Les Crises Les Crises
1.septembre.20221.9.2022 // Les Crises

Sanctions économiques : une arme contre-productive et profondément déstabilisatrice

Merci 134
J'envoie

Plus que jamais, les sanctions économiques provoquent des chocs mondiaux d’une force inouïe et sont plus faciles à contourner.

Source : FMI, Nicholas Mulder

Jamais depuis les années 30 une économie de la taille de la Russie n’a été soumise à un tel arsenal de restrictions commerciales que celles imposées en réaction à son invasion de l’Ukraine. Mais contrairement à l’Italie et au Japon des années 30, la Russie d’aujourd’hui est un grand pays exportateur de pétrole, de céréales et d’autres produits de base essentiels, et l’économie mondiale est beaucoup plus intégrée. Les sanctions actuelles ont par conséquent des répercussions économiques mondiales d’une envergure inédite. Leur ampleur devrait inciter à remettre en question le recours aux sanctions comme un outil stratégique efficace avec de fortes incidences économiques mondiales.

Les sanctions ne sont pas la seule source de turbulences dans l’économie mondiale. Les prix de l’énergie augmentent depuis l’année dernière, tandis que la reprise économique après la pandémie se heurte à des chaînes d’approvisionnement surchargées. Les prix des denrées alimentaires dans le monde ont augmenté de 28 % en 2020 et de 23 % en 2021, et bondi de 17 % rien qu’entre février et mars de cette année. La guerre a aussi directement porté atteinte à l’Ukraine, dont les ports sur la mer Noire sont fermés en raison des combats, immobilisant ses exportations de blé, de maïs, d’huile de tournesol et d’autres marchandises.

Cette perte d’approvisionnement en provenance d’Ukraine a des effets amplifiés par deux chocs encore plus forts : les sanctions imposées à la Russie par 38 gouvernements d’Amérique du Nord, d’Europe et d’Asie, et les mesures adoptées en conséquence par les entreprises et les banques du monde entier. Ce barrage de restrictions juridiques, commerciales, financières et technologiques a, d’une part, considérablement entravé l’accès de la Russie à l’économie mondiale et, d’autre part, abondamment élargi la gamme de produits en provenance de ces deux pays qui ne parviennent plus à atteindre les marchés mondiaux. Les sanctions draconiennes contre la Russie se sont greffées à la crise mondiale des chaînes d’approvisionnement et aux perturbations du commerce ukrainien dues à la guerre pour provoquer un choc économique d’une puissance inouïe. Des sanctions supplémentaires sur les exportations russes de pétrole et de gaz amplifieraient encore ces effets.

Une autre catégorie

Un regard sur l’histoire économique du siècle dernier met encore plus en lumière l’envergure des sanctions contre la Russie. Les régimes de sanctions les plus stricts de la période de la guerre froide, notamment les sanctions de l’ONU et de l’Occident contre la Rhodésie (aujourd’hui le Zimbabwe) et contre l’Afrique du Sud de l’époque de l’apartheid, ou les sanctions américaines contre Cuba et l’Iran, ne visaient pas de grandes économies. Un certain nombre de régimes de sanctions actuellement en vigueur sont plus stricts que ceux visant la Russie, en particulier ceux contre l’Iran, la Corée du Nord et le Venezuela, mais ces pays ont beaucoup moins de poids dans l’économie mondiale et le commerce international.

Les sanctions contre la Russie ont une incidence qui relève d’une tout autre catégorie. La Russie est la 11e économie mondiale, et son rôle de principal exportateur de produits de base au sein des pays émergents lui confère une position structurellement incontournable. Parmi les pays avancés, seuls les États-Unis, le Canada et l’Australie ont une empreinte comparable sur les marchés mondiaux de l’énergie, de l’agriculture et des métaux. En outre, depuis la fin de la guerre froide, plus de deux décennies d’intégration approfondie ont fait de la Russie une économie très ouverte, dont le ratio commerce/PIB est de 46 % selon les données de la Banque mondiale. Parmi les sept plus grands pays émergents, seuls le Mexique et la Turquie ont présenté des ratios plus élevés en 2020 (78 % et 61 %).

Au siècle dernier, les années 30 ont été la seule décennie offrant un précédent de sanctions contre un État d’un poids similaire dans l’économie mondiale. Dans les six semaines qui ont suivi l’invasion de l’Éthiopie par Benito Mussolini, en octobre 1935, la Société des Nations a élaboré un train de sanctions contre l’Italie, huitième économie mondiale, qui a été mis en œuvre par 52 des quelque 60 États souverains du monde à cette époque-là (Baer, 1976). Ces mesures comprenaient un embargo sur les armes, un gel des transactions financières et l’interdiction d’exporter un certain nombre de matières premières cruciales à la production de l’effort de guerre. Mais la mesure la plus déterminante a été l’interdiction de toute importation en provenance d’Italie, rendue possible, car, étant donné le déficit structurel du compte des transactions courantes italien, elle nuisait davantage à l’Italie qu’aux États qui l’imposaient.

Guerres de conquête

Entre octobre 1935 et juin 1936 en Italie, la production industrielle a chuté de 21,2 %, tandis que dans les cinq premiers mois de sanctions, les exportations se sont effondrées de 47 % avant de se stabiliser aux deux tiers environ de leur niveau préalable. L’interdiction par la Société des Nations de toute importation en provenance d’Italie a fait grimper les prix internationaux des denrées alimentaires telles que la viande, les fruits et le beurre, ainsi que des matières premières et des produits manufacturés comme la laine, les textiles et les articles de maroquinerie. Fondamentalement, les sanctions n’ont pas empêché l’Italie de conquérir l’Éthiopie, en grande partie parce que les États-Unis et l’Allemagne, première et troisième économies au monde, n’étaient pas membres de la Société des Nations et n’ont pas adhéré au régime de sanctions. En conséquence, l’Italie a continué d’importer du charbon et du pétrole (Ristuccia, 2000) et a réussi à surmonter huit mois de graves difficultés.

Le Japon était la septième économie mondiale à la fin des années 30 et un État commercial encore plus ouvert que l’Italie. Entre l’été 1939 et août 1941, une coalition de plus en plus vaste d’États occidentaux cherchant à limiter sa guerre de conquête en Chine lui a imposé des sanctions qui ont progressivement diminué le nombre de ses partenaires commerciaux disponibles (Maddison, 2006). Le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale a poussé l’Empire britannique et ses colonies et dominions d’Asie et du Pacifique (Inde, Australie, Nouvelle-Zélande et Canada) à restreindre leurs exportations de matières premières stratégiques pour les utiliser en priorité à l’intérieur de l’Empire.

À la fin de la décennie, le Japon était donc encore plus dépendant qu’auparavant des importations de matières premières (en particulier, pétrole, minerai de fer, cuivre et ferraille) en provenance de la plus grande économie du Pacifique restée neutre: les États-Unis. En réaction aux conquêtes japonaises de 1940 et 1941, les États-Unis ont progressivement intensifié leurs mesures économiques jusqu’à finir par imposer un embargo pétrolier total, de concert avec l’Empire britannique et les Pays-Bas. Ils ont également gelé les réserves en yen détenues aux États-Unis (Miller, 2007). À la fin de l’année 1941, le commerce du Japon avait chuté de 20 à 25 % en seulement 18 mois. Face à une disparition de son accès aux principales importations, le Japon a attaqué les États-Unis et les colonies européennes d’Asie du Sud-Est pour obtenir les matières premières dont il avait besoin afin d’alimenter sa machine de guerre. Alors que l’Italie avait été frappée de plein fouet par les embargos contre ses exportations, qui limitaient sa capacité à obtenir des devises, le Japon a été plus durement touché par un gel des avoirs étrangers et une interdiction d’obtenir des importations vitales en provenance du seul grand partenaire commercial qui lui restait.

Conjoncture mondiale

Le choc de la crise de 29 a fortement érodé la confiance et la coopération qui soutenaient la stabilité politique internationale. Les guerres commerciales ont dégénéré en conflits diplomatiques, instaurant une tendance à la constitution de blocs politiques et économiques. Il incomba à la Société des Nations, en tant que garante de l’ordre établi après la Première Guerre mondiale, d’appliquer des sanctions contre les États menaçant la paix internationale. Ces sanctions ont montré que les puissances occidentales conservaient un poids considérable dans l’économie mondiale. Mais compte tenu du contexte défavorable de la crise et du manque de coopération budgétaire et monétaire internationale, elles ont créé de nouvelles tensions et se sont finalement avérées incapables de préserver la paix.

Ce que démontre cette histoire de l’entre-deux-guerres, c’est que la conjoncture économique mondiale détermine la forme que peuvent prendre les sanctions et conditionne leurs effets. Les années 30 ont été marquées par une crise agraire, un effondrement monétaire et un ralentissement des échanges. Ces évolutions ont réduit les exportations dans le monde, fragmenté les blocs monétaires et entraîné une déflation mondiale des prix durant l’essentiel de la période de 1928 à 1939. Le résultat a été, d’une part, une diminution des recettes d’exportation, ainsi qu’une baisse du coût du découplage et, d’autre part, des importations moins onéreuses, garantissant un niveau minimal d’accès continu aux métaux, aux denrées alimentaires et à l’énergie. Les sanctions ont été déployées dans un monde en autarcie croissante, où l’interdépendance entre les économies nationales était limitée à son strict minimum vital. Dans les années 30, les sanctions n’ont donc provoqué que des dégâts modérés sur une économie mondiale déjà éprouvée, mais elles ont suffisamment menacé les moyens de subsistance nationaux pour engendrer une escalade militaire.

En revanche, le ratio commerce/PIB dans le monde est beaucoup plus élevé aujourd’hui (voir le graphique) et repose sur un système financier mondial basé sur le dollar et fortement intégré. Au lieu d’une déflation, les marchés du monde entier subissent une forte pression inflationniste. Les prix élevés des produits de base génèrent des recettes inespérées pour les pays exportateurs, tout en incitant les pays importateurs d’énergie à passer aux énergies renouvelables. Dans le même temps, compte tenu de l’intégration croissante des marchés financiers, les flux de capitaux en provenance des pays avancés sont indispensables à la croissance et à l’investissement dans les pays émergents et les pays en développement. L’économie mondiale d’aujourd’hui connaît de nets progrès grâce à cette interdépendance, car le commerce emploie une main-d’œuvre plus nombreuse, et les sources d’importations peuvent être beaucoup plus diverses. Toutefois, elle connaît également de plus grands facteurs de vulnérabilité, car les points de jonction entre les flux de produits de base, les transactions financières et la technologie peuvent être étouffés par les perturbations des chaînes d’approvisionnement ou ciblés par des sanctions gouvernementales.

Coûts contre risques

En raison de ces évolutions, les sanctions d’aujourd’hui peuvent engendrer des pertes commerciales plus graves qu’auparavant, mais des éléments nouveaux peuvent également les affaiblir, notamment la réorientation et le détournement des échanges. En même temps, les sanctions modernes constituent une menace moins directe que dans les années 30 et abaissent les risques d’escalade militaire. Toutefois, l’intégration plus généralisée des marchés a élargi les canaux par lesquels les chocs provoqués par ces sanctions se répercutent sur l’économie mondiale. La mondialisation du XXIe siècle a donc exacerbé les coûts économiques du recours aux sanctions contre de grandes économies fortement intégrées. Elle a également renforcé la capacité de ces pays à s’engager sur la voie de représailles économiques et technologiques plutôt que militaires. Dans l’ensemble, la nature des risques et des coûts des sanctions a changé, mais les canaux de transmission de leurs effets — hausse des prix des produits de base et des coûts de transaction, augmentation des perturbations de l’offre et des pertes commerciales — sont restés les mêmes, et concernent davantage de personnes dans le monde.

Il devient rapidement évident que les sanctions à l’encontre des pays de la strate supérieure de l’économie mondiale ont des répercussions considérables. Dans la mesure où les sanctions excluent les exportations russes de produits de base des marchés mondiaux, les prix sont poussés à la hausse et exercent une pression sur les factures d’importation et sur les finances publiques en difficulté des pays émergents et des pays en développement importateurs nets de produits de base. Il n’est pas surprenant que ces pays soient précisément ceux qui n’ont pas adhéré au régime de sanctions contre la Russie, car ils sont les plus exposés à une crise de leur balance des paiements si les sanctions contre les exportations russes sont durcies sur une longue période.

Les décideurs possèdent aujourd’hui tout ce dont ils ont besoin pour éviter que ne se reproduisent les années 30. Le niveau d’intégration économique étant beaucoup plus fort aujourd’hui, il faudra bien davantage de perturbations pour que les craintes d’une démondialisation se concrétisent. Il y a davantage de pays suffisamment riches pour servir de sources d’approvisionnement de rechange et d’autres marchés à l’exportation pour les pays obligés d’arrêter de commercer avec la Russie. Les pays avancés disposent de meilleurs outils de politique budgétaire qu’au début du XXe siècle et bénéficient d’une plus grande marge de manœuvre budgétaire que les pays émergents et les pays en développement. La décision de recourir à ces atouts pour amortir le choc considérable que font subir les sanctions à l’économie mondiale est en définitive un choix politique. Nombre de pays émergents et de pays en développement sont confrontés à une fâcheuse conjugaison de problèmes: fort endettement, coût élevé de transition vers les énergies renouvelables, hausse des taux d’intérêt et stagflation mondiale. Les gouvernements des pays du G7 et de l’Union européenne qui imposent des sanctions doivent prendre au sérieux la tâche de leur apporter un soutien économique.

L’intégration plus généralisée des marchés a élargi les canaux par lesquels les chocs provoqués par ces sanctions se répercutent sur l’économie mondiale.

Il est dans l’intérêt du bien-être de la population globale et de la stabilité de l’économie mondiale de prendre des mesures concertées pour contrer les retombées des sanctions visant la Russie. Un certain nombre d’ajustements politiques pourraient aider. Premièrement, les pays avancés devront privilégier les investissements en infrastructures à long terme pour atténuer les tensions sur les chaînes d’approvisionnement, tandis que les pays émergents et les pays en développement devront faire des mesures de soutien au revenu une priorité. Deuxièmement, les banques centrales des pays avancés devront éviter de resserrer rapidement leur politique monétaire pour empêcher la fuite des capitaux des pays émergents. Troisièmement, les problèmes d’endettement et de balance des paiements qui surgissent dans les pays en développement peuvent être résolus par une restructuration de leur dette et une augmentation de leurs allocations de droits de tirage spéciaux du FMI, type de monnaie de réserve internationale. Quatrièmement, l’aide humanitaire devra être élargie aux pays en difficulté, en particulier sous forme de nourriture et de médicaments. Cinquièmement, les principaux blocs économiques du monde devront veiller à mieux organiser leur demande de produits alimentaires et énergétiques afin d’alléger les pressions sur les prix provoquées par l’accumulation de stocks et la surenchère concurrentielle.

Si de telles mesures ne sont pas prises dans les quelques mois qui viennent, il sera justifié de gravement s’inquiéter des perspectives économiques mondiales pour 2022 et au-delà. Il est grand temps que notre réflexion concernant les répercussions des sanctions sur la stabilité économique mondiale rattrape les nouvelles réalités de la coercition économique.

Source : FMI, Nicholas Mulder, juin 2022

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

tchoo // 01.09.2022 à 08h48

Surtout vision US voulue ou pas, car imaginer seulement que les pays touchés seraient les pays émergents ou en voie de développement, occulte complètement le naufrage des pays européens, qui sauf à changer de dirigeants politique (et encore) vont persister dans le suicide collectif généré par ces sanctions. En fait les dirigeants actuels ne peuvent faire autrement, puisque leur existence même, et probablement leur fortune provient du dollar et par la même à la merci du bon vouloir des yankees.
Quand à nous, à part mettre le feu à la plaine, il ne va pas nous rester grand chose

25 réactions et commentaires

  • manuel // 01.09.2022 à 08h26

    En résumé il faut faire tout le contraire que ce que le FMI préconise depuis des décennies…

      +18

    Alerter
  • tchoo // 01.09.2022 à 08h48

    Surtout vision US voulue ou pas, car imaginer seulement que les pays touchés seraient les pays émergents ou en voie de développement, occulte complètement le naufrage des pays européens, qui sauf à changer de dirigeants politique (et encore) vont persister dans le suicide collectif généré par ces sanctions. En fait les dirigeants actuels ne peuvent faire autrement, puisque leur existence même, et probablement leur fortune provient du dollar et par la même à la merci du bon vouloir des yankees.
    Quand à nous, à part mettre le feu à la plaine, il ne va pas nous rester grand chose

      +32

    Alerter
    • Recits d’Yves // 02.09.2022 à 14h03

      Justement le dollar est remis en cause comme monnaie d’échange. Les pays non alignés sur l’Occident pro-étasuniens sont en train de comprendre qu’ils doivent se structurer pour éviter le joug de l’Oncle Sam et des ses amis en cas de crise et il y en aura de plus en plus de crise au fur et à mesure où les ressources naturelles et énergétique s’épuisent.
      J’aurai aimé que la France ne soit pas aussi atlantiste que cela et converge vers plus d’indépendance diplomatique.
      J’ai peur que cela finisse finalement assez mal, que les russes lassés d’être méprisés vitrifient pour l’exemple et que les EUA s’achètent encore une guerre pour renforcer leur position de chef de file et dopé leur économie.

        +5

      Alerter
  • Lev // 01.09.2022 à 09h34

    Vues les conséquences négatives décrites dans cet article, il semble que la première mesure « économique » à prendre, est de revenir sur les sanctions « économiques » prises dans l’optique « politique » de mettre à genoux la Russie qui échappe encore à un marché mondial soumis aux USA.
    Mais c’est vrai que l’essentiel est qu’une caste continue à pratiquer le jet ski et à utiliser ses jets pour se déplacer.

      +22

    Alerter
    • Grd-mère Michelle // 01.09.2022 à 11h05

      Oui, sans oublier « l’économie » du business juteux de la production/consommation des objets de luxe, des plus petits(montres) aux plus gros(yachts), ainsi que de l’immobilier, que cette classe (des plus fortuné-e-s) fait tourner…
      Ainsi que le développement des entreprises de « sécurité » de ces fortunes(d’assurances, d’emploi de « ressources humaines » et d’armement qui les protègent), destinées à les protéger.

        +6

      Alerter
    • 6422amri // 01.09.2022 à 13h27

      La Russie est totalement dépendante des technologies occidentales pour son secteur énergétique ET militaire. J’avais fait, ici, une courte liste des matériels les plus sensibles.

      La Russie était totalement intégrée aux chaînes de distribution internationales, aux circuits financiers, a l’accès aux capitaux.

      Pour la caste…la décision des pays baltes, de la Finlande, etc, de restreindre les visas aux citoyens russes va sûrement diminuer le nombre de voitures de luxe, immatriculées en Russie (Porsche, Ferrari, Mercèdès) et garées dans les aéroports finlandais ou autres..leur propriétaires faisant du jet-ski..ailleurs.

        +2

      Alerter
  • yannos // 01.09.2022 à 12h01

    Les sanctions contre la Russie sont posées sur un socle moral qui semble de plus en plus vacillant.
    D’une part la plupart des pays du monde n’acceptent plus les leçons de morale de l’occident. Les guerres en Irak, Lybie, Syrie, les soutiens aux coups d’états en Amérique du sud, à Israël. Les « sanctions » économiques contre Cuba, le Venezuela et la Russie. L’exploitation de l’Afrique et de certaines parties de l’Asie ont, je crois, achevé de convaincre le monde que l’occident n’a de leçons de morale à donner à personne.
    D’autre part, les populations occidentales bien que baignées dans un flot de propagande et de censure continue commencent a douter (très mineur il me semble), et ces doutes ne seront rendus que plus prégnants par les difficultés que les populations fragiles vont rencontrer à cause du contre coup des sanctions anti russes.
    Par ailleurs l’incroyable domination de l’occident sur le monde (économique, médiatique, militaire et financière) est en train de s’effriter avec l’émergence des BRICS et de monnaies alternatives au dollar.
    Bref sans socle moral et sans muscles suffisants, ces sanctions vont devoir s’arrêter.
    La question pour moi, est : comment arrêter ces sanctions sans perdre la face et tout en permettant aux élites responsables de cette situation catastrophique de conserver leurs pouvoirs et leurs privilèges ?
    Car c’est là que se situe le frein majeur à l’arrêt de cette situation catastrophique.
    Fera t on l’économie de guerres civiles sur le territoire européen ?
    J’espère car avec les armes semées en Ukraine, ça pourrait faire mal.

      +18

    Alerter
  • Ellilou // 01.09.2022 à 12h32

    Dans le Monde Diplomatique du mois dernier un article à lire sur le FMI « FMI les trois lettres les plus détestées au monde » https://www.monde-diplomatique.fr/2022/07/LAMBERT/64838 (réservé malheureusement aux abonnés)

      +7

    Alerter
  • 6422amri // 01.09.2022 à 13h11

    Pour faire simple..les sanctions fonctionnent toujours. Je ne vais pas discuter avec ceux et celles qui vont me parler de substitutions, du virage vers l’Asie, du rôle de la Chine, de l’Iran (qui s’appête a livrer des drones à la Russie), etc.

    Jamais un pays n’a été autant sanctionné, avec autant d’imagination, sur une aussi vaste échelle, frappant directement les technologies vitales comme le transport aérien, indispensable en Russie, la confiscation de l’accès a toutes les technologies du secteur pétrolier et gazier, de toutes les filières électroniques, de tous les moyens de paiements modernes, de toutes les chaînes de distribution et d’approvisionnement.

    Les entreprises parties de Russie représentent 40 % de son PIB, les ventes du secteur automobile se sont écroulées de 70 %, etc, etc.

    Cette guerre et cette invasion sont des désastres pour la Russie d’abord, pour le climat (les centrales à charbon sont de retour..), pour l’Ukraine et pour leurs peuples.

    Pour le secteur énergétique on va mentionner qu’au mois de Juillet, pour la première fois, les livraisons de gas GNL ont dépassées celles en provenance de la Russie, livraisons en provenance des USA, du Qatar, de l’Algérie. La baisse des livraisons de gaz par la Russie, a cause des achats ailleurs de l’EU forcent la Russie a laisser les torchères utilisées pour brûler le gaz fonctionner en permanence. On ne peut fermer un gisement de gaz..ceci entraîne sa destruction, rapidement.

    Les exportations de la Chine vers la Russie ont été divisé par 10 depuis le début de la guerre car les exportateurs chinois craignent les sanctions dites secondaires soit celles qui pourraient-être appliquées aux fournisseurs de la Russie. Les moyens ds pression sont finnaciers avec l’impossibilité d’accéder aux capitaux, de faire inscrire sa société dans le système boursier, la restriction de livraison de composants, etc

    On va rappeler le précédent de la firme Huawei.

    Un conflit inutile, que rien ne justifie.

      +2

    Alerter
    • Lt Briggs // 01.09.2022 à 13h50

      « Un conflit inutile, que rien ne justifie. »

      D’un point de vue géopolitique le conflit s’explique parfaitement. C’est une banale confrontation entre grandes puissances sur le dos des « petits ». Exactement comme la crise de Cuba en 1962. Les États-Unis n’avaient pas supporté qu’un petit pays sorte de son orbite et décide souverainement de se rapprocher de l’URSS. Les mesures militaires prises par Kennedy étaient tout sauf minimes. On a frôlé la catastrophe nucléaire à l’époque, mais les États-Unis ont obtenu ce qu’ils voulaient, le démantèlement des missiles nucléaires installés sur l’île. Pas plus la Russie aujourd’hui que les États-Unis hier ne peuvent tolérer qu’un petit pays tout proche devienne une base militaire avancée de la puissance rivale. Aussi longtemps que Washington niera à la Russie son statut de grande puissance et agira sans tenir aucun compte de ses intérêts, la tension ne pourra retomber.

      Je vous rejoins sur le désastre concernant l’Ukraine et le climat. Pour la Russie, c’est un moment compliqué mais elle possède des atouts de taille qui lui permettront de passer ce cap difficile. Quant à ceux qui aiment les régimes autoritaires, ils peuvent se réjouir car le conflit a renforcé le pouvoir personnel de Poutine comme jamais depuis fin 1999.

        +12

      Alerter
      • JPP // 01.09.2022 à 23h13

        Lors de la crise Cuba de 1962 les Russes n’ont effectivement pas fait débarquer à Cuba leur fusées à tête atomique MAIS en contre partie les Américains ont retiré leur fusées Jupiter pointées sur Moscou, installées en Turquie. Kroutchev n’avait pas si mal que cela joué sa partie mais le PolitBureau l’a ensuite déménagé sans doute parcequ’il avait jugé que son premier secrétaire avait pris trop de risques pour la Russie pour obtenir ce résultat.
        Et Kroutchev est mort de sa belle mort dans son lit, mort exceptionnelle pour le vrai successeur et dénonciateur au 20° Congrès, de tous les crimes de Staline ce qui avait provoqué à l’époque un énorme Tsunami mondial dans l’énorme monde communiste.

          +4

        Alerter
        • Brera // 02.09.2022 à 18h16

          Les USA n’ont jamais démantelé les missiles nucléaires en Turquie bien qu’ils avaient promis de le faire pour régler la crise de Cuba…

            +2

          Alerter
    • antoniob // 01.09.2022 à 19h23

      – j’achète parfois du matériel photographique soviétique pour mon passe-temps argentique, sur https://avito.ru
      Je paie avec ma carte Visa norvégienne, une entreprise de russes résidents permanents en UE, et avec des comptes en or en Turquie. Visa en NOK -> or, Turquie -> Russie.

      – sous peu je pense aller passer une petite vacance entre Mourmansk et Saint-Peterbourg. Je prends la voiture, roule vers Rovaniemi en Finlande, puis frontière russe à Salla.
      La carte verte d’assurance ne marche plus pour la Russie, j’ai contacté un assureur à Moscou pour acheter une police électronique de deux semaines, responsabilité civile, obligatoire en Russie. La compagnie a des collaborateurs russes et kazakhes. La proportion de kazakhes en Russie et de kazakhstaniens russes au KZ est très importante. Union Douanière là-dessus. Je paye ma police d’assurance avec ma carte Visa sur un compte au Kazakhstan.

      certaines filières sont obvies et traçables par les américains, d’autres non. Là-dessus leur capacité à sanctions dérivées secondaire est limitée. Limitée parce qu`a partir d’un certain seuil de douleur, les sanctionnés réagissent.

        +5

      Alerter
    • JPP // 04.09.2022 à 11h26

      Ce conflit effectivement inutile a parait il été surtout planifié en 2019 au niveau de la Présidence US: pousser Poutine à la faute en l’amenant à ne pas pouvoir faire autre chose que d’attaquer l’Ukraine pour pouvoir immédiatement effondrer complètement l’économie Russe et la ramener à 1991 pour pouvoir la dépecer tout en provoquant une révolution interne au pouvoir et faire liquider Poutine. La mise en route de ce plan a été confirmé par la jubilation non feinte de Biden et l’incroyable déclaration triomphaliste de Bruno Lemaire, qui est maintenant rentrée dans notre Histoire Nationale comme « la route du fer est coupée » ou « nous vaincrons car nous sommes les plus forts » , d’effondrer la Russie lors du début de l’opération Russe en Ukraine. La Chine se prépare en ce moment à la Guerre entre autre en imposant le maximum de précautions financières concernant les avoirs chinois à l’étranger. Le désastre économique européen qui se profile cet Hiver va remettre les pendules à l’heure.

        +4

      Alerter
  • Savonarole // 01.09.2022 à 13h17

    Il faut arrêter de sanctionner la Russie , pas parce qu’ils font des efforts diplomatiques dans le cadre de la charte des nations unies, pas parce qu’ils auraient arrété d’appliquer les accords de Minsk à la lettre , pas parce que Wagner est rentré au pays, pas parce qu’ils ont arrété de considerer les « ONG » comme des « extremistes » , non , il faut arréter parce que « le marché » va engranger moins de pognon au prochain quarter malgrès le fait que « le marché » ait massivement augmenté tous les prix …
    En même temps ; ça vient du FMI … laisser crever 1.5 millions d’Irakiens de faim ça leur en a gratté une sans leur démanger l’autre … laissont donc ces sanctions en place , avec un peu de chance, ça débarassera le monde du FMI.

      +9

    Alerter
    • 6422amri // 01.09.2022 à 13h38

      LE FMI ne joue aucun rôle dans les sanctions mises en place actuellement. Ces sanctions sont mises en place par une coalition d’état, Le système SWIFT, un exemple, n,est pas géré par le FMI, la confiscation des avoirs de la Russie, plus de 300 milliards de $ us n’a pas été effectué par le FMI mais par les banques centrales des pays de la coalition.

        +1

      Alerter
      • Savonarole // 01.09.2022 à 17h19

        Le FMI ne joue aucun rôle dans rien , c’est bien connu …
        https://www.youtube.com/watch?v=DrpXyXKZUR4 (le prêt en question est une tranche « d’aide » du FMI)

          +1

        Alerter
        • 6422amri // 01.09.2022 à 18h26

          Je n’ai pas dit ceci. Ce que vous affirmez a propos du FMI pour les sanctions contre la Russie n,est pas réel.

            +0

          Alerter
          • Hiro Masamune // 01.09.2022 à 20h53

            Le FMI a prêté à pleins de gens qui vont sans doute avoir de plus en plus de mal à les re-payer et les sanctions sont pas étrangères à la chose ; le FMI sort du bois …
            Il a pas si tort que ça le vieux prêcheur ..
            N’empèche , quand des pays sont en défaut , pas technique , en défaut pour de vrai , comme par exemple le Sri-Lanka qui a coulé faute de pouvoir se payer de l’energie : qui va devoir s’assoire sur ses échéanciers ? Le FMI !!
            Bref , le FMI n’aime pas qu’on touche à son grisbi.
            Les prêts à l’Ukraine ne sont qu’un problème parmis d’autres.
            Et oui , je suis d’accord , c’est pas le FMI qui a pris les sanctions , mais la question que je vous pose comme à Savonarole c’est pourquoi n’en parler que maintenant ?

              +2

            Alerter
      • Lev // 01.09.2022 à 18h02

        Cher 6422
        En France, pays un peu niais, on peut lire sur un site national
        https://www.vie-publique.fr/fiches/38168-quelles-sont-les-institutions-specialisees-de-lonu
        que le FMI est une institution qui dépend de l’ONU. Elle a donc un statut d’abord politique comme peut l’être le GIEC, cette autre organisation qui dépend de l’ONU.

          +1

        Alerter
        • 6422amri // 01.09.2022 à 18h29

          Que je sache la Russie dispose d’un droit de veto et elle n’aurait pas manqué de l’utiliser si les sanctions avaient été décidé par le FMI. Je ne sais si en France on est est un peu niais..mais pas a Boston ou je réside…

          Je ne vois pas en quoi le GIEC a un rôle politique et ces avertissements devraient être un peu plus écoutés. La Russie a signé la Convention sur le Climat après avoir constaté que ses installations pétrolières s’enfoncaient dans le permafrost…

            +2

          Alerter
          • JPP // 02.09.2022 à 10h21

            GIEC et Politique: « Les résumés de ses rapports doivent être approuvés par les gouvernements »
            Comme indépendance d’esprit on fait mieux. Cela me rappelle qu’à l’époque du début du SIDA, en France, à la demande du gouvernement un groupe d’experts valables avait été réuni. Au final son président avait remis une conclusion de rapport qui disait strictement l’inverse de ce qui avait été écrit au délibéré final. Cette conclusion allait dans le sens de ce que le gouvernement voulait entendre et aucun des experts de la commission n’a alerté l’opinion sur ces mensonges éhontés.
            Pour en revenir au triste présent ukrainien je suppose qu’à Boston (ou à Washington) on ne sait toujours pas qui tire sur la Centrale Nucléaire Sovieto Ukrainienne et menace l’Europe entière d’un nuage radioactif.

              +5

            Alerter
            • Brera // 02.09.2022 à 18h37

              Tout le monde sait qui tire sur la centrale de Zaporijia… La centrale est dans la zone contrôlée par les russes, et ceux ci ont commencés des travaux pour réorienter la production exclusivement vers les zones qui sont sous son contrôle… L’hiver approche, et dans chaque camp, il est primordial de pouvoir alimenter, ses partisans sous peine de les voir changer de camp…

                +6

              Alerter
  • antoniob // 02.09.2022 à 10h54

    Quelles illusions? c’est la différence entre commerce et finance.
    J´illustre de manière anecdotique par le petit bout de la lorgnette comment le commerce continue.
    Les Etats-Unis peuvent transformer la Russie en énorme Iran ou Corée du Nord ou Vénézuéla.
    Lorsqu’il a des ressources i y a des acheteurs. Les Etats-Unis ne peuvent pas briser un niveau de commerce.

    Ce que vous dites c’est que ce commerce n’existera plus à Wall Street et en dollar-euro et en spéculation financière.
    Oe c’est justement la dictature de Wall Street-dollar que certains pays veulent briser.
    Pour le dire autrement il suffit que la Russie devienne un état « voyou » abec d’autres états « voyous », qui font leur propre commerce illégal.
    Vous faites quoi contre des voyoux? La force physique de la police. Dans ce cas-ci vous ne pouvez pas.

    Autre chose: la guerre en cours. Si les russes sont des mauvais comme on le dit, il suffit qu’ils fassent saigner l’Ukraine à mort. Je parle de gros bombardements massifs détruisant des villes.
    A savoir la Russie prend l’Ukraine en otage avec un couteau sur la gorge et menace de l’égorger.

    Il y a de multiples autres scénarios.

      +2

    Alerter
  • Auguste Vannier // 05.09.2022 à 08h27

    Pour éviter d’être a nouveau « modéré » par les administrateurs de Les Crises, j’aimerais savoir pour quelles raisons mon commentaire a été supprimé. J’y exprimais un avis sur la manière la plus simple d’arrêter la guerre: recourir à la diplomatie et arrêter les sanctions économiques contre productives à tous les niveaux… (commentaire en tête quelque temps).
    Merci de m’éclairer.

      +3

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications