Les Crises Les Crises
27.mars.202427.3.2024 // Les Crises

Israël a menti et présenté de fausses « preuves » devant la Cour Internationale de Justice

Merci 155
J'envoie

Par exemple, Israël a prétendu qu’une image montrait des camions d’aide entrant dans la bande de Gaza alors qu’ils étaient en fait en train de la quitter.

Source : Truthout, Sharon Zhang
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Camp de réfugiés palestiniens de Maghazi : Enfants au milieu des décombres d’un immeuble gravement endommagé par les bombardements israéliens, dans le centre de la bande de Gaza, le 27 février 2024. AFP VIA GETTY IMAGES

Une analyse approfondie des arguments présentés par les avocats d’Israël dans le cadre de sa défense lors du procès pour génocide intenté par l’Afrique du Sud montre que l’équipe juridique d’Israël a formulé des affirmations fallacieuses ou induisant en erreur concernant les preuves présentées à la Cour, ce qui affaiblit sa thèse quant au bien-fondé du massacre perpétré dans la bande de Gaza..

Ainsi, selon les avocats, Israël avait de bonnes raisons de lancer des raids sur les hôpitaux de Gaza, comme Al-Shifa dans la ville de Gaza, et qu’il avait autorisé une quantité suffisante d’aide humanitaire dans la région, alors qu’une analyse plus minutieuse effectuée par Forensic Architecture, un groupe de recherche de Goldsmiths, l’université de Londres, conclut dans son rapport publié cette semaine que les avocats d’Israël ont dénaturé les éléments de preuve qu’ils ont soumis à la Cour internationale de justice (CIJ).

Dans un des cas, le groupe a constaté que la photo d’une file de camions transportant de l’aide humanitaire qui, selon les avocats israéliens, entraient dans Gaza, était en fait une image de camions s’éloignant de Gaza en direction de la frontière égypto-israélienne afin d’être « contrôlés » et probablement rejetés par les forces israéliennes et les manifestants.

À l’aide d’images satellites, de vidéos et de vues en 3D provenant de source libre, le groupe a constaté qu’au total, l’équipe de défense d’Israël a incorrectement identifié, annoté ou témoigné à propos de neuf éléments de preuves visuelles qu’elle a soumis à la CIJ dans le cadre de son plaidoyer le mois dernier afin de soutenir ses affirmations.

L’une des photos présentées par l’équipe juridique israélienne montrait ce qu’elle prétendait être un site d’essai de lancement de roquettes pour les forces palestiniennes proche d’une usine de dessalement de l’eau. Or, selon Forensic Architecture, ce que les avocats israéliens ont désigné sur la photo comme étant le site de lancement correspond en fait aux cratères laissés par les types de bombes qu’Israël a larguées sur Gaza.

Une grande partie des éléments de preuve que les chercheurs ont analysés et réfutés étaient liés aux affirmations de responsables israéliens selon lesquelles les forces du Hamas utilisent, à des fins militaires, des installations civiles, telles que des écoles ou bâtiments de l’ONU – des affirmations que les autorités israéliennes et pro-israéliennes ont maintes fois répétées sans jamais réussir à les prouver. Ces allégations ont ensuite été utilisées par les avocats d’Israël pour affirmer que les attaques d’Israël contre ces installations étaient justifiées et n’étaient pas simplement des attaques contre des civils.

Les affirmations d’Israël concernant les tunnels sous Al-Shifa, par exemple, qui ont été largement rapportées par les médias et les responsables occidentaux, étaient « équivoques et n’étaient étayées par aucune preuve ».

« Les hôpitaux n’ont pas été bombardés ; bien au contraire, les FDI [Forces de Défense Israélienne; NdT] envoient des soldats pour fouiller et démanteler les infrastructures militaires, réduisant ainsi les dommages et les perturbations », a déclaré l’équipe juridique d’Israël en montrant une photo de ce qu’elle prétend être une cheminée de tunnel utilisé par les forces du Hamas. « En réalité, on a fait exploser le tunnel qui se trouvait directement sous le bâtiment principal de l’hôpital Shifa sans endommager le bâtiment lui-même. Tsahal s’est alors retiré de l’hôpital. »

Il existe de nombreuses preuves démontrant qu’Israël a bombardé des hôpitaux, et l’armée israélienne est même directement responsable d’attaques de ce type ; elle a perquisitionné plusieurs hôpitaux de Gaza et de Cisjordanie au cours des derniers mois ; Forensic Architecture a découvert que par le seul hôpital Al-Shifa, les forces israéliennes ont mené 11 attaques.

En outre, Forensic Architecture n’a pas trouvé de preuves étayant les affirmations d’Israël concernant les tunnels et leur relation avec les hôpitaux, soulignant qu’un grand nombre d’articles de presse et de sources israéliennes affirmant l’existence des tunnels sous les hôpitaux ont été réfutés.

Sur l’une des images, les avocats israéliens désignent un bâtiment comme étant un hôpital, en l’occurrence l’hôpital Al-Quds dans la ville de Gaza, et marquent d’un cercle un « terroriste » sur l’image à côté du bâtiment. « Sur la diapositive qui vous est présentée, on voit un militant entrer dans l’hôpital Al-Quds avec un lance-roquettes. Le Hamas a tiré sur les forces de l’armée israélienne depuis l’intérieur de l’hôpital Al-Qud, mais aussi depuis les alentours », a déclaré l’équipe juridique d’Israël.

Mais Forensic Architecture a découvert que le bâtiment figurant sur l’image est en fait un immeuble résidentiel situé à un pâté de maisons de l’hôpital. Le groupe n’a en outre trouvé aucune preuve d’opérations militaires palestiniennes à l’intérieur d’Al-Quds, comme l’affirmait un communiqué de presse à l’origine de l’image, et a trouvé des preuves contredisant l’affirmation de l’armée israélienne selon laquelle un projectile lancé depuis l’hôpital provenait en fait de l’intérieur de l’hôpital ou de ses environs.

Et pourtant, alors qu’il s’agit de l’argument soi-disant le plus solide de la défense d’Israël pour prouver qu’il ne commet pas de génocide, c’est la preuve qui a été utilisée pour justifier les attaques violentes et terrifiantes d’Israël contre l’hôpital en octobre et en novembre. Les forces israéliennes ont lourdement bombardé la zone entourant l’hôpital et l’ont finalement rendu non opérationnel en raison d’une pénurie de carburant causée par un blocus instauré par les forces israéliennes. Si ses conclusions sont vraies, le rapport montre que les arguments d’Israël pour se défendre contre les allégations de génocide sont fondés sur des relectures tendancieuses de l’assaut sur Gaza, dont les experts affirment qu’il s’agit clairement d’un génocide..

Cet article est placé sous licence Creative Commons (CC BY-NC-ND 4.0), et vous êtes libre de le partager et de le republier selon les termes de la licence.

SHARON ZHANG

Sharon Zhang est rédactrice à Truthout et ses sujets de prédilection sont la politique, le climat et l’emploi. Avant de rejoindre Truthout, Sharon a écrit des articles pour Pacific Standard, The New Republic, etc. Elle est titulaire d’un master en études environnementales. On peut la suivre sur Twitter : @zhang_sharon.

Source : Truthout, Sharon Zhang, 28-02-2024

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Serge Bellemain // 27.03.2024 à 13h53

« surréagi »…je vous ai quitté tout de suite! Quand les victimes se transforment en bourreaux; c’est qu’elles ont perdu la mémoire, et là plus rien à espérer.

7 réactions et commentaires

  • J // 27.03.2024 à 10h30

    A quoi rime cet acharnement de ce blog sur Israël ? On peut bien sûr reprocher aux Israéliens d’avoir surréagi, mais cela ne dispense pas de dire quelle aurait été la réaction mesurée correcte, sachant que les réactions mesurées précédentes n’ont apporté qu’un apaisement temporaire.

    Fondamentalement, ils défendent leurs peaux et leurs intérêts. Si les Gazaouis, dans cette affaire, défendaient leurs peaux et leurs intérêts, ils s’y prendraient autrement, par la violence peut-être mais autrement. Ce qu’ils défendent, sur ce front particulier, c’est l’internationale djihadiste et son projet de dominer la planète (voir Coran 3:110, Coran 8:39, Coran 9:29, etc. etc.)

    Et donc les enfants gazaouis sont aussi victimes de cette indignation sélective, leurs dirigeants sont encouragés à en faire tuer le plus possible car cela apporte des idiots utiles (se plaindre à Lénine si l’expression consacrée est désobligeante).

      +5

    Alerter
    • Serge Bellemain // 27.03.2024 à 13h53

      « surréagi »…je vous ai quitté tout de suite! Quand les victimes se transforment en bourreaux; c’est qu’elles ont perdu la mémoire, et là plus rien à espérer.

        +65

      Alerter
      • patoche // 28.03.2024 à 08h21

        Ils surréagissent depuis 75 ans.
        Le seul pays au monde dont la superficie s’accroît chaque année…

          +37

        Alerter
        • patoche // 28.03.2024 à 11h28

          Gaza depuis 16 ans était une prison à ciel ouvert. Elle se transforme inexorablement en cimetière à tombeaux ouverts.

            +24

          Alerter
        • Kevin // 29.03.2024 à 17h25

          Ils surréagissent et parfois même par anticipation et n’ont jamais respecter les résolutions de l’ONU.

            +6

          Alerter
  • SpectateurDésengagé // 29.03.2024 à 12h02

    Fallait oser : « ils défendent leurs peaux et leurs intérêts ».
    Déjà peau et intérêts ne sont pas des corollaires.
    « ils » défendent donc leurs peaux, quotidiennement, depuis 6 mois, sur un territoire étranger qu’ils attaquent régulièrement après y avoir instauré un blocus tout autour, bombardent des immeubles de civils alors que les membres du Hamas sont planqués dans les tunnels ?
    Le concept de défense n’existe pas en l’espèce. C’est, au mieux, de la répression, au pire, un plan diabolique de manipulation de Netanyahou et de sa clique de suprémacistes qui ont cru le moment opportun (guerre en Ukraine) d’appliquer le protocole Hannibal après avoir parié financièrement sur le Hamas..
    La récupération du gaz au large Gaza, le renouveau du projet du canal Ben Gourion, la volonté de repousser tous les Palestiniens hors du Grand Israël, voilà ce que vous prônez !
    Vous nous insultez là. Les mots ont un sens…

      +15

    Alerter
  • Grd-mère Michelle // 29.03.2024 à 12h47

    @J Il ne vous aura pas échappé que l’article ci-dessus est issu de « Truthout »…
    Depuis que je fréquente « Les Crises », j’ai noté qu’il y est surtout question de tenter de démêler le vrai du faux des politiques qui provoquent des situations inextricables en mentant pour imposer leurs objectifs de domination et d’exploitation des peuples démunis de la moindre possibilité de se défendre(à part, parfois, celle de se plaindre).
    Ce sera bien sûr aux israélien-ne-s eux/elles-mêmes de former une majorité capable de s’opposer à leurs « autorités », ce qui ne sera possible que s’ils/elles prennent conscience(et donc connaissance) des réalités qui ont amené « la communauté internationale » (représentée par les Nations Unies) à condamner la politique féroce et abusive de leur petit pays… lui-même dominé par la force écrasante d’un « Grand Marché » omnipotent.

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications