Les Crises Les Crises
22.octobre.202222.10.2022 // Les Crises

Italie : Avec les élections, les migrants font face à une recrudescence d’hostilité

Merci 75
J'envoie

À Vintimille, la vie de ceux qui espèrent passer en France est devenue de plus en plus difficile.

Source : The Guardian, Angela Giuffrida
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Delia Bonuomo, devant le Bar Hobbit, qui a fermé en décembre de l’année dernière (Photographie : Delia Bonuomo).

Pour la famille kurde épuisée et les jeunes gens originaires d’Érythrée, du Mali et de Côte d’Ivoire qui se trouvent devant la gare de Vintimille, la vie ressemble à un jour sans fin, une routine invariablement composée de tentatives répétées pour passer la frontière française, de batailles pour trouver de la nourriture et un endroit où dormir.

La ville côtière du nord de l’Italie, populaire auprès des touristes pour son marché du vendredi, est une salle d’attente permanente pour les migrants depuis plus d’une décennie, dont la plupart ont fait le périlleux voyage vers l’Europe en bateau, atterrissant dans le sud de l’Italie avant de se diriger vers le nord.

Tous deux ont dormi dans des boîtes en carton devant la gare. D’autres se couchent pour la nuit au milieu des tas d’ordures sous un pont près de la rivière Roia, dans le parc ou sur la plage.

Les migrants qui arrivent à Vintimille – une centaine par jour, selon les travailleurs des associations caritatives – se retrouvent sans abri depuis qu’un conseil composé de la coalition de deux partis d’extrême droite, Frères d’Italie et la Ligue, et de Forza Italia de Silvio Berlusconi, élu en 2019 et visant le pouvoir national, a tenu sa promesse de fermer le seul refuge de la ville, du nom de Roia.

Ce conseil, cependant, n’était pas fait pour durer, Vintimille n’a plus de gouvernail depuis juin après que le maire, Gaetano Scullino, un indépendant soutenu par les trois partis, a été contraint de démissionner après avoir perdu un vote de confiance.

Entre-temps, les dégâts avaient été suffisamment importants, Scullino ayant également fermé une fontaine utilisée par les immigrants et les sans-abri pour se laver.

La seule source d’aide alimentaire et sanitaire provient d’associations caritatives, dont la Caritas gérée par l’Église.

La ville côtière du nord de l’Italie, populaire auprès des touristes pour son marché du vendredi, est une salle d’attente permanente pour les migrants depuis plus d’une décennie, la plupart d’entre eux ayant fait le périlleux voyage vers l’Europe par bateau, débarquant dans le sud de l’Italie avant de se diriger vers le nord.(Photograph : Tibor Bognar/Alamy

« La situation a tellement empiré ici », a déclaré Christian Papini, qui dirige le centre Caritas près de la gare de Vintimille. « Les gens ont été laissés à la rue, il n’existe plus rien ici qu’on puisse appeler hospitalité ».

On estime que vingt-sept personnes seraient mortes en tentant d’entrer en France depuis 2017, soit par noyade, soit en étant renversées par une voiture, soit en marchant le long du « passage de la mort », un sentier de montagne emprunté par les Juifs italiens fuyant le régime fasciste de Benito Mussolini pendant la Seconde Guerre mondiale.

Depuis que les autorités françaises ont renforcé les contrôles à la frontière en 2015, la police française a été accusée d’utiliser des tactiques agressives pour repousser les personnes qui tentent de traverser la frontière. En juin, un Égyptien est mort après avoir reçu dans la tête une balle tirée par un officier français. Selon le rapport de pôlice, l’homme voyageait dans une camionnette qui aurait traversé à toute allure un poste de contrôle de l’immigration dans une ville frontalière française.

« Il y a aussi des gens qui tabassent les immigrants ou volent leur l’argent, prétendant les emmener en France pour les laisser ensuite en plan à la frontière ou ailleurs », a déclaré Papini.

La situation n’était guère meilleure lorsque Vintimille était aux mains du maire de gauche, Enrico Ioculano, qui interdisait aux habitants de fournir de la nourriture aux migrants.

« Il a instauré ce décret de « décorum » allant à l’encontre de ce qui était en vigueur depuis plusieurs années, sous prétexte que certains citoyens auraient pu essayer d’empoisonner la nourriture », a déclaré Delia Bonuomo, qui dirigeait le Bar Hobbit, un bar qui était un centre de solidarité pour les immigrants jusqu’à sa fermeture en décembre de l’année dernière. « La vérité, c’est qu’il ne voulait pas de la question des migrants dans la ville. Certains d’entre nous ont tout de même continué à leur donner de la nourriture, au risque de se voir infliger une amende.»

Bonuomo, surnommée « Mamma Africa », a ouvert son bar aux migrants au plus fort de la crise des réfugiés en Europe en 2015, leur fournissant de la nourriture, des vêtements et un endroit pour se laver. Mais alors qu’un nombre croissant de personnes faisaient la queue à l’extérieur, l’initiative n’a pas plu aux entreprises voisines ni à ses clients italiens, qui ont cessé de fréquenter le bar, ce qui a entraîné sa fermeture. Mme Bonuomo a également essuyé des crachats dans la rue de gens qui la rendaient responsable de la crise.

Le père Rito Alvarez est une autre victime de son sens de l’humanité, en tant que prêtre, il a aidé des centaines de personnes passant par un refuge installé à l’église Saint-Antoine jusqu’à ce que les autorités de Vintimille le ferment en 2017. Alvarez a ensuite été transféré dans une paroisse de montagne, où il n’aura pas l’occasion d’aider les migrants.

« Nous avons aidé beaucoup de personnes vulnérables, mais à cause des politiciens, nous avons été obligés de fermer, a déclaré Rito. Le problème, c’est qu’il n’y avait pas d’alternative, à part le refuge de Roia, mais celui-ci a fermé aussi, laissant les gens livrés à leur sort.»

Rito s’est dit inquiet au sujet des élections, rappelant les mesures strictes introduites par Matteo Salvini, le leader de la Ligue, alors qu’il était au poste de ministre de l’Intérieur en 2018-19. Parmi ces mesures on comptait le blocus des navires de sauvetage de migrants, la fermeture des refuges et la suppression des permis de deux ans qui permettaient aux personnes de travailler.

Entre-temps, Giorgia Meloni, leader des Frères d’Italie qui pourrait devenir Première ministre, a demandé à la marine de renvoyer les gens en Afrique.

« Tout cela constitue des politiques inquiétantes, mais nous avons toujours dit que la crise de l’immigration n’est pas seulement nationale, elle est bien européenne », a ajouté M. Rito.

Plusieurs manifestations ont eu lieu à Vintimille pour demander à la France d’ouvrir sa frontière, tandis que les associations caritatives réclament depuis longtemps la suppression de l’accord de Dublin, une mesure européenne controversée qui stipule que les personnes demandant l’asile doivent le faire dans leur premier pays d’arrivée.

« La droite dit qu’elle va fermer les ports, alors que c’est la gauche qui a passé un accord inhumain avec la Libye pour y maintenir les migrants, a déclaré Papini. Aucun des deux camps n’a la volonté politique de résoudre la question, donc la seule façon de le faire serait de se débarrasser de l’accord de Dublin et d’obliger la France à ouvrir sa frontière.»

Depuis l’Italie jusqu’à la Suède, depuis la Hongrie jusqu’à la France, l’extrême droite est à nouveau une force avec laquelle il faut compter. Son hostilité envers les immigrants encourage les xénophobes partout, y compris en France. Son conservatisme social menace les droits LGBTQ durement acquis. Son euroscepticisme a déjà bouleversé la dynamique de l’UE.

La normalisation de la rhétorique d’extrême droite est allée bien assez loin. Depuis des décennies, les journalistes du Guardian s’attaquent aux populistes de ce type et aux divisions qu’ils sèment. Farouchement indépendants, nous sommes tout à fait en capacité de nous opposer sans être freinés par les intérêts des actionnaires ou d’un propriétaire milliardaire. Notre travail est exempt de toute influence commerciale ou politique. Ce type de reportage est vital pour la démocratie, pour l’équité et pour exiger davantage des puissants..

Source : The Guardian, Angela Giuffrida, 20-09-2022

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

calal // 22.10.2022 à 09h07

Mais pourquoi tous les pro migrants n’accueillent ils pas ces migrants chez eux? Pourquoi les pro-migrants ne travaillent ils pas plus pour pouvoir en accueillir plus ou en faire encore plus? Pourquoi compter sur des subventions de l’etat pour les accueillir? si la majorite au pouvoir change,pourquoi s’insurger que la politique d’accueil change?

« « La droite dit qu’elle va fermer les ports, alors que c’est la gauche qui a passé un accord inhumain avec la Libye pour y maintenir les migrants, a déclaré Papini. Aucun des deux camps n’a la volonté politique de résoudre la question, donc la seule façon de le faire serait de se débarrasser de l’accord de Dublin et d’obliger la France à ouvrir sa frontière.»

C’est trop facile de faire le genereux avec l’argent et le travail des autres…tout le monde se pretend genereux et personne n’a les moyens ni les competences pour assumer la realite du probleme…Penurie d’aspirine en france tellement qu’on est nul et vous voudriez accueillir toute la misere du monde? Allez ranger votre chambre d’abord…

20 réactions et commentaires

  • yann // 22.10.2022 à 08h24

    « Avec les élections, les migrants font face a une recrudescence d’hostilitê »

    Bon, reprenons calmement depuis le début…
    La démocratie qu’on essaie de sauver en Ukraine à coup de machines a laver au milieu de la nuit, c’est plutôt la version « avec élections », ou la version « sans élections » ?

      +6

    Alerter
  • jp // 22.10.2022 à 08h55

    « Son hostilité envers les immigrants encourage les xénophobes partout, y compris en France »

    pourquoi les reportages sur les migrants ne montrent que des hommes venant d’Afrique et glandant dans la rue ? ça n’aide pas l’image que le public peut se faire des migrants.

    Quid des Arméniennes, Géorgiennes, Rwandaises, Congolaises, Centrafricaines, Brésiliennes, etc. qui travaillent (que j’ai rencontrées personnellement) ?
    Elles font souvent des « petits boulots » viennent de pays en guerre mais ne sont jamais incluses dans ce que les media appelle « migrants », donc la faute à qui si l’extrême droite prolifère ?

      +9

    Alerter
  • calal // 22.10.2022 à 09h07

    Mais pourquoi tous les pro migrants n’accueillent ils pas ces migrants chez eux? Pourquoi les pro-migrants ne travaillent ils pas plus pour pouvoir en accueillir plus ou en faire encore plus? Pourquoi compter sur des subventions de l’etat pour les accueillir? si la majorite au pouvoir change,pourquoi s’insurger que la politique d’accueil change?

    « « La droite dit qu’elle va fermer les ports, alors que c’est la gauche qui a passé un accord inhumain avec la Libye pour y maintenir les migrants, a déclaré Papini. Aucun des deux camps n’a la volonté politique de résoudre la question, donc la seule façon de le faire serait de se débarrasser de l’accord de Dublin et d’obliger la France à ouvrir sa frontière.»

    C’est trop facile de faire le genereux avec l’argent et le travail des autres…tout le monde se pretend genereux et personne n’a les moyens ni les competences pour assumer la realite du probleme…Penurie d’aspirine en france tellement qu’on est nul et vous voudriez accueillir toute la misere du monde? Allez ranger votre chambre d’abord…

      +31

    Alerter
    • Orhan // 22.10.2022 à 09h28

      C’est Mélenchon (ou un autre, j’espère ne pas me tromper) qui disait que personne n’est « pro-migrant », pas plus que personne n’est « pro-avortement ». Puisque quiconque a un peu étudié le sujet (ou ne dispose que d’un peu de bon sens) sait qu’on n’emigre pas d’un pays comme ça, à la légère, sans désespoir sur l’avenir, sans crainte sur sa propre vie personnelle et celle de sa famille. Il n’y a que les riches qui peuvent se permettrent ce luxe, essentiellement pour des raisons fiscales d’ailleurs (quel courage). Traiter un sujet éminemment complexe avec des termes comme pro ou anti me paraît bien simpliste.

      Il y a une organisation globale du monde, une division mondiale du travail qui a été façonnée par les pays dominants, dont les pays de l’ex tiers monde sont en grande partie les victimes. Si on rajoute la colonisation qui a complètement détruit des sociétés parfaitement fonctionnelles (certes qui n’étaient pas arrivées au niveau de développement des colons), et la création d’États qui ne répondent à aucune logique sociologique, ethnologique et j’en passe et soutenus par les occidentaux (France en tête quand on parle de certains pays africains).. Bref tu as des sociétés complément dysfonctionnels dont les membres sont nombreux à être contraints à partir.
      Donc certes dans notre canapé on peut se permettre de distribuer de bons et mauvais points, toujours est-il que ce n’est que le commencement.

        +17

      Alerter
      • Urko // 22.10.2022 à 11h24

        Vous vous méprenez en partie : on insiste beaucoup sur les risques que prennent certains migrants, à raison d’ailleurs, mais cela cache parfois que jamais dans l’histoire humaine, les migrations n’ont semblé aussi « faciles » paradoxalement, grâce bien sûr aux moyens de transport mais aussi à l’accueil reçu, qui doit rentrer dans l’équation, et enfin grâce à tous les motifs offerts, entre droit d’asile (5 000 demandeurs en 1960, 100 000 l’année dernière), « études » (80 000 environ je crois en 2021) et regroupement familial (85 000), dans le cas français. Un Malien aujourd’hui sait qu’il a une probabilité raisonnable de trouver emploi, logement et accès gratuit aux soins à l’issue de son voyage, auquel il lui suffira de choisir le bon motif. Donc, se décider à quitter une Algérie, par exemple, où l’avenir reste hélas bouché pour une partie de la jeunesse, pour aller en France ne relève pas d’une décision si lourde, si improbable, que vous le suggérez. Les migrants sont rationnels de tenter de venir ; nous nous montrons irrationnels de les accueillir, du moins dans de telles proportions. Ne leur reprochons rien mais interrogeons nous : à qui sert il d’accueillir tant d’immigrés, en moyenne très peu qualifiés ? La gauche Terra Nova espère y récolter des électeurs à moyenne échéance, les capitalistes voient s’élargir la base de main d’oeuvre, la bourgeoisie y puise ses nounous, livreurs de sushi, femmes de ménage et cuisiniers de restaurants des beaux quartiers… Tant mieux pour eux mais la collectivité paie les inconvénients, car il y en a, comme dans tout phénomène humain.

          +17

        Alerter
    • Jean // 22.10.2022 à 10h39

      @calal,

      Et pendant ce temps là… les banksters préparent leurs valises, avec les économies de toute une vie d’une nation besogneuse, pour leur prochain voyage vers des paradis terrestre et fiscaux. Et ce tours de prestidigitation va en laisser plus d’un sur le carreaux, au point d’ajouter certain d’entre-nous à la masse grossissante des migrants.
      La presstitué n’a pas d’autres objectifs que de nous focaliser sur les conséquences pour que les causes puissent perdurer. Pourtant c’est cette connivence entre le pouvoir de l’argent et celui des médias qui a causée et qui causera notre perte.

        +16

      Alerter
  • Urko // 22.10.2022 à 09h24

    Les auteurs pensent que la France doit ouvrir en grand ses frontières à toutes les personnes ayant décidé de les franchir sans demander la permission. Toutefois, outre que la République encaisse déjà des flux très importants qu’elle a bien du mal à gérer, une telle décision aggraverait la situation en envoyant un signal d’encouragement à des millions de migrants potentiels qui se lanceraient dans l’aventure. Ces migrants veulent une vie meilleure en Europe ? Les Européens ne veulent pas une vie moins bonne chez eux pour autant. Or, importer en masse de la précarité menace les modes de vie locaux. L’immigration peut apporter bien des choses positives aux sociétés d’accueil, mais pas si elle est anarchique et incontrôlée. Par ailleurs, qui donc a décrété que les européens devaient servir de variable d’ajustement aux problémes de l’Afrique ? Pas les européens en tout cas. Pour rappel en France, il y a eu 270 000 entrées légales sur le territoire en 2021, pour 735 000 naissances cette même année, dont 180 000 avec un parent étranger (pas d’origine étrangère, étranger). En clair, sur un million de « nouveaux » résidents bruts, 450 000 proviennent de l’immigration étrangère (bien davantage avec les enfants nés de parents immigrés mais ayant la nationalité). On peut tout en dire mais pas prétendre que cela reste anodin. Le phénomène devient majeur, il aura donc des conséquences. Ceux qui l’encouragent affichent leur générosité mais se fichent de ces conséquences, sans doute trop triviales pour eux… Il faut dire que cela réclame du travail et de la réflexion, pas seulement de poser comme des paons

      +23

    Alerter
    • Grd-mère Michelle // 22.10.2022 à 14h21

      Hum… Il faut croire que les nombreux programmes « d’aide au développement » menés par les pays européens depuis des décennies(surtout depuis les indépendances de nombreuses régions colonisées antérieurement par des européens, ancêtres des actuel-le-s qui n’y peuvent mais…)avec les deniers publics, en Afrique ou ailleurs, n’ont pas atteint leurs buts…
      Mais quels étaient exactement ces buts? A part le fait d’apporter sur nos tables de multiples produits « exotiques » (fruits, café, cacao-entre autres-« issus du commerce équitable »ou pas- dont la production requière l’utilisation des forces de travail et des aires cultivables des populations « aidées »),
      ces programmes concernent aussi des centaines de milliers d’européen-ne-s qui y travaillent et qui, sinon, grossiraient les rangs des sans-emploi, sans-abri, errant dans nos rues(ou choisiraient d’émigrer vers une « vie meilleure » dans les Amériques ou l’Australie, par ex)…

        +4

      Alerter
      • Olivier // 22.10.2022 à 15h37

        Leur courbe démographique indiquent pourtant qu’ils sont en train de faire leur transition, signe de devellopement. Le recul de la mortalité infantile est un des buts, et il fut bien rempli fort heureusement. Il reste beaucoup a faire, mais la santé s’améliore, les famines y sont moins courante. Etc etc.

          +0

        Alerter
        • Grd-mère Michelle // 23.10.2022 à 14h06

          Oui, en effet: l’Ethiopie, par exemple, se « développe » grâce aux investissements chinois. La plupart des baskets « made in China » qui se vendent en Europe y sont fabriqués par des africain-e-s(serré-e-s côte à côte, par centaines, dans des ateliers, 12h par jour, 6jrs par semaine, pour 30$ par mois) sur des terres nourricières réquisitionnées par les autorités (soucieuses du bien-être des populations, sans doute?)
          Etc etc…

            +0

          Alerter
          • Olivier // 23.10.2022 à 19h26

            Vous parliez des pays européens et de leur politique européenne. Cela n’a rien a voir avec la chine. cela ressembe plus a un hors sujet qu’autre chose. Vous ne démontrez pas en quoi votre premier commentaire est pertinent. La politique de la Chine en Afrique, comme celle de la Russie ne sont pas le même sujet que l’aide au develloepment des pays européens. Notez par ailleurs que le nombre grandissant de candidat a l’emmigration est directement lié à une forte natalité, liée elle même a un recul de mortaité infantile et une amélioration de la nutrition, 2 choses que nous avons contribué a améliorer par ces politiques d’aide.

              +1

            Alerter
    • Grd-mère Michelle // 22.10.2022 à 14h52

      Quant aux personnes qui « affichent leur générosité », je ne crois pas, pour les avoir fréquenté-e-s, qu’ils/elles veulent « encourager le phénomène », mais surtout qu’ils/elles réagissent spontanément à des drames qui se passent sous leur nez, avec probablement dans un coin de leur tête la conscience de la chance d’être né-e-s européen-e-s en Europe, dans la seconde moitié du 20ème siècle(et un minimum de sens des responsabilités, qualité typiquement humaine).
      … Et sans doute avec un fond de culpabilité par rapport au fait que notre relative prospérité découle en grande partie des pillages organisés par les anciennes « puissances » européennes pendant des siècles « à l’étranger »… désormais livrées au Grand Marché mondialisé.
      Hélas, il faut constater que la principale caractéristique des « puissances », c’est leur capacité de nuisance (en tout genre).

        +4

      Alerter
      • Olivier // 22.10.2022 à 15h28

         » découle en grande partie des pillages organisés par les anciennes « puissances » européennes pendant des siècles « à l’étranger » »

        Une histoire fausse, un mythe qui ne repose pas sur des faits. C’est une culpabilité créée de toute pièce. l’Empire fut une ruine pour la France. Il a été démontré que la France par exemple s’est ruiné avec ses colonies et que cela a freiné son développement. Elle achetait par exemple les productions coloniale 25% au dessus des cours mondiaux. Question infrastructure, elle a laissé des milliers de km de routes, des dizaines ports des centaines aérodromes, 2 000 dispensaires, 600 maternités, 220 hôpitaux… De 46 a 56, la France a dépensé 1 400 milliards de l’époque. De 56 a 60 le soutient des cours des productions coûtat 60 milliards. Depuis les années 60, les pays « riches » ont donnés 2000 milliards de dollars en plus d’effacer des montagnes de dettes (97 milliard en 2009 sur un total de 324). Par comparaison le plan Marshall a la sortie de la guerre correspond a 16,5 milliard (en dollar constant). Non la vérité est ailleurs, : dans un pays de culture chrétienne il est naturel de vouloir aider son prochain dans la détresse. La culpabilité est surtout instrumentalisée pour confisquer l’esprit critique et faire passer un agenda. Les premières nuisances qui sont les pires ne sont pas materielle mais idéologique.

          +12

        Alerter
        • Grd-mère Michelle // 23.10.2022 à 13h50

          Désolée, je ne connais pas les détails de l’histoire de la France.
          Mais il me semble que la Belgique(dont je suis), ou l’Angleterre et les Pays-Bas, par exemple, sont des pays qui se sont considérablement enrichis grâce à leurs colonies… Particulièrement en exploitant leurs ressources « naturelles » et humaines(voir l’esclavage) ainsi qu’en établissant un important marché continu avec elles, et donc une influence politique/idéologique certaine.
          Heu… Les chrétien-ne-s n’ont pas l’exclusivité de l’amour et de la compassion, sources de la vie et de sa perpétuité.
          « L’amour est l’énergie qui pousse les êtres les uns vers les autres » (Je ne sais plus qui a dit cela) Sans amour, pas de reproduction ni préservation de la vie.

            +2

          Alerter
          • Olivier // 26.10.2022 à 07h21

            Les études anglo-saxone existent. il a été démontré par exemple que l’esclavage n’a pas été la cause de la révolution industrielle. Les navires des esclavagiste représentaient seulement 1,5% de la flotte commerciale. Les historiens britanniques ont montré que la contribution de la traite au capital anglais se situaient annuellement à 0,11% . Les bénéfices tirés de la traite ont représenté moins d’1% des investissements liés à la révolution industrielle. Comme je le disais, le mieux est encore de baser sa pensée sur des faits avérés plutot que l’idéologie.

              +0

            Alerter
    • jp // 22.10.2022 à 16h31

      « pas prétendre que cela reste anodin.  »

      Sur quel plan ?
      Dans mon quartier , les gosses blancs sont rares dans l’école (Afghans et Algériens parmi les Blancs). Dans le parc à foot (je ne sais pas le nom de cette cage à ballon),
      je m’amuse à compter les blancs quand je passe devant : il n y a en entre 0 et 1, mais ils parlent français entre eux ! Dans mon immeuble c’est plus d’un tiers d’habitants d’Afrique noire, et ça se passe bien, les gosses disent tous bonjour et me tiennent la porte. Et les adultes ont un emploi.
      Je ne suis pas dans un quartier dit sensible ni dans le XIXè de Paris et pas dans un logement social mais un quartier pauvre selon les services fiscaux

      En fait ce sont ceux qui ont de l’argent qui migrent, les vrais pauvres sont trop fauchés pour quitter leur pays. Parce qu’il faut au minimum payer les passeurs et le téléphone portable, souvent avec l’argent de la famille restée au pays.

      Bref moi qui les côtoie, je ne veux pas pour autant, contrairement à certains moralisateurs dit « de gauche » qu’il en y ait davantage de peur d’un déséquilibre de mode de vie.

        +4

      Alerter
      • Urko // 24.10.2022 à 18h43

        Bien sûr que l’essentiel des gens issus de l’immigration se comporte bien, comme la plupart des humains en fait, mais je n’ai pas compris en quoi cela leur offrait le droit de s’installer en masse en Europe. Je suis très poli, bien affable ; je n’en déduis pas que je peux aller poser mes valises au Japon ou aux États-Unis si je l’ai décidé seul. Bref, à mon avis, vous évoquez un sujet qui n’a pas de rapport avec les défis que pose l’immigration de masse, laquelle a des impacts sur les infrastructures (devant encaisser des flux de personnes imprévues, qui en outre n’ont pas participé à leur édification – hôpitaux, écoles, transports…), sur la pression sur les salaires (marxistes et libéraux s’accordent au moins sur ce sujet), sur le logement (tant mieux pour les propriétaires fonciers, les promoteurs et les politiciens pourvoyeurs de HLM en échange de votes), sur les rapports sociaux (cela ne se passe pas toujours mal, heureusement, mais les incompréhensions peuvent frustrer). Un comportement adapté ne constitue pas un critère d’admission voyons, ou alors 95% des Africains auraient vocation à pouvoir venir en Europe sans démarche. Pour rappel, l’Afrique compte 1,3 milliard d’habitants aujourd’hui (0,6 en 1990) et en comptera 2,5 milliards d’ici 25 ans d’après l’ONU. Si nous en accueillions une proportion stable de sa jeunesse, même si celle-ci tient sagement les portes en sortant des immeubles, les conséquences inquieteraient. Il n’y a aucun exemple dans l’histoire de peuple qui devenant minoritaire sur son sol ne vit pas un martyre ensuite. Aucun. Pas un, aucun.

          +4

        Alerter
  • Olivier // 22.10.2022 à 09h52

     » Depuis des décennies, les journalistes du Guardian s’attaquent aux populistes […] Notre travail est exempt de toute influence commerciale ou politique »

    Ce dernier paragraphe est un model du genre pour comprendre la duplicité des journalistes ainsi que leur partis pris : clamer être indépendant politiquement tout en menant un combat politique. Ils avouent ni plus ni moins mener un combat au travers de l’information biaisé et manipulée. Cela rend caduques tout l’article ci-dessus.

    Et pres ils s’étonnent de ne pas être apprécié.

      +12

    Alerter
  • Lev // 22.10.2022 à 15h20

    Félicitations à Giorgia Meloni pour sa nomination comme Première ministre, la première femme à obtenir ce poste», a tweeté la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen. «Je compte sur une coopération constructive avec le nouveau gouvernement, face aux défis que nous devons relever ensemble».

    «Travaillons ensemble pour le bien de l’Italie et de l’UE», a pour sa part écrit le président du Conseil européen Charles Michel. «L’Europe a besoin de l’Italie. Ensemble, nous surmonterons toutes les difficultés», a renchéri la présidente du Parlement européen, Roberta Metsola, dans un tweet écrit en italien.
    Le Figaro de ce matin
    Tout ce beau monde partage les mêmes valeurs, pourquoi s’inquiéter…

      +6

    Alerter
  • max // 23.10.2022 à 08h13

    La venue de plus en plus massive de migrants pose des contraintes de plus en plus importantes aux pays de destinations.
    Plusieurs facteurs exacerbent les tensions.
    Les pays de départ favorisent leurs exodes internes a cause de leurs instabilités notamment surpopulations et donc d’accès aux ressources énergétiques.
    Quand les migrations deviennent massives les stabilités des pays d’accueils notamment philosophiques sont mise a rude épreuves, y compris sur quelque chose de tout simple le phénomène Woke/LGBT. Quand la (journaliste) dit que les anti-migrants sont les mêmes que les anti Wokes/LGBTG, elle est volontairement aveugle car les migrants sont les généralement les plus anti Wokes/LGBTQ, il suffit d’aller dans la plupart des quartiers sensibles pour le constater.
    Une situation nouvelle à venir va encore augmenter le problème c’est celui de l’énergie abondante et bon marché cette période qui dure depuis deux bons siècles se termine, il n’y en aura pas pour tous a un prix abordable et les migrants feront comme tout le monde ils voudront une part du gâteau qui de toute manière sera de plus en plus petite et les demandes de plus en plus nombreuses et les 1er symptômes sont déjà visibles.
    Jusqu’à maintenant les gouvernements ont géré, ca devient ingérable.

      +4

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications