Les Crises Les Crises
15.octobre.202215.10.2022 // Les Crises

Sanctions contre la Russie : près de 90 % du Monde refuse de suivre l’Occident

Merci 927
J'envoie

Jusqu’à présent, le soutien de la Chine en faveur de l’invasion de l’Ukraine par la Russie est des plus francs.

Source : News Week, Michael Gfoeller, David H. Rundell
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Notre système traditionnel d’alliances politiques et économiques mondiales est en pleine mutation, et rien ne montre plus clairement ce changement que les diverses réactions à l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Alors que les États-Unis et leurs alliés les plus proches en Europe et en Asie ont imposé des sanctions économiques sévères à Moscou, 87 % de la population mondiale a refusé de nous suivre. Les sanctions économiques ont rassemblé nos adversaires dans une résistance commune. Ce qui est toutefois beaucoup plus inattendu, le déclenchement de la deuxième Guerre froide a également conduit des pays qui étaient autrefois considérés comme nos partenaires ou comme des pays non alignés à devenir de plus en plus pluri-alignés.

Ce glissement est particulièrement manifeste dans le secteur de l’énergie où, contrairement à ce qui se passe pour les devises, les gouvernements ne peuvent pas simplement imprimer ce dont ils ont besoin. Ici, le réseau de sanctions devient une passoire.

Un agent d’inspection de l’immigration contrôle un pétrolier transportant du pétrole brut importé à Qingdao, dans la province chinoise du Shandong (est), le 9 mai 2022.
STR/AFP VIA GETTY IMAGES

L’Arabie saoudite, depuis longtemps un partenaire américain fidèle, a noué une alliance étroite avec la Russie au sein du cartel OPEP Plus. Les Saoudiens ont très publiquement décliné la demande d’un président américain qui souhaitait un accroissement de la production pétrolière. Au lieu de cela, ils ont importé du pétrole russe pour leur usage domestique afin de pouvoir exporter une plus grande partie de leur propre production. La semaine dernière, ils ont même réduit leur production et ont clairement indiqué qu’ils pourraient le faire à nouveau.

La Chine vend à l’Europe du gaz naturel liquide (GNL) provenant de Sibérie et importe en même temps du pétrole russe. Elle raffine ensuite ce pétrole et l’exporte.

Entre-temps, l’Iran, dont la solvabilité est maintenue par les achats de pétrole de la Chine, est devenu le principal client du blé russe.

Le ministre indien du pétrole a déclaré publiquement que son gouvernement n’était pas en conflit avec Moscou et qu’il avait le « devoir moral » de faire baisser les prix de l’énergie dans son pays en achetant du pétrole russe.

Les alliances qui ont en partie été constituées pour contrer l’influence économique et politique de l’Occident se développent. L’Égypte, l’Arabie saoudite et la Turquie ont annoncé leur intention de rejoindre les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud). Actuellement, l’Organisation de coopération de Shanghai regroupe notamment la Chine, la Russie, l’Inde et le Pakistan. L’Iran prévoit d’y adhérer ce mois-ci, tandis que le Bahreïn, l’Égypte, l’Arabie saoudite et le Qatar sont susceptibles de devenir des « partenaires de dialogue » ou des membres candidats.

En outre, l’ambitieuse initiative chinoise des Nouvelles Routes de la Soie lie de nombreux pays africains à Pékin par des liens commerciaux et des dettes. La Russie tend également la main par l’intermédiaire de son ministre des Affaires étrangères, Sergey Lavrov, qui s’est récemment adressé à ses 22 homologues de la Ligue arabe au Caire avant de faire une tournée dans plusieurs pays africains.

Si cela ne suffit pas à faire réfléchir l’Occident, Moscou est de nouveau à l’offensive en Amérique latine, renforçant ses relations militaires avec le Nicaragua, le Venezuela et Cuba. Les deux puissances de cette région, le Brésil et le Mexique, ont refusé catégoriquement de soutenir les sanctions occidentales contre la Russie.

Le statut de monnaie de réserve du dollar reste un pilier de l’ordre économique mondial, mais la confiance dans cet ordre a été mise à mal. Les sanctions économiques ont militarisé certains secteurs internationaux de la banque et de l’assurance, notamment le système de transfert de fonds SWIFT. Des biens ont été saisis et des contrats de marchandises annulés. Les appels à la dédollarisation [La dédollarisation est un processus de substitution du dollar américain comme monnaie utilisée pour le commerce du pétrole et/ou d’autres matières premières, l’achat de dollars américains pour les réserves de change, les accords commerciaux bilatéraux et les actifs libellés en dollars, NdT] se font plus virulents. Lorsque la Russie a exigé pour son énergie des paiement en roubles, en yuans ou en dirhams, les Émirats arabes unis, la Chine et l’Inde ont obtempéré.

De nombreuses économies asiatiques sont maintenant touchées à la fois par la hausse des prix du pétrole et par la dépréciation de leur propre monnaie par rapport au dollar. En conséquence, elles ont de plus en plus recours à des accords de réciprocité bilatéraux, qui leur permettent de commercer entre elles dans leurs propres devises. Il y a quatre-vingts ans, la livre britannique a perdu sa position dominante au sein des monnaies du monde. C’est précisément ce que les adversaires de l’Amérique tentent de faire quand il s’agit du dollar et si les Saoudiens cessent un jour de fixer le prix du pétrole en dollars, ils pourraient très bien y parvenir.

La mondialisation ne peut fonctionner que si la majorité des participants estiment qu’elle sert leurs intérêts. Si le reste du monde pense que l’Occident fait une utilisation injuste du système pour servir ses propres intérêts, l’ordre international fondé sur des règles s’effondre et des alternatives émergent.

Aujourd’hui, les tensions inflationnistes et les risques de récession guettent une grande partie du monde. Si les pays prospères de l’Ouest sont en mesure de supporter le coût des sanctions, la plupart des autres pays en sont incapables. L’Europe est désormais en concurrence avec des pays comme le Bangladesh, le Sri Lanka, le Pakistan et la Thaïlande quand on en vient aux livraisons d’énergie. En Afrique du Nord et au Moyen-Orient, les pénuries d’énergie et de nourriture ont fait naître la perspective de troubles politiques comparables à ceux qui ont marqué le printemps arabe.

Ces préoccupations créent un considérable sentiment anti-occidental dans une grande partie des pays du Sud. Alors que la Russie, dotée de l’arme nucléaire, ne manifeste aucun empressement pour sortir d’une guerre que ses dirigeants ne peuvent se permettre de perdre, l’Occident est rapidement en train de perdre la partie et de saper ainsi l’ordre international reposant sur des règles qu’il a cherché à créer. Il est probable que la meilleure solution pour sortir de ce dilemme sera un compromis de type diplomatique..

David H. Rundell est l’auteur de Vision or Mirage, Saudi Arabia at the Crossroads (Vision ou mirage, l’Arabie saoudite à la croisée des chemins, NdT), il a été chef de mission à l’ambassade américaine en Arabie saoudite. L’ambassadeur Michael Gfoeller est un ancien conseiller politique du Commandement central des États-Unis.

Source : News Week, Michael Gfoeller, David H. Rundell, 15-09-2022

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fritz // 15.10.2022 à 09h21

Article de bon sens, qui ne fera pas dévier d’un iota les Von der Leyen, Truss et autres Borrell de leur trajectoire suicidaire.

Quos Iupiter perdre vult, dementat.

50 réactions et commentaires

  • Fritz // 15.10.2022 à 09h21

    Article de bon sens, qui ne fera pas dévier d’un iota les Von der Leyen, Truss et autres Borrell de leur trajectoire suicidaire.

    Quos Iupiter perdre vult, dementat.

      +62

    Alerter
    • RIVIERE // 15.10.2022 à 14h18

      Vous avez mille fois raison… Ces gens sont placés par et aux ordres des US, car il s’agit bien d’un conflit entre les 2 supers puissances, par procuration UE/Ukraine….

        +33

      Alerter
  • lama // 15.10.2022 à 09h35

    87% de la population mondiale contre, 13% pour… C’est une plaisanterie? Dans quels pays se sont tenues des consultations démocratiques sur le sujet?

      +18

    Alerter
    • ouvrierpcf // 15.10.2022 à 10h52

      Très bon article. Argumenté cela nous change des mensonges des élucubrations des médias partisans

        +25

      Alerter
      • tradershort // 15.10.2022 à 11h03

        C’est du CNN ou du Fox-News de l’autre côté de la boule de verre. J’ai du mal à y trouver une argumentation étayée par des faits et des chiffres solides.
        Si j’en juge par le cours actuel du dollar et l’afflux des capitaux aux usa avec la politique de la fed…rien ne va plus, faites vos jeux.

          +4

        Alerter
        • Orhan // 15.10.2022 à 11h42

          Les IDE et les flux de capitaux sont un critère important, mais quand on parle d’un pays de 1,4 milliard d’habitants, possédant donc un formidable marché intérieur pour ses entreprises, il faudrait être honnête en le pondérant. La stratégie chinoise est justement de gagner l’autonomie en gonflant sa classe moyenne pour être capable d’absorber sa production intérieur et d’échapper donc à une indépendance du marché mondial. Leur problème par contre est plus démographique puisque le poid des retraités va s’accentuer fortement, et donc le financement du système de retraite, combiné à la génération de l’enfant unique au cœur de la population active risque de mettre à mal ce marché intérieur.
          Mais limiter l’analyse à la simple entrée de capitaux c’est pour le moins partial…

            +12

          Alerter
          • tradershort // 15.10.2022 à 11h53

            Ouais..la Chine dépend de l’étranger pour manger…premier importateur mondial agricole et le marché intérieur c’est 700 millions de pauvres avec 2 $ us par jour. La Chine a fait d’énormes progrès mais il faut au moins connaître quelques chiffres. C’est un pays ravagé par la sécheresse et la grande plaine agricole de la Chine où vivent 400 millions de gens est au prise avec une désertification qui s’accélère. C’est probablement le pays qui va le plus subir la montée des eaux la majorité des mégapoles chinoises ayant été construites sur des terres gagnées sur la mer comme Shanghai

              +5

            Alerter
            • JPP // 15.10.2022 à 21h35

              la Russie voisine et alliée de la Chine peut aussi lui fournir massivement ses céréales en échange par exemple d’objets électroniques à très haute technologie Quant à la montée des eaux côtières, hors des raz de marées, il y a l’exemple Hollandais.

                +12

              Alerter
            • tradershort // 15.10.2022 à 22h49

              @JPP. Incroyable.. la Russie produit du soya, du maïs? Du riz ?
              Des cochons et du bœuf comme s’il en pleuvait ?
              Cette myopie collective de l’association providentielle Chine Russie est toujours pour moi une source permanente d’étonnements.

              La Chine importe plus de 150 milliards de $ us par année de produits agricoles, renseignez-vous.

                +8

              Alerter
            • RGT // 16.10.2022 à 19h41

              @tradershort :
              La Russie, suite aux sanctions de 2014, a entamé un énorme virage économique et a entre autres lancé un développement colossal de son agriculture.

              Concernant les terres cultivables, étant le plus vaste pays de cette planète et son territoire étant essentiellement composé de grandes plaines les russes ne devraient pas avoir trop de problèmes pour augmenter leur production et devenir le plus gros producteur agricole mondial.

              De même, comme ils ont des immenses prairies à leur disposition ils peuvent aussi se lancer dans l’élevage extensif à très grande échelle, élevage plus sain et bien moins coûteux que l’élevage intensif à l’occidentale qui nécessite un approvisionnement permanent en aliments (plus ou moins naturels – plutôt moins d’ailleurs – mais aussi fort coûteux)…

              Dans l’avenir, je vois très bien un scénario dans lequel la Russie fournira de l’énergie ET de l’alimentation à ceux qui l’ont soutenue contre les USA et les idiots qui ont suivi en bêlant leurs « dirigeants inspirés » dans la servilité aux USA crèveront de faim et de froid tout en se faisant tondre à blanc par les grands « alliés ».

              Et qui se fera littéralement dépouiller du peu qu’il leur restera ?
              Je vous le donne en mille.

              Plus le temps passe, plus je suis convaincu que l’objectif principal des USA quand ils ont commencé à foutre le bordel en Ukraine n’était pas de mettre la Russie à genoux mais plutôt de mettre l’UE à genoux…

              Les €uropéens deviendront les nouveaux amérindiens et finiront par crever parqués dans des réserves…

                +28

              Alerter
            • John Titor // 17.10.2022 à 19h51

              Ça te déplait peut être tradershort, mais il n’y pas grand chose que produit l’Occident qui ne puisse être remplacé par ce que produit la Chine( produit industriels et technologique) ou la Russie (produits énérgétiques, argicoles, ou minérals). Pire encore, la majeure partie des productions occidentales, pays largement désindustrialisés et tertiarisés, est dépendante soit de ressources russes, soit est directement importée de Chine pour cause de délocalisations massives.

              La Russie par exemple exporte plus de blé que l’ensemble de l’UE, et parmi les BRICS on retrouve le Brésil, grand pays argicole, producteur massif de boeuf ou de soja. Brésil qui ses derniers se trouve plus de point commun avec les chinois que les occidentaux. Le grand producteur exportateur agricole occidental, c’est les USA, et le problème de ton étonnement c’est qu’il semble reposer sur une méconnaissance de ton sujet car les chinois importe très peu de produits alimentaires étatsuniens, moins de 10% du total.

              En d’autre termes il serait pour toi de réactualiser tes informations, parce que nous ne sommes plus en 1990, à l’époque de l’Occident triomphant. Situation dont ses propres dirigeants peuvent se vanter d’avoir crée.

                +11

              Alerter
          • Pascal // 22.10.2022 à 01h10

            La chine va rapidement avoir un réel problème pour les semi-conducteurs ou les circuits intégrés.
            Les USA viennent de lancer une nouvelle série de sanctions qui risquent bien d’entraîner le monde entier dans une catastrophe industrielle (et la planète sera la seule à dire ouf pour quelques décennies de stagnation).
            Ainsi tout ces événements s’additionnent … le « reste du monde » va avoir de plus en plus de problèmes à gérer les conséquences des choix otano-occidentaux.

              +4

            Alerter
    • ouvrierpcf // 15.10.2022 à 11h14

      Dans notre démocratie quand un référendum est organisé pour demander si on veut un TCE traité de constitution européenne que 55% des voix sont pour le Non on applique le Oui quand pour élire les députés 64 % des inscrits ne votent pas un député est élu au 1er tout avec 18 % des voix plus une on continue ?

        +40

      Alerter
    • Mathieu // 15.10.2022 à 13h27

      Cela saute effectivement aux yeux, mais peu de gens ici se poseront la question. Les gens qui sont les premiers à se plaindre de ceux qui suivent les médias dominants savent tout autant ne rien remettre en perspective et questionner. Et cela se dit éclairé… triste que tout ceci.

        +6

      Alerter
    • antoniob // 15.10.2022 à 16h20

      dans aucun pays.
      Mais dans le bloc OTAN-G7 tous les régimes présentent les mesures et sanctions prises comme « démocratiques » et sous le signe du Bien éthique. Pourtant aucune consultation démocratique.
      Les médias des régimes OTAN-G7 échotent donc les discours officiels qui utilisent la rhétorique d’un « nous » inexistant.
      La situation est même pire que par exemple, en Chine, où il est naturel que la voix du PCC et du gouvernement soit la voix du « peuple », car entre la Commission Européenne, avec cette Von der Leyen et les gouvernements des états membres, nous avons depuis fin février une hiérarchie de facto, qui court-circuite les parlements.

        +22

      Alerter
    • Patrique // 16.10.2022 à 08h57

      Aucun. C’est pour cela que le référendum en Hongrie sur le sujet sera intéressant et est honni par les atlantistes qui sont, comme les dirigeants de Chine et de Russie, des adversaires fanatiques de la démocratie.

        +5

      Alerter
    • Mamiwata // 16.10.2022 à 11h04

      Bonne question, rappelez moi quand eurent lieu les consultations démocratiques des peules d’Europe relatives à l’engagement guerrier de leur gouvernement aux côtés de l’Otan contre la Russie…

        +21

      Alerter
    • Alain // 16.10.2022 à 18h48

      En tout cas pas chez nous, pas sûr que les 13% en faveur ne soit pas surévalués

        +3

      Alerter
    • Snjor // 17.10.2022 à 10h36

      x % des pays qui représentent 87% de la population mondiale… Raccourci

        +2

      Alerter
    • yannos // 17.10.2022 à 17h22

      pas en France, ni dans l’UE en tout cas.
      Je crois qu’aucun des pays de l’UE n’ont voté sur le sujet (en même temps on sait ce que l’UE fait des votes qui ne lui conviennent pas).
      Je ne suis pas certains que les USA on votés non plus.
      Mais quand on voit la mainmise des médias par les milliardaires dans les pays occidentaux on peut se demander de toute façon si le mot « démocratie » a encore une signification.

        +7

      Alerter
  • Orhan // 15.10.2022 à 09h40

    La situation évolue vite, cet article du 15/9 est déjà un peu périmé. En l’occurrence la Chine semble se refroidir depuis avec les référendums d’annexions imposés par Poutine et toutes les conséquences potentielles qu’elles peuvent annoncer. Comme tout le monde elle possède des lignes rouges, et même si rejoindre les sanctions n’est pas à l’ordre du jour, elle ne suivra pas Poutine aveuglément.

      +7

    Alerter
    • JPP // 15.10.2022 à 21h44

      On peut être réaliste. L’OTAN et les USA ayant désigné la Chine comme leur ennemi militaire officiel on peut penser que la Chine soit intéressée d’avoir comme allié la Russie avec en particulier sa flotte de puissants sous-marins atomiques pas très loin, pouvant l’appuyer pour une opération sur Taîwan protégé par la flotte américaine.

        +6

      Alerter
  • tradershort // 15.10.2022 à 09h44

    Le titre à lui seul est un problème. La Chine ne soutient pas cette invasion qui est contraire à tous ses intérêts économiques. Elle est le premier investisseur en Ukraine et surtout dans le domaine agricole.
    Lors du dernier vote à l’ONU, une motion pour laquelle la Russie ne pouvait opposer son veto 143 pays ont condamné l’invasion russe, 8 ont voté contre et 45 pays se sont abstenus dont l’Inde et la Chine.
    Modi pour l’Inde à été clair il condamne cette opération et la Chine n’a pas changé sa position soit le respect des frontières et une solution négociée qui respecte les intérêts stratégiques de tout le monde.

    La Russie ne peut pas gagner sur le terrain militaire et préserver la situation territoriale avant le début de cette opération spéciale relève de plus en plus de la course vers le désastre. C’est l’ensemble de la doctrine militaire russe qui est en cause, ajouter des hommes va faire monter l’addition devant un adversaire qui ne cédera rien et dont les capacités militaires croissent jour après jour.

    Reste les considérations habituelles style les BRICS, Shanghai, etc. Les intérêts de la Chine sont clairs, ces 2 marchés pour plus de 1400 milliards de $ les USA et l’EU

      +5

    Alerter
    • Micmac // 15.10.2022 à 10h21

      Je ne pense pas que la Chine priorise ses intérêts économiques avec un pays pauvre comme l’Ukraine. La Russie et la Chine sont mis sur le grill par les néocons, forcément, ça rapproche. Sans même mentionner les intérêts économiques bien supérieures qui lient la Chine à la Russie : un approvisionnement en énergie abondant et bon marché.

      Là où la Chine est un peu réticente et l’a fait savoir, c’est sur la modification du tracé des frontières. Forcément, ça chiffonne un peu tout le monde… Aucun pays n’a envi de voir une partie de son territoire amputé. C’est de la diplomatie, on dit qu’on est pas trop d’accord, mais il est absolument contraires aux intérêts de la Chine de s’opposer à la Russie d’une façon ou d’une autre. Même chose pour l’Inde et bien d’autres.

      Vous vous avancez beaucoup en affirmant que la Russie ne peut pas gagner sur le terrain militaire. Elle joue encore « petit bras », et est loin d’avoir engagé toutes ses forces. En fait, certains se demandent si la Russie ne cherche pas à faire durer : plus ça dure, plus les économies européennes souffrent. Elles finiront par être contraintes d’accepter une résolution du conflit qu’elles n’auraient jamais accepté dans d’autres circonstances. Les Russes ne sont pas des maîtres du « blitzkrieg », mais ils sont les maîtres de la guerre d’attrition. Il est probable que beaucoup des gouvernements européens jusquauboutistes ne passeront pas l’hiver, donc c’est mieux de faire durer. Ou bien les Russes sont stupides, or, sous-estimer les Russes n’a jamais porté chance à personne.

        +42

      Alerter
      • tradershort // 15.10.2022 à 10h52

        La Chine est le premier investisseur en Ukraine qui n’est pas un pays pauvre, La Russie ne peut pas gagner cette guerre, les pertes actuelles sont déjà immenses. Quand on sort des boules à mites des chars t-62 datant de plus de 50 années rien ne va.

        La Chine ne fera pas l’erreur de l’UE et elle continuera à diversifier ses fournisseurs. Brader des carburants et du gaz vers un marché où il existe seulement un oléoduc ou tout doit-être transporté par bateau, 35 jours, ne remplace pas les juteux marchés de l’EU. Cette guerre coûte 1 milliard de $ us par jour à la Russie plus que tous ses revenus provenant des carburants et du gaz AVANT les sanctions. La Russie a déjà engagé ce qui était disponible, déplaçant des troupes

          +2

        Alerter
        • ouvrierpcf // 15.10.2022 à 11h06

          Si votre voisin pavillonnaire accueille des migrants ou des squatteurs sur sa pelouse qui déféquent pisse sur vos rosiers ou lignes de carottes qu’un jour ils défoncent votre abri de jardin empoisonnent votre chat lance des cailloux sur vos vitres que vous ayez 28 crédits à rembourser vous allez au moins casser le nez au premier qui franchira la barrière et peut être aussi demander un médiateur de conflits a la mairie Si celui après vous avoir réuni avec votre voisin arrive à vous faire signer un accord pour mettre en place des procédures si celles ci ne sont pas suivies et que le médiateur fait le mort vos nerfs lâcheront et le conflit ne pourra que s aggraver Cette métaphore s’inspire de faits réels ou de circonstances analogues nota un certain François Hollande avait par sa signature engagé l’honneur de la France aux accords Minsk 2

            +36

          Alerter
        • Micmac // 15.10.2022 à 11h19

          L’Ukraine est un pays qui a le niveau de vie de l’Albanie. C’est un pays pauvre et corrompu jusqu’à la moelle qui ne vaut rien pour les Chinois.

          La Russie a encore d’immenses réserves en troupes et en matériels. Elle n’a déclenché qu’une mobilisation très partielle (elle s’est rendu compte que 150 000 homme pour tenir 1000 km de front, c’est trop peu), alors que l’Ukraine racle les fonts de tiroir depuis des mois (femmes, cinquantenaires, sans parler des milliers de mercenaires étrangers).

          Les pertes russes sont relativement faibles en raison de son immense supériorité en artillerie que l’aide occidentale ne peut pas contrebalancer. Sans compter la supériorité aérienne totale. Et l’économie russe engrange des milliards grâce aux sanctions, bien plus dures pour l’occident que pour elle.

          Les T62, j’en ai vu un une fois sur des images, mais il n’appartenait pas aux forces russes. C’est du matos retapé par la RPD/RPL qui date d’anciens dépôts soviétique. Ils font ça depuis 2014.

          Il n’y a aucun signe de manque de matériel ou de munitions chez les Russes. On nous annonçait qu’ils n’avaient plus de missiles, et voilà que tout d’un coup…

          Les territoires pris par l’Ukraine ces dernières semaines lui ont coûté de lourdes pertes et sont quasiment vides…

          On se demande donc pourquoi les Russes n’en finissent pas… Parce que politiquement, ce n’est pas le moment d’en finir.

            +40

          Alerter
        • JPP // 15.10.2022 à 22h05

          Perso je ne fierais pas trop aux Médias occidentaux. On sait qui a gagné une guerre quand elle est finie, pas avant. Les chars T62 ont été fournis surtout aux troupes séparatistes pour des actions de soutien très locales. Pour l’instant les opérations ne sont pas de vraies batailles de chars mais les T90 sont maintenant amenés en grand nombre vers les fronts principaux.
          La Russie étant un pays sans presque aucune dette, et pouvant vivre en totale autarcie énergétique, agricole, industrielle, technique, n’a pas d’obligation impérative d’importer, et donc la presse à Rouble, monnaie interne exclusive, a autant de liberté interne à fonctionner que la presse à Dollar aux USA, sachant aussi que le stock d’or Russe en Russie est énorme.

            +19

          Alerter
        • Candide // 16.10.2022 à 03h25

          Pardon « Tradershort », c’est faux.
          (indiquez vos sources svp)
          Les 1er, 2e et 3e investisseurs étranger en Ukraine… en 2018/2019, étaient :
          la Hollande, la Russie et Chypre (sans doute les oligarques Uk et Ru), (ordre variant suivant les stats).
          La Chine était surtout le plus gros importateur de céréales d’Ukraine mais pas propriétaire (la loi interdit cela).
          (source : https://dlf.ua/en/investing-in-ukraine-overview/

            +14

          Alerter
      • azuki // 15.10.2022 à 17h29

        La Russie n’est pas «l’occident» (l’Otan). Elle n’a pas du tout la même vision de la stratégie et encore moins de la guerre. Elle n’a pas l’intention de plonger l’Ukraine dans un abominable cahos après l’avoir partiellement rasée, comme a fait la si autoproclamée vertueuse OTAN (ie l’Empire US) dans tant de pays depuis la fin de la 2e guerre Mondiale. Je ne fais pas la liste, ça serait une insulte a votre intelligence.
        Leur objectif dans l’Ukraine n’est pas de «gagner la guerre» en détruisant tout et en héritant d’un chaos «éternel» comme les US en Irak, Afghanistan ou ailleurs, ils ont LEURS objectif a atteindre à UN COÛT supportable, dans une vision A LONG TERME. on dit que ce sont «des joueurs d’échecs» parce qu’ils on un cerveau entre les oreilles et pas en dessous du pénis, et je crois surtout que c’est «nous» qui sommes pitoyables et dangereux.

          +21

        Alerter
    • Micmac // 15.10.2022 à 10h42

      En ce qui concerne l’importance des marchés US et européens pour les Chinois, il reste à savoir qui a le plus à perdre. J’aimerai bien voir l’effet de sanctions économiques imposées par l’occident à la Chine… Plus grand chose dans les magasins à l’Ouest après 30 ans de désindustrialisation! Imaginez la pénurie de vêtements, de consommables (lames de rasoir, brosses à dent, etc). Déjà que les sanctions imposées à la Russie nous mettent à genou…

      La Chine a un marché intérieur gigantesque qui peut lui permettre d’écouler une grande partie de sa production, en appliquant les politiques keynésiennes qui marchent bien dans ces cas là, et trouver d’autres débouchés. Nous, nous ne pourrons pas remplacer avant très, très longtemps ce qui nous est indispensable.

      Que voulez vous, les dirigeants occidentaux, après avoir lu Fukuyama, ont considéré que l’Histoire était terminée et qu’ils resteraient les maîtres à tout jamais… Ils pouvaient donc se permettre la « mondialisation » et la « libéralisation », et de perdre ainsi une bonne part de leur autosuffisance… On ne peut pas jouer indéfiniment au Maitre du Monde quand on dépend à ce point dudit Monde pour à peu près tout…

        +32

      Alerter
      • tradershort // 15.10.2022 à 10h59

        Vous avez besoin de vous informer sur les forces et les faiblesses de ce pays. Elle présente un exemple une dépendance gigantesque pour mourir sa population et 40 % du pib chinois est de la spéculation immobilière.
        Pour la Russie je ne suis pas sûr que ses genoux soient en meilleur état..

          +4

        Alerter
        • Micmac // 15.10.2022 à 11h28

          Ça tombe bien, la Russie est le premier exportateur au monde de céréales aussi. Les Chinois n’ont pas trop des soucis à se faire en maintenant leur alliance avec la Russie.

          40% du PIB en spéculation immobilière… C’est tout simplement incroyable en considérant la taille de l’économie chinoise. Il ont coulé une dalle de béton pour recouvrir tout leur territoire ou quoi? Bref, je ne sais pas d’où sort ce chiffre.

          Les Russes sont chauffés et ne manquent de rien, à part ceux qui ont fait l’erreur d’acheter certaines voitures étrangères, qui manquent de pièces détachées. Je ne pense pas que ce soit à la hauteur des problèmes qui nous attendent, et cela dissuadera les consommateurs russes d’acheter quoi que ce soit d’occidental pour les décennies à venir. Quelle réussite ces sanctions!

            +31

          Alerter
          • tradershort // 15.10.2022 à 13h12

            40 % ? Tout simplement de l’examen des investissements en Chine. Vous ne connaissez pas Evergrande ? 400 milliards de $ us de dettes…de l’immobilier spéculatif un immense système de Ponzi une parmi d’autres. Ici.

            https://www.weforum.org/agenda/2021/09/evergrande-debt-crisis-global-economy/

            C’est l’immobilier qui a soutenu la croissance chinoise dans un pays où il n’y a pas de retraites universelles. Les chinois àchètent et paient en avance des habitations pas construites les promotteurs utilisant l’argent pour construire celles prévues avant. Il y a une révolte des acheteurs en Chine qui refusent maintenant d’honorer les créances. Il y a des villes vides ou tout fonctionne, à voir sur YouTube des villes abandonnées dont plusieurs construites par Evergrande

            Effectivement en Chine quand le bâtiment va tout ne va pas…Cette politique à été encouragé par le gouvernement chinois, de la croissance peut importe, les gouverneurs des provinces ont essayé de faire mieux que les autres, etc

            Ce qui me surprend chez des gens comme vous c’est leur méconnaissance des chiffres,

            Pou YouTube cherchez avec china ghost cities

              +2

            Alerter
            • Lt Briggs // 15.10.2022 à 14h41

              « Pou YouTube cherchez avec china ghost cities »

              C’est en effet effrayant, ces vastes ensembles urbains totalement déserts. Mais il faut nuancer car ce sont des constructions devant atteindre leur potentiel dans les 15 à 20 ans, ce qui va à l’encontre des normes occidentales. Et puis les villes fantômes, ce n’est pas propre à la Chine. Jetez un œil sur la nouvelle capitale de la Birmanie, Naypyidaw. Ou encore à l’Hôtel Ryugyong à Pyongyang.
              Et il n’y en a pas qu’en Asie. Regardez Detroit. La ville américaine peine encore à se remettre de sa ruine et de son énorme exode humain. Une vraie saignée. Dans l’absolu, il vaut mieux des zones désertiques qui peu à peu se peuplent que le contraire.

              « Les chinois àchètent et paient en avance des habitations pas construites les promotteurs utilisant l’argent pour construire celles prévues avant »

              Bienvenue dans le monde réel. Ce système pyramidal est communément utilisé partout et pour tout, par exemple dans le milieu artistique français. Les bénéfices des films de cette année servent à payer ceux tournés il y a 1 ou 2 ans, et les films tournés l’an prochain paieront ceux de cette année, et ainsi de suite.

                +9

              Alerter
            • Micmac // 15.10.2022 à 14h49

              Donc, 40% des investissements, pas 40% du PIB… Ça n’a rien à voir.

              Ça prouve simplement que les riches chinois jouent au casino et que certains y laisseront leur chemise. Pas sur que ça ait un impact sur l’économie réelle.

              Les riches ne servent à rien quand ils gagnent de l’argent trop facilement de toutes façons. Pour qu’ils servent, il faut leur mener la vie dure pour les forcer à investir à long terme. Une leçon de type crack spéculatif est souvent ce qui les rappelle à la dure réalité. Pas sûr que le gouvernement chinois voit ça d’un mauvais œil.

              Il ne faut pas perdre de vue que l’économie chinoise est aussi une vraie économie qui produit des vraies choses, alors que les éminents spécialistes occidentaux ont décidés que produire autre chose que des bullshit jobs était ringard.

              Vous avez raison sur la démographie chinoise qui risque de leur poser de gros problèmes à long terme.

                +15

              Alerter
    • bm607 // 15.10.2022 à 11h14

      La Russie ne peut pas perdre. Tout simplement parce que c’est existentiel pour elle.
      La seule manière de la faire perdre serait d’étendre le conflit et d’en faire une guerre mondiale, dont l’issue serait alors catastrophique pour tout le monde.
      Les pertes sont énormes, mais c’est le prix d’une guerre moderne. Les profits accumulés par les ventes de pétrole et de gaz quand les cours ont flambé permettent de financer pour partie ces coûts.
      Dire que des vieux chars sont sortis de la naphtaline, c’est l’image d’Epinal qu’on veut faire passer en occident (il y en a, bien sûr, pourquoi ne pas les utiliser au lieu de les laisser rouiller, et les T-62MV peuvent parfaitement survivre à des coups frontaux d’armes antichars plus légères et/ou plus anciennes utilisées par l’infanterie, y compris M72A2 LAW, RPG-7, AT4), mais dans les faits, même si les T90 sont rares, les autres (T80, etc..) sont bien là et utilisés.
      En termes de matériels, l’International Institute for Strategic Studies (IISS) cité par Air et Cosmos estimait qu’en 2020, les principaux chars de combats en service dans l’Armée de terre russes étaient au nombre de :
      -T-72 : 2.030 (738 perdus en Ukraine) ;
      -T-80 : 450 (261 perdus en Ukraine) ;
      -T-90 : 360 (27 perdus en Ukraine).

      Depuis, les chaînes de fabrication ont tourné, évidement, donc les chiffres sont à augmenter.
      Selon A&C il y aurait en réserve environ :
      – 7.000 T-72 ;
      – 3.000 T-80 ;
      – 200 T-90.
      Sans même parler des T14 Armata non déployés en Ukraine.

      On sait que selon certains « experts » occidentaux la Russie devrait être en panne de missiles depuis des mois :
      « A ce rythme, les russes n’ont plus de missiles dans 3 semaines ». Colonel Michel Goya, couverture de « libération » du 23/03/2022.
      Demandez aux centrales énergétiques et autres sites stratégiques ukrainiens bombardés par les forces russes entre le 10 et le 12 octobre ce qu’ils pensent de cette affirmation.

      Et j’en ai encore plein d’autres du même genre, mais ce serait trop long.
      Et même si on peut aussi noter parfois l’efficacité des troupes de Kiev et de certains de leurs armements (HIMARS notamment).

      Bref, étayez un peu et vérifiez sur diverses sources au lieu de lancer vos souhaits comme si c’était des vérités.

        +36

      Alerter
      • JPP // 15.10.2022 à 22h23

        Le simple bon sens et un minimum de curiosité historique sur les guerres modernes de 14-18 surtout et 39-45 disent qu’un dirigeant aussi calculateur que Poutine n’a pas lancé son pays dans une pareille aventure sans que l’appareil n’ait pas été activé à partir des premières sanctions de 2014 ( en même temps que le formidable réveil de l’agriculture russe a été décidé). Sans parler des matériels nouveaux à très haute technologie comme les MHD, les productions nouvelles s’ajoutent ainsi aux énormes stocks restant de l’époque soviètique.
        En plus cette production de guerre permet de réutiliser les travailleurs qualifiés russes stupidement largués par les entreprises abandonnées par les occidentaux.

          +17

        Alerter
        • Grd-mère Michelle // 16.10.2022 à 12h47

          « (en même temps que le formidable réveil de l’agriculture russe a été décidé) »
          Pouvez-vous nous en dire plus, svp?

            +2

          Alerter
          • JPP // 16.10.2022 à 14h53

            Dans ma jeunesse la Russie soviètique importait des céréales . En France c’était via Doumeng, le milliardaire « Rouge » membre éminent du PCF. Ce défaut de production était totalement lié à l’état d’esprit engendré par un système communiste soviètique non adapté au peuple Russe. (normalement la révolution communiste de Marx et Engel était destinée surtout à l’Allemagne).
            Les premières sanctions anti Russes de 2014 ont permis à Poutine de décider de contre sanctions agricoles massives bloquant les importations et du coup obligeant tout le Peuple Russe à accepter de travailler dur pour rendre enfin son agriculture, petite et grande, totalement autonome et efficace. Les sanctions actuelles Occidentales pour effondrer l’économie Russe sont de nouveau utilisées par Poutine, qui l’a clairement dit, pour développer encore plus massivement une économie industrielle autonome au maximum, d’autant plus que les importantes implantations industrielles occidentales ont été cédées pour un rouble symbolique à la Russie,
            A rapprocher de la célèbre phrase de Lénine: « les capitalistes sont tellement bêtes qu’ils vont nous donner la corde pour les pendres ».

              +16

            Alerter
    • antoniob // 15.10.2022 à 16h33

      > Le titre à lui seul est un problème. La Chine ne soutient pas cette invasion qui est contraire à tous ses intérêts économiques. Elle est le premier investisseur en Ukraine et surtout dans le domaine agricole

      le titre n’aucun problème: tout le monde quasiment ***condamne*** la guerre en elle-même. On candamne toujours les guerres.
      Mais le titre c’est « sanctions contre la Russie » …. et là c’est autre chose.

      ? l’Ukraine kiévienne si la Russie conserve le Donbass et la steppe pontique de Tauride, est dans le domaine américain, et ce sont les géants agroalimentaires américains avec des parts pour des européens qui mettent en oeuvre la mise en coupe réglée du potentiel agricole ukrainien. Cargill, Dupont, Monsanto:
      https://www.australiannationalreview.com/lifestyle/three-large-american-multinationals-bought-17-million-hectares-of-ukrainian-agricultural-land/
      https://www.ritimo.org/A-qui-profite-vraiment-la-creation-d-un-marche-des-terres-en-Ukraine

      or la Chine est désigné comme l’adversaire commercial principal des Etats-Unis.
      Donc la part qu’un régime ukrainien marionnette de l’OTAN, laissera à la Chine est discutable.
      Pour l’Allemagne l’Ukraine est un Hinterland agricole rêvé depuis toujours.

      >Les intérêts de la Chine sont clairs, ces 2 marchés pour plus de 1400 milliards de $ les USA et l’EU

      dans votre rhétorique, qui est identique à celles des deux autres profils (amri62 ou dans ce style et strategy), vous mettez en avant comme critère ultime le poids du commerce chinois en € et $, tout en ignorant que les Etats-Unis visent à faire à la Chine comme à la Russie.

        +11

      Alerter
  • RIVIERE // 15.10.2022 à 12h42

    D’ailleurs pourquoi le reste du monde devrait il suivre l’Occident ou plutôt les injections et intérêts américains…???
    Le monde d’aujourd’hui est mieux informé, plus intelligent et l’expérience des catastrophes générées depuis des décennies par les US vaut son pesant d’or ….
    Heureusement pour nous, des nations de premier rang refusent de s’aligner sur cette stratégie suicidaire, en espérant que notre gouvernement aux ordres de l’oncle Sam, ne saisisse pas cette occasion d’un si bel écran de fumée qui pourrait les dédouaner de leurs gestions catastrophiques sur de si nombreux sujets et plus précisément sur ce scandale Covid sans précédent dans l’histoire de l’humanité….
    Il serait et il est déjà tellement tentant et facile d’expliquer à une partie des peuples asservis que tout est de la faute du très méchant ours Russe….

      +24

    Alerter
  • Spartacus // 15.10.2022 à 13h45

    « La seule manière de la faire perdre serait d’étendre le conflit et d’en faire une guerre mondiale, dont l’issue serait alors catastrophique pour tout le monde ».

    Mais oui, c’est précisément bien de cela qu’il est question, comme le révèle le dernier mensonge de Macron « Nous ne voulons pas la guerre » après l’invention de la guerre « de fait »… et la « guerre » contre le covid et autres « conseils de défense » croupions.

    Un empire en déclin, un autre qui monte, entre les deux l’Alsace-Lorraine bruxelloise, et la plus que jamais actuelle phrase fameuse de Jaurès sur le capitalisme, la guerre, la nuée et l’orage.

    La seule porte de sortie, comme d’hab, pour la survie du Capital (d’où qu’il vienne) en crise est de tout casser pour tout reconstruire. Le « pitch » est bien connu. Comme dit Lordon, ils ne rendront pas la clef avec un grand sourire.

    Et ce ne sont pas les pleurnicheries lamentables de Lallement dans Match (poids des mots, choc des matraques) ni les équipements Darmanin qui laissent beaucoup d’illusions sur le sort réservé au mvt social, après les blindés bleu Marine, récalcitrant.
    Du Clémenceau tendance Thiers, version 1907, histoire de préparer les esprits.

    Alors en gros, revoir le Sermon sur la Chute de Rome, on est dans le fourneau.

      +11

    Alerter
  • antoniob // 15.10.2022 à 17h38

    cette amorce du 3è paragraphe est devenue plus actuelle:
    « L’Arabie saoudite, depuis longtemps un partenaire américain fidèle, a noué une alliance étroite avec la Russie au sein du cartel OPEP Plus.  »
    en ce que l’Arabie vient de réduire la production de pétrole pour presser les prix.

    L’Arabie n’à que faire de la Russie, mais elle applique le même axiome universel que les Etats-Unis: « nous en premier ». (America First). La Chine, l’Inde, etc, de même, mais pas l’Allemagne, la France…

    ce qu’on sait mal discerner c’est l’impact réel des décisions de l’Allemagne (€) et Etats-Unis ($) de procéder aux gels càd, au vol , des avoirs en € et $ de banques centrales. Lorsque c’est le Vénézuéla ou l’Afghanistan, celà émeut peu, bien qu’en soi celà est du vol caractérisé. Mais lorsqu’on les américains commencent à s’en prendre à de plus gros morceau, comment cela ne peut-il pas énerver d’autres gros morceaux?

    La Saoudie ne pèse rien en tant que tel comme pays, sauf bien sûr comme gros réservoir de pétrole. On peut imaginer qu’une guerre de la part des Etats-Unis est peu pratique, non pas parce qu’il ne pourraient pas la mener, car ils prendraient le pays aussi rapidement que l’Irak, mais la perturbation sur les installations pétrolières serait telle que le marché plongerait et les approvisionnements seraient quasi nullifiés.
    Normalement, moins la Saoudie pèsera énergétiquement plus les Etats-Unis voudront lui faire un coup à la Irak ou à la Vénézuéla.
    La simple logique stratégique de base veut que la Saoudie doive évoluer en conséquence. Par exemple une paix chiites-sunnites?

      +10

    Alerter
  • Marie Colin // 15.10.2022 à 23h15

    Un peu d’histoire ne nuit pas, pour aborder le passif des « occidentaux » anglo-saxons sur 2 siècles :
    – les guerres de l’opium en Chine, puis en Afghanistan (entre autres)
    – le vol des réserves en dollars (ou en euros, ou en francs….) : pour citer des exemples récents : Vénézuela, Iraq, Grèce – voire en France avec la BNP… et plus anciens : Haïti)
    Je ne prétends pas être exhaustive, je m’intéresse d’abord aux mondes Arabe et Hispanophone
    – l’extension de « l’Atlantique Nord » à l’ensemble de la planète, pour ne servir que les seuls intérêts US
    – la violence brute des mêmes anglo-saxons – toujours prêts à déclencher ou attiser des conflits inhumains de par le monde : des « républiques bananières » en Amérique centrale aux régimes corrompus néo-nazis dans les Pays Baltes à l’Ukraine
    Bien sûr, à chacun sa vision mais pour ma part je reste profondément anti-raciste, anti-colonial et anti nazi ./

      +21

    Alerter
  • dooggy // 16.10.2022 à 12h23

    Jamais le $ n’ été aussi haut !les stés occidentales délocalisent vers les US ou le prix du pétrôle et du Gaz EST cinq FOIS moins élevé que chez nous !l’économie de la Russie sans guerre est en dessous de celle de l’Espagne
    la Chine EST en peine un jeune sur 5 n a’ pas de travail
    la crise de l’endettement de l’immobilier est majeure des centaines de milliers de logements ne trouvent pas preneur !
    qui Achète leurs biens? la Russie? ou l’occident? leur croissance cette année sera inférieur à 5% du jamais vu depuis plus de 40 ans
    Qui sera asphixié à terme si ce n’est la Russie ? ses avions sans les pièces occidentales? ect
    les plus formés d’entre eux quittent le navire !
    et si c’était la chance de l’Europe cette crise pour avancer à grands pas vers notre indépendance économique !

    Alors non je ne partage pas vos analyses !

      +5

    Alerter
    • JPP // 16.10.2022 à 15h18

      L’économie que vous décrivez est une vision mondialiste supercapitaliste financière spéculative en fait très récente qui permet aux seuls peuples occidentaux de vivre pour un temps dans une abondance apparente de produits manufacturés à très bas prix après avoir massivement désindustrialisé par exemple la France (comme si les emplois tertiaires pouvaient nourrir tout un peuple), économie irrigué par du Dollar papier imprimé désormais, depuis Nixon, sans aucune valeur autre que ce que la Puissance USA peut lui garantir à un instant donné.
      Comparer le PIB de la Russie à celui de l’Espagne n’a strictement aucun sens, pas plus que de mettre sur le même plan un immense cargo regorgeant de richesses et alimentations et un petit rafiot aux cales à moitié vides en prenant comme référence l’argent de poche identique de chaque équipage.

        +13

      Alerter
      • Grd-mère Michelle // 16.10.2022 à 17h08

        « …comme si les emplois tertiaires pouvaient nourrir toute la France… »
        Il serait utile de savoir quelle part (réputée « invendable ») des récoltes, et des produits alimentaires mis en vente, est sacrifiée, gaspillée, jetée…?
        Et quelle est la part de viande, de volailles, de poissons, ou de fruits, par ex, originaires d’autres continents, qui est vendue à côté des viandes et fruits européens?
        Chaque jour, des rayons entiers de produits frais, au super-marché Carrefour de mon quartier bruxellois, sont vendus à 50% en « vente rapide » pour cause de date limite de consommation. À 19h30, les invendus sont ramassés en vrac et entassés, mélangés, dans une poubelle…
        Pareil pour la plupart des pains…alors que les baguettes bon-marché, arrivées pré-cuites/ congelées, de Pologne (fabriquées avec les céréales OGM cutivées en Ukraine-vu un reportage, n’ayant aucun goût) sont, elles, toutes vendues…

          +6

        Alerter
  • Christophe // 17.10.2022 à 11h15

    Ah c’est comme ça ? Eh bien je propose de menacer de sanctions tous les pays qui ne sont pas d’accord avec nos sanctions et de sanctionner tous les pays qui n’appliquent pas nos sanctions ! Non mais des fois…

      +8

    Alerter
  • Wikicrate // 17.10.2022 à 15h52

    « 87 % de la population mondiale a refusé de nous suivre »
    Est-ce que News Week prétendrait que les populations ont été consultées ? Vaste fumisterie !

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications