Les Crises Les Crises
20.mars.202420.3.2024 // Les Crises

Un soldat américain s’immole devant l’ambassade d’Israël en hurlant « Palestine libre »

Merci 118
J'envoie

« C’est ce que notre classe dirigeante a décidé de considérer comme normal », a déclaré Aaron Bushnell, qui avait 25 ans.

Source : Truthout, Sharon Zhang
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Illustration numérique de feu Aaron Bushnell, sur fond de soleil levant et de ciel étoilé
AYO WALKER / TRUTHOUT ; adapté : HUMANISER PAR L’HISTOIRE, VIA FACEBOOK

Un membre du service actif de l’armée de l’air américaine s’est immolé en criant « Palestine libre » lors d’une protestation tragique contre le génocide israélien à Gaza, devant l’ambassade d’Israël à Washington, dimanche après-midi. Aaron Bushnell, originaire de San Antonio, au Texas, avait 25 ans, il est décédé plus tard dans la journée.

Durant ses derniers actes, Bushnell, revêtu de son treillis militaire, a enregistré et diffusé en direct sa protestation. Dans les images de son auto-immolation publiées par la journaliste Talia Jane sur les réseaux sociaux, il explique qu’il « ne sera plus complice d’un génocide ».

« Je suis un membre actif de l’armée de l’air des États-Unis et je ne veux plus continuer à être complice d’un génocide », a déclaré M. Bushnell, qui a envoyé aux médias un lien vers son livestream avant de s’immoler.

« Je suis sur le point de m’engager dans un acte de protestation extrême, mais comparé à ce que les gens ont vécu en Palestine aux mains de leurs colonisateurs, ce n’est pas du tout extrême. C’est ce que notre classe dirigeante a décidé de considérer comme normal », poursuit-il dans la vidéo.

Debout devant l’ambassade, Bushnell s’asperge de liquide et s’immole par le feu. Il crie à plusieurs reprises « Palestine libre », tout en hurlant de douleur, et finit par se taire. Il semble que ce soient là ses derniers mots.

Alors que Bushnell commettait son dernier acte de protestation, le bilan officiel du génocide israélien de Gaza dépassait les 30 000 Palestiniens, des milliers d’autres étant portés disparus sous les décombres, dont beaucoup sont présumés morts. L’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) a indiqué qu’Israël avait bloqué l’entrée de nourriture dans la partie nord de Gaza depuis le 23 janvier, et des responsables ont averti que plus de 700 000 Palestiniens de Gaza étaient sur le point de mourir de faim en raison de la campagne de famine menée par Israël. Des horreurs qui seraient autrement inimaginables (comme des nouveau-nés mourant de faim, de frappes aériennes ou de la destruction systématique du système médical d’une région entière) deviennent monnaie courante pour les Palestiniens dans le cadre de l’horrible assaut d’Israël.

Alors que Bushnell s’écroule, on voit sur la vidéo un policier ou un agent de sécurité pointer une arme sur son corps en flammes. On entend un autre policier qui intervient dans l’incident crier : « Je n’ai pas besoin d’armes, j’ai besoin d’extincteurs. »

Ceux qui ont connu Bushnell l’ont décrit comme un homme de principe et chaleureux qui consacrait son temps aux efforts d’entraide.

« Aaron est le petit gars le plus gentil, le plus doux et le plus ingénu de l’armée de l’air », a déclaré une personne identifiée uniquement sous le nom d’Errtold Jane. « Il essaie toujours de réfléchir à la manière dont nous pouvons réellement parvenir à la libération pour tout le monde, avec un sourire sur le visage. »

Le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), un parti politique de gauche en Palestine, a publié une déclaration en hommage à Bushnell, dont la protestation est extrêmement rare, même dans l’histoire de l’auto-immolation anti-guerre, puisqu’il était un membre actif de l’armée américaine.

« Le Front a exprimé son entière solidarité avec la famille du soldat et tous les sympathisants américains […] confirmant que l’acte d’un soldat américain sacrifiant sa vie pour attirer l’attention du peuple américain et du monde sur le sort du peuple palestinien, malgré sa nature tragique et la grande douleur qu’il implique, est considéré comme le plus grand sacrifice et la plus haute distinction, et le message poignant le plus important adressé à l’administration américaine », a déclaré le FPLP.

Les défenseurs des droits des Palestiniens ont critiqué la couverture de la mort de Bushnell par les médias institutionnels, qui ont des préjugés pro-israéliens extrêmes depuis de nombreuses années, parce qu’ils ne mentionnent pas le fait que Bushnell a commis son acte extrême afin d’envoyer un message à propos de Gaza. Les titres de la plupart des grands médias ne mentionnent pas ce contre quoi Bushnell protestait ; une version antérieure de la couverture du Washington Post critiquait sa manifestation comme étant « problématique » en raison de son engagement dans l’acte alors qu’il était en treillis. D’autres médias, comme NPR, ont également semblé modifier leurs articles à la hâte lundi afin de supprimer les déclarations controversées minimisant le message de Bushnell.

Bushnell est au moins le deuxième manifestant à s’immoler au cours des derniers mois pour protester contre le génocide israélien, et il restera dans les mémoires aux côtés d’une longue lignée d’auto-immolateurs qui ont protesté contre les guerres à travers le monde. En décembre, une personne drapée dans un drapeau palestinien s’est immolée par le feu devant le consulat d’Israël à Atlanta. Leur acte de protestation a été à peine évoqué par les médias, et il semble qu’ils n’aient jamais été identifiés par les sources d’information.

Les défenseurs des droits des Palestiniens ont organisé une veillée funèbre qui se tiendra lundi après-midi à l’endroit où Bushnell a manifesté.

Avant de s’immoler, Bushnell semble avoir écrit un message sur Facebook appelant les gens à agir contre le génocide. Accompagné d’un lien vers la chaîne Twitch sur laquelle il a diffusé sa protestation, il a écrit : « Beaucoup d’entre nous aiment se demander : qu’aurais-je fait si j’avais vécu pendant l’esclavage ? Ou du temps de Jim Crow dans le Sud ? Ou de l’apartheid ? Que ferais-je si mon pays commettait un génocide ? La réponse, vous la faites. En ce moment même. »

Cet article est placé sous licence Creative Commons (CC BY-NC-ND 4.0), et vous êtes libre de le partager et de le republier selon les termes de la licence.

SHARON ZHANG

Sharon Zhang est rédactrice à Truthout et ses sujets de prédilection sont la politique, le climat et l’emploi. Avant de rejoindre Truthout, Sharon a écrit des articles pour Pacific Standard, The New Republic, etc. Elle est titulaire d’un master en études environnementales. On peut la suivre sur Twitter : @zhang_sharon.

Source : Truthout, Sharon Zhang, 26-02-2024

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Suzanne // 20.03.2024 à 10h33

Oui, il restera à jamais dans les mémoires.

15 réactions et commentaires

  • Suzanne // 20.03.2024 à 10h33

    Oui, il restera à jamais dans les mémoires.

      +20

    Alerter
  • Olivier // 20.03.2024 à 12h19

    Une folie qui sera oubliée au prochain attentat ou accident de la route, tel est la réalité mediatique. On ne mêne pas un combat par le suicide. On le gagne encore moins de cette façon.

    Ceux qui lui ont mi cette idée dans la tête sont de veritables criminels, se sont ceux qui instrumentalisent les faibles pour servir leurs intérêts. Quel affreux gâchis.

    Paix a son âme.

      +5

    Alerter
    • Suzanne // 20.03.2024 à 13h22

      La réalité médiatique ne compte pas. Il restera dans NOS mémoires. C’est le plus important.

        +9

      Alerter
      • olivier // 20.03.2024 à 23h44

        C’est une belle intention, mais ce n’est qu’une intention, le temps jugera. La réalité c’est que pratiquement tout le monde aura oublié. Ainsi va la mémoire car c’est trop abstrait pour marquer.

        Wynn Bruce ? Alice Herz ? et celle d’Atlanta en decembre ? et tout ceux de la guerre du vietnam vous vous en souvenez ? et ceux du bloc sovietique ? de l’iran ? du printemps arabe ?
        etc etc etc… Soyez réaliste : c’est un gachi sans nom, tout le bien qu’il ne pourra plus faire, les autres qu’il ne pourra plus aider ou aimer… personne ne mérite de mourir ainsi, le glorifier est une insanité.

          +2

        Alerter
        • Photomen // 21.03.2024 à 08h55

          Votre mépris pour ce geste par amour pour la paix et
          sur terre est plus qu’une insanité.
          Honte

            +6

          Alerter
          • Catherine // 21.03.2024 à 09h30

            Vous dites que ce geste est « par amour pour la paix ». Comment mourir dans un tel acte peut susciter la paix alors qu’elle doit PRESERVER LA VIE ?

            Il avait PEUT-ETRE du désespoir donc c’était un dernier geste ; ou d’un ressenti trop fort d’émotion d’empathie (douleur) qui le fait faire ce geste ? Parce que c’est aussi mourir dans la souffrance (s’immoler par le feu) donc qu’il devait penser que sa soufrance émotionnelle est plus forte que celle d’avoir sa souffrance physique. Chaque être naissant veut vivre, c’est dans son « ADN ». Il aurait pu ôter sa vie avec une arme, qui aurait été sans douleur mais c’est le choix du feu qu’il a fait. Est-ce que nous avons vraiment la conscience de cela : mourir avec douleur et en ressentant son corps brûler et sentir son odeur ?

              +1

            Alerter
            • Photomen // 21.03.2024 à 11h22

              Il est vrai j’en conviens qu’il aurait, peut être, été plus utile vivant pour servir ses idéaux, mais le désespoir peut engendrer le pire.
              De là à le considérer comme un débîle victime d’une manipulation c’est une insulte à son sacrifice.
              Je ne peux que m’incliner face à ce geste et devant la douleur de sa famille.

                +1

              Alerter
            • Catherine // 21.03.2024 à 13h10

              Ce n’est pas le respect que je ressens si c’est cela que vous suggérer avec votre phrase « je ne peux que m’incliner ». Quand une personne, surtout une personne AU DEBUT DE SA VIE semblant ne pas manquer de besoins « essentiels » à sa survie, met fin lui-même à sa vie. Un enfant généralement qui est désiré par ses parents, dans ce pays ; en conséquence, qui est susceptible d’avoir eu ces besoins « essentiels » depuis son enfance. L’amour pour ses proches et leurs amours n’a pas suffit pour qu’il ne puisse pas penser à se tuer.

              C’est une TRITESSE que je ressens ; une tristesse que cette personne n’a pas réussi à trouver « une porte » pour faire autrement, à l’âge où il ne devrait pas ressentir du désespoir, ne pas vouloir se tuer mais plutôt avoir l’envie d’agir, en vivant !

                +1

              Alerter
          • olivier // 22.03.2024 à 13h17

            il n’y aucun mepris dans mon propos ni dans ma pensée. C’est tout l’inverse.
            Comme Catherine, je suis surtout profondement attristé face a ce gâchis.
            C’est in-tolérable.

              +0

            Alerter
    • La Mola // 20.03.2024 à 18h29

      « Ceux qui lui ont mi cette idée dans la tête sont de veritables criminels »

      pour moi, votre propos est juste in-qua-li-fia-ble !

        +9

      Alerter
    • Ke20 // 22.03.2024 à 00h45

      Mène-t-on un « meilleur » combat en tuant ?

      Faut pas oublier qu’il était soldat…

        +0

      Alerter
  • Lt Briggs // 20.03.2024 à 14h37

    Ce n’est pas la première fois qu’un citoyen manifeste d’une façon aussi dramatique son opposition à la politique menée par son gouvernement. Les autorités réagissent souvent par le mépris, comme ce fut le cas lorsqu’un bonze s’est immolé par le feu au sud-Vietnam en juin 1963. « Madame Nhu », qui n’était autre que la belle-sœur du président Ngô Đình Diệm, avait alors parlé de simple « barbecue », proposant même de fournir les allumettes aux autres moines qui voudraient l’imiter… Elle n’avait pas saisi la portée du geste. Malgré l’engagement américain massif, le régime n’a jamais su créer l’adhésion de sa population et a fini par être balayé quelques années plus tard.
    Le gouvernement américain peut surveiller, menacer, faire arrêter ou liquider, mais il reste démuni face à des gens prêts à sacrifier leur vie. Plutôt que de faire la Une des journaux sur le terrible geste d’Aaron Bushnell et tenter de le faire passer pour un détraqué ou un lâche, les médias à la solde du gouvernement préfèrent traiter a minima cet acte, sans doute par peur d’ouvrir un débat potentiellement dévastateur sur le soutien inconditionnel des Etats-Unis à la politique criminelle que mène Israël. Un signe de faiblesse.

      +13

    Alerter
  • nulnestpropheteensonpays // 20.03.2024 à 19h19

    Pourquoi t’as pas retourné tes armes contre tes chefs ? Elle sert a rien ta mort ! Tu vidais deux chargeurs en tuant un max de mercenaires , là ça avait du sens , et ça les aurait fait bouger . Dommage .

      +2

    Alerter
    • Batxman // 21.03.2024 à 07h33

      Oui, c’est comme les terro_ristes, ils ne retournent jamais leurs armes contre les vrais responsables, mais contre les civils !!!! A l’ époque de la Bande à Badder, au moins , il y avait du sens, même si rassurez-vous, je suis contre toute violence quelqu’ elle soit… Mais cela donne à réfléchir…

        +1

      Alerter
  • gerard // 20.03.2024 à 19h35

    Mon point de vue
    La vie c’est que nous avons de plus précieux. Faut-il faire l’arithmétique de ce que son immolation a peut-être pu éviter aux population de Gaza ? Dans des situations extrême notre esprit est pris au dépourvu entre l’admiration et la répulsion.
    Quelle leçon pour nos enfants ? Nous informera-ton des conséquences sur l’opinion américaine. Faut-il nous montrer les horreurs provoquées par les bombardements pour que nous ayons des réactions à la hauteur de ces crimes ? Je suis français et je vis dans un pays où la démocratie ne me donne aucun moyen d’agir. Je n,’irai pas dans la rue crier « plus jamais la guerre. » Qu’il est dur le métier de vivre !

    Gérard Sainsaulieu
    Mercredi20 mars 2024

      +3

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications