source : Consortium News, le 07/07/2015

7 juillet 2015

Exclusif : Le régime post-coup d’état en Ukraine fusionne à présent des escadrons d’assaut néo-nazis avec des militants islamistes – appelés « frères » de l’ultra violent État Islamique – déchaînant un infernal « escadron de la mort » voué à tuer les populations russophones dans l’est de l’Ukraine, sur la frontière russe, d’après Robert Parry.

Par Robert Parry

Dans un récit étonnamment optimiste, Le New York Times relate le ralliement de militants islamistes aux bataillons d’extrême droite et néo-nazis d’Ukraine pour combattre les rebelles russophones dans l’est de l’Ukraine. Il ne semble pas qu’une alliance entre extrémistes violents ne soit trop méprisable pour être fêtée, du moment qu’elle tue des Ruskoffs.

Selon l’article d’Andrew E. Kramer, il y a maintenant trois bataillons islamistes « déployés dans les zones les plus disputées », comme celle entourant la ville portuaire de Marioupol. Un des bataillons est dirigé par l’ancien seigneur de guerre tchétchène connu sous le nom du « Musulman », rapporte Kramer, qui ajoute :

L’insigne du bataillon d’Azov, comportant le symbole néo-nazi du Wolfsangel [le “crochet à loups”, NdT].

« Le Tchétchène dirige le groupe Cheikh Mansour, baptisé ainsi d’après une figure de la résistance tchétchène au XVIIIe siècle. Ce groupe est commandé par la milice ukrainienne nationaliste Pravy Sektor [Secteur Droit, NdT]. … Pravy Sektor … fondé l’année précédente à l’occasion des manifestations de rues à Kiev, à partir d’une demi-douzaine de groupuscules nationalistes ukrainiens tels que le Marteau Blanc, ou encore le Trident de Stepan Bandera.

Un autre groupe, celui d’Azov, est ouvertement néo-nazi, et utilise le symbole du “crochet à loups“, lié à la SS. Sans aborder le sujet du symbole nazi, le Tchétchène a déclaré qu’il s’entendait bien avec les nationalistes, car, tout comme lui, ils aimaient leur patrie et détestaient les Russes. »

Aussi fortuite que semble la révélation par Kramer du rôle de premier plan des néo-nazis et des suprémacistes blancs combattant pour le régime de Kiev soutenu par les États-Unis, son article constitue une anomalie au regard du Times et du reste des médias mainstream américains, lesquels renvoient habituellement toute mention de cette tache nazie à de la “propagande russe”.

Lors du coup d’état de février 2014 qui chassa le président élu Victor Ianoukovitch, le défunt fasciste Stepan Bandera fut l’une des figures célébrées par les manifestants pro-Maïdan. Pendant la seconde guerre mondiale, Bandera fut à la tête de l’Organisation des Nationalistes Ukrainiens (OUN-B), une milice radicale qui entendait faire de l’Ukraine un état racialement pur. Coordonnant ses efforts à l’occasion avec la SS, l’OUN-B participa à l’expulsion et à l’extermination de dizaines de milliers de Juifs et de Polonais.

Bien que la majorité des manifestants pro-Maïdan de 2013-2014 ait été essentiellement poussée par la colère envers la corruption politicienne et par leur désir de rejoindre l’Union Européenne, les néo-nazis en constituaient une part importante et ont été le fer de lance de la plupart des violences envers les policiers. Des groupes d’assaut de Pravy Sektor ainsi que du parti Svoboda ont pris le contrôle de bâtiments gouvernementaux, et les ont ornés de symboles nazis ainsi que du drapeau de bataille Confédéré, emblème universel des suprémacistes blancs.

C’est ensuite au moment où les manifestations prenaient un tour sanglant, entre le 20 et le 22 février, que les néo-nazis ont fait irruption en première ligne. Leurs milices surentraînées, organisées en brigades de cent hommes, les « sotins » ou « centaines », ont mené les attaques décisives contre la police qui ont forcé Ianoukovitch et plusieurs membres de son gouvernement à fuir pour sauver leur vie.

Dans les jours qui ont suivi le coup d’état, alors que les milices néo-nazies contrôlaient de facto le gouvernement, les diplomates européens et américains se sont fébrilement précipités pour aider le parlement malmené à donner au régime un semblant de respectabilité, bien que quatre ministères, y compris celui de l’intérieur, aient été donnés en récompense à l’extrême-droite, en reconnaissance du rôle crucial qu’elle avait joué dans le départ de Ianoukovitch.

Dès ce moment, la quasi-totalité des médias d’information américains se sont mis des œillères sur le rôle des néo-nazis, ce qui était d’autant mieux pour vendre au public américain le coup d’état sous l’aspect d’une histoire édifiante de « combattants de la liberté » animés d’un esprit de réforme, faisant face à « l’agression russe ». Les médias américains ont soigneusement contourné la réalité néo-nazie en censurant les éléments significatifs, comme le parcours du chef de la sécurité intérieure, Andreï Parubeï, qui avait fondé le Parti National-Socialiste d’Ukraine en 1991, qui mêlait nationalisme radical ukrainien et symboles néo-nazis. Parubeï était à la tête des « forces d’auto-défense » de Maïdan.

Les barbares sont aux portes

Par moments, la censure des médias mainstream sur les chemises brunes en était presque comique. En février dernier, presque un an après le coup d’état, un article du New York Times, consacré aux défenseurs gouvernementaux de Marioupol, saluait le rôle de premier plan du bataillon d’Azov, mais réussissait le tour de force d’éviter toute évocation de ses accointances néo-nazies, pourtant bien connues.

Cet article de Rick Lyman présentait la situation à Marioupol comme si l’avance des rebelles pro-russes représentait une invasion barbare, tandis que les habitants auraient été bravement défendus par les forces de la civilisation, le bataillon Azov. Dans un contexte aussi exaltant, on a probablement pensé qu’il aurait été malvenu de faire mention des svastikas et des symboles SS.

 

 

 

Symboles nazis sur les casques portés par les membres du bataillon ukrainien Azov. (Filmés par une équipe norvégienne et montrés à la télévision allemande)

À présent, le régime de Kiev a ajouté à ces « forces de la civilisation » – résistant aux barbares Ruskoffs – des militants islamistes liés au terrorisme. En septembre dernier, Marcin Mamon, reporter pour l’Intercept, a pu joindre une formation d’avant-garde de ces combattants islamistes en Ukraine, par l’intermédiaire « d’un contact en Turquie avec l’État Islamique [qui] m’a affirmé que ses “frères” se trouvaient en Ukraine, et que je pouvais leur faire confiance ».

L’article du New York Times évite soigneusement de creuser dans la direction des liens de ces combattants islamistes avec le terrorisme. Mais Kramer admet explicitement la vérité nazie à propos des combattants [du groupe] Azov. Il relève également que les conseillers américains en Ukraine « se sont vu explicitement interdire de donner aucune instruction militaire aux membres du groupe Azov ».

Alors que les conseillers américains ont pour ordre de garder leurs distances avec les néo-nazis, le régime de Kiev ne fait pas grand mystère de son approbation du rôle militaire essentiel tenu par ces extrémistes – qu’il s’agisse de néo-nazis, de suprémacistes blancs ou de militants islamistes. On estime ces extrémistes très agressifs et très effectifs dans le massacre de russophones.

Le régime n’a montré que peu d’intérêt pour des rapports venus de tous les secteurs mentionnant des opérations « d’escadrons de la mort » ciblant les suspects de sympathies pro-russes dans les villes contrôlées par le gouvernement. Mais de telles violations des Droits de l’Homme ne devraient pas surprendre, compte tenu de la tradition nazie de ces unités et des liens de ces militants islamistes avec des mouvements terroristes ultra violents du Moyen-Orient.

Mais le Times parle de cette mixture fatale de néo-nazis et d’extrémistes islamistes comme d’une bonne chose. Après tout, ils ciblent les opposants au régime des « blancs bonnets » de Kiev, tandis que les rebelles russophones et le gouvernement russe sont les « bonnets noirs ».

Pour illustrer cette orientation, Kramer a écrit : « Même pour des Ukrainiens endurcis par plus d’un an de guerre contre les séparatistes soutenus par la Russie, l’apparition de ces combattants islamistes, Tchétchènes pour la plupart, dans les villes situées près de la ligne de front tombe comme une surprise – et pour nombre d’Ukrainiens, comme une bonne surprise. […] Pressentant un assaut dans les mois à venir, les Ukrainiens sont ravis de toute l’aide qu’ils pourront recevoir. »

Ainsi donc, le message sous-jacent semble être : « Il est temps que le peuple américain et l’opinion publique européenne intensifient leur soutien militaire et financier à un régime ukrainien, celui qui a lâché sur les russophones une force composée de nazis, de suprémacistes blancs et de militants islamistes (considérés comme des “frères” par l’État Islamique). »

[Pour plus de détails sur le bataillon Azov, voir « La Maison-Blanche reconnaît le rôle des nazis en Ukraine » sur Consortiumnews.com.]

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

 

 

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

47 réponses à L’Ukraine voit fusionner nazis et islamistes, par Robert Parry

Commentaires recommandés

Alfred Le 26 août 2015 à 01h31

Dans la série alliance des pires et gros mensonges il est aussi intéressant de détailler:
– au Yémen la présence d’al Qaïda combattant à la vue de tous aux côté des forces saoudiennes et emiraties (notamment lors de la reprise d’Aden ou elles on récupère certains quartiers)
– en Syrie la Turquie qui sous prétexte de bombarder l’état islamique qu’elle a soutenu lance une campagne aérienne anti-terroriste contre … Les kurdes des ypg / pkk (des centaines de frappes contre les kurdes et seulement 3 contre daesh).
– après le général français a la tête des renseignement militaires qui a déclaré devant le sénat un truc du style “avec l’état islamique les us ont une créature qui a échappé a son frankenstein”, son homologue américain (renseignement militaire américain) qui confirme en déclarant aussitôt à la retraite, sur al jazera que les us ont objectivement misé sur l’état islamique pour virer assad (et que la chute de mossoul était prévisible).
Rien dans nos journaux pourtant ces deux généraux ne sont pas des complotistes mais simplement des professionnels amers mais reconnus. Toutes ces infos sont très accessibles et viennent de gens ayant pignon sur rue (quoi de plus respectable qu’un verbatim du sénat français?)

  1. Alfred Le 26 août 2015 à 01h11
    Afficher/Masquer

    Et le prix Albert Londres ira au nouveau Denis Robert pour son article fouillé sur les filières tchétchènes en Ukraine gouvernementale … Ou bien à Tintin pour son article sur les femens de Hongkong en lutte contre les méchants chinois. Suspense.


    • Alfred Le 26 août 2015 à 01h31
      Afficher/Masquer

      Dans la série alliance des pires et gros mensonges il est aussi intéressant de détailler:
      – au Yémen la présence d’al Qaïda combattant à la vue de tous aux côté des forces saoudiennes et emiraties (notamment lors de la reprise d’Aden ou elles on récupère certains quartiers)
      – en Syrie la Turquie qui sous prétexte de bombarder l’état islamique qu’elle a soutenu lance une campagne aérienne anti-terroriste contre … Les kurdes des ypg / pkk (des centaines de frappes contre les kurdes et seulement 3 contre daesh).
      – après le général français a la tête des renseignement militaires qui a déclaré devant le sénat un truc du style “avec l’état islamique les us ont une créature qui a échappé a son frankenstein”, son homologue américain (renseignement militaire américain) qui confirme en déclarant aussitôt à la retraite, sur al jazera que les us ont objectivement misé sur l’état islamique pour virer assad (et que la chute de mossoul était prévisible).
      Rien dans nos journaux pourtant ces deux généraux ne sont pas des complotistes mais simplement des professionnels amers mais reconnus. Toutes ces infos sont très accessibles et viennent de gens ayant pignon sur rue (quoi de plus respectable qu’un verbatim du sénat français?)


      • artiguste Le 26 août 2015 à 14h16
        Afficher/Masquer

        Sources SVP.


        • Vincent Le 26 août 2015 à 15h44
          Afficher/Masquer

          Le général américain s’appelle Michael Flynn. j’avais vu passer ça : http://www.dedefensa.org/article-daesh-d_sordre_et_le_g_n_ral_flynn_en_vedette_am_ricaine_12_08_2015.html
          Pour le général français, je n’ai pas d’info :/


          • Sylba Le 26 août 2015 à 16h59
            Afficher/Masquer

            Pour le général français : http://www.senat.fr/compte-rendu-commissions/20141215/etr.html

            Concernant Daech : “Quel est le docteur Frankenstein qui a créé ce monstre ? Affirmons-le clairement, parce que cela a des conséquences : ce sont les Etats-Unis. Par intérêt politique à court terme, d’autres acteurs – dont certains s’affichent en amis de l’Occident – d’autres acteurs donc, par complaisance ou par volonté délibérée, ont contribué à cette construction et à son renforcement. Mais les premiers responsables sont les Etats-Unis. “


        • tepavac Le 26 août 2015 à 21h27
          Afficher/Masquer
          • Alfred Le 26 août 2015 à 22h51
            Afficher/Masquer

            @ vincent, sylba, tepavac, merci j’avais trop la flemme de chercher à nouveau.
            @ artiguste je vous comprend mais de nos jours et par les temps qui courrent n’esperez plus forcément le beau lien vers le bel article de spécialiste qui..
            A chacun de se faire journaliste et de croiser les sources sur les sujet qui l’interessent. Pour ce que j’ai affirmé j’ai croisé des dizaines de sources qui parlent toutes “de quelque part”. On ne peut avoir confiance en aucune mais depuis 4ans de guerre en syrie, 1 en ukraine et au yemen on peut trouver sur ces differents sujets nombre de sources (articles, forums spécialisés) qui si on les suit sur la duree donnent une bonne idee du “vrai”. Qui dit le plus souvent vrai et qui dit le plus souvent des mensonges. Vous n’aurez pas la liste complete car c’est trop trop trop long.
            pour croustiller voila un exemple: http://www.israeldefense.co.il/en/content/missing-factor
            http://blogs.rediff.com/mkbhadrakumar/2015/08/10/us-took-willful-decision-to-create-islamic


            • artiguste Le 27 août 2015 à 13h27
              Afficher/Masquer

              Vous avez tout à fait raison, à chacun d’être son propre journaliste. Mais çela n’aurait pas été plus mal que vous mettiez vous sources après tout.

              J’ai commencé à les chercher mais comme j’étais au boulot, je n’ai pas eu le temps de persévérer.

              Puis par la force du nombre, on est arrivé à porter encore plus de crédit à ce que vous avez écrit.

              Merci beaucoup à tous.


  2. Papagateau Le 26 août 2015 à 03h37
    Afficher/Masquer

    ’insigne du bataillon d’Azov, comportant le symbole néo-nazi du Wolfsangel [le “crochet à loups”, NdT].

    La traduction en tenant compte du contexte ne serait pas plutôt
    ” le crochet DES loups”
    Que
    “Le crochet à loups”.
    Car les loups, c’est eux.


  3. DUGUESCLIN Le 26 août 2015 à 06h16
    Afficher/Masquer

    Le pire c’est que ces néo-nazis et islamistes n’aiment ni les “européistes” ni les “atlantistes”.
    Ils considèrent que les “occidentaux” sont des dégénérés, consuméristes, libertinistes, sans valeur, des sous-hommes pour les nazis et des satanistes pour les islamistes.
    Pourtant ces nazis s’appuient sur ces alliances “atlantistes” et “islamistes”, en contradiction avec leur idéologie, pour “casser” du russe.
    Leur haine de la Russie est plus forte que celle de l’occident.


    • kriss34 Le 26 août 2015 à 10h08
      Afficher/Masquer

      Monsieur Duguesclin, sans vouloir casser du russe (de grâce, évitez l’anathème, c’est trop facile), vous ne pensez pas que 20 ans contre Oleg Sentsov pour un délit d’opinion c’est un peu cher payé?? Et pas un mot sur RT… Tiens donc, parlons de désinformation…


      • DUGUESCLIN Le 26 août 2015 à 12h01
        Afficher/Masquer

        Kriss34
        Cela n’empêche pas que l’UE et les américains soutiennent les nazis d’Ukraine et les islamistes du Golf.
        Le fait que Stentsov (ultranationaliste) projetait un attentat terroriste en Crimée (territoire russe) lui a valu la peine réservée aux terroristes. Le message est clair.
        Porochenko, directement ou indirectement soutient les terroristes nazis en Ukraine, il ferait mieux de mettre de l’ordre chez lui et condamner officiellement les mouvances nazis et islamistes et faire juger les exactions des juntes et escadrons de la mort.
        Il n’y a pas des gentils terroristes et des méchants terroristes.


      • MinL Le 26 août 2015 à 12h05
        Afficher/Masquer

        “Et pas un mot sur RT …” ? Si, voyez ci-dessous :

        http://francais.rt.com/international/6044-sentsov-crimee-condamnation


      • Rose-Msarie Mukarutabana Le 26 août 2015 à 13h35
        Afficher/Masquer

        Vous confondez peut-etre: ce n’est pas pour l’un de ses films qu’il a été condamné.
        A moins que vous ne considériez que le fait d’etre cinéaste doive l’exonérer…


        • Serge Le 26 août 2015 à 23h53
          Afficher/Masquer

          @Rose-Msarie Exactement !
          Cette sacralisation de “l’artiste”comme s’il s’agissait d’un état de noblesse par la grâce de la naissance ,et non d’un métier parmi d’autres,me scandalise au plus haut point .
          Si Sentsov avait été boulanger ,la pétition pour sa libération aurait-elle recueilli les signatures de tous ces zintellectuels à la bonne conscience ?
          S’il avait été condamné à cette peine pour un de ses films ,ce serait très choquant.
          Mais il ne s’agit pas de cela ,évidemment .
          Certains peuvent néanmoins trouver la sanction trop lourde .
          Je peux admettre ce débat ,mais ce n’est pas mon avis .
          Il s’agit d’une guerre ,avec beaucoup de morts .Et Sentsov n’est pas le gentil bisounours anti-fasciste tel qu’on nous le présente.
          Il a été reconnu coupable d’avoir coordonné les activités d’un groupe de militants affiliés au mouvement paramilitaire ultranationaliste ukrainien Pravy Sektor (Secteur Droit). Ces derniers avaient pour mission d’attaquer les organisations prorusses et les infrastructures de la péninsule.


          • stephp Le 27 août 2015 à 20h04
            Afficher/Masquer

            Imaginons un instant, c’est purement hypothétique, imaginez donc qu’un certain admirateur de Botul, grand artiste dans son genre, grand amateur de chemises blanches déboutonnées, en prennent lui aussi pour 20 ans.
            Quel bien cela ferait ! Hélas cela ne semble pas prêt d’arriver…


      • René Fabri Le 26 août 2015 à 14h17
        Afficher/Masquer

        Cette affaire peut surprendre. D’abord, il est étonnant que le jugement ait eu lieu aussi vite. Ce n’est pas le cas pour d’autres opposants, par exemple pour ceux de Guantanamo.

        Vingt ans, est une lourde peine, mais Sentsov restera beaucoup moins longtemps en prison, s’il n’est pas dangereux.

        D’une part, ce n’est que le premier procès. Il y en aura d’autres, s’il y a un appel, une cassation, etc.

        D’autre part, en Russie comme en France, les peines sont souvent fortement diminuées si le prisonnier ne fait pas de bêtises. On a vu que d’autres ont été libérés généreusement, comme Khodrokovski et les Pussy Riots.

        Mais il est intéressant de se demander pourquoi il a été jugé. Ce n’est pas uniquement pour un “délit d’opinion” comme vous le dîtes, kriss34, et comme le disent certains médias français. Il a pris part activement à EuroMaidan, ce qui est déjà un délit d’avoir renversé le président Ianoukovitch élu démocratiquement. Ensuite, il agit pour empêcher la Crimée d’être attachée à la Russie en employant des moyens qui ne sont pas démocratiques.

        Il est soi-disant cinéaste. Mais l’est-il vraiment ? il n’a fait que deux courts métrages en 2008 et 2009, et un film de 92 minutes sorti en juillet 2011. A-t-il fait du cinéma en 2012, 2013, et 2014 ? On peut en douter. On sait surtout qu’il a passé le plus clair de son temps à faire de l’agitation contre Ianoukovitch. Son vrai métier depuis 2011 est d’être un opposant professionnel. Il a obtenu un million de dollars du gouvernement de Kiev, soit disant pour faire un nouveau film, mais il est évident qu’une bonne partie de cette somme est en réalité destinée à financer une corruption qui va servir à créer une sorte d’armée de protestataires violents en Crimée, comme ceux de la place Maidan à Kiev.

        Il est en possession d’armes, qui ne sont pas factices, et d’explosifs destructeurs. Curieux pour un cinéaste. Il a donc choisi d’exprimer son opinion en utilisant autre chose qu’une caméra, un stylo, un ordinateur, des bannières et un porte-voix. Il est membre ou sympathisant de Pravy Sektor, qui est un parti nationaliste, russophobe, et violent.

        Il fait partie d’un groupe en Crimée qui comprend Gennady Afanasiev, Alexei Tchirnyi, et d’autres qui ont aussi été arrêtés. On ne parle pas de ces derniers parce qu’ils ont écopé de peines plus légères. Sentsov est l’élément le plus radical de ce groupe dont l’objectif clairement affiché est le renversement du pouvoir en Crimée. Que répond-il au sujet des armes, des explosifs, des plans du groupe ? Rien, il nie tout en bloc malgré les évidences et malgré les autres qui ont raconté comment le groupe est organisé et comment il fonctionne. Sa réponse principale consiste à chanter l’hymne ukrainien.

        Quel pays laisse en liberté les personnes qui manifestent leur opposition en utilisant des armes et des explosifs ? Ce n’est pas parce qu’on est un opposant qu’on a le droit de détruire des statues, de tirer ou de menacer de tirer sur des policiers lors de manifestation, de menacer les citoyens de Crimée qui sont pro-russe, et ils le sont presque tout comme le constatent les personnes qui ont voyagé là-bas.

        Il faut comprendre aussi que nous ne sommes pas dans une situation normale. C’est la guerre. La séparation de la Crimée n’est pas du tout reconnue par Kiev, qui multiplie au contraire les déclarations belliqueuses à son encontre, promettant d’y faire la guerre quand Kiev aura fini son opération au Donbass. La prison n’est rien comparée à tous les morts, dont une partie sont des vieillards et des enfants totalement innocents. Quand la paix reviendra, des remises de peine, des amnisties seront accordées, comme cela arrive généralement.

        Et Ruslan Kotsaba, ce journaliste de Lviv qui est allé interviewer des gens dans le Donbass ? Qui s’en soucie ? Lui n’a jamais possédé d’armes, n’a jamais fait autre chose que de rapporter des témoignages et de donner son opinion sincèrement et pacifiquement. Sa détention actuelle me parait beaucoup plus abusive que celle d’Oleg Sentsov. Pourquoi n’a-t-il aucun soutien des grands médias occidentaux ?

        Et les brûlés d’Odessa ? Pourquoi les coupables sont-ils en liberté, alors qu’on a identifié la plupart de manière formelle grâce aux vidéos qui ont été tournées ce jour-là ?


      • languedoc30 Le 26 août 2015 à 20h06
        Afficher/Masquer

        Etre le chef d’une organisation d’extrême droite liée à pravy sektor, organiser deux incendies dont celui du local de Russie Unie à Simferopol, être déterminé à faire en Crimée ce que ses amis nazis ont fait dans le Donbass, vous appelez ça un délit d’opinion? Ou vous êtes mal informé, ou de mauvaise foi.


        • Vincentdb Le 27 août 2015 à 10h37
          Afficher/Masquer

          L’important, c’est d’être “opposant” du “bon” côté de la barrière. tout le reste est-il vraiment intéressant pour nos braves opinions publiques, gavées de bonne propagande bien de chez nous.
          “Chacun chez soi, Dieu choisira les siens”, remplacez Dieu par le mot le plus approprié et qui vous conviendra le mieux, bien sûr.


      • tepavac Le 26 août 2015 à 21h21
        Afficher/Masquer

        “sans vouloir casser du russe”
        oui, c’est juste des pays partenaires de la russie qui s’autodétruisent par inoculation du
        virus E.I./azov/printemps multiples/gladio et Cie.
        Mais heureusement certains ont découvert le vaccin.
        https://www.youtube.com/watch?v=ZmNlG_nmqEo
        au choix
        https://www.youtube.com/watch?v=OijrjkXXV-w

        https://www.youtube.com/watch?v=4JrqfJ67GUM

        https://www.youtube.com/watch?v=s28bjA-Pa80

        pas futés les turcs, confondre daesh avec des kurdes…
        http://www.ouest-france.fr/turquie-des-raids-de-laviation-turque-auraient-tue-390-rebelles-kurdes-3611796


        • tepavac Le 26 août 2015 à 21h40
          Afficher/Masquer

          Oups, le méssage “s’est” déplacé de “Kriss34” 10h08


    • Dominique Le 29 août 2015 à 18h58
      Afficher/Masquer

      « Ils considèrent que les “occidentaux” sont des dégénérés, consuméristes, libertinistes, sans valeur, des sous-hommes »

      En ce qui concerne les dirigeants, y’a du vrai…


  4. FifiBrind_acier Le 26 août 2015 à 07h26
    Afficher/Masquer

    Pour recruter des mercenaires, le mieux est quand même de sélectionner les pires, tant qu’à faire… La situation en Ukraine, vue de la Russie et de l’ Ukraine, n’est pas celle décrite par les médias occidentaux.

    Pour Xavier Moreau, français installé en Russie, l’Occident a perdu.
    – L’UE a prolongé de 6 mois les sanctions contre la Russie, avec les résultats désastreux pour son agriculture dans l’ UE.

    – Poutine a prolongé d’un an les contre sanctions, ce qui permet à la Russie de mettre en place des productions de remplacement.

    – L’économie de l’ Ukraine s’effondre, puisqu’elle a perdu sont principal débouché russe.

    – Kiev refusant de payer les pensions et les salaires à l’est, c’est le rouble qui est désormais la monnaie qui circule dans l’ est de l’ Ukraine.

    – L’embargo contre les régions de l’ est sont compensées par la Russie et a fini par détourner les habitants, de l’idée européenne et de Kiev.

    – L’UE devrait verser 50 milliards à l’ Ukraine tout de suite, pour sauver son économie,ce qu’elle ne fera pas.

    – Kiev n’a pas les moyens militaires d’un conflit gagnant avec l’est…

    Bref, pour Xavier Moreau, la Russie a gagné sur tous les tableaux..
    http://www.stratpol.com/#!situation-ukraine-fin-aot-2015/c9ur


    • Arcousan09 Le 26 août 2015 à 08h19
      Afficher/Masquer

      Ma fille qui vit aussi en Russie me rapporte les mêmes infos.
      Ne pas oublier que les russes sont les meilleurs joueurs d’échecs sur la planète terre


    • Anas Le 26 août 2015 à 22h54
      Afficher/Masquer

      “Je dirais même plus”

      Les mercenaires islamistes n’obtiennent de victoire que par des jeux de trahison dans le camps de leur adversaires. Dans l’est de l’Ukraine, ça m’étonnerais que les russophones prennent le risque de se laisser corrompre par une alliance “daecho-nazi” dont les méfaits ne sont plus à prouver.

      La résistance dans l’est de l’Ukraine est bien organisée, bien ancrée, consistante et consolidée.


  5. Arcousan09 Le 26 août 2015 à 08h15
    Afficher/Masquer

    Les “amis” américains, tant courtisés par nos politiques serviles et si dévoués, aiment bien fréquenter les extrémistes nazis et ça ne date pas d’aujourd’hui. Les USA si “démocratiques” et si “pacifistes” au temps de Hitler ont fiancé et soutenu ce régime. Quand Cologne a été détruite seule l’usine Ford n’a pas reçu de bombe …. étonnant … non ???

    Nous présenter les “révoltés” de Ukrainiens comme des libérateurs pacifistes c’est quand même un peu fort de café et nos médias, aux ordres, relaient la pensée officielle formatée à Washington sans sourciller.

    Il paraitrait que cela s’appelle: “information” ………..


  6. Mazepa.Anathema Le 26 août 2015 à 11h32
    Afficher/Masquer

    Une réflexion ! L’âge de “héros ” qu’il soit d’origine orientale aux Occidentales ( Ukraine) ne dépasse pas 30 ans – les héros sont représentants de lumpenprolétariats


  7. Alfred Le 26 août 2015 à 13h18
    Afficher/Masquer

    Intéressant même si il est difficile de se faire une idée de la véracité de tous ces articles car:
    Meysan qui habite en Syrie est dorénavant la voix de Damas (ce qui n’est pas pire que la voix de Paris ou Washington mais à prendre avec les mêmes pincettes)
    Des faits improbables sont avancés: par exemple si d’autres personnes ont avancés que des soldats français ont été évacués suite à un accord lors de la chute de homs, meysan affirmée que c’était des légionnaires ce qui est hautement improbable (ce n’est pas ceux la qui sont employés par le cos).
    On aimerait bien d’autres sources concernant juppé. En avez vous sous la main?


    • Rose-Msarie Mukarutabana Le 26 août 2015 à 13h39
      Afficher/Masquer

      “la voix de Damas”?
      Mais Damas a-t-il tort, ou raison? C’estla question, il me semble.


      • Pierre Bacara Le 26 août 2015 à 20h21
        Afficher/Masquer

        Damas a-t-il tort, ou raison? C’est la question […]

        Damas, c’est un régime chiite alaouite qui défend sa prééminence sur une Syrie majoritairement sunnite. Les alaouites se distinguent par leur doctrine religieuse encore plus éloignée de l’orthodoxie sunnite que celle de leurs correligionnaires chiites en général.

        L’armée syrienne a pour noyau des unités d’élite alaouites. Depuis le début de la guerre, ce noyau tente d’articuler autour de lui d’autres unités de l’armée, à la fidélité incertaine. Plus récemment, cette garde prétorienne alaouite a reçu un bol d’air frais sous la forme d’unités chiites informelles mais aguerries venues de l’Iran chiite et du Hezbollah chiite libanais.

        Face à cet ensemble se trouve une puissante guérilla sunnite djihadiste, très compétente, fortement liée à el-Qaïda et soutenue au vu et au su de tous par Washington et par Paris. La présence possible du COS français aux côtés de cette dernière, évoquée ici même, serait un atout de poids pour elle.

        Du point de vue du seul contexte syrien, il s’agit du renversement ou non d’une élite chiite dans un pays sunnite. A l’échelle du Moyen-Orient, il s’agit, pour schématiser très grossièrement, d’un affrontement entre chiites et sunnites, l’Occident ayant pris fait et cause pour ces derniers – il faut choisir son camp.

        Dans un tel décor, la question de savoir qui a raison ou tort me paraît être un exercice acrobatique.


        • Pierre Bacara Le 27 août 2015 à 00h00
          Afficher/Masquer

          Erreur : la syrie est désormais le dernier état laïc de la région“.

          Vous avez raison, l’Etat syrien est laïc et inspiré du nationalisme arabe tout comme l’était l’Irak de Saddam Hussein. Cependant, le pouvoir politique est bel et bien aux mains des alaouites, ce qui explique d’ailleurs le soutien iranien à cet Etat laïc-là.

          Par ailleurs, qu’y a-t-il de pire au yeux des djihadistes sunnites en général ou d’el-Qaïda en particulier ? Un régime chiite, qui présente au moins la maigre consolation d’être musulman, ou un Etat laïc dans lequel les lois sont créées par les hommes et non dictées par Dieu ?


    • Alfred Le 26 août 2015 à 22h22
      Afficher/Masquer

      @ Rosemarie : a prendre avec des pincettes COMME les autres. Ni plus ni moins.
      @ Pierre: ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit: je soulève juste une incohérence (la légion en Syrie c’est portnawak)
      Pour le reste votre résumé de la situation syrienne n’est pas totalement faux mais un peu trop simple: vous oubliez les sunnites qui ont choisi “Damas” (la bourgeoisie en particulier aleppoise, les “laïcs”, les réfugiés intérieurs qui ont choisit d’aller à l’ouest dans le réduit côtier et non au nord en Turquie, etc..) sans compter les minorités chrétiennes et les druzes qui s’obstinent à ne pas écouter le libanais jjoumblat qui les enjoint sans relâche de changer de camp. Les campagnes pauvres ont fourni les effectifs de la rébellion et cela représente moins de 40% des syriens (au maxi).
      La lecture sectaire est celle qui a été imposée et qui a fini par s’installer mais il existe encore un nationalisme syrien. On parle beaucoup du Hezbollah chiite (ouh vilain).
      Étonnamment on ne parle JAMAIS du parti social nationaliste syrien (fondé dans les années 30 par un chrétien il me semble) que certains décrivent comme fascistoide mais qui a été allié aux communistes. Pourtant les milices de ce parti ont combattu contre les israéliens en 2006 et sont maintenant du côté d’assad. Mais ils ne rentrent pas dans le cadre de pensée simpliste des médias occidentaux et pas dans la narative. Ils ne sont pas sunnites, ni chiites, ni alaouites ni chrétiens. Ils sont salement ultra nationalistes.
      C’est con cet orient tellement complique qu’il est même pas complique de la façon qu’on voudrait.
      Et pour couper court aux idiots je ne suis ni pro ni anti. Je cherche a comprendre parc que j’ai aimé ce pays et je pleure Alep, Palmyre et les gens bien qui y vivaient même sous la dictature.


      • Pierre Bacara Le 27 août 2015 à 10h33
        Afficher/Masquer

        @ Pierre: ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit: je soulève juste une incohérence (la légion en Syrie c’est portnawak)

        J’avais compris que vous aviez compris. Je plaçais simplement un “bip” pour tenter de fluidifier la lecture aux passants, par acquit de conscience.


    • Pierre Bacara Le 27 août 2015 à 00h13
      Afficher/Masquer

      Bonsoir Homère d’Allore,

      Je vous rejoins sur le point de la valeur des informations officieuses, qui sont à recouper tout autant que les informations officielles.

      Je manque de temps pour développer, mais les informations publiées par Il Manifesto l’ont été sans vérification. Quant à l’opération HORNET NEST, je n’en ai trouvé nulle autre trace que sous forme de copier-coller de déclarations de Snowden, mais je confesse n’avoir eu le temps que de chercher superficiellement.

      Pour faire court, il paraît hautement probable, encore que non-prouvé, que les Américains aient tenté de recruter Abou Bakr el-Baghdadi, à mon avis en 2005, contrairement à ce qu’indique sa biographie officielle. En revanche, il me paraît peu crédible qu’une force comme l’EI, appelant à la création d’un Etat – plus exactement d’un califat ; force capable par ailleurs de surclasser militairement ses adversaires et qui, de surcroît, menace l’équilibre de l’Arabie Soudite et de la Turquie, alliés douteux mais de fait de Washington, soit soutenue par les Etats-Unis.


      • Pierre Bacara Le 27 août 2015 à 00h19
        Afficher/Masquer

        […]que les Américains aient tenté de recruter Abou Bakr el-Baghdadi, à mon avis en 2005, contrairement à ce qu’indique sa biographie officielle.“.

        Splendide coquille qui sous-entend que la biographie officielle d’el-Baghdadi mentionne son recrutement par les Américains !

        Je voulais dire que la biographie d’el-Baghdadi affirme qu’il a été emprisonné à Abou Ghraïb de 2004 à 2009, alors qu’il a été libéré au bout de dix mois et que les Américains ont peut-être tenté de le recruter, et ce à une date inconnue.

        Mes plates excuses pour ma pantalonnade.


      • Homère d'Allore Le 27 août 2015 à 19h17
        Afficher/Masquer

        Bonsoir, Pierre Bacara,

        Merci de votre réponse, toujours d’excellente facture.

        Quant à la deuxième interrogation contenue dans mon commentaire, Jacques Sapir y a superbement répondu dans sa dernière publication sur son blog.

        http://russeurope.hypotheses.org/4244#comment-50240

        Quand comprendra t’il qu’il est le seul recours ?


    • Lamonette Le 27 août 2015 à 02h39
      Afficher/Masquer

      Cher Monsieur,

      C’est avec prudence que je crois me souvenir que l’intervention du COS en Syrie a été confirmée par Pierre Servent.

      Il faut dire qu’on peut être réserviste et au COS, selon la mission.


      • Pierre Bacara Le 27 août 2015 à 10h28
        Afficher/Masquer

        je crois me souvenir que l’intervention du COS en Syrie a été confirmée par Pierre Servent

        Acrimed affirme (http://www.acrimed.org/article3566.html) que Pierre Servent est ou a été « Conseiller du Commandement des opérations spéciales (COS) » en citant deux sources qui, elles, ne confirment pas. L’ex-blog Secretsdéfense de Libé (http://secretdefense.blogs.liberation.fr/2009/03/16/pierre-servent/) (émigré plus tard chez Marianne) affirme la même chose, sans citer de source.
        Aucune autre source, du moins sur le web, ne confirme. Cependant, lorsque l’on recherche des informations sur Pierre Servent ET le COS, on en trouve beaucoup. Je note par ailleurs que dans le même billet, Acrimed remarque la récurrence du thème de la guerre psychologique dans les interventions de M. Servent. Or, la guerre psychologique est précisément l’un des grandes spécialités du du COS.

        L’appartenance, passée ou présente, de Pierre Servent au COS n’est donc pas confirmée mais hautement plausible – à moins que vous ne disposiez d’informations plus convaincantes que les miennes.

        Concernant le COS en Syrie, et d’une manière assez ahurissante, on en trouve mention sur… Wikipédia (https://fr.wikipedia.org/wiki/Commandement_des_op%C3%A9rations_sp%C3%A9ciales) : “Syrie, contacts du COS et de la DGSE avec des militaires dissidents syriens en 2011 (formation et structuration de la capacité opérationnelle)“, citant un article du Point de novembre 2011 écrit par un journaliste qui reste à profiler. Plus récemment, le Figaro Magazine publie une ITW du général Christophe Gomart, directeur du renseignement militaire français, au cours de laquelle le journaliste Jean-Louis Tremblais, apparemment bien informé, pose la question d’une manière détournée. Le général Gomart ne confirme pas mais ne dément pas non plus (décembre 2012).

        L’intervention du COS en Syrie est donc plausible mais, là aussi, non confirmée.

        on peut être réserviste et au COS” : oui, le COS n’est pas un ensemble d’unités mais un commandement, comme son nom l’indique. L’Elysée affecte au COS telles ou telles unités selon les besoins. Bien entendu, certaines unités reviennent au COS plus souvent que les autres.


    • aleksandar Le 28 août 2015 à 20h50
      Afficher/Masquer

      Alors….
      Le COS ne fait pas partie de l’armée de Terre, c’est un commandement interamées aux ordre du CEMA ( chef d’état major des armées ).
      Il ne dépend donc pas “hiérarchiquement ” de l’Élysée mais peut remplir des missions qui lui sont demandées par le CEMA ou l’Élysée, sachant que quand c’est l’Élysée qui fixe la mission, le CEMA est automatiquement consulté parce que c’est lui qui dispose des moyens logistiques nécessaires pour mener a bien ladite mission.
      De plus le COS, même quand il réalise une mission demandée par l’Élysée reste sous contrôle opérationnel ( COMOPS ) du CEMA et en particulier de l’adjoint Opération du fonds de la Cuve ( nom donné aux sous sol de l’EMA qui abritent les « indiens » ).
      Le chef d’etat major particulier du président de la Republique est bien sur ” dans la boucle”

      Quand a ses performances, je serais moins enthousiaste que vous vu le fiasco de l’opération de libération de Denis Alex en Somalie.
      Mais il est vrai que dans ce domaine, les succès ne sont jamais publics.


  8. jules Le 26 août 2015 à 14h18
    Afficher/Masquer

    Si après ça , on ne croit pas que l Etat Islamique est une création américaine ,pour détruire tous pays souverains , je sais pas se qui vous faut !!!
    Ooh mince!!
    C’est du complotisme!


  9. Serge Le 27 août 2015 à 00h11
    Afficher/Masquer

    La collusion entre nazillons ukrainiens et islamistes du Caucase ,avec la bénédiction des services américains et ceux qui sont au pouvoir à Kiev ,est connue depuis le début de ceux qui savent s’informer là où c’est possible .
    Dmytro Laroch lui-même ,avait combattu les russes,au côté des rebelles tchétchènes .
    La reconnaissance indirecte de cela par le NYT est néanmoins bonne à prendre .


    • V_Parlier Le 27 août 2015 à 13h48
      Afficher/Masquer

      C’est exact. Et le fait que çà devienne de notoriété publique et que ce soit affiché sans complexes aujourd’hui me surprend tout de même. Ils n’ont vraiment honte de rien, ces putschistes de Kiev et leurs admirateurs.


  10. Barraka Le 27 août 2015 à 11h49
    Afficher/Masquer

    “Dans un récit étonnamment optimiste, Le New York Times relate le ralliement de militants islamistes (…)”

    L’article original parle de combattants islamiques, et non islamistes.


  11. Nico 13 Le 27 août 2015 à 13h02
    Afficher/Masquer

    Oui, il y a souvent des fausses infos relayées sur ce site.
    Et c’est vrai également qu’ils sont anti musulman.


Charte de modérations des commentaires