Les Crises Les Crises
27.septembre.202227.9.2022 // Les Crises

Ukraine : Les États-Unis ont d’ores et déjà perdu, quel que soit le vainqueur final

Merci 536
J'envoie

Il existe de multiples réalités stratégiques difficiles que les États-Unis doivent prendre en compte.

Source : The National Interest, Ramon Marks
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Quel que soit le vainqueur de la guerre en Ukraine, les États-Unis en seront les perdants stratégiques. La Russie nouera des relations plus étroites avec la Chine et d’autres pays du continent eurasien, notamment l’Inde, l’Iran, l’Arabie saoudite et les États du Golfe. Elle se détournera irrévocablement des démocraties européennes et de Washington. Tout comme le président Richard Nixon et Henry Kissinger ont joué la « carte de la Chine » pour isoler l’Union soviétique pendant la Guerre froide, les présidents Vladimir Poutine et Xi Jinping joueront leurs cartes pour tenter de contester le leadership mondial des États-Unis.

Sachant bien que l’Europe ne peut plus rester son premier client énergétique, Moscou a logiquement décidé de développer ses ventes de combustibles fossiles avec l’Asie, notamment la Chine et l’Inde. Depuis l’invasion de l’Ukraine, la Russie est devenue le premier fournisseur de pétrole de la Chine, remplaçant l’Arabie saoudite. Il est vrai qu’à court ou moyen terme, la capacité de transfert limitera la quantité de combustibles fossiles que la Russie pourra vendre à la Chine. Elle ne dispose actuellement que d’une seule voie d’acheminement terrestre du pétrole vers la Chine, l’oléoduc ESPO. Le seul gazoduc actuellement en service est Power of Siberia. Les ventes de pétrole et de gaz par gazoduc sont complétées par des voies maritimes vers la Chine continentale. Dans les années à venir, la Chine et la Russie réaliseront sans aucun doute d’importants investissements pour développer le transport de pétrole et de gaz entre les deux pays, ce qui permettra à la Russie d’être le principal fournisseur de combustibles fossiles de la Chine. Les Chinois seront probablement en mesure de réduire leur dépendance en ce qui concerne les expéditions de combustibles fossiles en provenance du Moyen-Orient, qui doivent passer par des points d’étranglement navals particulièrement exposés tels que le détroit de Malacca.

Des relations énergétiques plus étroites entre la Chine et la Russie contribueront à les rapprocher en tant qu’alliés stratégiques « sans limites » sur le continent eurasien. En ayant un fournisseur d’énergie russe dévoué à ses côtés, la Chine obtiendra inévitablement une plus grande flexibilité stratégique pour traiter avec les États-Unis et ses alliés de la région indo-pacifique, le tout au détriment des démocraties occidentales.

Depuis l’invasion de l’Ukraine, la Russie a également fortement augmenté son commerce énergétique avec l’Inde. Selon le Centre de recherche sur l’énergie et l’air pur, « l’Inde a été le principal acheteur des cargaisons Atlantique dont l’Europe ne veut plus. » Avant l’invasion de l’Ukraine, l’Inde n’achetait presque pas de pétrole à la Russie. Aujourd’hui, elle en importe plus de 760 000 barils par jour. L’augmentation des ventes de combustibles fossiles russes vers l’Inde sera préjudiciable aux efforts déployés par les États-Unis, l’Australie et le Japon pour continuer à mettre Delhi sur une orbite plus proche des pays démocratiques de la région indo-pacifique.

En fait, l’Inde – la plus grande démocratie du mond – a adopté une position neutre quant à l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Aux Nations unies, l’Inde s’est abstenue lors des votes qui ont condamné l’invasion de l’Ukraine. Elle a refusé de blâmer la Russie pour cette attaque. Outre une relation nouvelle et croissante en matière d’approvisionnement énergétique, la Russie est également depuis longtemps le principal fournisseur d’armes des forces armées indiennes. Il est important de noter que Delhi continue d’apprécier le soutien de longue date de la Russie au Cachemire. La réponse indienne à la guerre russo-ukrainienne souligne le fait que l’Inde ne devrait pas se retrouver totalement intégrée dans une alliance du Pacifique occidental telle que la Quadrilatérale. Si la Chine est suffisamment intelligente pour éviter d’autres combats frontaliers avec l’Inde, l’impulsion donnée à l’Inde pour s’impliquer davantage dans la Quadrilatérale pourrait bien diminuer.

Autre mauvaise nouvelle pour l’Occident, l’Inde n’a pas été la seule à s’abstenir de voter la résolution de l’Assemblée générale des Nations unies censurant la Russie pour son invasion de l’Ukraine. Trente-quatre autres pays ont refusé de prendre le parti de l’Occident. Les deux tiers de la population mondiale vivent dans des pays qui se sont abstenus de dénoncer la Russie. Même le Mexique voisin a refusé de condamner la Russie ou de se joindre aux sanctions économiques.

Ce sont des réalités stratégiques difficiles à intégrer pour les États-Unis. Après l’invasion russe, les démocraties occidentales se sont rapidement unies et ont adopté un large éventail de sanctions contre Moscou, y compris des dates limites pour mettre fin aux achats de combustibles fossiles auprès de la Russie. Les sanctions énergétiques de l’Occident se sont, dans une certaine mesure, retournées contre ce dernier, provoquant une inflation et des perturbations de l’approvisionnement si graves que Bruxelles a désormais du mal à faire face aux conséquences économiques. L’UE a même annoncé discrètement des mesures visant à assouplir les sanctions énergétiques russes afin de contribuer à la stabilisation des marchés de l’énergie. Alors que l’Occident se plaint que la Russie a militarisé ses exportations de pétrole et de gaz, la réalité est que ce sont Bruxelles et Washington qui ont les premiers brandi l’épée énergétique lorsqu’ils ont annoncé leur intention de réduire les achats de combustibles fossiles russes immédiatement après l’invasion de l’Ukraine.

L’une des retombées positives de la guerre russo-ukrainienne a été la cure de jouvence de l’OTAN, qui s’est mobilisée pour soutenir l’Ukraine. L’alliance deviendra encore plus forte lorsque la Finlande et la Suède la rejoindront. Du côté négatif, proportionnellement, les États-Unis assument plus que leur part du fardeau du soutien à l’Ukraine par rapport aux autres partenaires de l’alliance, à l’exception des États baltes et de la Pologne. Jusqu’au 20 mai 2022, les États-Unis ont fourni ou engagé 54 milliards de dollars d’aide militaire au bénéfice de Kiev. Le Royaume-Uni arrive loin derrière avec 2,50 milliards de dollars, suivi de la Pologne avec 1,62 milliard de dollars et de l’Allemagne avec 1,49 milliard de dollars. Au 20 mai, les États-Unis avaient engagé plus de trois fois plus d’aide au bénéfice de Kiev que tous les autres pays de l’Union européenne réunis. Les États-Unis sont le plus grand fournisseur d’aide militaire, bien que l’invasion de la Russie constitue une menace bien plus immédiate pour les alliés européens que pour les États-Unis, qui se trouvent à plus de 9000 km de la guerre, de l’autre côté de l’océan Atlantique. La situation en Ukraine montre à nouveau à quel point l’Europe occidentale est dangereusement dépendante du leadership américain et de son armée. Cela ne changera pas tant que l’establishment de la politique étrangère américaine ne se débarrassera pas de la conviction, solidement ancrée depuis sept décennies, que seuls les États-Unis peuvent diriger l’OTAN, en fournissant l’ossature militaire de l’alliance.

Les États-Unis doivent s’adapter, d’autant plus qu’au titre de l’article V, les engagements de l’OTAN sont limités à la région Atlantique, ce qui constitue une vérité dérangeante et lamentable. Si Pearl Harbor, Hawaï ou Guam étaient attaqués par la Chine, la Corée du Nord ou la Russie, les engagements de défense collective de l’OTAN ne s’appliqueraient pas. Néanmoins, même s’il n’y a aucune chance que le traité de l’OTAN soit un jour modifié pour aider les États-Unis dans le Pacifique, Washington ne doit et ne peut pas abandonner l’OTAN. Au contraire, les responsables de la politique étrangère américaine doivent faire en sorte de permettre aux alliés européens de prendre plus de responsabilités et d’assumer une plus large part du fardeau de leur côté du continent eurasien, même si ce n’est pas la part du lion. Si les États-Unis continuent à garder la tête enfouie dans les hypothèses historiques qui ont conduit à la création de l’OTAN en 1949, les choses ne vont cesser d’empirer pour les ressources et les capacités militaires américaines qui sont surchargées. Les États-Unis ne sont plus la seule puissance dominante du monde. Un plus grand partage du fardeau dans le système d’alliance américain devra intervenir tôt ou tard pour faire face à la réalité d’un monde de plus en plus multipolaire.

Ramon Marks est un avocat international new-yorkais à la retraite.

Source : The National Interest, Ramon Marks, 21-08-2022

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Urko // 27.09.2022 à 07h57

Point de vue étonnant, notamment sur pourquoi les états unis contribuent bien davantage que les autres membres de l’OTAN à son budget : M. Marks a vraiment l’air de croire qu’il s’agit d’une organisation entre alliés égaux, et non pas d’un système de domination et de contrôle de l’Europe par les Etats Unis. Que les Européens l’ignorent ou veuillent l’ignorer, ok, mais si même des citoyens américains à peu près informés ne comprennent pas que l’OTAN reste une armée américaine équipée par les Américains et supplée par des vassaux n’ayant nulle voix au chapitre sauf pour permettre à des ambitieux de faire carrière… M. Marks semble tout autant persuadé que le conflit avec la Russie concerne d’abord les intérêts européens et il fait comme si les États-Unis unis n’avaient pas joué un rôle déterminant dans (voire recherché) son déclenchement et comme s’ils intervenaient pour aider l’Europe alors qu’ils ne défendent là que la vision de leurs propres intérêts et des leurs seuls, aux dépens des Européens d’ailleurs. Sans doute que l’Amérique, à force de justifier ses incessantes interventions armées sur la planète par des arguments vaguement messianiques, a fini par se duper elle même, qui sait ? M. Marks effleure malgré lui le sujet quand il dit que les États-Unis ont du mal à intégrer certaines réalités. A bien des égards, ils se comportent en effet en colosse aveugle et sourd qui écrase tout sur son passage en s’imaginant répandre le bien alors qu’il sème le chaos. Le reste de la planète commence à en avoir assez. Sauf les élites européennes pré sélectionnées par l’oncle Sam.

76 réactions et commentaires

  • Fabrice // 27.09.2022 à 07h24

    Le problème c’est que si il n’y avait que les États Unis personne ne s’en soucierait ou presque, le problème c’est que tous les pays du monde vont en souffrir et pas que l’Europe qui recevra sa double dose pour son aveuglement.

    Tous les échanges internationaux vont en pâtir or beaucoup de pays dépendent rien que pour l’alimentation de ces échanges du à la mondialisation qui les ont forcés d’abandonner leur autonomie pour produire à l’exportation sacrifiant le minimum vital.

    Le Sri Lanka je crains ne sera que l’une des premières victimes de ce système déjà défaillant avant la crise ukrainienne, qui va être sonné et va laisser sur le carreau bon nombre de pays deja fragiles qui ne trouveront plus de débouchés pour leur production voir dans l’impossibilité d’acheter les produits imposés pour continuer leur production qui n’assure pas une autonomie alimentaire, mais aussi par conséquent les moyens financiers de palier ce manque entraînant des troubles voir plus comme cela c’est déjà déroulé dans un passé récent qui n’a pourtant pas servi de leçon.

      +29

    Alerter
  • Myrkur34 // 27.09.2022 à 07h48

    C’est bien gentil d’acheter du pétrole russe à moitié prix, ce qui fait baisser le coût de revient de vos produits. Mais si vos principaux clients entrent en récession entraînant une baisse de leurs achats et bien c’est loin d’être gagnant sur le moyen et long terme.
    D’où le début de légère grogne des indiens et des chinois et le changement de « protecteur » des états d’Asie centrale.
    Concernant cet avocat international, moi aussi, je peux faire des prédictions à l’emporte-pièce. Au choix, la Russie va se disloquer, les peuples du Caucase vont se révolter. Idem pour la Sibérie centrale et orientale aussi car toutes ces parties de la Russie ne sont que des colonies avec des populations de seconde ou troisième catégorie pour le centre russe sauf quand il s’agit d’aller se faire trouer la peau à l’autre bout du pays.

    Finalement je viens de trouver cet article de 2012.. Donc mes élucubrations ne semblent pas si déconnectées d’une certaine réalité patente..

    https://www.courrierinternational.com/article/2012/05/31/marre-d-engraisser-moscou-la-siberie-reclame-l-autodetermination?page=1

      +10

    Alerter
    • ouvrierpcf // 27.09.2022 à 08h35

      2012 et si on analyse les positions politiques de la France en 2012 sa situation économique des petites choses n ont elles pas modifié les contexte ? L’opération barkane au Mali on allait voir ce qu’on allait voir vous parlez de clients non il faut parler partenaires commerciaux ce qui n’est pas identique Un état par rapport à un autre n’est pas client il effectue ou pas des transactions commerciales ou financières pour la disloquation de la Russie oui c’est le but des USA mais surtout de ll Allemagne réunifiée depuis 1991 car oui depuis que de conflits de guerre en yougo6
      là aussi il s’agissait de disloquation mais là Poutine ne le permet plus Sseulementt là comment faire tourner usines BMW Mercedes wolskwagen sans gaz sans pétrole sans électricité ?

        +12

      Alerter
    • calal // 27.09.2022 à 08h37

      « Mais si vos principaux clients entrent en récession entraînant une baisse de leurs achats et bien c’est loin d’être gagnant sur le moyen et long terme. »

      mais si ces clients paient a credit,avec du papier imprime en quantite illimite ou s’ils peuvent saisir votre compte en banque sous n’importe quel pretexte ou vous interdisent d’acheter des trucs interessants chez eux avec l’argent que vous avez gagne, l’interet de ces marches diminuent nettement…

        +36

      Alerter
    • AntonioB // 27.09.2022 à 08h47

      Vous devriez séjourner en Russie un certain temps… la Sibérie de Tobolsk à Khabarovsk est tout aussi russe que l’Alberta, le Québec ou la Colombie britannique sont canadiens, par exemple.
      Les nations non-russes en Russie sont déjà en Russie centrale même, sans aller au-delà de l’Oural: Tatares, Komis, Oudmourtes, Mari, Tchouvaches, etc.

      La Belgique ou l’Espagne pourraient se disloquer plus facilement que la Russie. Et l’’Ukraine c’est en cours.

      Les intox américaines de «décolonisation» de la Russie c’est ancien et assez rigolo vu l’histoire des Etats-Unis et les mexicains qui parlent de reprendre de facto le contrôle du Texas et de la Californie.

      Le plus gros de la population russe se trouve en Russie européenne et de là le gros des militaires. Il n’y a pas assez de Yakoutes ou de Bouriates pour aller se faire trouer la peau à la place des russes «russes»….

      Chine, Inde, Saoudie, Mexique, etc, sont pro-russes en raison du racket opéré par les occidentaux.
      A quoi ca sert de vendre vos produits à vos clients américains et européens si un jour ils décident de saisir les dollars et les euros avec lesquels vous pensiez qu’ils vous payaient?

        +66

      Alerter
      • Daniel // 27.09.2022 à 11h08

        Tout à fait d’accord : Votre dernière phrase résume bien la fin de l’ère du tout puissant Dollar as good as Gold de 1971 !
        Si votre « banque de dépôt » vous vole l’argent que vous avez sur votre compte, il n’y a plus AUCUNE CONFIANCE dans l’institution bancaire. Depuis que les USA ont confisqué les avoirs de l’Afghanistan (9,4 milliards) puis de la Russie (300 Milliards) , tous les pays en développements ONT PEUR d’être identifié par les USA comme pays ennemi et de perdre toutes leurs réserves de fond libellé en Dollar.
        Si on n’a pas cela en tête, c’est comme si on est sourd et muet face à ce qui se passe.
        En dehors des USA, de l’OTAN (= UE) et de quelques pays historiques (Japon, Australie), l’ensemble des autres pays ont tendance à vouloir revenir à des échanges en monnaies nationales et dans le même temps à se rapprocher de la Chine en tant qu’exemple de pays s’étant sorti de l’extrême pauvreté par un développement de l’infrastructure et des manufactures financés par des banques nationales (comme les USA au moment de la décolonisation en fait !) .

          +36

        Alerter
      • Alan // 27.09.2022 à 14h30

        Il est vrai que la dislocation est très lointaine, c’est pour cela que Arménien et Azerbaïdjanais s’embrasse sur la bouche de même que Kirghizistanais et le Tadjikistanais

          +3

        Alerter
      • Myrkur34 // 29.09.2022 à 06h52

        J’aurai bien aimé vous répondre AntonioB mais apparemment, un lien vers un article du Monde traitant du sujet et un lien twitter sur un soldat russe de la dernière mobilisation partielle se plaignant d’aller au front de Kherson sans aucune formation de quelque sorte que ce soit, c’est trop révolutionnaire.. :o)
        Tant pis !

          +0

        Alerter
        • kriss34 // 30.09.2022 à 08h10

          O mon homologue de l’Herault; je ne sais pas si c’est une bonne idée de s’informer avec le Monde. Ce journal monte une partialité incroyable depuis le début du conflit Ukrainien. Un même vent pro US souffle sur Arte et autres medias de centre gauche… Cette guerre révèle bien des préjugés.

            +9

          Alerter
          • Myrkur34 // 01.10.2022 à 06h31

            Cher ex-confrère de l’Hérault, vous ne pouvez pas d’office rejeter tous les articles du Monde ou de la presse française car appartenant à quelques conglomérats de milliardaires français ou non.
            Tenez, je vous donne un lien vers un site qui se « réjouissait « depuis plusieurs années en révélant la trame des relations internationales et des manipulations américaines et maintenant révèlent le fiasco de l’intervention russe et le pédalage dans la semoule de Poutine. Tout cela pour dire que les états sont tous et toujours des monstres froids. Bien sûr, la résistance ukrainienne de son armée et de son peuple est du pain béni pour les Usa, afin de renvoyer pour trente ans la Russie en seconde division. Mais comme on dit l’occasion fait le larron et les ukrainiens prouvent dans le sang que leur état et leur culture existent bien. Par contre, jamais un seul papelard du Monde et consorts pour savoir si les oligarques ukrainiens mettent la main à la poche pour soutenir leur pays..
            https://www.chroniquesdugrandjeu.com/

              +1

            Alerter
    • David D // 27.09.2022 à 09h52

      Et moi je prédis que les aïnous intégrés en Russie vont demander à Poutine de leur restituer l’île de Hokkaido que les japonais leur ont piqué. On peut aller loin comme ça.

        +4

      Alerter
    • Rémi // 30.09.2022 à 10h03

      La Chine a d’hors et déja compris que les marchés occidentaux sont morts.
      Paiement en monnaie de singe, Elle ne le maintient que pour son taux de chomage, mais souhaites depuis de longues années maintenant se réorienter vers son marché intérieur.
      Avec la Russie, elle a le moyen de faire sauter l’une des multiples dépendances de son industrie.
      Aprés le second point de contrôle est les composants:
      Corée du Sud et taiwan essentiellement. Soit ils arrivent à remplacer ces usines, soit ils les saisiront et ensuite, ils pourront de maniére quasi autarcique servir leur marché intérieur.
      L’analyse présentée montre que les USA avaient besoin de siphonner l’europe.
      Les USA financent l’OTAN, mais nombre de flux de dividendes leurs remontent depuis l’Europe et compensent largement. Par contre, cela montrent que les USA sont dans une situation si catastrophique qu’ils siphonnent l’Europe.
      Ils vont nous dépouiller puis s’avérer incapable de rétablir la ligne avec la Chine, mais je pense que le Pacifique continuera a jouer son rôle de fossé. Les USA n’auront pas les moyens de projeter suffisamment de force á travers le pacifique pour peser sur la Chine.

        +3

      Alerter
  • Urko // 27.09.2022 à 07h57

    Point de vue étonnant, notamment sur pourquoi les états unis contribuent bien davantage que les autres membres de l’OTAN à son budget : M. Marks a vraiment l’air de croire qu’il s’agit d’une organisation entre alliés égaux, et non pas d’un système de domination et de contrôle de l’Europe par les Etats Unis. Que les Européens l’ignorent ou veuillent l’ignorer, ok, mais si même des citoyens américains à peu près informés ne comprennent pas que l’OTAN reste une armée américaine équipée par les Américains et supplée par des vassaux n’ayant nulle voix au chapitre sauf pour permettre à des ambitieux de faire carrière… M. Marks semble tout autant persuadé que le conflit avec la Russie concerne d’abord les intérêts européens et il fait comme si les États-Unis unis n’avaient pas joué un rôle déterminant dans (voire recherché) son déclenchement et comme s’ils intervenaient pour aider l’Europe alors qu’ils ne défendent là que la vision de leurs propres intérêts et des leurs seuls, aux dépens des Européens d’ailleurs. Sans doute que l’Amérique, à force de justifier ses incessantes interventions armées sur la planète par des arguments vaguement messianiques, a fini par se duper elle même, qui sait ? M. Marks effleure malgré lui le sujet quand il dit que les États-Unis ont du mal à intégrer certaines réalités. A bien des égards, ils se comportent en effet en colosse aveugle et sourd qui écrase tout sur son passage en s’imaginant répandre le bien alors qu’il sème le chaos. Le reste de la planète commence à en avoir assez. Sauf les élites européennes pré sélectionnées par l’oncle Sam.

      +82

    Alerter
    • petitjean // 27.09.2022 à 14h50

      il est vrai que imposer la « démocratie » à coup de tapis de bombes, de torrent de napalm et autre nuage de défoliant, ça fait réfléchir……

        +27

      Alerter
  • eric // 27.09.2022 à 07h57

    « Jusqu’au 20 mai 2022, les États-Unis ont fourni ou engagé 54 milliards de dollars d’aide militaire au bénéfice de Kiev »
    A credit, il ne faudrait pas abuser de la gentillesse de tonton Sam…

    Article surprenant qui ne fait pas mention du fait que la politique belliciste de l’OTAN en Ukraine a rendu cette guerre inévitable du point de vue russe.
    Le résultat étant que les USA ont sacrifié leurs principaux alliés à savoir les pays européens (la construction européenne est une construction politique qui ne perdurera pas dans sa forme actuelle, il suffit de regarder la montee des partis rejetant les diktats europeens dans les suffrages) qui vont s’effondrer economiquement mais surtout socialement par manque d’approvisionnement energétique.

    Je ne suis pas convaincu qu’une alliance entre pays qui devront faire face à des troubles sociaux gigantesques sorte renforcé.

      +34

    Alerter
    • Alan // 27.09.2022 à 14h36

      Il n’y a jamais eu de politique belliciste en Ukraine et encore moins de l’OTAN : le seul pays qui est en guerre depuis plus de 30 ans avec tous ses voisins et même au delà, c’est bien la Russie (Tchétchénie, Géorgie, Transnistrie, Ukraine…). Au contraire, l’OTAN (et je dis bien OTAN) n’a engagé qu’une guerre depuis ses débuts. La Russie avait le choix, ne pas engager de guerre en 2014 contre l’Ukraine. Elle a fait ce choix inverse, c’est son choix à elle seule.
      Et si vous prétendez que c’est l’OTAN qui l’a poussé à faire cela, cela rend Poutine l’idiot manipulé de l’histoire puisqu’il se serait laissé entrainé dans une guerre inutile et néfaste pour son pays. Bref, choisissez pour Poutine entre un génie avec des idées expansionnistes (d’où ses guerres de conquête) ou un idiot manipulé.

        +5

      Alerter
      • Idomar // 27.09.2022 à 19h58

        Ha ha , que d’âneries !
        Les USA sont en guerre permanente depuis 1776 !
        Les Etats-Unis ont été en guerre 91% du temps de leur existence, et dans la majorité des cas ils sont à l’offensive.
        C’est le seul pays au monde qui a toujours une guerre sur le feu !

        George Carlin, humoriste, acteur et scénariste américain, sur le sujet :
        “Nous sommes un peuple de la guerre. Nous aimons la guerre parce que nous sommes très bons à la faire. En fait, c’est la seule chose que nous savons faire dans ce putain de pays: faire la guerre. On a eu beaucoup de temps de pratique et aussi parce que c’est sûr que nous ne sommes plus capables de construire une machine à laver ou une voiture qui vaille un pet de lapin”

          +35

        Alerter
        • Urko // 27.09.2022 à 20h49

          Oui les Américains l’ignorent mais ils sont bel et bien le peuple le plus guerrier et agressif que la terre ait jamais porté. De très loin, malgré une rude concurrence. Vous croyiez qu’il s’agissait du pays de Thanksgiving, de Mickey, de Woodstock, de E.T., du génal Thriller, du bondissant Michael Jordan, du naïf Forrest Gump ? Énorme erreur : tout cela, réel, masque un peuple dressé à une culture de violence, malgré lui. Le problème tient à ce que les états uniens eux-mêmes ne s’en rendent pas compte, hélas pour eux. Et pour nous. Un pitbull se prenant pour un labrador…

            +19

          Alerter
          • Cévéyanh // 29.09.2022 à 20h10

            Pour ce qui est de la culture de violence dans ce pays, savez-vous que dans certains Etats et écoles jusqu’à au moins en 2013, le châtiment corporel aux enfants est donné à l’aide d’un genre de pagaie en bois sur les fesses ? https://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2timent_corporel_scolaire_aux_%C3%89tats-Unis
            https://vimeo.com/81937105 (reportage de 2012 en anglais. vous pouvez avoir un aperçu du pagaie)
            https://www.oveo.org/les-punitions-corporelles-dans-le-systeme-scolaire-continuent-dans-19-etats-des-etats-unis%E2%80%A8/
            Certains enfants et adultes acceptent cette violence car cela les met dans le « droit chemin » (ou peut-être le refus de reconnaître la violence d’adultes qui devraient être protecteurs).

            La culture de violence est aussi exporté via l’acculturation chez d’autres pays et aussi européens : films, séries, livres. Vous aimez les films d’actions ? Regardez avec une autre perception comment des gens sont tués, blessés (« ce sont des méchants, ils le méritent »), généralement sans sourciller. Les personnages qui vacillent en tuant sont considérés parfois comme juste « des gens qui n’ont pas l’habitude ». Et quels sont les conséquences sur notre mental ? Acceptation peut-être de la violence car l’humain est intrinsèquement violent ?

              +5

            Alerter
      • Dominique65 // 28.09.2022 à 11h26

        « choisissez pour Poutine entre un génie avec des idées expansionnistes (d’où ses guerres de conquête) ou un idiot manipulé. » Non ! On n’est pas obligés de verser dans la pensée binaire des « élites » étasuniennes. Ne tombons pas tous dans le manichéisme de G Bush junior.

          +16

        Alerter
      • ness // 29.09.2022 à 14h49

        moi j’ai lu un livre déjà ancien mais fort instructif de daniele ganzer sur « les armées secretes de l’otan »… ça donne une idée de ce que l’otan fait depuis longtemps en europe de l’ouest
        ness

          +6

        Alerter
    • JnnT // 01.10.2022 à 16h05

      « Le résultat étant que les USA ont sacrifié leurs principaux alliés à savoir les pays européens »
      Oui et non. l’Allemagne est un concurrent économique de fait, la France jugée peu sûre malgré Macron. Donc, pas grave de les affaiblir. Mais les USA – leurs dirigeants – sont juste allés vers un gain à court terme contre la Russie. Le reste leur importe peu.

        +2

      Alerter
  • Jean // 27.09.2022 à 08h04

    Ce que cet article ne dit pas c’est que ces armes ne sont pas offertes par les USA mais vendues en leasing et qu’il faudra un jour les payer. Évidement l’Ukraine n’aura jamais la possibilité de s’acquitter de cette créance aussi son intégration à l’UE et la mutualisation des dettes européennes à venir permettra à tous les pays de l’UE de supporter le cout du bellicisme anglo-saxon. Il ne fait aucun doute, avec la mutualisation des dettes et la privatisation des profits, que les « démocratie médiatiques » européennes vont expérimenter une longue période de prospérité… comme promis par cette UE qui ne cherche, en dépit de l’ingratitude des peuples, qu’à faire notre bonheur.

      +51

    Alerter
    • RémyB // 27.09.2022 à 08h55

      bonjour, je vous cite Jean: « s’acquitter de cette créance  »
      je suppose que vous parlez plutôt de « dettes »
      bien cordialement,

        +2

      Alerter
      • Jean // 27.09.2022 à 18h26

        @RémyB,

        Non, il s’agit bien d’une créance détenue par les USA, qu’il faudra bien rembourser. Ils se serviront probablement sur ce qu’il restera de l’Ukraine… mais ils ne rateront pas l’opportunité d’endetter les pays de l’UE, au point de mettre un terme final à l’asservissement des peuples européens, si elle se présente. Que deviendront alors cette main d’œuvre inemployable et ces bouches affamées devenus inutiles ? Elles hurleront jusqu’à devenir le prétexte au franchissement d’une nouvelle étape du processus totalitaire.

          +11

        Alerter
        • RémyB // 27.09.2022 à 18h38

          après relecture, vous avez raison, c’est bien une créance us

            +3

          Alerter
        • Rémi // 30.09.2022 à 10h09

          La main d’oeuvre inemployable devra se vendre, physiquement et personnellement. Le sadisme est le stade ultime de la domination, nous y allons à grand pas.
          On dit les ukrainiennes jolies, oui, mais il en fadra beaucoup pour rembourser 54 milliards de dollars.
          La mutualisation n’apportera pas grand chose, la dette européenne est d’hors et déjà suffisante.

            +2

          Alerter
    • John // 27.09.2022 à 10h57

      Effectivement, ces armes les Ukrainiens ne pourront pas les payer.
      Les marchands d’armes vendent au comptant et les banques financent l’acheteur.
      L’acheteur étant peu fiable et ses ressources financières largement en-deçà des sommes en jeux, il est certain que les banques ont pris des garanties solides qui amputeront pour longtemps l’avenir du pays.
      Les ukrainiens (hormis peut-être ceux vivant près des frontières avec la Pologne, la Slovaquie et la Hongrie ) regretteront (d’ici quelques années) leur alliance avec les « démocraties » occidentales et la rupture avec leur allié naturel et proche culturellement.

        +19

      Alerter
      • vert-de-taire // 27.09.2022 à 14h32

        ***Effectivement, ces armes les Ukrainiens ne pourront pas les payer.***

        C’est oublier une des « réalités » de l’Ukraine mafieuse (encore plus depuis ques les bandit$ etat$unien$ l’ont braquée à coup$ (cout) de milliard$ bidon$) : un des plus grand trafiquant d’armes du monde …

          +10

        Alerter
        • john // 27.09.2022 à 20h10

          Je n’ai pas oublié mais la dette devra être payer par les contribuables ukrainiens et la vente des armes « disparues » ira en des mains privées et l’argent obtenu favorablement accueilli dans quelques paradis fiscaux.

            +5

          Alerter
          • vert-de-taire // 28.09.2022 à 08h48

            En effet, c’est une affaire d’oligarques.

            Mais JAMAIS les ukrainiens ne pourront payer.
            Avec quoi ?
            Privés des parties les plus productives et de loin (Est et sud), privés des riches terres accaparées par les ultra-riches mafieux etatsuniens.
            Il faudra une intervention du FMI avec de nouveaux prêts-prisons…
            et faire comme d’habitude : esclavagiser les populations …
            les faire cracher et les employer à enrichir les mêmes .. comme partout…
            Une féodalisation à l’échelle d’un pays.
            Comme cela est (encore plus que moins) en amérique latine, Philipines, ..
            et dans une mesure certaine UE.

              +7

            Alerter
            • JnnT // 28.09.2022 à 16h36

              l’Ukraine est riche par son agriculture, ses matières premières et sa population bien formée qui coûte moins cher que la chinoise. On peut se faire une vraie rente là-dessus. Suffisamment pour rembourser… en un siècle. D’ici là, des esclaves dociles, sauf ceux qui émigreront. Un vrai Far Est, ce pays ! Normal qu’il attire les cowboys.

                +2

              Alerter
    • Dominique65 // 28.09.2022 à 11h31

      « la mutualisation des dettes européennes à venir »
      Je trouve la prophétie un peu hasardeuse. Jusqu’à présent, la ligne opposée à cettte mutualisation tient bon. Certains pays du Nord risquent de préférer une sortie de l’UE à elle.

        +3

      Alerter
  • AntonioB // 27.09.2022 à 08h56

    Résumé: l’auteur s’inquiète que les Etats—Unis ne puissent atteindre une hégémonie globale et il estime que l’OTAN doit devenir une OTTE Organisation du Traité de la Terre Entière, avec les vassalités européennes amplifiant leurs dispositifs militaires pour aller soumettre les niakoués.
    USA über alles.

      +26

    Alerter
    • NIelsen // 27.09.2022 à 10h07

      L’auteur rejoint en un point majeur les constats de Poutine : le monde est devenu multipolaire et les USA ne peuvent plus prétendre à son leadership. Corolaires : les USA n’ont plus les moyens d’assumer à eux seuls la charge financière de l’OTAN et donc l’exclusivité de sa gouvernance. Ramo Marks n’extrapole pas politiquement au-delà de ce constat, mais la logique de celui-ci devrait le conduire à conclure à la folie des USA d’avoir tout entrepris pour pousser la Russie à entrer en guerre.

        +9

      Alerter
  • Dominique65 // 27.09.2022 à 09h09

    « la Russie constitue une menace bien plus immédiate pour les alliés européens que pour les États-Unis »
    La Russie, alliée à la Chine constitue une mrnace non pas pour les États-Unis, mais pour sa domination sur le monde. Quant à l’Europe (pardon, les démocraties européennes), elle ne constitue nulle menace. Considérant ses énormes réserves d’énergie qu’elle nous vendait peu cher, on n’aurait jamais dû suivre les anglo-saxons (et la Pologne – pays baltes) dans leur volonté de destruction de la Russie.

      +38

    Alerter
  • tchoo // 27.09.2022 à 09h37

    Que les plus fervents belligérants dans cette affaire soit les USA et le Royaume Unis (ou plutôt l’Angleterre) est symptomatique du but poursuivis. Ces deux pays sont loin du conflit, en distance pour les USA, du fait du statut d’ile pour l’Angleterre et ne risque pas grand chose si le conflit s’étend à toute l’Europe.
    Il est clair aujourd’hui qu’un conflit généralisé à l’Europe serait bien profitable aux yankees par la somme de destructions qui en découlerait et par l’activité de reconstruction qui en résulterait.
    Coup double pour les USA et ses laquais anglo saxons, qui musèlent l’Europe, concours a les destructions des pays la constituant et arriveront en sauveur ensuite, pour « aider » à la reconstruction.
    Pour eux les ukrainiens ne sont que de la chair à canon, et nous ne valons pas, a leur yeux beaucoup plus.
    Ils sont aidés dans cette entreprise par la trahison de la plupart des hommes politiques dirigeants nos pays et de nos journalistes qui sont chargés d’endormir le peuple

      +34

    Alerter
    • Micmac // 27.09.2022 à 12h03

      Je ne crois pas que les néocons ont vu si loin. Ils sont bien trop bêtes pour ça.

      Ils ont poussé la Russie à la guerre en pensant que les « sanctions », en particulier la coupure de SWIFT, la mettrait à genou. D’où révolte des Moujiks et « regime change »… En passant, vu ce qu’ont donné les « regime changes » en Irak, en Libye et ailleurs, c’est quand même une merveilleuse idée de tenter ça dans un pays fortement nucléarisé. Ça vous donne une idée du niveau de réflexion de ces tordus.

      C’est facile de connaitre leurs plans : la « Rand Corporation », le « Project For a new American Century » et autres officines diffusent publiquement le fruit de leurs subtiles cogitations. Tout est écrit noir sur blanc concernant leurs projets pour la Russie, y compris tout faire pour pousser la Russie à la guerre en Ukraine et la démolir par des sanctions. Et soyez sûr que les Russes les ont lu…

      Ça n’a pas marché, et tout nous revient en pleine poire. Mais ils sont trop stupide et arrogants pour revenir en arrière, ou même envisager qu’ils se sont planté. Ils en rajoutent donc, persuadés qu’ils sont que la Russie finira par s’effondrer… avant nous.

        +31

      Alerter
      • JLR72 // 29.09.2022 à 01h09

        J’abonde dans votre sens concernant les rapports de la Rand Corpo.
        J’ai lu un de leurs rapports datant de 2017 qui présentait les différentes stratégies de destabilisation de la Russie (dont un volet sur le marché énergétique). Chaque volet stratégique était associé à une analyse risque/bénéfices.

        Quant à nos élites, elles sont incompétentes. Elles en sont encore à nous dire qu’il suffira d’enfiler un pull chaud pour passer l’hiver. Elles n’ont toujours pas compris qu’une grave récession en Europe pointe son nez avec un pic possible en 2023. Cela nous montre le degré d’incompétence de ces gens là. Le plus grave c’est que quelques personnes (VDL, Borrell, Binde Zelensky, Macron) sont en train de nous conduire dans le mur et nous ne pouvons rien faire.

          +8

        Alerter
      • ness // 29.09.2022 à 15h04

        oui et je crois avoir lu cette analyse aussi dans le livre d’e todd « le déclin de l’empire americain », qui ne croit pas le deep state si malin que cela

          +0

        Alerter
  • David D // 27.09.2022 à 09h43

    Je ne sais pas si Ramon Marks est membre des Ramones ou des Marx Brothers, mais il y a des non-dits dans cet article. La guerre en Ukraine profite-t-elle oui ou non à l’industrie des armes, Lockheed Martin, etc. ? La guerre en Ukraine est bien évidemment aussi un racket du contribuable américain par Lockheed Martin et assimilés. Pourquoi ce n’est pas dit ? Ensuite, avant les Etats-Unis, ce sont les pays de l’union européenne qui ont perdu la guerre avec un triplé inflation-crise énergétique et instabilité de la monnaie transnationale. D’ailleurs, même si on revient acheter aux russes, les russes feront forcément et définitivement des prix différents selon qu’il s’agit d’européens traîtres ou d’alliés asiatiques, donc problème de compétitivité et d’industrialisation pour l’Europe. L’auteur parle du coût de l’aide à l’Ukraine, non partagé par les autres membres otaniens. Mais, depuis 2014, les sanctions et contre-sanctions c’est les USA ou l’UE qui prend la plus grosse charge sur la figure ? Ils sanctionnent vraiment, les USA ? Et l’intérêt d’aider l’Ukraine il est partagé par tous les pays de l’Otan ? Quel bel hypocrite !

      +26

    Alerter
  • Cosak // 27.09.2022 à 10h09

    Impressionné par la participation conjointe des forces militaires indiennes et chinoises*, la Turquie qui veut rejoindre l’OCS. Les choses bougent, l’hégémonie américaine se disloque.
    Biden, von der Leyen, Zelensky peuvent s’agiter. En vain
    *https://fr.euronews.com/2022/09/06/exercices-militaires-et-forum-economique-moscou-soigne-ses-relations-avec-ses-allies

      +7

    Alerter
  • Savonarole // 27.09.2022 à 11h12

    Un jours, il faudra faire comprendre aux ricains que faire crever la jeunesse d’un autre pays en les jetant sous les chars et les obus de leurs adversaires à eux pour leurs interêts à eux : c’est tout sauf « une aide ».
    La démographie Ukrainienne c’était déjà pas follichon avant ; je veux pas voir la tronche de la bavure après.

      +13

    Alerter
  • strategy // 27.09.2022 à 14h06

    Jamais le $ us n’a été aussi haut et jamais les industries de la défense américaines n’ont vendu autant d’armes un peu partout dans le monde s’installant dans des marchés qui étaient depuis longtemps des clients de l’industrie russe et je pense surtout a l’Inde.

    Quand le chat n’est plus la…les souris dansent. Il suffit de regarder ce qui se passe dans des pays comme l’Armenie et les autres pour assister a la renaissance des conflits frontaliers, un héritage de l’ère soviétique.

    Rien ne va comme l’espérait Vladimir Poutine, la campagne militaire russe est un désastre.

    La mobilisation va envoyer des troupes considérables, mal équipées, mal encadrées avec des doctrines militaires pas adaptées qui vont être litéralement massacrées et ceci dans un pays ou la démographie est terrible.

    Les 2 grands gagnants de ce conflit seront les USA et la Chine qui pousse ses pions dans le ex républiques de l’ex URSS en Orient. Le grand perdant la Russie.

    Le premier ministre russe a demandé une diminution de 10 % de toutes les dépenses sauf les pensions et le secteur militaire.

    Au mois d’Aout la Russie a pour la première fois un déficit budgétaire.

      +1

    Alerter
    • JPP // 27.09.2022 à 17h24

      Dans une guerre on sait qui a gagné quand la guerre est terminée et pas avant.
      Et a priori la semaine prochaine les territoires russophones sous contrôle russe devraient être définitivement rattachés à la Fédération de Russie qui dès lors pourra déclarer une vraie Guerre à l’Ukraine.
      Nous sommes en Automne et en Ukraine il commence à neiger et la rapoutitsa se manifeste.
      Parmi les renforts russes des réservistes (donc des militaires assez entrainés, puisque le système russe fait tourner systématiquement tous ses combattants) rappelés arrivent déjà sur les fronts.
      Côté ukrainien, pour qu’ils réussissent il faudrait qu’ils soient capables de monter de vrais corps de batailles valables
      en hommes et équipements mais surtout avec un soutien aérien massif et un commandement capable de gérer ces énormes masses de manoeuvre pour des offensives à fortes pertes sur des terrains en grande partie à découvert.
      Nous serons tous fixés dans un proche avenir. Et beaucoup de jeunes hommes vont mourir pour rien.
      Il suffisait d’appliquer les Accords de Minsk.pour que tout cela ne soit pas arrivé.

        +21

      Alerter
      • strategy // 27.09.2022 à 18h40

        https://www.youtube.com/watch?v=kTUu2fU679U&t=1168s

        Je me suis trompé sur la carte…voici la carte en français, celle que j’avais indiqué est en anglais, mais plus récente et indique l’encerclement de la ville de Lyman.

        Jugez par vous-même.

          +1

        Alerter
        • JPP // 27.09.2022 à 20h02

          La carte citée est du 23/09 et nous sommes déjà le 27/09. Tout évolue vite et il faut aussi tenir compte des infos venant du côté militaire russse.
          Mais quoi qu’il arrive, le vrai but de cette guerre n’est pas l’Ukraine qui n’est qu’un prétexte et un simple champs clos de bataille entre USA/OTAN et RUSSIE, mais l’effondrement définitif de la Russie suivi de son dépeçage et saisie de ses immenses richesses, objectif Anglo US depuis 100ans, rethéorisé dans les années 1990, engagé lors de l’effondrement soviétique de 1991, stoppé par Poutine vers 2000 remis en route en 2019 après les premières sanctions de 2014.
          La Russie joue donc en ce moment sa survie. Il parait alors peut probable qu’elle abandonne aux mains des Ukrainiens ses soldats et surtout les populations des territoires russophones qu’elle va intégrer définitivement. La France n’a rien à gagner et beaucoup à perdre dans cet affrontement qui ne nous concerne pas du tout. Notre Hiver va être très difficile

            +11

          Alerter
          • strategy // 27.09.2022 à 20h59

            Depuis le 23/09 je ne pense pas que la direction générale se soit modifiée. Lyman est encerclée depuis ce matin. Les infos de la carte anglophone sont a jour.

            Cette mobilisation, si je crois ce que lis et j’écoute ramasse un peu tout le monde, dans la plus grande confusion.

            Former des militaires ou les reformer, les entraîner aux fonctionnements d’armes qu’ils ne connaissent pas ou plus, assurer l’armement, la logistique, s’occuper des blessés,les intégrer dans des unités ne se fait pas en 6 mois.

            J’avais des doutes sur les chiffres annoncés par l’Ukraine pour les pertes russes, plus de 50.000 tués ce qui veut dire 120.000 blessés sur 260.000 hommes. Quand on m’annonce une mobilisation de 300.000 hommes on peut imaginer que des groupes de combat russe sont totalement décimés, que l’on tente de boucher les trous, ce qui explique en partie l’effondrement en une semaine dans le nord-est.

            La DPR a publié ses chiffres fin Juillet sur 26.000 hommes, plus de 5500 tués, plus de 11.000 blessés, un bilan style guerre 1914-1918.

            C’est la doctrine militaire russe qui est en cause, la centralisation, le manque de délégation sur le terrain, la découverte de matériels et d’engins disons médiocres, l’absence de l’aviation incapable d’éliminer les forces aériennes de l’Ukraine, les réseaux de radars, les défenses anti-aériennes. ceci ne se corrige pas avec plus de viande…

            Depuis le 23/09 je ne pense pas que la direction générale se soit modifiée. Lyman est encerclée depuis ce matin.

            Cette mobilisation, si je crois ce que lis et j’écoute ramasse un peu tout le monde, dans la plus grande confusion.

            Former des militaires ou les reformer, les entraîner aux fonctionnements d’armes qu’ils ne connaissent pas ou plus, assurer l’armement, la logistique, s’occuper des blessés,les intégrer dans des unités ne se fait pas en 6 mois.

            J’avais des doutes sur les chiffres de l’Ukraine pour les pertes russes, plus de 50.000 tués ce qui veut dire 120.000 blessés sur 260.000 hommes. Quand on m’annonce une mobilisation de 300.000 hommes on peut imaginer que des groupes de combat russe sont totalement décimés.
            [modéré]

            Quand on en est arrivé a acheter des drones a l’Iran et a acheter des munitions a la Corée du Nord peut-on parler d’imprévoyance, d’une sous-estimation généralisée de l’adversaire, de ses moyens, de sa capacité de résistance ? De la faillite du renseignement..?…De sabotage organisé…de trahison…?..sans oublier la corruption.

            Intégrer définitivement ? La prochaine étape..?…Une bombe atomique sur Kiev ?

              +2

            Alerter
            • JPP // 27.09.2022 à 21h54

              En matière militaire nucléaire il faut bien distinguer le concept initial de dissuasion stratégique en tout ou rien par la Terreur universelle (Poutine a dit dans que dans cas personne ne gagnerait et tout le monde y perdrait) et le nucléaire militaire tactique apparu bien plus tard quand on a pu miniaturiser les petites bombes. Il faut rajouter à cela les bombes à neutrons très propres qui ne détruit que le biologique (il faut des murs de paraffine pour s’en protéger) et respecte le matériel. Une bombe atomique sur Kiev serait politiquement contre productive (pour le fun: une petite bombe atomique sur la rade de Brest vide la rade et expédie les bateaux dans les collines et une bombe atomique assez modeste sur Paris donne 500000 morts immédiats par effet bombe
              d’ autres meurent dans la semaine et il n’y a ensuite plus d’eau disponible contaminée directement par les nucléides poussières ou après usage pour décontaminer les contaminés. Je ne sais pas si actuellement on a bien conscience du problème auquel on participe. Au maximum de l’affaire de Cuba tous les bombardiers stratégiques étaient en l’air, et toutes les fusées terrestres et sous marines prêtes à partir. Touy cela pour faire déménager des fusées pour Cuba et en Turquie?
              Les hommes sont de grands enfants !!!

                +2

              Alerter
    • Savonarole // 27.09.2022 à 17h49

      Les armes , ça se mange pas. Les dollars non plus. Les républiques de l’URSS n’etaient pas en guerre les unes contre les autres , enterrer la Russie parce qu’ils avaient perdu Moscou ça s’est finit sur la Berezina. Un americain sur deux voit une guerre civile dans les dix ans selon Forbes , et les Chinois doivent encore sortir de la plandémie et de leurs bulles financières/Immo…
      On doit pas vivre dans le même monde … déconnècte du metaverse , please.

        +2

      Alerter
      • strategy // 27.09.2022 à 17h59

        Une guerre civile aux USA…une deuxième ? Rien de ceci ne se passera Forbes ou pas. Les ex républiques de l’ex URSS ont des frontières qui ne ressemblent a rien et surtout il y a des revendications géographiques qui recouvrent la récupération de territoires riches en gaz, pétrole, minéraux.

        Ces républiques n’étaient pas en situation de conflit parce qu,elles faisaient partie de l’URSS. Dans cette partie du monde la rôle de la Chine est clair soit remplacer la Russie.

        Les revendications territoriales dans ces régions sont partout incluant les revendications de l’Azerbaidjan sur une partie du territoire de l’Iran

          +0

        Alerter
        • Hiro Masamune // 27.09.2022 à 20h31

          « A third wolrd country with a Gucci Belt. » Avez vous déjà entendu l’expression ?
          Une guerre civile comme la première : sans doute pas. D’ailleurs il ne fait que citer un article, mais force m’est de constater que la situation interne des USA n’est pas une cinécure non plus. Le dollar est fort mais jusqu’à quand ? La FED a monté plus vite et plus fort que les autres , soit , la question est : à quel prix ? Vous parliez plus haut d’un deficit structurel pour la Russie en Aout , bien , depuis quand les USA sont en déficit structurel ? Paille & poutre , c’est biblique pas que dans les proportions. Quand au reste … ha le reste … misère , je sais même pas par où commencer et j’ai sans doute pas assez de place pour tout lister… tiens c’est la saison des ouragans … Bref : A Phoquingue souerd ouworldeu countrils.
          Allez , je vote pour un coup d’état militaire, après tout , la Gucci Belt de l’expression c’est sans doute leur force militaire de luxe. 😉 😉 😉 :op

            +7

          Alerter
  • azuki // 27.09.2022 à 15h49

    Les USA se contrefoutent de l’Ukraine en tant que telle, et encore plus de sa population. Par contre ce qui les intéresse c’est de devenir maître du Monde gniak gniak.

    Et si tout ne va pas comme ils veulent, il ont considérablement renforcé leur position pour baise^h^h^h^h^h contrôler l’UE et «l’axe du bien» en général. Le jour où les gens comprendront que les US n’ont pas d’alliés mais que des zones d’achalandise…

    bref ils continuent le Grand Jeu avec comme moyen le contrôle de l’énergie, comme action le «government change», la guerre et le chantage, pour terraformer le Monde à leur convenance.

    Au passage il ne font pas la guerre «gratuitement» et font payer leur victimes, ils sont en train de prendre à grande échelle le contrôle des terres agricoles Ukrainiennes. Les multinationales US sont des plaies béante dans la démocraties et dans la paix, et pas que en Amérique dite Latine. Ce pays est une calamité au sens fort du terme.

      +6

    Alerter
    • ness // 29.09.2022 à 15h21

      mitterand l’avait dejà dit a gm benhamou qui l’a retranscrit dans son livre: »la France ne le sait pas,mais nous sommes dans une guerre…vitale…permanente…économique avec l’Amerique….Oiu ils sont voraces les americains,tres durs,ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde.C’est une guerre inconnue et pourtant une guerre à mort »
      nos jeunes dirigeants inexpérimentés et incomptétents feraient bien de s’inspirer des anciens politiques qui connaissaient l’histoire et la diplomatie

        +4

      Alerter
  • David // 27.09.2022 à 20h44

    Les USA ont déjà perdu… Pas vraiment, ils sont plutôt en train de gagner puisqu’ils separent la Russie du reste de l’Europe. Bref l’usine vs l’énergie.
    Le cours du dollar est très parlant… Ils viennent de remettre à sa place l’Allemagne qui se prenait pour un bœuf économique mais n’est qu’une grenouille politique.
    L’excedent commercial de l’UE sera bientôt un vieux souvenir . Le pire c’est que nos élites poussent en faveur de notre propre suicide matériel. Ils doivent croire que c’est temporaire… Cruelle erreur

      +17

    Alerter
  • Alain // 28.09.2022 à 10h02

    Pas du tout, les perdants quoi qu’ils arrivent sont les Européens dont l’économie commence à s’effondrer. Ils ont prouvé à la Russie qu’ils n’étaient pas des partenaires fiables et ne pourront donc pas renouer avec elle et les USA ne pourront pas combler le vide car on commence à voir les premiers signes que leur production énergétique n’est pas supérieure à leurs propres besoins et ils prendront bientôt des mesures anti-exportation pour ne pas se retrouver eux-mêmes en difficulté.

    Les Américains ont déjà partiellement gagné en affaiblissant durablement leur principal concurrent, l’UE

    La Russie a ouvert les yeux et vu que son avenir n’était pas à l’ouest et s’est réorientée vers l’Asie

      +8

    Alerter
    • calal // 28.09.2022 à 13h51

      https://www.euronews.com/2022/09/27/baltic-pipe-norway-poland-gas-pipeline-opens-in-key-move-to-cut-dependency-on-russia

      un pipeline reliant les gisements de gaz de norvege allant vers la pologne a ete inaugure dans le meme temps que les deux pipes russes ont ete detruits. D’apres certains « alt rights » anglosaxons, il s’agit de contraindre l’allemagne a achete du gaz a la pologne via ce baltic-pipe. C’est donc bien nous,consommateurs d’une energie dont le prix va augmenter en meme temps que le nombre d’intermediaire, qui allons financer tout ce conflit en ukraine.

      Allez travailler plus pour gagner plus pour pouvoir payer votre chauffage et tous les intermediaires dont zelensky …

        +5

      Alerter
      • JPP // 28.09.2022 à 16h31

        Pipelines russes détruits c’est trop fort, endommagés certainement. Des tuyaux d’acier se réparent ou se changent sans problèmes majeurs même 100m de profondeur. Les moyens et les personnels existent il suffit de le décider.
        Il serait d’ailleurs assez piquant que les Russes annoncent qu’ils engagent les études de terrain pour ces réparations.

          +2

        Alerter
        • Hiro Masamune // 28.09.2022 à 20h30

          Pour l’instant, le seul truc engagé par la Russie c’est une demande d’enquète devant l’ONU.
          Sont prudents les Russes, peut ètre un poil trop tatillions en façade …
          Dans la vrai vie, ils sont sans doute en train de planifier ce qu’il est possible de faire, mais un pipe rempli d’eau de mer, ça va demander du boulot…
          C’est un sale coup pour eux vu que ça les prive d’un gros levier de négotiation sur les schleus.
          C’est un sale coup pour les schleus aussi, mais à termes, je crois surtout que ça va prouver les limites de l’UE et revenir en mode boomrang dans la tronche des instigateurs de la bavure.
          C’est juste idiot. Et les idiots ne gagnent pas les guerres.

            +6

          Alerter
          • calal // 28.09.2022 à 21h43

            non,les russes ne font pas que demander une enquete d’apres zerohedge
            https://www.zerohedge.com/geopolitical/us-urges-increased-vigilance-eu-bound-lng-tankers-after-nord-stream-sabotage

            il y aurait des drones (les memes drones kamikazes iraniens employes en ukraine,a odessa?) qui survoleraient les plateformes d’extraction gaziere de la norvege,d’ou sortira le gaz du gazoduc baltic nouvellement inaugure.

            l’engrenage, l’escalade est lancee: si la pologne continue de titiller les russes (possibilite de participation au sabotage des gazoducs russes,possibilite de presence de polonais sur le sol ukranien etc) ,l’otan va etre implique

              +2

            Alerter
        • Pierrot // 29.09.2022 à 11h45

          D’après des sources gouvernementales, le quotidien allemand Tagesspiegel a rapporté que les pipelines seraient bientôt définitivement inutilisables. Ils devraient être totalement remplis d’eau de mer dimanche prochain, eau qui leur causera rapidement de la corrosion.

          D’autre part, il serait étonnant que les Russes engagent des dépenses supplémentaires pour recommencer à fournir un client qui a démontré son manque de fiabilité. D’autant plus qu’en dehors des importations de gaz, les embargos décidés par les États-Unis et l’UE concernent aussi les assurances et la fourniture et le transport de certains éléments nécessaires à la remise en route des pipelines. Par ailleurs, comme la construction du Nord Stream 2 subissait déjà des sabotages avant le conflit ukrainien, il est peu probable qu’on laisse aujourd’hui les Russes et les sociétés occidentales impliquées effectuer les réparations.

            +2

          Alerter
          • JPP // 29.09.2022 à 13h12

            Le gros problème à venir si le sabotage est du côté atlantiste c’est le début d’une guerre sous marine destructrice sur de nombreuses liaisons sous marines. Déjà durant la Guerre froide il semble bien que des combats entre sous-marins se soient passés.

              +1

            Alerter
            • Pierrot // 29.09.2022 à 18h54

              Le gros problème qu’on a déjà, ce sont les suspicions au sein même des pays de l’OTAN.

              Il apparaît que les actions engagées cette année ont déjà touché certains pays d’UE bien plus que la Russie. Et des pays comme la Pologne semblent vouloir prendre l’ascendant sur l’Allemagne, notamment vis-à-vis des États-Unis.

              De plus, assez bizarrement, l’ancien ministre et eurodéputé polonais Radek Sikorski a adressé ses remerciements aux États-Unis suite à l’annonce des explosions sur les Nord Stream 1 et 2, lesquelles sont par ailleurs survenues au moment où l’on inaugurait le pipeline polonais.

              Les tensions internationales exacerbées par ces événements pourraient donc bien plus rappeler ceux de la Seconde Guerre Mondiale que ceux de la Guerre Froide.

              Quant à la Russie, on lui a assez prouvé qu’il y avait quelque chose de pourri à l’Ouest pour qu’elle s’en désintéresse définitivement.

                +3

              Alerter
        • Pierrot // 29.09.2022 à 12h21

          Les garde-côtes suédois auraient détecté une quatrième fuite de gaz sur le Nord Stream.

          Avant cela, les Russes avaient évalué la durée des réparations à plus de six mois, si elles étaient décidées. Compte tenu de la possibilité que les pipelines soient régulièrement sabotés par la suite, l’espoir de les revoir fonctionner un jour est plutôt mince.

          Quoi qu’il en soit, les Allemands sont aujourd’hui privés du gaz russe bon marché nécessaire à leurs industries et à leurs populations, pour un bon moment, sinon définitivement.

            +6

          Alerter
          • JPP // 29.09.2022 à 15h34

            Pour évaluer les dégats de façon fiable il faudrait au final procéder à des examens optiques sur place. A moins d’avoir déjà mené secrètement ces examens sous marins, les Russes
            ne peuvent donner que des estimations de dépose-pose dérivés des planings établis lors des opérations de pose.

              +0

            Alerter
            • Pierrot // 29.09.2022 à 18h26

              Il s’agissait juste d’une estimation « à la louche », pour indiquer que le problème ne pourrait pas être réglé pour cet hiver.

                +2

              Alerter
      • Alain // 02.10.2022 à 07h21

        Si ce n’est que la Norvège ne peut pas augmenter sa production et est à son maximum, elle n’a donc pas de gaz pour un nouveau client ou augmenter ses fournitures à l’un d’eux sauf à réduire ses fournitures aux autres

          +2

        Alerter
  • JnnT // 28.09.2022 à 16h49

    Ce qui me sidère : la détermination de Macron à aller dans le sens imposé par les USA alors que c’est suicidaire pour la France.

    Mais plus encore le néant de toute opposition à cette guerre dans la classe politique. Nous faisons sur le terrain la guerre à la Russie et PERSONNE pour demander un débat au parlement.
    [modéré]

      +13

    Alerter
    • Freddi // 28.09.2022 à 17h45

      Bonjour,
      Je pense que beaucoup de personnes dont des politiques ne sont pas forcément pro-guerre.
      Néanmoins, on voit bien qu’aucun ne veut prendre le risque de l’évoquer sous peine d’un énorme bashing des médias mainstream (radio France, LCI, BFM, Arte, etc..)
      On l’a un peu vu récemment avec Ségolène Royal.

        +9

      Alerter
      • Savonarole // 29.09.2022 à 16h52

        Au bout d’un moment , il va falloir que ce soit les politiques qui bashent les médias … en quoi les médias sont légitimes pour décider qu’une opinion politique est plus valide qu’une autre ? Quel texte de loi les a nommé flics-procs-juges-matons des élégances ?
        Ils sont censés avoir une certaine reserve et ne pas montrer leurs partis-pris … censés , mais ils ne le font pas. Alors messieurs dames les politiques : quand un média vous emmerde , enlévez vos gants de velours, passez vos mitaines en cotte de maille et distribuez les soufflets aux impédants , ils le méritent.

          +5

        Alerter
        • RV // 29.09.2022 à 20h43

          @ Savonarole // 29.09.2022 à 16h52
          la « légitimité » ? non, le « rapport de force » !

            +1

          Alerter
  • calal // 29.09.2022 à 13h38

    C’est le contraire: les etats unis ont gagne et c’est l’europe qui aura perdu de toute facon.

    les etats unis gagnent principalement parce qu’ils n’ont rien a perdre dans cette histoire tant que la guerre nucleaire n’est pas la: les hommes sacrifies,les milliards depenses,les materiels gaspilles ,ils s’en footent car ils peuvent les faire payer par les contribuables soit americains soi du reste du monde par le privilege du dollar

    Les russes peuvent perdre des hommes du materiel etc mais ils peuvent aussi gagner s’ils atteignent leurs objectifs ce qui est possible.

    L’europe prise dans son ensemble va perdre quoiqu’il arrive. De combien va t elle s’appauvrir en population ,en pouvoir d’achat, en capacite de production c’est ca qui est en suspens. Et aussi qui conservera le pouvoir dans les differents pays europeens…

      +3

    Alerter
  • alexandre clément // 30.09.2022 à 07h13

    Article extrêmement faible. Il oublie d’intégrer ce qui s’est passé à Prague lors d’un Forum des Free Nations of Russia, financé par le National Endowment for Democracy, c’est-à-dire la CIA. Il s’agissait de parler du démantèlement futur de la Russie qui serait divisée en plusieurs nations indépendantes, ce qui permettrait aux Etats-Unis de mettre la main sur le gaz et le pétrole russe, comme ils ont mis la main sur les terres agricoles ukrainiennes. avec les sabotages américains en Mer Baltique, cela prouve qu’ils ne vont pas lâcher l’affaire et probablement ils vont trouver un prétexte pour que l’OTAN déclare la guerre à la Russie. Car sans engagement direct de l’OTAN – pour l’instant l’engagement est furtif – les Ukrainiens ne peuvent pas gagner la guerre. C’est évidemment ç qui fait le plus peur parce que ça veut dire ensuite l’usage de bombes nucléaires dites tactiques.
    https://ingirumimusnocte2.blogspot.com/2022/09/la-troisieme-guerre-mondiale-est-deja.html

      +4

    Alerter
  • yannos // 30.09.2022 à 10h22

    de plus en plus de gens détestent les USA en Europe.
    On voyait aux infos il y a quelques années, des iraniens, des irakiens, des lybiens bruler des drapeaux américains, je pense qu’on verra ce genre d’images en Europe et en France d’ici peu.
    La destruction du gazoduc est une erreur que les américains finiront par payer cher.
    Sauf que avant cela, l’Europe et la France seront ruinés avec les conséquences qu’on peut imaginer.

      +2

    Alerter
  • Christian Gedeon // 04.10.2022 à 18h06

    Bonne Mère! Sur quelle planète vit l’auteur de cet opuscule? Moi je vois l’lnde et la Chine drôlement frileux depuis début septembre. La Chine s’est abstenue au dernier vote du Conseil de sécurité. Le plus drôle est la référence à l’Arabie saoudite. Sérieusement? Cet article est affreusement peu sérieux. Les convictions c’est bien. Les interprétations en fiction , bof.

      +0

    Alerter
  • JPP // 05.10.2022 à 11h49

    Ce qui me frappe actuellement sur les chaines de (dés)information genre LCI c’est l’étonnante désinvolture avec laquelle est traitée l’éventualité d’une confrontation nucléaire. Et les déclarations tonitruantes politiques ou militaires des deux camps n’arrangent pas les choses. A l’époque de la Guerre Froide la Terre entière avait conscience de ce que signifiait vraiment la solution finale atomique et lors de l’affaire de Cuba personne ne rigolait.
    Une autre chose très inquiétante est que toute personne sensée osant évoquer la recherche nécessaire d’un compromis aboutissant à la Paix est immédiatement vouée aux Gémonies. Ainsi Elon Musk qui a appporté aux Ukrainiens de formidables moyens de communication pour leur guerre, se voit maintenant insulté par ces mêmes ukrainiens.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications